Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Autour de l'animation sociale et socioculturelle en France et en Espagne / Alrededor de la animación social y socio-cultural en Francia y España

 | 
Luc Greffier

1° Partie : L'animation socioculturelle à l'épreuve du programme de Coopération Transfrontalière Aquitaine-Aragon / Parte 1 : La animación socio-cultural y el programa de cooperación transfronteriza Aquitania-Aragón

Dimensions politique, sociale et spatiale de l’animation professionnelle

Jean-Luc Richelle

Résumé

C’est à partir d’un terrain d’expérience dans lequel j’ai été impliqué pendant plusieurs années comme praticien de l’animation et chercheur, dans une association gestionnaire d’équipements d’animation à Bordeaux, que j’ai pu étudier les dimensions sociale et spatiale de différents types d’animation urbaine auprès de jeunes, qui sont liés à des politiques publiques socioéducatives et socioculturelles réparties sur trois périodes, du début des années 1960 au début des années 2000 en France. Si ces orientations politiques nationales et locales changent en fonction des évolutions d’un “monde en transformation”, les types de pratiques d’animation se succèdent, se sédimentent, s’imbriquent et coexistent encore aujourd’hui, à partir d’un ensemble d’équipements, de dispositifs, de pôles d’excellence et d’interventions dans l’espace public. La dimension spatiale de l’animation se traduit à différents niveaux scalaires et participe aux représentations sous-jacentes de trois villes que j’ai qualifiées de romantique, d’éclatée et de socioculturelle ou flexible. Les dimensions politique, sociale et spatiale de l’animation professionnelle, que des animateurs véhiculent dans leurs rapports sociaux envers des jeunes, alimentent des tensions entre une visée d’émancipation et une visée d’adaptation à l’égard des jeunes, attestant toutefois de la marge de liberté dont ces animateurs disposent

Texte intégral

INTRODUCTION : DE L’EXPERIENCE A LA RECHERCHE

1Je me suis intéressé pendant quelques années récentes, en tant que praticien professionnel de l’animation et en tant que chercheur en géographie sociale, à la dimension spatiale de l’animation socioculturelle auprès des jeunes, “dans un monde bordelais en transformation” sur une quarantaine d’années. Je souhaite aujourd’hui partager les “résultats” de l’étude des dimensions politique, sociale et spatiale de l’animation urbaine, à partir d’expériences et de pratiques d’animateurs professionnels auprès de jeunes, plus particulièrement dans la ville de Bordeaux (Augustin, 1998 ; Di Méo, 2006). Ce travail de recherche qui concerne la métropole d’Aquitaine est à opérer dans d’autres villes d’Aquitaine et dans métropoles régionales pour chercher des facteurs qui distinguent les éventuelles similaires ou différentes configurations qu’elles peuvent présenter.

2C’est avec une double posture de praticien chercheur (Mackiewicz, 2001) que je me suis investi dans une recherche inductive où le terrain a été un espace d’ancrage, producteur de questionnements qui m’a permis d’élaborer une problématique de recherche. Le terrain privilégié de cette recherche est l’association des foyers de jeunes, devenue l’association des centres d’animation de quartiers de Bordeaux, qui représente un acteur important de l’animation locale à partir du début des années 1960 et encore aujourd’hui, mais aussi à l’écgelle de l’Aquitaine l’employeur d’animateurs le plus important. J’ai exercé pendant des années comme animateur socioculturel professionnel dans des équipements d’animation de quartier gérés par cette association, notamment auprès des jeunes qui résidaient dans des quartiers résidentiels et populaires où étaient implantés ces différents équipements. C’est donc en tant que praticien de l’animation, qui était à ce moment là ma profession, et aussi en tant que praticien de la ville où j’habitais à cette époque encore, que j’ai mené cette recherche par de l’observation participante comme chercheur impliqué dans ce terrain, puis par des études localisées dans certains quartiers.

3D’un point de vue théorique, je me suis référé aux sciences sociales et notamment à la géographie sociale, qui est une géographie de la dimension spatiale du social et qui privilégie l’analyse des rapports sociaux qui se construisent dans l’espace (Di Méo, Buléon, 2005 ; Séchet, Vechambre, 2006). Elle vise, en tant que théorie critique, l’émancipation des individus, ce qui résonne bien avec l’objet de l’animation socioculturelle, dans ses fondements idéologiques émanant de l’éducation populaire. J’ai ainsi cherché à comprendre, à partir de d’une expérience de terrain, comment l’animation socioculturelle se territorialise dans la ville, comment des animateurs socioculturels participent plus ou moins à l’émancipation des jeunes, comment ils régulent la participation des jeunes au” vivre ensemble” à partir des équipements collectifs de proximité, des dispositifs des politiques publiques et des espaces publics dans lesquels ils interviennent (Augustin, 2008).

4La ville de Bordeaux évolue et se transforme au cours des années selon des politiques ambitieuses d’aménagement urbain, mais garde encore par endroits la mémoire de son histoire. L’animation également évolue en fonction des politiques publiques nationales en direction des jeunes notamment, mais des pratiques passées coexistent avec des pratiques nouvelles. Aujourd’hui nous pouvons considérer la teneur de cet ensemble en transformation, tel un palimpseste sur lequel un scribe écrit mais qui garde en filigrane des traces d’écritures anciennes. Je propose comme résultats de ce travail de recherche trois types d’animation, en référence à des politiques publiques et à des représentations de la ville qui y correspondent et qui constituent à la fois des cadres de référence pour des animateurs socioculturels professionnels et à la fois des cadres d’expérience pour des jeunes. Cette approche livre quelques pistes pour comprendre les effets des rapports sociaux que des animateurs peuvent entretenir avec des jeunes.

1. L’ANIMATION SOCIOEDUCATIVE ET CULTURELLE

5L’animation socioéducative et culturelle est un premier type qui relève d’une politique de programmation des équipements collectifs de proximité en France. C’est une loi de 1961 qui programme la construction puis la diffusion d’un ensemble d’équipements. Cette politique s’inscrit dans la planification pour la reconstruction d’après guerre et ces équipements font partie d’un appareillage institutionnel dans le cadre de l’aménagement du territoire programmé par l’Etat. Cette 1ère période correspond à l’implantation de l’association des foyers de jeunes, créée en 1963 par la municipalité bordelaise, et à la diffusion assez rapide d’une dizaine de foyers de jeunes, spécifiques pour des jeunes de 16 à 25 ans, qui se réalise alors en majorité dans des quartiers d’habitat social de la ville (Fig. 1. page suivante : Implantation des foyers de jeunes à Bordeaux, 1ère période).

6L’association tient une place privilégiée dans la construction du système d’action municipal, à côté d’autres acteurs associatifs, tels les anciens patronages devenus plus tard des maisons de quartiers, et participe à l’élaboration d’une politique locale de la jeunesse (Augustin, 1991). Les animateurs professionnels qui gèrent ces équipements, visent le développement personnel, l’émancipation sociale et le développement culturel des jeunes. C’est une animation qui se présente sous deux modalités :

  • un foyer d’accueil qui correspond à un mode relationnel de type non formel, dans un espace marqué par le divertissement, par des projets issus des jeunes eux-mêmes et montés “sur le moment”, et qui ressemble à un local pour jeunes avec des jeux, de la musique, un bar, un billard… ;
  • un ensemble d’activités de loisirs organisés pour “l’apprentissage” éducatif à partir de nombreuses activités artistiques, culturelles, techniques, sportives, sous forme d’ateliers, etc.

7Des tensions existent entre ces deux pratiques d’animation à cause d’une double intention éducative portée de façon paradoxale par des animateurs : d’une part canaliser des expressions juvéniles en facilitant l’adaptation des jeunes à la vie sociale en et à ses exigences, et d’autre part susciter leur émancipation par une certaine autonomie en accompagnant leur éveil citoyen et leur sens critique. Les foyers de jeunes font l’objet d’une succession de crises internes, avec des fermetures puis des réouvertures successives. Puis, des équipes d’animation et des jeunes, vont promouvoir une ouverture progressive des foyers de jeunes à des adultes. Enfin, les foyers de jeunes vont participer à une animation plus globale à l’échelle du quartier, ce que traduit le nouvel intitulé de “centres d’animation de quartiers” en 1977. Le développement de l’animation globale de quartier, en partenariat avec d’autres acteurs (écoles, services sociaux, clubs de préventon, etc.) puis la municipalisation qui pointe en France dans un contexte naissant de décentralisation et de crise économique, annoncent la fin des illusions quant à l’équipement d’animation spécifique pour des jeunes (Augustin, Ion, 1987).

8La ville de Bordeaux a créé des équipements socioculturels qui dynamisent ses différents quartiers. Supports de la civilisation des loisirs, ils relèvent d’une rhétorique égalitaire contre la société de consommation. Les foyers de jeunes sont des hauts lieux dans ces quartiers et des espaces d’intégration sociale, riches de confrontations et d’expériences d’autogestion. Ils relèvent, chez des animateurs, d’une vision idéale d’une “nouvelle société”, à l’image de la ville que nous venons de décrire. Cela nous conduit à une première représentation qui correspond à une ville romantique, valorisant le mythe des quartiers villages, qui présentent un “caractère villageois” (Authier, Bacque, Guerin-Pace, 2007). Certains auteurs décrivent de façon nostalgique la poétique d’une ville sensible (Sansot, 1996) dont l’identité territoriale repose sur des hauts lieux de la mémoire collective : monuments, places, gares... Cette ville romantique s’inscrit dans des rites de sociabilité entre habitants selon une reconnaissance sociale réciproque qui produit des solidarités de proximité mais aussi des conflits de voisinage. Les quartiers d’une ville romantique présentent deux faces, sous des formes et des intensités différentes :

  • un quartier coloré et chaleureux, convivial et ouvert, densifié de réseaux associatifs, avec des fêtes, des marchés, des rumeurs, voire des mythes, qui créent une ambiance et rythment une vie locale de proximité appréciée et souvent regrettée ;
  • un quartier aux diverses nuisances, dégradé et soumis à de fortes tensions sociales, déprécié pour ses difficultés à en supporter la mauvaise réputation parfois et la co-surveillance entre voisins.

9L’animation socioéducative et culturelle repose sur cette représentation d’une ville plutôt bien-aimée qui alimente un récit autour du mythe d’une “communauté” locale. Un effet de cette représentation est d’entretenir chez certaines personnes une culture de la fermeture sur leur environnement de proximité comme identité territoriale.

2. L’ANIMATION PRIORITAIRE

10Une animation prioritaire est un deuxième type d’animation induit par le nouveau zonage urbain de la politique de la ville mise en oeuvre par le nouveau gouvernement socialiste pour faire face à un contexte de “crise sociale et urbaine” qu’illustrent notamment les violences urbaines médiatisées de l’été 1981 (Mace, 1999). Cette période correspond à partir des années 1981 à une phase de croissance et d’expansion de l’association des centres d’animation de quartiers de Bordeaux qui s’implique activement dans la politique de la ville et dans ses dispositifs et intègre de nouveaux équipements et services. Des animateurs participent à la mise en œuvre d’une politique faite de dispositifs partenariaux, territorialisés et contractualisés (Ion, 1990) d’abord entre l’Etat et des collectivités territoriales, comme la ville de Bordeaux, puis au sein de contrats Etat-Région. Ces dispositifs concernent par exemple le développement social des quartiers, l’insertion professionnelle et sociale des jeunes, la prévention de la délinquance, et se traduisent par un ensemble d’actions. Des équipements d’animation situés dans des quartiers dits “politique de la ville” servent de points d’appui et encouragent une fonction discriminante de contrôle social collectif à l’adresse de certains jeunes de territoires déclarés “sensibles”.

Fig. 2. Des centres d’animation dans des quartiers politique de la ville, 2ème période

Fig. 2. Des centres d’animation dans des quartiers politique de la ville, 2ème période

11La dimension spatiale de l’animation se traduit, durant cette 2ème période, par la création d’une deuxième génération d’équipements collectifs, plus légers. Certains sont des équipements mobiles, souvent des bus, qui permettent à des animateurs de se déplacer là où des jeunes se trouvent pour compenser leur réticence à fréquenter des équipements plus institutionnalisés (Richelle, 1998). Il s’agit également d’équipements démontables et déplaçables dans des espaces publics : structures artificielles d’escalades, rampes de skate, rings de boxe éducative… L’association des centres d’animation gère alors un mur d’escalade indoor, une structure artificielle d’escalade, un ring de boxe éducative, des petites rampes de skate et un bus de prévention primaire. Ce dernier type d’espace intermédiaire permet une médiation qui correspond à une nouvelle appréhension de la ville par une mobilité des animateurs, qui la parcourent, de lieux de rassemblement en lieux de rassemblement des jeunes. Leurs interventions en matière de prévention de la délinquance, de comportements addictifs ou de risques sanitaires, se réalisent prioritairement dans les huit quartiers désignés “politique de la ville”, en soirée, mais aussi dans des établissemenst scolaires et lors de manifestations publiques. A côté des équipements pourvoyeurs de loisirs organisés, d’autres équipements voient le jour. Ils sont fixes et ouverts en libre accès, tels les city stade ou agora space, facilitent des loisirs auto organisés qui échappent largement aux interventions des animateurs, et servent de points d’ancrage pour des rassemblements temporaires de jeunes.

12Ce type de pratique d’animation repose sur une ville éclatée, comme un archipel composé de nombreux îlots. Elle traduit une fragmentation de l’espace urbanisé qui est soumis à des processus de distinction voire de sécession de groupes sociaux qui se désolidarisent les uns des autres (Jaillet, 1999). La politique de la ville imaginée à partir des années 1980 repose sur l’idée que la question urbaine supplante la question sociale et désigne un urbanisme pathogène. Une socio-géographie de la distinction des territoires à risques, devenus prioritaires pour les pouvoirs publics, va être élaborée par des savants et des politiques (Tissot, 2007). Mais finalement, les principes de la politique de la ville paraissent eux-mêmes induire la ségrégation d’un ensemble de quartiers d’habitat social par l’élaboration d’une géographie prioritaire qui distingue et stigmatise des zones et des quartiers à risques ainsi que leurs habitants. C’est ici une représentation d’une ville mal-aimée qui prévaut, productrice de turbulences sociales (Boucher, 2007). Bordeaux se dévoile comme une ville travaillée et tiraillée entre des tendances urbaines opposées. Des phénomènes de polarisation correspondent à une ville éclatée : des quartiers d’habitat social relégués comme zones urbaines sensibles et huit quartiers définis par la politique de la ville en attestent. La déqualification de quartiers anciens délestés d’une mémoire populaire, avant leur réhabilitation et leur aménagement progressif vers des quartiers intermédiaires, relève d’un projet urbain novateur et ambitieux qui envisage dès 1996 une homogénéisation urbaine. Mais celle-ci reste confrontée à une ville à trois vitesses qui se défait (Donzelot, 2004, 2006) par des processus de relégation, de périurbanisation et de gentrification qui affectent l’agglomération (Victoire, 2007). Cet éclatement territorial adossé à une culture de la juxtaposition et de l’entre soi, qui remet en cause l’unité républicaine, sert pour légitimer le glissement d’une politique de la ville prioritaire vers une politique de la ville écosanitaire voire sécuritaire (Garnier, 2010).

13Ces deux villes, romantique et éclatée, sont la même ville à deux époques différentes mais qui existent ensuite simultanément. Les deux types d’animation, socioéducative et culturelle, et prioritaire, existent aussi en même temps dans un ensemble de pratiques professionnelles qui peuvent être regardées sous ces deux angles différents, car quand l’une apparaît, l’autre continue d’exister, s’imbrique dans la première, s’y oppose et la complète à la fois.

3. L’ANIMATION MEDIATRICE

14Un troisième type d’animation qualifiée de médiatrice cherche à développer la mobilité des jeunes pour cultiver des interactions sociales avec des jeunes d’autres territoires, dans une ville nouvellement aménagée mais aussi au-delà, même si cette étude n’intègre pas d’exemples d’échanges avec des groupes d’autres villes d’Aquitaine, voire avec des groupes extra nationaux comme les jeunes d’Oran. Cette troisième période, initiée au début des années 2000, correspond à une politique municipale de “reconquête de Bordeaux”, annoncée par le nouveau maire dans un premier projet urbain en 1996. Cette “ville qui bouge” est en rupture avec un précédent récit sur “la belle endormie”. La municipalité ouvre un ensemble de chantiers concrets selon une nouvelle gouvernance locale. Parmi ces chantiers, le réenchantement des espaces publics (Garnier, 2008) qui deviennent des espaces festifs, ludo-économico culturels et sportifs, redonne à la ville une forte centralité dans l’agglomération et propose une mixité, qui reste symbolique. L’espace scénographique des “quais jardines” (Pearl, 2003) et du parc des sports le long du fleuve, illustrent bien cette transformation urbaine, par une coprésence de populations venues de différents lieux centraux et périphériques, le tramway restant un élément central au service de ce projet urbain.

15Des animateurs facilitent des rencontres et des transitions chez des jeunes par une déterritorialisation de leur espace habituel et par une reterritorialisation dans d’autres espaces publics. Ils associent des jeunes de quartiers différents dans des projets partagés issus notamment de la coopération de « pôles d’excellence. »

16(Fig. 3. page suivante : Des centres d’animation et des pôles d’excellence en réseau, 3ème période).

17Ces derniers représentent des centres d’animation de quartiers ainsi labellisés à l’interne de l’association bordelaise selon des critères de spécialisation, d’innovation et de reconnaissance institutionnelle. Les 5 pôles déjà existants répartis dans la ville sont issus de synergies locales et s’orientent vers un double objectif : de diffusion culturelle et d’attraction à partir de leurs dominantes spécifiques que sont le multimédia, les arts du cirque, les arts de la parole, la danse, l’environnement... La mise en réseau de ces pôles, par une coopération circulatoire interterritoriale, permet de mutualiser des ressources pour des projets collectifs partagés. L’animation médiatrice s’exerce selon une approche transversale, notamment par la mise en exergue de ces projets partagés qui caractérisent une nouvelle pratique du territoire urbain. Ces pôles d’excellence associent plusieurs acteurs à l’échelle de la ville et ressemblent aux pôles de compétitivité français. Ce fonctionnement présente, à côté des équipements socioculturels et des dispositifs, une autre dimension sociale et spatiale de l’animation.

18Les animateurs circulent entre plusieurs pôles du territoire urbain reliés par des projets auxquels des jeunes participent. Ils déploient de nouvelles expérimentations qui laissent espérer que des interactions sociales ainsi initiées entre des populations qu’ils font se rencontrer, provoquent des changements dans des rapports sociaux. En ce sens, des animateurs participent à leur mesure, par une animation médiatrice, à l’accompagnement des populations vers l’appropriation d’une nouvelle urbanité. Ils renforcent un vivre ensemble qui autorise des rapports de confrontation et d’altérité. La rupture de l’animation médiatrice consiste, dans le cas de l’association des centres d’animation de quartiers de Bordeaux, à créer des espaces transitionnels d’attraction et de diffusion, tels ces pôles d’excellence apparentés à du polycentrisme maillé dont le rayonnement se situe à une échelle urbaine plus étendue que le quartier de proximité. La médiation territoriale ainsi opérée par des pôles d’excellence et des projets partagés, en prolongation de l’usage des équipements et des dispositifs, est mise en œuvre à l’échelle urbaine par des animateurs qui promeuvent des pratiques émergentes comme autant d’expériences microsociales de type réticulaire. Ils font émerger une ville socioculturelle (Richelle, 2008) par des rassemblements et des mobilités à l’échelle d’un territoire urbain, et certaines actions participent à la valorisation des nouveaux aménagements d’un espace urbain remodelé car transformé en un haut lieu culturel d’animations festives collectives qui rassemblent et homogénéisent de façon éphémère des pratiques. Ce type d’animation médiatrice qui véhicule une appréhension plus globale de l’espace urbain ne résorbe pas pour autant les tensions qui existent au sein de la pratique professionnelle des animateurs, de plus en plus dépendants de commandes institutionnelles correspondant à une politique de services, où les projets sont des programmes préétablis et contraignants qui externalisent une politique publique.

19L’animation médiatrice d’une ville socioculturelle ressemble à s’y méprendre par certains aspects aux deux types d’animation et aux deux représentations de villes déjà évoqués, pourtant certains éléments constitutifs de la vie citadine (Dorier-Apprill, Gervais-Lambony, 2007) qui lient des pratiques sociales (essor des mobilités, pôles de compétences en réseau) et des transformations urbaines (aménagement des espaces publics) font de cette configuration un dépassement des précédentes. C’est une animation qui utilise une ville traversée de flux de mobilité pour décloisonner la vie des quartiers et abolir les distances spatiales. A contrario d’une rhétorique sur une mixité sociale illusoire et sur un lien social réparateur du tissu urbain, cette animation préserve une bonne distance entre des individus et cultive des liens faibles entre des groupes sociaux par un vivre-ensemble distancié voire affranchi, dans des espaces de coprésence acceptée. C’est une animation qui participe à une ville à l’urbanité flexible qui présente des pôles attractifs, associant des populations coopérantes dans des projets transversaux et propose une urbanité de confrontation par un usage partagé des espaces publics.

20Des animateurs stimulent des participations citoyennes par une repolitisation de l’espace public (Kokoreff, 2003) au sens de sphère publique, par des débats citoyens et des expressions critiques. Ils cherchent à susciter des opportunités de création d’espaces de médiation, par des initiatives de flexibilité de l’organisation et de la participation qui sont proposées aux jeunes au sein des équipements. Ils créent des espaces de transition, voire oppositionnels (Negt, 2007), médiateurs du social, qui facilitent la commutation sociale et évitent de neutraliser les rapports sociaux. Ils organisent au sein des équipements socioculturels et à partir des dispositifs territoriaux une petite démocratie (Mothé, 2006) dans des sphères publiques institutionnalisées, dans des instances associatives et participatives par exemple, et dans d’autres regroupements plus spontanés. L’animation médiatrice est une praxis (Gillet, 1995) qui relève d’une tension maintenue par des animateurs qui élaborent des espaces critiques en favorisant l’expression des différences qui font société. L’enjeu est alors de “faire société” dans une ville socioculturelle en vue d’une émancipation sociale, selon une culture de la relation (non plus de la fermeture ou de la juxtaposition) et d’un lien social politique (Gillet, 1996) entre des jeunes et des populations. Mais les espaces publics restent plus enclins à l’expérience d’une urbanité flexible (Augustin, 2010) qui propose des ouvertures d’accessibilité, d’investissement et de rencontres variées, à l’opposé de lieux bien établis, fermés et contraignants, comme peuvent l’être des équipements que des jeunes ont tendance à fréquenter de façon éphémère. Le concept d’urbanité flexible, qui qualifie la ville socioculturelle, est associé à la qualité de souplesse que présente l’espace urbain et au jeu socio-spatial qu’il permet (Augustin, 1998). Cette ville est un espace de cohabitation pacifié où il est possible de vivre ensemble et séparés selon un certain arrangement. Elle est constituée d’espaces publics qui autorisent le débat et le conflit comme media pour construire et cultiver des relations qui font société.

4. RAPPORTS SOCIAUX ET ESPACES D’ANIMATION

21De façon schématique, nous pouvons imaginer quatre espaces d’animation complexes d’où se dégagent des rapports sociaux entre des animateurs et des jeunes, qu’ils se produisent dans des équipements d’animation ou dans l’espace urbain. Ils peuvent être définis à partir de deux axes croisés qui opposent des rapports d’émancipation à des rapports d’adaptation et des rapports d’autonomie à des rapports de dépendance.

22Dans un 1er type d’espace d’animation : ce sont des situations relationnelles d’acceptation, les jeunes qui les fréquentent sont plutôt adaptés (adaptés et dépendants), ils sont dans des relations d’adaptation, les espaces sont fonctionnels, ouverts.

23Dans un 2ème type d’espace d’animation : ce sont des situations relationnelles d’adhésion de la part des jeunes qui sont plutôt adhérents (émancipés et dépendants), ils sont dans des relations de responsabilisation, les espaces sont participatifs et citoyens.

24Dans un 3ème espace d’animation : ce sont des situations relationnelles de critique, les jeunes sont plutôt critiques à l’égard des propositions qui leur sont faites (émancipés et autonomes), ils sont dans des relations d’évitement, les espaces sont critiques, interstitiels.

25Dans un 4ème type d’espace d’animation : ce sont des situations relationnelles de résistance, les jeunes sont plutôt résistants (autonomes et adaptés), ils sont dans des relations de conflit et de rejet, les espaces sont défensifs et sécuritaires.

26La dimension politique, sociale et spatiale de l’animation peut s’observer à partir de l’emprise matérielle et idéelle des équipements tels que ceux de l’association des centres d’animation de quartiers de Bordeaux. Elle se traduit aussi par les différentes façons qu’ont des animateurs d’appréhender la ville, parcellaire ou globale, selon des modalités polarisées ou éclatées, sédentaires ou mobiles, inaugurant de nouveaux rapports spatiaux à défaut de nouveaux rapports sociaux. Mais les rapports socio-spatiaux vécus à l’intérieur des équipements entre animateurs et jeunes doivent être observés et analysés de façon dynamique. Les animateurs sont des acteurs centraux de l’animation urbaine mais c’est un ensemble d’acteurs qui participent de la qualification de l’animation et du rôle qu’elle joue dans une ville en construction.

CONCLUSION

27Les trois types d’animation professionnelle, les contextes politiques et les représentations de ville dégagés de cette recherche issue du terrain, restent dynamiques et ne sont pas exhaustifs. Il reste à les confronter à d’autres réalités infra ou supra régionales, dans l’idée qu’une ville perçu sans environnement serait une perception réductrice de la dimension spatiale que des animateurs peuvent appréhender. La présente recherche reste expérimentale et permet d’identifier :

  • une animation socioéducative et culturelle est exercée dans une ville romantique qu’une politique publique aménage avec des équipements collectifs de proximité en valorisant une vie de quartier, ponctuée de liens sociaux faits d’interconnaissance, de proximité et de solidarité villageoise ; les quartiers bordelais abritent des sociabilités entre habitants attachés à des lieux, à des pratiques, à des racines et à une mémoire vivante ;
  • une animation prioritaire est répartie dans une ville éclatée dont la vie sociale repose sur des distinctions qui privilégient l’entre soi, dans des quartiers “archipellisés” par des inégalités socio-spatiales que des aménagements urbains d’une politique de la ville et de ses dispositifs ne résorbent pas ;
  • une animation médiatrice est développée dans une ville socioculturelle qui paraît produire une urbanité de confrontation, préserver une bonne distance entre les groupes, faciliter de libres circulations et des projets partagés en réseau entre pôles d’attraction et de diffusion, pour donner à vivre des interactions citadines dans des espaces publics, aux deux sens de l’expression.

28La dimension politique, sociale et spatiale de l’animation dans une ville que des acteurs fabriquent selon une urbanité flexible ne se traduit pas par une interpénétration des groupes sociaux mais par leur coprésence éphémère dans des espaces publics et par l’existence d’une sphère d’expression publique diversifiée. En encourageant l’expression d’une petite démocratie (Mothé, 2006), des niches interstitielles d’expériences sociales, des mobilités de lieux en lieux selon une nouvelle territorialité, des animateurs dans leur fonction de médiation émancipatrice, sortent d’une conception réductrice des équipements et des dispositifs publics comme instruments d’intégration sociale des jeunes. Ces derniers sont des acteurs faibles parce que souvent disqualifiés par des représentations sociales, mais qui disposent de compétences sociales, dont une certaine capacité pour certains à échapper aux intentions éducatives institutionnelles, ce qui promet une vraie partie de main chaude où les travailleurs sociaux se renvoient ceux dont ils ne veulent pas et courent après ceux qui les fuient. Aborder les représentations véhiculées à l’égard des jeunes, de leurs espaces et temporalités, de leur usage des équipements, permet de souligner les nécessaires ajustements que des animateurs ont à initier pour sortir d’éventuelles incompréhensions que des rapports éducatifs” civilisateurs” peuvent induire, et permet de poser la question du sens que les animateurs veulent donner à la question sociale (Richelle, 2005).

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Augustin, J.-P. Ion, J. (1987) Les équipements de jeunes : la fin des illusions. Cahiers de l’Animation, 61-62, 183-201.

Augustin, J.-P. (1991) Les jeunes dans la ville : institutions de socialisation et différenciation spatiale dans la Communauté urbaine de Bordeaux. Bordeaux : Presses universitaires de Bordeaux.

Augustin, J.P. (1998) Nouvelles cultures, nouvelles pratiques. In Laborde, P. (coord.), Bordeaux : métropole régionale, ville internationale ? Paris : La documentation française.

Augustin, J-P. (2008) « L’animation sociale et culturelle : un champ social en transformation », in Langlois S., Palard J. (Dirs.), (2008) Jeunes et projets de société : la conscience de génération en France et au Québec (pp. 77-86). Laval : Les Presses de l’Université de Lavalcoll, Rencontres Champlain – Montaigne.

Augustin, J.-P. (2010) L’urbanité flexible des espaces publics. In Augustin J.-P., Favory M. (Dirs.). 50 questions à la ville : comment penser et agir sur la ville (autour de Jean Dumas) (pp. 77-84). Pessac : Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine.

Authier, J.-Y. Bacque, M.-H. Guerin-Pace, F. (Dirs.) (2007) Le quartier : enjeux scientifiques, actions politiques et pratiques sociales. Paris : La Découverte.

Boucher, M. (2007) Turbulences : comprendre les désordres urbains et leur régulation. Montreuil : Aux lieux d’être.

Di Méo, G. Buléon, P. (Dirs.) (2005) L’espace social : une lecture géographique des sociétés, Paris : Armand Colin / VUEF.

Di Meo, G. (2006) Vivre la ville, vivre Bordeaux. Sud-Ouest Européen, 22, 1-11.

Donzelot, J. (2004) La ville à trois vitesses : relégation, périurbanisation, gentrification. Esprit, 303, 14-39.

Donzelot, J. (2006) Quand la ville se défait : quelle politique face à la crise des banlieues ? Paris : Seuil.

Dorier-Apprill, E. Gervais-Lambony, P. (coord.) (2007) Vies citadines. Paris : Belin.

Garnier, J.-P. (2008) Scénographie pour un simulacre : l’espace public réenchanté. Espaces et sociétés, 134/3, 67-81.

Garnier, J.-P. (2010) Une violence éminemment contemporaine. Essais sur la ville, la petite bourgeoisie intellectuelle et l’effacement des classes populaires. Ärseille : Agone.

Gillet, J.-C. (1995) Animation et animateurs : le sens de l’action, Paris : L’Harmattan.

Gillet, J.-C. (1996) Banlieue : lieu de la clôture ou du passage ? In Augustin, J.-P. Gillet, J.-C. (Dirs.) (1996) Quartiers fragiles, développement urbain et animation (p. 177-190). Bordeaux : Presses universitaires de Bordeaux.

In, J. (1990) Le travail social à l’épreuve du territoire. Toulouse : Privat.

Jaillet, M.-C. (1999) Peut-on parler de sécession urbaine à propos des villes européennes ? Esprit, 258, 145-167.

Kokoreff, M. (2003) La force des quartiers : de la délinquance à l’engagement politique. Paris : Payot et Rivages.

Mace, E. (1999) Les violences dites “urbaines” et la ville : du désordre public au conflit dans l’espace public. Les Annales de la recherche urbaine, 83-84, 59-64.

Machiewicz, M.-P. (2001) Praticien et chercheur : parcours dans le champ social. Paris : L’Harmattan.

Mothe, D. (2006) La grande démocratie et la petite démocratie. Esprit, 326, 35-53.

Negt, O. (2007) L’espace public oppositionnel. Paris : Payot.

Pearl, L. (2003) Bordeaux les deux rives : quelle(s) perspective(s) ? In Baudry, P. Paquot, T. (2003) L’urbain et ses imaginaires (p. 81-88). Pessac : Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine.

Richelle, J.-L. (1998) Les équipements nomades dans l’espace social. Agora Débats Jeunesses, 13, 49-60.

Richelle, J.-L. (2005) L’animation et ses contradictions comme analyseurs d’une identité plurielle. In Gillet, J.-C. (Dir.) (2005) L’animation dans tous ses états (ou presque) (p. 129-141). Paris : L’Harmattan, Paris.

Richelle, J.-L. (2010) La ville socioculturelle. La dimension spatiale de l’animation des jeunes. In Augustin J.-P., Favory M. (Dirs.). 50 questions à la ville : comment penser et agir sur la ville (autour de Jean Dumas) (pp. 413-418). Pessac : Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine.

Sansot, P. (1996) Poétique de la ville. Paris : Armand Colin / Masson.

Sechet, R. Veschambre, V. (Dirs.) (2006) Penser et faire la géographie sociale : contributions à une épistémologie de la géographie sociale. Rennes : Presses universitaires de Rennes.

Tissot, S. (2007) L’Etat et les quartiers : genèse d’une catégorie de l’action publique. Paris : Seuil.

Victoire, E. (2007) Sociologie de Bordeaux. Paris : La Découverte, 492, coll. Repères.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/cse/docannexe/image/393/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 61k
Titre Fig. 2. Des centres d’animation dans des quartiers politique de la ville, 2ème période
URL http://books.openedition.org/cse/docannexe/image/393/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 79k
URL http://books.openedition.org/cse/docannexe/image/393/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 80k

© Carrières Sociales Editions, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter