Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Autour de l'animation sociale et socioculturelle en France et en Espagne / Alrededor de la animación social y socio-cultural en Francia y España

 | 
Luc Greffier

1° Partie : L'animation socioculturelle à l'épreuve du programme de Coopération Transfrontalière Aquitaine-Aragon / Parte 1 : La animación socio-cultural y el programa de cooperación transfronteriza Aquitania-Aragón

L’animation en France, tentative de définition d’un système complexe

Luc Greffier

Texte intégral

1L’animation professionnelle s’est imposée en France depuis le début des années soixante en tant que modèle d’intervention sociale auprès des enfants, des jeunes, des familles, des personnes âgées, mais également des publics en difficulté ou en situation d’handicap. Ce concept, qui semble être, dans sa pensée organisationnelle et dans ces modes d’intervention, issu de l’Education Populaire, est ambivalent au sens où il représente bien plus qu’une spécificité française - consulter pour cela les ouvrages de Jean-Claude GILLET « l’animation dans tous ses états (ou presque) » et les deux tomes de « l’animation professionnelle et volontaire dans 20 pays » - tout en étant structuré de manière singulière au sein de notre pays.

L’animation: une difficile définition

2Le terme « d’animation », utilisé dans des domaines très différents, ne se suffit pas à lui-même lorsque l’on souhaite évoquer les pratiques socioculturelles. La définition même de l’animation socioculturelle semble difficile à cerner pourtant cette dernière existe bien et pourrait être repérée à partir de quelques éléments identitaires.

  • 53 POUJOL G., discours lors des premières assises régionales de l’animation, organisées par l’Organis (...)
  • 54 GILLET. JC., Animation et animateurs, le sens de l’action, Ed. L’Harmattan, Paris, 1995.

3L’animation est une nébuleuse, un archipel, un objet indéfinissable… les termes pour décrire cet espace incertain aux frontières mouvantes sont aussi nombreux que variés. Ainsi définir l’animation peut paraître difficile, voire impossible si l’on écoute Geneviève POUJOL qui affirme être « … absolument incapable de donner une définition honnête de ce qu’est l’animation aujourd’hui. Sauf à dire qu’il s’agit d’un métier incertain, polyvalent, changeant et peu reconnu ».53 Dans cette même logique, Jean-Claude GILLET54 introduit son ouvrage « Animation et animateurs: le sens de l’action » par un chapitre intitulé « la définition introuvable ». Ces deux exemples expriment bien les difficultés du chercheur lorsqu’il tente d’opérer un décryptage des réalités et des enjeux qui construisent l’identité de cette notion. Cependant, quelques éléments identitaires peuvent être repérés, mis en relation, et interprétés comme objet structurant.

L’Education Populaire

4L’Education Populaire est très souvent identifiée comme le creuset dans lequel a été moulée l’animation socioculturelle. Continuité ou rupture sont souvent débattues pour qualifier les relations qui se tissent encore aujourd’hui entre ces deux champs sémantiques recouvrant des réalités parfois communes, parfois distinctes. Peut-on qualifier l’Education Populaire de tutrice légitime de l’animation professionnelle?

  • 55 LABOURIE R., Les mutations de l’Education Populaire et des mouvements de jeunesse, in les cahiers (...)

5Les concepts « d’Animation » et « d’Education Populaire » sont souvent associés que ce soit dans les discours des professionnels (certains nostalgiques regrettent parfois le temps glorieux de l’Education Populaire et de ses figures charismatiques de militants) ou dans les travaux et les publications d’un grand nombre de chercheurs. Si l’on ne peut nier l’existence des relations qui se tissent entre ces deux concepts, il est par contre extrêmement difficile de cerner précisément leur nature et leur niveau imbrication. Pour Geneviève POUJOL, l’animation serait « la fille de l’Education Populaire », pour d’autres tel Raymond LABOURIE, les liens seraient plus ténus: « l’animation, une héritière de l’Education Populaire, dit-on d’elle, mais une héritière ignorante de son héritage ».55 Le constat partagé qui peut être fait aujourd’hui est celui de la coexistence de deux champs théoriques et opérationnels de pesées historiques différentes:

  • le premier, celui de l’Education Populaire, serait fléché d’un point de vue historique par la présentation du rapport CONDORCET devant la convention (1792), la création de la Ligue de l’Enseignement par Jean MACE (1866), l’élection du gouvernement du Front Populaire (1936), la création du GEROJEP56 en 1958 et du CNAJEP en 196857, l’offre publique de réflexion initiée par Marie-Georges BUFFET en 1998. Il se construirait dans un engagement militant motivé par une volonté de transformation sociale ;
  • le second, celui de l’Animation Professionnelle, prendrait appui quant à lui sur des évènements sociopolitiques plus contemporains : la loi-programme d’équipements sportifs et sociaux éducatifs (1961), la signature de la convention collective nationale de l’animation socioculturelle (1988) et son extension (1989), le décret de réorganisation de la filière animation dans la fonction publique territoriale (1997). Il se construirait plus particulièrement dans une perspective salariale motivée par une volonté de régulation sociale.
  • 58 Abdel Ghani Alani, (2002) L’écriture de l’écriture, édition Dervy, Paris.

6Pour autant, on ne peut se limiter à une conception de l’Animation comme seule et unique expression de la modernité de l’Education Populaire : « une prétendue modernité qui ferait table rase d’une tradition serait coupée de toutes racines, de même qu’une tradition qui refuserait le progrès serait un plein paradoxe. »58

  • 59 MAUREL C. Education populaire et travail de la culture : Eléments d’une théorie de la praxis, Ed. (...)
  • 60 Poujol Geneviève, Profession animateurs, 1989, Ed. Privat, Toulouse.
  • 61 Ouvrier parisien qui symbolisera la cause populaire ouvrière autour des années 1865
  • 62 Rapport Condorcet, présenté les 20 et 21 avril 1792 à l’assemblée nationale.

7Si l’on en croit Christian MAUREL59, l’Education Populaire, à l’origine de l’Animation socioculturelle, a pour but principal de permettre une prise de conscience individuelle et civile afin de développer l’esprit critique et la prise d’initiative. L’une des premières traductions concrètes à destination des jeunes de cette intention trouve matière dans les « patronages », qui, selon Geneviève POUJOL, se donnaient « pour règles de fabriquer les corps, l’âme et l’esprit des hommes »60. Pour Pierre BRUNO61, cette démarche se fondait sur trois aspirations qui agissaient à la façon de trois leviers essentiels, « l’entraide entre les personnes, le refus de la misère face à la richesse de certains, et le désir de connaissance afin de mieux comprendre le monde ». L’animation pourrait ainsi trouver ses racines dans cette aspiration de connaissance devant « offrir à tous les individus les moyens de pourvoir à leurs besoins, d’assurer leur bien-être, de connaître et d’exercer leurs droits, d’entendre et de remplir leurs devoirs (…) tel doit être l’objet de l’instruction ; et c’est pour la puissance publique un devoir imposé par l’intérêt commun de la société »62.

  • 63 AUGUSTIN JP., & GILLET JC., (2000) L’animation professionnelle, histoire, acteurs, enjeux, Ed. L’H (...)
  • 64 POUJOL G., discours lors des premières assises régionales de l’animation, organisées par l’Organis (...)
  • 65 AUGUSTIN J. P., ION J., Des loisirs et des jeunes, les éditions ouvrières, Paris, 1993.

8Si cet héritage de l’Education Populaire semble bien présent dans l’inconscient collectif de l’animation, si « on ne peut pas comprendre l’animation professionnelle si l’on ignore l’histoire de l’éducation populaire »63 certains n’hésitent pas à affirmer que cette animation professionnelle s’est développée, à partir du milieu des années soixante, dans une dynamique induisant une rupture avec cette pesée historique. Pour Geneviève POUJOL « Le projet d’origine qui sous-tendait le secteur de l’animation est mort. Sont restés les animateurs ».64 Jean Pierre AUGUSTIN, de son coté, voit se dessiner cette disjonction dans un processus de tension entre l’Etat d’une part et les mouvements d’Education Populaire d’autre part65. Flux et reflux rythment ces relations selon une chronologie qui tendrait à valider la thèse d’une progressive différenciation du champ de l’Animation Professionnelle de celui de l’Education Populaire :

  • les années (1958-1966) marquées entre autres par les excellentes relations entre Maurice HERZOG (Haut-commissaire, puis Secrétaire d'État à la Jeunesse et aux Sports) et André PHILIP (Fondateur de la république des Jeunes puis président de la Fédération Nationale des Maisons de Jeunes et de la Culture) peuvent être qualifiées comme celles de la coopération entre l’Etat et les fédérations d’Education Populaire ;
  • les années (1966-1975) témoignent, avec la nomination de François MISSOFFE au ministère de la Jeunesse et des Sports puis celle, après 1968, de Joseph COMITI comme secrétaire d’Etat, d’un divorce motivé par la volonté de l’Etat de créer ses propres services à destination des jeunes ou de reprendre à son compte certaines des actions conduites par les mouvements associatifs ;
  • les années (1975 et après) accompagnent le développement de l’animation professionnelle induit par l’engagement prépondérant de l’Etat au niveau du financement de dispositifs motivés par une double logique d’insertion et de territorialisation, mouvement qui a été accentué par la mise en œuvre des différentes lois de décentralisation à partir du début des années 1980.

9A partir des années quatre-vingt, le système global d’Animation va peu à peu se construire dans une articulation entre les pouvoirs publics et les mouvements d’Education Populaire dans une logique de partenariat, parfois d’instrumentalisation de ces derniers. On peut noter, dans un contexte de « tensions économiques » que les acteurs publics vont s’inscrire de plus en plus dans des modes d’interventions fondés sur les principes d’appels d’offre et de prestations de services en particulier dans le champ des loisirs, de la culture ou de l’éducation.

10C’est donc dans un contexte tendu entre régulation et marché que Marie-Georges BUFFET, ministre de la Jeunesse et des Sports, a initié en 1998 l’offre publique de réflexion sur l’avenir de l’Education Populaire. Cette réflexion, partant du postulat qu’il y aurait d’une part des associations d’Education Populaire ne faisant plus d’Education Populaire et d’autre part, des associations ne se revendiquant pas de l’Education Populaire bien que très fortement engagées dans ce champ, avait pour objectifs de présenter un état des lieux et de penser le travail de la culture dans la transformation sociale. L’enjeu principal, au moment où les questions de participation électorale, de délitement du lien social, de relégation de certains quartiers hors de la cité, se posaient de manière accrue, était d’interroger les processus d’accès à la culture et aux savoirs « par et pour le peuple », afin que chacun puisse avoir les moyens de participer à la démocratie.

  • 66 BRESSON M., (2004) La participation des habitants contre la démocratie participative dans les cent (...)

11La considération de cet enjeu démocratique est un des éléments qui caractérise les animateurs professionnels d’Education Populaire, à contrario de la seule référence à un patrimoine culturel, intellectuel ou historique qui ne permet pas toujours de distinguer les pratiques d’animation contemporaines. Il s’agit à ce titre d’interroger les finalités du projet d’animation. Comme le souligne Maryse BRESSON66, « la logique de l’Education Populaire, les activités de loisirs, organisées par des animateurs sociaux et socioculturels sont considérés comme des prétextes. Il s’agit d’engager une relation suivie dont l’objectif, lointain mais toujours présent, est de transformer l’individu ou le groupe en citoyen(s) actif(s) ».

  • 67 Responsable national du secteur animation professionnelle des Cemea.

12Si l’on considère l’animation comme un projet qui se donne pour buts de mettre en œuvre un processus d’émancipation, de développer des compétences d’autonomie et de permettre aux individus d’assumer leurs besoins, alors l’Animation d’Education Populaire peut être caractérisée selon Philippe SEGRESTAN67 par la mise en œuvre d’activités organisées selon trois principes d’action (revue Vers l’Education Nouvelle n° 524, p. 19) : 

  • la rencontre avec les autres, en cherchant à développer l’inscription des personnes dans les collectivités, avec la capacité à vivre et agir ensemble;
  • l’appropriation culturelle, pas simplement des formes artistiques mais aussi des connaissances, des usages, de la culture populaire ;
  • la participation, en permettant l’expression et l’intervention des personnes en fonction des possibilités de chacun.

13L’auteur précise qu’en fonction des situations, l’un ou l’autre de ces principes peut être prépondérant mais sans que les deux autres ne disparaissent totalement. Ce serait donc à partir de la prise en compte de cet environnement triangulaire circonscrit entre « les autres - la culture - la participation » que pourraient se définir les actions de l’animateur professionnel d’Education Populaire.

L’animation professionnelle

14Considérée comme telle, l’Animation Professionnelle, ne peut se réduire à la seule approche technicienne. Elle ne se limite pas à valoriser les bienfaits de la non-directivité chère à Carl ROGERS, ni à la seule maitrise de savoir-faire plus ou moins affirmés dans la conduite des groupes. L’Animation Professionnelle demande de développer des compétences politiques importantes, au sens du Grec politikos : « qui concerne directement les citoyens et les relations qu’entretiennent ceuxci au sein de la cité ». Dans ce contexte, l’animateur a une charge professionnelle essentielle, il doit être capable, comme le dit François DUBET, « de se poser la question de l’état et de l’avenir de la société, identifier les problèmes voire dénoncer certaines solutions proposées ».

  • 68 L’animation : rouage essentiel d’une société complexe, in Territoire n° 458, mai 2005 pp. 4-7

15Ainsi, il semblerait que l’on puisse élaborer, à travers le filtre d’une perspective historique, une conception évolutive des finalités « politiques » de l’Animation. François HANNOYER (directeur de l’ADELS, Association pour la Démocratie et l’Education Locale et Sociale) propose dans le cadre d’un article intitulé « petit tour dans le temps et l’espace des animations porteuses de changement social ou de développement territorial »68, une analyse de l’évolution de la notion d’Animation articulée autour de quatre modes d’intervention qui apparaissent successivement:

  • animation et pédagogie, pour dire le lien historique et originel entre Animation et Education Populaire en n’hésitant pas à introduire son propos par « l’animation serait l’anti-éducation nationale », l’animateur refusant le rapport frontal au groupe ;
  • animation et mouvement social, pour évoquer en écho à l’élan induit par les évènements de mai 1968, et selon la représentation des couches sociales dominantes, une « animation porteuse de contre-culture » ou d’une agitation qualifiée par certains de néfaste à la paix sociale ;
  • animation et territoire, pour marquer les processus de décentralisation entamés depuis 1982. Cette articulation apparaît de manière concomitante avec une marchandisation du métier, une instrumentalisation des pratiques, une compromission avec les pouvoirs locaux le tout dans un contexte de désengagement de l’Etat ;
  • animation et développement de la démocratie, pour dire l’actualité de la fin du XXème siècle de l’animation et l’émergence de nouveaux enjeux (économie solidaire, démocratie participative…) dans un contexte de tension entre mouvement social et mondialisation libérale.

16Cette déclinaison, modélisée dans un cadre diachronique, met en exergue un processus qui montre l’évolution de la représentation des interventions dominantes associées à la fonction d’Animation, chacune de ces représentations dominantes ne venant pas se substituer à la précédente mais enrichissant ou épaississant le concept. Dans un contexte social où les problématiques environnementales prennent une place de plus en plus importante, que ce soit dans la sphère des média, des milieux politiques ou encore dans l’opinion publique, l’Animation semble, au début du XXIème siècle, s’engager sur un cinquième champ d’intervention qui viendrait compléter la liste précédente, celui que l’on pourrait intituler : animation et développement durable.

  • 69 Réflexion sur l’éducation, librairie philosophique, J Vrin, Bibliothèque des textes philosophiques

17Cette perspective historique, ancrée dans le passé de l’Education Populaire et tournée vers la participation citoyenne et le développement durable pourrait nous conduire à nous interroger sur l’avenir, sur les perspectives de l’animation sociale et socioculturelle, sur le projet éducatif qui l’accompagne. « On ne doit pas seulement éduquer les enfants (mais aussi les adultes) d’après l’état présent de l’espèce humaine, mais d’après son état futur possible et meilleur, c’est-à-dire conformément à l’idée d’humanité et à sa destination totale » écrivait le philosophe Emmanuel KANT69.

18L’Animation Professionnelle aurait-elle pour ambition de participer à la construction d’un avenir sociétal, s’inscrirait-elle dans une pensée politique?

  • 70 Centres d’Entrainement aux Méthodes d’Education Active.

19Certains mouvements d’Education Populaire tels les CEMEA70, se revendiquent porteurs d’utopies concrètes. Comme le dit la philosophe Elisabeth de FONTENAY « après tout, l’irréalisme et le dissensus de l’utopie lui confèrent le pouvoir subversif de faire éclater les contradictions et les injustices de la réalité présente ». Voilà une ambition forte pour les animateurs, qui très majoritairement se sentent souvent en accord avec l’idée de changement, si ce n’est de l’ordre du monde, tout au moins des situations sociales perçues par eux même comme injustes.

  • 71 Même si les entreprises signataires de la Convention Collective Nationale de l’Animation représent (...)

20Le sentiment d’appartenance au monde de l’Animation existe bel et bien chez la plupart des animateurs professionnels, même si parfois ceux-ci revêtent ou aspirent à revêtir des costumes plus attrayants de coordinateur, de chargé de mission, de responsable, de directeur… Le paradoxe est ici intéressant puisque d’un côté le statut d’animateur peut être perçu comme peu valorisant alors que le champ professionnel de l’Animation semble beaucoup plus porteur d’images positives et de reconnaissances sociales. A défaut d’une unité de cadre conventionnel71, de statut, de pratiques immédiatement accessibles on peut identifier assez facilement un ensemble de déterminants qui participent à structuration du champ tels que :

  • la fonction collective. L’animateur agit en relation avec un public, qui, s’il peut être très varié (en termes d’âge, de caractéristiques sociales et culturelles, de localisations géographiques…), est abordé essentiellement à partir d’un travail de groupe;
  • l’origine de l’intervention. Soumise à une exigence de rentabilité de plus en plus fortement exprimée par leurs commanditaires, les associations d’une part, les animateurs d’autre part, butent sur le paradoxe: être le relais d’une commande institutionnelle ou être porteur d’un projet de transformation appuyé sur une demande sociale le tout dans une structure organisationnelle de type souvent pyramidal et elle-même soumise à des jeux de pouvoir conséquents ;
  • la démarche de projet qui devient à partir des années quatrevingt une norme de l’intervention et un « objet culturel » communément partagé. L’émergence et le développement des sociologies de l’action ne sont sûrement pas neutres dans la systématisation de cette méthodologie de projet. Le glissement identitaire des travailleurs sociaux du statut d’agent à celui d’acteur (CROZIER et FRIEDBERG, 1977) et l’affirmation de ce statut pour les animateurs (GILLET, 1995) accompagne un processus de « standardisation » des modes d’action, si ce n’est des actions ellesmêmes, par l’ingénierie du projet qui devient alors « l’outil » de travail de ces animateurs qualifiés de « stratèges »,
  • la dimension réflexive pour laquelle la démarche praxéologique semble être la mieux à même de répondre aux enjeux de sens et d’action. Cette démarche de recherche s’inscrit dans une posture qui réfute l’opposition classique entre théorie et pratique et considère les relations entre savoirs et savoirs d’actions comme une complémentarité dialectique.

21Ces déterminants sont mis en œuvre dans un contexte où l’animateur est pris en tension entre différentes conceptions idéologiques de l’animation :

  • la première tension interroge la dimension idéologique des actions que celui-ci met en œuvre, elle se tisse entre deux conceptions, entre deux courants de pensée : le premier considère l’animateur comme un vecteur de transformation sociale, le second définit animateur comme un instrument de normalisation et de contrôle social ;
  • la seconde tension interroge à son tour la dimension politique de l’animation en particulier à partir de l’identification de l’origine des actions. Cette tension se propage entre deux approches, celle qui considère l’animateur comme un acteur qui intervient en réponse à une commande institutionnelle ou politique et celle qui estime que l’animateur est au contraire en situation de répondre à une demande sociale ou populaire.

Matrice carrée représentant les enjeux de l’animation professionnelle, Luc Greffier

22L’articulation de ces deux tensions idéologique et politique positionne l’animateur au sein d’un ensemble d’enjeux, tels que représentés par la matrice carrée ci-dessus. Celle-ci identifie quatre postures envisageables pour l’animateur: rénovateur de l’action publique, porteur de l’action politique, acteur social engagé ou manipulateur. Au-delà de ses aspirations personnelles, chaque animateur peut ainsi envisager d’étudier sa situation professionnelle afin de tenter de définir les conditions qui déterminent son positionnement au sein de ce cadre d’analyse.

Dans le labyrinthe des formations et diplômes

  • 72 Appellation officialisée par la circulaire du 29 mars 1946 concernant les diplômes de moniteur et (...)

23Partons ici du postulat suivant : l’animation est organisée par des animateurs, sont animateurs celles ou ceux qui sont titulaires d’un diplôme d’animation. Cette double affirmation reste aujourd’hui soumise à de nombreuses interrogations puisqu’il n’est pas nécessaire d’avoir suivi une formation ou d’être titulaire d’un diplôme pour exercer des fonctions d’animateur professionnel. L’ambivalence de la question du diplôme est renforcée dans le champ de l’Animation par la juxtaposition de deux domaines de formation, l’un concernant les diplômes professionnels, l’autre relatif aux brevets de volontaires. Ces brevets trouvent leurs racines historiques dans les dispositifs de coéducation versus Education Populaire bien antérieurs à la création des diplômes d’Animation, depuis les préceptes du scoutisme développés par Warrington Baden Powell dans le manuel « scoutting for boys » jusqu’aux « colonies de vacances » et à leurs premiers « surveillants » qui deviendront en 1946 « moniteurs72 », puis « animateurs » en 1973.

24Les diplômes professionnels sont organisés selon une échelle qui les classe en fonction de la durée et du niveau global des études relatives à leur obtention. Ainsi la grille interministérielle d’homologation permet de repérer cinq niveaux, du niveau V (le plus faible) au niveau I (le plus élevé.

25Cette hiérarchisation des niveaux de diplôme est complexifiée dans le champ de l’animation professionnelle par une organisation de l’offre de formation répartie entre deux ministères, celui que pour des raisons de simplification nous appellerons de « la jeunesse et des sports » et celui de « l’enseignement supérieur et de la recherche ». Le tableau suivant présente ces différents dispositifs et leurs correspondances en termes de niveaux de formation, ce qui ne présuppose en rien des « passerelles » possibles ou réelles et des niveaux de reconnaissances par les branches professionnelles.

Les diplômes relatifs à l’animation, Luc Greffier

Les cadres statutaires de l’emploi des animateurs

26L’un des premiers constats que l’on peut faire lorsque l’on observe le métier d’animateur c’est la disparité des niveaux de responsabilités, des niveaux de compétences, des niveaux hiérarchiques qui peuvent se cacher derrière cette appellation. De la personne exerçant une activité saisonnière en centre de vacances au directeur de certaines associations en passant par les responsables ou coordinateurs de dispositifs socioculturels, tous peuvent être identifiés, nommés et parfois rémunérés comme « animateur ».

27Une autre façon de se repérer dans le champ d’une pratique professionnelle consiste à se référer, lorsqu’elle (s) existe (nt), à la ou aux Conventions Collectives Nationales (CCN) du secteur.

28Ces animateurs professionnels sont rattachés à des cadres d’emploi repérés au sein de quatre branches professionnelles principales :

  • les structures adhérentes à la CCN Animation qui rassemblait selon l’étude conduite en 2006 par la Commission Paritaire Nationale Emploi Formation (CPNEF) 137 600 animateurs ;
  • la Fonction Publique Territoriale au sein de laquelle l’étude de l’Institut National de la Statistique et des Etudes Economiques (INSEE) (2003) identifie 79 403 animateurs dont 24 058 sont titulaires ;
  • le secteur médico-social qui agrège quant à lui 17 439 animateurs selon l’étude du Service des Etudes Statistiques et Industrielle (SESI) du ministère de l’emploi et de la solidarité (2005) ;
  • les structures du réseau des Centres Sociaux et Socioculturels adhérant au SNAECSO (Syndicat National d’Association Employeurs : Centres Sociaux, établissement d’accueil petite enfance, association de développement local) rassemblent quant à elles environ 19 000 animateurs ;
  • viennent également compléter ce recensement les animateurs professionnels présents au sein des branches professionnelles du Tourisme Social et Familial, des Foyers de Jeunes Travailleurs, des Maisons de la Jeunesse et de la Culture… dont le nombre peut-être évalué aux alentours de 10 000 salariés.

Les branches d’activités de l’Animation, Luc Greffier, 2011

Ainsi va l’animation profesionnelle

29Pour terminer cette exploration du champ de l’Animation en France nous pourrions revenir sur la question définitionnelle, celle annoncée comme insoluble au début de l’article. Au regard des différentes approches que nous avons pu évoquer, nous pourrions dire que la définition « introuvable » de l’animation professionnelle, celle qui rassemble assez et ne spécifie pas trop, se construirait à partir de cinq déterminants identifiés comme fondateurs de l’Animation socioculturelle et mis en perspective les uns avec les autres.

30L’animation professionnelle pourrait ainsi être considérée comme :

  • une mise en projet
  • d’un territoire dans lequel,
  • on peut identifier un public,
  • qui participe à une action,
  • dans une perspective de développement de la citoyenneté.
  • 73 Voir page 121 de son ouvrage «Des animateurs parlent, militance, technique, médiaction », éd. De L (...)

31Ainsi, nous rejoignons pour partie et de façon synthétique la formulation définitionnelle proposée par Jean-Claude GILLET73 : « l’animation professionnelle vise à réaliser une action réfléchie, c’est-à-dire une praxis pédagogique qui, à partir d’activités sociales, éducatives ou culturelles liées à un espace institutionnel ou à un territoire géographique, recherche (…) l’approfondissement et l’élargissement d’une démocratie participative en utilisant les réseaux pertinents, les médiations opératoires et l’intelligence stratégique de l’animateur professionnel.  »

Notes

53 POUJOL G., discours lors des premières assises régionales de l’animation, organisées par l’Organisme de Recherche et de Formations en Education et Animation. Le 2 octobre 1997.

54 GILLET. JC., Animation et animateurs, le sens de l’action, Ed. L’Harmattan, Paris, 1995.

55 LABOURIE R., Les mutations de l’Education Populaire et des mouvements de jeunesse, in les cahiers de l’animation n ° 32, 1981. p. 3-7.

56 Le Groupe d’Etude et de Rencontre des Organisations de Jeunesse et d’Education Populaire est une instance de réflexion et de consultation entre l’Etat et les mouvements de jeunesse qui rassemble plus de 50 associations et fédérations d’inspiration laïque et confessionnelle.

57 Comité pour les relations Nationales et internationales des Associations de Jeunesse et d’Education Populaire. La date de naissance du CNAJEP témoigne des raisons qui ont amené les mouvements de Jeunesse et les associations d'Education Populaire appartenant à des horizons très divers, à des familles politiques ou des secteurs d'activités différents à se rencontrer pour ensuite créer un lieu de dialogue et de concertation qui soit l'interlocuteur des Pouvoirs Publics sur les questions concernant la Jeunesse, l'Education Populaire, la formation. En 1974, le CNAJEP s'est élargi à la dimension internationale en fusionnant avec le Comité des Relations Internationales, le CRIF, devenant ainsi le Comité pour les Relations Nationales et Internationales des Associations de Jeunesse et d'Education Populaire. (Source site internet du CNAJEP, consultation le 15 février 2010).

58 Abdel Ghani Alani, (2002) L’écriture de l’écriture, édition Dervy, Paris.

59 MAUREL C. Education populaire et travail de la culture : Eléments d’une théorie de la praxis, Ed. L’Harmattan, Paris, 2000.

60 Poujol Geneviève, Profession animateurs, 1989, Ed. Privat, Toulouse.

61 Ouvrier parisien qui symbolisera la cause populaire ouvrière autour des années 1865

62 Rapport Condorcet, présenté les 20 et 21 avril 1792 à l’assemblée nationale.

63 AUGUSTIN JP., & GILLET JC., (2000) L’animation professionnelle, histoire, acteurs, enjeux, Ed. L’Harmattan, Paris.

64 POUJOL G., discours lors des premières assises régionales de l’animation, organisées par l’Organisme de Recherche et de Formations en Education et Animation. Le 2 octobre 1997.

65 AUGUSTIN J. P., ION J., Des loisirs et des jeunes, les éditions ouvrières, Paris, 1993.

66 BRESSON M., (2004) La participation des habitants contre la démocratie participative dans les centres sociaux associatifs du nord de la France, Revue Déviance et Société, volume 28, p. 97-114.

67 Responsable national du secteur animation professionnelle des Cemea.

68 L’animation : rouage essentiel d’une société complexe, in Territoire n° 458, mai 2005 pp. 4-7

69 Réflexion sur l’éducation, librairie philosophique, J Vrin, Bibliothèque des textes philosophiques.

70 Centres d’Entrainement aux Méthodes d’Education Active.

71 Même si les entreprises signataires de la Convention Collective Nationale de l’Animation représentent un des plus forts potentiels de recrutement pour les animateurs, on ne peut oublier la forte présence de la Fonction Publique Territoriale, du secteur sanitaire et social, des centres sociaux…

72 Appellation officialisée par la circulaire du 29 mars 1946 concernant les diplômes de moniteur et de directeur de colonies de vacances.

73 Voir page 121 de son ouvrage «Des animateurs parlent, militance, technique, médiaction », éd. De L’Harmattan, 2008.

Table des illustrations

Légende Matrice carrée représentant les enjeux de l’animation professionnelle, Luc Greffier
URL http://books.openedition.org/cse/docannexe/image/389/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Les diplômes relatifs à l’animation, Luc Greffier
URL http://books.openedition.org/cse/docannexe/image/389/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Légende Les branches d’activités de l’Animation, Luc Greffier, 2011
URL http://books.openedition.org/cse/docannexe/image/389/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 228k

© Carrières Sociales Editions, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter