Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'animation socioculturelle professionnelle, quels rapports au politique ?

 | 
Jean-Luc Richelle
, 
Stéphanie Rubi
, 
Jean-Marc Ziegelmeyer

La place des populations : actrices ou spectatrices ?

L’animation socioculturelle professionnelle : entre affirmation politique et quête identitaire

Benjamin Moignard

Texte intégral

1C’est sans doute un des points qui n’aura pas fait débat pendant ce colloque : l’animation socio-culturelle est politique. Plus question dès lors de verser dans les sempiternelles et stériles querelles de distinction entre une animation professionnelle technicienne et désincarnée, et une animation volontaire militante gardienne du temple. Si l’animation socio-culturelle est plurielle, elle continue de porter, avec plus ou moins de succès certes, un projet politique d’émancipation et de transformation sociale. Ce colloque a donné la parole aux chercheurs qui mettent en perspective et analysent, à partir d’objets et d’épistémologie parfois forts différents, l’état, l’évolution et les formes multiples d’incarnation de l’animation socio-culturelle. La constance avec laquelle l’IUT de Bordeaux 3 est en capacité de développer des manifestations sur ce champ est sans doute un élément décisif de sa reconnaissance. La sociologie des identités professionnelles l’a montrée (Dubar 2002) et Jean-Claude Gillet l’avait repris à son compte il y a plus de 10 ans à propos de l’animation : ce champ doit développer des réseaux de diffusion autour des savoirs académiques liés à son activité pour exister et s’imposer dans le paysage particulièrement mouvant de l’intervention sociale (Augustin, Gillet 2000 ; Ion, Ravon 2005). Aujourd’hui donc, avec la pérennité des conférences mondiales sur l’animation ou ses homologies, l’organisation régulière de manifestation sur ce thème comme un important colloque sur l’éducation populaire qui avait laissé récemment une large place à la réflexion sur les transformations du champ, il est possible d’affirmer que l’animation socioculturelle devient un objet scientifique non seulement légitime, mais porteur. Ce n’est pas le moindre des encouragements pour tous ceux qui défendent un certain idéal éducatif au travers de l’animation socio-culturelle : ils étaient nombreux durant ces trois jours.

2Ce colloque a donné la parole aux acteurs de l’animation professionnelle. Là encore, la distinction que suppose cette dénomination est sans doute maladroite : les professionnels comme les volontaires ont eu voix au chapitre, les militants associatifs comme les directeurs de service municipaux, les élus comme les administrateurs des collectivités. Les uns étaient parfois les autres selon les circonstances, les ateliers, les casquettes endossées. La multiplicité des points de vue l’a donc encore une fois rappelé : ce n’est pas dans la spécialité des formes d’intervention que se situe la force de l’animation, mais dans la pluralité des regards et des modalités d’action.

3Ce colloque a permis aux étudiants et aux professionnels en formation de se positionner dans un paysage complexe. Il faut souligner le jusqu'au-boutisme de l’équipe pédagogique du département Carrières Sociales organisateur : un colloque scientifique peut devenir un véritable outil pédagogique. Oui, il est aussi possible que les étudiants, ou plus souvent les étudiantes d’ailleurs, ne soient pas seulement cantonnés au rôle certes essentiel, mais pas toujours très valorisé d’hôte ou d’hôtesse d’accueil... Ce colloque et ses thèmes ont été organisés avec certaines promotions particulièrement impliquées, qui ont pu préparer et nourrir des échanges avant, pendant et après cette manifestation. Raymond Aron avait coutume de dire que pour être désagréable avec un universitaire, il suffisait de dire de lui qu’il était un bon enseignant. Il est sans doute réjouissant de constater qu’il avait peut-être tort : le colloque a donné à voir une mobilisation qui parvient à articuler les impératifs de l’exigence scientifique et le souci de l’usage pédagogique.

4Nous ne nous risquerons pas dans cette conclusion à une synthèse des nombreuses interventions de ce colloque. Mais plutôt à la mise en perspective de quelques lignes de force essentielles. Nous tenterons de pointer quelques-uns des enjeux qui ont sous-tendu un certain nombre d’interventions, sans être toujours formulés. Nous nous autoriserons un pas de coté en ne restant pas fixé seulement sur le thème central du colloque, pour nous intéresser plus généralement à certains mouvements qui nous semble interroger de manière significative l’évolution de l’animation socio-culturelle. D’abord en resituant la place de l’échelon local dans le développement du projet de l’animation socioculturelle. Ensuite en nous intéressant à la quête de légitimité des acteurs de l’animation socioculturelle et les positionnements qu’elle suggère. Enfin en revenant sur quelques signes d’une transformation de l’animation professionnelle qui peut nourrir le débat.

L’animation professionnelle : un pouvoir local ?

5Les acteurs locaux ont été nombreux et très largement représentés pendant ces journées. S’il en est venu de toute la France et de certains autres coins du globe, la référence à l’espace local, à l’échelon local, a été une constante. La structuration du champ de l’animation est sans doute un bel exemple de la place toujours prépondérante que joue l’espace local dans un contexte globalisé (Giddens, 1994). La contextualisation des espaces d’intervention a souvent été rappelée comme un élément décisif pour comprendre les situations : si le projet politique d’une animation émancipatrice et soucieuse de transformation sociale est rarement remis en cause, les modalités de l’action d’animation, voir de l’agir en animation sont toujours inscrites dans un contexte spécifique. De nombreux travaux qui s’intéressent à l’animation ou à ses homologies en France et à l’étranger rappellent souvent cet enjeu essentiel. La transformation des mobilités urbaines et le développement des relations sociales en réseaux déterritorialisés ne suffisent pas à annihiler les formes d’ancrages local et les pratiques de proximité (Authier et al. 2007). La capacité de mobilisation de l’espace local est même présentée depuis les années 1980 comme une ressource indispensable à la modernisation de l’administration publique et à l’amélioration de l’efficacité de politiques de lutte contre les inégalités, en alimentant d’ailleurs de nombreuses injonctions parfois contradictoires (Pons, 2011). C’est dans ce contexte d’une spatialisation croissante des politiques éducatives qu’émerge en France ce que Choukri Ben Ayed appelle un « nouvel ordre éducatif local » dans lequel le champ de l’animation et ses structures occupent une large place (Ben Ayed, 2009). L’animation s’inscrit pleinement dans ce mouvement de relocalisation de l’action publique, en ayant moins subi d’ailleurs que d’autres secteurs les effets de la centralisation. En ce sens, l’animation est un pouvoir local dans ce qu’il est perçu par nombre d’acteurs comme un moyen d’actions et de transformations immédiates et situées à partir de la prise en compte des spécificités locales. Plusieurs intervenants ont cependant rappelé que l’animation pouvait aussi dériver parfois vers un usage plus technicien qui la réduit à l’état d’instrument du pouvoir local. À l’autre extrémité de cette échelle des pouvoirs, se situent d’autres formes et d’autres modalités d’action de l’animation qui ont été elles aussi évoquées et illustrées, se définissant comme des contre-pouvoirs, revendiquant un ancrage idéologique qui fixe les modalités mêmes de l’action. Une relation de pouvoir qui a donc été souvent interrogée dans cette manifestation plutôt que le seul rapport au politique, dans un lien dont on pourrait interroger la cohérence, mais qui révèle bien cette tension sous-jacente de la perception du politique comme contrainte plutôt que comme ressource. Une situation à comprendre peut-être au regard de la recherche permanente de légitimité qui continue de marquer le champ de l’animation.

L’animation professionnelle : une recherche de légitimité permanente

6Ce sont les acteurs de l’animation qui s’interrogent eux-mêmes au travers de plusieurs contributions : sommes-nous légitimes à agir et à décider des formes de l’action ? Sans doute faut-il voir dans ces réserves une pudeur toute française à supplanter l’État plutôt qu’à promouvoir les espaces locaux et communautaires de l’intervention sociale. La force et le poids des structures d’animation dans le développement du tissu social sont sans doute largement minorés par les acteurs eux-mêmes. Il est frappant de constater les difficultés relayées à l’occasion de plusieurs interventions dans la reconnaissance même des actions d’animation. Sans doute, la dilution du champ dans une multiplicité de niveaux et de formes d’intervention continue-t-elle de brouiller sa lisibilité. Le colloque n’a pas versé dans l’écueil des doléances professionnelles. Mais force est de constater l’ampleur des inquiétudes exprimées par les acteurs : le décalage entre les attentes institutionnelles et les moyens octroyés, les niveaux de formations et les responsabilités exercées, les problématiques rencontrées et les formes de prises en charge proposées. Sans oublier la difficulté à repositionner les fonctions d’animation dans la myriade des formes d’intervention déployées au travers des nouveaux métiers de l’intervention sociale (Astier, 2010). Et si la précarité continue de toucher durement un certain nombre de professionnels de l’animation (Lebon, 2009), il ne faut pas minorer l’augmentation significative des niveaux de formations d’un nombre croissant d’animateurs qui peut prétendre à une valorisation relativement comparable à celle des autres professionnels du travail social (Gillet,, 2006). Mais le manque de reconnaissance et de visibilité du champ de l’animation, en particulier au regard des autres champs du travail social dont l’éducation spécialisée en particulier, est un incontournable de ces manifestations. Nombreuses ont été les interventions à appeler à la « lucidité » sur les mauvaises conditions d’exercice du métier d’animateur, les difficultés des structures d’animation à trouver les moyens de fonctionner correctement, le manque de reconnaissance du politique pour les missions portées et assumées. Une situation qui témoigne du chemin qu’il reste à parcourir pour que la légitimité des acteurs et des structures de l’animation puisse être autre chose qu’une quête permanente. C’est peut-être à l’aune de cette difficile reconnaissance qu’il faut lire un bouleversement discret, mais pourtant significatif des rapports de l’animation à une institution bien installé de l’action éducative : l’école.

Les sirènes de l’école : le signe d’une perte d’identité ou un renouvellement bienvenu ?

7On le sait, l’éducation populaire a nourri le développement de l’animation durant de nombreuses années, se positionnant à la fois comme vecteur de nouvelles pratiques dans les formes d’encadrement et d’accompagnement de la jeunesse, et dans une complémentarité revendiquée avec d’autres structures de socialisation juvénile comme l’école en particulier (Mignon, 2007). Ces mêmes réseaux d’éducation populaire ont longtemps été animés par les maîtres d’école et des militants partageant une forme d’idéal laïc : l’animation était un moyen d’éducation complémentaire visant l’émancipation et l’affirmation d’un projet laïc et citoyen. La professionnalisation des animateurs comme les nouveaux besoins d’encadrement de la jeunesse ont entrainé une forme d’éloignement du champ de l’animation vers des enjeux moins immédiatement portés par les acteurs de l’école. Les besoins d’autres formes d’éducation par les loisirs ou la prise en charge de publics dits « en difficulté » ont accentué cette distance. Pourtant aujourd’hui, il est frappant de constater à quel point les structures d’animation traditionnelles, et en particulier celles qui s’adressent à un public enfant ou jeune, recentrent une partie importante de leur activité autour de problématiques scolaires.

8Nombreux ont été les témoignages ou interventions pendant le colloque qui ont fait référence à ces activités liées au monde de l’école. Une enquête que nous menons en Ile de France est sans appel : à partir du recensement des activités de plus de 200 structures associatives ou municipales à destination des jeunes publics, toutes sont en lien direct avec l’école ou avec des activités scolaires. On pourrait se réjouir de ce rapprochement marquant peut-être le temps nouveau d’une prise en charge globale de l’enfance et de l’adolescence et le signe d’une cohérence bienvenue entre les acteurs éducatifs. Malheureusement, nous en sommes loin. Le champ de l’animation semble plutôt se spécialiser dans une forme de sous-traitance du « sale boulot » de l’école (Hugues, 1962). La tendance est tellement lourde que certaines structures, et elles sont nombreuses, ne peuvent plus fonctionner sans ces activités. Soit parce qu’elles constituent une occasion de captation du public indispensable. Soit parce qu’elles sont une manne financière essentielle alors que d’autres secteurs d’interventions plus traditionnels ont été délaissés par les financements publics.

9Prenons quelques exemples significatifs de ces nouvelles activités liées à des missions traditionnellement attribuées à l’école. L’accompagnement scolaire, l’aide au devoir, voir de coaching scolaire (Glasman, 2001 ; Oller, 2012) sont devenus l’apanage des associations ou des structures de proximité, même si la plupart des professionnels de l’animation reconnaissent ne pas connaître grand-chose aux subtilités didactiques ou à la méthode syllabique. On ne peut guère s’en étonner : ce n’est pas leur métier ! Autre exemple : l’encadrement et la formation des élèves décrocheurs dans des structures expérimentales aux déclinaisons multiples et dans lesquels les animateurs sont les professionnels en charge : n’y a-t-il pas un paradoxe à ce que les élèves les plus en difficulté par rapport aux apprentissages soient ceux qui sont pris en charge par des non-spécialistes (Bonnéry, 2004) ? Bien sûr que les opérations de socialisation sont essentielles : mais le savoir et la confrontation aux apprentissages sont eux-mêmes socialisants et les contourner constitue sans doute un écueil important qui peut renforcer les difficultés des élèves (Rochex, 1998). La prise en charge des collégiens exclus dans certains départements est aussi devenue une spécialité de nombreuses structures d’animation : l’école ne veut plus, ou n’en peut plus de certains élèves, mais les animateurs sont là ! Là encore, on ne peut guère s’étonner des effets pervers d’une telle prise en charge qui peut parfois renforcer les attitudes de défiance à l’école, là où il peut y avoir besoin de recréer un lien de l’intérieur. Bien sûr, nombre des structures impliquées dans ces différentes activités proposent un travail pertinent dont on peut même se réjouir devant le vide qui se manifesterait sinon pour certains élèves. Mais la place de ces activités à vocation scolaire est tellement signifiante qu’elle influence la conception même de ce que recouvre le champ de l’animation aujourd’hui. Devant l’écueil d’un manque de reconnaissance qui n’en finit pas de durer, la seule alternative est-elle seulement dans la sous-traitance des activités d’une institution plus légitime, même si elle est elle aussi en grande difficulté ? L’animation socioculturelle, dans ce qu’elle est, ne peut pas porter le projet de l’école et de sa scolarisation. Où sont donc les défenseurs des nouvelles pédagogies ? Quelle place pour des alternatives à l’école ? Quelles voix pour faire vivre le débat démocratique d’une réussite sociale qui ne se mesure peut-être pas seulement à l’aune du diplôme obtenu ? Quel projet d’éducation, au-delà des impératifs académiques ? Disons-le clairement : le projet politique de l’animation socio-culturelle n’est sans doute pas soluble dans ce que l’école contemporaine porte aujourd’hui d’inégalités, parfois bien malgré elle d’ailleurs. Et l’on peut s’inquiéter de ce rapprochement nouveau qui marque une forme d’essoufflement du champ de l’animation socioculturelle à se renouveler pour ne pas s’offrir au risque de la suppléance. Bien sûr, des associations du champ continuent de porter haut les couleurs d’un projet différent qui met la pression sur l’école plutôt que de se contenter de la suppléer. Il est assez surprenant par exemple que ce soit l’AFEV, association d’éducation populaire particulièrement dynamique et justement tournée vers une autre manière de penser la réussite à l’école, qui prend en charge depuis 3 ans maintenant la journée de lutte contre l’échec scolaire en y pointant l’hypocrisie ambiante autour de ce thème. Et si nous glissons parfois dans le grossissement du trait que le format de ce texte nous impose, nous savons aussi que l’animation socioculturelle n’est pas réductible à cette forme de sous-traitance, qui n’est qu’un symptôme non réductible à l’état général du champ. Il faudrait plus de nuance pour décrire les rapports de nombreuses structures d’animation avec l’école, qui sont plus complexes que la lecture de ces lignes pourrait laisser penser. Il faudrait prendre le temps de distinguer ces relations qui peuvent aussi se construire sur une logique partenariale beaucoup plus étayée dans laquelle l’école se nourrit aussi de l’expérience d’animation pour se transformer. Il faudrait enfin souligner les compétences que certains professionnels développent en se confrontant à ces « nouvelles questions éducatives » qui font que l’école n’est certainement pas en mesure d’agir seule. Nous imaginons aussi l’exaspération des animateurs que ces lignes feront bondir, parce qu’elles n’évoquent pas suffisamment cette lutte quotidienne qui est la leur pour porter des actions justement différentes du climat ambiant. Reste donc l’urgence de penser d’autres aspirations, pour renouveler un champ de l’animation qui ne doit pas se soumettre aux injonctions techniciennes de l’époque : oui, l’animation socioculturelle est politique, et doit le rester.

Bibliographie

Références bibliographiques

Astier Isabelle, (2010) Sociologie du social et de l'intervention sociale : domaines et approches, Paris : Armand Colin, coll. 128.

Augustin Jean-Pierre, Gillet Jean-Claude, (2000) L'animation professionnelle : histoire, acteurs, enjeux, Paris : L'Harmattan.

Authier Jean-Yves, Bacqué Marie-Hélène, Guérin-Pace France, (2007) Le quartier. Enjeux scientifiques, actions politiques et pratiques sociales, Paris : La Découverte, coll. Recherche.

Ben Ayed Choukri, (2009) Le nouvel ordre éducatif local. Mixité, disparités, lutte locale. Paris : Presses Universitaires de France.

Bonnéry Stéphane, (2004) « Un "problème social" émergent. Les réponses institutionnelles au "décrochage" en France » Revue Internationale d'Education, 35. Dubar Claude, (2002) La socialisation. Construction des identités sociales et professionnelles. Paris : Armand Collin.

Giddens Anthony, (1994) Les conséquences de la modernité, Paris : L'Harmattan. Gillet Jean-Claude, (2006) L'animation en questions. Ramonville Saint-Agne : Erès.

Glasman Dominique, (2001) L'accompagnement scolaire. Sociologie d’une marge de l’école : Paris : Presses Universitaires de France.

Hugues Everett, (1962) « Good People and Dirty Work » Social Problems, 10. Ion Jacques, Ravon Bertrand, (2005) Les travailleurs sociaux, Paris : La Découverte.

Lebon Francis, (2009) Les animateurs socioculturels, Paris : La Decouverte. Coll. Repères.

Mignon Jean-Marie, (2007) Une histoire de l'éducation populaire, Paris : La Découverte.

Oller Anne-Claudine, (2012) Le coaching scolaire face aux nouvelles injonctions scolaires » Sociologies pratiques, 25, pp. 85-97.

Pons Xavier, 2011) L'évaluation des politiques éducatives, Paris : Presses Universitaires de France, Que sais-je ?

Rochex Jean-Yves, (1998) Le sens de l'expérience scolaire, Paris : PUF.

Auteur

MCF Observatoire Universitaire Education et Prévention, Université Paris-Est-Créteil, CIRCEFT-REV, IUT Sénart-Fontainebleau

© Carrières Sociales Editions, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540