Version classiqueVersion mobile

L'animation socioculturelle professionnelle, quels rapports au politique ?

 | 
Jean-Luc Richelle
, 
Stéphanie Rubi
, 
Jean-Marc Ziegelmeyer

La place des populations : actrices ou spectatrices ?

Quels effets des actions collectives sur les habitants et les professionnels ? Le cas des actions collectives conduites dans trois quartiers Nimois par le Conseil General du Gard

Caroline Rambla, Laure-Agnès Suita, Benoît Zenou et Fabienne Poilleux

Texte intégral

1Avec la crise qui accentue les phénomènes de précarité et d’exclusion, l’intervention sociale est entrée dans une période d’incertitudes et d’interrogations. Le rapport de l’inspection générale des affaires sociales (IGAS, 2005) évoque une crise de sens issue d’une évolution de la société qui aurait délité les liens, mis à mal les solidarités, renforcé les individualismes. Cette crise de sens renvoie également à la difficulté actuelle à placer le cursus entre protection et prévention.

2En effet, les situations très dégradées, les expulsions locatives, les maltraitances sur les enfants ou sur les personnes vulnérables imposent d’intervenir de manière urgente, ce qui par définition n’est pas le cas en matière de prévention. Consommatrice en temps, la protection laisse peu de place à la prévention, d’autant plus que cette dernière implique une collaboration entre tous les professionnels et les partenaires de territoire pour détecter les difficultés et repérer en milieu ordinaire (de vie, de loisir, à l’école, en milieu professionnel) les personnes nécessitant une aide sociale.

3Or beaucoup s’accordent pour dire qu’une intervention sociale de qualité ne peut plus se limiter de nos jours à l’addition de mesures individuelles curatives, segmentées entre différents intervenants, sans réelle participation des personnes. Ainsi, conjointement au travail social « traditionnel » axé sur les aides individuelles, est de plus en plus défendue une intervention sociale plus collective, globalisée, transversale et participative, qui replace l’usager au cœur des dispositifs.

4Le Conseil général du Gard s’est ainsi engagé à travers ses différents schémas d'intervention sociale à défendre ce type d'intervention et a donc élaboré une fiche action consacrée aux « actions collectives », qui est inscrite au Plan Départemental de l’Insertion et de Lutte contre les Exclusions.

Motivations

  • 316 Cette démarche holistique considère l’individu dans son environnement, dans ses relations avec ses (...)

5Les actions collectives relèvent de l’intervention sociale d’intérêt collectif (ou d’accompagnement collectif) qui consiste à mobiliser les ressources propres d’habitants constitués en groupe afin qu’ils trouvent des solutions collectives à leurs difficultés communes ; ou encore afin qu’ils puissent y développer leur propre autonomie personnelle ou sociale. Le rôle du professionnel est alors de faciliter la prise de parole et d’aider le groupe et l’environnement à s’ajuster316. Le principe de ce type d’intervention est « de croire que chaque personne possède en elle la possibilité de se développer, qu’elle doit assumer la direction de son existence et les responsabilités qui en découlent. Elle doit avoir l’autonomie de ses choix » (IGAS, 2005).

  • 317 Le travail des services sociaux du Département se fait principalement par des interventions indivi (...)
  • 318 Unité Territoriale d'Action Sociale et d'Insertion, au nombre de 4 dans le département.

6Même si cette démarche reste dans la collectivité une pratique professionnelle marginale317, des professionnels du social, du médico-social et le personnel administratif mènent depuis plusieurs années des actions collectives, notamment en direction des habitants des quartiers Valdegour, Pissevin et Gambetta à Nîmes (UTASI318 Grand Nîmes). Souhaitant vérifier qu'elles contribuaient à un apaisement du climat social sur ces quartiers et envisager que ce mode d’intervention se développe dans les pratiques professionnelles dans une logique de prévention, le Conseil général a commandité une évaluation de laquelle est tirée cette étude. Comme d'autres démarches d'évaluation du travail et de l'intervention sociale (Bas-Theron, Paul et Rousset 2005, Dubechot 2000, Rossignol 2000), elle a pour finalité d’apporter de la connaissance sur ces différentes actions, leur pertinence, leur utilité et les effets produits, mais aussi d'être facteur de changement dans le management et les pratiques professionnelles.

  • 319 Centre médico-social

7En faisant une large place à la parole des habitants, elle offre un éclairage sur les effets des actions auprès des personnes qui y ont participé, des professionnels qui les ont initiées et plus largement du quartier, et aussi sur leur pertinence et leur cohérence. Nous nous intéresserons plus particulièrement ici aux effets qu'ont les actions collectives sur les pratiques et les postures professionnelles : en quoi permettent-elles de changer la perception des habitants sur les professionnels du CMS319, quelle est l’incidence sur la qualité des relations entre les professionnels et les usagers et en quoi permettent-elles de redonner du sens au travail social ?

8Nous montrerons comment les relations entre les habitants et les professionnels sont amenées à évoluer dans le cadre d’une action collective, via de nouvelles pratiques et postures professionnelles. Nous analysons pour cela le rôle spécifique des professionnels selon le type d’actions et les différents mécanismes à l’œuvre, tant dans les pratiques que dans les postures professionnelles.

Méthode

9Nous avons opté pour une méthode qualitative (Kaufmann 2011, Berthier 2006) basée sur des entretiens individuels approfondis menés auprès des habitants ayant participé à une ou plusieurs actions collectives, des professionnels et des partenaires :

  1. L’enquête qualitative menée auprès des habitants bénéficiaires a pour objectif de démontrer en quoi les différentes actions collectives produisent sur eux des effets positifs en termes de reprise de confiance, remise en mouvement et amélioration du rapport à l’autre (aux « pairs », à la famille, aux professionnels, ainsi qu’au quartier). Nous cherchions à mettre en évidence des facteurs explicatifs liés au contexte social et individuel de la personne interrogée. Nous avons réalisé 35 monographies320 auprès de participants des 7 actions retenues321 par le comité de pilotage.
  2. Par ailleurs, nous avons conduit 25 entretiens semi-directifs auprès de professionnels du social, du médico-social et de partenaires associatifs et institutionnels impliqués, abordant notamment leur point de vue sur les effets pressentis des actions collectives et les changements de pratiques ou de posture professionnelle qu'elles ont occasionnées.
  3. Nous nous sommes enfin appuyés sur des experts afin de conforter les analyses et les méthodes déployées, et plus particulièrement sur Bruno Carlon qui menait en parallèle une étude sociologique approfondie sur les quartiers Valdegour et Pissevin (Carlon, 2011).

De nouvelles formes d’implication des habitants à l’origine de leur (re)prise de confiance, (re)mobilisation et d’une modification de leurs rapports à l’autre : quel rôle spécifique pour les professionnels

10Initialement, nous supposions que l’action collective produit d’autant plus d’effets que les habitants s’inscrivent dans une dynamique de résolution de problème, leur implication dans l’action allant bien au-delà d’une simple participation. Or, lors des premiers entretiens réalisés, nous nous sommes aperçus que ce niveau d’implication dépendait davantage du type d’action collective dans laquelle s’inscrivaient les personnes que des personnes en elles-mêmes. En effet, il y a des actions collectives qui offrent un cadre d’implication plus ou moins étendu, flexible dès lors qu’elles mettent à l’œuvre différents mécanismes : intégration au groupe, engagement personnel, apprentissages, partage de valeurs humaines (tolérance, ouverture à l’autre), apports collectifs.

11L'analyse nous conduit à distinguer 3 catégories d'actions collectives : des actions visant à la réalisation d'un projet individuel au travers d'un accompagnement collectif, des actions de prévention, avec la résolution de problématiques individuelles au travers d'échanges et d'une réflexion collective et des actions de réalisation d’un projet collectif.

12Dans l'ensemble, nous montrons qu’elles permettent une reprise de confiance et l'émergence d'un sentiment d'utilité sociale, en mobilisant notamment les compétences individuelles et collectives des participants. Aussi, bien qu'elles ne permettent pas directement de résoudre les problèmes tels que l’insertion professionnelle, elles constituent une étape dans les parcours individuels. De plus, les habitants ont de leur quartier une image plus positive, sans pour autant que cela se traduise par un apaisement du climat, ni des difficultés.

13Plus spécifiquement, chaque type d'action produit des effets spécifiques qui sont liés à ses objectifs et au cadre dans lequel évoluent les participants, mais également à l'intervention des professionnels qui jouent un rôle et ont une place distincte d'un type à l'autre. Pour inciter les habitants à se positionner en tant qu’acteur, les professionnels sont amenés à intervenir différemment qu’en entretien individuel dans le cadre d’un accompagnement social. Ce qui implique d’autres pratiques et postures professionnelles, à l’origine d’une modification de la relation professionnel – usager.

14Nous présentons donc les effets de chaque type d'action sur les habitants et évoquerons, pour chacun, les différentes postures que prennent les professionnels.

Présentation des 7 actions collectives concernées par l'évaluation

  1. Bienvenue chez vous est un collectif de partenaires et d’habitants qui se rencontrent mensuellement en vue d’organiser une manifestation. Initiée par le CMS de Valdegour, elle est menée en collaboration avec plusieurs partenaires et un collectif d’habitants très actif.
  2. Vacances en famille vise à accompagner pendant un an un groupe de familles (nombre variable suivant les années) sur des projets individuels de vacances (aides au financement). Elle a pour objectif de favoriser l’autonomie des familles sur le long terme et fonctionne sur la base de rencontres hebdomadaires (CG, Centre social culturel et sportif et CAF).
  3. LAPE « Gribouille » : lieu d’accueil parents-enfants est un lieu d’accueil anonyme ouvert deux demi-journées par semaine aux enfants de moins de 6 ans et à leurs parents, pour les soutenir dans leur rôle éducatif. Il cherche à favoriser l’autonomie et la socialisation des enfants, à aider les familles à sortir de l’isolement, à les informer sur les ressources du quartier (CMS, médiathèque, CMPP et association Mille Couleurs).
  4. Parents animés : il s’agit de rencontres mi-mensuelles entre parents sur des thèmes ayant trait à l’éducation et la parentalité : rencontres à thèmes avec l’intervention d’une psychologue de l’Ecole des Parents, suivies d’un débat. L'action propose également une programmation de sorties familiales et l’organisation de repas (CMS et Mille Couleurs).
  5. LAPE « Pirouette » : un lieu d'écoute et d’activités ouvert aux familles et aux enfants de moins de 6 ans. Il s’adresse prioritairement aux familles connues des divers services et partenaires, aux parents isolés. Il permet de favoriser l’éveil de tout-petits par le jeu et les échanges avec les autres enfants et d’être un espace d’écoute, de parole autour de l’enfant, mais aussi de rencontre et de communication pour les parents.
  6. Ateliers de quartier d’auto réhabilitation des logements des Compagnons bâtisseurs mis en place dans les quartiers Gambetta et Richelieu du centre ville, fonctionnent sur l’entraide et le bénévolat entre occupants des logements avec l’aide d’un animateur technique. Ils ont pour objectif principal la socialisation, via la réalisation de travaux. Ils fonctionnent avec une dizaine de familles, sur la reconnaissance des capacités de développement de chacun et de son potentiel (Compagnons bâtisseurs et CG)
  7. Les Voix lactées est une action fondée sur l’intervention d’un groupe d’une dizaine de femmes, de mères expérimentées, formées, diplômées, auprès d’autres jeunes mères et femmes qui expriment le souhait d’allaiter. Son objectif est d’augmenter la prévalence et la durée de l’allaitement maternel notamment pour les populations ayant un accès difficile aux informations et ressources disponibles (CG).

Les Ateliers de quartier d’auto-réhabilitation des logements et les Vacances en famille

15L'objectif poursuivi est le « dénouement d’un problème matériel » commun aux personnes (problème de logement, difficulté à partir en vacances…), à travers la réalisation de projets individuels menés en collectif. La présence d’un animateur qui joue le rôle d’accompagnateur, médiateur et coordonnateur des projets est nécessaire à la réussite de l’action. Dans ces actions, la préexistence d’un cadre (règles de fonctionnement) qui se veut par principe « impliquant » - c'est à dire qui mobilise la capacité d’agir des personnes (principe d’entraide, ne pas faire à la place mais faire faire…) - est un préalable nécessaire.

16Ces actions permettent de redonner confiance aux personnes, en leurs capacités personnelles et relationnelles. Elles s’adressent à un public en difficulté, souvent bénéficiaire des minima sociaux, mais en mesure de s’inscrire dans une dynamique de groupe. Les personnes en accident de parcours ou les personnes en trop grande difficulté sociale (problème d’addiction lourd par exemple) parviennent difficilement à se maintenir dans ce type d’action.

« L’action a été un déclic pour moi, quand on va mieux dans sa tête, tout va mieux derrière (…) ça m’a donné de l’énergie pour avancer. »

17Dans les Ateliers de quartier, l’engagement individuel des personnes qui ont trouvé leur place au sein du groupe, va bien souvent au-delà du cadre de l’action. Ayant trouvé un sens à leur vie, elles souhaitent devenir bénévoles pour transmettre leurs savoir faire à d’autres. Elles sont ainsi en position d’aidantes et non plus bénéficiaires de l’action.

« (l'action) C’est comme un arbre avec une seule branche, nous on a rajouté des branches. »

18Par contre, la remobilisation des personnes se limite le plus souvent aux frontières de l’action. Certaines parviennent à s’investir dans d’autres activités ou associations de quartier, mais il s’agit, dans ce cas, de personnes en recherche d’échanges qui ne rencontraient pas de difficulté d’intégration sociale particulière à leur entrée dans l’action.

19Pour les Vacances en famille, ce sont souvent les mêmes femmes qui reviennent d’une année sur l’autre dans l’action car, même si elles ont développé une autonomie dans la préparation et l’organisation d’un projet de vacances, elles reconnaissent ne pas pouvoir partir sans une aide financière. Ce départ annuel en vacances est important pour elles. D’une part, parce qu’au travers de leur investissement dans l’action, elles peuvent offrir à leurs enfants une semaine de vacances au cours de laquelle elles ont des rapports privilégiés avec eux. D’autre part, parce qu’elles peuvent s’autoriser au cours de cette semaine de vacances des plaisirs auxquelles elles ne semblent pas avoir droit habituellement. Cette semaine représente donc une source d’émancipation pour la plupart des femmes du groupe.

20Pour ce type d'actions, l’action ne permet pas véritablement de résoudre les problèmes d’insertion professionnelle (retour durable à l’emploi) mais constitue un premier pas positif dans leur parcours d’insertion sociale, dans le sens où elle leur ouvre des portes. Elle élargit un champ de possibles grâce à la prise de conscience de leurs potentialités et de leur valeur.

21Le professionnel joue un rôle essentiel dans ce type d’action puisque c’est lui qui va transmettre les savoir-faire relatifs à la problématique traitée (rénovation du logement ou organisation d’un projet de départ en vacances) et qui va fédérer les membres du groupe, faciliter la cohésion de groupe en intervenant comme médiateur. Il est reconnu par les participants comme étant à l’origine de l’amélioration de leurs conditions matérielles d’existence à travers la transmission de ces savoir-faire techniques. Il est également reconnu pour son accompagnement moteur tout au long du projet en vue de mobiliser les personnes.

Le LAPE Pirouette, le LAPE Gribouille et les Parents Animés

22L'objectif est ici le suivi préventif en partant d’une difficulté personnelle commune (l’éducation de son enfant en tant que parent…). On traite collectivement de thématiques à l'occasion de réunions d’échanges régulières en présence de plusieurs accueillants qui mettent en confiance. Cette action est conditionnée par la préexistence d’un cadre qui favorise la liberté de parole, l’expression sur des sujets intimes qui relèvent de la sphère privée et la confrontation d’idées entre participants.

23Elles sont bénéfiques sur le long terme pour les femmes et leur enfant sur le plan de la socialisation et permettent aux femmes de s’épanouir davantage dans leur rôle de mère. En effet, les femmes reconnaissent les effets positifs de l’action sur leur enfant, constatant une amélioration de leur éveil, curiosité, sociabilité ou encore autonomie dans la sphère privée.

« Ça a pris quand même un peu de temps, mais au final il s’est habitué et il a pris du plaisir. Oui il a bien évolué. Tant au niveau moteur que relationnel. Parce qu’il avait du mal à bouger aussi, il était toujours collé à moi. (…). Oui donc ça l’a beaucoup aidé. »

24En participant de façon régulière et sur la durée, les femmes reprennent confiance dans leur rôle de mère. Grâce à la « prise de distance » mère-enfant qu’implique l’action au travers des animations collectives gérées par les professionnels, elles sont plus à même d’observer et de comprendre le comportement/fonctionnement de leur enfant.

25Cependant, leur participation débouche rarement sur une forme d’engagement collectif et impacte peu leur parcours de vie en termes d'insertion professionnelle. Par contre certaines transitent du LAPE aux Voix lactées, autre action où elles sont dans une véritable dynamique de coopération.

26Les actions de type LAPE et Parents animés sont des actions de prévention destinées aux parents en difficulté qui souhaitent trouver des solutions par eux-mêmes, par l’échange et la réflexion collective. La présence des professionnels est essentielle car en leur absence les femmes ne s’autoriseraient pas à venir dans ces actions collectives. Ils donnent du cadre et de la légitimité à l’action. Ils assurent notamment, à travers leur présence, le respect de la neutralité et de la confidentialité.

27Les professionnels sont d’ailleurs grandement appréciés par les femmes qui y participent car ce sont eux qui impulsent et garantissent convivialité, liberté de parole et respect des points de vue pluriels en se positionnant comme des membres du groupe à part entière indépendamment de leur statut professionnel. Ils sont considérés comme des personnes ressources, et non comme des « assistantes sociales ».

Les Voix lactées et Bienvenue chez vous

28L'objectif est ici de partir d’une envie, de convictions, ou de potentialités particulières communes aux personnes (être attaché à son quartier, avoir pratiqué l’allaitement et être convaincue de ses bienfaits…). Elles visent à réaliser un projet collectif où chacun a sa place et un rôle moteur. Elles nécessitent la présence d’initiateurs qui impulsent une dynamique collective. L’action garantit la liberté de parole, et demande investissement, la capacité d’agir et la prise d’initiative (« action responsabilisante »). Pour cela, le cadre se co-construit au fil du projet en concertation avec l’ensemble des acteurs.

29Ces actions qui reposent sur un principe d’engagement collectif, conçues en « mode projet », jouent favorablement sur la valorisation de soi et sur la remobilisation, dès lors qu’elles poussent les participants à s’y impliquer de façon responsable et collective.

30La participation des habitantes a été bénéfique sur le plan de la reprise de confiance et de l’affirmation de soi, notamment par rapport aux « pairs » et à la famille. Des femmes reconnaissent s’y être émancipées et libérées (prise de parole en collectif, décision commune, détermination…), car elles ont pu partager tout au long de l’action une même conviction et ont appris à la défendre collectivement. Cette reprise de confiance est bien souvent à l’origine d’une reprise d’emploi.

« Ça change complètement la personnalité, enfin ça change pas mais ça renforce plutôt le caractère. »

31Dans Bienvenue chez vous, certaines femmes s’ouvrent davantage aux associations du quartier (notamment à celles qui n’appartiennent pas à leur secteur d’habitation) et d’autres initient de nouveaux projets sur le quartier. Ainsi, elles s’ouvrent culturellement aux autres communautés présentes dans le quartier et certaines estiment même que l’action contribue à limiter les conflits ethniques sur le quartier. Elles restent pour la plupart attachées à leur quartier, convaincues de ses richesses, malgré des dysfonctionnements ou des évolutions néfastes.

« Ça apporte beaucoup de choses dans le quartier, ça apporte la bonne convivialité (…) Pour renforcer les liens, pour éviter un petit peu les conflits. »

32Les effets s’étendent au quartier, voire au-delà du quartier depuis que l’action est médiatiquement reconnue. Les femmes sont fières de l’ampleur que prend la fête d’année en année, fruit de leurs efforts. Elle attire en effet, outre un nombre important d’habitants du quartier, des personnes extérieures (de Pissevin, voire des personnalités connues), ce qui témoigne à leurs yeux de la valeur de la fête. L’action procure aux habitantes un sentiment de reconnaissance sociale dès lors que les effets de l’action ne se limitent pas au groupe et s’étendent à la « communauté d’appartenance ».

33Dans les Voix lactées, les femmes sont dans une dynamique de reprise du travail. La plupart reconnaissent que leur participation leur a permis d'être plus confiantes en l'avenir, d'adopter une attitude positive voire combative face aux aléas de la vie. Elles attribuent ce comportement optimiste à l'impulsion positive du groupe. A ce titre, l'action peut constituer un tremplin dans leur parcours individuel, soit en concrétisant un engagement associatif, soit en retrouvant du travail.

34Aussi, les femmes expliquent s’y investir pour le bien de leurs enfants, pour qu’ils puissent s’inspirer des valeurs sous-tendues dans l’action : émancipation, tolérance et richesse des liens sociaux mais aussi engagement citoyen. Elles se sentent par conséquent utiles pour leurs enfants et de manière plus diffuse pour le quartier.

35Dans ce type d’action, les professionnels sont perçus comme des personnes ressources, respectés pour leur écoute, leur disponibilité et leur engagement dans l’action. Ils sont garants dans Bienvenue chez vous de l’expression et de la place des habitantes dans le groupe en tant que citoyennes et facilitent l’intégration des habitants de communautés différentes. Les femmes reconnaissent qu'ils les poussent à se positionner en tant qu'acteurs et à être force de proposition.

36Il transparaît des propos des femmes une forte appréciation des professionnels investis dans ces actions, en légitimant leur propre intervention en tant que membre à part entière du groupe. Les femmes et les professionnels semblent avoir tissé des relations d’une autre nature que celles prévalant dans un entretien individuel classique et qui vont bien au-delà de simples relations professionnelles. Cette forme d'intervention concourt à modifier la perception qu'ont les habitants des assistantes sociales ou des puéricultrices, et à les rendre plus accessibles. Les professionnels sont bien souvent considérés sur un même pied d’égalité.

37Le collectif de femmes ainsi constitué, affiche une volonté de prise d’autonomie par rapport aux professionnels, avec le souhait de se constituer en association pour pérenniser/renforcer leur intervention.

38Mais quel que soit le type d'action, la place et le rôle que jouent les professionnels conditionnent en grande partie le fonctionnement de ces actions et les effets qu'elles produisent sur les habitants. Nous allons donc voir dans quelle mesure les actions collectives ont impacté les pratiques des professionnels et leur posture.

Des pratiques et des postures professionnelles qui évoluent

Effets propres des actions collectives

39Les professionnels dans le cadre d’une action collective jouent un rôle différent de celui qu’ils remplissent dans le cadre de leurs missions classiques. Désormais, quel que soit le métier, les professionnels sont tous amenés à accueillir, conseiller, faire de la médiation, coordonner, voire impulser.

40En effet, une action collective repose sur :

  • une véritable ingénierie de projet : identification des problématiques, définition des objectifs poursuivis, mobilisation des ressources associatives du quartier, désignation d’un coordonnateur, bilan et évaluation du projet… ;
  • un travail en partenariat avec d’autres institutions et/ou associations de quartier ;
  • un travail d’équipe au niveau des différents services du CMS.

41Comme on l’a vu au travers des 3 types d’action collective, les professionnels sont perçus comme « partenaires du projet » et non comme des professionnels du social ou du médico-social car leur posture vis-à-vis des habitants est tout autre que celle qu’ils adoptent dans le cadre de leurs missions obligatoires (entretien individuel, accueil institutionnel…) et ce pour plusieurs raisons.

42Tout d’abord, le professionnel ne dispose plus de ses cadres de référence habituels dès lors qu’il n’a pas vocation à répondre à une demande individuelle d’aide sociale d’un habitant :

« Ce n’est plus le professionnel qui sait, qui fait rentrer dans une case les individus et quelque part les maintient dans une position d’exclusion. Il n’y a plus de distance professionnelle. On n’est plus sur un piédestal du haut de nos dispositifs tout faits. »

43De ce fait, il n’y a pas de rapport duel dans une action collective.

44Ensuite, il s’efforce dans le cadre d’une action collective de travailler sur les savoirs, les compétences, les ressources des habitants. Durant les réunions collectives, il donne la parole, sollicite l’avis des participants, prend les décisions en concertation. Par ailleurs, il peut être amené à réadapter l’action au vu de l’évolution des attentes/ressources des habitants et surtout il sollicite les savoir-faire propres aux individus, issus de leur expérience personnelle ou de leur culture d’origine.

« Dans l’action collective, je pars des gens, de leurs compétences et de leurs souhaits et je bâtis avec eux un projet collectif pour leur permettre de sortir de l’isolement. »

45Enfin, il aborde des sujets autour de la culture, de la vie sur le quartier. Il n’aborde pas les problèmes personnels des individus. Il s’intéresse uniquement à leur vie quotidienne en tant qu’habitant d’un quartier. C’est pourquoi il ne donne jamais de conseils directs depuis sa place de professionnel. Il fait en sorte que les habitants trouvent les solutions par eux-mêmes et si nécessaire les oriente vers le bon interlocuteur en dehors de l’action en vue de les aider à résoudre des problèmes personnels. Par conséquent, il intervient en tant que personne ressource.

46En somme, même si les actions collectives relèvent de la volonté de quelques professionnels, elles constituent une forme d’intervention sociale à part entière qui fait appel à des méthodes de travail spécifiques : posture professionnelle, ingénierie de projet, travail d’équipe, travail partenarial… qui complètent le travail social individuel.

Les effets sur les relations entre les professionnels et les habitants

47Les relations tissées entre les professionnels et les habitants dans le cadre d’une action collective sont moins institutionnelles, conventionnelles que celles nouées en entretien individuel. Elles sont en effet d’abord basées sur la proximité et la convivialité. Les habitants et les professionnels s’interpellent parfois par leur prénom, se tutoient.

48Premiers témoins de l’investissement des habitants dans une action, de leurs capacités, de leur générosité, les professionnels reconnaissent avoir un autre regard sur les habitants usagers du CMS. Ils ont appris à mieux connaître leur vie quotidienne sur le quartier, indépendamment de leurs problèmes d’insertion sociale et/ou professionnelle. Certains professionnels reconnaissent également avoir une perception plus positive du quartier dans lequel ils travaillent.

49Ils estiment que la perception des habitants participant à une action collective change également. Ces derniers ont pu voir les assistantes sociales travailler autrement, s’investir pour leur quartier. Ils ont désormais une meilleure connaissance du rôle et des missions des professionnels sur le quartier, mais aussi de leurs limites. Les habitants sont selon eux davantage en capacité d’entendre et d’accepter une réponse négative venant d’une assistante sociale dans le cadre d’un entretien individuel.

50Ce sentiment de reconnaissance et de respect mutuels entre les professionnels et les habitants a ainsi des incidences positives sur les entretiens individuels dans le cadre d’un accompagnement social. Par ailleurs, les habitants se rendent plus facilement au CMS et dans les associations de quartier pour obtenir des informations.

51Selon les partenaires, l’action implique un changement au niveau des modalités relationnelles entre les habitants et les professionnels. En effet, l’action constitue un espace à construire dans lequel le professionnel n’a plus la même fonction.

« Il n’y a rien à demander dans une action. Les habitants ne viennent pas chercher quelque chose en particulier et nous ne sommes pas là pour trouver une solution à un problème. »

52Ainsi, au-delà de son effet moteur sur les personnes, l’action collective concourt à modifier la nature des relations nouées entre les habitants et les professionnels/partenaires, en bousculant les positionnements des acteurs impliqués.

Conclusion

53Nous avons démontré que les actions collectives ont des effets positifs sur les personnes, sur le plan de la reprise de confiance, de la remise en mouvement, ainsi que sur le plan de l’amélioration du rapport à l’autre, en mettant en lumière trois types d’action collective.

54Elles ont souvent constitué une étape importante dans leur parcours de vie, voire un déclic pour avancer, se projeter, ou pour réaliser leur propre projet. Certes, elles ne permettent pas, sauf exception, de résoudre de lourds problèmes personnels chez des personnes en difficulté d’insertion sociale, mais elles amènent les individus à se positionner différemment, en acteurs sur le quartier, et non en « victimes ». Par ailleurs, elles sont à l’origine d’une amélioration des rapports aux autres, que ce soit entre les habitants, les professionnels et les partenaires, ou encore l’entourage familial. Elles sont, à ce titre, porteuses de valeurs sociales, telles que la tolérance, l’ouverture et le partage.

55Au-delà de son effet moteur sur les personnes, l’action collective concourt à modifier la nature des relations nouées entre les habitants et les professionnels / partenaires, en bousculant les positionnements des acteurs impliqués. Elles impliquent ainsi d’autres pratiques professionnelles, un fonctionnement différent mais également de nouvelles postures professionnelles. Elles ne peuvent plus être considérées comme « en plus des missions obligatoires » ou comme des « pratiques innovantes », elles représentent aujourd'hui une modalité de travail au même titre et complémentaire à l’accompagnement individuel.

56Dans tous les cas, l’intervention sociale doit rester une coproduction entre une ou des personnes en difficulté et le ou les professionnels. Elle doit s’appuyer non seulement sur les capacités des individus mais aussi sur le potentiel des collectifs auxquels ils appartiennent. Mais de nombreuses questions restent en suspens. En effet, quelle articulation avec les actions initiées sur ces quartiers par d’autres directions internes au Conseil général ou par d’autres institutions relevant de la politique de la ville ? Quels sont le rôle, la place et les missions confiés aux associations ? Ou encore, comment adapter les actions collectives en zone rurale où les problématiques rencontrées sont d’une autre nature ?

57Les projets sociaux de territoire en cours d'élaboration dans chaque UTASI (unité territoriale d'action sociale et d'insertion) sont une opportunité pour donner un cadre plus global et cohérent à ces actions collectives. Leur construction devrait faire une large place à la concertation des partenaires et des habitants eux-mêmes.

58Mais c'est depuis 3 ans une réorganisation profonde de l'action sociale qui a donné un sens rénové au travail social. D'une part la territorialisation a permis de mieux prendre en compte les spécificités des 4 zones géographiques ainsi retenues, et de renforcer la coordination des différents services de l'action sociale, santé et PMI, enfance, insertion, accompagnement. D'autre part, les directions stratégiques ne sont plus aujourd'hui qu'au nombre de deux. L'objectif est double : plus de cohérence et de synergie entre les politiques déployées et une volonté de mettre en œuvre une véritable politique de prévention, en amont et en complément des interventions actuelles.

59Les actions collectives s'inscrivent complètement dans cette mouvance. Prévenir les difficultés éducatives et donc éviter les mesures de protection de l'enfance, construire un projet ensemble autour de valeurs communes pour mieux prévenir les conflits dans les quartiers, créer de nouvelles formes d'accompagnement et mieux gérer les tensions entre les habitants et les travailleurs sociaux... sont autant de pratiques qui méritent d'être développées.

Bibliographie

Références bibliographiques

Association Nationale Compagnons Bâtisseurs, (2007) Evaluation prospective de la démarche d’auto-réhabilitation accompagnée, Actes de la 3ème rencontre interrégionale de l’auto-réhabilitation accompagnée, 13 décembre, à la Bourse du travail de Saint Denis, 18 p.

Alibert C., (2008) Les habitants dans leur quartier : Bienvenue chez vous, une expérience d’intermédiation sociale à Nîmes, Mémoire de Master 2 Institution, Organisation, Développement - spécialité Intermédiation et développement social, Université Montpellier III.

Bas-Theron Françoise, Paul Stéphane, Rousset Yves, (2005) Suivi, contrôle et évaluation du travail social et de l’intervention sociale, Rapport de l’Inspection Générale des Affaires Sociales n° 2005034.

Berthier Nicole, (2006) Les techniques d’enquête en sciences sociales, Paris : Armand Colin.

Carlon Bruno, (2011) L’évolution des territoires de la politique de la ville en Languedoc Roussillon – La Zone Urbaine Sensible Valdegour Pissevin à Nîmes, Rapport 1, Mai, pour la Direction régionale de la jeunesse, des sports et de la cohésion sociale, Préfet de la Région Languedoc-Roussillon.

Dubechot Patrick, (2000) Des politiques sociales à la prévention spécialisée - la question de la place des usagers dans l’évaluation, Les Cahiers de l’actif, n° 288-291 Paris, pp. 149-163.

IGAS, (2005) L’intervention sociale, un travail de proximité, Rapport annuel, Ministère de l’emploi, de la cohésion sociale et du logement, Ministère de la santé et des solidarités, La Documentation Française, 340 pages.

Kaufmann Jean-Claude, (2011) L’enquête et ses méthodes : l’entretien compréhensif, Paris : Armand Colin.

Rossignol Christian, (2000) L’évaluation, dans le secteur social et médico-social. Evaluation de quoi ? comment ? et pourquoi faire ?, Bulletin du CREAI PACA-Corse, pp. 20-29.

Notes

316 Cette démarche holistique considère l’individu dans son environnement, dans ses relations avec ses proches (IGAS, 2005).

317 Le travail des services sociaux du Département se fait principalement par des interventions individuelles, fondé sur la notion de droits individuels et centré sur une logique d’attribution d’aides à la personne.

318 Unité Territoriale d'Action Sociale et d'Insertion, au nombre de 4 dans le département.

319 Centre médico-social

320 Une monographie est une étude approfondie d’un récit de vie. Il s’agit d’un entretien individuel au cours duquel la personne interrogée livre sa représentation des faits à travers son propre système de valeurs. Ce support d’exploration permet ainsi de comprendre des phénomènes complexes, des interactions entre le vécu de l’individu et son environnement.

321 Ces actions ont été retenues du fait de leur ancienneté, suffisante pour pouvoir en évaluer les effets.

Auteurs

Chargée d’évaluation à la Mission Evaluation, Organisation et Pilotage (MEOP) au Conseil général du Gard

Directrice de la Mission Evaluation, Organisation et Pilotage (MEOP) au Conseil général du Gard

Chargé d’évaluation à la Mission Evaluation, Organisation et Pilotage (MEOP) au Conseil général du Gard

Chef de service social territorial au Conseil général du Gard

© Carrières Sociales Editions, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search