Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

L'animation socioculturelle professionnelle, quels rapports au politique ?

 | 
Jean-Luc Richelle
, 
Stéphanie Rubi
, 
Jean-Marc Ziegelmeyer

La place des populations : actrices ou spectatrices ?

Un diagnostic sur les pratiques numériques : levier d’une mise en réseau ? L’union des fédérations régionales des MJC méditerranée

Christophe Prigent

Testo integrale

Introduction

  • 291 Exemple de l’association loi 1901 d’accès aux nouvelles technologies dans un cadre socioculturel : (...)
  • 292 Le terme « digital natif » désigne une personne née dans un univers informatisé alors que celui de (...)

1Les nouvelles technologies, souvent considérées comme un symbole de progrès, engendrent pourtant une véritable fracture numérique : hétérogénéité dans l’accès et les usages, inégalité des publics… et leur utilisation exponentielle peut creuser un certain nombre d’écarts. D’où l’intérêt de l’Education Populaire291. pour l’usage des Technologies de l’Information et de la Communication (TIC). En même temps, les modalités de mise en œuvre dans ce contexte peuvent aussi participer de cette fracture. Ouvrir une salle multimédia répond à une logique d’équipement, mais il est central, pour l’ensemble des animateurs, directeurs, réseaux de structures et partenaires, d’accompagner les publics dans les pratiques numériques à deux niveaux : dépasser les usages courants pour développer des rapports créatifs et permettre une véritable appropriation du support ; amener des personnes exclues des pratiques numériques à atteindre une autonomie dans leur recours aux TIC. Il leur faut adopter une posture d’accompagnement des publics face à la présence incontournable de supports qui questionnent le lien entre citoyens et économie mais également les rapports sociaux dans leur ensemble : filles/garçons, jeunes/seniors, « digitaux natifs »/« migrants numériques »292, etc. La question est de savoir comment des agents d’Education Populaire peuvent se saisir des nouvelles technologies tout en développant des projets qui restent en accord avec leurs valeurs.

  • 293 La naissance juridique de l’UFRMJC date de décembre 2009 (source UFRMJC in « Mutualiser, coopérer, (...)

2Consciente de ces enjeux, l’Union des Fédérations Régionales des MJC Méditerranée (UFRMJC), née d’un récent rapprochement293 entre la FRMJC Méditerranée et ADL PACA (CFMJC), a envisagé de conduire de mai à juin 2011 un travail de diagnostic sur les pratiques numériques au sein de son réseau. J’ai conçu et mené ce travail en tant qu’étudiant en Licence Professionnelle coordination de projets de développement social et culturel en milieu urbain de l’IUT Michel de Montaigne de l’Université de Bordeaux 3, dans le cadre d’un stage professionnel. Elaboré à partir d’une démarche inductive, mêlant des éléments recueillis sur le terrain à des apports théoriques, la mise en œuvre d’un tel diagnostic sur les usages tic au sein de ce réseau en pleine structuration a constitué le principal socle d’une recherche-action interpellant la fonction de coordination. Les résultats montrent que la fonction de coordination peut constituer un outil de désenclavement qui participe à une stratégie politique de mise en réseau des acteurs qui constituent l’UFRMJC Méditerranée.

3Cette communication présente quelques éléments d’un travail de recherche-action ayant comme porte d’entrée les TIC, et dégage des pistes de réflexions sur les enjeux soulevés par l’objet politique particulièrement complexe que revêt une union des fédérations de MJC sur le territoire ciblé, notamment celui de la mobilisation des acteurs associés à la démarche de diagnostic.

I. Une recherche-action

I.1. Un protocole de recherche

4Engager une recherche action conduit à combiner une double préoccupation : celle de praticien et celle de chercheur. Cette démarche induit une dimension d’acteur, mais aussi la mise en œuvre d’un ensemble de stratégies dans l’accès à l’information au sein ici d’un réseau fédéral animé par une somme d’enjeux individuels et collectif. Cette démarche rend nécessaire l’utilisation d’une méthodologie adaptée au contexte et le recours à des outils réflexifs qui faciliteront une compréhension et une analyse des dynamiques sociales qui s’y jouent. En soi, il s’agit de se distancier sans se dé-impliquer et de ne pas se laisser prendre dans un jeu de partis pris.

Une méthodologie « pas à pas »

5Dans le cadre précis de cette recherche-action, dont l’immersion constitue le socle, la dimension d’acteur a pris tout son sens. En se nourrissant de données recueillies sur le terrain par une expérience pratique, la méthodologie que j’ai employée m’a permis de mettre en œuvre une démarche socio-anthropologique, adaptée à un contexte global/local de l’institution fédérale observée. Elle peut être caractérisée comme évolutive, inductive et réflexive.

6L’attention portée à la réflexivité durant toutes les étapes de la démarche souligne l’importance de considérer un certain nombre de difficultés dans ce type d’approche, notamment, lorsque l’on s’attèle à analyser un contexte politique complexe et en pleine structuration comme l’UFRMJC.

7Ainsi, dans un premier temps, il a été nécessaire d’établir un ensemble d’identifications, tant au niveau des acteurs et de l’institution, qui dispose à l’heure actuelle de peu de documents propres hormis ceux qui concernent l’organisation de chaque entité (ADL/FRMJC), qu’au niveau du praticien chercheur, en l’occurrence ma place, au sein de l’organisation. Par ailleurs, dans la prise en compte des difficultés, j’ajoute celle qui consiste à être pris dans un ensemble de jeux d’acteurs, de pouvoirs, notamment dans les premiers temps d’approche où il se joue un ensemble de jeux de négociations avec une institution dont les attentes sont parfois bien éloignées de celles que je m’étais fixées avec la démarche de recherche qui m’habite. Un autre ensemble de difficultés se rapportent à l’organisation même du cadre de recherche, qui inclut des contraintes à ramener dans le cas présent au facteur temps, puisqu’il y a un début et une fin de la recherche, mais également au facteur géographique, avec une inscription géographique et un territoire vaste à couvrir.

8Les quatres outils que j’ai pu déployer dans cette recherche-action permettent de se représenter la posture qui ressort de cette démarche que je qualifie d’expérimentale et de formative :

  1. La cartographie du réseau m’a permis d’établir une contextualisation du terrain pour faire ressortir du diagnostic un certain nombre de questionnements qui le balisent. J’ai utilisé des préconisations méthodologiques (Bernoux, 2002), pour d’une part territorialiser l’objet social, ici un réseau, et d’autre part matérialiser l’« ovni Fédéral294 » qu’est l’UFRMJC. Ainsi à partir de données fédérales (coordonnées de structures et bilans d’activités) il m’a été possible de cartographier « l’ancrage territorial de l’UFRMJC » ou encore « les pratiques numériques internes au réseau ».
  2. Par ailleurs, j’ai réalisé un questionnaire comme un moyen d’approcher l’ensemble d’un réseau étendu tout en tenant compte des contraintes de temps et géographiques. De plus en prenant comme porte d’entrée les TIC, cela permettait au répondant d’amorcer une réflexion plus personnelle du répondant sur la dynamique du réseau des MJC sur le territoire PACA induite par l’UFRMJC, mais également sur la question du rapport entre nouvelles technologies et Education Populaire. C’est par son mode de diffusion en ligne via le logiciel de traitement statistique Sphinx qu’une première éventualité d’opérer une animation de réseau via cette étude a pris forme. Le questionnaire permet d’analyser une mobilisation dite « virtuelle » des acteurs. A ce titre l’accompagnement de Gérard Marquié, Chargé d’Etudes et de Recherches à l’INJEP, a permis de doter cette étude d’outils fondamentaux pour son développement et gagner en pertinence.
  3. Pour compléter cette approche, l’organisation de journées numériques destinées à l’ensemble des acteurs du réseau en vue de les sensibiliser à l’aspect créatif et social des usages numériques, a donné un aspect plus « physique » à cette mobilisation « virtuelle ». En effet, en associant directement les acteurs du réseau à leur construction, ces journées pouvaient prétendre à ce qu’une réelle dynamique d’acteurs se mette en œuvre. Elles me permettaient également de doter l’étude d’un support d’« observation participante295 » ;
  4. Pour finir, la mise en œuvre d’un ensemble d’entretiens lors de visites ont permis de mieux cerner la part singulière d’un réseau et de mettre en tension autant de représentations collectives qu’individuelles qui animent la dynamique d’un projet fédéral tel que l’UFRMJC.

9Le présent texte ne reprend pas toutes les données et analyses recueillies à l’aide de ces quatre outils et ne peut présenter l’ensemble cartographique créé lors de cette reherche-action.

I.2. Une approche géographique du réseau des MJC en PACA Comment aborder l’objet de recherche ?

10La question que je me suis posée dans l’approche de l’UFRMJC a été de savoir : « comment aborder un objet immatériel tel qu’un réseau ? ». Ainsi, mon angle d’approche de l’objet de recherche, tel un contre-pied méthodologique, a été de passer par son inscription dans l’espace. Cette approche géographique a fait ressortir des indicateurs qui m’ont aidé dans la compréhension du projet atypique et unique de l’UFRMJC dans le paysage des MJC en France. J’ai opéré des mouvements d’échelle entre global et local, indispensables pour comprendre la situation, et considérer la dynamique entre enclavement/désenclavement qui caractérise le contexte local du réseau, et ainsi saisir l’importance de l’empreinte géographique sur le projet. Néanmoins, si l’angle géographique a été un outil de contextualisation central, il n’a pas pu être utilisé seul. En effet, en arrivant sur le terrain, j’ai eu des difficultés de compréhension face à un projet complexe et en mouvement. Outre des données institutionnelles, les témoignages des acteurs m’ont apporté un éclairage certain, en se référant dès le départ à l’histoire et au contexte global.

  • 296 Christian Maurel, figure incontournable du paysage des MJC en France, a la particularité d’avoir é (...)

11Premièrement il était nécessaire de considérer la dynamique d’union/scission comme étant au cœur du processus d’une union des fédérations régionales de MJC sur ce territoire. Cela consistait à replacer l’objet de recherche dans une dynamique historique et politique. Pour ce faire deux ouvrages ont été indispensables, celui écrit par Laurent Besse et la thèse produite par Christian Maurel296. Deuxièmement, il était important dans cette approche politique d’aborder le réseau des MJC en PACA par le croisement des deux systèmes politiques ADL et FRMJC dans leur approche institutionnelle. La considération que nous nous trouvons au cœur d’un projet initié par des hommes est importante, ce système se construisant dans une dynamique de « pas à pas », tout en affirmant des valeurs de mutualisation et de coopération des acteurs. Dans la démarche d’union, il ne s’agit pas de gommer les points de tensions mais de privilégier les points qui rassemblent pour répondre à une question qui est loin d’être occultée : survivre. Pour cela, l’UFRMJC devient un outil politique de représentativité renforcée des MJC en PACA. Enfin, troisièmement, c’est par le recours aux préceptes de la géopolitique que j’ai réellement pu amorcer l’approche de l’objet de recherche. Tout l’enjeu de l’exercice s’est trouvé être néanmoins de transposer les principes de cette discipline, exclusivement employée pour des échelles internationales, dans un contexte essentiellement local.

Géopolitique : « du papier au sac à dos »

12L’approche de ce terrain a nécessité la découverte d’un territoire caractérisé par un découpage administratif et politique : la région Provence-Alpes-Côte-D’azur. Pour cela, la cartographie a représenté un outil d’approche central afin de matérialiser le réseau, imaginer des points d’accroches. En combinant l’aspect géographique à l’aspect politique de l’objet de recherche, un outil s’est imposé : la géopolitique. Ce qui a nécessité de considérer un ensemble d’éléments qui avaient comme particularité d’amener des sources de questionnements et d’hypothèses, et d’appréhender le territoire sous sa forme sociale, donc emprunte d’enjeux, de zones de conflits etc… L’hypothèse centrale qui en est ressortie m’a permis d’élaborer une problématique liée à l’enclavement des acteurs et des structures vis-à-vis d’un système fédéral élargi.

13L’empreinte géographique du terrain, la mise en avant de l’influence de facteurs géographiques qui caractérise cette région, tels que la mer et la montagne, cumulée à une identification des différents pouvoirs politiques qui s’exercent sur ce territoire, m’ont laissé entrevoir l’hypothèse d’un double enclavement géographique et politique. L’idée d’approcher un territoire sous diverses facettes est directement empruntée à Guy Di Méo, lorsqu’il aborde le cas de la vallée d’Aspe dans une des études et dans laquelle il différencie l’espace de « vie » et l’espace « vécu » (Di Méo, 1996). L’espace sera différemment parcouru, représenté, vécu et jouera un rôle différent si on se place d’un point de vue « autocentré » ou social. La notion de territoire devra être abordée à la fois comme une espace socialisé et approprié par ses habitants, mais aussi comme le support d’une identité collective et témoignant d’une appropriation par des groupes qui se donnent une représentation particulière d’eux-mêmes, de leur histoire et de leur singularité. Selon le même auteur, l’espace est un enjeu de pouvoir et le territoire un produit du pouvoir. Le territoire serait donc à considérer comme une construction humaine en perpétuel mouvement, un espace à la fois culturel, politique et social, délimité par des frontières (administratives, nationales…), marqué par des valeurs, des croyances et des mythes. Cette différenciation est particulièrement présente dans la réalité des MJC et dans l’approche de leur réseau.

14J’ai pris en compte un ensemble d’éléments praticos-pratiques qui rythment la vie sociale des acteurs, tels que leurs déplacements, dans mes premiers questionnements sur l’enclavement des structures (Aix est à 2h30 de Cannes par la route). J’ai réalisé une représentation matérielle du réseau des MJC en PACA et à l’image d’un sociogramme destiné à schématiser un contexte sociologique inhérent à une organisation, j’ai souhaité croiser une approche géopolitique au principe des cartes que j’ai créées. Pierre Claval définit la géopolitique ainsi : « La géopolitique prend en compte l’ensemble des préoccupations des acteurs en présence sur la scène internationale, qu’ils s’agissent des hommes d’Etat, de la diplomatie, de l’armée, des organisations non gouvernementales ou de l’opinion publique. Elle s’interroge sur les calculs des uns et des autres, et sur ce qui les pousse à agir. Elle se montre sensible à ce qui, dans les plans que forment les protagonistes, reflète l’hétérogénéité de l’espace : conditions naturelles, histoire, religion, diversité ethnique. Elle s’intéresse aux objectifs de coopération ou de détente tout autant qu’à l’usage de la force ou de la ruse » (Claval, 1994). La géopolitique met l’accent sur les interactions qui font apparaître des zones de fragilité, des troubles, des tension particulièrement intéressantes dans l’analyse d’un réseau. Par le recours à cette expérimentation, la géographie devient alors un cadre d’analyse et d’action.

II. Entre dire et faire : une enquête aux outils complémentaires

II.1. Le questionnaire : du chiffre à l’analyse

15Le questionnaire apparait comme un outil informatif et même compréhensif. Qui a répondu à celui que j’ai diffusé ? Il y a eu 42 réponses sur 60 structures sollicitées, soit 70 % de réponses, ce qui constitue un seuil suffisant de recevabilité de l’étude. Près de 44 % des répondants occupent un poste de direction, pour un taux d’environ 31 % d’animateurs et 6 % sont des coordinateurs de secteur. C’est un public plutôt féminin avec 56 % de répondants, et 63 % des répondants ont plus de 45 ans, 22 % ont entre 36 et 45 ans et 3 % ont moins de 25 ans. À la question relative à la conduite des actions numériques, on apprend que 60 % des répondants ne sont pas directement liés à l’activité numérique de la structure dans laquelle ils travaillent.

16Il est nécessaire d’approfondir notre analyse afin de saisir les motivations de cette mobilisation massive. Face à la place des activités numériques développées par les structures (pour 80 % d’entre elles), il s’agit de comprendre le sens qu’elles y donnent, leurs représentations et leurs attentes envers la fédération. Quelles sont les enjeux, en termes de stratégies, pour une structure à participer à ce travail ? Les usages numériques sont-ils un prétexte ? La structure répondante y voit-elle le moyen de s’affirmer au sein du projet fédéral, donc politique ?

17Le taux de réponse concernant les attentes vis à vis du réseau fédéral montre qu’elles existent chez les répondants. Toutefois, l’intérêt pour des journées numériques n’est pas majoritaire. On note des attentes qui portent sur les TIC et les enjeux liés à ces pratiques (sensibilisation des acteurs aux usages des TIC accompagnée d’une veille sur ces usages en vue de l’accompagnement des publics…), mais également sur l’idée de renforcer un réseau lié à ces usages, et de pouvoir échanger quant à ces pratiques avec d’autres professionnels. Il y a une demande de formation plus importante dans les structures n’ayant pas d’animateur référent d’activités numériques. Dans ce cas, les demandes sont davantage en lien avec des formations techniques propres aux TIC. Lorsqu’un animateur référent existe dans la structure, le répondant juge que ce professionnel n’a pas besoin de formation par exemple dans l’animation. Ceci montre la place du pan technique dans les idées que se font les membres du réseau sur les TIC. Les besoins manifestés par les structures se situent surtout autour de la question financière et technique qui sont les principaux freins rencontrés au développement des activités numériques.

18À la question « Considérez-vous que les NTIC sont un enjeu majeur pour l’Éducation Populaire ? », 72.5 % répondent que c’est une préoccupation. Cette question proposait une zone d’expression. Certains répondants qui écrivent que c’est un enjeu de société : « les pratiques numériques servent à beaucoup de domaines (communication, créations, divertissements, services administratifs etc.) ». C’est donc pour la plupart un enjeu pour l’Éducation Populaire : « Les NTIC font aujourd'hui partie intégrante de la vie, la population la rencontre partout (téléphonie, comptes en banques, courses...). Permettre à la population de comprendre le fonctionnement de ces nouvelles technologies pour lui apprendre à l'utiliser à bonne escient, et non en devenir esclave (addiction pour les jeunes et moins jeunes, perte de repère en cas de coupure d'internet...) ». Certains ajoutent que si c’est un enjeu, tout dépend de la manière de mener l’activité et de la place qu’on donne à l’objet qui reste alors un outil : « Ce n'est pas le choix de l'activité qui fait l'éducation populaire mais l'accompagnement. Les jeunes sont nés avec les nouvelles technologies. C'est le projet global de la structure qui fait l'éducatif. Donc oui aux nouvelles technologies comme un outil dans un projet éducatif ».

Des chiffres, oui mais après ?

19Le questionnaire a rassemblé une grande partie de l’UFRMJC, et ce sur les deux réseaux qui la composent. Alors que les usages de l’informatique forment une préoccupation pour les professionnels et représentent à leurs yeux un enjeu pour la société et pour l’Éducation Populaire, ils mentionnent des freins dans la mise en œuvre de projets : manque de personnels aptes à conduire ces actions, besoins d’ordre financier et technique. Leurs demandes portent sur des formations techniques et des moyens divers. Elles sont très pratiques. Il n’y a cependant pas de diagnostic engagé sur ces questions dans bon nombre de structures. Il paraît donc nécessaire d’accompagner la réflexion qui repose actuellement sur des représentations, par exemple concernant les attentes du public, et sur l’expérience et le partage de pratiques professionnelles. Les usages numériques questionnent et interpellent, et les répondants souhaitent échanger sur les pratiques. Il est alors légitime de se poser la question du rôle que peut jouer la fédération dans l’accompagnement de ces professionnels sur le sujet.

II.2. Les entretiens : un réseau, des approches singulières

20Les neufs entretiens retenus pour cette recherche-action ont donné lieu à près de vingt heures d’enregistrement. Je me suis intéressé ici aux attentes des acteurs, et je me suis centré sur les entretiens réalisés avec des directeurs de MJC et un administrateur. Les acteurs rencontrés ont présenté leur parcours de vie et exprimé une attache aux MJC. En partant de la porte d’entrée que sont les usages numériques, les entretiens m’ont permis d’accompagner les acteurs vers une réflexion plus centrée sur la question du réseau. En ont-ils une lecture similaire/différente ? Connaissent-ils son fonctionnement ? Comment s’y positionnent-ils ? Quel(s) sens donnent-ils à la constitution de cette nouvelle entité fédérale ? Quels en sont les enjeu(x) ? Que disent-ils de leur implication dans la construction de ce projet ? Peut-on parler d’une dynamique commune ou de dynamiques singulières ?

21Tous se rejoignent sur l’idée que l’Éducation Populaire doit agir en cohérence avec le contexte social et culturel qui comprend aujourd’hui les TIC. Cet objet en perpétuel mouvement demande aux professionnels à s’adapter aussi rapidement pour intégrer ces nouveaux espaces dans leurs pratiques et leurs projets (les réseaux sociaux, internet…) Cette posture est si délicate qu’elle produit parfois des freins idéologiques et des difficultés de positionnement, ce qui peut faire perdre des valeurs qui ne seront pas transmises car pas adaptées. De plus, la mobilité des pratiques pose le risque pour les professionnels de s’éloigner du sens de leur projet. L’enjeu est bien souvent de ne pas mettre en œuvre des activités consommatoires

22Tous trouvent important le projet de fédération. Cependant, ils émettent parfois des réserves quant à sa mise en œuvre. Il y a plusieurs façons d’aborder le rôle de la fédération : d’un point de vue global par les pratiques courantes d’un réseau ou par une entrée plus précise que sont les nouvelles technologies. Certains estiment que la fédération ne joue pas son rôle et parlent d’un éloignement des structures vis-à-vis d’elle. Ils questionnent le sens donné au fait d’adhérer aujourd’hui. Néanmoins, les interlocuteurs expliquent que pour que la fédération fonctionne, il faut aussi une part de mobilisation des acteurs de terrain. En croisant les attentes et les conceptions d’une fédération, on voit que les acteurs sont en demande d’outils et souhaiteraient que la fédération prenne plus en compte leurs besoins. En même temps, ils reconnaissent qu’il faut un investissement réciproque. Je repère à ce niveau le cœur d’un jeu d’acteurs qu’il est nécessaire d’observer et qui me permet de questionner le projet de rapprochement des deux fédérations.

Vers une union régionale des fédérations de MJC en région PACA

23Lorsqu’on questionne les directeurs de MJC sur le projet de rapprochement fédéral mis en œuvre autour de l’UFRMJC, beaucoup y voient une utilité. Cela permettrait de renforcer le poids des MJC à l’échelle locale. Toutefois, il existe encore beaucoup d’inconnues pour les acteurs.

24L’UFRMJC semble avoir été considérée comme une solution face aux difficultés rencontrées par l’institution et par les structures. Cependant, selon certains de mes interlocuteurs, le rapprochement a formalisé des pratiques conjointes qui existaient déjà entre des directeurs des deux réseaux. Du point de vue des responsables de la fédération. Dans un entretien, un responsable exprime le sens donné à l’UFRMJC en termes d’articulation, à l’image de deux jambes, des deux fédérations rassemblées dans l’union, avec un projet politique commun d’Éducation Populaire. Il admet le rôle concret de la fédération en termes d’aide d’urgence en réponse bien souvent à des cas particuliers. Néanmoins, cet interlocuteur replace la perspective globale fondatrice de l’union, le partage, et parle de « réciprocité d’adhésion ». Cet arrière-plan fédéral nous renseigne d’un point de vue de l’institution, sur les enjeux que soulève l’union dans le partage d’un projet politique, mais également sur les postures à adopter en vue de créer une synergie dans sa mise en œuvre pratique.

25La lecture des entretiens, associée aux autres outils de l’enquête (questionnaire, journées, cartographie), amène à penser que la vie d’un réseau peut être appréhendée à différents niveaux selon les acteurs qui l’animent. Il y a plusieurs niveaux d’interactions entre acteurs de « terrain » et acteurs fédéraux, Outre des enjeux financiers, la fédération a pour mes interlocuteurs un rôle d’interface et d’animation du réseau en termes d’outils et de ressources. Mais autant le projet d’une union des fédérations régionales rassemble, autant il suscite des doutes et des inquiétudes chez certains directeurs de MJC par rapport à l’UFRMJC qui a encore du travail à réaliser pour aboutir et convaincre. Cela les conduit parfois à établir un clivage entre eux, c’est-à-dire entre « le terrain », eux à leurs yeux, et l’institution. Cependant, leurs propos tendent à faire émerger parfois des attentes contradictoires envers la fédération. Les directeurs de MJC, s’ils sont en attente de moyens, reconnaissent ne pas s’impliquer totalement dans l’action fédérale pour des raisons diverses. Ils tendent à vouloir recevoir de l’union mais dans un contre-don parfois relatif envers elle. Or, l’union n’existe qu’avec cette deuxième dynamique et cette action collective demande à être appréhendée par des dynamiques d’acteurs singulières, et à considérer les stratégies opérées tant d’un point de vue institutionnel que des acteurs du réseau. Dès lors, la fédération doit trouver les angles d’approches pertinents à la conduite d’un projet fédéral pour tendre à faire que les expressions d’intérêts singuliers deviennent celles d’un intérêt général.

III. Coordination et stratégies politiques de mise en réseau

26Opérer un va et vient entre local au global, entre institution fédérale et MJC conduit à porter un regard sur les dynamiques opérées par cette démarche de recherche-action, car les effets opérés par les actions dans le cadre de ce stage sont mesurables à la fois au niveau du réseau mais également au niveau de l’équipe fédérale. Celle-ci, constituée de trois postes permanents (secrétaire, chargée de développement, un directeur-délégué régional), a été renforcée pendant trois mois par ma présence en tant que coordinateur de projets. L’inclusion de ce nouveau professionnel a fait émergé de nouvelles perspectives pour le projet fédéral, tout en questionnant également son fonctionnement. Dans ce contexte fédéral en pleine structuration, qui fait apparaitre des jeux d’influences institutionnelles cristallisées autour des postes de professionnels, la fonction de coordination peut être abordée comme un outil d’articulation entre les différents éléments du projet fédéral.

27Par ailleurs, on remarque qu’il existe au niveau des professionnels des secteurs socioculturels un réel questionnement sur ce que représente la fonction de coordination au sein de leurs projets. C’est ainsi que des journées professionnelles dédiées à la coordination ont lieu telle « la journée des coordinateurs » organisée par L’IUT Michel de Montaigne/ISIAT, dont la première édition en 2009 alla jusqu’à poser la question : « Coordination, vrai ou faux métier ? ». C’est en partant de cette interrogation que nous pouvons tisser les grandes lignes qui définissent la coordination et le rôle du coordinateur.

III.1. Coordonner un projet dans un réseau : la métaphore du « pied de biche »

28L’animation d’un travail de réseau suppose un ensemble de mécanismes psychosociaux qui rythment la vie du groupe. C’est ce qui en fait la force et c’est ce qui peut engendrer ses principales faiblesses dans le sens où, comme dans tout groupe social, des phénomènes de leadership se jouent dans un réseau. En conséquence, le rôle que peut jouer un coordinateur dans sa capacité à mobiliser un ensemble d’acteurs peut cristalliser ces phénomènes. C’est en ce sens que j’emploie la métaphore du « pied de biche ».

29Considérer la coordination comme « un pied de biche » peut paraitre expéditif. Or l’image peut illustrer les effets que la mise en œuvre de cette fonction peut engendrer dans le cadre d’un projet. De plus, elle aide à percevoir le caractère complexe de la posture du professionnel qui l’anime, ainsi que son repérage. En effet, le caractère étendu de sa mission fait qu’on ne sait pas trop s’il se trouve plutôt dans une place hiérarchique, une place « intermédiaire », ou encore une place mobile… Le doute qui accompagne cette identification est sûrement induit par le fait qu’il occuperait un peu tous ces espaces. Il est à la fois dedans, lorsqu’il se trouve dans une posture d’animation, dehors lorsqu’il établit un diagnostic, un cadre financier... Or, en qualité de gestionnaire de projet il peut être amené à occuper aussi une place hiérarchique spécifique.

30Mais si on considère son rôle d’interface entre un public ou une institution, cela suppose qu’il n’est pas le supérieur hiérarchique de l’action mise en œuvre. Ces éléments m’amènent à penser que la meilleure façon de se représenter sa fonction serait de dire qu’il est un « cadre intermédiaire ». Cela n’empêchant pas qu’il puisse initier, suggérer mais qu’en sa dimension d’animateur il doit être particulièrement vigilant à la valorisation des potentiels qui animent un projet ou un réseau d’acteurs. Enfin, l’on peut noter qu’une des difficultés qu’il peut rencontrer repose dans le fait qu’il doit également s’impliquer lui-même. Ce qui rend sa tâche à la fois riche et complexe. Le coordinateur, en sa qualité de rassembleur et d’animateur, devra mettre à l’épreuve son éthique personnelle, particulièrement mise en tension dans sa capacité d’influence et de discernement dans le cadre des situations où il est repéré comme exerçant cette fonction de coordination.

31L’ensemble des points abordés pour illustrer la métaphore du « pied de biche », exprime que la fonction de coordination serait à considérer comme étant à la fois un outil qui peut donner force à un projet, être par sa forme courbe un pivot sur lequel un ensemble de professionnels peuvent s’appuyer, et un élément qui donnerait du sens à l’action. De plus, il peut induire un mouvement et une direction. Cependant, prendre comme image le « pied de biche » pour se représenter la fonction de coordination, amène à considérer un outil qui jouerait de sa force.

32Cela suppose que la fonction de coordination peut faire l’objet de nombreuses stratégies, y compris celles de ce professionnel car il est aussi un acteur du système. Ce qui révèle la mise en tension que recèle la fonction de coordination.

III.2. Identifier la fonction de coordination : penser une animation multi facette du réseau

33Je considère le coordinateur comme un professionnel qui doit jouer en permanence sur le caractère complexe et multi forme que sous-tendent ses missions. Ainsi, en passant par plusieurs statuts et rôles au sein d’un cadre mobile, en étant à la fois au cœur de l’action et en dehors du terrain, il se trouve dans une sorte de mise en tension au regard de laquelle il devra être à même de se positionner. On peut dire que la mise en œuvre d’une réflexivité est continue pour ce professionnel, et lui est indispensable pour avoir un regard sur les effets induits par ses actions, notamment en terme de dérives et de pouvoir.

34L’accomplissement de ce stage et les actions qui ont été menées dans le cadre de l’UFRMJC ne prétendent pas avoir initié la fonction de coordination au sein du fonctionnement de l’équipe fédérale. En effet, à l’aide d’un sociogramme relatif au fonctionnement interne de l’UFRMJC, les postes de délégué-directeur régional ainsi que celui de chargé de développement, révèlent des éléments qui dans leurs contenus et missions peuvent participer d’une fonction de coordination, notamment dans la dimension d’animation de réseau, de conduites de projets, de diagnostic ou formations… Toutefois, mon repérage au sein de cette équipe de professionnels en tant que coordinateur de projet référent d’un diagnostic sur les usages numériques et chargé de l’organisation de journées numériques, a participé d’une dynamique du réseau mais également du fonctionnent fédéral.

35La fonction de coordination au sein du fonctionnement de l’UFRMJC existe en partie à travers le travail accompli par l’équipe fédérale. Cependant, elle doit, selon les observations faites sur le terrain et les analyses qui en ont découlé, être identifiée. Analyser la place de la coordination, et son impact dans le fonctionnement l’UFRMJC m’a conduit, après avoir repéré la place des acteurs professionnels qui animent le réseau fédéral, à imaginer la fonction de coordination remplie par un ensemble de professionnels dits « animateurs réseaux » pour répondre aux besoins et freins repérés dans le diagnostic et participer à une animation multi facette du réseau.

Conclusion

36La principale question qui ressort de ce travail pourrait porter sur la pertinence du choix qui a été faite quant au support numérique. Cela reviendrait à analyser ce qu’offriraient de plus les TIC en comparaison d’un autre outil dans la mobilisation et l’association des acteurs du réseau sur un projet commun. Y répondre de façon catégorique serait empreint d’un parti-prix, mais je peux toutefois apporter des éléments qui permettent de mesurer les potentialités qu’offre ce support en termes de coordination d’une animation de réseau. En premier lieu, pour que cet outil puisse participer de cette dynamique, il doit être considéré comme un outil. En second lieu il convient de lui conférer toute sa dimension sociale. Cela en fait alors un outil potentiel d’animation. Par ailleurs, si on veut déployer cet outil comme support d’une dynamique de réseau, il faut qu’il soit utilisable par tous, de n’importe quel lieu, être compréhensible dans l’usage, et être mobilisable individuellement comme collectivement. Cela amène à concevoir un réseau, où l’on détecte un ensemble d’interactions, au sein duquel tous les acteurs peuvent se retrouver dans les objectifs et les préoccupations portés par le groupe. Enfin, en y incluant la fonction de coordination, celle-ci peut être positionnée comme une instance régulatrice et donner du sens à l’action collective.

Bibliografia

Références bibliographiques

Bernoux Jean-François, (2002) Mettre en œuvre le développement social territorial : méthodologie, outils, pratiques, Paris : Dunod.

Besse Laurent, (2008) Les MJC, de l’été des blousons noirs à l’été des Minguettes (1959-1981), Rennes : PUR, coll. Histoire.

Bier Bernard, (2009) « Les « métiers flous » de la coordination, dans leur histoire et leurs enjeux : Quelques éléments comparatifs... », Observatoire des zones prioritaires, Journée des coordonateurs, dacylographié, 6p.

Claval Pierre, (1994) Géopolitique et Géostratégie la pensée politique, l'espace et le territoire au XXe siècle, Paris : Nathan-Université, coll. Fac géographie.

Di Méo Guy, (1996) « Territoire vécu et contradictions sociales : le cas de la vallée d’Aspe » in Di Méo Guy, (1996) Les territoires du quotidien, Paris : L’Harmattan, pp. 51-86.

Maurel Christian, (1992) « Les Maisons des Jeunes et de la Culture en France depuis la Libération : génèse et enjeux », Thèse de sociologie dirigée par Jean-Claude Passeron, École des Hautes Etudes en Sciences Sociales.

Prigent Christophe, Marquié Gérard, (2012) « Pratiques et attentes des professionnels des maisons des jeunes et de la culture (MJC) » in L'information des jeunes sur Internet : observer, accompagner - Expérimentation d'outils avec des professionnels de jeunesse, Cahiers de l’action n° 36, INJEP.

UFRMJC, (2011) « Mutualiser, coopérer, construire ensemble. L’union des fédérations de MJC en Méditerranée » Istres, 58 p.

Wacquant Loïc, (2000) Corps et âme : cahiers ethnographiques d’un apprenti boxeur, Marseille : Agone.

Note

291 Exemple de l’association loi 1901 d’accès aux nouvelles technologies dans un cadre socioculturel : http://janovitch.prods.free.fr.

292 Le terme « digital natif » désigne une personne née dans un univers informatisé alors que celui de « migrant numérique » se réfère à un individu qui y est arrivé plus tardivement.

293 La naissance juridique de l’UFRMJC date de décembre 2009 (source UFRMJC in « Mutualiser, coopérer, construire ensemble. L’union des fédérations de MJC en Méditerranée »).

294 Le projet d’une UFRMJC est actuellement le seul projet politique en France qui essaye d’articuler deux projets politiques de fédérations de MJC, dotés chacun d’eux d’un modèle d’organisation propre. Il articule le réseau de l’UFRMJC Méditéranée consitué de 46 structures et le réseau ADL constitué quant à lui de 15 structrures.

295 Pour reprendre l’expression de Loïc Wacquant dans Corps et âme : cahiers ethnographiques d’un apprenti boxeur, p. 10, et insister sur la part participative du « coordinateur-chercheur ».

296 Christian Maurel, figure incontournable du paysage des MJC en France, a la particularité d’avoir été l’un des artisans, en tant qu’ancien délégué régional de la FRMJC Méditéranée, du projet de rapprochement des deux fédérations régionales ADL PACA et FRMJC en région PACA. (Source « UFRMC, 2011, Mutualiser, coopérer,… »).

Autore

Chargé d’études et d’évaluation de la politique éducative sociale et culturelle d’une commune du Sud-Ouest. Animateur coordinateur de projets socioculturels spécialisé dans la veille et les usages numériques (TIC). Président de l’association JANOVITCH Prods

© Carrières Sociales Editions, 2013

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540