Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'animation socioculturelle professionnelle, quels rapports au politique ?

 | 
Jean-Luc Richelle
, 
Stéphanie Rubi
, 
Jean-Marc Ziegelmeyer

La place des populations : actrices ou spectatrices ?

Pragmatique de l’engagement citoyen : mobilisation et concertation autour d’un jardin partage

Sarah Montero

Texte intégral

1. Institutionnalisation de la norme participative

1La participation n’est pas un concept nouveau mais semble, depuis sa résurgence dans les années 1990, être devenue une notion incontournable voire « consensuelle ».

2De nos jours, on concerte aussi bien sur l’aménagement du territoire, l’environnement, les affaires municipales, que dans le champ social, la science, ou la culture. On voit ainsi se multiplier les instances participatives : comités consultatifs, conseils de quartier, jurys de citoyens, etc., signes de l’émergence d’une culture du débat public.

3La norme participative telle qu’on l’entend aujourd’hui se caractérise par une demande croissante de démocratie de la part des citoyens qui veulent être associés aux décisions qui les concernent et suivre librement, aux travers de pratiques culturelles, associatives, politiques diverses, le mode de vie qu’ils se sont choisi. Cette demande renvoie au processus d’individuation caractéristique de la société moderne qui pousse l’individu vers l’autonomie et l’expression de soi. Le citoyen n’est plus alors perçu comme un simple dépositaire de droits mais comme un acteur du processus démocratique ; sa participation à la définition des règles de la vie en commun devient une condition indispensable pour assurer la cohésion sociale.

  • 280 Arnstein Sherry, (1969) « A Ladder of Citizen Participation », Journal of the American Planning As (...)

4Confrontée à cette exigence démocratique, l’autorité publique y répond par une institutionnalisation croissante de la norme participative. D’une part, plusieurs lois sont venues encadrer la démocratie participative : depuis la loi Bouchardeau de 1983 qui généralise le principe de l’enquête publique, impose une étude d’impact et fixe de nouvelles règles concernant l’information du public, jusqu’à la loi Vaillant, dite loi de proximité, de 2002, qui institue les conseils de quartiers. D’autre part, l’autorité publique manifeste sa mainmise sur le processus participatif lorsqu’elle définit les thèmes, le cadre et les modalités de l’échange. La participation s’inscrit alors dans une logique de légitimation de la décision publique, voire d’instrumentalisation du public. La participation réelle des personnes à la définition des problèmes ou des questions qui les concernent reste rare. Le degré de participation instauré par l’autorité publique renvoie alors à un niveau qualifié de « coopération symbolique » par S. Arnstein,280 selon lequel les personnes sont, au mieux, sollicitées pour donner leur avis mais, au final, la décision sera prise sans elles. Si la participation s’instaure le plus souvent dans un rapport descendant dans lequel l’initiative du débat revient à l’autorité publique, il arrive aussi, fort heureusement, que la société civile mette en place ses propres espaces de réflexion et d’échange et fasse émerger dans l’espace public les problèmes qu’elle souhaite voir résolus.

2. Mobilisation et concertation pour la création du « Jardin de ta sœur »

5En 2003, dans le quartier en mutation de Bordeaux-nord où l’urbanisation galopante menace les derniers espaces non construits, des acteurs associatifs et des habitants font le constat partagé du manque d’espaces verts et se mobilisent autour de la reconversion d’une friche située sur la rue Dupaty.

6Dans une logique d’appropriation spatiale et symbolique, manifestations artistiques et animations se succèdent sur cet espace afin de réveiller l’imaginaire et le désir collectifs, et marquent la naissance d’une volonté commune et affirmée auprès des responsables politiques. Appuyé, par l’expertise de projet de Bruit du frigo (collectif d’artistes et d’architectes) et le centre social Bordeaux nord, le collectif Dupaty organise la concertation avec les pouvoirs publics.

7Face à un collectif mobilisé et une proposition d’aménagement méthodologiquement élaborée, la mairie se laisse convaincre de l’intérêt du projet ; elle acquiert trois des parcelles, sur les quatre revendiquées par le collectif, et en délègue la gestion à ce dernier. Le jardin Dupaty dit « Jardin de ta sœur » est inauguré en 2006.

8Exemplaire d’une auto-initiative et d’une auto-organisation effectives, l’action du collectif Dupaty a montré la légitimité et la compétence des habitants à penser, aménager et animer un espace public. L’initiative a aussi prouvé, par une mobilisation forte et soutenue, la capacité à défendre stratégiquement des intérêts locaux mais pas nécessairement particuliers et semble avoir réussi la conciliation de points de vue variés parfois opposés. Une charte, régissant l’action et les modalités de fonctionnement du collectif, édicte aujourd’hui encore des principes de partage autour d’un jardin en trois axes, laboratoire de création et d’expérimentation, espace événementiel et lieu quotidien de détente et de loisirs. Le partage des usages et des pratiques est ainsi affirmé, et non celui de l’espace géographique.

9Pour la ville, le projet a inauguré une nouvelle forme de gouvernance puisque l’initiative est venue du terrain ; le projet a également permis un partage de l’expertise entre techniciens et habitants et favorisé ainsi une approche plus transversale de la gestion du fait urbain.

10Le jardin de ta sœur est innovant du point de vue de l’engagement des habitants dans le développement local, il l’est également du point de vue de la concertation avec les pouvoirs publics puisque le collectif a initié et gardé la maîtrise des questions et des finalités de l’action.

11Pour approfondir la problématique de l’engagement, nous nous sommes intéressés à l’expérience participative vécue par les membres du collectif et nous sommes efforcés d’identifier les raisons mais également les freins ainsi que les gains engendrés par la participation citoyenne à une action collective.

3. Portraits en situation de participants : les raisons de l’engagement Le militant

12L’action collective suscite des vocations qui trouvent dans une expérience antérieure une source de mobilisation. La personne s’engage parce qu’elle milite déjà dans une association ou un comité de quartier. Sensibilisé aux enjeux urbains, souvent doté de compétences réelles sur les questions urbaines (acquises par une formation initiale en urbanisme), le militant est en mesure de poser un constat sur l’existence d’un dysfonctionnement : tel « un déficit d’équipements notamment en termes d’espaces verts ».

13Le militant se mobilise donc au nom de l’intérêt général, parce qu’« il faut agir pour que le jardin soit préservé et empêcher qu’il ne soit construit ». Il se préoccupe du bien-être du quartier et de ses habitants. Le jardin est une « pépite dans le quartier » qu’il faut préserver.

14Rejoindre l’action collective est donc tout naturel pour le militant. Il ne l’a jamais délaissée. L’engagement est une compétence personnelle dont il dispose et qu’il met en œuvre spontanément. L’action ne se dissocie pas de l’intention. Agir au sein d’un collectif lui est facile et évident.

Le sympathisant

15« Je trouvais méritoire qu’un centre social s’intéresse à ça. J’ai assisté à une réunion. Et puis moi, ça m’a toujours intéressé de participer collectivement à des trucs. J’ai été syndicaliste. Et ça me paraissait important pour eux qu’il y ait un soutien d’habitant. »

16La personne s’implique parce qu’elle est engagée dans la vie associative, ou dans un syndicat. Même si l’action pour le jardin ne la concerne pas, car elle habite trop loin ou dispose d’un jardin privatif, son engagement associatif l’a formatée à penser au nom de l’intérêt général. La personne manifeste une « sympathie » pour les actions mobilisatrices au service des autres.

  • 281 Boullier Dominique, (2009) Choses du public et choses du politique : pour une anthropologie des in (...)

17Sandrine Rui (2004) parle de langage de la volonté lorsque la participation est envisagée comme un engagement civique. Le sympathisant ne recherche pas d’intérêt particulier et soutient l’intérêt général sans pour autant l’invoquer explicitement ; il serait plus approprié de parler, à l’instar de Dominique Boullier, de « monde commun »281 et non d’intérêt général. En revanche, il considère que son engagement dans le débat public est une forme d’action politique utile et nécessaire.

18Ni expert des enjeux urbains, ni particulièrement expérimenté dans la démocratie participative, il s’engage en tant que citoyen solidaire, par civisme et sympathie. L’essentiel est de participer et de soutenir en tant qu’habitant l’action portée par d’autres dans un rapport d’extériorité bienveillant.

19Toutefois, le militant dispose d’un certain savoir-faire dans le débat public qui facilite la prise de parole : « Moi, si j’avais quelque chose à dire je le disais. Et quand il y avait des réunions avec les techniciens, si j’avais des questions, je les posais. »

  • 282 Nicourd Sandrine, « Qui s’engage aujourd’hui ? Regards sociologiques sur la participation », Infor (...)

20Le militant comme le sympathisant se sont donc « fabriqués des dispositions à s’engager »282. A l’inverse, le novice de la participation ne peut se prévaloir d’aucune expérience préalable facilitante.

Le novice

21Au sein du collectif, un troisième portrait se dégage, celui de l’individu pour qui, la rencontre avec les personnes et le projet, a créé l’opportunité et le désir de l’engagement.

22La sociabilité est ici le moteur de la mobilisation. Certes commun à tous les participants, le plaisir de la compagnie de l’autre semble jouer un rôle prédominant pour le nouvel arrivant.

23Participer, explique J. Zask (2011), c’est d’abord « Prendre part » Cette première étape renvoie à la tendance très forte chez les êtres humains de rechercher la compagnie des autres. Il s’agit de faire des choses ensemble pour sortir de soi comme l’exprime une participante du collectif séduite par le projet collectif : « J’ai apprécié la démarche collective, (…) je trouvais qu’il y avait une ouverture, vraiment une volonté. C’était la première fois que j’avais affaire à une telle démarche. »

24Cette première étape de l’engagement, basée sur la libre association, est d’autant plus recherchée qu’elle se fait autour d’une action commune (Zask, 2004) La finalité du jardin a donc constitué une motivation importante et contribué à faciliter la participation.

25Toutefois, prendre part ne constitue qu’une première étape dans la pragmatique de l’engagement. L’action de contribuer est définie comme une seconde étape tout à fait essentielle par J. Zask. Mais si, pour le militant ou le sympathisant, s’exprimer en public ne pose aucun problème, pour le novice de la participation, l’intervention dans le débat public n’est jamais facile. Ainsi la personne admet avoir plus souvent écouter que parler dans les échanges et ne semble pas convaincue d’avoir contribué de façon réelle à l’action collective.

4- Les freins à la participation

A. Disponibilité et engagement dans la durée

26La participation exige beaucoup de disponibilité et de persévérance de la part des personnes. Et la temporalité du groupe ne correspond pas nécessairement à la temporalité individuelle. Ainsi des décisions peuvent être prises par le groupe en l’absence de certains. Comme le remarque un participant, même si on est en désaccord avec la décision, « il est difficile de revenir dessus », il faut donc « être présent pour défendre ses idées ».

27La capacité à se mobiliser sur une longue durée constitue également un frein à la participation. Nombreux font le constat de la difficulté à maintenir la dynamique de l’engagement sur plusieurs années. De fait, le jardin connaît aujourd’hui un essoufflement de la participation de ses membres.

  • 283 www.capacitation-citoyenne.org.

28Pour le réseau capacitation citoyenne283, la difficulté à maintenir la participation sur la durée invite à imaginer un processus qui favoriserait plutôt de petites actions ponctuelles qu’un engagement dans des processus de transformation forcément longs et dont on ne voit pas l’issue. Pierre Mahey (2006) quant à lui, préconise, selon la même logique, de mettre en place des dispositifs participatifs pérennes, fondés sur un projet à long terme qui inclurait des actions ponctuelles et concrètes, inscrites dans une temporalité plus courte. L’alliance des deux permettrait de maintenir la mobilisation au travers de résultats immédiatement visibles tout en permettant de viser la réalisation d’une action plus complexe et donc plus valorisante.

29En outre, Il faut sans nul doute assurer une continuité de la délibération en publiant des comptes-rendus précis des échanges afin de garantir leur traçabilité, leur transmission et leur partage entre les membres absents et présents.

B. La question des compétences

30Quelque soit la nature du collectif, la démocratie délibérative pose la question des différences de capacités d’accès à l’expression publique.

  • 284 Bohman James, (2008) Délibération, pauvreté politique et capacités in De Munck Jean, Zimmermann Br (...)

31Accéder à la sphère publique suppose, non seulement des « dispositions politiques » que détermineraient en grande partie les appartenances sociales, comme l’analyse Sandrine Rui (2004), mais elle exige également l’existence et la reconnaissance des capacités personnelles qui garantissent une participation effective à la discussion. Ainsi, pour James Bohman, « L’échange d’arguments publics dans un dialogue avec les autres requiert clairement des capacités et des compétences cognitives et communicationnelles extrêmement développées [...]. »284. Aussi, la démocratie délibérative tend à favoriser les plus éduqués et les plus expérimentés des participants.

32Pour certains membres du collectif, cette carence se manifeste par un déficit de connaissances pratiques tel que des arguments financiers pour justifier une proposition ou, plus important, par des compétences rhétoriques insuffisantes qui ne permettent pas de faire entendre son point de vue.

33Des compétences ou des capacités à intervenir dans le débat sont à l’évidence indispensables mais même lorsque les personnes sont égales en termes des ressources, et d’opportunités, elles ne sont pas nécessairement égales sous d’autres aspects.

  • 285 Sen Amartya, (2008) Eléments d’une théorie des droits humains in De Munck, Zimmermann Brigitte, La (...)

34Pour Amartya Sen285, les ressources et les biens mis à disposition ne sont pas suffisants pour assurer l’égalité entre les personnes. Ce qui importe, selon lui, c’est la conversion de ces biens en accomplissements, que les personnes aient différentes capacités de transformer leurs conditions objectives en réalisations concrètes c’est-à-dire en projets de vie, définis selon leur conception personnelle de la « vie bonne ».

  • 286 ibid

35Sen explique que « deux personnes peuvent avoir des opportunités substancielles très différentes même si elles disposent du même ensemble de ressources : par exemple, une personne handicapée peut faire beaucoup moins qu’une personne bien portante, avec exactement le même revenu et autres « biens premiers »286.

36La capacité est donc entendue comme une opportunité de réaliser un accomplissement (functionning). Elle recouvre à la fois des droits, des compétences et les conditions qu’il s’agit de réunir pour pouvoir les mettre concrètement en œuvre.

  • 287 Bénédicte Zimmerman, (2008) Capacités et enquête sociologique in De Munck Jean, Zimmermann Brigitt (...)

37D’ordre personnel, social ou environnemental, les facteurs de conversion des opportunités en accomplissements, renvoient à des « aptitudes, des droits ou encore des conditions sociales ou climatiques »287 Il existe un lien étroit entre la capacité et son contexte naturel et social, qui peut être favorable ou défavorable, dans le processus de transformation. C’est d’ailleurs le constat que font les théoriciens de l’empowerment lorsqu’ils mettent en évidence le rôle de l’environnement dans l’existence et le maintien d’une situation problématique.

C. Les personnalités dominantes ou déviantes

38Les participants dénoncent la présence, au sein du collectif, de personnalités dominantes, en capacité de monopoliser la parole et de troubler le débat.

39Les personnalités fortes dominent les échanges et il n’est pas toujours facile pour l’animateur de la réunion, de réduire l’écart « entre ceux qui parlent et qui savent parler […] et ceux qui subissent, parce qu’ils se contentent d’écouter. » (Caune, 1999)

40A la catégorie des bavards, il faut ajouter celle des personnalités contrevenantes à l’ordre de l’interaction, selon les termes d’Irving Goffman. La présence d’un individu à l’attitude « ironique » vient alors troubler les échanges et offusquer ses interlocuteurs : « Je trouve que c’est une forme d’irrespect. C’est pas une bonne façon pour permettre aux gens de dialoguer. ». Qualifiées de contrevenantes lorsqu’elles enfreignent la règle occasionnellement, de déviantes, lorsqu’elles le font systématiquement, ces personnalités vont donc enfreindre les règles du débat, user, en l’occurrence, d’ironie ou faire preuve de manque de respect lorsque quelqu’un exprime une opinion qui ne leur convient pas. Face à cette violation des conventions, Goffman explique que « les participants répondent le plus souvent par la tolérance et l’indulgence aux délits contre l’ordre de l’interaction. […]. Le comportement d’accommodement prend la forme d’une apparente acceptation du comportement d’autrui : ce qui donne lieu à ce qu’on pourrait appeler un compromis de travail (working acceptance) ». Sorte d’« accord pratique » mis en place par les participants pour ne pas compromettre la continuité de l’interaction. Pour Goffman, les gens feront tout pour éviter une scène et maintenir l’échange. La tolérance à la déviance dont ont fait preuve les participants du collectif n’était donc qu’un compromis de façade mais un compromis de travail bien réel, absolument nécessaire à la continuité de l’action et donc à la réussite du projet : « Il faut avoir du caractère parce qu’on tombe sur des gens qui vous contredisent. »

D. Le poids des structures face aux habitants

41Autre difficulté identifiée par les participants, celle de la légitimité de leur intervention liée à la différence de statut entre structures associatives et habitants.

42Un collectif constitué d’association et d’habitants pose la question de la valeur de la parole individuelle face à la parole collective incarnée par l’association, forte du poids des membres qu’elle représente. On peut alors observer un effet de confiscation de la participation par l’association. Pour certains habitants, cela ne fait pas de doute « ce sont les structures qui ont un poids » et « si on est simple habitant, on n’est pas trop représentatif. »

43Aussi, pour les habitants du collectif, l’action n’aurait pu aboutir sans la capacité de leadership et de négociation de la structure.

44En règle générale, l’habitant, s’il est pourtant jugé expert de son quotidien, ne se voit pas reconnaître les compétences quasi professionnelles indispensables, en termes de méthodologie de projet ou de stratégie politique, pour faire aboutir la revendication. D’un avis général, bien qu’essentiel à la légitimité de l’action, « l’engagement et la conviction des habitants bénévoles n’est pas suffisant ». La participation présente alors le risque de devenir un champ d’intervention plus ou moins réservée aux professionnels outillés en matière de conduite de projet et rompus à l’exercice de la négociation stratégique. Ce qui renvoie à la question des compétences évoquée plus haut.

45Au final, la place laissée aux habitants semble plus étroite qu’initialement perçue. Leur présence est certes reconnue comme indispensable mais elle fait l’objet d’une certaine instrumentalisation dans le processus de légitimation de l’action, effet plus ou moins reconnu et accepté par les participants. D’un côté, certains regrettent la parole moins audible du citoyen ordinaire, de l’autre, les participants sont conscients que la collectivité n’aurait pas accompagné l’action sans leur présence. Ils admettent alors se prêter de bonne foi à l’exercice de communication qui consiste à marquer de leur présence les fêtes et réunions organisées afin de renforcer l’image d’un collectif rassemblé derrière un projet commun : « Après s’il fallait, s’il y avait une fête, je mettais mon nez dedans, en disant voilà je suis un habitant du quartier, ce que fait le centre social c’est bien. Je sortais mon petit mot pour montrer aux politiques que les habitants sont là quoi ».

5- Que gagne-t-on à participer ?

A. Expérimenter le débat démocratique

46En premier lieu, les participants du collectif ont fait l’apprentissage d’un processus démocratique nécessairement dialogique. Certains affirment avoir acquis plus de tolérance et aujourd’hui mieux accepter les points de vue opposés aux leurs. « Il faut accepter que les gens ne soient pas d’accord avec vous. » Allant même jusqu’à éprouver une certaine satisfaction à voir évoluer leur point de vue au cours du processus délibératif : « Pour moi, c’est pouvoir échanger, pouvoir défendre chacun des points de vue et se dire ensuite, avoir le luxe de pouvoir modifier ces points de vue. Ne pas camper sur ses positions. »

47Ainsi, les postures de départ sont modifiées et la vision d’un jardin classique promue par certains a évolué, au cours des échanges, vers un concept plus expérimental combinant des fonctions artistiques, environnementales et sociales.

48Mais, au-delà de la nécessaire évolution des certitudes de chacun au service d’un projet partagé, la recherche de buts et d’intérêts communs dans le cadre du collectif (et plus généralement de l’association) permet un apprentissage de l’esprit public. Ainsi, de l’expérience de communalisation, un désir d’association est né chez certains qui retirent de l’action une envie d’engagement dans d’autres formes d’action collective.

B. Acquérir des capacités

  • 288 Sen Amartya, op. cit.

49Pour Amartya Sen, « L’action collective constitue une forme intentionnelle, parfois très volontariste, de constitution de capacités nouvelles par l’association ».288

50Ainsi, son engagement a permis à une habitante de mener à bien un projet de vie dans le domaine du développement durable qui lui tenait à cœur et précise que « Rien ne se serait fait sans mon implication dans le collectif ».

  • 289 ibid.

51Le groupe peut procurer un environnement facilitant pour la personne dans la mesure où l’opportunité lui est offerte de s’engager de façon personnelle et de retirer de sa contribution des bénéfices tels que reconnaissance et épanouissement personnel. À l’inverse, le groupe peut également détruire des capacités289. Il peut du fait de sa nature, de son fonctionnement ou du comportement de certains de ses membres, inhiber la participation et compromettre la contribution d’autres participants.

C. Apporter sa part

52Joëlle Zask (2011) précise l’importance de pouvoir « Apporter une part » (contribuer) dans l’action collective. Contribuer c’est articuler l’intervention individuelle à celle du groupe, cela suppose que cet apport soit personnel (singulier) et qu’il suscite une réaction parmi les autres membres du groupe, qu’il soit reconnu et validé par lui.

53L’auteur poursuit en expliquant que si nous subissons les conséquences de situations sur lesquelles nous ne sommes pas en mesure d’influer, il n’y a pas à l’évidence de contribution. Contribuer c’est entreprendre une action pour agir sur les sources, la définition d’un problème ou d’une question qui nous engage. C’est agir parce qu’on se sent concerné, c’est donc agir en faveur de ses intérêts.

54Un individu ne peut « contribuer qu’en apportant personnellement quelque chose » (Zask, 2011). Ainsi une participante témoigne du sens que pour elle a revêtu l’action à partir du moment où elle a pu s’engager concrètement dans l’action collective par la mise en œuvre d’un projet personnel qui servait à la fois son intérêt particulier (la réalisation d’une friche avec ses élèves) et l’intérêt commun (l’animation du jardin). Les deux convergent dans la combinaison de compétences personnelles et des aspirations du groupe. Le pouvoir de contribuer dépend donc « d’une forme d’intégration entre de l’individuel et du social » (Zask, 2011).

  • 290 Bohman James, op. cit.

55S’appuyant sur l’approche par les capacités de Sen, James Bohman considère la « capacité sociale des gens à initier une délibération publique à propos de ce qui les concerne »290 comme la condition essentielle d’une coopération sociale réelle. En son absence, les participants sont réduits à un rôle de figurants. Ils peuvent au mieux prendre part à l’action mais ne contribuent pas personnellement à faire évoluer le projet.

56La notion de contribution renvoie tout naturellement à celle de capacitation, ce pouvoir d’agir décrit par les théoriciens de l’empowerment (Rappaport, 1984). Le concept, basé sur les forces et compétences des individus, englobe la possibilité d’assurer des fonctions variées et valorisantes dans une relation de partage des pouvoirs ; il se définit aussi comme un pouvoir agir sur son environnement, c’est-à-dire sur les conditions qui prévalent à la situation sur laquelle on souhaite peser.

Conclusion

57Le projet d’action collective autour de la création du jardin a certainement constitué pour les participants un espace d’apprentissage du fait commun. Personne en effet n’est naturellement prédisposé à concilier ses propres buts à ceux des autres (Zask, 2011) ; rechercher un but commun est à la fois source de connaissance de soi et de formation de l’esprit public. L’association constitue donc une forme facilitatrice de l’engagement individuel.

58Toutefois, sans la possibilité offerte à chacun de pouvoir contribuer, c’est-à-dire d’agir de façon concrète et significative, à la fois pour soi et pour le groupe dans un rapport de réciprocité, l’engagement au nom d’un intérêt commun qui serait étranger à soi, n’a pas de sens pour le sujet participant.

59Enfin, garantir les conditions réelles de la participation et donc la pérennité de la mobilisation, nécessite des citoyens qu’ils disposent des capacités leur permettant d’accéder à la sphère publique ; qu’ils soient en mesure d’initier le débat et de définir les termes de celui-ci, ce qui implique que les buts de l’action et les moyens pour y parvenir soient définis par l’ensemble des participants ; et une fois le débat initié, qu’ils puissent s’engager avec succès dans la délibération.

60Ces conditions renvoient alors à l’exigence démocratique qui engage directement la collectivité publique en tant que garant du principe d’égalité.

Bibliographie

Références bibliographiques

Caune Jean, (1999) Pour une éthique de la médiation. Le sens des pratiques culturelles, Grenoble : PUG.

Carrel Marion, Neveu Catherine, Ion Jacques (dir.), (2009) Les intermittences de la démocratie. Formes d’action et visibilités citoyennes dans la ville, Paris : L’Harmattan.

De Munck Jean, Zimmermann Brigitte, (2008) La liberté au prisme des capacités, Amartya Sen au-delà du libéralisme, Paris : EHESS.

Goffman Erving, (1988) Les moments et leurs hommes, Paris : Ed. du Seuil/Minuit.

Informations sociales, (2008) L'individu et ses appartenances, n° 145.

Mahey Pierre, (2006) Pour une culture de la participation, Paris : Ed. Adels.

Rappaport Julian, Hess Robert, (1984) Studies in Empowerment : Steps Toward understanding and Action, New York : Routledge.

Rui Sandrine, (2004) La démocratie en débat. Les citoyens face à l’action publique, Paris : Armand Colin.

Zask Joëlle, (2011) Participer. Essai sur les formes démocratiques de la participation, Lormont : Ed. Le Bord de l’eau.

Notes

280 Arnstein Sherry, (1969) « A Ladder of Citizen Participation », Journal of the American Planning Association, Vol. 35, No. 4, Juillet, pp. 216-224.

281 Boullier Dominique, (2009) Choses du public et choses du politique : pour une anthropologie des inouïs in Carrel Marion, Neveau Catherine, Ion Jacques, (2009) Les intermittences de la démocratie. Formes d’action et visibilités citoyennes dans la ville, pp. 21-37.

282 Nicourd Sandrine, « Qui s’engage aujourd’hui ? Regards sociologiques sur la participation », Informations sociales, n° 145, pp. 102-111.

283 www.capacitation-citoyenne.org.

284 Bohman James, (2008) Délibération, pauvreté politique et capacités in De Munck Jean, Zimmermann Brigitte, La liberté au prisme des capacités, Amartya Sen au-delà du libéralisme, pp. 215-235

285 Sen Amartya, (2008) Eléments d’une théorie des droits humains in De Munck, Zimmermann Brigitte, La liberté au prisme des capacités, Amartya Sen au-delà du libéralisme, pp. 139-183

286 ibid

287 Bénédicte Zimmerman, (2008) Capacités et enquête sociologique in De Munck Jean, Zimmermann Brigitte, La liberté au prisme des capacités, Amartya Sen au-delà du libéralisme, pp. 113-137

288 Sen Amartya, op. cit.

289 ibid.

290 Bohman James, op. cit.

© Carrières Sociales Editions, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540