Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'animation socioculturelle professionnelle, quels rapports au politique ?

 | 
Jean-Luc Richelle
, 
Stéphanie Rubi
, 
Jean-Marc Ziegelmeyer

La place des populations : actrices ou spectatrices ?

Une action militante dans un quartier populaire. Les feministes et l’animation socioculturelle

Edith Maruejouls

Texte intégral

1L’objet de cet article est d’interroger la place de l’animation « militante » au cœur de la cité et au centre du système de prise en charge déjà existant. Quelle place au projet à la marge dans des fonctionnements et des équipements établis (Maison des jeunes, Centres sociaux…) ? Quelle place aux politiques d’émancipation, d’empowerment des femmes, dans des projets d’animation s’adressant à tous et face au discours professionnel axé sur la neutralité du public ?

2C’est à travers la conception et la réalisation d’une action sur un quartier populaire de la Rive Droite, intitulée : « femmes et quartier », partie du constat que les femmes prenaient très peu la parole sur l’espace public urbain et à propos de leur usage de la ville, que trois professionnelles se proposent d’expérimenter des ateliers créatifs et de libérer la parole des femmes.

Les données de cadrage

3L’égalité s’entend au sens d’« égal traitement ». Elle n’est pas l’interchangeabilité, ni même une égalité en tout point entre les êtres humains. L’égalité est la possibilité, dans tous les domaines des activités humaines (professionnelles, sociales, domestiques, politiques…), d’accéder à l’ensemble de l’offre publique/sociale, en dehors de toute considération liées à la naissance biologique femme ou homme et de tout stéréotype attaché à cette naissance.

4Pourquoi parler de la place des femmes dans la ville ? Est-elle spécifique ? La ville n’est-elle pas le lieu de l’effacement des différences, de l’expression de soi ? Dans la sphère de l’anonymat, dans l’ère du déplacement facilité, dans le brouhaha du mouvement, l’individu(e) n’est-il pas de fait égal aux autres ? De l’exode rural, en passant par la gentrification à l’étalement aujourd’hui, de l’image de la « paysanne » à celle de « la femme super urbaine, active », l’émancipation est actée. Mais qu’en est-il réellement, que voyons-nous de la photographie figée de la ville aujourd’hui ?

  • 266 Christine Bauhardt : Actes des rencontres « l’Egalité des femmes et des hommes : une question de g (...)
  • 267 Enquête ined-erfi. Etudes européennes comparative sur 6 ans, trois temps d’enquête pour mesurer l’ (...)
  • 268 Monique Haicault-- Actes rencontre : l’Egalité des femmes et des hommes : une question de genre. L (...)

5A priori le mode de vie urbain acte une indépendance en comparaison bien évidemment à un mode de vie féodal : nous n’avons plus à cultiver nos jardins pour manger, nous n’avons plus à construire nos maisons pour nous abriter, nous pouvons faire garder nos enfants… La ville offre une forme de rationalisation de la vie quotidienne. Mais jusqu’où ? Il faut toujours préparer à manger (à minima), entretenir sa maison, s’occuper des enfants. Ces taches imperceptibles266 qui composent une forme de gouvernance domestique sont à plus de 80 % à la charge des femmes. Dans une étude récente, on note que, plus le foyer s’agrandit, en particulier à la naissance du second enfant, plus les femmes élargissent leur temps de travail domestique267. La répartition des taches au sein du foyer est calquée pour une grande majorité de couples sur la division sexuée du travail. L’égale répartition des taches domestiques entre les femmes et les hommes comme la remise en cause de la division sexuée du travail et la parité en politique sont loin d’être des acquis en France. Cet état de fait engendre un usage différencié de la ville entre les femmes et les hommes. D’autre part, la question de la mobilité est bien souvent pensé sur le modèle déplacement « domicile-travail », l’usager est pensé comme un usager abstrait, sans sexe, sans famille268.

  • 269 Une co production A’Urba-ADES-CNRS.
  • 270 Exploitation réalisée par BVA, à partir de l'enquête 2009 sous maîtrise d'usage CUB, en partenaria (...)
  • 271 Usage de la ville par le genre-Rapport d’étude A’Urba p. 32.

6En 2011, la Communauté Urbaine Bordelaise publie une étude intitulée : « L’usage de la ville par le genre _ les femmes »269. S’appuyant sur une analyse complémentaire de l’enquête déplacement des ménages270 sous l’angle des déplacements des femmes, l’enquête révèle que les femmes sont « plus contraintes aux déplacements de proximité selon des circuits complexes que les hommes. Mais en moyenne, elles ont quand même tendance à rester plus à la maison que ces derniers. »271

7On apprend également dans cette étude que les déplacements en transports publics urbains sont l’apanage des femmes et que l’accompagnement des enfants représente 2/3 des motifs de déplacements pour 63 % des femmes (dont 70 % pour l’école maternelle et primaire).

8Les motifs de déplacements sont clairement différents (en grande majorité) pour le groupe femme et pour le groupe homme, l’usage de la ville s’en trouve distingué en fonction du sexe :

9Les femmes sortent du domicile moins souvent que les hommes et elles rentabilisent leur(s) déplacement(s). Pour se faire elles vont combiner les modes de transport dans une visée rationnelle, par exemple, elles garent leur voiture dans un parc relais et prennent le Tram plus rapide pour parcourir le reste du trajet. La pression des horaires est forte, arriver à l’heure à l’école, arriver à l’heure au travail, faire les courses entre midi et deux… De plus, les femmes sont « encombrées » dans leur déplacement (poussette, enfant à la main, sacs de courses) et très mobiles, elles bougent et demeurent peu à un endroit de la ville. Les femmes privilégient alors la voiture pour tout transporter, et lorsqu’elles sortent seules, pour l’aspect sécuritaire du véhicule. Les hommes utilisent bien plus (que les femmes) le vélo pour leur déplacement, tout comme les deux roues en général, sont en majorité moins soumis à la pression horaire et vont s’accorder des temps d’immobilité dans la ville.

Le contexte local de la mise en place de l’action femme et quartier

  • 272 Avec le responsable du service politique de la ville.

10L'analyse du Contrat Urbain de cohésion sociale en 2009 a été proposée par l’approche de genre, sur l'angle des pratiques sexuées. En effet nous avions demandé272 sur les fiches action/bilan que soit rajouté le public en fonction du sexe (Homme ou Femme). Les résultats sont connus sur l’ensemble des fiches Contrat Urbain de Cohésion Sociale (CUCS) après un travail d’agglomération sous une base de données.

11De manière « classique » toute activité attenante directement et/ou ayant rapport au scolaire se pratique à parité voire attire un public féminin. C'est le cas par exemple des ateliers périscolaires. Plus généralement les actions partant des centres sociaux génèrent de l'activité féminine, a contrario toutes les actions municipales du secteur de l'adolescence attirent en majorité des garçons. De même, l’action les « contes et histoires pour grandir » réunit une part importante de femmes, ce sont des activités de lecture qui s'adressent aux enfants, elles sont accompagnées par les parents et les conteur(se) s qui sont bénévoles. Une part importante d'adultes 300 est donc touchée par ces actions on peut imaginer que les mères et les grands-mères (50 adultes de plus de 60 ans) sont plus mobilisées. Les conteurs par exemple sont tous des conteuses.

12L'espace public est plus occupé par les hommes, on le note notamment sur une action qui s'appelle « les habitants ont la parole » où deux tiers d'hommes sont présents pour un tiers de femmes.

13La participation des femmes est globalement moindre par rapport à celle des hommes. Lorsqu’elles sont mobilisées c’est souvent dans les espaces liés aux enfants et leur statut de mère leur confère alors la légitimité d’occupation de l’espace « public ».

  • 273 Usage de la ville par le genre-Rapport d’étude A’Urba p. 29.

14A ces observations se cumule la statistique locale. 10 % de la population est inactive or les personnes au foyer sont des femmes. En centrant le regard sur les personnes vivant seules, on trouve toujours une majorité écrasante de femmes parmi les personnes au foyer (95 %), elles sont aussi beaucoup plus nombreuses à la retraite (40 % des femmes vivant seules à la retraite), ainsi que parmi les élèves, étudiants ou stagiaires (57 % des élèves sont des femmes vivant seules). Parmi les personnes vivant seules, on note de plus grandes divergences : plus d’hommes dans les actifs en emploi, plus de femmes retraitées ou pré-retraitées.273

15Un taux de familles monoparentales élevé : en 2008 le taux sur la commune est supérieur de 7 points par rapport au département de la Gironde et de 6 points par rapport au national, soit 13 %, dont 86 % sont composées d’une femme seule avec enfant(s). D’autre part la femme mère reste beaucoup plus à la maison dans les quartiers populaires, choisissant le congé parental : le peu de qualification et le faible diplôme freinent un retour au travail « rentable » au regard du coût du mode de garde, et en fonction du revenu proposé (travail à temps partiel, à horaires décalés et très peu rémunérateur).

  • 274 Rapport sur l’image des femmes dans les médias, de la Commission sur l’image des femmes dans les m (...)

16L’hypothèse d’un usage différencié de la ville entre les femmes et les hommes est, on le voit, légitime, en fonction notamment de leur « contexte » (et/ou leurs contraintes) de vie. Alors, qu’en est-il de la parole publique des femmes ? Le rapport 2011 de la commission sur l’image des femmes dans les médias sous la présidence de Michèle Reiser et vice-présidence et rapporteur Brigitte Gresy274, nous éclaire sur la parole experte des femmes, c'est-à-dire le droit de parole publique, en faisant l’hypothèse que cette parole peut être une alternative au discours « neutre » voire « neutralisant » du masculin.

La parole experte des femmes dans les médias

17Les téléspectateurs entendent une parole d’expert pendant sept heures et quart pour une heure et quart pour les expertes, soit près de sept fois plus.

18De manière synthétique l’objet de la mise en place d’une action s’adressant directement aux femmes sur leur usage du quartier s’appuie sur :

  • L’hypothèse d’un usage différencié de la ville et du quartier (Déplacements de proximité, mobilité active, école, commerce, domicile, santé… Transports propres Tram… stratégies d’évitements, horaires de présence…) ;
  • -L’hypothèse d’une expertise de ses usages différenciés peu présente dans l’analyse des aménageurs, dans les préoccupations des urbanistes et de manière générale dans le discours public.

Tableau 15 : taux de présence des expert-es tous les médias

MEDIA

Nombre d’experts

Nombre d’expertes

Total experts

Taux de présence des expertes

Presse

216

37

253

15%

Radio

225

67

292

23%

Télévision

381

81

462

18%

Total général

822

185

1007

18%

19Suite à ce diagnostic, le projet est de recueillir la parole des femmes sur leur(s) usage(s) du quartier.

L’action « femmes et quartier »

20L’expérience de l’expression de la parole des habitant(e)s nous a montré que la méthodologie « classique » ne fonctionnait pas pour recueillir la parole des femmes. En effet, en milieu totalement ouvert, les réunions avec les habitants donnaient à peu près 1/3 de présence de femmes pour 2/3 d’hommes présents. De même les réunions en groupes de travail ne permettaient pas une représentation paritaire (responsable associatif homme ; représentation d’habitant idem, chef de service, responsable bailleurs sociaux…).

21L’expérimentation s’est donc basée sur un projet couplant la possibilité d’une parole libre et la réalisation artistique, la trace. L’action a pris pour titre : « les jeudis créatifs ». Il s’agissait d’initier des ateliers de pratiques artistiques visant à mettre en forme la parole des femmes autour de leur usage du quartier et de la vision qu’elles en proposaient.

22Le public cible était les femmes et uniquement des femmes, « inactives » et habitantes du quartier. Le quartier est qualifié de quartier populaire avec une forte proportion de logement en HLM, quartier populaire d’une commune de la rive droite (arrivée du tram, mais pas de transformations prévues au sens d’un Renouvellement Urbain).

23Trois professionnelles étaient à l’articulation du projet :

  • La responsable de la Gestion Urbaine de Proximité, service politique de la ville, avait pour objectif de recueillir la parole pour l’inscrire dans une démarche diagnostique de l’usage du quartier, sous forme d’expertise.
  • La responsable de la médiathèque, cherchait à offrir un lieu de parole et permettre aux femmes du quartier de fréquenter la médiathèque pour « changer » l’appréhension de cet équipement et leur donner la possibilité d’une présence durable.
  • La chargée de mission évaluation et prospective se donnait pour objectif de faire le lien avec la pratique artistique, d’expérimenter des nouvelles formes de travail ensemble et mettre en avant une parole visible des femmes.

24Deux artistes ont animé les ateliers, avec pour objectif de réaliser leur stage dans le cadre d’un master professionnel : « art et intervention sociale ».

L’accueil du projet

25Au niveau politique, les élues en charge des délégations, madame le maire et le directeur de cabinet ont accueilli favorablement le projet après s’être approprié le raisonnement autour de la « non-mixité » de l’action.

26Au niveau des services : le travail avec un groupe composé uniquement de femmes a été extrêmement discuté. Des désaccords ont persisté tout le long du projet. En particulier au sein du groupe de gestion urbaine de proximité (composé d’élu(e)s, de services municipaux, représentants associatifs, représentants des bailleurs, services sociaux de la commune…). Seul l’appui des élu(e)s et la réalisation d’un projet artistique ont permis la tolérance à cette action.

La difficile mobilisation

27L’action a demandé la mise en place d’une stratégie de communication tant sur la démarche que sur les termes utilisés : doit-on valoriser l’aspect artistique des ateliers ? Sachant que la pratique d’arts plastiques peut effrayer. La référence symbolique à un talent, une compétence, n’est-elle pas un frein pour des femmes peu habituées à s’accorder du temps et à valoriser leurs savoir faire. D’un autre côté, axer la mobilisation sur la « simple » parole pouvait être également contre productif, à quoi ça sert ? La formulation choisie a été de jouer la carte de l’utilité de la parole des femmes : « nous avons besoin de vous », de la pertinence du sujet : le quartier et d’une réalisation sous l’intitulé : « ateliers créatifs ».

RENCONTRE-CRÉATION

RENCONTRE-CRÉATION

28La communication devait cibler les femmes inactives, mobiles et s’exprimant peu : le choix s’est porté sur les femmes « attenantes » à l’école. Les six écoles du quartier (3 maternelles ; 3 élémentaires) ont servi de lieux d’information, avec affichage pour le premier rendez-vous. Les séances se déroulaient le jeudi de 14h à 16h, pour permettre aux mères de s’y rendre après avoir déposé les enfants à l’école et avant de les récupérer à la sortie. À la médiathèque, à la fois équipement central par rapport aux écoles, mais également lieu d’enjeu d’appropriation. Un affichage en complément à été proposé à la médiathèque, au centre social et dans le quartier (mairie annexe, poste, centre commercial…).

29À la première séance, 1 femme et 1 homme se présentent.

30Suite à ce premier rendez-vous manqué, une remise à plat de la stratégie de communication a été nécessaire : édition de flyers et tractage de la main à la main devant les écoles à 11h30 et 16h30, plus une rencontre avec le centre social. Après quinze jours de cette nouvelle phase de communication, la deuxième réunion a mobilisé dix femmes.

31Un groupe hétérogène : les femmes présentaient différents statuts et critères : retraitées, femmes au foyer, femmes travaillant à temps partiel, habitantes en HLM, habitantes en quartiers résidentiels (mais du quartier visé), habitantes depuis 30 ans, nouvelle habitante, habitantes depuis 10 ans. Différents niveaux sociaux. Femme seule, femmes en couple sans enfant, femmes en couple avec enfants. Elles avaient eu connaissance du projet depuis la médiathèque et les écoles (distribution de la main à la main). Participation régulière.

32L’adhésion des femmes à un groupe non mixte s’est faite immédiatement après avoir exposé le projet. Elles ont reconnu être contente de se retrouver entre elles et que les usages du quartier étaient différents de ceux des hommes. La majorité des femmes ne se connaissaient pas entre elles, seules deux étaient voisines et amies.

Les résultats artistiques et les objectifs atteints

  • Réalisation d’un jeu de 8 affiches sur leur vision de la ville de Floirac.
  • Réalisation de l’écriture d’une pièce de théâtre issue de la mise en forme et en scène des échanges pendant les ateliers.
  • Exposition des travaux à la médiathèque en présence de Mme le maire et des élues, dans l’espace public (galerie du centre commercial) et lors de l’inauguration du parvis des libertés. Mise à disposition d’un jeu d’affiche au centre social. Une couverture presse locale.
  • À la médiathèque, toutes y reviennent de manière régulière et elles ont constitué un groupe qui se réunit une à deux fois par mois autour de lecture/discussion, le groupe est mixte.
  • Le groupe de gestion Urbaine de Proximité a été tenu au courant de l’ensemble de l’avancée de ce projet, les comptes rendus ainsi que les réalisations ont été portés à leur connaissance. Ce travail fait l’objet d’une attention particulière à l’occasion du diagnostic social et urbain du quartier.
  • Concernant les femmes toutes étaient satisfaites de cette expérience, même si elles ont pu émettre des réserves au démarrage du projet, liées à la pratique artistique, d’autres au lieu, d’autres encore à l’échange. Elles ont aimé être ensemble et ont pour certaines rompu une forme d’isolement.
  • Au niveau des professionnelles, cette expérimentation a permis de casser le rythme et la routine de travail. La participation aux ateliers des professionnelles au même titre que les femmes, a rendu possible un rapprochement et une forme d’être ensemble de qualité et originale. Par contre le fait de travailler différemment a dérégulé le système administratif. Afin d’être réactives dans un projet qui se construisait au fur et à mesure avec les participantes, nous avons dû assouplir nos modes d’intervention tant au niveau procédures budgétaires qu’organisation des horaires…

33C’est une action qui est restée très confidentielle quant à la mobilisation des partenaires et autres services municipaux.

34La question de l’action ciblée sur les femmes n’était qu’un tremplin pour permettre la parole, plus difficile, pour les participantes dans les modes d’intervention à notre disposition. La reconnaissance au sens propre du dictionnaire est : reconnaitre comme légitime. Dans quelle mesure la parole des femmes est-elle reconnue comme légitime ?

La non mixité au service de la mixité

35Pourquoi mettre en place une action s’adressant seulement aux femmes en s’appuyant sur le discours de l’accessibilité, de l’égal traitement, de l’égale justice sociale dans un pays démocratique où l’Egalité en droits entre les femmes et les hommes est acquise. Seule une analyse sous l’angle du genre autorise la compréhension d’une action à la faveur des femmes.

  • 275 Fraisse Geneviève, (2006) Le mélange des sexes, Paris : Gallimard, p. 27.

36L’expérience d’un projet non mixte ne justifie en rien la séparation de la parole des femmes et des hommes, elle ne se conçoit que dans la réponse, la prise en compte d’un point de vue « alternatif » à une vision neutre et donc masculine de l’aménagement. La mixité, comme nous le rappelle Geneviève Fraisse275 n’est pas le mélange, elle peut être la simple co-habitation, l’évidence qui ne fait pas sens. A l’évidence, les femmes et les hommes se côtoient, dans le bus, dans la rue, dans le centre commercial, à l’école, et pourtant les inégalités demeurent : les hommes occupent toujours davantage l’espace public que les femmes, plus présentes à la maison, les garçons jouent au centre de la cour et s’accaparent l’espace récréatif alors que les filles sont en bordure… « La mixité est un état de fait qui a la forme d’une évidence » (Fraisse, 2006). Dépasser l’évidence est interroger le sens et y ajouter le projet. « Car le mélange et le partage sont deux idées bien distinctes ; mettre ensemble n’est pas répartir les choses à part égales ; rassembler n’est pas unir ».

37À cette difficulté d’absence d’attendus autour de la mixité va s’ajouter, dans l’éducation nationale, mais de manière générale dans les discours professionnels, la notion de « neutralité ». Au nom de la neutralité du positionnement professionnel on ne peut pas intervenir sur la question du genre. En l’occurrence ici « privilégier » la parole des femmes. Alors que le concept de discrimination positive a été largement accepté dans les secteurs de l’animation socio-culturelle et dans l’ensemble de l’intervention publique, il ne semble pas pouvoir s’appliquer à la population de sexe féminin. Cette « troisième variable », qui vient après la question de l’égalité au regard de l’origine « ethnique », de l’égalité au regard de l’origine « sociale », n’apparaît pas ou plus comme centrale et/ou prioritaire. Elle se règle(ra) d’elle-même, les choses ont beaucoup avancé, n’en parlons plus. Parfois même on entendra dans les discours, que la place des femmes dans l’espace public (équipements de loisirs des jeunes par exemple, la parité en politique…) constitue une injustice à l’égard des hommes, faire la place aux femmes risquerait d’exclure les hommes, les jeunes hommes décrocheurs, en rupture scolaire qui ont besoin d’une prise en charge. Certes, mais doit on concevoir l’intervention, penser l’action sans tenir compte de l’absence des filles ?

38La neutralité est inscrite comme le principe d’égalité de tous dans l’éducation. On distingue alors cette injonction paradoxale qu’on retrouve dans les discours, dans les comportements individuels, à savoir sous couvert d’une égalité de « droit » ne pas agir sur l’inégalité de « faits ». Etre neutre c’est ne pas changer les choses et dans le même temps garantir l’égalité de tous.

39Laisser faire et ne pas intervenir, regarder et ne pas voir, écouter et ne pas entendre, c’est évidemment la possibilité d’agir qui est posée. Dans le contexte que nous permet de décrire un regard posé sous l’angle du genre, les stéréotypes sexués, la division sexuée du travail, les données sociales sexuées, la hiérarchisation des sexes, où peut se jouer et surtout se concevoir (au sens du projet) l’émancipation de l’individu(e) ? Aujourd’hui, dans notre société garantir l’égalité de tous avec toutes c’est changer les choses !

  • 276 Raibaud Yves.
  • 277 Raibaud Yves.

40Que nous a permis de comprendre, de saisir, cette action qui a isolé la parole des femmes sur leur usage du quartier. D’abord, il y a des lieux anxiogènes276 pour les femmes et ces lieux sont systématiquement des lieux de stagnation d’une présence non mixte masculine (groupe de jeunes hommes à l’entrée d’un centre commercial, groupe d’hommes sur une place, à un café…). Se mettent en place des stratégies d’évitement et de contournement des femmes pour aller faire leurs courses et pour être en mouvement perpétuel (on ne s’arrête pas, on vérifie avant de passer…). Et des lieux « érogènes »277, ce qu’elles ont appelé, le côté « campagne » (spécifique au territoire observé), des cheminements, des balades dans l’espace forestier, où elles vont seules, sans appréhension. Loin de rejeter l’aspect « urbain » du quartier, elles se réjouissent de l’arrivée du tram qui a changé leur vie, une mobilité devenue possible vers Bordeaux, mais pas le soir. La nuit n’autorise pas le déplacement des femmes seules. Elles demandent un lieu de sociabilité, un petit restaurant ouvert le soir pour aller manger entre copines et/ou en famille, la proximité de lieux culturels, un cinéma de quartier, des spectacles, la possibilité de faire du théâtre…

41Elles réclament d’une même voix la réhabilitation d’un centre commercial, pas grand-chose mais des ouvertures, de la couleur, comme en témoigne les affiches qu’elles ont réalisées, mélange d’un confort urbain (les services) et d’un paysage vert. Loin de décrier une situation de mixité sociale impossible et/ou de discriminer une population en particulier, on retiendra cette simple phrase : « Ici, c’est populaire dans le bon sens du terme. »

  • 278 278 Affiche réalisée par Emilie Fenouillat à partir des travaux du groupe « femmes et quartier » à (...)

Note278278

42Devait-on se priver de ces témoignages, les aurions-nous recueillis dans un contexte de parole d’habitant(e)s « ouvert » à tous et toutes ?

  • 279 Fraisse Geneviève, (2007) Du consentement, Paris : Le Seuil.

43Enfin ce travail a permis de poser un questionnement autour de ce que Geneviève Fraisse appelle « le consentement »279 au sens du consentement politique, du projet de société, ce que nous pourrions appeler le consentement collectif :

44Pouvons-nous consentir (collectivement) à ce que les femmes soient exclues de certains lieux (les skates parcs, terrains de boulistes…), de certaines pratiques (boire un verre seule, se balader en jupe courte...) à certaines heures (le soir, la nuit…), parce qu’on n’a peut-être pas réfléchi aux conditions de leur présence, parce que leur absence relève surement d’un système stéréotypé hiérarchisant les sexes dans le sens de la domination masculine ?

45Ne rien dire, ne rien faire n’est-ce pas consentir ?

Notes

266 Christine Bauhardt : Actes des rencontres « l’Egalité des femmes et des hommes : une question de genre. Le droit à la ville pour tous : Comment ? »

267 Enquête ined-erfi. Etudes européennes comparative sur 6 ans, trois temps d’enquête pour mesurer l’évolution de la répartition des taches domestiques.

268 Monique Haicault-- Actes rencontre : l’Egalité des femmes et des hommes : une question de genre. Le droit à la ville pour tous : Comment ?

269 Une co production A’Urba-ADES-CNRS.

270 Exploitation réalisée par BVA, à partir de l'enquête 2009 sous maîtrise d'usage CUB, en partenariat avec le Conseil Général de la Gironde, l'état et la Chambre de Commerce et de l’Industrie de Bordeaux, sur 6011 ménages résidant dans le périmètre retenu (96 communes dont 27 communes de la CUB + 69 communes limitrophes). Elle fait suite aux enquêtes de même type menées en 1978, 1990 et 1998, ce qui rend possible une comparaison dans le temps. La méthode définie par le CERTU permet la comparaison avec d’autres agglomérations françaises (rapport 2009 Lille, Lyon et Toulouse).

271 Usage de la ville par le genre-Rapport d’étude A’Urba p. 32.

272 Avec le responsable du service politique de la ville.

273 Usage de la ville par le genre-Rapport d’étude A’Urba p. 29.

274 Rapport sur l’image des femmes dans les médias, de la Commission sur l’image des femmes dans les médias présidée par Michèle Reiser, rapporteure Brigitte Grésy, 2008, http://www.travailsolidarite.gouv.fr/IMG/pdf/RAPPORT_IMAGE_DES_FEMMES_VF.pdf

275 Fraisse Geneviève, (2006) Le mélange des sexes, Paris : Gallimard, p. 27.

276 Raibaud Yves.

277 Raibaud Yves.

278 278 Affiche réalisée par Emilie Fenouillat à partir des travaux du groupe « femmes et quartier » à la médiathèque Roland Barthes.

279 Fraisse Geneviève, (2007) Du consentement, Paris : Le Seuil.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/cse/docannexe/image/360/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 362k
Titre RENCONTRE-CRÉATION
URL http://books.openedition.org/cse/docannexe/image/360/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende Note278278
URL http://books.openedition.org/cse/docannexe/image/360/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 85k

Auteur

Doctorante ADES, allocataire bourse régionale sur le programme « mixité, parité et genre, lutte contre les discriminations dans les espaces et les équipements de loisirs des jeunes »

© Carrières Sociales Editions, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540