Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'animation socioculturelle professionnelle, quels rapports au politique ?

 | 
Jean-Luc Richelle
, 
Stéphanie Rubi
, 
Jean-Marc Ziegelmeyer

Animatrices et animateurs : pratiques, enjeux et contraintes

Le principe de laïcité dans l’animation socioculturelle

Ramon Ortiz de Urbina

Texte intégral

1Les propos qui vont suivre n’ont pas la prétention de parler pour l’ensemble de la profession mais se veulent le reflet d’une expérience de plusieurs années au sein de l’association des centres d’animation de quartiers de Bordeaux. Cette association fêtera ses 50 ans en 2013. Personnellement je fêterai 30 années passées au service de beaucoup de personnes au sein de cette même association. Cette expérience m’a donné l’occasion de beaucoup observer aussi bien les changements de populations, les changements de société que les changements dans la manière de travailler et de se confronter aux autres.

1. Des textes fondateurs qui évoluent

2Commençons par comparer 2 textes, 2 articles tirés des statuts de l’association des centres d’animation de quartiers de Bordeaux. Commençons par l’article 2 des statuts en vigueur jusqu’en 2010 : « Le projet éducatif et pédagogique de l’association doit permettre de tendre vers l’épanouissement de la personne et soutenir des initiatives individuelles et collectives afin de favoriser l’expression, l’éveil à la culture, la réussite scolaire, les rencontres entre générations, l’accès aux loisirs, aux sports. »

3Prenons le même article des statuts revisités et modifiés pour l’assemblée générale extraordinaire du jeudi 24 novembre 2011 : « Le projet éducatif et pédagogique de l’association doit permettre de tendre vers l’épanouissement de la personne et soutenir des initiatives individuelles et collectives afin de favoriser l’expression, l’éveil artistique et culturel, la réussite scolaire, l’éco-responsabilité, les rencontres entre générations, l’ouverture au monde, à l’autre, à la diversité culturelle, le bon vivre ensemble, l’accès aux loisirs, aux sports. »

4Continuons et terminons par l’article 3 de ces mêmes statuts en vigueur jusqu’en 2010 : « Les centres d’animation de quartiers de Bordeaux sont ouverts à tous : individus isolés ou membres de mouvements de jeunesse, sociétés ou institutions d’Education populaire, aux conditions précisées par les règlements intérieurs, dans le respect des convictions individuelles et dans l’indépendance à l’égard des partis politiques et des groupements confessionnels. »

5Prenons le même article des statuts revisités et modifiés pour l’assemblée générale extraordinaire du jeudi 24 novembre 2011 : « Les centres d’animation de quartiers de Bordeaux sont ouverts à tous : individus isolés ou membres de mouvements de jeunesse, sociétés ou institutions d’éducation populaire, aux conditions précisées par les règlements intérieurs, dans le respect des convictions individuelles et dans l’indépendance à l’égard des partis politiques et des groupements confessionnels. Un esprit laïque de liberté, de partage et d’ouverture, de respect de l’autre, de pluralisme et de neutralité va dans le sens de lutter contre toute forme d’obscurantisme, de communautarisme, de discrimination, d’exclusion et d’injustice. »

6Ont donc été rajoutées les notions suivantes :

  • Eco-responsabilité (un travail sur l’agenda 21 est passé par là) ;
  • L’ouverture au monde, à l’autre (un travail de coopération décentralisée est en cours depuis 2008 avec quelques expériences dans les années 70) ;
  • La diversité culturelle ;
  • Le bon vivre ensemble ;
  • Un esprit laïque de liberté ;
  • Respect de l’autre ;
  • Pluralisme ;
  • Neutralité ;
  • Lutte contre l’obscurantisme, le communautarisme, la discrimination, l’exclusion et l’injustice.

7Le projet éducatif de 2004 rappelle que l’association adhère à la charte fédérale des centres sociaux et socioculturels de France qui retient la dignité humaine (accueillir tous les habitants en refusant tout préjugé, dans le respect des principes de la laïcité), la solidarité (affirmer la primauté du vivre ensemble sur le chacun pour soi - l’engagement collectif fait plus que la somme de chaque individu), la démocratie (elle donne des droits à chacun et elle crée des devoirs, le premier d’entre eux consistant à respecter le droit des autres). En tant qu’association agréée « jeunesse et éducation populaire », elle applique la charte de l’Education Populaire (CNAJEP, 2005) qui revendique également des valeurs communes en termes d’émancipation des personnes, de laïcité active…

8Que s’est-il passé ces dernières années dans le travail ces animateurs socioculturels pour que des statuts évoluent de la sorte ? Observons les 2 dernières versions du projet éducatif de l’association, celle de 2004 et celle de 2011.

9La version de 2004 fait référence à l’article 3 des statuts et à la convention de partenariat avec la mairie de Bordeaux qui souligne « un esprit de partage et d’ouverture, de pluralisme et de neutralité dans le respect des convictions individuelles et dans l’indépendance à l’égard des partis politiques et des groupements confessionnels, en mettant l’accent sur les ressemblances et les convergences dans l’égalité des droits et des devoirs. » Lors de l’écriture de ce projet éducatif les professionnels ont retenu les valeurs de respect, de citoyenneté et enfin la laïcité, (elle-même placée dans les valeurs, ce avec quoi je ne suis pas tout à fait d’accord).

10Dans la version 2011, la notion de laïcité a été complétée et rendue plus compréhensible. C’est une définition donnée par Henri Pena-Ruiz qui a été rajoutée : « La laïcité est un principe de droit politique. Elle met en jeu un idéal universaliste d’organisation de la cité et le dispositif juridique qui en rend possible la réalisation concrète. Ce dispositif est celui de la séparation, qui émancipe l’ensemble des institutions publiques, et tout d’abord l’État, des Églises, tout en libérant celles-ci de toute ingérence politique. Le mot qui désigne le principe, laïcité, fait référence à l’unité du peuple, en grec le laos, telle qu’elle se comprend dès lors qu’elle se fonde sur trois exigences indissociables : la liberté de conscience, irréductible à la seule « liberté religieuse », qui n’en est qu’une version particulière, l’égalité de traitement de tous les citoyens quelles que soient leurs convictions ou leurs options spirituelles, et la visée de l’intérêt général, du bien commun à tous, comme seule raison d’être de l’État. Pour donner à ces trois valeurs une garantie institutionnelle forte, la laïcité affranchit la sphère publique de toute emprise exercée au nom d’une religion ou d’une idéologie particulière. Elle la préserve ainsi de tout morcellement pluriconfessionnel ou communautariste, afin que tous les hommes puissent s’y retrouver. »

11Que s’est-il passé en quelques années pour que l’association des centres d’animation juge essentiel, non seulement de changer ses statuts, mais de modifier son projet pédagogique ? Toujours avant d’essayer de répondre à la question nous pouvons nous rendre compte que si l’association des centres d’animation de quartiers de Bordeaux prend à son compte les valeurs inscrites dans les différentes chartes comme celle des centres sociaux, de la Caisse d’allocations familiales, de la Ville de Bordeaux et enfin celle de l’Education populaire, elle n’avait jamais jusqu’alors inscrit directement la notion de laïcité dans ses propres textes. C’est fait depuis 2011. Alors pourquoi ?

2. Des demandes et des pratiques contradictoires

12Pendant des années, il ne s’est pour ainsi dire rien passé de particulier. Les animateurs socioculturels accueillent la diversité dans leur quotidien, travaillent l’interculturalité, se posent la question du multiculturalisme anglo-saxon et de la différence qu’il y a entre inter et multiculturalité.

13En 1989, la polémique sur le port du foulard islamique à l’école se produit. Le Conseil d’Etat établit que le port de signes religieux n’est pas incompatible avec le principe de laïcité et constitue une liberté, mais il ne doit pas prendre un « caractère ostentatoire ou revendicatif » ni devenir un acte de pression, de provocation, de prosélytisme ou de propagande.

14La question commence à être discutée entre animateurs, entre ceux qui acceptent, ceux qui n’acceptent pas, qui ne tranchent pas.

15En 1994, une différence est faite qui vient compléter le texte du Conseil d’Etat entre des signes discrets (qui montrent un attachement à une conviction personnelle) et des signes ostentatoires (qui montrent un attachement personnel à des convictions religieuses).

16Des exemples vécus dans l’association nous viennent en tête :

  • Des animateurs en situation de travail pendant le repas du mercredi avec des enfants demandent à se retirer du repas pendant la période de Ramadan ;
  • Lors d’une soirée conviviale organisée pour et avec des adhérents, des parents demandent si le repas proposé est halal. On leur répond non, et ils repartent illico disant qu’il n’y a rien à manger pour eux ;
  • Lors de repas entre animateurs, la question se pose également avant toute discussion et certains menacent de repartir s’ils ne peuvent rien manger ;
  • Lors d’un séjour à la montagne pendant un week-end avec des familles, deux d’entre elles demandent à manger halal, sortent de table et vont se préparer à manger dans la cuisine du gîte.

17Tous ces exemples montrent finalement des grains de sables dans les rouages de la recherche du vivre ensemble puisqu’à un moment donné il y a séparation du groupe pour des questions de pratique et de conviction religieuses.

18Des exemples contraires sont nombreux. Des repas préparés avec de la viande halal pour que les personnes qui en mangent puissent participer au repas voient partir des personnes qui ne sont pas d’accord pour en manger, après tout on leur impose une pratique religieuse.

19Les animateurs sont au milieu de toutes ces positions, de toutes ces différences, tiraillés par le désir de faire plaisir à certains et par le risque d’en froisser d’autres. Qui contenter finalement, quand leur travail doit obéir à la recherche du vivre ensemble, prendre en compte les diversités culturelles, le respect des autres, l’ouverture, le pluralisme et être neutre ? Toutes ces questions ont finalement été largement débattues lors de la re-écriture du projet éducatif par l’ensemble des animateurs de l’association en tables rondes et réunions. Pendant les discussions sur les valeurs, sur la laïcité, une question revenait souvent : les interdits alimentaires et la question de la nourriture halal. Beaucoup d’animateurs se sentaient désemparées par l’attitude de certains adhérents ou usagers, voire par l’attitude de certains animateurs.

3. Une définition claire arrive en 2011

20Cette définition est intégrée au rapport moral 2010 sur le thème de « la pédagogie du vivre ensemble » pour l’assemblée générale de mai 2011. C’est celle d’Henri Pena-Ruiz (philosophe de la laïcité et enseignant). Le texte de la loi du 9 décembre 1905 sur la séparation des Eglises et de l’Etat ne parle jamais de laïcité, n’emploie jamais le terme, encore moins donne une définition. Quand on recherche dans les dictionnaires, le mot renvoie à laïc qui renvoie à laïcité. On n’avance pas.

21La définition était nécessaire mais pas suffisante, il fallait en discuter dans le cadre professionnel et c’est ce qui s’est passé pendant de longues heures. Ce que demandaient les animateurs, c’était une position associative qui servirait de référence au quotidien. Ils avaient l’impression d’être face à des injonctions paradoxales : d’un côté celle de devoir cultiver le vivre ensemble, de respecter les diversités culturelles, et d’un autre côté celle de réunir les conditions pour ne blesser personne, n’exclure personne, mais permettre la nourriture halal pouvait entraîner des rejets et ne pas la permettre pouvait entraîner des exclusions. Des animateurs socioculturels apportaient individuellement leurs propres réponses à partir de leurs propres convictions. Le principe de laïcité était interprété. Les laisser interpréter la loi, n’était-ce pas contrevenir à la loi ? Mais quelle loi ?

4. Une position associative

22Il a fallu trancher, il a fallu que le bureau de l’association prenne position, que soient introduits dans les statuts le principe de laïcité et toutes les notions que nous avons vues précédemment. L’association a voulu affirmer que la laïcité est un principe d’organisation de la société qui vise la cohésion sociale par delà les différences, que la laïcité est un principe d’organisation du vivre ensemble, du faire société, de visée de l’intérêt général. D’un autre côté, l’autorisation par des animateurs de pratiques religieuses dans le travail visaient le même vivre ensemble et le même faire société, mais en s’intéressant à un intérêt qui n’est pas général.

23L’association a donc insisté sur le principe de laïcité en demandant de passer des convictions personnelles à une position commune, en l’imposant d’une certaine manière dans ces textes de référence. Aujourd’hui, le site de l’association met en exergue : « l’association des centres d’animation de quartiers de Bordeaux, au cœur des quartiers avec des partenaires : un esprit laïque de liberté, de partage et d'ouverture, de respect de l'autre, de pluralisme et de neutralité ». L’association a fait référence à la loi en modifiant ses statuts qui représentent bien sûr des lois internes. Le projet éducatif est également un texte de référence pour les animateurs. L’éditorial de la plaquette de l’association par son Président y fait également référence. Personne n’est donc sensé ignorer la loi interne à l’association.

24Les statuts faisant référence à la loi, font office de loi pour le personnel de l’association. La propagande politique ou religieuse serait considérée comme une faute professionnelle. L’autorisation de cette propagande ou de rapports qui pourraient être perçus comme une propagande n’ont pour l’instant pas été considérés comme une faute professionnelle. L’association n’a jamais eu à traiter cette question ni à exclure un personnel, mais avant d’en arriver à des situations de fautes professionnelle, elle a dû baliser l’espace de travail en faisant référence de manière répétée à la laïcité.

25Tout ceci ne veut pas indiquer que la séparation des Eglises et de l’Etat veuille dire ignorance des religions, cependant l’association veut montrer que les religions et leurs pratiques doivent s’exercer dans des voies différentes et non croisées. Elle renvoie la pratique religieuse dans la sphère privée. Il y a une différence entre cette association et un service public, mais elle reçoit de l’argent public par l’attribution de subventions de collectivités territoriales et directement de l’Etat. La convention de partenariat qu’elle signe avec la mairie de Bordeaux lui impose, et donc à ses salariés, de laisser de côté les convictions personnelles et de viser l’intérêt général. Les adeptes de la consommation de viande halal pourraient-ils imposer leur contrainte personnelle, alors qu'elle ne relève pas de l'intérêt général ? L’application au quotidien du principe de laïcité n’est pourtant pas simple pour les animateurs socioculturels.

5. Des accommodements « raisonnables »

26Dans cette association, la question de la laïcité n’a jamais été abordée avant 2010, peut-être parce que nous pensions tous être d’accord « par principe ». Le contact avec des populations étrangères, immigrées ou issues de l’immigration, pratiquant leur religion dans les gestes quotidiens, fait que des « accommodements raisonnables » s’opèrent. Je veux ici faire référence à ces accommodements raisonnables décriés au Québec depuis le milieu des années 2000, qui s’opéraient depuis les années 80, et pour lesquels le gouvernement de l’époque a créé la commission Bouchard-Taylor (Commission de consultation sur les pratiques d’accommodements reliées aux différences culturelles).

27Ces accommodements que nous avons vu par des exemples ne sont-ils pas des réactions de facilité, par crainte de provoquer des réactions jugées négatives de certaines populations, des réactions de scission dans un groupe, des ruptures, des fêlures dans la construction d’un vivre ensemble ? Ne pourrait-on pas être accusés de discrimination dans le refus de présenter de la nourriture halal ou kacher ? La restauration municipale dans les écoles et les centres d’accueil et de loisirs a pris le parti, comme a pu le faire le bureau de l’association, du choix d’une seconde viande que le porc quand il y en a. Certaines familles souhaiteraient pousser plus loin ce choix, non pas en se positionnant pour la viande halal, mais en interdisant à leurs enfants de manger de la viande ou bien en les excluant du repas quand de la viande est proposée au menu.

28Les débats demandés par bon nombre d’animateurs ont montré qu’ils étaient un peu perdus et demandaient une clarification et un positionnement associatif pour y faire référence, car eux-mêmes se sentaient jugés et en décalage par rapport à la loi. De son côté, l’employeur ne pouvait que faire référence et renvoyer au principe de laïcité en l’affichant et en l’imposant. Avant, il revenait aux animateurs d’appliquer un principe qui n’était mentionné nulle part, de se l’approprier et de « s’accommoder ».

29C’est comme cela que nous pouvions voir des repas entre professionnels avec de la viande halal, des pique-niques proposés par des animateurs auprès de jeunes avec des produits halal. Des horaires ont été aménagés pendant le mois de Ramadan, car la population à grande majorité musulmane ne fréquentait pas les lieux d’animation aux heures d’ouverture habituelle.

30Bien sûr l’association n’a pas pu ou voulu s’accommoder de certaines demandes faites par ses salariés et qui sont allées très loin, comme par exemple une salle de prière, l’interdiction de faire la bise à des collègues animatrices. Certaines demandes ne dépassent-elles pas les limites de possibles accommodements ?

6. La quête du vivre ensemble

31La construction du vivre ensemble imposée dans les statuts et le projet éducatif doit-elle s’opérer à n’importe quel prix ? Le vivre ensemble n’est-il pas la recherche d’une certaine paix « sociale » ? Des animateurs se sont sentis soit démunis, soit rassurés, face au débat sur la laïcité, tant un décalage se fait sentir au quotidien entre ce qui est souhaité, ce qui est suggéré, ce qui s’impose, ce qui est défendu et ce qui est autorisé. Il semblerait pourtant que l’association des centres d’animation ait essayé d’éclairer, de clarifier une notion restée dans l’ombre ou dans le flou. Revendiquer la laïcité, l’affirmer, c’est prétendre défendre le système politique qui permet la liberté de conscience et l’égalité des droits et des devoirs de tous.

32Avant de conclure, j’ai envie de citer encore Henri Pena-Ruiz : « Certains hommes croient en un dieu. D'autres en plusieurs. D'autres se tiennent pour agnostiques et refusent de se prononcer. D'autres enfin sont athées. Tous ont à vivre ensemble. Et cette vie commune, depuis la première Déclaration des droits de l'homme, doit assurer à tous à la fois la liberté de conscience et l'égalité de droits. » (Pena-Ruiz, 2003) Je me suis demandé, en lisant ces propos d’Henri Pena-Ruiz ou d’autres écrits, si nous assistions à un glissement sémantique de la fraternité vers le vivre ensemble, tant les notions de liberté, d’égalité, étaient employées sans la troisième.

33Le vivre ensemble deviendrait-il une valeur ?

Conclusion

34Je ne souhaite pas apporter de conclusion qui me semblerait trop fermée, mais seulement des questions très ouvertes, peut-être trop ouvertes et peut-être vont-elles compliquer ce qui a précédé. C’est tant mieux, car sur cette question rien n’est simple, quand nous voulons travailler à la fois pour et avec des personnes pour leur émancipation, mais aussi dans un collectif et pour l’intérêt général.

35Voilà la question : alors que la laïcité est sensée organiser le vivre ensemble, qu’est-on prêt à laisser de côté de la laïcité pour préserver le vivre ensemble ? Qu’est-on prêt à accommoder raisonnablement pour le respect de la diversité culturelle et des convictions ? Pour terminer, faut-il accommoder pour préserver ?

Bibliographie

Référence bibliographique

Pena-Ruiz Henri, (2003) Qu’est-ce que la laïcité ? Paris : Gallimard, collection Folio actuel.

Auteur

Directeur du centre d’animation Saint-Michel, Chargé de mission sur les questions relatives à la pédagogie, Association des Centres d’Animation de Quartiers de Bordeaux (ACAQB)

© Carrières Sociales Editions, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540