Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'animation socioculturelle professionnelle, quels rapports au politique ?

 | 
Jean-Luc Richelle
, 
Stéphanie Rubi
, 
Jean-Marc Ziegelmeyer

Animatrices et animateurs : pratiques, enjeux et contraintes

Coordinateur et coordination : les relations au politique des cadres intermediaires de l’animation socioculturelle194

Luc Greffier et Pascal Tozzi

Texte intégral

  • 194 Voir pour plus de développement l’ouvrage : Coordination et coordinateurs, figures de l’intermédia (...)
  • 195 Par convention, le terme générique d’animateur(s) regroupera les animateur(s) et animatrice(s)

1Le champ des activités sociales et socioculturelles est en constante évolution. Au sein de cet univers, les animateurs/trices195, mus par une démarche a priori commune, « mobilisent des compétences générales et spécifiques autour d'un projet d'autonomisation et de socialisation d'un groupe d'individus (…) à partir d'une activité ou d'un ensemble d'activités qui servent de support et de moyens au projet proprement dit. » (Rousseau, 1996). Mais lorsqu’on analyse plus précisément les réalités professionnelles de ces animateurs, la consistance définitoire précédente s’estompe au profit d’une dimension protéiforme de leurs pratiques et des responsabilités qu’ils assument. Depuis le début des années quatre-vingt-dix, le développement de l’action publique en lien avec des approches de plus en plus territorialisées, la montée en puissance de l’exigence du travail en réseau, la structuration d’une filière de qualification professionnelle, la complexité croissante des procédures relatives à la démarche de projet, sont autant de facteurs qui ont progressivement imposé la notion de coordination comme une référence permettant de définir certains cadres intermédiaires du secteur. Ainsi, le sujet de la coordination dans le champ de l’animation soulève un ensemble de questions, autant pour l’espace social dans lequel les coordinateurs interviennent, que pour leurs employeurs. Ce sont ces questions que nous nous proposons d’explorer en deux temps, le premier évoquera « l’émergence d’un cadre intermédiaire », le second mettra en perspective « la figure de pouvoir et ses enjeux politiques ».

I – L’animateur-coordinateur : émergence d’un cadre intermédiaire

2La notion de coordination s’est peu à peu imposée comme une façon de définir certains acteurs de l’intervention sociale lorsque ceux-ci s’engageaient dans la conception, l’organisation et la gestion de projets sur des territoires urbains, mais aussi ruraux, auprès de publics déterminés dans les secteurs du développement social et culturel.

3A ce titre, lorsque l’on évoque cette notion de coordination, une tendance semble distinguer les employeurs des salariés. Les premiers argumentent prioritairement sur la fonction de coordination (celle-ci étant considérée comme un ensemble de missions menées à bien dans le cadre de l’activité d’animateurs professionnels) ; les seconds défendent plus généralement la dimension statutaire de la coordination et la traduction de cette dimension en termes de reconnaissance professionnelle et d’indice de rémunération. Cette distinction, et le questionnement statutaire qu’elle induit, apparaît comme un enjeu stratégique et politique que nous allons tenter d’appréhender en trois temps, le premier organisé autour des notions de profession (statut et fonction), le deuxième selon une approche historique des formations et diplômes, le troisième à partir des parcours professionnels des acteurs concernés.

1. Profession(s) : statut(s), fonction(s)

Une perspective professionnelle et statutaire

4Si l’animation a parfois été qualifiée de nébuleuse aux contours flous (Gillet, 1995) cela est notamment lié au fait que ce champ agrège de nombreux acteurs agissant dans de multiples secteurs d’intervention couverts par différentes branches professionnelles : celle de la Convention collective nationale de l’animation (CCNA), celle de la Fonction publique territoriale, celle de la Convention collective du secteur sanitaire et social, et celle de la Convention collective des centres sociaux (pour ne parler que des branches les plus importantes en termes d’emplois).

5Pour cet article, nous retiendrons comme cadre d’analyse les acteurs de la branche professionnelle définie par la CCNA qui concerne environ 12 000 entités « employeur » et 120 000 salariés, soit une grande majorité des acteurs du secteur. Les études réalisées par cette branche professionnelle « Animation » (CPNEF, Ithaque 2001, 2005, 2010) identifient trois grandes familles de métiers : « animation », « administration » et « technique ». La « famille animation » est largement majoritaire : le poids de cette famille de métiers est stabilisé dans une assiette allant de 65 à 75 % de l’emploi au sein de la branche ; la part de la « famille administration » a presque doublé entre la première étude de la CPNEF (menée en 2001) et l’enquête emploi-formation de 2005 pour se stabiliser en 2010 à un niveau compris entre 15 et 20 % des emplois de la branche ; la « famille technique » reste relativement marginale au sein de la branche animation, oscillant à la frontière des 10 % des effectifs. Les coordinateurs, cadres associatifs qui concernent notre étude sont distribués au sein des deux premières familles :

  • On retrouve dans la « famille animation », outre les incontournables « directeurs d’ALSH196 », des « responsables de secteur » (agrégeant les coordinateurs et les chefs de projet) ainsi que des « responsables d’équipement ». Ces deux fonctions qualifiées par le Contrat d’Etude et de Prospective de l’Animation (CPNEF, Ithaque 1998) « d’encadrement intermédiaire » représentent respectivement 3 % et 2 % des emplois de la famille animation ;
  • La « famille administration » regroupe quant à elle les cadres dont les cadres dirigeants (directeurs).
  • 197 Voir annexe I - Classifications et salaires, avenant n° 46 du 2 juillet 1998, dernière modificatio (...)

6La structure de l’emploi associatif, définie par la CCNA197, est organisée autour de neufs groupes (nommés de A à I) définissant trois grandes catégories statutaires, celle des employés, celle des techniciens et agents de maîtrise, et celle des cadres :

  • La catégorie des « employés » est représentée par les deux groupes : A & B (indices 245, 255) ;
  • La catégorie des techniciens et agents de maîtrise (CI statutaires) est organisée en quatre groupes : C, D, E, F, (indices 280, 300, 350, 375), le groupe F étant « assimilé cadre » ;
  • Les cadres sont quant à eux positionnés dans les groupes G, H, I (indices 400, 450 & 500), ce dernier groupe étant réservé au « cadres dirigeants ».
  • 198 Avenant n° 46 du 2 juillet 1998, modifié par avenant n° 127 du 18 mai 2009, art. 2

7Le premier constat que l’on peut faire, à la lecture précise de la grille des classifications et salaires198, est la quasi-absence de la notion de coordination. En effet, le terme de « coordination » n’apparaît que deux fois et ce au niveau du groupe C, qui reste à un niveau de reconnaissance statutaire « faible ».

8De ce premier constat découle une tension entre d’une part cette classification qui n’évoque la notion de coordination qu’à un niveau statutaire d’entrée dans la catégories des techniciens/agents de maîtrise et d’autre part une conception du coordinateur entendu comme « récipiendaire d’une délégation de responsabilité ». Cette dernière posture professionnelle ferait quant à elle référence à des niveaux d’emplois rattachés aux groupes D et plus.

9Le métier d’animateur, pas plus que celui de coordinateur, n’étant pas « protégé » (sauf peut-être en partie dans la Fonction publique territoriale), la logique de la qualification statutaire n’a pas été retenue par les signataires de la convention collective. Il n’existe donc pas de typologie stabilisée des emplois dans l’animation. Dès lors, il n’y a pas d’adéquation stricte entre les diplômes des salariés et l’appellation des postes occupés. La grille de la CCNA est une grille ouverte à la négociation de gré à gré, qui peut permettre d’intégrer les expériences jugées équivalentes. L’étude menée par l’ORSEU (Farvaque, 2007) dénombre, selon la nature de la structure employeur, selon le statut de l’animateur (public/privé) et selon la spécialisation de l’animateur, pas moins de 200 types de réponse. Cette grande variété met l’accent sur le manque de référentiel commun, y compris pour définir statutairement la fonction de coordination, en même temps qu’elle peut être interprétée comme un indicateur de la volonté des salariés de se créer localement des identités professionnelles plus précises et valorisantes que celle « d’animateur ».

Une perspective fonctionnelle

10L’approche fonctionnelle de la coordination peut être abordée sur un double registre, celui de la multiplication des champs d’intervention des coordinateurs et celui de l’identification des missions opérationnelles qu’ils sont amenés à conduire. A ce sujet nous pouvons caractériser trois ensembles de responsabilités déléguées aux coordinateurs, chacun mobilisant des compétences spécifiques complémentaires :

  • Le premier ensemble regroupe des responsabilités en référence au management interne :
    • La gestion des personnels ;
    • La gestion administrative ;
    • La gestion des équipements.
  • Le deuxième ensemble rassemble des responsabilités relationnelles ou « politiques », internes ou externes :
    • L’interface avec les organes de décision ;
    • Les relations partenariales.
  • Le troisième ensemble concerne les responsabilités de nature stratégique ou opérationnelle :
    • La gestion de projets ;
    • Le développement des actions.
    • L’animation directe demandant des compétences spécifiques.

11Dans cet agrégat de responsabilités, les « coordinateurs » interviewés pour cet article expriment une double réalité :

  • Celle qui concerne la complexité voire l’impossibilité d’articuler des missions d’ordre hiérarchique à des missions d’ordre pédagogique, d’accompagnement et de coordination. La vision d’une relation hiérarchique verticale « polluant » les relations horizontales qui semblent devoir être privilégiées dans le cadre de la coordination ;
  • Celle de l’accroissement des responsabilités liées au management interne, en particulier de gestion.

Historique et formations

12La notion de coordination dans le champ l’animation ne peut être étudiée sans évoquer le processus de stratification des diplômes à l’œuvre depuis la fin des années soixante. Ce processus se développe dans un contexte particulier puisqu’il est, pour l’animation, structuré autour de deux filières de formation portées par deux ministères distincts :

  • La première de ces filières (1967), est organisée à partir du Diplôme Universitaire de Technologie « option animation sociale et socioculturelle ». Celui-ci forme des animateurs de niveau III (c’est-à-dire titulaire d’un bac + 2), des animateurs « généralistes » (Gillet, 1995) ;
  • La seconde filière concerne les diplômes portés à l’origine par le ministère de la Jeunesse et des sports. Au sein de cette filière, le diplôme qui nous semble faire référence pour la coordination est le Diplôme d’Etat aux Fonctions de l’Animation (DEFA), créé en 1979 et abrogé en septembre 2009. Suite à la rénovation conduite par le ministère de la Jeunesse et des sports au cours du début des années 2000, ce diplôme s’est dissout dans une sorte « d’entre deux » en partie dans le Diplôme d’Etat de la Jeunesse, de l’Education Populaire et des Sports (DE-JEPS) de niveau III et son homonyme le Diplôme d’Etat Supérieur DES-JEPS de niveau II.
  • 199 Acronyme pour Licence/Master/Doctorat.

13L’arrivée au début des années 2000 de la réforme consécutive à la déclaration de Bologne (1999) dite LMD199, et l’opportunité de la création des Licences professionnelles, a conduit un certain nombre d’acteurs universitaires à mettre en place des dispositifs de formation supra DUT. L’intention de départ, qui était de former des cadres intermédiaires de niveau II, s’est traduite par la création de différents parcours portant un intitulé singulier (par exemple, 55 titres étaient inscrits dans la nomenclature « intervention sociale » du ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche en 2010).

  • 200 Un seul de ces titres fait référence au statut de directeur (de structure de services à la personn (...)

14La nécessité d’identifier professionnellement ces professionnels, situés dans une double interface entre d’une part les animateurs et les directeurs, et d’autre part entre les publics et les institutions, s’est traduite pour 16 de ces 55 titres200 (29 %) par le recours à la notion de coordination. Sur ces 16 licences professionnelles « intervention sociale » utilisant cette notion de coordination dans leur titulature, 9 emploient le terme « coordonnateur » ; 1 emploie le terme « coordinateur », 3 emploient le terme « coordination » et 2 le terme « animation » celui-ci étant alors complété par la notion de « coordination ». Pour les départements carrières sociales des IUT qui portent certains de ces dispositifs de formation, la création des licences professionnelles formalise et traduit une double réalité du champ de l’animation :

  • Celle qui consacre l’existence de professionnels d’un niveau de formation supérieur aux DUT qu’ils mettent en œuvre depuis pratiquement 45 ans dans le cadre d’un Programme pédagogique national carrières Sociales (PPN) mis-à-jour pour la dernière fois en 2010 ;
  • Celle de l’exigence d’acquérir les capacités et les compétences nécessaires pour assumer les responsabilités et les difficultés liées à des situations d’intervention sociale complexes qui ont depuis de nombreuses années tendances à se complexifier parce qu’émergeant d’une société elle-même de plus en plus complexe.

15La légitimité de ces IUT à piloter des Licences professionnelles « intervention sociale » est d’autant plus importante qu’elles concernent des professionnels agissant dans un univers qu’ils connaissent bien, grâce aux nombreuses relations pédagogiques et politiques qu’ils entretiennent avec les praticiens du secteur.

Parcours (linéaire ou non)

16Le troisième point, qui permet de mieux cerner la notion de coordination fait référence aux acteurs eux-mêmes et à la façon dont ils ont pu construire leur parcours professionnel. Ces parcours ont été étudiés et analysés dans le cadre du rapport d’étude interministérielle sur les emplois de l’animation de niveau II et III réalisé par le CREDOC en 2003 (Olm, 2003). Ce rapport identifie trois trajectoires professionnelles :

  • La première fait référence à un parcours de formation « classique » auquel succède un parcours professionnel qui l’est tout autant. Celui-ci s’est effectué en trois étapes principales : d’abord animateur, ensuite coordinateur, enfin responsable. Il s’agit de personnes plutôt diplômées (DUT ou DEFA) qui présentent des trajectoires stables (jusqu’à 20 ans d’ancienneté dans la même structure). Le temps mis pour arriver à ce niveau hiérarchique varie d’une à quinze années. Cette trajectoire est plutôt féminine. Nous la qualifierons de « classique ascendante stable » ;
  • La deuxième est l’alliance d’un parcours de formation « non-linéaire » et d’un parcours professionnel « classique ». Hormis le fait que ces personnes ont redécouvert l’animation après d’autres expériences, les professionnels concernés sont ici aussi marqués par l’idée de progression régulière et de fidélité à une structure. Ils ont pu être recrutés dans le cadre d’un stage en lien avec une formation professionnelle (souvent le DEFA), et ont évolué vers des postes intermédiaires (coordinateur, chef de service) avant d’accéder à des postes à plus haute responsabilité (directeur, directeur-adjoint, sous-directeur). Cette trajectoire est plutôt masculine. Nous la qualifierons de « non-linéaire stable » ;
  • La troisième paraît indépendante du cursus de formation. On y trouve aussi bien des « parcours classiques » que des « parcours non-linéaires ». En revanche, le parcours professionnel est riche d’emplois. La dimension éclectique de leur parcours se traduit par une alternance de postes de responsables et d’emplois intermédiaires au gré de leurs contacts et de leurs attraits. Au cours de leur carrière, entre deux postes d’animation « pure », ils ont pu quitter ce milieu pour exercer une autre profession. Nous qualifierons cette trajectoire d’« éclectique ».

17Ces trois trajectoires professionnelles qui attestent de la variété des parcours possibles, révèlent une constante : l’accès à des postes à responsabilité est en partie fondé sur l’expérience professionnelle, la seule variable « diplôme » (même de niveau supérieur) ne semblant pas permettre d’être recruté comme coordinateur ou cadre.

18Mais ce n’est pas pour autant que la détention d’un diplôme ne facilite pas, ou n’accompagne pas l’accès aux responsabilités dans le champ de l’animation. En effet, l’étude menée en 2008 sur la région Aquitaine par le cabinet Ithaque (ONMAS, Ithaque 2008) révèle une stratification des responsabilités selon le niveau de diplôme :

  • Les postes de directeur ou de directeur général sont largement occupés par des personnes titulaires d’un diplôme de 3ième cycle universitaire, de niveau I ;
  • Les postes de directeur de pôle ou de service non administratif correspondent plutôt à des profils mixtes : une formation universitaire souvent au-delà de la licence, couplée avec une expérience ou un diplôme professionnel de l’animation, diplômes de niveau II ou plus ;
  • Les directeurs de centre sont assez bien identifiés au DEFA avec expérience, et leurs adjoints au DUT Carrières Sociales, diplômes de niveau III ;
  • Les responsables de structure (ALSH, centre de loisirs) ont globalement des niveaux de formation plus modestes : BEATEP, CAP petite enfance, BAFD, BP JEPS, diplômes de niveau IV ou moins.

19Pour conclure, nous pourrions retenir que dans certains cas - souvent liés avec la taille des structures gestionnaires - la responsabilité d’un équipement et parallèlement la conduite d’une politique d’animation sur un espace territorial donné, peuvent être déléguées par le directeur général à un niveau d’encadrement intermédiaire. Ainsi apparaissent des coordinateurs qui occupent des postes de responsable d’équipement, de quartier ou encore de secteur.

20Bien que complexes et encore non stabilisés, ces profils sont souvent considérés comme des opportunités par les animateurs professionnels. D’autres voient plus loin encore en considérant cette fonction de coordination comme une perspective intéressante d’évolution de carrière, une étape vers la prise de fonction de direction. Cependant, ce processus ascensionnel reste quantitativement peu important. En effet, peu d’entreprises associatives, au regard de leur taille – 65 % des entreprises de la branche ont moins de 11 salariés, (CPNEF, Ithaque 2010) – peuvent proposer ce type de poste, limitant ainsi les opportunités de promotion interne ou de recrutement.

II – L’animateur-coordinateur : figure de pouvoir et enjeux politiques

21Nous venons de voir que la notion de coordination s’illustre par une variété de statuts et une multiplicité de missions qui recouvrent des pratiques hétérogènes. Nous nous proposons maintenant d’analyser la figure et la fonction d’animateur-coordinateur au prisme de la légitimité, donc des jeux de pouvoir induits par les responsabilités managériales, administratives, autant que relationnelles au sens large.

22En effet, si la fonction de coordination procède de l’interface interne, entre animateurs et cadres (dans un univers classique d’emboîtement hiérarchique), l’externalisation de ce rôle-frontière propulse aussi l’acteur au cœur d’autres enjeux et de rapports stratégiques avec une série de partenaires et de réseaux. Le coordinateur devient à la fois « entre-deux » et « point hybride » (Donzelot, 1984), parfois pris au piège d’un positionnement ambigu voire contradictoire, entre valeurs fondatrices du champ de l’action et responsabilités politico-statutaires de la coordination.

L’animateur-coordinateur, un positionnement interne en tensions

23La première des tensions que l’on peut analyser est celle qui pose la question de la relation entre la fonction de coordination et le niveau de formation des coordinateurs. En effet, si l’on fait référence à l’étude présentée ci-avant (ONMAS 2008), les directeurs, en tant que cadres et cadres dirigeants, sont principalement positionnés en région Aquitaine sur des niveaux de formation de type I. les coordinateurs sont positionnés plutôt au niveau II, éventuellement au niveau III. En contradiction relative avec cette étude, le CREDOC (2003) identifie une quinzaine d’appellations pour nommer les emplois de niveau III et une dizaine pour ceux de niveau II, mais ne parle nullement des emplois de niveau I. Pour le CREDOC, les emplois de niveau II sont pour leur part plutôt des postes de « direction ». Les animateurs de niveau II apparaissent comme les cadres supérieurs de l’animation. Les emplois de niveau III correspondent à des postes de « responsable », de « coordination », « d’animation » d’une équipe composée elle-même d’animateurs.

24Si le coordinateur intervient d’abord dans les relations verticales de la structure, les études contradictoires tendent à confirmer la difficulté à définir précisément son positionnement. A ce double titre, le coordinateur se trouve potentiellement en possession du pouvoir inhérent à la figure du « marginal sécant ». Mais ce positionnement interstitiel n’est pas attribué statutairement ou par nature à chaque coordinateur : chacun peut (doit) le construire sous réserve d’être suffisamment stratège au sein de son organisation.

  • 201 D’après les travaux des psychologues de l’école de Palo-Alto.

25Les dynamiques managériales actuelles, semblent aussi propices à l’« empowerment » du coordinateur. Ce terme est ici défini comme un accroissement du pouvoir, un enrichissement des champs d’action et des responsabilités des professionnels au sein d’une structure d’animation. Cette « capacitation » est le corollaire du « phénomène d’aspiration » qui marque le secteur de l’animation comme celui du travail social. Dans un contexte aux exigences, à la complexité et à l’économicisation croissantes, la fonction directoriale évolue vers une fonction se rapprochant de plus en plus de celle d’un chef d’entreprise. Cette position peut être un avantage et une source de pouvoir importants pour l’animateur-coordinateur qui se situe au carrefour des trois logiques suivantes : animation, direction, et administration. Mais la situation peut aussi s’avérer délicate si le coordinateur n’arrive pas à se positionner et se laisse coloniser par une de ces trois logiques. Accentué par des configurations partenariales changeantes qui aboutissent à l’incessante reformulation des conflictualités, le risque est de subir la pression des « doubles contraintes » ou des « injonctions paradoxales »201 que peuvent induire les différents acteurs.

26Contrepartie routinière à l’occupation des territoires de pouvoir, la position de marginal-sécant pose la question vive de la légitimité – reconnaissance ou contestation – de cet « animateur hybride » et de son identité professionnelle. En lien avec certaines difficultés de positionnement et avec les aspects statutaires évoqués précédemment, la construction de cette dernière passe par un processus de séparation/intégration, par des revendications ou des dénis d’appartenance. Ceux-ci expriment une volonté de différenciation vis-à-vis d’une identité antérieure, couplée au processus conjoint d’une création de nouveaux repères identitaires. Les entretiens avec ceux qui parviennent à accéder au poste de « cadre intermédiaire » montrent que leurs récits sont très souvent porteurs d’un étrange évitement de l’appellation « animateur ». On pourrait penser que le fait d’être issu du monde de l’animation soit facteur d’une certaine légitimation auprès des équipes, mais l’auto-perception des coordinateurs semble être différente : lorsqu’ils accèdent à des postes à responsabilités, ils n’ont de cesse de vouloir se départir des « habits de l’animateur » pour revêtir ceux plus valorisant « du chargé de mission, du chef de service, du coordinateur » : tout mais pas ceux de l’animateur ! A l’inverse, des directeurs de structures au statut mieux défini et à la légitimité fonctionnelle stabilisée revendiquent fortement une action conforme à une « éthique » de l’animation, voire même le fait d’être des « animateurs avant tout ».

27La difficulté à mettre en mots le travail des coordinateurs s’accompagne d’une « nécessaire » rupture avec le fonctionnement plus familier du métier d’origine pour se rattacher à une communauté professionnelle proche, mais différente. Si l’on considère que la légitimité ne s’attribue pas, pas plus qu’elle n’est une donnée a priori ou immuable, on peut ici faire l’hypothèse d’une forme de justification, contribuant au processus de construction et de production de son propre sens.

28A ces tentatives de définition par « soi-même » d’une identité toujours en tension, s’ajoutent les aspects relationnels et transactionnels de la construction identitaire au sein de la structure employeur. Éviter la « schizophrénie » de la coordination, où « la légitimité et la technicité font le grand écart » (Loubat, 2000) passe par une stabilisation interne de la légitimité coordinatrice. Mais quand bien même une organisation ad hoc, une délimitation fine des « territoires » et des prérogatives, des équilibres internes pourraient être trouvés, cela ne résout pas pour autant les problèmes posés par la saisie extérieure de la figure de l’animateur coordinateur, notamment par le politique. Un directeur de structure évoquait récemment le glissement de l’appellation de son poste de coordinateur vers celui de directeur, glissement motivé pour légitimer auprès des partenaires sa capacité à représenter son entreprise associative, sans que cela n’entraine une quelconque évolution statutaire au sens strict.

La coordination à l’interface complexe entre projet et politique

29La fonction coordinatrice est « politique », notamment parce qu’elle s’intègre dans le mouvement plus global qui marque l’évolution des politiques publiques vers un ensemble d’initiatives multipolaires et de tentatives de coordinations explicites qu’on appelle aujourd’hui « l’action publique ». Dans ce contexte, les coordinateurs agissent de plus dans des environnements qui concernent les secteurs public et privé, mais sont également impactés par les relations incertaines qui se tissent ou se détissent entre public et privé. A cela s’ajoute l’apparition de « nouveaux métiers » destinés à la mise en place de nouvelles politiques sociales, transversales susceptibles d’être exercés par des animateurs et qui achèvent de brouiller les « juridictions » des professionnels (Akin, Douard, 1999). Les catégorisations émergeantes opérées par les politiques se diffusent d’autant plus facilement que « la très grande majorité des animateurs est employée soit par des associations régies par la loi de 1901, soit par des municipalités » (CPNEF, Ithaque 2010).

  • 202 Pour ce paragraphe, sur le thème voisin des éducateurs, cf. Aballéa (2000) et (1992) à qui nous em (...)

30En même temps qu’ils instituent, tous ces processus de catégorisations induisent autant d’imbrications que de décalages entre les différentes constructions sociales qui saisissent la figure intermédiaire de l’animateur-coordinateur. Il en découle les difficultés susmentionnées de classement, d’identification et d’identité des professionnels. On mesure ici l’impact de la « catégorisation officielle » et politico-institutionnelle qui renvoie aux catégories forgées par les services en charge de classer ou de compter les professionnels202 du secteur de l’animation. On pressent aussi le « tiraillement identitaire » qu’il peut y avoir ici avec la « catégorisation ordinaire » portée par les individus eux-mêmes, qui leur permet de s’identifier – ou pas – à tel groupe professionnel (Aballea, 2000). Pour Desrosières et Thévenot (1996), si la catégorisation ordinaire peut informer ou contester la catégorisation officielle, elle n’est pas indépendante de cette dernière qui finit souvent par s’imposer (Desrosières, Thévenot, 1996).

31Aux prises avec ce contexte particulièrement complexe, l’animateur-coordinateur court aussi le risque de céder à l’injonction de compétence technicienne dont sont friands les décideurs politiques. Dans un domaine fortement marqué par la présence d’entreprises associatives, où l’emploi est en perpétuelle évolution, la problématique de la professionnalisation des métiers vient se superposer à celle de l’articulation des logiques associatives et des logiques gestionnaires garantes notamment de la pérennisation des entreprises et des emplois. Selon un directeur de Centre social interrogé par l’ORSEU : « la logique professionnelle dans l’animation prime aujourd’hui sur ce qui était la logique militante d’antan (…) l’évolution du métier va dans le sens de la fonctionnarisation ».

  • 203 Thème retenu pour la 2 ième journée des coordinateurs organisée par les étudiants de licence profe (...)

32La récupération politique ouvre le risque que la maîtrise d’un savoir faire « coordonnant », d’un idéal technique et d’une fonction instrumentale, s’instituent comme modèles identitaires. L’animateur-coordinateur se retrouve donc face au sens de l’action et du projet, mais aussi devant l’impératif de requestionner, de retracer, l’itinéraire allant du « sens à l’action203 », de la dimension conceptuelle vers la dimension pragmatique, de réinterroger les liens dialectiques entre la théorie et l’action, l’utopie et sa concrétisation, entre l’engagement et le technique, afin que le passage de l’un à l’autre n’implique ni la perte de son « âme », ni l’errance dans les limbes d’un état intermédiaire, flou, voire « mou ». Il s’agit ici de mettre au centre des discussions la question « idéologique » du projet de société, pour lequel les professionnels de l’animation estiment agir au quotidien. Quitte peut-être à prendre le risque de transgresser les normes et routines organisationnelles ?

Réflexions coordinatrices

  • 204 Margantin Laurent, (1999) Système minéralogique et cosmologie chez Novalis, Paris : L’Harmattan, p (...)

33Nous avons montré que l’animateur-coordinateur, se trouve en différents espaces-frontières que l’on pourrait qualifier de « transactionnels », au cœur d’un ensemble multi-référentiel aux connexions multiples entre diverses rationalités. Une des conséquences est le débat récurrent sur la question de sa légitimité, mais parfois aussi celui d’une crise de l’identité professionnelle. Pour y faire face, le réflexe « naturel » visant à réduire l’« incertitude chaologique » de la coordination va souvent pousser les acteurs à mobiliser des arguments et des justifications pour la délimitation, pour la production, de territoires et d’environnements stabilisés. Dans ces contextes, la concurrence devient alors inévitable puisque les professionnels vont emprunter des registres d’argumentation et de légitimation parfois très proches. Pourtant, si ce qui hante toujours la pensée du système – a fortiori celle de son positionnement dans le système – c'est le chaos, il n’y a chaos que « tant que l’esprit se coupe de ce qu’il n’englobe pas, n’épouse pas, et refuse de se risquer au-delà de limites tracées arbitrairement »204.

34C’est à cette prise de risque que peut s’exercer l’animateur-coordinateur, avec sa « capacité réticulaire » (Alter, 2005). Son statut devient alors celui de « pionnier », au sens sociologique de « pris entre deux forces » : l’une « destructrice », car les pionniers ont la capacité de contester les normes établies ; l’autre « créatrice », puisqu’ils peuvent de façon « imprévisible » contribuer à l’émergence d’autres normes. En ce sens, plus que de comprendre et d’interagir avec des acteurs dans un régime d’action strict et relativement limité, le coordinateur professionnel devient « efficace » s’il parvient à se mouvoir entre des régimes d’action variés, porteurs d’exigences et de contraintes différenciées, et parfois profondément divergentes. Il s’agit de considérer que la pratique coordinatrice « s’institue dans la dialectique entre une logique statutaire, basée sur des présupposés fonctionnels et normatifs, et une logique constructive », en comprenant que le coordinateur dispose toujours d’une marge certaine d’autonomie : « C’est sa capacité [du professionnel] à maîtriser le jeu de forces à l’intérieur de cet espace qui lui confère sa professionnalité » (Bondu, 1998). « Être légitime » devient être capable de construire des « hybrides », d’inventer des passages entre des logiques différenciées, en gardant la marge de manœuvre nécessaire au questionnement des ordres qui se rejouent sans cesse.

Conclusion : la place de l’éthique

35Nous avons montré en quoi la fonction d’animateur-coordinateur, parce qu’elle est source de négociation, d’ajustement, de représentations concurrentes, de traductions et de « trahisons », autant que de risques de conflits ou d’instrumentalisations, pose la question de ses identités, de ses légitimités interne et externe. Ainsi le coordinateur reste un personnage aux réalités professionnelles multiples et complexes. Avec la coordination se pose la question des « actions communes » (Thévenot, 1993) poursuivant un même but sociétal. En l’absence d’une déontologie codifiée, l’impératif éthique ressort comme crucial pour les coordinateurs de l’animation. En effet, l’éthique présente des homologies structurales fortes avec la coordination puisqu’elle interroge les principes de la morale en situation, qu’elle est faite de contradictions, d’intérêts divergents, et non de consensus (ANESM, 2010). Intéressant fortement le coordinateur, le principe méthodologique de l’éthique réside dans la critique, au sens de recherche permanente du sens des actions ou décisions. Emerge au final un pouvoir spécifiquement coordinateur de l’éthique professionnelle (Batifoulier, 1999), ressort qui devrait être envisagé comme une contribution majeure à la légitimation et au sens de la fonction d’intermédiaire/coordinateur.

Bibliographie

Références bibliographiques

Akin Salih, Douard Olivier, (1999) Qui sont les animateurs aujourd’hui ?, in Espaces de travail, espaces de paroles, Rouen : Presses Universitaires de Rouen.

Aballea François, (2000) Travail social et intervention sociale : de la catégorisation à l’identité, Recherches et Prévisions, n° 62, p. 71-81.

Alter Norbert, (2005) L’innovation ordinaire, Paris : PUF.

ANESM, (2010) Le questionnement éthique dans les établissements et services sociaux et médico-sociaux, ANESM.

Batifoulier Philippe, (1999) Ethique professionnelle et activité médicale : une analyse en termes de conventions, Finance Contrôle Stratégie, Vol. 2, n° 2, juin, pp. 5-24.

Bondu Dominique (1998) Nouvelles pratiques de médiation sociale. Jeunes en difficultés et travailleurs sociaux, Paris : ESF.

CPNEF, Ithaque, (1998) Contrat d’études prospectives de l’animation socioculturelle, Paris.

CPNEF, Ithaque, (2010) Synthèse des travaux de l’observatoire des métiers, Paris.

Desrosières Alain, Thévenot Laurent, (1996) Les catégories socioprofessionnelles, Paris : La Découverte.

Donzelot Jacques, 1984. L’invention du social. Essai sur le déclin des passions politiques, Paris : Fayard.

Douard Olivier, (2003) Dire son métier : les écrits des animateurs, Paris : l’Harmattan. Farvaque Nicolas, (2007) La qualité de l’emploi dans les métiers de l’animation, Lille : ORSEU.

Gillet Jean-Claude, (1995) Animation et animateurs : le sens de l’action, Paris : l’Harmattan.

Loubat Jean-René, (2000) Le coordinateur d’équipe : piège ou cadeau ? Lien social, n° 550, 2 novembre.

OLM, C., 2003. Etude interministérielle sur les emplois de l’animation de niveau 2 et 3, Paris : CREDOC.

ONMAS, Ithaque, 2008. La structure de l’emploi d’encadrement et de coordination dans les champs de l’animation et de sport en Aquitaine, Bordeaux : ONMAS.

Peyré Marion, (2005) Animation socioculturelle et employeurs associatifs : livre noir. du grand écart entre discours et pratiques ! Paris : l’Harmattan.

Rousseau Michel, (1996) Les métiers de l’animation. Compétences et savoir-faire, Les Cahiers Espace, n° 48 "Accueil et animation", octobre, pp 98-106.

Soulet Marc-Henri, (1988) L’évaluation à l’épreuve de la discussion, in Blaie Jean-Pierre, Kurc Alexandre (dir.), (1988) L’évaluation en travail social, Nancy : Presses Universitaires de Nancy.

Thévenot Laurent, (1993) Agir avec d’autres. Conventions et objets dans l’action coordonnée, in Pharo Patrick, Ladrière Paul, Quéré Louis, (1993) La théorie de l’action. Le sujet pratique en débat. Paris : Editions du CNRS.

Notes

194 Voir pour plus de développement l’ouvrage : Coordination et coordinateurs, figures de l’intermédiaire, Carrières Sociales Editions, 85p.

195 Par convention, le terme générique d’animateur(s) regroupera les animateur(s) et animatrice(s)

196 Accueil de Loisirs Sans Hébergement.

197 Voir annexe I - Classifications et salaires, avenant n° 46 du 2 juillet 1998, dernière modification par avenant n° 127 du 18 mai 2009 (BO 2009-25), étendu par arrêté du 8 octobre 2009, JORF 17 octobre 2009.

198 Avenant n° 46 du 2 juillet 1998, modifié par avenant n° 127 du 18 mai 2009, art. 2

199 Acronyme pour Licence/Master/Doctorat.

200 Un seul de ces titres fait référence au statut de directeur (de structure de services à la personne), deux forment des « responsables de… »

201 D’après les travaux des psychologues de l’école de Palo-Alto.

202 Pour ce paragraphe, sur le thème voisin des éducateurs, cf. Aballéa (2000) et (1992) à qui nous empruntons les catégories et analyses utilisées ici.

203 Thème retenu pour la 2 ième journée des coordinateurs organisée par les étudiants de licence professionnelle, département carrières-Sociales de l’IUT Michel de Montaigne, Bordeaux.

204 Margantin Laurent, (1999) Système minéralogique et cosmologie chez Novalis, Paris : L’Harmattan, p. 130.

Auteurs

MCF en aménagement, IUT Michel de Montaigne - ISIAT, Université Bordeaux 3, ANR PAGODE, UMR 5185 ADES CNRS

MCF HDR en sciences politiques, IUT Michel de Montaigne - ISIAT, Université Bordeaux 3, ANR PAGODE, UMR 5185 ADES CNRS

© Carrières Sociales Editions, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540