Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

L'animation socioculturelle professionnelle, quels rapports au politique ?

 | 
Jean-Luc Richelle
, 
Stéphanie Rubi
, 
Jean-Marc Ziegelmeyer

Animatrices et animateurs : pratiques, enjeux et contraintes

Cadres de l'animation municipale au prisme de politiques publiques : la fibre et le statut

Christophe Arpaillange

Testo integrale

  • 117 Voir notamment : Arpaillange Christophe, Darlon Catherine, Montané Michel-Alexis, (2006) La diffic (...)

1Cette communication ne prend pas place à la fin d’une recherche mais à son entame, à partir d’observations découlant d’un précédent travail sur les politiques publiques en direction de la jeunesse urbaine effectuée à la Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine sous la direction de Jean-Pierre Augustin117. Nous avons pu vérifier l’hypothèse d’une dualisation des politiques publiques en direction de la jeunesse urbaine suivant que cette jeunesse vive, ou non, dans les quartiers urbains dits « sensibles » par l’administration.

  • 118 Jobert Bruno, Muller Pierre, (1987) L'Etat en action. Politiques publiques et corporatismes, Paris (...)
  • 119

2Dans la perspective d’analyse des politiques publiques initiée par Bruno Jobert et Pierre Muller, on peut appréhender les politiques publiques comme un « ensemble de moyens organisationnels, financiers (…), des procédures, des techniques et des relations de pouvoir, bref un processus social concret »118 mais également selon ces deux auteurs, les politiques publiques sont aussi une « image sociale », comportant une dimension cognitive et servant de support à une représentation du monde que Jobert et Muller dénomment « référentiel ». La politique de la ville c’est d’abord un discours portés par des professionnels de l’administration nationale et locale et quelques acteurs politiques, qui constitue un référentiel de « modernisation administrative », promouvant la contractualisation comme moyen de compenser les effets pervers de la décentralisation, visant à pallier la crise de la sectorialité de l'action publique, prônant aussi la dimension d'un renforcement de la démocratie par l'association des populations qu'elle concerne119 et intégrant enfin, une exigence évaluative. La politique de la ville c’est l’interaction dans un processus social concret de ces modernisateurs autoproclamés et non dénués de ressources organisationnelles, financières, symboliques, avec, dans le domaine de l’animation, le système qui rassemble des actions et services divers, les associations et équipements sportifs et socio-culturels qui intéressent les enfants, les adolescents, les jeunes et l’ensemble de la population, et offre des perspectives éducatives susceptibles de faciliter leur insertion en tenant compte des disparités socio-spatiales. Nous avons pu observer de manière localisée, que l’impact de ces interactions et de ces jeux organisationnels qui constituent les politiques publiques aboutissait à superposer plusieurs modes d’intervention et plusieurs objectifs. D’un coté, se maintenaient au prix d’un affaiblissement par pratique consumériste (« quand j’ai commencé j’étais dans une salle avec une table de ping-pong et un babyfoot, quand maintenant les points sont équipés en multimedia et les sorties souvent en spectacles ou activités ludiques « clé-en main ») et d’un recentrage sur les jeunes « intégrés » ou « inclus » des pratiques de l’éducation populaire. D’un autre, c’est une politique visant à rapprocher les jeunes des institutions, plus que l’inverse d’ailleurs. Elle est centrée depuis l’origine sur les jeunes hommes désœuvrés appartenant souvent à ce qu’au Québec on dénomme « minorités visibles ». En ce cas, ce versant des politiques jeunesse, oscille entre des actions visant à terme à une insertion sociale ou professionnelle et des pratiques « occupationnelles », parfois confiés à des « grands frères » employés dans les structures sous statut précaire ou plus ou moins autonomisés en association. C’est le premier constat, celui d’un effet propre à la politique de la ville et accentué par son essaimage en politiques contractuelles (éducation jeunesse, prévention, santé, insertion professionnelle,…).

  • 120 Le travail en cours porte sur les « animateurs-cadres », qui désigne les professionnels de l’anima (...)

3Le second constat découle d’une observation localisée qui permet de bâtir quelques hypothèses de travail. En revenant à notre terrain d’enquête120, nous pouvons relever la situation d’une commune inscrite en politique de la ville, où, au milieu des années 90, le service animation comptait 8 animateurs diplômés par l’IUT et s’organisait en travail par points de quartiers. Une quinzaine d’années après, ils sont toujours dans la commune mais seulement trois sont restés dans le service animation-jeunesse d'ailleurs baptisé animation-prévention-jeunesse, la chef de service, la coordinatrice des animateurs et la coordinatrice du Conseil Communal de Prévention de la Délinquance et Contrat Local de Sécurité. Les autres animateurs sont devenus chefs de projets/coordonnateurs de politiques contractuelles, de politique sociale/logement, chef du service emploi, responsable de pôle multimedia et même chef du service des finance du Centre Communal d’Action Sociale. Tous sont devenus fonctionnaires et plusieurs ont réussi le concours d’attaché territorial et, hormis les deux qui sont demeurés dans le service jeunesse, tous ont changé d’affectation pour un autre service municipal relevant de la culture, du social, de l’économie.

4Comment, dans quelles conditions et avec quelles perceptions, ces cadres d’animation passent sous l’effet des changements de politiques publiques de la gestion des populations à celle du terrain ? Quels sont ces animateurs gestionnaires ?

5Quels sont les éléments de transformations des modes de faire les politiques publiques, dont celles en direction de la jeunesse qui poussent à ces mobilités professionnelles ?

6Ce sont ces deux dimensions que je souhaite explorer, les premières interviews approfondies sous forme d'entretiens semi-directifs de recherche m'ayant permis de préciser les questionnements.

1. De l'animateur « gérant » un public au gestionnaire de politique publique

7Cette mutation, qui concerne un nombre non négligeable d'animateurs diplômés dans la fonction publique, les fait passer, du terrain au dispositif, qui s’accompagne d’une prise de distance envers les publics et leurs pratiques.

1.1 Du terrain au dispositif

  • 121 Gillet Jean-Claude (dir.), (2005) L’animation dans tous ses états (ou presque), Paris : L'Harmatta (...)
  • 122 Nay Olivier, Smith Andy (dir.) (2003) Le gouvernement du compromis. Courtiers et généralistes dans (...)
  • 123 Gaudin Jean-Pierre, (1996) Négocier d'abord ?, Pôle Sud, “négociations", n° 4, pp. 19-32.

8Le passage de l’animation généraliste, socio-culturelle, à la coordination de dispositifs sectoriels, contractuels ou à des projets est approprié comme une évolution découlant des compétences « généralistes » et des savoirs et expériences pragmatiques121 (Augustin & Gillet, 2005) dont disposent les animateurs. « Pourquoi les animateurs montent ? Ils ont un relationnel qui est bon et un organisationnel qui est bon aussi. Ils ont un rapport au public, des compétences relationnelles avec les administratifs de la mairie et d'ailleurs, et la capacité de mener des projets dans la durée ». Ces animateurs décrivent l'idéal type des courtiers et généralistes dans l'action publique définis par Olivier Nay et Andy Smith122 c'est-à-dire des acteurs qui font circuler les idées, jouent un rôle de « passeur » entre les groupes et les institutions présents dans l'espace public, et prennent une importance croissante dans des sociétés complexes, pour ne pas dire fragmentées. Une capacité d'intermédiation, de négociation, d'échange qui est revendiquée par les animateurs. Parallèlement aux financements croisés, le développement des politiques contractuelles se généralise à partir des années quatre-vingts, entre autres dans le domaine de la politique de la ville, et essaime à partir de là. La décentralisation a introduit, au plan territorial, ce qu’on peut appeler des relations intergouvernementales, qui, comme le note Jean-Pierre Gaudin, « requièrent nécessairement des négociations contractuelles »123.

9La spécialisation ou l'approfondissement dans un domaine particulier (multimedia, emploi, santé) est toujours vue comme seconde, voire préexistante dans les activités passées d'animateurs. « J'étais dans un équipement de quartier, avec une table, des chaises, un baby et une table de ping-pong. Il a fallu trouver des choses à proposer aux jeunes pour les faire venir et pour les faire bouger. Evidemment ça a été de les aider à aller vers l'emploi. Faire des CV, téléphoner pour décrocher les rendez-vous et leur montrer pour qu'ils s'y prennent tout seuls... puis un chantier international avec Concordia où des jeunes d'ailleurs sont venus sur le quartier... On a répondu à un besoin plutôt que de proposer des activités de loisir comme ailleurs ». La même animatrice poursuit : « Alors un jour, parce qu'il faut mettre des vœux sur la fiche de notation j'ai écrit : "Je souhaite passer de l'insertion professionnelle des jeunes vers celle des adultes". Je ne savais pas que se montait un PLIE. Le Maire m'a proposé le poste, je me suis dit, il faut que tu ailles là, puis après quelques années au PLIE, il m'a nommée chef du service emploi ».

10La synthèse des compétences généralistes et sectorielles, s'incarne dans la notion d'action publique transversale. L'emploi, le multimedia, la santé, le logement, l'action publique qui faisaient l'objet d'approches très sectorielles, deviennent également transversales, intégrant d'autres dimensions comme la diversité des publics et des acteurs nécessaires pour répondre à l'ensemble des besoins. « Parler de l'emploi des jeunes, ou de leur formation c'est aussi savoir répondre à leurs besoins de déplacement, de logement et d'accueil, de santé... c'est obligatoirement global et nécessite le rassemblement de compétences et des solutions pragmatiques ». Certes, cela pose tant pour les villes que pour l'Etat et les grandes collectivités, la question de la coordination de ces dispositifs et de la cohérence de ces projets, mais le développement patent de l'action publique transversale, territoriale et néanmoins sectorisée, ouvre des postes, des carrières aux cadres de l'animation. Ces pratiques d’ingéniérie administrative imposent aux communes de prendre en compte les « relations extérieures » résultant pour elles de la gestion des partenariats, sur le long terme, ce qui suppose de disposer d'agents stratèges et/ou négociateurs, aux savoir-faire de généralistes.

1.2 La mise à distance entre ressource et contrainte

11Prise de distance du public en général et de la jeunesse en particulier C'est le constat, d'évidence pour le coup, que font ces animateurs cadres. « Mon travail aujourd'hui c'est d'être plus souvent dans les bureaux, d'écrire, de faire des dossiers plus que de voir du public. Mais bon, les derniers temps, c'était ça aussi, faire des dossiers pour tout dans l'animation (rire) ». Toutefois, cette prise de distance n'est que partielle. D'une part, elle est relativisée par la proximité toujours revendiquée à l’animation et aux publics comme compétence dans les nouvelles fonctions « Ce que je sais faire, me sert pour amener les gens vers ce que l'on me demande de faire. Un administratif ou un spécialiste plus compétent que moi échouerait. Je pars du principe que l'autre, le public existe vraiment et si on veut qu'il change ses comportements, il faut le faire avec lui, l'accompagner sans le juger ». Ces fonctions comportent souvent d'ailleurs une composante de relation directe avec le public (réception de demandeurs d'emploi, ateliers, réunions publiques) pour lesquelles servent savoirs et expériences de l'animation.

12« Nous avons créé, dans la médiathèque des ateliers informatiques pour se familiariser avec l'informatique et le numérique. Ma fierté c'est que cet atelier s'est élargi et compte des personnes âgées et des jeunes... la qualité et la simplicité de l'accueil, ont mis les gens à l'aise et on a des femmes voilées, des handicapés, des jeunes, des jeunes à casquette à l'envers, comme dit Morano... quand on a vu progressivement qui venait, on a dit, on a gagné ». « On a créé la confiance et avec les enfants qui sont digital natives et les parents pas familiers du net... on fait avec tous et il y a des échanges maintenant au sein des groupes entre des gens qui se seraient pas regardé autrement... et on évolue, on adapte, au gré des demandes. Pour les rois, il y a eu des ateliers de cuisine virtuelle et des dégustations... »

13Parfois c'est par nécessité « j'avais 5.000 € du programme de santé pour faire une vidéo avec les jeunes. Les collègues du service jeunesse ont pas pu ou avaient autre chose, bref, je me suis organisé avec un collègue qui entraîne les cadets de hand, on a travaillé au projet et ils ont monté le clip sur la nutrition et l'équilibre alimentaire. »

14En tout état de cause, la pratique d'animation est donc revendiquée mais elle n'est, en pratique, qu'une composante.

Les raisons de l'évolution professionnelle

15Ces raisons sont multiples. L'usure ou les difficultés physiques sont citées parfois. Il ne faut pas oublier que ces animateurs atteignent ou ont dépassé la quarantaine. « C'est vrai que j'aurais du mal à crapahuter comme il y a 15 ans dans les Pyrénées ou en Dordogne. Mais bon, avec les produits et les projets culturels, j'avais développé des manières de faire, très dans l'éducation populaire c'est-à-dire que les jeunes apprenaient toujours ou en retiraient toujours quelque chose... ça les tirait vers le haut même les jeux de rôle ». Mais l'usure est plutôt liée, chez ceux qui la mentionnent, à des contraintes externes, organisationnelles et de contrôles qui se sont mis en place dans l'animation. La contrainte des dossiers et projets à remplir, celle liée à l'évolution des mentalités : « on est obligé de prendre des précautions pour ne pas être seul avec une adolescente. Comme aux Etats-Unis, on a toujours un témoin pour attester qu'on se comporte bien. On se comportait bien avant aussi, mais il n'y avait aucun malaise ou aucun risque et c'est enfin, le besoin de succès qui fait qu'on va au plus facile. On passe par des prestataires pour des animations clés en main, ou pour le cinéma on programme les succès et on ne se dit plus qu'il faut aussi présenter d'autres films, en dehors des succès américains ». Les départs des animateurs seraient donc d'autant plus aisés que les animateurs ont l'impression d'avoir perdu, une part de ce qui était le socle de leur activité : « on a de plus en plus de rigidité alors que les jeunes ont de plus en plus besoin d'adaptabilité et de souplesse ».

16Un autre facteur explicatif de ces mobilités professionnelles, mentionné par tous, à des degrés divers, est un besoin de reconnaissance, couplé au sentiment d'une nécessité de progrès dans leur carrière. D'abord parce que la légitimité et la place de l'animation a souvent été déniée : « Quand je suis arrivé, comme animateur, j'étais surdiplômé par rapport au reste de l'administration municipale, il n'y avait que le secrétaire général et ses adjoints, à avoir dépassé la licence, mais j'étais considéré comme l'animateur de colonie de vacances ». La reconnaissance s'accroît avec l'éloignement du terrain. « La fonction publique devrait permettre de faire carrière et de progresser sur le même poste pourtant ». Et donc les évolutions de carrière des cadres de l'animation passent par une évolution de poste et de fonction. « Et pour être cadre, et avoir la responsabilité d'une mission ou d'un service, il faut changer de poste et le plus souvent de filière ».

17Enfin sont notés, un ensemble d'avantages matériels et financiers qui vont avec les mobilités professionnelles, mais qui impliquent « qu'en plus de changer de poste, il faut le plus souvent changer de filière c'est-à-dire passer, dans la Fonction Publique Territoriale, de la filière animation (ou sportive pour les animateurs sportifs) à la filière culturelle ou administrative. Les écarts atteignent plusieurs centaines d'euros annuels. Une réforme serait en théorie possible, mais les ressources humaines et les élus préfèrent la négociation individuelle d'une augmentation liée au changement de filière, au réexamen du régime indemnitaire » (animateur et syndiqué).

18Enfin, le troisième point, semble tenir à la conservation de marges de manœuvre et au rapprochement de la décision des animateurs. Nous avons déjà mentionné que les animateurs étaient dans le cadre de leurs fonctions soumis à un contrôle administratif, financier, réglementaire qui s'est nettement accru ces dernières années. Ils ont le sentiment d'avoir conjointement une déperdition d'énergie liée à la planification et à la gestion des projets et d'acquisition de compétences personnelles dans leur maîtrise de ces savoirs bureaucratiques. « J'étais tout aussi apte que quelqu'un de la filière administrative pour suivre un projet et un budget ». La promotion et la mobilité professionnelles des animateurs sont l'opportunité/l'espoir de retrouver une maîtrise et une autonomie qu'ils estiment remise en cause. Les entretiens et l'observation permettent d'apprécier la proximité, voire la familiarité, qui s'est établie entre les animateurs et plusieurs élus, voire le maire. Dans leur nouvelles fonctions, élus et cadres de l'animation en position de coordinateurs de dispositifs ou de projets, sont amenés à collaborer, alors qu'il est paradoxalement difficile de fixer des objectifs à des agents dont la fonction est de négocier avec des institutions et des partenaires ayant chacun leur propre logique et leurs propres politiques.

19Toutefois, les animateurs-cadres affirment tous ne pas être devenus autre chose qu'animateurs, malgré leur changement de position objective et de statut juridique. « attaché, je le suis, mais je ne veux pas être baladé comme ça à n'importe quel poste ».

1.3 L'animateur-cadre entre deux mondes... maintenir le lien

20« Le technocrate de l'animation est plus animateur dans l'âme mais il faut une vraie posture et faire attention qu'il ne devienne pas seulement cadre ». On voit bien la méfiance ou l'ambiguïté du propos d'un de ces animateurs là.

Peut-on et comment garder la « Fibre » en évoluant ?

21Cette question devra être approfondie et confrontée à la réalité des pratiques, en n’oubliant pas que ces coordonnateurs conservent une part plus ou moins importante de travail au contact des publics. Nous pouvons donner une première piste en faisant état chez tous les interviewés d’un discours de continuité qui devra être évalué car il peut tenir de la reconstruction biographique, voire d’un mythe permettant de préserver une identité professionnelle jusque là structurante.

22Ce discours est un discours de militantisme social et de valorisation des engagements passés : « à la sortie de l’IUT et avec les stages et boulots effectués pendant la scolarité, j’avais envie d’aller vers ceux les plus en difficulté, voire sur l’humanitaire. C’est un choix de vie… je voulais avoir un sentiment d’utilité ».

2. Les éléments en corrélation

  • 124 Donzelot Jacques, Estèbe Philippe, (1994) L'Etat animateur, Essai sur la politique de la ville, Pa (...)
  • 125 de Gaulejac Vincent, (2007) La société malade de la gestion, Paris : Seuil.
  • 126 Lowe Graham S. (2001) Employer of Choice : Workplace Innovation in Government, Ottawa : Canadian P (...)

23Le processus social concret de la politique de la ville, promeut la contractualisation comme moyen de compenser les effets pervers de la décentralisation, vise à pallier la crise de la sectorialité de l'action publique, prend aussi la dimension d'un renforcement de la démocratie par l'association des populations qu'elle concerne (Donzelot, Estèbe, 1994124) et intègre, enfin, une exigence évaluative. Ce discours modernisateur est une des facettes de l'idéologie managériale (de Gaulejac, 2007125) ainsi que des pratiques de néo-management public ou de la nouvelle gestion publique. Celle-ci, vise à introduire les valeurs et les modes de fonctionnement des entreprises privées au sein des institutions publiques en vue de les rendre plus efficientes. Elle comprend notamment le recours à des modes de gestion nouveaux, gestion par objectifs ou pilotage par indicateurs, ainsi qu'un recentrage des institutions publiques sur les fonctions dites stratégiques, sur le développement des politiques et non sur l'administration/fourniture des services, et qui confie la réalisation des divers programmes à des cocontractants privés ou des ONBL (ou association) (Lowe, 2001)126. Nous allons voir que l'adoption progressive de ce modèle de politiques publiques est porteur d'autant de contraintes que d'opportunités pour les animateurs, alors qu'il modifie les politiques en direction de la jeunesse.

2.1 Les effets déstructurants des mécanismes néo-managériaux, une bureaucratisation des taches ou l'autonomie retrouvée

Le néo-management : entre contrainte et ressource, une zone d'incertitude

  • 127 Rouban Luc, (1990) La modernisation de l’Etat et la fin de la spécificité française, Revue Françai (...)

24Le néo-management public qui s’affirme depuis le milieu des années 80 est un nouveau paradigme/référentiel d’action il est intégré par les dirigeants publics et associatifs, après l’avoir été par les dirigeants d’entreprise. Présenté comme un remède à des dysfonctionnements de l’action publique (blocages et fragmentations des secteurs d’action publique, inefficacité, effets pervers et dérive des coûts) (Rouban, 1990127), le NMP devient un référentiel, à la fois parce qu’il est porteur d’une vision cohérente (celle de la performance publique) et de techniques et d’outils permettant au dirigeants de contrôler l’action publique. Le principe est de centrer les collectivités publiques sur des fonctions stratégiques, de faire-faire plutôt que de faire soi même et d’opérer un contrôle par le suivi de la gestion et de la qualité (contrôles financiers, pilotage par indicateurs, gestion et suivi de projets, évaluation, etc.) et enfin, pour la place centrale accordée au client/usager/consommateur/citoyen/électeur dans le dispositif, et donc par une composante relationnelle avec le bénéficiaire final.

25Ce mouvement se traduit par des changements dans le mode de faire les politiques publiques, au moins les discours déjà où les termes et postures managériales se diffusent largement, jusque chez les cadres de l’action sociale et de l’animation, un peu comme un meta-langage, repris dans tous les secteurs. Des changements qui diffusent dans les pratiques d’une manière qui ne va pas être forcément défavorable aux animateurs. D’un coté, se diffusent des processus de contrôle, à travers la définition précise de projets, d’objectifs d’action qui sont autant d’engagements pris par les structures ou au sein des structures municipales. Il est là, un phénomène général de néo-taylorisation qui va définir/contraindre les tâches de professions intellectuelles jusque là protégées, ou le pensant, par leurs savoir faire techniques. Ainsi, médecins, magistrats, enseignants-chercheurs et pour ce qui nous concerne animateurs, perdent en autonomie se voyant imposer des objectifs d’activité, de coût et de résultats. Il ne faut pas mésestimer l’impact de ces changements sur les valeurs, les pratiques et les identités de ces professionnels. Mais d’un autre coté, sous ces contraintes apparentes et bien sûr, réelles, se réinventent des marges de manœuvre.

26D’abord, il faut noter, notamment pour le secteur public, que ce nouveau paradigme, néo-libéral, vient plus se sédimenter avec les anciens modèles (hiérarchique-pyramidal-administratif ou partenarial-participatif-démocratique) qui préexistaient. Les jeux d’acteurs indiquent une distance générale à ces jeux, une ambivalence des pratiques et des discours. « Vis à vis des grands programmes de santé, j’ai pour l’instant toute latitude, en concertation avec les élus et le maire, pour ne pas foncer aveuglément dans toutes les prescriptions nationales. Pour la grippe H1N1, on n’a pas fait de zèle puisqu’il est rapidement apparu en regardant ce qui s’était passé en Asie, que ce n’était pas ce qui était annoncé. On fait, mais à notre manière et en prenant ce qui nous paraît utile ».

27Ensuite, en position d’interface et de négociation, disposant de la confiance d’élus et du maire, ces coordonnateurs ont quelques moyens d’influer sur le contenu des politiques conduites et des actions soutenues.

Des entrepreneurs de politique publique imparfaits

28Le positionnement dans les réseaux transversaux et la maîtrise des dispositifs complexes ou de technologies complexes pour le multimedia permettent la multiplication des contacts et des échanges avec les acteurs locaux de la ville, les intervenants associatifs et privés et les membres des services de l'Etat eux aussi porteurs d’initiatives. L’autonomie relative de ces animateurs de dispositifs, liée à leur positionnement atypique a des effets sur leur capacité à produire de l’innovation.

29Cette autonomie et leur maîtrise de ressources rares (connaissance des procédures, contacts transversaux, proximité vis-à-vis des élus politiques, etc.) rendent même possible une conduite d'entrepreneur administratif, au sens où les acteurs de la politique de la ville sont en capacité de combiner des ressources variées, pour aboutir à un produit administratif auquel ils apportent une valeur ajoutée. Ces mêmes acteurs disposent d'un avantage concurrentiel, qu'ils cherchent à entretenir vis-à-vis des autres services de l’administration communale et étatique, dont les champs d’action sont plus délimités et les pratiques routinisées.

  • 128 Thoenig Jean-Claude, Burlen Katherine (1998) Les secrétaires généraux des villes, Politiques et Ma (...)
  • 129 Donzelot Jacques, Dubet François, Ion Jacques, et al. (1998) Une fonction sociale généralisée : ta (...)

30L’usage du terme d'entrepreneur est presque banalisé dans les analyses de politique publique. Nous le retrouvons sous la plume de Jean-Claude Thoenig (1998128) ou de Jacques Ion (Table ronde de la revue Esprit, 1998129). Toutefois, pour en faire une dimension forte de l'explication, il convient d'apporter davantage d'éléments de définition de cette notion d'entrepreneur dans la sphère publique. En raisonnant par analogie, et pour revenir aux origines économiques de la notion, il nous paraît heuristique de partir de l’approche de l’entrepreneur développée par Joseph Schumpeter.

  • 130 Schumpeter Joseph Alois, (2011) The entrepreneur : classic texts, Stanford University Press.

31Chez Schumpeter, l’entrepreneurship désigne en premier lieu l’initiative individuelle. On trouve aussi, chez cet auteur, une réflexion sur le contexte de la démarche entrepreneuriale, sur son lien à l'innovation et les limites qu'elle rencontre. « Le rôle de l’entrepreneur consiste à réformer ou à révolutionner la routine de production en exploitant une invention ou, plus généralement, une possibilité technique inédite (…) La mise en œuvre de telles innovations est difficultueuse et constitue une fonction économique distincte, en premier lieu parce qu’elles se détachent des besognes de routine familières à quiconque et, en deuxième lieu, parce que le milieu économique y résiste par des moyens divers (…) Pour agir avec confiance au-delà de la zone délimitée par les balises familières et pour surmonter ces résistances du milieu, des aptitudes sont nécessaires qui n’existent que chez une faible fraction de la population et qui caractérisent à la fois le type et la fonction d’entrepreneur. Cette fonction ne consiste pas essentiellement à inventer un objet ou à créer des conditions exploitées par l’entreprise, mais bien à aboutir à des réalisations. » (Schumpeter, 2011130).

32Outre ces quatre points essentiels de la rupture de routines, de la difficulté, des résistances rencontrées et des aptitudes rares nécessaires, trois autres critères nous semblent déterminants pour caractériser un entrepreneur, ici administratif : au vu des pratiques des acteurs étudiés et en adaptant la réflexion économique au champ de l'action publique, il s'agit des espaces de compétition (substitut au marché concurrentiel), d'une démarche innovante (l'entrepreneurship) et de la valorisation de celle-ci (le profit obtenu) dans le « cadre » spécifique de la politique de la ville (au sens de Pierre Muller). Comme on l’a vu, cette politique publique valorise, dans sa dimension cognitive, le changement et la transformation des modes de faire.

33Nous pourrions développer l’exemple d’un des animateurs rencontrés qui a monté originellement à partir d’un point d’animation de quartier, une cyberbase, impliquant d’abord des acteurs de l’éducation populaire mais qui s’est vite élargie à des intervenants du champ de la formation, de la culture/création. Un partenariat avec Apple permet de disposer d’un parc de 35 postes, d’être testeur de logiciels, d’entrer dans des programmes expérimentaux et des labels nationaux. A partir de là, il devient responsable du projet multimedia de la ville, sortant de l’animation pour un positionnement transverse. Dans cet exemple, la reconfiguration des métiers et l’expérience réussie aboutissent à une reconversion/accroissement des ressources professionnelles. « J’ai eu, avec le multimedia, la possibilité de mobiliser des énergies collectives. De réunir du monde pour faire bouger le cadre (en l’occurrence d’une Médiathèque multimedia) pour faire entrer d’autres pratiques et d’autres publics dans un lieu typiquement culturel ».

34Ils demeurent cependant « imparfaits » pour deux raisons. La première, un effet de concurrence joue sur les postes supérieurs avec des diplômés généralistes de l’administration, qui ont su développer les éléments relationnels de leurs fonctions (chefs de projet, direction de cabinet, DGA), souvent plus anciennement intégrés, plus gradés et qui font barrage pour l’accès aux postes de direction.

2.2 La dualisation des politiques publiques urbaines/dualisation de l’animation

35Ces mobilités des animateurs ont cependant un effet retour sur le service jeunesse et animation qui perd en effectif, les départs n’étant pas remplacés, et qui perd en qualité, au moins en nombre d’animateurs qualifiés et diplômés.

36« On a constaté l’échec de la politique des grands frères, ou de laisser des salles à des collectifs ou des associations de jeunes qui n’ont pas duré… au mieux qui se sont délitées après le départ de leurs fondateurs. Curieusement, on a l’impression qu’on y revient ».

  • 131 Bordes Véronique, (2008) Prendre place dans la cité : jeunes et politiques municipales, Paris : L’ (...)

37Ces propos d’un ex-animateur, doivent être vérifiés et corroborés mais ils rejoignent les constatations issues de nos travaux précédents, à savoir qu’il y a souvent dans les dispositifs de politique publique une dualisation de la jeunesse qui aboutit à une dualisation des services. Il n’y a, en tout cas, plus eu de recrutement d’animateurs diplômés niveau III ou plus. Il s’agit plutôt d’une professionnalisation (avec des BPJEPS) de jeunes habitants engagés comme animateurs vacataires. « Ce problème de formation est dénoncé de façon récurrente, d’autant plus qu’il peut entraîner des situations délicates où l’animateur ne tient plus sa place de médiateur. Ne connaissant pas les missions sociales de son poste, il peut ne plus trouver la limite entre les moyens qui sont mis à sa disposition pour aider la jeunesse et ceux qui lui sont attribués. » (Bordes, 2008131). D’où l’interrogation de plusieurs des interviewés « est-ce qu’on ne reproduit pas l’échec des grands frères, échec pour la commune et son animation et échec pour les grands frères ? »

38L’apport en compétence ne se perd pas sur le territoire mais il est redistribué différemment et au détriment de l’animation sur les publics les plus en difficulté.

En conclusion très provisoire

39Que sont les cadres de l’animation socio-culturelle en ville devenus ? Evidemment, cadres doit être pris au double sens d'une part des personnes et de l'autre de l'organisation.

40Du coté des animateurs, ils étaient innovateurs dans une administration locale plutôt sous-qualifiée, ce qui leur laissait une marge de liberté non négligeable. Saisis par les évolutions des collectivités accentuées avec un recrutement de personnel diplômé et une managérialisation, intégrés dans la FPT, ils reconvertissent leurs compétences (pragmatiques et relationnelles) dans la gestion de projet et sur des postes où la concurrence est moindre. Ils se situent, cependant, hors du secteur de l'animation.

41En parallèle, le poids de l'animation jeunesse (en actions, en budget et effectif) diminue d'autant car concurrencée à l'intérieur par d'autres intervenants issus de ses rangs même et, à l'extérieur, par les acteurs associatifs. Soumis aux prescriptions néo-managérielles, il oscille entre la prise en charge des jeunes "défavorisés" ou celle

  • 132 Lebon Francis, Lima Léa, (2009) Le bon boulot dans l’animation sociale, INJEP, 44 p.

42Cette observation rapide permet de voir la mise en tension de la culture professionnelle, presque identitaire avec les valeurs de l'éducation populaire, d'une profession, les animateurs, qui se trouve en décalage relatif avec les carrières professionnelles plus fluides et plus floues auxquelles ils peuvent prétendre, mais en concurrence avec d'autres cadres. On peut constater aussi que le « bon boulot dans l’animation » pour reprendre le titre du travail de Francis Lebon et Léa Lima (Lebon, Lima, 2009132), se situe peut être en dehors. C'est en partie dans cet équilibre que va se jouer l'avenir de l'animation et celui des animateurs. Cet avenir sera-t-il commun ?

Note

117 Voir notamment : Arpaillange Christophe, Darlon Catherine, Montané Michel-Alexis, (2006) La difficile institutionnalisation de la pratique sportive juvénile dans les quartiers urbains. Usages de l'espace public et concurrence administrative, Consommation & Société n° 6, Paris, ainsi que Augustin Jean-Pierre, Montané Michel-Alexis, (2004) Différenciation et dualisation de l’action publique : le cas des quartiers fragiles et de la jeunesse urbaine en France, Liens Social et Politiques-RIAC, n° 52, Le territoire, instrument providentiel de l’État social, Montréal, pp. 81-93.

118 Jobert Bruno, Muller Pierre, (1987) L'Etat en action. Politiques publiques et corporatismes, Paris : PUF.

119

120 Le travail en cours porte sur les « animateurs-cadres », qui désigne les professionnels de l’animation exerçant des fonctions d’encadrement quel que soit le secteur d’activité considéré. Les entretiens actuellement en cours sont concentrés sur l’agglomération bordelaise avec quelques contrepoints éventuels dans d’autres contextes.

121 Gillet Jean-Claude (dir.), (2005) L’animation dans tous ses états (ou presque), Paris : L'Harmattan, coll. Animation et territoires.

122 Nay Olivier, Smith Andy (dir.) (2003) Le gouvernement du compromis. Courtiers et généralistes dans l'action publique, Paris : Economica.

123 Gaudin Jean-Pierre, (1996) Négocier d'abord ?, Pôle Sud, “négociations", n° 4, pp. 19-32.

124 Donzelot Jacques, Estèbe Philippe, (1994) L'Etat animateur, Essai sur la politique de la ville, Paris : Esprit, coll. Ville et Société.

125 de Gaulejac Vincent, (2007) La société malade de la gestion, Paris : Seuil.

126 Lowe Graham S. (2001) Employer of Choice : Workplace Innovation in Government, Ottawa : Canadian Policy Research Networks.

127 Rouban Luc, (1990) La modernisation de l’Etat et la fin de la spécificité française, Revue Française de Science Politique, 40/4, pp. 521-545.

128 Thoenig Jean-Claude, Burlen Katherine (1998) Les secrétaires généraux des villes, Politiques et Management Public, 16, 1, pp. 141-172.

129 Donzelot Jacques, Dubet François, Ion Jacques, et al. (1998) Une fonction sociale généralisée : table ronde in A quoi sert le travail social ? Esprit, n° 241, mars-avril.

130 Schumpeter Joseph Alois, (2011) The entrepreneur : classic texts, Stanford University Press.

131 Bordes Véronique, (2008) Prendre place dans la cité : jeunes et politiques municipales, Paris : L’Harmattan, coll. Débats Jeunesse.

132 Lebon Francis, Lima Léa, (2009) Le bon boulot dans l’animation sociale, INJEP, 44 p.

© Carrières Sociales Editions, 2013

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540