Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'animation socioculturelle professionnelle, quels rapports au politique ?

 | 
Jean-Luc Richelle
, 
Stéphanie Rubi
, 
Jean-Marc Ziegelmeyer

L'animation socioculturelle et le politique : quelles articulations ?

Formation des animateurs socioculturels : discours idéologiques et pratiques

Laurence Vohlgemuth, Joana Campos, Célia Martins et Alfredo Dias

Texte intégral

Introduction113

  • 113 Toutes les citations en français dans le texte relèvent de notre traduction.

1En 2003, E. Dinís nous faisait part de ses doutes quant à la fonction et l'utilité de l'animation socioculturelle, dans le contexte social portugais : « Parfois, plane sur moi, l’idée que, dans une société où la démocratie est solide et mûre, il n’y a plus rien à faire dans le domaine de l’Animation Socioculturelle » (Lopes, 2008, p. 711). Peut-on envisager l'existence d'une société démocratique où l'ASC devient inutile ? L'ASC, de plus en plus professionnelle, se détache-t-elle de tout engagement idéologique et politique ? Quels regards portent les institutions de formation et les étudiants sur les discours qui fondent l'intervention en ASC ? Quelle cohérence existe-t-il entre les discours fondateurs de la formation en ASC et les pratiques des stagiaires ? Nous essayerons d'apporter des éléments de réponses à ces questions en prenant pour objet d'étude la formation à l'ESELx.

2Après avoir brièvement rappelé l’évolution de l’intervention des animateurs socioculturels au Portugal depuis 1974, nous présenterons très succinctement les textes qui encadrent cette profession aujourd’hui, dans ce pays. Ensuite, nous nous focaliserons sur la formation de ces professionnels à l’ESELx, recherchant dans le programme de formation, et celui de certaines disciplines, leurs fondements politiques. Nous nous consacrerons de façon privilégiée aux stages, présentant les institutions d’accueil et leur mission. Finalement, nous mettrons en évidence et analyserons les objectifs des projets mis en œuvre par certains étudiants, durant l’année scolaire 2010-2011.

Idéologie et action des animateurs socioculturels après le 25 avril

3Après la révolution démocratique du 25 avril de 1974, le Portugal a réuni les conditions pour faire naitre l’ASC dans le pays, surtout avec la consécration des droits constitutionnels (1976) de liberté de réunion, d’association et de manifestation.

4Selon Lopes (2008), l’ASC au Portugal a traversé six phases différentes : révolutionnaire (1974-76), constitutionnelle (1977-80), patrimoniale (1981-85), municipale (1986-90), multiculturelle/interculturelle (1991-95) et de mondialisation (1996-…) Mais nous pensons que ces mutations peuvent être analysées dans trois dimensions différentes : l’héritage de la phase révolutionnaire qui est inscrit dans la genèse de l’ASC au Portugal, l’intervention de l’Etat dans le processus d’institutionnalisation de l’ASC, la formation/professionnalisation de l’ASC dans le cadre des universités. Ces dimensions d’analyse de l’évolution de l’ASC au Portugal, après 1974, nous forcent à réfléchir sur les relations entre la pensée, l'action et le contexte politique et social de l'intervention socioculturelle.

5La période révolutionnaire a donné aux communautés la liberté d’essayer de trouver des solutions à leurs problèmes quotidiens, ajournés durant des décennies. La mobilisation populaire, générant de nouvelles « praxis », a permis l'expérience de la participation individuelle et collective dans la gestion du bien commun.

6La forte présence de l’État dans la société portugaise correspondait à sa forte présence dans l’ASC, facilement observée dans sa dépendance institutionnelle et financière des organismes de l’État central et municipal. La libéralisation économique et l’intégration dans un monde plus global a poussé l’ASC vers les chemins de la professionnalisation qui demande une formation académique plus exigeante.

7Aujourd’hui, il nous faut réfléchir sur une animation socioculturelle qui est entendue comme un processus, mais sans oublier sa plus importante finalité, c'est-à-dire la libération des capacités créatives d’une communauté, pour problématiser son quotidien et pour chercher des solutions locales et globales. De ce point de vue, nous voulons reprendre d’Ortega & Gasset (2007), le concept de « problème pratique » : une activité mentale qui conçoit une modification du réel, la volonté de changer cette réalité en une autre que nous voulons atteindre. Selon le même auteur, si nous acceptons comme merveilleuse pour l’homme l’existence de problèmes (Ortega & Gasset, 2007), alors nous devons conclure que c’est ici que réside l’essentiel du travail de l’animation socioculturelle. Qu’il soit professionnel, ou non, universitaire, ou non, l’animateur socioculturel doit toujours s’engager avec la communauté où il travaille, mais sans se laisser aliéner par la vaine recherche de solutions locales, alors que les recours matériels et de connaissance se trouvent en dehors de la communauté et impliquent des changements plus profonds. Dans la phase actuelle, plus grand est l’engagement des universités dans la formation des animateurs socioculturels, plus grande est la responsabilité de promouvoir des individus qui sont aussi des intellectuels qui ne peuvent pas être cooptés « par des gouvernements ou des corporations, et dont la 'raison d'être' est de représenter toutes les personnes et les sujets qui sont systématiquement oubliés ou balayés sous le tapis. L’intellectuel agit sur la base de principes universels : tous les êtres humains ont le droit de compter sur des modèles de comportements décents en matière de liberté et de justice de la part des pouvoirs des nations du monde, et les violations délibérées ou involontaires de ces modèles doivent être dénoncées et combattues courageusement. » (Said, 2000, p. 28)

Statut et code déontologique de l’ASC au Portugal

8Ces 30 dernières années, le processus de professionnalisation de l’ASC au Portugal a révélé un renforcement du « professionnalisme » du groupe avec une forte contribution de l’associativisme professionnel (Campos, 2011). En 2010, ont été publiés deux documents importants : le Code Déontologique et le Statut de l’Animateur, en assemblée générale de l’APDASC, l’association qui, actuellement au Portugal, réunit le plus grand nombre d’animateurs socioculturels (Garrelhas, 2010 ; Costa, 2011). Simultanément, a été ratifiée la classification nationale des professions au Portugal, ce groupe professionnel ayant été significativement repositionné.

9Dans l’actuelle Classification Portugaise des Professions (CPP/2010), les animateurs intègrent le groupe 3, désigné par « Techniciens et professions de niveau intermédiaire ». Cette classification s’est traduite par le renforcement de la hiérarchie des qualifications associée à la complexité des fonctions exercées et, par conséquent, avec le type de compétences nécessaires (Mauritti, 2010).

10La complexité et la spécificité de telles compétences ont impliqué une augmentation de l’exigence de la certification pour l’exercice des activités/fonctions professionnelles. Parmi celles-ci, nous pouvons mettre en relief l’exécution de tâches techniques et pratiques complexes, comprenant la préparation estimée en quantité, et coût, de matériel et main-d’œuvre pour un projet spécifique, la coordination et la supervision des activités d’autres travailleurs et l’exécution de fonctions techniques d’appui aux spécialistes (CPP/2010, 2011, p. 21).

11Au renforcement de la professionnalité, par l’exigence de la qualification et de la certification professionnelles, est associé un ensemble de responsabilités civiques et sociales de fond, qui sont présentées de façon à définir des activités et publics spécifiques. Nous pouvons ainsi affirmer qu’à la croissante professionnalisation de ce groupe, correspond, grosso modo, une reconnaissance des implications de nature éthique et déontologique de son action professionnelle.

12Le Code Déontologique met en relief l’engagement des ASC avec « l’autonomie personnelle et l’amélioration des relations humaines sur une base culturelle », et cherche à être encadré par des textes d’orientations générales internationales et nationales en matière de droits sociaux et individuels, en particulier : la Constitution de la République Portugaise, la Déclaration universelle des droits de l’homme, la Convention européenne pour la sauvegarde des droits de l’homme et des libertés fondamentales, la Convention internationale des droits de l’enfant et la Charte des droits fondamentaux de l’Union européenne.

13L’analyse de la structure du code est révélatrice d’un engagement éthique et déontologique. Dans la première partie, sont identifiés les « principes de base de l’animation socioculturelle : confiance en la personne, confiance dans le groupe, confiance dans l’action sociale et politique. » La centralité des publics, associée à la reconnaissance de la nature politique et sociale de leur action, rejoint ce que divers auteurs affirment être l’engagement de l’animation (Trilla, 2004, Lopes, 2006).

14Dans la deuxième section, sont exposés les « Principes déontologiques généraux des animateurs », que nous pouvons regrouper autour de deux axes. Un premier relatif à l’engagement éthique des animateurs avec les publics, et qui se fonde, en partie, sur l’assomption d’une pratique professionnelle imbue d’orientation politique, comme le Principe de justice sociale, Principe du respect pour les sujets de l’action socioculturelle, Principe de l’action socioculturelle et le Principe de participation communautaire. Le deuxième axe regroupe les autres principes, surtout orientés vers l’affirmation d’un groupe régi par un « professionnalisme » :

  • dans la relation avec les entités/institutions où il travaille : Principe de la cohérence institutionnelle, Principe de la complémentarité de fonctions et coordination, Principe de l’information responsable et de la confidentialité ;
  • dans la relation avec les autres professionnels et les autres animateurs : Principe de la solidarité professionnelle ;
  • dans l’engagement pour l’amélioration de la condition de chacun comme professionnel de l’animation : Principe de la professionnalité, Principe de la formation permanente.

15Ces axes sont également pertinents pour la compréhension de la dernière partie du code où sont présentés les plans d’action des animateurs professionnels et leurs respectifs devoirs, ceux qui sont relatifs aux « autres », comme : l’animateur socioculturel en relation aux sujets de l’action socioculturelle et l’animateur socioculturel en relation à la société en général, puis ceux qui sont orientés par l’affirmation de ces professionnels en tant que groupe : l’animateur socioculturel en relation à sa profession ; l’animateur socioculturel en relation à l’équipe de travail ; l’animateur socioculturel en relation à l’institution où il travaille.

16Le Statut de l’Animateur/trice Socioculturel(le), en synthèse, réunit un ensemble diversifié de désignations utilisées pour référer les animateurs socioculturels au Portugal, en essayant de contempler les différents niveaux de certification. D’autre part, le statut définit les droits et devoirs des animateurs en ce qui concerne leur condition professionnelle.

17Tout comme les principes du Code Déontologique, les devoirs se distribuent sur deux axes, celui de l’engagement de ces professionnels, d’une part, avec les publics et la société en général, et d’autre part, avec les entités et institutions et les autres professionnels avec qui ils travaillent.

La formation des ASC à l’ESELx

18Dès les premières lignes du projet formatif de l’Ecole Supérieure d’Education de Lisbonne (ESELx), il est dit que : « L’ESELx s’oriente, dans ces activités de formation et recherche, par des valeurs de citoyenneté… » La citoyenneté est, dans ce texte, associée à la démocratie, les « professionnels-citoyens » seront préparés pour établir une relation pédagogique formatrice et transformatrice.

19Le respect pour la diversité et la lutte contre l’exclusion sociale sont des valeurs fortement défendues, que les différences soient de classes d’âge, de nationalités, de classes socio-économiques, de genres ou dues à l’existence de handicaps. Ces valeurs doivent être non seulement transmises dans la formation mais également respectées avec la population étudiante. Dans cet espace de citoyenneté, la formation se développe dans les dimensions éthique, esthétique et culturelle, l’art y tenant un rôle important.

20Il est également fait référence à l’importance de sensibiliser à la protection de l’environnement comme une : « … dimension essentielle de la formation éthique et de citoyenneté. »

21Malgré quelques altérations, afin de répondre aux besoins d’intervention et médiation socioculturelle dans des contextes diversifiés, les principes fondamentaux et les orientations de conceptions scientifiques du cours de licence en Animation socioculturelle sont maintenus inchangés depuis 2006. Dans la « proposition de création de cycle d’études en animation socioculturelle », il est affirmé que l’objectif du cours est « d’assurer l’acquisition et le développement de compétences d’intervention en animation socioculturelle ». Dans le même document, est soulignée l’importance de la « présence des différents niveaux de connaissance inhérents au domaine de l’ASC ». Nous allons ici nous attacher au niveau idéologico-politique car « Par définition, dans sa propre essence, l’animation socioculturelle doit avoir une composante idéologique, éthique, politique, qui se traduit en termes de conflit social. L’animation socioculturelle n’est pas politiquement neutre, parce que non seulement elle ne peut pas l’être, mais ne veut pas l’être. » (Trilla, 2004, p 37).

22Les disciplines de ce plan de formation qui incident plus particulièrement, et de façon non exclusive, sur ce niveau, correspondent à quarante-cinq crédits sur cent quatre-vingts, à cela nous pouvons ajouter une partie du temps consacré à la préparation et à la réflexion autour des stages. Chaque année de formation, outre le Projet Interdisciplinaire d’Intervention Professionnelle qui articule autour de la pratique, les dimensions de fondements théoriques, d’acquisition de compétences, de savoirs et valeurs, il existe une discipline qui propose aux étudiants une réflexion assez générale autour de la nature, des limites, des possibilités de l’intervention en animation socioculturelle. Dans la dimension sociale, une grande partie des objectifs fixés est au niveau des savoirs, de la connaissance et de l’analyse de situations mais pas uniquement, il est également demandé aux étudiants d’être capables de proposer des actions d’intervention sociale.

23Selon le programme de la discipline de Modèles d’Intervention Communautaire, les compétences d’analyse et mise en place de projets d’intervention communautaire sont développées dans une optique de « citoyenneté active et de développement durable » prenant pour appui, entre autres, la connaissance « du processus participatif ». La réflexion autour de la culture, sa production, sa pluralité, son universalité, l’art, le patrimoine trouve sa place plus particulièrement dans deux disciplines en première et en deuxième année. Les valeurs associées à la préservation de la nature, de l’environnement et la santé sont discutées dans une discipline de deuxième année. En troisième année, les dimensions sociale et culturelle sont travaillées en articulation afin de préparer les étudiants à « une intervention en animation socioculturelle dans des contextes multiethniques dans le respect de toutes les cultures en vue de leur intégration ».

Les institutions de stages ESELx (2008-2011)

24De l’analyse produite autour des parcours formatifs des étudiants du cours d’ASC entre 2008/2009 et 2010/2011 (Campos et al., 2010 ; Campos et al., 2011), nous pouvons retirer certains résultats pertinents pour la caractérisation des institutions qui accueillent les stagiaires. Les institutions sont relativement différenciées en ce qui concerne leur nature juridique, le secteur, les domaines d’intervention et le type de publics auxquels elles se destinent.

  • 114 Institution Privée de Solidarité Sociale

25Les institutions qui accueillent nos étudiants ont été distribuées entre le secteur public et le privé. Nous avons également comptabilisé dans une catégorie mixte, les institutions de gestion privée de financement et supervision publics, comme les IPSS114, entre autres.

26L’analyse des données montre que, globalement, il y a cette année scolaire, une surreprésentation du secteur public, cependant, en deuxième année, la distance entre le public et le privé s’atténue (Tab. n° 1).

Source : Coordination de Cours en ASC de l’ESELx.
Légende : Pub : Public ; Pr : Privé ; Mx : Mixte ; S : Social ; C : Culturel ; Ed : Educatif ; E : Enfance (inclut adolescence et jeunesse) ; A : Adultes ; S : Séniores.
* sont considérés dans cette catégorie la totalité des publics présents dans le cadre de l’intervention communautaire

27La distribution par secteur s’écarte un peu de l’évolution de la distribution des institutions quand nous considérons toutes les années du cours, puisque, initialement, il y a équilibre entre les entités publiques et privées, avec des variations diffuses dans les années scolaires suivantes (Campos et al., 2010 ; Campos et al., 2011). L’évolution de la distribution reflète la diversité des contextes et des institutions, résultant de l’effet des choix et des propositions des étudiants.

28Les domaines de l’ASC dans lesquels se réalisent les processus formatifs d’initiation en ASC sont considérés à partir de la tridimensionnalité de Lopes (2006) : social, culturel et éducatif. Les institutions de stage qui interviennent dans le domaine social sont les plus nombreuses, suivies de celles du domaine éducatif, et en moindre nombre du domaine culturel (Campos et al., 201 ; Campos et al., 2011). Cependant, nous pouvons observer une diminution significative au cours de la formation, du domaine éducatif. Ce domaine s’occupant en général d’un public d’enfants et de jeunes, il n’est pas surprenant qu’il y ait diminution de ces publics entre la première et la troisième années de stage, et que le nombre d’institutions qui se destinent essentiellement aux adultes et à la population en général augmente.(Campos et al., 2010 ; Campos et al., 2011).

Les idéologies

29Afin de présenter les institutions qui ont accueilli les stagiaires de 3ème année, en 2010-2011, nous avons considéré une catégorisation suivant les idéologies/fondements politiques. De cet exercice, fait à partir de l’analyse des objectifs qui sous-tendent le travail des institutions, ont émergé trois catégories :

  • intégration sociale de populations en condition de vulnérabilité ;
  • occupation des temps libres ;
  • divulgation/promotion culturelle.
  • 115 Institution Privée de Solidarité Sociale.
  • 116 Organisation Non-Gouvernementale pour le Développement.

30Dans le groupe des institutions de base idéologique fondée sur l’intégration sociale des populations en condition de vulnérabilité, nous avons considéré un sous-ensemble de profil non confessionnel, de natures juridiques variées, IPSS115, ONGD116 et institutions publiques. Leurs missions, dissociées de toute croyance religieuse, visent à :

  • « … promouvoir la solidarité (…) en défense des droits et de l’intégration des personnes handicapées. » (cf. le site de l’institution) ;
  • « … promouvoir une politique d’asile plus humaine et libérale, au niveau national comme international. » (cf. le site de l’institution) ;
  • « … contribuer à un vieillissement en bonne santé (…) et offrir des conditions d’autonomie, responsabilisation et intégration des individus et des familles. » (cf. le site de l’institution).

31Toujours dans le cadre idéologique associé à l’intégration sociale des populations en condition de vulnérabilité, mais dans le sous-ensemble confessionnel, de doctrine catholique, une Institution de Solidarité Sociale sans Fins Lucratives, assume comme mission : « … promouvoir le développement intégral de la personne, dans un esprit de communauté, garantissant sa dignité et stimulant le bien commun, toujours dans une option préférentielle pour les pauvres » (Rap. M, à partir de l’info. de l’institution).

32Les institutions considérées ayant pour mission l’occupation des temps libres, dont la nature juridique varie entre institution publique et association, se divisent en deux sous-catégories : celle de la participation juvénile et celle de l’éducation. Les institutions appartenant à la première visent :

  • « …[la création d’] une dynamique participative chez le public jeune pour qu’il (…) participe également aux divers étapes des projets qui lui sont destinés. » (Rap. H, à partir de l’info. de l’institution) ;
  • « … la promotion du développement personnel, la stimulation de compétences individuelles, la conservation d’une plateforme ouverte à l’implémentation de projets et d’idées, de jeunes pour les jeunes et la motivation de ceux-ci pour une participation active dans la société. » (Rap. J, à partir de l’info. de l’institution).

33Les institutions d’occupation des temps libres orientés vers l’éducation présentent comme mission :

34« ... [être] des espaces ludiques, éducatifs, récréatifs et culturels, spécialement programmés pour les enfants et les adolescents, ayant comme première fonction celle de leur restituer un espace et un temps pour jouer. » (Rap. G, à partir de l’info. de l’institution).

35Les missions des institutions publiques ou privées, associées à la divulgation/promotion culturelle consistent à :

  • « ... développer et appuyer des programmes et projets culturels dans les divers domaines artistiques. » (cf. le site de l’institution) ;
  • ... développer la connaissance aussi bien de l’histoire que de la situation actuelle des arts du spectacle, soigner, conserver, préserver, organiser, (…) divulguer toutes les collections. » (cf. le site de l’institution) ;
  • ... [stimuler] une activité commune de création artistique, de programmation et de divulgation culturelle. » (Rap. K, à partir de l’info. de l’institution).

Les idéologies : le regard des étudiants

36Pour essayer de cerner les fondements idéologiques et politiques qui sous-tendent l’intervention de nos stagiaires, nous avons analysé quinze rapports de stage remis à la fin de l’année scolaire 2010-2011 par les étudiants de la classe diurne de 3ème année du cours de licence en animation socioculturelle à l’ESELx. Douze rapports ont été rédigés individuellement, trois ont été élaborés par groupe de deux étudiants.

37Tous les rapports ont été structurés sur le modèle présenté par l’équipe de professeurs qui encadrait le stage. Les parties qui ont été considérées pour ce travail sont tout d’abord une réflexion initiale de chaque étudiant, puis les objectifs ainsi que l’évaluation finale du projet implémenté, la conclusion et la réflexion finale. Les énoncés ont été classés dans des catégories dégagées à partir de l’analyse des textes produits par les stagiaires.

38Nous retrouvons dans les textes de nos étudiants des énoncés correspondant aux quatre dimensions présentes dans les définitions de l’animation socioculturelle dégagées par Trilla (Trilla, 2004), à savoir des objectifs qui emphatisent soit des aspects personnels, individuels et éducatifs, soit la dimension culturelle ou la dimension sociale, ou encore la participation. Nous trouvons cependant dans les rapports de stage de nos étudiants des objectifs qui ne s’encadrent pas dans ces dimensions. L’occupation des temps libres est l’un des objectifs énoncés dans cinq des projets de nos étudiants et est mentionnée dans la conclusion d’un autre rapport. « Captiver et fidéliser le public » constitue un objectif pour deux projets et est mentionné dans un troisième rapport. « Faire quelque chose de différent », « être original », figure dans trois rapports.

39L’idée de « rupture », d’« innovation », semble pour certains, nucléaire de la profession d’animateur socioculturel : « Comme animatrices que nous sommes, nous devons embrasser les idéaux de notre profession ce qui passe précisément, entre autres, par laisser notre marque dans l’institution, à travers quelque chose d’innovateur et qui soit durable… » (Rap. F.) La rupture évoquée porte tout autant sur les pratiques de l’institution dans laquelle s’effectue le stage que sur les pratiques habituelles du stagiaire :

  • cela m’a lancé un défi et m’a permis de faire quelque chose différent de mon registre habituel… » (Rap. A.) ;
  • … compléter et innover en relation aux activités déjà implémentées dans ce service éducatif… » (Rap. B.).

40Ajoutons que les innovations mentionnées dans ces rapports portaient sur l’ajout d’une activité à l’ensemble de l’offre des institutions.

41En ce qui concerne la dimension culturelle, nous trouvons aussi bien la consommation que la production, mais avec une grande prédominance pour la diffusion, de manifestations artistiques. Cette dimension est associée à la dimension sociale, puisque, souvent, les objectifs portent sur l’importance de permettre aux classes défavorisées d’avoir accès à certains produits artistiques ou culturels.

42Les fins éducatives de l’animation socioculturelle visées par les projets en étude incident en général sur un développement intégral de la personne. Dans le cas d’un projet, l’un des objectifs principaux est le changement de comportements relativement à la protection de l’environnement.

43La dimension sociale est sans aucun doute celle qui est la plus présente parmi les objectifs des projets en analyse, non seulement elle figure dans tous les rapports, mais c’est également celle qui rassemble le plus grand nombre de citations. Favoriser la communication et l’interaction entre les membres d’une communauté est un objectif pour huit des quatorze projets, la communauté pouvant parfois être entendue de façon assez restreinte.

44La dynamisation de relations intergénérationnelles constitue un objectif pour trois projets.

45La justice sociale est une préoccupation de nos animateurs socioculturels stagiaires qui est citée douze fois dans l’ensemble des rapports. Cependant, il y a une divergence entre le nombre de citations (12) et le nombre de projets (2) qui fixent la lutte contre les inégalités comme un de leurs objectifs. Les exclusions que combattent les projets sont de divers ordres, elles peuvent être dues à l’âge, aux handicaps, aux différences sociales ou encore de nationalités et cultures. Dans certains rapports, la manière dont l’exclusion sociale doit être combattue est assez explicite et nous indique deux tendances opposées, tendances également présentes dans les discours politiques :

  • celle de l’assimilation qui consiste à rendre semblable ce qui est différent et donc modeler le sujet aux normes sociales : « L’Animateur doit être capable de motiver la participation de l’individu de façon à ce qu’il soit capable tout seul de s’intégrer dans les normes sociales… » (Rap. L.) ;
  • celle de l’intégration, où chacun garde son identité et où le tissu social se construit sur une dynamique d’échanges : « … toutes les dynamiques et les activités qui ont travaillé la socialisation en essayant de freiner la division en groupes ethniques, classes d’âge et de genre ont commencé et dans certains cas, ont continué à promouvoir la tolérance et le respect pour les cultures… » (Rap. E.).

46La promotion d’une participation active est l’objectif qui est le plus souvent cité, dix-huit citations dans dix rapports. Il est cependant intéressant de constater que seuls trois documents fixent cet objectif parmi ceux du projet implémenté. Dans une grande partie des cas, la participation active est citée dans la conclusion du projet. C’est pour cette dimension que le nombre de citations d’auteurs et textes de référence est le plus important, J. Trilla (2004) étant la référence la plus commune. Pour la majorité des rapports (six sur dix), la référence à la participation active n’est pas vraiment exprimée dans un discours personnel et la réflexion est détachée de l’action menée sur le terrain pendant le projet. Dans les trois rapports où la participation active est l’un des objectifs, cette notion est entendue de façon diverse. Dans l’un des cas, il s’agit de laisser un espace pour que les bénéficiaires de l’action menée puissent donner leur avis : « 100 % des personnes interrogées ont répondu qu’elles avaient aimé donner leur opinion sur les activités… » (Rap. A.)

47Dans un seul projet, nous trouvons la participation active comme objectif essentiel et consistant tout au long, non seulement, de l’intervention, mais également du document. Dans le même texte, nous trouvons :

  • comme objectif : « Promouvoir la participation active des réfugiés dans leur processus d’intégration… » (Rap. E.) ;
  • dans la partie évaluation : « … et surtout l’engagement des réfugiés dans les diverses phases de toutes les activités (…) a été mentionné comme une bonne pratique pour la promotion de la participation… » (Rap. E.) ;
  • dans la conclusion du projet :

48« … dès le début, je me suis aperçu de la façon dont on pouvait également intégrer le public dans la prise de décision concernant les activités qui leur sont destinées. » (Rap. E.).

La conclusion possible

49Le cours de licence en ASC à l’ESELx s’inscrit dans un projet qui se donne pour finalité d’augmenter le niveau de professionnalisation de l’animateur socioculturel au Portugal. Cependant, se maintient le souci, d’une part, de reconnaître l’expérience accumulée depuis le 25 avril 1974, et d’autre part, de garantir une formation orientée vers la libération des capacités créatives des communautés pour problématiser leur quotidien et chercher des solutions locales et globales.

50Cette formation tient compte de ce qui a été défini pour les animateurs socioculturels dans les classifications des professions au Portugal. Dans la dernière version de cette classification (CPP/2010), la professionnalité de ces techniciens est renforcée, alors qu’en même temps y est associé un ensemble de responsabilités civiques et sociales. Mais, cet effort pour définir des domaines et des publics d’intervention spécifiques pour les animateurs a fini par diluer en partie la toile de fond qui doit orienter leurs actions. Différent est le chemin suivi par le mouvement associatif qui, en définissant un statut et un code déontologique, récupère les engagements de l’ASC, dont les principes d’autonomie, de participation, des relations humaines et, en dernière analyse, les textes universels sur la défense des droits de l’Homme.

51Cette presque invisible contradiction, entre la définition offerte par les organismes officiels et les principes définis par le mouvement associatif des animateurs, place l’ESELx, et toutes les institutions formatrices, face à la responsabilité d’offrir une formation engagée, mettant en œuvre les principes de l’ASC et sa principale finalité.

52La licence en ASC s’insère dans le plan de formation de l’ESELx où, est affirmée l’intention de former des professionnels orientés vers l’exercice de la citoyenneté et de la transformation sociale. Cette intention se concrétise dans son programme de formation qui intègre des disciplines qui préparent les étudiants à une pratique « politiquement engagée » (Trilla, 2004), encadrées par les valeurs et les principes qui ont été affirmés dans le mouvement associatif des animateurs au Portugal, depuis 1974.

53Dans ce programme de formation, les stages d’initiation à la pratique professionnelle - Projet Interdisciplinaire d’Intervention professionnelle - occupent une place privilégiée au cours de chacune des trois années. C’est dans cette unité curriculaire que les étudiants sont confrontés à la nécessité de mobiliser le travail théorique auprès des communautés avec lesquelles ils réalisent leur stage. Ayant toujours pour base la méthodologie de projet, c’est lors des stages que les étudiants identifient les potentialités et les besoins du groupe et définissent des stratégies d’intervention participative. C’est pourquoi il est significatif que les étudiants, au cours de leur formation, montrent un intérêt croissant pour la réalisation de leur stage dans le domaine social dans des institutions qui agissent sur l’intégration sociale de populations vulnérables.

54Génériquement, les étudiants reconnaissent la dimension sociale de leurs interventions et identifient les valeurs et les principes de l’ASC qui sous-tendent leur projet. Cependant, il faut reconnaître les difficultés qu’ils ont à le faire, surtout quand il s’agit de garantir la participation active des populations avec lesquelles ils travaillent. Mais, la préoccupation qu’ils manifestent dans leur pratique et leurs textes de réflexion, quant à la justice sociale et la lutte contre l’exclusion, est un signe qui indique que nos objectifs de formation sont effectivement poursuivis.

55Nous reconnaissons que le contexte politique et socio-économique, marqué par le néolibéralisme globalisé, n’est pas favorable aux interventions sociales qui préconisent le développement de compétences d’autonomie, de participation et de responsabilisation individuelles et du groupe. Autre facteur qui augmente la responsabilité de l’ESELx dans la formation des jeunes qui prétendent intervenir dans le domaine de l’ASC.

Bibliographie

Références bibliographiques

Campos Joana, Dias Alfredo, Hortas Maria Joao, Martins Célia, Rocha Carla, Simões Ana, (2010) “Da iniciação profissional à inserção profissional em animação sociocultural : projecto de formação na ESE de Lisboa”, Costa C. (coord.) Animação sociocultural. Profissão e profissionalização dos animadores, Porto : Legis Editora, pp. 57-72.

Campos Joana, (2011) “Profissionalização da ASC : (novos) elementos contribuintes para o reconhecimento e definição da profissão ao nível nacional e internacional”, Pereira José, Dantas E Lopes, Marcelino Sousa (coords.), As Fronteiras da Animação Sociocultural, Chaves : Intervenção, pp. 313-327.

Campos Joana, Dias Alfredo, Hortas Maria Joao, Martins Célia, Carvalho Filipa., (2011) “Entre a formação e a profissão : projecto de formação em Animação Sociocultural na Escola Superior de Educação de Lisboa”, Actas do V Econtro do CIED, Escola e Comunidade, Escola Superior de Educação de Lisboa (no prelo).

Costa Carlos Alexandre dos Santos (coord.), (2011) Animação Sociocultural : Voluntariado e Cidadania Ativa, Porto : Legis Editora.

Garrelhas Catarina Maria Santos, (2010) “A intervenção e empregabilidade dos animadores socioculturais”, Costa, C. (coord.), Animação sociocultural. Profissão e profissionalização dos animadores, Porto : Legis Editora, pp. 19-35.

Lopes Marcelino de Sousa, (2008). Animação Sociocultural em Portugal, Amarante Intervenção, Associação para a Promoção e Divulgação Cultural. Mauritti Rosario, (2010) Classificação de Profissões na investigação em sociologia, Lisboa : Formação CIES-IUL, 11-11-2010 (materiais da sessão).

Ortega y Gasset José, (2007). O que é a filosofia. Lisboa : Cotovia.

Said Edward W., (2000). Representações do intelectual. As palestras de Reith de 1993. Lisboa : Colibri.

Silva Ana da, (2009) “Um reencontro com os estatutos profissionais de animação em Portugal”, Práticas de Animação, ano 3, n° 2, disponível em http://revistapraticasdeanimacao.googlepages.com.

Trilla Jaume, (2004) “Conceito, exame e universo da animação sociocultural”, Trilla Jaume (coord.) Animação sociocultural – teorias, programas e âmbitos, Lisboa : Instituto Piaget, pp. 9-44.

Notes

113 Toutes les citations en français dans le texte relèvent de notre traduction.

114 Institution Privée de Solidarité Sociale

115 Institution Privée de Solidarité Sociale.

116 Organisation Non-Gouvernementale pour le Développement.

Table des illustrations

Légende Source : Coordination de Cours en ASC de l’ESELx.Légende : Pub : Public ; Pr : Privé ; Mx : Mixte ; S : Social ; C : Culturel ; Ed : Educatif ; E : Enfance (inclut adolescence et jeunesse) ; A : Adultes ; S : Séniores.* sont considérés dans cette catégorie la totalité des publics présents dans le cadre de l’intervention communautaire
URL http://books.openedition.org/cse/docannexe/image/335/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 108k

© Carrières Sociales Editions, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540