Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'animation socioculturelle professionnelle, quels rapports au politique ?

 | 
Jean-Luc Richelle
, 
Stéphanie Rubi
, 
Jean-Marc Ziegelmeyer

L'animation socioculturelle et le politique : quelles articulations ?

Le centre social et culturel, vecteur de réappropriation du territoire, d’insertion et de réinsertion de jeunes en difficultés : éléments de réflexion au regard de la politique de la ville

Louis Schalck

Texte intégral

Introduction

1Cette communication est une première synthèse d’observations de terrain menées durant plus de 4 années sur le quartier de Hautepierre, quartier situé à l’Ouest de Strasbourg, classé Zone Urbaine Sensible (ZUS). Ma fonction de Directeur d’un Centre Social et Culturel (CSC) sur ce territoire me conduit à observer et vivre des situations sociales tout à fait particulières et inédites. Cette activité professionnelle rend possible le recueil de certaines données et leur analyse. Une telle démarche est nécessaire afin de réajuster mon travail quotidien et pour éviter de tomber dans le piège des jugements trop rapides. Il apparaît en effet que tel est souvent le lot de ceux qui veulent tenter de comprendre ce qui se passe dans ces quartiers et qui trop rapidement, pour se rassurer, endossent telle ou telle posture idéologique. J’aimerais rajouter qu’un tel travail n’est possible que si l’on adopte au départ une position de neutralité bienveillante.

2Cette communication s’attache essentiellement à décrire le travail effectué par des structures comme les CSC implantées en ZUS, travail difficile, usant, continuellement remis en question notamment par des financements de plus en plus fragiles de la Politique de la Ville, qui investit dans des programmes de rénovation urbaine sur le bâti, en minimisant l’aspect proprement humain. L’objectif de ce document est de rendre attentifs tous les acteurs et instances de la Politique de la Ville concernés par le développement social des quartiers, notamment en ce qui concerne les projets envers les jeunes dans les ZUS.

Le lieu où l’on vit

3Dans une réflexion sur les quartiers sensibles en France, on ne peut pas faire l’économie d’une observation sur ce que vivent des milliers de personnes (elles sont plus de 17 000 dans le quartier de Hautepierre, l’équivalent d’une petite ville de taille moyenne comme Sélestat, Bas-Rhin) au niveau de l’appropriation de l’espace et de ses conséquences dans les relations sociales.

4Pourquoi ? Ces quartiers représentent un enjeu national et fondamental, car de leur évolution dépendra notre société future, et les différents Plans de Rénovation Urbaine (PRU) les concernant sont censés contribuer à cette évolution que tous espèrent positive.

5Mais l’enjeu est conditionné par deux attitudes aux conséquences très différentes :

  • soit l’on considère que ces espaces ne sont que des endroits de passage pour des populations en attente d’intégrer d’autres quartiers, et alors on se trouve, quels que soient les programmes de rénovation et leur coût, devant une situation de reproduction sociale de la misère et de la précarité, car ces territoires ne seront jamais investis par leurs habitants, et les seuls y restant définitivement seront ceux qui ne pourront pas partir, essentiellement pour des raisons économiques ;
  • soit on considère que ces lieux peuvent être des lieux de vie comme n’importe quel autre quartier d’une grande ville, des espaces de coexistence sociale (« exister avec », terme que nous préférons à celui de « mixité sociale », qui à notre sens n’est plus du tout opérant en 2012, ce dernier concept étant issu de la loi d’orientation pour la ville du 13 juillet 1991 qui était censée diminuer les exclusions, la fameuse « fracture sociale »), qui nécessitent donc aussi d’être attentif au « niveau humain ».

6Tous les quartiers ZUS ont cette particularité de regrouper des populations d’origines et de cultures différentes. A Hautepierre, on recense plus de 65 origines culturelles différentes. Comment faire coexister tous ces groupes, qui vivent bien évidemment des situations d’anomie parfois extrêmes et d’autant plus délicates qu’une partie de leurs familles vivent encore dans le pays d’origine et que les liens avec ces familles restent très importants. Le quartier de Hautepierre se vide durant les mois d’été, en juillet et août, phénomène qui touche toutes les catégories d’âge, adultes, adolescents, enfants. Ceux « qui vont au pays » (on peut s’interroger sur cette expression et le sens qu’en donnent ceux qui l’utilisent) recherchent une forme de vie sociale qu’ils ne trouvent pas (plus ?) dans le quartier où ils vivent toute l’année.

7Par ailleurs, le rythme de vie et les attentes de ces habitants ne sont pas les mêmes suivant les particularités culturelles des uns et des autres. A Hautepierre, certaines personnes, comme des personnes âgées, sortent le matin, l’après-midi, mais très peu le soir. D’autres, comme les jeunes adultes ne sortent qu’à partir de midi et jusqu’à tard le soir. Il s’en suit un déséquilibre dans l’appropriation de l’espace que chacun ressent comme un frein à la coexistence sociale : « on ne doit pas faire de bruit le matin pour certains, ne plus en faire après 22h pour d’autres », « il est inacceptable de laisser les jeunes traîner dehors jusqu’à pas d’heure »...

8Ces quelques éléments pour suggérer que lorsque l’on peut s’approprier un espace, qu’on le partage, que l’on veut y vivre toute sa vie, que l’on ne se réfère plus à des « Paradis perdus », on arrive alors à l’investir et à le respecter.

Les jeunes et les autres.

9La différence d’appropriation de l’espace est une première clé pour comprendre les difficultés du « vivre ensemble » tant attendu des élus, habitants et travailleurs sociaux, mais c’est une réalité d’autant plus accentuée que les jeunes des ZUS sont pour une grande partie des exclus du système scolaire et du monde du travail. La difficulté est d’autant plus marquée qu’il n’y a pas d’espaces spécifiquement prévus (et en nombre suffisant) pour les jeunes hormis les cages d’escaliers, les entrées d’immeubles ou plus largement la rue.

10Pour étayer ce constat, il n’est qu’à aller dans un des rares locaux destinés aux jeunes dans le quartier, La Passerelle, où l’on peut retrouver, parfois, toutes les catégories d’âges confondues, ce qui pose évidemment de nombreux problèmes, les plus jeunes de 11-14 ans n’ayant pas les mêmes aspirations que les plus âgés, les plus agités n’étant pas le meilleur modèle pour les autres. Il s’ensuit que ce lieu n’est pas optimal pour accueillir autant de publics différents et que du coup il n’est investi régulièrement que par une petite partie de jeunes.

11Je n’évoquerai pas ici le problème des individus qui s’adonnent à des trafics en tout genre, le thème a été largement décrit dans des ouvrages comme celui de Luc Bronner. Ce qu’il est nécessaire de préciser, c’est que cette catégorie n’est de loin pas la plus importante, en nombre, et que si l’on veut miser sur un travail avec les jeunes notamment et dans les espaces de vie, il faut prendre en compte cet aspect.

12Sur le terrain, il y a les animateurs et les éducateurs de rue. On peut dire, avec J. Rouzel, que dans ces quartiers, les animateurs, comme les éducateurs, « sont vraiment des gardiens du quotidien » et que lorsque l’un d’eux est « accepté et reconnu » par les jeunes du quartier, il devient ce que E. Goffmann appelle un « individu-initié », c'est-à-dire une personne qui accède à la vie personnelle, voire secrète des groupes, en bénéficiant d’une certaine reconnaissance par ces groupes de jeunes, ce qui leur permet d’être des intermédiaires efficaces entre jeunes, institutions et autres habitants du quartier.

13Pour en arriver là, à Hautepierre, il aura fallu plusieurs années et surtout une certaine pérennité au niveau de l’équipe du CSC Hautepierre (je rappellerai simplement qu’avant 2006, le poste d’animateur au pôle jeunesse du CSC Hautepierre a été occupé par 12 personnes sur une période de 3 ans, ce qui représente un nouvel animateur environ tous les trois mois, et qu’actuellement cela fait plus de 4 ans que l’équipe est composée des mêmes animateurs. Ce contact renoué et cette stabilisation de l’équipe ont permis d’entamer un second travail de fond sur la reconquête d’un public et d’un territoire.

14Le travail de fond mené maintenant depuis plus de trois années par le Centre Social et Culturel de Hautepierre sur cette problématique du territoire et des jeunes, s’est organisé autour de trois thématiques :

  1. le sport ;
  2. l’expression musicale (local Studio Hautepierre, école de musique de Hautepierre, événements musicaux) ;
  3. l’insertion et la réinsertion sociale et professionnelle, la prise en charge de jeunes ayant eu des soucis avec la justice et de jeunes exclus du système scolaire (dispositifs TIG, MOOVE, travail avec le Relais emploi, classe Relais avec collège Truffaut, partenariats avec l’A.F.I.J., Café Contact de l’emploi, Club des Partenaires…)

a) Le sport

15Le sport est une porte d’entrée incontournable, si l’on veut travailler avec des groupes de jeunes. Le but premier n’est pas de former de futurs sportifs professionnels (mais cela n’est pas à exclure non plus) mais de partir d’une pratique sportive pour sensibiliser les jeunes au respect des règles, au respect de l’autre, sans oublier le plaisir de pratiquer une activité sportive. Le sport devient alors un support éducatif et citoyen.

16Sur Hautepierre, quartier « le plus jeune » de France (60 % de la population a moins de 25 ans), il y a un réel engouement pour les activités sportives (karaté, futsal, gymnastique, haïkido…) Le CSC Hautepierre s’est plus particulièrement centré sur la pratique du Futsal, activité très prisée par les jeunes du quartier qui investissent par plusieurs dizaines les gymnases (au nombre de 5) mis à leur disposition par la Ville de Strasbourg. Dans un premier temps plusieurs animateurs ont été formés en tant qu’animateurs football des quartiers par la LAFA, puis la constitution d’une équipe futsal de jeunes adultes au sein du CSC, soutenue par les commerçants du quartier, a permis à la fois de créer une dynamique sur le quartier et de valoriser des jeunes adultes qui ont terminé second dans un championnat départemental et gagné La Coupe d’Alsace (voir articles DNA 2/4/10, 11/3/11,15/3/11).

17Le CSC Hautepierre, pour la saison 2011/2012, aligne la seule équipe basrhinoise de futsal en championnat national.

18Cette première approche permet donc une réappropriation de l’espace public (les gymnases et les terrains multisports extérieurs) qui cesse d’être perçu par les jeunes comme un ensemble de lieux potentiels pouvant être dégradés en redevenant des lieux qu’ils peuvent utiliser pour leur propre plaisir.

b) L’expression musicale

19L’expression musicale, au sens large du terme, est un autre élément structurant pour des populations jeunes (et aussi adultes) au sein des ZUS. L’école de musique et pratiques amateurs de Hautepierre, rattachée au CSC, proposant un système de bourses, donne la possibilité à plus de 100 personnes de pratiquer un instrument de musique. La qualité des intervenants et leur motivation à vouloir enseigner dans une ZUS démontrent maintenant depuis plusieurs années les bienfaits de ces interventions. Les évènements musicaux programmés dans le quartier (concert des élèves, concert des profs, Semaine Musiques du Monde à Hautepierre, spectacles préparés et joués par les écoles,…) sont autant de temps forts qui mobilisent les habitants.

20La gestion depuis plus d’un an par le CSC Hautepierre d’un local de répétition musical, qui est aussi un lieu de concerts, permet d’accueillir des groupes musicaux, des jeunes qui veulent répéter ou préparer une manifestation. Cette seconde approche induit une relation toute particulière avec des groupes de jeunes qui sont très fiers de se produire en concert, une fois par an, cette fois ci à l’extérieur du quartier, dans la grande salle de spectacle de La cité de la danse et de la Musique de Strasbourg.

c) L’insertion et la réinsertion des jeunes

21L’insertion et la réinsertion des jeunes est la dernière thématique, la plus importante et la plus urgente aussi, selon l’équipe. L’exclusion du système scolaire, le chômage, la délinquance des jeunes, sont des réalités auxquelles animateurs du CSC Hautepierre et autres travailleurs sociaux d’associations sont confrontés quotidiennement. Pour répondre en partie à ces situations, le CSC a entrepris depuis plusieurs années un travail avec Le Relais emploi (dispositif Moove, aide à la création de C. V. au pôle jeunesse du CSC, embauches de jeunes du quartier en contrat C.U.I., financement par le CSC de formation BAFA,…) L’embauche de jeunes en Contrat d’Accompagnement dans l’Emploi (C.A.E., aujourd’hui C.U.I.) permet réellement, notamment en proposant des postes d’aides-animateurs, de former durant deux années des jeunes totalement exclus du monde du travail. Parallèlement, un projet avec une classe Relais a permis de travailler avec des jeunes exclus du système scolaire (montage d’un projet d’ateliers culinaires et de jeux d’échecs avec le collège Truffaut).

22Enfin, le projet le plus ambitieux mais aussi le plus prometteur, c’est l’accueil de jeunes du quartier ayant à effectuer des Travaux d’intérêts généraux (T.I.G.), convention avec le S.P.I.P. et l’association ACCORD. Le CSC Hautepierre a accueilli ces 2 dernières années plus de 10 jeunes contraints par la justice d’effectuer en moyenne 120h de T.I.G. et ce sans aucun financement, ni aide ou subvention. La particularité et la condition d’accueil étant que la personne concernée accepte de faire ses heures en animation de rue, encadrée par un animateur du CSC. Cette condition nous permet de valoriser le travail de ces jeunes et de ne pas seulement les considérer comme une aide supplémentaire pour des travaux peu valorisants. La plupart des jeunes qui ont effectué de cette façon leur T.I.G., et découvrent ainsi le travail d’animation, ont ensuite souhaité passer un BAFA (Brevet d’aptitude aux fonctions d’animateur).

23N’est-ce pas là un premier pas vers la réinsertion, en redonnant l’envie de participer à la vie de quartier, de même qu’une façon de montrer aux autres, qui sont dans la rue, qu’il y a une alternative possible ? Le rapport à l’espace, investi par ces animateurs de rue, ne devient-il pas dès lors un espace partagé et non plus un espace exclusivement réservé à certains jeunes ?

24Ce choix, opéré par le CSC Hautepierre, ne pourra être efficace qu’à deux conditions :

  • d’une part, que les institutions locales et les responsables de la Politique de la ville prennent le relais, car il va sans dire que le CSC ne peut pas assurer une pérennité à tous les jeunes passant par ces dispositifs, que l’obtention d’un BAFA n’est pas une fin en soi, et que les dispositifs de CUI doivent aboutir à une recherche d’emploi stable.
  • d’autre part, que les jeunes pris en charge au CSC, acceptent l’idée de quitter un jour le quartier pour travailler ailleurs. Nous trouvons là une particularité et une limite à nos projets, à savoir que bien souvent ces jeunes ne souhaitent pas « quitter » leur territoire.

Fragments d’un journal de bord… en guise de conclusion

2531 Décembre, 23h30, quartier de Hautepierre, Strasbourg, Centre social et culturel « Le Galet ».

26« Je suis devant la porte du Centre, la fête bat son plein à l’intérieur, plus de 160 personnes. A l’extérieur, les mortiers éclatent un peu partout, des groupes de jeunes défient des groupes de police, spectacle à la fois habituel et exaspérant dans cette nuit de réveillon. Tout à coup, un jeune de 17 ans vient vers moi, capuche sur la tête et sac à dos plein de pétards. Il semble exténué et me dit d’un air fatigué et désabusé : « Vous êtes le directeur du Galet ? Vous ne pourriez pas me trouver une formation d’animateur pour bosser, j’en ai marre de tourner en rond dans le quartier ».

Bibliographie

Références bibliographiques

Boudou Patricia, Dagorn Johanna, (2007) « La violence des jeunes, un enjeu pour la politique éducative ? », in « La violence des mineurs », Cahiers de la sécurité, vol. 1, Juillet-septembre 2007, Institut national des Hautes Etudes de Sécurité (INHES), pp. 63-71.

Bronner Luc, (2010) La loi du ghetto, Paris : Calmann-Lévy.

Bronner Luc, (2010) « La politique de la ville impuissante à résoudre les difficultés des quartiers », Le Monde, 16 octobre.

Chamboredon Jean-Claude, (1985) « Construction sociale des populations », in Duby Georges (dir.) Histoire de La France Urbaine, Paris : le Seuil.

Collectif, (2009) Le dictionnaire des banlieues, Editions Larousse présent.

Le Nouvel observateur, (1973) « Les banlieues de la peur », n° 449, 18 juin.

Courtois Claudia, (2010) « Les crieurs sont de retour », Le Monde, 1er octobre.

Rossignon Arnaud, (2010) « Le futsal pour redorer un blason », Dernières Nouvelles d’Alsace, 2 avril.

Rouzel Joseph, (2009) Educateur, un métier impossible, IEPTS, janvier.

Auteur

Directeur Centre social et culturel de Haute-pierre, Strasbourg, Evaluateur externe certifié AFNOR des organisations de l’économie sociale, Enseignant vacataire Université de Haute Alsace

© Carrières Sociales Editions, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540