Version classiqueVersion mobile

L'animation socioculturelle professionnelle, quels rapports au politique ?

 | 
Jean-Luc Richelle
, 
Stéphanie Rubi
, 
Jean-Marc Ziegelmeyer

L'animation socioculturelle et le politique : quelles articulations ?

La construction de politiques intégrées dans le domaine de l’action culturelle : une voie à explorer ?

Pierre Cabrol et Betty Hochard

Texte intégral

1Le présent colloque est l’occasion de réfléchir sur une problématique née du rapprochement entre deux constats qui paraissent, de prime abord, être liés l’un à l’autre : d’un côté, un accroissement considérable de la population vivant en milieu urbain au cours des deux derniers siècles ; de l’autre côté, un relâchement, tout aussi spectaculaire, du lien social au sein de cette population durant la même période.

2Unité de temps et de lieu. Pourrait-il s’agir d’une pièce classique ? Si oui, elle serait à coup sûr une tragédie dans la mesure où la première de ces évolutions semble vouée à s’intensifier, tandis que la seconde n’a pu, jusqu’ici, être enrayée de façon efficace. Le développement urbain, indissociable du progrès économique sur lequel tant d’espoirs ont été fondés, pourrait-il n’être qu’un train fou fonçant à une vitesse croissante vers une dissolution cataclysmique du lien entre les hommes qui entraînera la fin de notre société ? Le catastrophisme ambiant pousserait à y croire. Le bon sens incite à reprendre le problème à la base, à la fois par une analyse des évolutions en cours et par la formulation d’hypothèses visant à infléchir ce qui peut l’être, par la protection, voire la recréation, du lien social.

Une urbanisation galopante

  • 33 Pour le philosophe Claude Lefort, la ville serait même le creuset dans lequel se serait développée (...)
  • 34 Rapport de prospective sur l’urbanisation mondiale, Organisation des Nations Unies, octobre 2011.

3Qu’en est-il tout d’abord de l’urbanisation ? Pourquoi peut-elle être vue comme inéluctable dans la société qui est la nôtre ? Parce qu’elle est considérée comme la clef de voute de notre prospérité économique. Parce qu’elle est vue comme un élément indispensable au développement du système capitaliste, voire de la démocratie. C’est ce que nous apprend l’histoire. La sédentarisation du néolithique a permis la mise en valeur de la terre. L’exploitation directe de cette rente foncière a été source de prospérité. Avec les villes nouvelles du Moyen-âge se sont créés des agrégats de marchands et d’artisans capables de faire fructifier cette rente par la création d’une valeur ajoutée. L’histoire de la prospérité économique est, de ce fait, en grande partie, associée au développement des villes33. La révolution industrielle a démultiplié ce phénomène et attiré en ville de plus en plus d’habitants des campagnes, la bonne marche des ateliers et usines passant notamment, aux yeux des capitalistes, par l’installation, à proximité immédiate, des artisans et ouvriers. Entre 1850 et 1950, la population des villes des pays industrialisés est ainsi passée d’une cinquantaine de millions de personnes à plus de cinq cent millions d’habitants. Le seuil de 50 % de la population mondiale vivant en milieu urbain a été atteint en 2006. Il est estimé que cette proportion atteindra 60 % d’ici 2030 et les deux-tiers vers 205034.

  • 35 Les Khmers rouges sont une organisation communiste cambodgienne d’inspiration maoïste. Regroupés a (...)
  • 36 Ce qui passait par la destruction des classes sociales, par l’affranchissement de la religion et d (...)
  • 37 Le nouveau gouvernement commença par expulser tous les Vietnamiens et par fermer les frontières. I (...)

4Sauf à renoncer au modèle capitaliste, ce qui n’est pas à l’ordre du jour pour la majeure partie des habitants de la planète, point de salut hors de l’accroissement des villes ! L’un des seuls régimes qui s’y soit essayé à l’échelle d’un pays, le Kampuchea démocratique des Khmers rouges35, qui voulait créer une société communiste fondée sur une « paysannerie authentique36 », n’a abouti, en un peu moins de quatre années, qu’à éliminer physiquement entre 20 à 40 % de la population du pays, soit entre un million et demi et trois millions de personnes37. La solution ne parait donc pas être à rechercher du côté d’une hypothétique renonciation à l’urbanisation, mais plutôt d’une urbanisation différente, accordant une large place à la question sociale.

L’insuffisance des réponses fondées sur l’habitat ou l’urbanisme

  • 38 En lien avec l’urbanisation liée à la révolution industrielle.
  • 39 Charles Edouard Jeanneret, dit Le Corbusier, né en 1887, mort en 1965.
  • 40 Il construisit dès 1917 une première cité ouvrière à Saint-Nicolas d’Aliermont (76), puis, en 1924 (...)
  • 41 En 1929, pour l’Armée du Salut, il construisit à Paris la cité du refuge, puis aménagea une pénich (...)
  • 42 A l’unité d’habitation de Marseille (13), construite en 1945, succédèrent celles de Rezé (44) en 1 (...)

5Le problème n’est pas en soit nouveau. Il a notamment suscité une demande d’amélioration de l’habitat ouvrier dès la seconde moitié du dix-neuvième siècle38, ce qui a amené, y compris au siècle suivant, des architectes de renom, dont Le Corbusier39, à s’intéresser à ce type de construction. Au-delà d’une première réponse sous forme de la construction d’habitats individuels modestes40 et de lieux d’accueil pour personnes en difficulté41, la politique de reconstruction de l’immédiate après-guerre lui a permis de se lancer dans la construction d’immeubles collectifs, avec les Unités d’habitation42. Plus connues sous le nom de Cités radieuses, celles-ci regroupent, au sein d’un même bâtiment, outre de nombreux appartements accessibles aux gens modestes et dotés de tout le confort moderne, des services tels que commerces, école, hôtel, jardin d’enfant, espaces dédiés au sport, etc.

  • 43 Le terme, créé par Le Corbusier, renvoie à la notion de « module » et au nombre d’or. Il s’agit d’ (...)
  • 44 Une réflexion du même ordre pourrait être menée sur les cités jardins et, plus généralement, sur t (...)

6De la même façon que le respect du « modulor43 » était censé permettre la création d’espaces proportionnés à l’être humain, le choix de l’Unité d’habitation, sorte de village dans la ville favorisant la création de liens de proximité par le mixage des services et des activités, vise à redonner une dimension humaine à la ville, pensée comme un assemblage de cellules humaines. Il s’agit, somme toute, non pas d’inventer une façon nouvelle de vivre comme cela a pu être le cas lors de l’apparition des villes franches au Moyen-Age, mais de recréer localement, dans la ville du vingtième siècle, des conditions de vie, jugées meilleures, qui sont supposées être celles des villages. C’est la difficulté à réussir une telle transposition, compte tenu notamment de la question des flux et de l’idéalisation sous-jacente de la vie en petite communauté, qui constitue sans doute la principale limite au projet44.

  • 45 Construit dans l’Oise entre 1860 et 1880 pour loger, dans des conditions de confort et d’hygiène j (...)
  • 46 Né en 1817 et mort en 1888.
  • 47 Né en 1772 et mort en 1837.
  • 48 C’est l’ingénieur espagnol Idelfonso Cerda (1816-1876) qui créa le néologisme « urbanisation », en (...)

7Cette tentative visant à créer au sein des villes des lieux générateurs de lien social trouvant leur unité dans des choix architecturaux est demeurée isolée. Elle est venue s’ajouter aux expériences, également sans lendemains, cherchant à organiser en communauté la vie des ouvriers d’une même usine, dont la plus marquante est, sans doute, celle du familistère ou palais social45 d’André Jean-Baptiste Godin46, inspiré du phalanstère de Charles Fourier47. Des propositions utopiques telles que, par exemple, la Cité spatiodynamique de Nicolas Schöffer, n’ont pas eu plus de succès. Loin de ces projets ou réalisations atypiques, les villes françaises ont grandi pour la plupart, non sur un mode anarchique, le développement de l’urbanisme48 en témoigne, mais sur la base de modèles faisant peu de place au lien social. Elles s’ordonnent généralement de façon rayonnante, avec un centre-ville objet de toutes les attentions et des banlieues à l’identité pas toujours clairement affirmée, dont l’image s’est peu à peu dégradée.

La stigmatisation progressive des banlieues

  • 49 Le Corbusier, « La charte d’Athènes ». Manifeste discuté, sous l’impulsion et la direction de Le C (...)

8En 1934 déjà, Le Corbusier tirait à ce sujet la sonnette d’alarme en des termes qui prennent aujourd’hui une résonnance curieusement prophétique : « La banlieue est le symbole à la fois du déchet et de la tentative. C’est une sorte d’écume battant les murs de la ville. Au cours des dix-neuvième et vingtième siècles, cette écume est devenue marée, puis inondation. Elle a sérieusement compromis le destin et ses possibilités de croître selon une règle. Siège d’une population indécise, vouée à de nombreuses misères, bouillon de culture des révoltes, la banlieue est souvent dix fois, cent fois plus étendue que la ville. De cette banlieue malade, où la fonction distance/ temps pose une lourde question qui demeure sans réponse, certains cherchent à faire des cités-jardins. Paradis illusoires, solution irrationnelle. La banlieue est une erreur urbanistique, répandue dans tout l’univers et poussée à ses conséquences extrêmes en Amérique. Elle constitue l’un des plus grands maux du siècle49 ».

9« Déchet », « erreur urbanistique » : les mots sont forts. Mais ils le sont moins que l’image de la banlieue véhiculée aujourd’hui par nombre de médias et d’hommes politiques. A la « banlieue malade » du dix-neuvième siècle, nocive pour ses habitants, semble s’être aujourd’hui substituée, dans l’imaginaire politico-médiatique, une « banlieue pathogène », lieu de toutes les discriminations et de toutes les insécurités, source potentielle de danger pour les villes qu’elle enserre. Cette vision réductrice, en grande partie fantasmée, explique qu’une large partie des efforts consentis par les politiques publiques en vue de l’endiguement de la dégradation du lien social se concentre sur les banlieues.

L’étendue de la dégradation du lien social

  • 50 Sous réserve de tous les débats sur les liens entre nature et culture.

10Mais que faut-il entendre par dégradation du lien social ? Le schéma social occidental est aujourd’hui ordinairement perçu comme ayant présenté à ses origines au moins trois caractéristiques qui se seraient dégradées avec l’urbanisation : une intégration des sociétés humaines dans leur environnement naturel50, permettant aux individus de se sentir en harmonie avec le monde les entourant et leur société d’appartenance ; une cellule de base constituée par la cellule familiale, en un sens incluant tous les ascendants ; le regroupement de ces cellules de base au sein de petites communautés fondues dans le creuset des nations.

  • 51 La disparition des nationalismes poussant les individus, en mal d’identité, à se replier sur leur (...)
  • 52 Un nombre croissant des personnes vivant en ville seraient seules du fait de la dislocation des ce (...)
  • 53 Des chercheurs américains ont récemment émis l’hypothèse qu’existerait un lien entre l’allongement (...)

11La dégradation du lien social se serait effectuée en affectant ces trois caractéristiques, ce qui se manifesterait notamment par une perte du sentiment identitaire national et une tendance au communautarisme51, mais aussi par le développement du nombre de personnes souffrant d’un sentiment de solitude52 et même par une moindre transmission de l’héritage culturel, voire par un amoindrissement de la créativité53 et une perte de repères, notamment en termes de liens avec la nature.

Une spécialisation excessive des politiques de la Ville ?

  • 54 De façon donnant lieu à débat.
  • 55 Notamment dans les « cités », perçues comme emblématiques du malaise des banlieues, avec toutes le (...)
  • 56 Cette conception s’accompagnant ordinairement du sous-entendu selon lequel ces territoires seraien (...)
  • 57 La réflexion engagée par l’association Les métropolitaines, sur les rapports entre le centre et la (...)

12Au lieu de se concentrer sur ces problèmes de changement de mode de vie, si ce n’est, depuis peu, sous l’angle des identités54, l’intérêt des décideurs de la politique de la Ville s’est focalisé en grande partie sur l’existence, ici ou là55, de tensions en banlieues. L’approche de la ville pensée en termes d’habitat est devenue le problème des banlieues perçues en tant que juxtaposition de territoires56. Du territoire à l’isolat, il n’y a qu’un pas qui a été franchi dans les années quatre-vingt. L’attention s’est alors concentrée sur les flux57, comme si le traitement du mal-vivre en banlieue pouvait se résumer aux moyens d’en sortir. Parallèlement, de multiples politiques de rénovation du bâti se sont succédées, avec la particularité de n’aborder la question du relâchement du lien social que sous l’un de ses aspects, considéré de facto comme primordial : la création des Cités jardins a fait écho à la nostalgie d’une vie en harmonie avec la nature ; celle des Cités radieuses à la disparition des communautés villageoises, etc. Quant au Familistère, au nom parlant, ne cherchait-il pas, sinon à récréer la cellule familiale, du moins à lui substituer plus audacieusement une autre cellule s’en inspirant ?

  • 58 Dans le cadre de l’ISIAT.

13L’avatar le plus récent de ces politiques d’urbanisme a pour nom : écoquartier. Il fait l’objet, au sein de l’IUT Michel de Montaigne Bordeaux 3 et du laboratoire ADES58 de la même université, d’une recherche sur son lien avec la notion de participation, co-dirigée par Pascal Tozzi et Guy Di Méo, recherche financée par l’Agence Nationale pour la Recherche. Sans préjuger du résultat de cette recherche sur les écoquartiers, dont nous réserverons ici le cas, il est difficile de ne pas être frappé par le fait que toutes ces réponses, émanant d’architectes ou d’urbanistes, se caractérisent par un point commun : celui de considérer comme centrales des questions d’architecture ou d’urbanisme, en faisant de la dimension humaine une question seconde. Cet a priori conduit, dans tous les cas de figure, à n’aborder la question de la dégradation du lien social que sous un seul de ses aspects. N’y aurait-il pas là une simplification abusive découlant d’un choix de priorité mal, voire non, justifié ?

La nécessité d’une démarche globale par la construction de politiques intégrées

14Sans remettre en cause l’intérêt de ces réponses architecturales ou urbanistiques, il est possible de faire l’hypothèse qu’elles ne constituent qu’un élément d’une démarche qui doit être globale. Une telle démarche doit intégrer à parts égales une réponse architecturale ou urbanistique et une approche directement centrée sur l’être humain et sur les rapports de celui-ci avec ses semblables, ce qui constitue le cœur du travail social. C’est là l’objectif de la mise en place de politiques intégrées.

  • 59 Par exemple par un rapprochement entre le travail des animateurs et des éducateurs, conforme à ce (...)
  • 60 Tels que les animateurs, les éducateurs, les assistantes sociales, etc.
  • 61 Le nom du métier n’étant pas encore définitivement arrêté, comme cela est ordinairement le cas pou (...)
  • 62 Licence professionnelle COMEDIA de l’IUT Michel de Montaigne, Bordeaux 3.
  • 63 Licence professionnelle Coordination de projets de développement social et culturel en milieu urba (...)
  • 64 Par exemple, une association avec conseil d’administration incluant des représentants des collecti (...)

15D’un point de vue opérationnel, celles-ci impliquent le choix de démarches participatives et devraient s’articuler autour de trois axes, applicables à tout projet de lutte contre le relâchement du lien social en ville et plus globalement à tout projet visant à l’amélioration de l’épanouissement des êtres humains vivant en milieu urbain : accroître, en amont, mais aussi tout au long du déroulement des projets, la concertation entre décideurs, acteurs et bénéficiaires des politiques publiques ; un décloisonnement du travail social, au sens d’une collaboration accrue entre les différentes sortes de travailleurs sociaux, voire d’une moindre spécialisation de certains d’entre eux59 ; intégrer aux projets, autant que faire se peut, toutes les catégories d’acteurs et notamment de travailleurs sociaux, dont des professionnels plus polyvalents que les acteurs sociaux classiques60, tels que61 les médiateurs culturels62 et/ou coordinateurs de projets63. Juridiquement, trois solutions sont envisageables pour mettre en œuvre ces opérations, qui relèvent de missions de service public : s’appuyer sur des associations existantes, en leur déléguant ces missions au moyen de contrats spécifiques tels que, par exemple, des sociétés en participation ; créer des associations ou des structures publiques ou semi-publiques dédiées64 et leur déléguer ces missions ; créer au sein de collectivités des services auxquelles ces missions seraient confiées en régie.

Une amorce de politique intégrée : le recours à des intervenants polyvalents

16Les politiques intégrées, telles qu’ici suggérées, restent aujourd’hui à définir et à mettre en œuvre au cas par cas, en fonction des réalités de terrain. Il n’en existe pas d’exemple connu. Toutefois, certaines collectivités ont d’ores et déjà mis en œuvre, dans le cadre de structures dédiées, des propositions qui se rapprochent de ce qu’il est logique d’attendre de telles politiques, notamment en ce qui concerne le décloisonnement du travail social ou le recours à des professionnels plus polyvalents que les intervenants sociaux classiques.

  • 65 Le fait d’enseigner la pratique de son art est aisément perçu comme un complément possible à l’act (...)
  • 66 Il est de longue date, de pratique courante, par exemple dans les diplômes d’animation sociale et (...)

17C’est plus précisément dans le secteur de l’action culturelle que l’idée du recours à des professionnels polyvalents s’est fait jour le plus facilement. Faisant écho au fait que les artistes possèdent fréquemment plusieurs cordes à leur arc65, elle y est apparue comme naturelle. Il n’est donc pas surprenant que le développement du recours à l’art dans le cadre du travail social, générateur de nouvelles missions, y ait été aisément perçu comme pouvant être assuré par des intervenants polyvalents, artistes ou non66, et non pas comme nécessitant l’emploi d’une kyrielle de spécialistes.

Les choix audacieux de la Ville de Saumur

  • 67 Créée par une initiative privée, l’Ecole d’art de Saumur a été reprise par la municipalité en régi (...)
  • 68 De plus en plus d’artistes choisissent de mener en parallèle, voire en alternance, une double carr (...)
  • 69 Co-auteur du présent article et auteur d’un témoignage annexé à celui-ci, qui a fait l’objet de la (...)
  • 70 L’Ecole d’art emploie une autre enseignante en art, à temps plein, ainsi qu’un enseignant vacatair (...)
  • 71 Modernisée par une ouverture sur l’adoption d’une pédagogie innovante.
  • 72 Médiation directe et en partenariat, faisant intervenir des publics très divers.

18C’est dans cette logique que s’est inscrite la Ville de Saumur au travers du recrutement dans son Ecole d’art67, d’une médiatrice culturelle, également photographe plasticienne68, Betty Hochard69. Ce recrutement innovant a permis à la municipalité de s’assurer les services d’une artiste à qui confier des missions rentrant dans le cadre de la politique de soutien de la ville à la création artistique et d’enrichissement de son patrimoine, tout en disposant d’une salariée capable de remplir une partie70 de la mission d’enseignement artistique traditionnelle de son école d’art71 et de mener à bien une mission nouvelle de médiation artistique72.

  • 73 Il pourrait y être ajouté le travail connexe de formation d’animateurs de centre de loisirs aux te (...)
  • 74 A savoir les projets cités dans le témoignage comme entrant dans le cadre des partenariats avec de (...)
  • 75 A savoir les activités citées dans le témoignage comme entrant dans le cadre de l’accueil des scol (...)

19La structure municipale considérée, soit l’Ecole d’art, est remarquable par l’évolution de ses missions, reflet d’une tendance beaucoup plus générale. D’abord tournée vers l’animation, puis vers l’enseignement artistique, elle est aujourd’hui en charge d’une double mission d’enseignement artistique et de médiation culturelle, cette dernière expression regroupant, dans une acception englobante73, des projets de médiation proprement dits74 et des activités d’enseignement se trouvant pour partie à l’interface entre l’enseignement proprement dit et l’animation75.

  • 76 Les résultats obtenus au cours des deux années écoulées, notamment en termes d’accroissement du no (...)

20Il n’est pas surprenant que la structure considérée ait choisi de recruter pour travailler sur ces deux missions, en sus d’une enseignante travaillant déjà sur la première d’entre elle, une professionnelle cumulant des compétences dans l’enseignement artistique et dans la médiation culturelle76. Il est plus audacieux que la Ville ait ainsi également fait le choix de travailler avec une artiste et de confier en parallèle à celle-ci des missions relevant de sa politique d’aide à la création artistique et à l’enrichissement de son patrimoine, ce qui témoigne d’une vision politique excédant le cadre du seul bon fonctionnement des services.

Une voie à explorer ?

21Pour innovants et productifs qu’ils puissent être, ces choix ne peuvent à eux seuls caractériser la conception et la mise en œuvre d’une politique intégrée au sens du présent article. Pour y parvenir, il faudrait que la municipalité concernée construise, sur la base d’une concertation pérenne et d’un décloisonnement du travail social, un projet associant son Ecole d’art et les partenaires de celles-ci, voire un nombre significatif de structures intervenant localement sur le terrain social, autour d’un objectif d’amélioration du lien social.

22Cela n’est pas aujourd’hui le cas à Saumur. Toutefois, cette municipalité s’est clairement engagée dans cette voie, d’une part par l’orientation qu’elle a donné aux missions de son Ecole d’art et par le choix de recrutement qui s’en est suivi, d’autre part par le choix pragmatique qu’elle a effectué de mettre à profit l’activité créatrice de sa médiatrice en confiant à celle-ci, notamment au travers de son service d’archives, diverses missions photographiques.

23Faute de mise en œuvre de politiques intégrées, il n’est pas à ce jour question de juger de l’efficacité de celles-ci. Il est en revanche possible de prendre acte de l’existence d’expériences allant dans ce sens, à l’image de celles menées par la Ville de Saumur. Le succès d’une telle expérience, sans préjuger de sa possibilité de transposition à des domaines autres que l’action culturelle, témoigne de l’intérêt qu’il y aurait à explorer plus avant la sente ainsi frayée.

  • 77 Site : www.bettyhochard.com
  • 78 En tant que contractuelle.
  • 79 A partir de cinq ans.
  • 80 Présents particulièrement chez les adultes.
  • 81 Notamment pour des personnes s’inscrivant aux cours dans une perspective de loisirs.
  • 82 Ce qui témoigne du fait que l’exigence peut parfaitement rimer avec le plaisir.
  • 83 Les médiations sont destinées aux enfants des maternelles et du primaire, ainsi qu’aux collégiens (...)
  • 84 Soit les élèves bénéficiant de l’enseignement artistique, mais aussi les scolaires, principalement (...)
  • 85 Certains cours utilisent également le modèle vivant, y compris de façon très innovante, avec des t (...)
  • 86 Inscrits à l’École d’art et non inscrits.
  • 87 Terme employé par le Ministère de la culture.
  • 88 Ce projet prendra forme au cours de l’été prochain.
  • 89 Les photographies réalisées permettent à la fois de garder une trace des spectacles diffusés mais (...)

Annexe : témoignage de Betty Hochard77
Engagée depuis septembre 2009 par la Ville de Saumur au sein de l’École d’art, j’occupe un poste d’assistante spécialisée d’enseignement artistique78 et suis responsable de la médiation auprès des publics spécifiques.
Structure à l’origine privée puis municipale, cet équipement existe depuis une vingtaine d’année et a été rebaptisé École d’art en novembre 2009 avec l’arrivée d’un nouveau directeur. Depuis plus de deux ans, la structure, initialement tournée vers l’animation, a recentré son activité première sur des missions d’enseignement artistique et d’éducation à l’image. Le projet pédagogique correspondant est fondé sur l’apprentissage et la maîtrise des bases et des fondamentaux, dans le respect de l’inventivité et de la créativité. Sa finalité, qui justifie que la municipalité ait décidé de s’en emparer, est d’offrir aux publics concernés la possibilité de bénéficier, à travers le développement de leur créativité et de leurs sens artistiques, d’un accroissement de leur liberté d’expression et d’un épanouissement personnel.
O L’enseignement artistique
Ma première mission est d’enseigner le dessin, la peinture et les techniques mixtes à un public amateur constitué d’enfants79 et d’adultes. D’emblée, j’ai été encouragée par le directeur de la structure, ce qui correspondait à mes attentes et à mes propositions, à adopter pour ce faire une pédagogie innovante. La démarche que j’ai menée dès mon arrivée et que je poursuis, démarre d’une réflexion sur la création artistique. Pour moi, celle-ci est affaire de regard, de sensibilité et de technique. Il m’est apparu que, alors que l’enseignement conventionnel se limite souvent à un apprentissage technique ou à l’expression de la sensibilité, il était nécessaire de travailler sur trois éléments indissociables : le regard, la sensibilité et la technique. Le regard s’éduque, la sensibilité s’éveille et la technique s’apprend.
J’ai mis en œuvre, en conséquence, une pédagogie mettant l’accent sur le développement du sens de l’observation, la stimulation de la curiosité et l’apprentissage de diverses techniques. Pour développer cette pédagogie, il est essentiel, dans un premier temps, de mettre les élèves en confiance, en levant leurs appréhensions et leurs inhibitions négatives80, qui sont un obstacle au développement et à la concrétisation de leur potentiel artistique. Ils doivent prendre conscience de leur capacité à progresser et accepter, pour ce faire, la remise en cause de leurs idées reçues et a priori négatifs.
Afin de simplifier le travail d’observation, les sujets étudiés sont toujours, dans un premier temps, en noir, gris et blanc. La couleur vient ensuite. En lien avec une thématique trimestrielle, les élèves découvrent chaque semaine une œuvre classique, moderne ou contemporaine et créent à partir de celle-ci. Ce travail participe à enrichir leur culture artistique personnelle et leur permet d’explorer un large éventail d’approches artistiques et techniques. En plus du fait d’apprendre à se servir de techniques variées (fusain, pastel, encre, peinture…), les élèves créent de façons diverses : que ce soit sur des supports et des formats multiples, en étudiant le sujet à l’envers, en travaillant tantôt avec la main droite, tantôt avec la main gauche, en peignant avec les doigts, sur table, sur chevalet, au sol, à l’intérieur ou à l’extérieur, etc. Si le degré d’exigence peut paraître élevé81, très peu de gens se révèlent, en pratique, réfractaires à la méthode82.
L’adaptation au rythme fixé permet à chacun de prendre conscience du fait qu’il détient un potentiel inexploré. Cela lui permet d’enrichir progressivement sa culture artistique et de développer sa créativité. Au fur et à mesure de l’accroissement de la capacité d’éveil et du capital de connaissance, la possibilité d’effectuer des choix raisonnés, et de les traduire en actes, s’accroît. La liberté d’expression prend alors toute sa mesure.
O La médiation artistique auprès des publics spécifiques
En parallèle de ma mission d’enseignement, j’ai également la responsabilité de la médiation auprès des publics spécifiques. Cette médiation s’effectue par l’accueil de publics au sein de l’école, mais aussi par des partenariats reposant sur une démarche participative des publics concernés.
O La médiation par l’accueil de publics au sein de l’École d’art
Les publics accueillis dans le cadre de la médiation sont, actuellement, principalement des scolaires83. La médiation prend la forme d’une rencontre avec les élèves au sein de l’École d’art. Elle dure une heure et demie, répartie en trois temps autour d’une œuvre graphique : un premier temps est accordé à la découverte de l’œuvre, ce qui passe par un exercice de description de l’œuvre et par l’expression des sentiments et des sensations que ressentent les enfants face à celle-ci, le tout avec le vocabulaire le plus approprié possible, propre au champ artistique. Puis, un travail d’observation s’effectue par la réalisation d’une série de croquis, pour finir par une réappropriation personnelle de l’œuvre par les enfants.
Très appréciées des enseignants comme des enfants, ces médiations ont permis d’accueillir et de sensibiliser près de sept cents enfants à l’art durant l’année scolaire 2010-2011 et près de huit cents au cours de cette année ! Cet engouement montre bien combien cette sensibilisation à l’art et à la pratique artistique est essentielle, d’autant plus dans une ville moyenne telle que Saumur, qui ne possède que très peu d’équipements culturels permettant de réaliser ce type de démarche.
Au cours du mois de février 2012, j’ai procédé à la formation d’animateurs d’un centre de loisirs de Saumur. Il s’agit là d’une action de formation en lien étroit avec la médiation, puisqu’elle a pour but de faire partager aux animateurs concernés, au-delà de connaissances et d’outils relatifs à la création artistique, ma réflexion sur son utilisation à des fins de médiation.
Les actions d’enseignement artistique et de médiation menées par l’École d’art dans ses locaux s’appuient sur des partenariats en région. Depuis plus de deux ans, par exemple, l’artothèque d’Angers met à disposition de l’école des œuvres d’art contemporain, avec une rotation de trois mois, ce qui permet aux bénéficiaires des actions84 de travailler à partir de véritables œuvres et non de reproductions85.
O La médiation par les partenariats : une démarche participative
Des partenariats forts ont été mis en place avec des institutions telles que le Centre d’art contemporain La Chapelle Jeanne d’Arc de Thouars, l’Abbaye royale de Fontevraud, les musées de la Cavalerie et des Blindés de Saumur ou encore, prochainement, le Château d’Oiron. Ces lieux profitent aux adultes dans le cadre de visites organisées ainsi qu’aux enfants86 durant des stages qui se déroulent pendant les vacances scolaires. Ces visites permettent de découvrir des sites patrimoniaux et des œuvres contemporaines en lien avec ceux-ci. Dans la continuité de chaque visite, un atelier plastique se déroule pendant deux jours au sein de l’École d’art.
D’autres partenariats visent à créer, ou à recréer, du lien social au bénéfice de « publics empêchés87 ».
Au printemps 2010, par exemple, j’ai réalisé une mission de conseil auprès du Centre social d’un quartier sensible de Saumur. En réponse à une demande des habitants du quartier et en concertation avec ceux-ci, ce projet s’est concrétisé par la réalisation d’une peinture murale de grande dimension sur l’un des murs extérieurs du Centre social, travail que j’ai encadré.
De nouveaux partenariats ont été développés depuis deux ans, notamment avec l’Hôpital de jour de Saumur et le Centre d’art contemporain de Thouars. Ces partenariats bénéficient à des adolescents souffrant de difficultés psychologiques. Le Centre d’art contemporain de Thouars a mis à notre disposition une œuvre de Marc Hamandjian, exposée dans les locaux de l’École d’art. A partir de cette œuvre, qui participe de la réflexion de l’artiste sur les modes de transport utopiques, les adolescents ont travaillé sur la thématique de la mobilité par le dessin et le volume. L’opération se renouvelle cette année au bénéfice d’autres jeunes en difficulté. Ceux-ci travaillent sur le thème de la carapace à partir d’une réflexion sur le corps et son enveloppe, en parallèle de la découverte de l’œuvre de l’artiste associé de l’école cette année, le sculpteur-céramiste Gilles Fromenteil.
Au début de l’année 2012, un troisième projet a vu le jour, en partenariat avec un EHPAD de Saumur, à destination de patients souffrant de la maladie d’Alzheimer. Durant quatre séances, douze personnes ont découvert l’univers de René Magritte et ont créé à partir d’œuvres de l’artiste. Chacune d’entre elles a retranscrit l’œuvre en noir et blanc et en couleur jusqu’à sa réappropriation personnelle. L’équipe médicale s’est déclarée très satisfaite de cette première expérimentation, en affirmant en avoir vu très rapidement les bienfaits pour les patients, aussi bien d’un point de vue moral que physique. L’activité permet, non seulement de leur faire travailler leur motricité et leur concentration, mais aussi de leur faire vivre un moment de plaisir et de partage, et de les valoriser. A ce jour, la mission se développe et se poursuit auprès d’autres personnes se trouvant à un stade plus avancé de la maladie.
En parallèle, un quatrième projet, proposé par mes soins en début d’année, est actuellement à l’étude. Il porte sur la mise en place d’un atelier artistique destiné à des personnes âgées d’une maison de retraite de Saumur88. Bien accueilli par l’équipe de gérontologie, ce projet prendra forme cet été.
La création de ces partenariats permet de mutualiser des moyens techniques et humains pour faire découvrir au plus grand nombre, et notamment à des publics empêchés qui n’y ont pas ordinairement accès, non seulement la richesse de la création contemporaine et du patrimoine culturel, local ou non, mais aussi ses propres capacités artistiques. Susciter la curiosité de ces personnes, c’est leur permettre d’acquérir une meilleure connaissance de l’art, de la pratique artistique et d’elles-mêmes. C’est également permettre à tout un chacun d’accroître son sens critique de manière constructive et, par la même occasion, d’accéder à davantage de liberté artistique.
Ces activités de médiation reposent sur le volontariat des publics concernés, c’est-à-dire sur une démarche participative. Favoriser ce type de démarche par l’information des publics, mais aussi par des démonstrations, y compris sous forme de vidéogrammes diffusables par le biais des réseaux sociaux et d’autres moyens plus classiques, tels que, par exemple, la projection publique, constitue une question sur laquelle je réfléchis actuellement.
O La polyvalence des médiateurs culturels : un atout au service d’une ville et de ses habitants
Parallèlement à ces missions d’enseignement et de médiation, la Ville de Saumur m’a sollicitée en tant que photographe plasticienne, Elle m’a confié la réalisation d’une couverture photographique de ses saisons culturelles 2009-2010 et 2011-201289.
Au printemps 2011, une autre mission photographique m’a été confiée par le service des Archives municipales de la ville : celle de dresser un état des lieux de la ville témoignant de son patrimoine monumental, de son architecture et de sa vie économique au cours de l’année 2011-2012. Cette mission sera poursuivie au printemps prochain par son extension aux communes associées à la ville.
Mon enseignement, le travail social que j’effectue et ma pratique artistique personnelle se nourrissent mutuellement et me permettent de m’investir dans des projets multiples et variés. Les missions qui me sont confiées bénéficient directement aux publics concernés, mais également à l’École d’art et à la Ville de Saumur. Par leur engagement innovant, la structure et la collectivité territoriale expriment leur volonté d’enrichir le quotidien des habitants. Tout en sachant mettre à profit les richesses culturelles et humaines locales, les écoles d’art municipales sont des acteurs pleinement inscrits dans la vie de la cité. Elles trouvent toute leur place et leur légitimité dans le paysage culturel des villes. En plus de créer un relais entre la formation et la création contemporaine, elles constituent un véritable lieu d’échanges et d’expériences ouvert à tous, aux connaisseurs passionnés comme aux débutants en quête de découverte.
En tant qu’enseignante en art, médiatrice culturelle et artiste, ces réflexions m’animent au quotidien. L’expérience forte que je vis depuis deux ans et demi m’inspire et m’amène à voir mon engagement professionnel comme une aventure artistique humaine très riche, qu’il est essentiel de préserver et même de développer au sein des villes. Cela m’engage à enrichir cette pratique, à poursuivre dans cette voie et à tenter d’y sensibiliser les acteurs culturels et sociaux qui croisent mon chemin !

Notes

33 Pour le philosophe Claude Lefort, la ville serait même le creuset dans lequel se serait développée la démocratie : « Je me suis interrogé sur les origines de la démocratie et nous savons que, pour Tocqueville, la démocratie a pour origine l’égalité des conditions. Nous savons tous que le suffrage universel, la souverraineté du peuple, la séparation des pouvoirs, sont des principes constitutifs de la démocratie, mais une question depuis un certain temps m’habitait : d’où sort cette égalité des conditions ? Comment est-elle née ? En somme, Tocqueville fait preuve d’un sens sociologique en ne s’arrêtant pas à la définition de la démocratie comme un régime, puisqu’il va d’emblée à une notion sociale de l’égalité des conditions. Mais, en fait, je pense que cette égalité n’a pu se produire que dans un milieu qu’il fallait définir. La démocratie, ce n’est pas seulement un régime politique, c’est une forme de société. Comment l’égalité des conditions trouve-t-elle son origine dans un certain type de société ? J’aurais pu y penser beaucoup plus tôt parce qu’après tout, je suis né à Paris et j’ai passé ma vie entière à Paris, je suis donc un enfant de la ville. Je crois que se sont dessinés, dans la ville européenne, de nouveaux rapports qui tranchaient absolument tant, bien sûr, avec la république romaine ou athénienne qu’avec, d’abord, ce système de hiérarchie, cette distinction des grands et du peuple qui était celle de la société féodale ». A l’épreuve du politique. Dialogue entre Claude Lefort et Pierre Rosanvallon, propos recueillis par Stéphanie Mimouni en mai 2009 au forum Réinventer la démocratie organisé par La république des idées à Grenoble, Esprit, N ° 12, décembre 2011, 17-31, pp. 19-20.

34 Rapport de prospective sur l’urbanisation mondiale, Organisation des Nations Unies, octobre 2011.

35 Les Khmers rouges sont une organisation communiste cambodgienne d’inspiration maoïste. Regroupés au sein du Parti Communiste du Kampuchea (successivement Parti Révolutionnaire du Peuple Khmer, Parti Ouvrier du Kampuchea, Parti du Kampuchea Démocratique, puis Parti Communiste du Kampuchea), souvent désigné sous le surnom d’Angkar (organisation) ou Angkar padevat (organisation révolutionnaire), ils ont pris en avril 1975 le contrôle du pays et y ont établi le Kampuchea Démocratique, régime qui a perduré jusqu’en janvier 1979.

36 Ce qui passait par la destruction des classes sociales, par l’affranchissement de la religion et de toute influence occidentale coloniale et plus généralement capitaliste, ainsi que par la destruction des villes.

37 Le nouveau gouvernement commença par expulser tous les Vietnamiens et par fermer les frontières. Il confisqua également toutes les terres à leurs propriétaires privés et décida de l’évacuation des villes, considérées comme pervertissant les individus. La capitale du pays, Phom Penh, qui comptait environ deux millions d’habitants, fut complètement vidée en quelques jours, y compris des malades jugés intransportables. Plus de dix mille personnes décédèrent durant l’opération, les habitants refusant de partir étant abattus sur place. Dans les semaines qui suivent, toutes les autres villes du pays subirent le même sort. Les déportés furent répartis dans les campagnes et contraints de travailler la terre. Ils furent regroupés en coopératives qui les logèrent et qui les nourrirent. La liberté de conscience et la vie privée furent supprimées. Les enfants furent retirés à leurs parents pour être élevés en communauté. Les intellectuels expatriés, qui étaient rentrés en masse au pays, furent arrêtés et expédiés dans des camps de travail…

38 En lien avec l’urbanisation liée à la révolution industrielle.

39 Charles Edouard Jeanneret, dit Le Corbusier, né en 1887, mort en 1965.

40 Il construisit dès 1917 une première cité ouvrière à Saint-Nicolas d’Aliermont (76), puis, en 1924, un lotissement à Lège (33) et la cité Frugès à Pessac (33).

41 En 1929, pour l’Armée du Salut, il construisit à Paris la cité du refuge, puis aménagea une péniche en asile flottant. En 1938, toujours à Paris, il bâtit un centre de réadaptation des jeunes chômeurs, aujourd’hui détruit.

42 A l’unité d’habitation de Marseille (13), construite en 1945, succédèrent celles de Rezé (44) en 1952, Briey-en-Forêt (54) en 1956, et Firminy (42) en 1960.

43 Le terme, créé par Le Corbusier, renvoie à la notion de « module » et au nombre d’or. Il s’agit d’un ensemble de mesures moyennes de l’individu et de proportions entre ces valeurs standards, censées renvoyer pour partie au nombre d’or (par le rapport entre la taille et la hauteur du nombril notamment). L’architecte proportionnait ses constructions au modulor. Il escomptait créer ainsi une harmonie entre l’homme et l’architecture, de nature à offrir à l’individu des lieux de vie lui assurant un confort maximal.

44 Une réflexion du même ordre pourrait être menée sur les cités jardins et, plus généralement, sur tous les projets visant à introduire, d’une façon ou d’une autre, la campagne à la ville, voire la nature dans la ville.

45 Construit dans l’Oise entre 1860 et 1880 pour loger, dans des conditions de confort et d’hygiène jusque-là inégalées pour des logements collectifs, les ouvriers de l’usine de poêles en fonte Godin, le familistère fût abandonné en 1968, puis réhabilité après son classement au titre des monuments historiques en 1991. Il abrite notamment l’une des plus anciennes crèches de France.

46 Né en 1817 et mort en 1888.

47 Né en 1772 et mort en 1837.

48 C’est l’ingénieur espagnol Idelfonso Cerda (1816-1876) qui créa le néologisme « urbanisation », en l’employant dans le titre de sa « Teoria general de la urbanizacion », parue en 1867.

49 Le Corbusier, « La charte d’Athènes ». Manifeste discuté, sous l’impulsion et la direction de Le Corbusier, lors du quatrième Congrès International d’Architecture Moderne à Athènes en 1933 consacré à La ville fonctionnelle, la Charte d’Athènes a été publiée en 1957 en France par Le Corbusier, avec de larges remaniements, aux éditions de Minuit.

50 Sous réserve de tous les débats sur les liens entre nature et culture.

51 La disparition des nationalismes poussant les individus, en mal d’identité, à se replier sur leur appartenance à une communauté, voire sur eux-mêmes.

52 Un nombre croissant des personnes vivant en ville seraient seules du fait de la dislocation des cellules familiales, que la création de réseaux relationnels ne parviendrait qu’imparfaitement à suppléer. Ces personnes seules vivant en ville présenteraient la particularité de côtoyer superficiellement beaucoup d’autres personnes tout en se liant avec très peu d’entre elles, donnant parfois l’impression d’être des individus perdus dans la foule, faute de possibilité d’établissement de lien avec les personnes rencontrées.

53 Des chercheurs américains ont récemment émis l’hypothèse qu’existerait un lien entre l’allongement de l’espérance de vie, la créativité humaine et la transmission des héritages culturels. En permettant pour la première fois à trois générations de cohabiter, l’allongement de la durée de la vie aurait permis aux grands-parents de passer du temps avec leurs petits-enfants, ce qui aurait facilité la transmission des éléments constitutifs de l’identité culturelle du groupe et libéré des plages temporelles pour la création. Si cette hypothèse venait à se confirmer, ne faudrait-il pas se demander si le mode de vie urbain, de par le fait qu’il tend à couper les personnes âgées de la cellule familiale, ne serait pas porteur d’un risque d’appauvrissement de l’héritage culturel de l’humanité et d’affadissement de la créativité humaine ?

54 De façon donnant lieu à débat.

55 Notamment dans les « cités », perçues comme emblématiques du malaise des banlieues, avec toutes les exagérations et fantasmes qu’une telle vision implique.

56 Cette conception s’accompagnant ordinairement du sous-entendu selon lequel ces territoires seraient aux mains de bandes rivales, susceptibles à tout moment d’entrer en conflit les unes avec les autres.

57 La réflexion engagée par l’association Les métropolitaines, sur les rapports entre le centre et la périphérie, en témoigne, par exemple.

58 Dans le cadre de l’ISIAT.

59 Par exemple par un rapprochement entre le travail des animateurs et des éducateurs, conforme à ce qui s’observe sur le terrain.

60 Tels que les animateurs, les éducateurs, les assistantes sociales, etc.

61 Le nom du métier n’étant pas encore définitivement arrêté, comme cela est ordinairement le cas pour les professions émergentes.

62 Licence professionnelle COMEDIA de l’IUT Michel de Montaigne, Bordeaux 3.

63 Licence professionnelle Coordination de projets de développement social et culturel en milieu urbain de l’IUT Michel de Montaigne, Bordeaux 3.

64 Par exemple, une association avec conseil d’administration incluant des représentants des collectivités.

65 Le fait d’enseigner la pratique de son art est aisément perçu comme un complément possible à l’activité artistique, voire pour des pratiques physiquement exigeantes comme la danse par exemple, comme une possibilité de reconversion en fin de carrière artistique. La précarité de leurs conditions d’existence pousse également de nombreux artistes au cumul d’emplois des plus divers. Leur inventivité et leur curiosité ne sont plus à démontrer.

66 Il est de longue date, de pratique courante, par exemple dans les diplômes d’animation sociale et socio-culturelle, de former les futurs intervenants sociaux à diverses pratiques artistiques (arts plastiques, musique, photographie, théâtre, etc.). Une tendance plus récente est de former, notamment dans le cadre de la formation continue, des artistes à diverses formes d’interventions en milieu social. Les deux pratiques ne s’excluent sans doute pas, mais leur complémentarité demeure aujourd’hui des plus floues.

67 Créée par une initiative privée, l’Ecole d’art de Saumur a été reprise par la municipalité en régie directe.

68 De plus en plus d’artistes choisissent de mener en parallèle, voire en alternance, une double carrière, d’artiste et de travailleur social. Cette polyvalence offre à leurs employeurs des opportunités nouvelles.

69 Co-auteur du présent article et auteur d’un témoignage annexé à celui-ci, qui a fait l’objet de la seconde partie de la communication au colloque.

70 L’Ecole d’art emploie une autre enseignante en art, à temps plein, ainsi qu’un enseignant vacataire.

71 Modernisée par une ouverture sur l’adoption d’une pédagogie innovante.

72 Médiation directe et en partenariat, faisant intervenir des publics très divers.

73 Il pourrait y être ajouté le travail connexe de formation d’animateurs de centre de loisirs aux techniques artistiques et à l’usage de celles-ci à des fins de médiation, mais cette activité demeure à l’heure actuelle marginale dans le cadre de la structure considérée.

74 A savoir les projets cités dans le témoignage comme entrant dans le cadre des partenariats avec des musées, des monuments historiques, un centre d’art contemporain, un hôpital de jour, un centre social, un EHPAD et une maison de retraite.

75 A savoir les activités citées dans le témoignage comme entrant dans le cadre de l’accueil des scolaires au sein de l’Ecole d’art, ainsi que les activités de sensibilisation à l’art.

76 Les résultats obtenus au cours des deux années écoulées, notamment en termes d’accroissement du nombre d’élèves pour les activités d’enseignement et en termes de satisfaction des usagers et des partenaires pour les activités de médiation, témoignent de la pertinence de ce choix.

77 Site : www.bettyhochard.com

78 En tant que contractuelle.

79 A partir de cinq ans.

80 Présents particulièrement chez les adultes.

81 Notamment pour des personnes s’inscrivant aux cours dans une perspective de loisirs.

82 Ce qui témoigne du fait que l’exigence peut parfaitement rimer avec le plaisir.

83 Les médiations sont destinées aux enfants des maternelles et du primaire, ainsi qu’aux collégiens et aux lycéens, mais ce sont essentiellement les enfants des maternelles et du primaire qui en bénéficient, du fait qu’ils disposent de plus de temps à consacrer à cette activité.

84 Soit les élèves bénéficiant de l’enseignement artistique, mais aussi les scolaires, principalement ceux de la maternelle et du primaire.

85 Certains cours utilisent également le modèle vivant, y compris de façon très innovante, avec des temps de pause très courts pouvant descendre en dessous de la minute, ce qui apprend à exercer ses facultés d’observation en allant à l’essentiel.

86 Inscrits à l’École d’art et non inscrits.

87 Terme employé par le Ministère de la culture.

88 Ce projet prendra forme au cours de l’été prochain.

89 Les photographies réalisées permettent à la fois de garder une trace des spectacles diffusés mais aussi de valoriser les missions de sensibilisation à la culture auprès des habitants.

Auteurs

Enseignante en dessin, peinture et techniques mixtes, médiatrice culturelle de la Ville de Saumur, photographe plasticienne

© Carrières Sociales Editions, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search