Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'animation socioculturelle professionnelle, quels rapports au politique ?

 | 
Jean-Luc Richelle
, 
Stéphanie Rubi
, 
Jean-Marc Ziegelmeyer

L'animation socioculturelle et le politique : quelles articulations ?

De la co-construction de projets pour une école de la citoyenneté

Jean-Luc Benguigui

Texte intégral

Introduction

1Avant d’entrer dans le vif du sujet, je tiens à bien situer le sens et l’origine de mon propos, en tant que praticien de l’animation socioculturelle.

Je me nomme animateur socioculturel

2Lorsque je suis amené à me présenter, je me nomme « animateur socioculturel », avec toute la reconnaissance et l’estime pour ce métier que je cultive depuis un quart de siècle, au-delà, avant même, de signifier ma fonction de directeur général de l’association des centres d’animation de quartiers de Bordeaux. J’aime ainsi me nommer, me reconnaître.

3Lorsque je suis interrogé sur le champ de mon activité professionnelle, l’animation socioculturelle, je réponds invariablement en revenant à l’étymologie du mot animation : animare, dans le sens d’impulser, de mettre en mouvement. L’étymologie de social se définit dans le sens de relations humaines. Les projets d’animation socioculturelle se co construisent, pour et avec des personnes, avec estime et reconnaissance. Le mot culture est indissociable, pour le sens. Les projets sont porteurs de valeurs, de sens.

Des citoyennes et des citoyens engagés

4Je crois intimement en la nécessité de l’existence de citoyennes et de citoyens engagés, émancipés, chacune et chacun se « sentant » responsables d’une part d’un bon vivre ensemble au sein d’une société libre, démocratique, républicaine, laïque. J’insiste fréquemment sur le principe de laïcité. Au-delà de la séparation des Eglises et de l’Etat, la laïcité, c’est aussi et tout autant, la liberté de conscience de chacune et de chacun, un infini respect de l’autre. C’est selon moi l’un des fondements de l’animation socioculturelle. Je crois que nous devons faire acte de pédagogie sans relâche, pour défendre, affirmer ce principe-là, notamment avec les plus jeunes. Notre société est laïque, et devons-nous le rappeler, nous devons écouter la mémoire de nos mères, de nos pères, de nos contemporains, pour le respect des générations futures. Enfin, je voudrais souligner, en cet avant-propos, une autre idée fondamentale intrinsèque au métier, celle de l’éducation permanente, et préciser le sens de mon engagement pour l’animation socioculturelle. L’animation socioculturelle considère chaque personne en termes de savoir, de savoir-faire, de savoir être. La démocratisation de l’accès à la connaissance, aux savoirs, s’impose aux mouvements d’éducation populaire, reconnus comme tels. Je me permets souvent de dire que nous croyons, non pas à la deuxième, mais à la nième chance tout le long de la vie. Serait-ce une foi, au sens de fides, la confiance, allant de soi ? Je ne saurais parler d’animation socioculturelle sans faire référence au partage du savoir et de la connaissance, à l’humanisme. Nous sommes ce que nous faisons, apprenons, construisons, soi, pour et avec l’autre.

5Revenons à l’animation socioculturelle, à ses rapports au politique. J’y adjoindrai le pluriel, sans hésiter. L’exercice est difficile, et les idées, les réflexions tirées de mes expériences, sont prolixes.

6J’ai choisi de rassembler ici quelques réflexions dans le sens de la co-construction de projets, orientés vers une école de la citoyenneté.

Co, avec

7Comment définir en quelques mots ce vecteur-là ? Je retiendrai Co, qui veut dire avec, j’aime parler de notre métier d’animatrice et d’animateur socioculturels en ces termes, pour et avec des personnes. Je retiendrai construire. Je partage les mots de Jean-Pierre Augustin et de Jean-Claude Gillet, « développer l’intelligence et la sensibilité, le désir d’agir sur le monde en le transformant ». Je retiendrai une école, pour dire, redire, avec toute la modestie qui s’impose, notre état d’esprit, notre posture professionnelle qui est d’apprendre chaque jour davantage à savoir être, à savoir, à savoir faire, à savoir faire faire, à savoir devenir… tout le long de notre court passage sur terre. Je retiendrai enfin la citoyenneté, le fait pour une personne d’être reconnue, estimée, comme membre d’une cité, pour nourrir un projet commun, avec des droits, des devoirs.

Riche de l’autre

8La citoyenneté est bien sûr intimement liée à la démocratie, à cette idée d’être riche de l’autre. Je me déclare volontiers citoyen du monde, au sens d’un humanisme bien au-delà de nos frontières géographiques. Et je crois intimement que le fondement de l’humanisme est intrinsèquement lié à des valeurs universelles, inaliénables, indiscutables... L’animation socioculturelle ne se définit-elle pas d’abord par des valeurs et des principes qui unissent certains d’entre-nous, en particulier depuis le siècle des lumières ?

Politiques plurielles

9L’animation socioculturelle et son rapport au politique, aux politiques publiques, plurielles, pour co-construire des projets, porteurs de citoyenneté… Je m’appuierai pour l’essentiel sur l’histoire, les valeurs et principes, les orientations et objectifs, les pratiques de l’association des centres d’animation de quartiers de Bordeaux.

10Dans un premier temps nous tenterons de cerner ce que représente l’« animation socioculturelle » pour l’association des centres d’animation de quartiers de Bordeaux.

11Puis nous nous interrogerons dans une deuxième temps sur la nécessité d’élargir « le politique » au pluriel : « des politiques publiques ». Nos relations aux politiques publiques et à ceux qui les portent sont en effet multiples et au-delà des élus, n’oublions pas les administrations, les institutions…, les états dans l’Etat…

12Enfin, et ce sera là l’essentiel, dans un troisième temps, nous argumenterons sur l’importance pour l’animatrice et l’animateur socioculturel d’apprendre à co-construire des projets pour une école de la citoyenneté, pour et avec des personnes, pour et avec des pouvoirs publics, pour et avec des partenaires.

Cultiver la démocratie

13Le Ministère français des affaires étrangères et européennes soutient des programmes nommés « programmes concertés pluri-acteurs », dans le cadre de coopérations décentralisées avec le Maroc, l’Algérie, le Congo… L’idée première est de favoriser l’émergence et le développement d’associations, pour ensuite bâtir des partenariats entre des personnes représentant les pouvoirs publics et d’autres personnes la société civile. Comment cultiver la démocratie sans l’intelligence de ces partenariats, co-construits à partir du partage de valeurs communes, d’orientations convergentes dans le sens de l’intérêt général, en particulier en termes d’animation socioculturelle ?

L’animation socioculturelle

14L’association des centres d’animation de quartiers de Bordeaux soutient résolument l’animation socioculturelle portée par des associations, loi 1901, basées sur des valeurs et des pratiques pédagogiques. Nous refusons la séparation de la gestion du sens des projets, par le lancement d’appels d’offres, l’appel à des délégations de services publics, la création de services municipalisés. Un projet associatif est intimement lié, nourri de l’histoire d’une personne morale, bâti le plus souvent par une succession de générations. Ses valeurs, ses orientations, sa gestion, forment un tout. Nous sommes contre des politiques publiques qui soutiendraient le portage direct par les pouvoirs publics de projets socioculturels. Nous croyons à ce que nous pourrions nommer la culture associative.

15La plupart des projets portés par des animatrices et des animateurs socioculturels, pour et avec des personnes, avec maints partenaires, sont financés par les pouvoirs publics. La question, avant d’être financière, devrait être la convergence d’intérêts, quelles valeurs, quelles orientations pédagogiques peuvent-elles être communes entre des membres de la société civile et les pouvoirs publics, dans le respect de projets associatifs et d’orientations politiques et institutionnelles démocratiques. C’est, je le crois, l’une des premières conditions de la co-contruction de projets d’animation socioculturelle.

Une société plus responsable

16Nos premières réflexions supposent l’animation socioculturelle déclinée en projets associatifs, animés par des associations, des personnes morales. C’est le cas de l’association des centres d’animation de quartiers de Bordeaux, créée en 1963 par Jacques Chaban-Delmas, avec la volonté de mettre en œuvre les principes de « la nouvelle société », « la recherche d’une société plus libre pour être plus responsable, et plus juste pour être plus humaine ». L’animation socioculturelle est bien ici portée par une personne morale, avec des valeurs, des principes, une éthique. Le projet est inter culturel. A quoi bon juxtaposer diverses cultures sans nous interroger sur ce qui nous unit ? Nous citons souvent : « l’unité de nos valeurs, la diversité de nos cultures ». L’association privilégie l’« interculturalité » et non la « multiculturalité ». Les mots sont les premiers vecteurs de notre culture. Oui, cultivons l’esprit critique, la liberté de conscience, l’émancipation… mais attention toutefois à ne pas nous éloigner de ce qui nous unit.

Un esprit laïque

17Les statuts de l’association précisent depuis sa création « … dans le respect des convictions individuelles et dans l'indépendance à l'égard des partis politiques et des groupements confessionnels ». C’est, toujours selon nous, un principe fondateur de l’animation socioculturelle, une autre condition essentielle pour co-construire des projets. Nous venons d’actualiser les statuts pour intégrer aux fondements de cette association « Un esprit laïque de liberté, de dialogue, de partage et d’ouverture, de respect de l’autre, de pluralisme et de neutralité ». Comment nous entretenir d’animation socioculturelle sans d’abord nous référer à des valeurs, des principes, qui au-delà de les déclamer sont transposés dans toutes les orientations, les objectifs, les actions concrètes que mène l’association ? Car nous croyons que les valeurs s’apprennent, se cultivent, se partagent… Et nous devons nous interroger en permanence : quelles pédagogies dans l’action mettre en œuvre en ce sens ?

Avec des personnes bénévoles

18Entre autres fondements de l’animation socioculturelle, nous œuvrons pour et avec des personnes. Que de termes me semblent à contre-sens : les publics, les « clients ». Non, les personnes accueillies ne seront jamais soumises à des codes de marketing. L’animation socioculturelle cultive l’estime, la reconnaissance, de chacune des personnes… à égale dignité.

19L’animation socioculturelle œuvre avec des bénévoles. C’est sans nul doute l’un des indicateurs les plus pertinents que nous retenons, une autre condition essentielle pour co-construire des projets. D’autres terminologies existent : militants, engagés… Nous revenons au co, de co-construire, à avec. Avec quelles capacités pour agir ? Qu’entendons-nous par participation ? Que de questions… Les réponses pourraient être des citoyens réellement investis et considérés dans des instances de gouvernance partagée, des conseils d’administration composés de citoyennes et citoyens bénévoles, de représentants d’institutions, de collectivités, de services de l’Etat, d’autres membres de la société civile partenaires de l’animation socioculturelle. Les réponses seraient aussi des personnes engagées dans l’action, sur le terrain, au plus près des personnes.

Avec des partenaires

20Un autre indicateur est, assurément, avec des partenaires. L’animation socioculturelle co-construite dans un maillage de complémentarités, de partages de projets, d’actions. Bien sûr que rien n’est simple, oui, nous vivons des connivences, des résistances, et c’est tant mieux. Nous ne recherchons pas le consensus, acceptons des dissensus, dans le respect de chacune et de chacun, des personnes physiques, des personnes morales, des politiques publiques. Une démocratie n’existe pas sans des pouvoirs et des contrepouvoirs. Il est bon de nous rappeler des évidences.

Un métier

21L’animation socioculturelle s’appuie aussi et fort heureusement sur un référentiel du métier d’animatrice et d’animateur socioculturels, des formations, des diplômes, des postures. Une autre argumentation insisterait à juste titre sur comment davantage participer à la reconnaissance du métier, en particulier auprès des élus, des institutions, des administrations ? Nous venons d’inscrire dans notre règlement intérieur les missions détaillées des directrices et directeurs de centres, votées en Assemblée générale extraordinaire. Elles participent à faire montre de pédagogie pour expliquer notre métier.

Un projet global

22L’association des centres d’animation de quartiers de Bordeaux a inscrit dans ses statuts : « Les Centres d'animation sont des équipements de proximité à vocation sociale et culturelle globale ». C’est sans doute l’une des difficultés les plus manifestes : affirmer un projet associatif « global » à l’encontre de la parcellisation des politiques publiques. L’animation socioculturelle œuvre pour le sens d’un projet lui-même porteur de maints projets. Comment relier de multiples actions et « dispositifs » à un projet global ?

Un budget pour piloter

23Enfin, et je clôturerai ainsi ce premier temps, l’animation socioculturelle œuvre avec l’argent des autres. Nous pourrions là aussi développer toute une argumentation et nous interroger. Quelles sont ses sources de financement et pourquoi ? Les animatrices et les animateurs socioculturels sont-ils suffisamment formés pour gérer ? Quelle gestion analytique, pour quelle transparence ? Quelle est donc cette ineptie de ne pas considérer comme un tout, les objectifs, les actions et les moyens humains et financiers qui rendent possible un projet ? Une association peut-elle avoir la capacité de porter un projet global et de le développer sans être subventionnée au titre de son fonctionnement ? Bien sûr que non. Un projet est piloté : une direction, une administration, une gestion. La Mairie de Bordeaux à titre principal, la Caisse d’allocations familiales et le Conseil général de la Gironde dans de moindres mesures accompagnent le pilotage des centres d’animation de Bordeaux au titre de subventions de fonctionnement.

Le politique au pluriel

24Notre deuxième temps porte sur le sens d’élargir « le politique » au pluriel : « des politiques publiques ». Permettez-moi d’insister sur le nombre des acteurs, des décideurs concernés, leurs champs d’intervention et influences respectives. Pourrions-nous nous entretenir des rapports de l’animation socioculturelle « au politique » au singulier, sachant la multiplicité et la complexité des politiques publiques qui nous financent avec l’argent des contribuables ? Pourrions-nous parler du politique sans dissocier les élus, les administrations ? Comment s’informent les élus auprès de leurs administrations ? Comment les administrations retiennent les informations à porter à la connaissance des élus ? Quels sont les acteurs dans les collectivités locales, les services de l’Etat ? Qu’en est-il des institutions telles que les Caisses d’Allocations Familiales ? Quelles stratégies face à des commandes de projets « clefs en main », de prestations de services, au risque d’être instrumentalisés ? Que de dérives en ce sens ces dernières années… Comment l’animation socioculturelle s’y retrouve-t-elle dans les mille-feuilles administratifs et financiers, les morcellements des appels à projets, l’ingénierie des dispositifs de financement contractualisés, cloisonnés, des représentations et des délégations : jeunesse, vie associative, action sociale, action culturelle, politique de la ville, éducation, sports, relations internationales,… ? Une des réponses, selon mon expérience, serait d’avoir des élus et des administrations formés, pensant et agissant en connaissance de cause, compétents en termes d’animation socioculturelle. Hélas, cela n’est pas toujours le cas ! Nous devrions tout aussi nous entretenir de la politisation de certains pouvoirs publics… Comment l’animateur et l’animatrice socioculturels se positionnent-t-ils face à des administrations et/ou des institutions « politisées », au sens des partis politiques ? La même question se pose pour ce qui concerne les associations d’animation socioculturelle. La neutralité politique au sens des partis, hormis à l’évidence les extrêmes, me semble la seule voix possible.

Quelle culture de l’évaluation ?

25Pour ce qui concerne l’évaluation, quels retours des bilans d’actions pour les animatrices et animateurs socioculturels ? Des centaines de dossiers de projets, de bilans, justifient des millions d’euros. Des évaluations en présence des animatrices et des animateurs socioculturels faciliteraient la compréhension du métier. Quelles sont les compétences des évaluateurs ? Sur le terrain, le travail reste aussi à opérer. Quelle culture de l’évaluation pour mesurer les résultats dans l’animation socioculturelle ?

Non aux territoires

26La territorialisation des politiques publiques cantonnent des personnes dans tel ou tel territoire. De quelle mixité parlons-nous ? Nous rassemblons-nous sur des critères géographiques ? Ou bien sur des intérêts communs ? L’association des centres d’animation de quartiers de Bordeaux a beaucoup œuvré ces dernières années pour la mobilité des personnes, entre les différents quartiers de Bordeaux. Cette question à elle-seule pourrait faire l’objet de toute une argumentation. Les rencontres ne vont pas de soi. Quels intérêts pour des habitants de Bordeaux sud, de rencontrer des habitants de Bordeaux nord, de Bordeaux centre, de la rive droite ? Et pourtant, lorsque ces rencontres sont créées, entretenues, entre des bénévoles de différents quartiers, beaucoup de femmes, d’hommes, de jeunes filles et garçons, redemandent à l’association d’organiser ces rencontres improbables. Les personnes s’associent à partir de valeurs, d’orientations communes, d’être riches de l’autre.

Une ecole de citoyenneté

L’indépendance dans l’inter dépendance

27Notre troisième temps se veut « rassembleur », nous défendons l’idée de co-construire des projets avec des associations d’animation socioculturelle, des pouvoirs publics, des personnes, des partenaires, pour une école de la citoyenneté portée par les associations et les pouvoirs publics. N’est-ce pas ce maillage complexe de parties prenantes qui est garant de notre démocratie ? Le président de l’association des centres d’animation de quartiers de Bordeaux, Marc Lajugie, parle « d’indépendance dans l’interdépendance ». J’apprécie la formule. Quelles sont les responsabilités partagées en termes de gouvernance et de pilotage de projets socioculturels ? Quelles compositions pour les conseils d’administration des associations d’animation socioculturelle ? Les centres d’animation associent des citoyennes et des citoyens bénévoles, des élus, des institutions, des personnes morales. Le projet associatif est de fait co-construit, à partir des valeurs et principes de l’association et de ses orientations pédagogiques, elles-mêmes intégrant des convergences avec les orientations de la ville, du département, de la Caisse d’allocations familiales, des services de l’Etat…

28Et je peux vous assurer que le projet reste indépendant du politique, au sens des partis. Je dis souvent aux animatrices, aux animateurs, au personnel, aux milliers d’adhérents que notre projet serait à l’évidence identique dans le cas d’un changement de majorité municipale. Si c’était le cas, nous ne devrions rien changer. C’est selon moi l’un des indicateurs les plus pertinents pour affirmer notre indépendance, notre pluralisme, notre neutralité. C’est, je le crois, lié aux valeurs que nous portons, et qui sont indiscutables, car défendues au plus haut niveau, des valeurs universelles. C’est cela qui nous permet de contractualiser des partenariats avec des collectivités de sensibilités politiques différentes.

Pour quels idéaux ?

29Enfin, quel métier peut se valoir aujourd’hui de porter haut et fort des idéaux, des utopies, tels que l’animation socioculturelle ? Nous ne confondons cependant pas les termes. Notre utopie va à l’encontre des idéologies, des doctrines de tous bords. Cela est notre conception.

30Notre projet associatif comprend des idéaux de respect, de citoyenneté, de laïcité.

Le respect

31« Le respect des autres et de son environnement implique au préalable le respect de soi. Il s’agit de consolider l’estime de soi par la valorisation et la reconnaissance de la place de chacune et de chacun. Il s’agit aussi de mettre en place des actions collectives prenant en compte les individualités en respectant le potentiel et la personnalité de chacun. Le respect des autres est favorisé par la mise en place d’actions plurielles de sensibilisation visant à la découverte de l’autre dans sa richesse, sa différence, en mettant en avant les points communs. L’association participe activement à lutter contre le sexisme, rappelant l’égalité des droits des hommes et des femmes ».

La citoyenneté

32« La mission de l’association est bien de contribuer à l’émergence d’une conscience citoyenne et de l’esprit critique, en particulier pour et avec les enfants et les jeunes. C’est permettre à chacune et à chacun de trouver sa place au sein de son quartier, de sa ville, de la société en général, c’est comprendre pour les personnes qu’elles peuvent s’engager pour agir au sein de la société. L’association retient l’importance de l’information, condition préalable pour que chacun puisse être acteur et inscrit dans une démarche de participation. La concertation est au cœur du projet de l’association. Basée sur la liberté d’expression et d’opinion en référence aux valeurs et principes portés par l’association, elle suppose des échanges, des confrontations, elle permet de prendre des décisions, de trouver des consensus, des terrains d’entente et d’accepter des dissensus ».

La laïcité

33« Le principe de laïcité va dans le sens de lutter contre toute forme d’obscurantisme, de communautarisme, de discrimination, d’exclusion et d’injustice. La laïcité est un principe universaliste d’organisation de la cité, celui de la séparation, qui émancipe l’ensemble des institutions publiques, et tout d’abord l’État, des Églises, tout en libérant celles-ci de toute ingérence politique. Le mot qui désigne le principe de laïcité fait référence à l’unité du peuple, en grec le laos, telle qu’elle se comprend dès lors qu’elle se fonde sur trois exigences indissociables : la liberté de conscience, irréductible à la seule liberté religieuse, qui n’en est qu’une version particulière, l’égalité de traitement de tous les citoyens quelles que soient leurs convictions ou leurs options spirituelles, et la visée de l’intérêt général, du bien commun à tous, comme seule raison d’être de l’État.

34Pour donner à ces trois valeurs une garantie institutionnelle forte, la laïcité affranchit la sphère publique de toute emprise exercée au nom d’une religion ou d’une idéologie particulière. Elle la préserve ainsi de tout morcellement pluriconfessionnel ou communautariste, afin que tous les hommes et les femmes puissent s’y retrouver. La laïcité fait appel à la responsabilité individuelle et collective. En ce sens, l’association permet aux personnes de prendre des responsabilités. La laïcité, c’est aussi sensibiliser les uns et les autres à mieux se comprendre et ainsi s’enrichir de la diversité de l’autre (pluralisme) ».

35Au-delà des valeurs et principes essentiels cités, l’association partage les valeurs de la Charte fédérale des centres sociaux et socioculturels de France. Sept centres sont agréés par la Caisse d’allocations familiales de la Gironde. Cette charte retient la dignité humaine (accueillir tous les habitants en refusant tout préjugé), la solidarité (affirmer la primauté du « vivre ensemble » sur le chacun pour soi – l’engagement collectif est supérieur à la somme de chaque individu), la démocratie (elle donne des droits à chacun et elle crée des devoirs, le premier d’entre eux consistant à respecter le droit des autres).

36Affirmer ces valeurs donne du sens à toutes les actions menées en contact étroit avec la réalité, à l’échelle et à la mesure de chacune, de chacun.

37« L’association des centres d’animation de quartiers de Bordeaux est agréée « éducation populaire ». Elle concourt « à la constante transformation de la société en contribuant à construire des alternatives éducatives, sociales, culturelles dans lesquelles les individus sont coauteurs de leur devenir ».

Conclusion

38Nous retiendrons en conclusion, nous avons largement insisté en ce sens, l’importance des valeurs et des principes inhérents pour les centres d’animation de Bordeaux à l’animation socioculturelle professionnelle. C’est bien à partir de ce cadre éthique que se définissent ses « rapports au politique », et que se co-construisent des projets porteurs de sens avec les pouvoirs publics et de nombreux partenaires. Nous retiendrons tout autant l’estime et la reconnaissance des personnes, en particulier des bénévoles engagés avec les professionnels. Ne sommes-nous pas en définitive chacune et chacun responsables du bon vivre ensemble dans et pour notre vie citoyenne ?

© Carrières Sociales Editions, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540