Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Animation, vie associative, des acteurs s'engagent

 | 
Luc Greffier

Conclusion

Pascal Tozzi

Texte intégral

1L’animation socioculturelle, et plus largement les organisations associatives qui lui servent parfois de creuset, participent à une dynamique faite d’interactions, de rétroactions, et à une dialogique active où le rôle des acteurs et des opérateurs reste au centre des interprétations, des co-constructions et des projets en actes. Les approches à la fois théorique et empirique, inductive et déductive présentées dans cet ouvrage, visent à montrer comment l’animation et les pratiques qu’elle initie sont indissociables des enjeux contemporains spécifiques qui interrogent les processus collectifs de participation, de capacitation, d’empowerment.

2Dans ces processus, l’animation ouvre encore des espaces où, malgré les contraintes, les ressources de la liberté peuvent être présentes dans les têtes de ceux qui y participent et avoir un impact concret sur l’action collective. Potentiellement inventive, l’animation est imaginative, parfois encore irrespectueuse de l’ordre établi. C’est en ce sens qu’elle est un désordre fructueux, un appel à une re-contractualisation, c’est-à-dire à un autre ordre social, plus juste, plus démocratique et aussi plus festif.

3L’animation est aussi un lieu d’expérimentation culturelle, préoccupée par les contingences de l’histoire réelle et des nécessités de la conjoncture ; l’animateur un stratège, un acteur de la praxis, lucide et persévérant dans l’élaboration constructive et participative du contrat collectif et social.

4Historiquement et idéologiquement positionnés dans les territoires, qu’ils soient ruraux ou urbains, sur les registres du renforcement de la citoyenneté, de la participation et du « vivre ensemble », mais aussi parce qu’ils se situent de façon routinière, à l’interface entre les sphères politico-administratives et le public, les animateurs professionnels et les acteurs associatifs sont souvent impliqués dans les dynamisations participatives en raison de leur capacité potentielle à répondre localement à la demande institutionnelle de dispositifs rapidement exportables et adoptables dans les stratégies de transformation socio-spatiale durable. Cela ne va certes pas sans quelques ambigüités, la figure de l’« expert-militant » socioculturel manifestant dans ce contexte quelques tensions structurelles : d’un côté, l’animateur identifié comme « professionnel de la participation » travaille à l’acceptabilité des projets et joue un rôle de « facilitateur » entre la puissance aménageuse et les populations, non sans un risque d’instrumentalisation ; de l’autre, socialement engagé auprès des habitants du quartier, il travaille à l’agrégation, à la structuration des revendications et de la capacitation, voire des mécontentements, redonnant une teinte contestataire, pour ne pas dire parfois « sainement conflictuelle », aux processus d’appropriation et d’adaptation du cadre de vie.

5Dans le cadre du remodelage d’un contrat contemporain inéluctable au vu des enjeux actuels, les thématiques de l’intervention ou de la transformation sociales sont au cœur des processus de renégociation commune au carrefour du « vivre-ensemble » en mutation et de l’inévitable contrainte de « faire société ». Celle-ci se déploie dans ce contexte de reformulations des problèmes autour d’enjeux plus ou moins inédits (multiculturalisme, ethnicité, genre, etc.) ; en même temps, elle se diffuse dans des espaces et « tiers espaces » où peuvent aussi se cristalliser certains problèmes récurrents : inégalités socio-spatiales, désaffiliation, marginalisation, nouvelles pauvretés, etc. Ainsi, à la croisée des problématiques de territorialisation, de transformation sociale et d’adaptation, l’animation socioculturelle ressort en analyseur privilégié de réalités sociales qui mettent en lumière les incertitudes, les conflits, les fragilités, mais aussi les possibles du contrat et de ses (re)définitions collectives.

  • 125 « Au sujet du sapiens », J. Thomas (dir.), Introduction aux méthodologies de l'imaginaire, Ellipse (...)

6Dans cette perspective, l’animation socioculturelle peut aussi valoriser et structurer une contre-expertise populaire valant forme d’empowerment qui les place en situation de surveillance, de veille programmatique à l’égard des projets et de leur réalisation. Ainsi, la tendance institutionnelle à vouloir gouverner la « mise en participation » et à maintenir ses processus/dispositifs dans des formes domestiquées, n’empêche pas systématiquement l’émergence de configurations actorielles plus ouvertes et plus actives qui créent finalement des espaces, des opportunités socioculturelles et collectives propices à l’investissement citoyen autour d’une « adaptation à soi », au-delà de la simple acceptation d’une « adaptation de soi ». Dans ces processus de co-ajustement où se jouent les modalités innovantes d’un contrat social en renégociation permanente, la praxéologie socioculturelle prend tout son sens d’activateur des énergies citoyennes, de catalyseur et d’approfondissement des dimensions émancipatrices de la démocratie participative. En ce sens, cet ouvrage redit, si besoin était, que l’animation a bien sa partition à jouer et ses positions à tenir, dans un contexte où les adaptations sociétales ressortent en produits éminemment transactionnels. Dans la construction d’un « ordre négocié », entre contrôles et résistances, l’animation socioculturelle confirme l’intérêt de son apport, du sens citoyen et démocratique de son action, mais aussi de son éthique qui exige l’ouverture permanente, créative et collective, de ces lieux féconds et périlleux d’humanité, étroits et inconfortables, « où s’organise tant bien que mal l’ébauche d’une liberté, sorte de danse fragile sur le volcan, entre deux précipices, mais sur une crête d’où la vue porte aussi loin qu’il est possible125 ».

Notes

125 « Au sujet du sapiens », J. Thomas (dir.), Introduction aux méthodologies de l'imaginaire, Ellipses, 1998, p. 134

Auteur

Maître de conférences HDR, IUT Bordeaux Montaigne, UMR ADESS n° 5185 du CNRS, président du Réseau International de l’Animation (RIA)

© Carrières Sociales Editions, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540