Version classiqueVersion mobile

Animation, vie associative, des acteurs s'engagent

 | 
Luc Greffier

Du recrutement à la gestion de carrières des bénévoles, un non sens associatif ? – Projet de recherche –

David Ospital et Cendrine Templier

Texte intégral

Introduction

1Cet article a pour objet de présenter la démarche engagée, par Surfrider Foundation Europe, association de protection du littoral, avec le Centre de Recherche et d’Etudes en Gestion (CREG) de l’université de Pau et des Pays de l’Adour (UPPA), sur la période 2012-2015, sur le projet de recherche : « Comment garder le sens de l’action bénévole face à la nécessaire professionnalisation des ONG – Etude de cas Surfrider Foundation Europe ».

2Surfrider Foundation Europe (SFE) a une stratégie et une politique unique et efficace en matière d’action bénévole pour permettre aux usagers et citoyens de prendre part à la concertation et aux actions locales de protection du littoral (Lorsch & Allen, 1973). Suite au Grenelle de l’environnement et au Grenelle de la mer, auxquels elle a activement participé, SFE souhaite déterminer la meilleure manière de créer un cadre propice à la participation de la société civile et de ses bénévoles à la gestion du littoral. Aussi SFE avec le CREG se demande, aujourd’hui, à travers ce travail de recherche, comment professionnaliser cette action bénévole, pour la rendre plus efficace, sans en tuer le sens et la motivation.

3Nous proposons de présenter la méthodologie ainsi que les enjeux et le contexte de cette recherche qui vise à s’interroger sur la stratégie mise en œuvre par l’association SFE pour élever le niveau d’engagement et d’expertise des citoyens qui la rejoignent pour devenir bénévoles.

4Dans un premier temps, nous travaillerons à comprendre les enjeux de l’acte social de bénévolat au sein des organisations. Nous commencerons par éclairer notre objet de recherche en abordant les processus de motivation, d’engagement et de construction du sens qui amène un individu à donner de son temps.

5Puis nous regarderons l’impact de la professionnalisation et de l’institutionnalisation des structures associatives sur le bénévolat. Nous essaierons de voir si un modèle d’organisation permet de favoriser un parcours bénévole ou encore de développer une gestion des « carrières bénévoles » sans aller à l’encontre de ce qui a suscité, au départ, l’engagement (Simonet-Cusset, 2004).

6Ensuite nous préciserons le cadre méthodologique de la recherche et pourquoi nous avons choisi de travailler dans le cadre d’une recherche action.

7Enfin nous présenterons le cas de l’association SFE et ses problématiques spécifiques et nous tenterons de voir en quoi ce cas propose une réflexion utile pour les structures travaillant avec les bénévoles.

1/ Gérer l’engagement bénévole

8Pour aborder notre question de recherche sur la professionnalisation des associations et de l’activité bénévole, il nous semble pertinent de comprendre deux phénomènes en présence dans la gestion de l’engagement bénévole. D’une part ce qui se passe au niveau de l’individu et qui l’amène à devenir bénévole et d’autre part ce qu’il se passe lorsque cet individu rejoint une organisation avec ses modes de gestion.

a/ Comprendre l’engagement bénévole à l’échelle de l’individu

  • 106 Origine étymologique du mot vient du latin « benevolus » bonne volonté
  • 107 Cette étude a été portée par le programme de recherche de l'université Johns Hopkins (Baltimore, E (...)

9Il est important de commencer notre propos en définissant ce que nous entendons par « bénévolat » ou encore « être bénévole ». En effet, si cette notion est communément utilisée dans le langage courant et semble simple, il s’avère assez complexe d’en définir le périmètre. Nous retiendrons que ce concept est relatif à une action, un travail ou une activité gratuite que l’on exerce de bonne volonté106. Plus généralement, lorsque l’on parle de bénévolat, on s’intéresse au bénévolat associatif dit formel qui peut se définir comme « une action libre sans rémunération pour la communauté » (Ferrand-Bechmann, 2002). A la notion de « bénévolat » est souvent associée la notion de « volontariat ». Ces deux notions pourtant différentes ont en commun la liberté (engagement de son plein gré), le désintéressement (gratuit pour le bénévolat, une indemnité journalière pour le volontariat), un engagement au profit des autres (ni sa famille, ni ses amis), dans l’intérêt général, souvent dans un cadre organisé. Par ailleurs, une étude internationale d’envergure impliquant plusieurs pays a relancé une importante littérature sur la quantification, la caractérisation et l’évaluation économique de l’activité bénévole107. Pour comprendre ce fait social nous questionnerons le bénévolat au regard d’autres concepts comme la motivation, la notion d’engagement ou encore la question de la construction du sens.

10La motivation est une phase préalable à toute action et se définit comme un état psychologique qui pousse à agir. Nous ne détaillerons pas ici la très abondante littérature sur les nombreuses théories produites sur le sujet [(Vroom, 1964), (Herzberg et al., 1959), (Adams, 1965), (Locke, 1968), etc.]. Il nous semble important de revenir sur les fondamentaux de ce qu’est la motivation et de comprendre en quoi ce concept nourrit notre réflexion sur le bénévolat. Notamment la motivation peut se définir comme « le construit hypothétique utilisé afin de décrire les forces internes et/ou externes produisant le déclenchement, la direction, l’intensité et la persistance du comportement » (Vallerand & Thill, 1993). Lewin rappelle que « la motivation à elle seule n’est pas suffisante pour conduire au changement » (Lewin, 1947). Ce dernier présuppose un lien entre motivation et action. On peut donc considérer qu’un bénévole est intrinsèquement motivé puisqu’il passe à l’action lorsqu’il rejoint une structure pour agir et donner de son temps.

11L’engagement est le lien qui existe entre l’individu et ses actes (Kiesler, 1971). Kiesler montre que seuls les actes nous engagent ; il utilise d’ailleurs le terme d’« actes comportementaux ». Ainsi nous ne serions pas engagés par nos idées ou par nos ressentis, c'est-à-dire ce qui est « interne », mais plutôt par nos conduites effectives, notre comportement. Par ailleurs il y a acte d’engagement s’il y a un comportement préparatoire. Ainsi engager une personne dans un cours d’action suppose donc qu’on obtienne d’elle un premier comportement que Joule et Beauvois ont appelé comportement préparatoire. Pour qu’il soit efficace, un certain nombre de conditions doivent être remplies (dites conditions d’engagement). Ces conditions concourent à un même effet qui est l’appropriation de l’acte par les personnes (Beauvois & Joule, 1998). Le degré d’engagement d’un individu dépend donc de plusieurs facteurs :

  • le sentiment de liberté perçu par le sujet dans la production de son comportement. Plus le sujet a le sentiment d’être libre, plus il est engagé dans l’acte. Ainsi, lorsqu’un comportement est obtenu par pression externe (cadre professionnel, etc.) le sujet explique son acte par la pression et non par une cause interne relevant de sa motivation propre ;
  • le caractère public de l’engagement. Plus un comportement est émis en public plus il est engageant. ;
  • le nombre d’actes engageants. On a d’autant plus de probabilité de réaliser un acte que l’on a déjà accompli cet acte par le passé. Ainsi il est difficile pour un individu de nier ou de ne pas refaire ce qu’il a déjà réalisé ;
  • le caractère irrévocable de l’engagement. Dans le même ordre d’idée, accomplir un acte dont il est difficile de faire marche arrière est forcément plus engageant ;
  • Le coût de l’acte. Un acte est d’autant plus engageant qu’il est coûteux (en argent, en temps, en énergie, etc.) ;
  • l’importance du comportement pour le sujet.
  • 108 Cette question d’engagement a été d’ailleurs beaucoup traitée par le secteur d’activité de la sant (...)

12Par ailleurs Joule et Beauvois ont largement exploité ce sujet et proposé la théorie de la « soumission librement consentie » (Beauvois & Joule, 1998). Cette notion d’engagement est cruciale pour le bénévole et les structures qui les sollicitent, car il traite bien du passage à l’acte. La question est bien, pour les structures et le bénévole, de transformer une envie, une motivation en actions concrètes108.

13Enfin la question du sens nous semble être un point clé de notre réflexion pour comprendre ce qui se passe au niveau d’un individu bénévole. Weick parle de l’élaboration du sens (sensemaking ; Weick, 1995). L’élaboration ou encore la construction du sens est un phénomène continu. Il le décrit en effet comme un processus d’interprétation et d’adaptation continu. L’élaboration du sens est aussi affaire de récursivité. Ainsi séparer la pensée de l’action ne peut conduire l’acteur de la situation qu’à manquer l’essentiel. Egalement Weick propose la notion d’« enactment » ou encore de rétrospection qui s’inscrit dans la tradition interactionniste où l’acteur produit autant l’environnement qu’il est produit par lui. Chez Weick l’importance du projet par rapport à l’objet le conduit à accorder une place privilégiée à l’élaboration rétrospective du sens (Weick, 1979). On peut garder l’idée que l’activité précède et participe à la construction du sens (Weick, 1995). Ainsi pour tous les individus y compris les bénévoles, la construction de sens s’opère après la réalisation de l’action. La réalisation de l’action est déterminante pour les structures et les bénévoles car agir engage et est source de sens. L’orientation de l’action, le cadre de réalisation et le contexte de l’action ainsi que l’accompagnement pour réaliser l’action sont déterminants dans le processus d’élaboration de sens. Concernant la structure et les bénévoles, c’est cette construction de sens qui sera déterminante ou non de la continuité de leur engagement réciproque. Autrement dit la question de la durée de l’engagement sera déterminante aussi pour les organisations.

14Ces différentes notions nous permettent de mieux comprendre ce qui motive un individu, l’amène à s’engager et à donner de son temps. Nous proposons de résumer dans la grille de lecture, figure 1 ci-après, le processus qui amène un individu à devenir bénévole en partant des étapes, décrites plus haut, qui nous semblent clés. On identifie trois étapes : une phase préalable à l’action liée à la motivation de l’individu, une phase de « passage à l’acte » qui correspond à l’engagement de l’individu, la phase de réalisation de l’action, immédiatement suivi d’une phase de création de sens pour l’individu, puis un retour à la phase de motivation nécessaire pour continuer le processus et l’inscrire dans la durée.

Figure 1 : Processus individuel de l’engagement bénévole

Figure 1 : Processus individuel de l’engagement bénévole

b/ Au cœur de la relation bénévole organisation : la question fondamentale du don

15On ne peut parler de bénévolat sans aborder la question du « don ». En effet le bénévolat se définit avant tout comme un don de temps et un don de soi. Mauss démontre dans ses travaux le caractère « universel » du don. Il note qu’il est obligatoirement suivi d’un contre-don selon des codes pré établis (Mauss, 1950). Ainsi don et contre-don, articulés autour de la triple obligation de « donner – recevoir – rendre » créent un état de dépendance qui favorise et régénère le lien social. L’acte de donner lie celui qui donne et celui qui reçoit en créant une dette dans le temps (Godbout & Caillé, 1992). C’est la dette qui maintient le lien social actif. Caillé dit encore que « le don est le moyen par lequel se noue le pacte associatif » (Caillé, 1998). Ainsi, le bénévole est dans un processus de don qui s’inscrit dans une logique de lien social et de valeur d’appartenance (Godbout, 2002). Le bénévole et la structure associative qui accueille le « don de temps » sont inscrits dans cette logique de triple obligation et de contre-don. Il est important de souligner que les faits sociaux « d’engagement » et de « don » existent et sont d’autant plus forts qu’ils s’expriment dans un contexte de liberté. A partir du moment où le bénévole passe à l’action et rejoint une structure (associative, etc.), il rejoint aussi une organisation, ou autrement dit des règles, des processus, un cadre d’exécution de son mandat bénévole. Autant de contraintes qui si elles ne le soumettent pas à subordination, du moins formellement, amputent d’autant son sentiment de liberté. Cette dimension est à prendre en compte par les organisations qui accueillent des bénévoles.

16L’analyse de ces différents concepts a permis de mieux comprendre ce qui se passe au niveau de l’individu lorsqu’il souhaite devenir bénévole et s’engager. Essayons maintenant de comprendre ce qui se passe au sein de l’organisation qui accueille et gère l’activité bénévole.

c/ Comment les structures associatives gèrent-elles l’engagement bénévole ?

  • 109 On fait référence ici au mécénat de compétence dans le cas particulier où les entreprises envoient (...)

17L’activité bénévole est consubstantielle des structures associatives. Les bénévoles sont fondateurs de l’objet statutaire des associations et sont souvent au cœur de leur logique d’activité. L’activité bénévole est aussi présente au sein d’autres organisations comme les syndicats, les partis politiques ou encore les entreprises via le mécénat109. Une partie de notre travail de recherche devra éclaircir si le mode de gestion à mettre en œuvre auprès de la ressource bénévole dépend de l’objet et du contexte de la structure d’accueil ou du public bénévole à proprement parler qui en est bénéficiaire.

18Nous nous concentrerons sur les structures associatives qui représentent le plus gros vivier d’organisation accueillant de l’activité bénévole en nombre et en volume. Ces structures associatives ont connu ces vingt dernières années de profondes mutations. On constate qu’elles ont évolué d’un rôle de « lanceur d’alerte », d’organisations spontanées, vers celui de force de propositions porteuses d’une expertise et membres constitutifs des instances de consultations et de décisions (ONU, GIEC, Grenelle de l’environnement, etc. ; Doucin, 2007). Ces organisations ont évolué dans leur posture et ont fait l’objet d’un processus que l’on peut qualifier de professionnalisation ou encore d’institutionnalisation. Demoustier précise que cette évolution a eu un impact sur le bénévolat en rappelant que « l’autonomie du bénévolat par rapport au militantisme s’est affirmé au fur et à mesure du renforcement du rôle de gestionnaire des associations et de la division du travail en leur sein, le salariat et la professionnalisation supplantant les fonctions politiques et revendicatives » (Demoustier, 2002). On comprend que la spontanéité, l’engagement, la liberté d’association, trois piliers qui sont aux fondements de tels mouvements, se retrouvent aujourd’hui contraints, et mis, peut-être même, au service d’un cadre organisationnel d’atteinte d’objectifs et de résultats. On peut dire que les transformations qui ont accompagné les associations les amènent à structurer leur mission dans un cadre plus normatif et plus institutionnalisé. Ce mode de fonctionnement n’est pas sans impact sur le bénévolat.

  • 110 Godbout présente une réflexion sur l’idéologie néolibérale et le modèle productiviste qui l’accomp (...)

19Rappelons que le bénévole est dans une logique de don et d’engagement qui est intrinsèquement associée à un contexte de liberté (Beauvois & Joule, 1998). Ainsi quel mode de gestion les structures associatives peuvent-elles proposer pour respecter les fondements de l’acte bénévole sans perdre de vue les dernières transformations dont les associations font l’objet ? Le risque pour les associations dans leur approche rationnelle et gestionnaire de leur mission serait de considérer le bénévolat comme un produit (Godbout, 2002)110, ce qui irait à l’encontre de ce qu’est le don. Ainsi le paradoxe des associations réside dans le fait qu’elles doivent simultanément professionnaliser leur activité donc rationaliser, rentabiliser l’activité bénévole et en même temps attirer de nouveaux volontaires en proposant un projet attractif pour ce public. Le bénévole à travers son « don de temps » cherche à se relier, à faire partie de quelque chose de plus vaste ; il est dans une approche symbolique, alors que les structures associatives cherchent à atteindre un objectif. Cette évolution des associations vers plus de professionnalisation les incite à utiliser les leviers de gestion des ressources humaines classiques et nous amène à interroger notre objet de recherche avec ces nouveaux concepts. En effet, pour atteindre leur objectif, les organisations font appel à des leviers de GRH pour « fidéliser » les bénévoles ou développer leur « leadership ». Egalement, elles contractualisent l’engagement bénévole pour délimiter le mandat d’action donné aux bénévoles, ce qui pose des problématiques de type contrôle ou de confiance (Bouquin, 1994 ; Zand, 1972). On comprend que la professionnalisation porte la pression sur le résultat et pas sur la création de lien social.

20Nous avons abordé la question du sens au niveau de l’individu. Ici l’objet est de comprendre en quoi une organisation est productrice de sens ou plutôt comment la question du sens est une co-construction entre l’individu bénévole et l’organisation. Weick apporte des éléments de réflexion, non sur l’organisation à proprement parler mais sur les processus au travers desquels la réalité organisationnelle prend forme ou s’effondre. Il explique que ce sont ses actions et non pas ses plans qui causent le succès ou l’échec de l’organisation. C’est bien la construction du sens qui fait le lien entre l’engagement bénévole et l’organisation. Se pose alors la question d’étudier comment les structures associatives gèrent leur approche paradoxale de l’activité bénévole en la rationalisant d’un côté et en promouvant l’attractivité de l’autre ? Et plus spécifiquement quels modes de gestion peuvent-elles mettre en place pour gérer la ressource bénévole ?

21Nous proposons une grille de lecture, figure 2 ci-après, sur les différentes formes de bénévolat au sein des structures accueillant des bénévoles. Il s’agit de comprendre les différentes étapes et processus souhaités par les organisations. Les associations cherchent à attirer des bénévoles (phase de recrutement), puis à les conserver dans leur réseau (phase de fidélisation) afin de capitaliser leur expérience et enfin les amener à prendre des responsabilités (phase de leadership). Autrement dit, les associations cherchent à créer un parcours bénévole voire à développer des « carrières bénévoles » pour reprendre le vocabulaire utilisé en gestion des ressources humaines dans le cadre salarié.

Figure 2 : Gestion de l’engagement bénévole dans une structure professionnalisée

Figure 2 : Gestion de l’engagement bénévole dans une structure professionnalisée

22Ce schéma formalise trois catégories de bénévoles en fonction de leur degré d’engagement et de motivation (Prouteau & Wolff, 2004 ; Simonet, 2010) :

  • le bénévole occasionnel qui vient pour la première fois, ou encore le bénévole participant ponctuellement aux activités en fonction de sa disponibilité. Il a déjà fait un grand pas en passant à l’acte mais ne souhaite pas prendre de responsabilités trop importantes. Il est plutôt suiveur ;
  • le bénévole régulier qui participe régulièrement aux activités, et partage son expérience avec les autres. Il est force de proposition et contribue à construire le projet. Il relaie vers d’autres bénévoles ou d’autres publics les actions, les projets. Il a un rôle de prescripteur ;
  • le bénévole leader qui recherche ou qui a une certaine aisance avec la responsabilité et le leadership. Il décide, il assume pour le groupe de bénévoles autour de lui, peut assurer un rôle de représentation. Il a un rôle « leader ».

23Nous nous poserons la question de savoir si ces bénévoles, qui ont un rôle différent au sein des structures associatives, sont tous dans la même logique de « don », « d’engagement », de « motivation » et de construction du sens ?

2/ Présentation de la méthodologie de la recherche et du cas Surfrider Foundation Europe

a/ Contexte de l’étude et choix de la méthodologie

24L’association SFE arrive à un moment critique de son développement car elle ambitionne d’étendre le mandat donné aux bénévoles dans ses représentations locales bénévoles (antennes bénévoles) et souhaite au préalable prendre le recul nécessaire sur son modèle d’organisation et de gouvernance avant d’entreprendre cette mutation. L’association a déjà eu recours à des travaux de recherche et d’audit sur son activité dans ses différentes phases de développement et a donc une approche que l’on peut caractériser « ouverte » et de remise en question de son modèle de travail propice à ce type de questionnement. Notre recherche s’inscrit dans le cadre d’un doctorat. Nous précisons que le doctorant a été en poste au sein de l’équipe de direction de SFE pendant sept ans avec pour mission d’encadrer et de structurer le développement de l’association et d’assurer la stratégie de mobilisation et de structuration des réseaux bénévoles. Ainsi, ces deux démarches ont amené l’association et le doctorant à formuler une question de recherche autour d’une étude de cas et à l’inscrire dans une recherche action.

25La recherche action (Lewin, 1951) est définie comme une approche originale qui s’appuie sur une articulation entre la théorie et la pratique. Elle permet donc de se trouver dans un processus interactif qui en fait toute la richesse et la complexité. Cette approche méthodologique introduit le chercheur comme participant actif dans le management et la résolution de problèmes d’organisation (Ben Aissa, 2001). Le chercheur est alors impliqué au sein de l’organisation avec des dilemmes d’éthique et d’objectivité évidents. C’est bien le cas du doctorant étant donné sa relation avec l’objet de recherche. Notre travail fera l’objet d’une approche qualitative dans le recueil de données. En effet, notre étude de cas vise à comprendre en profondeur ce qui se joue au sein des différents réseaux bénévoles de l’association et la manière dont elle les accompagne ; aussi l’approche qualitative nous semble la plus appropriée.

26Le contexte de l’étude et le choix de cette méthodologie présentent deux points forts. Le premier est que le doctorant a une très bonne connaissance du terrain de recherche et aura accès à tous les interlocuteurs, documents, informations nécessaires à l’élaboration de l’étude de cas approfondie. Egalement son poste d’observateur privilégié lui donne accès aux partenaires et parties prenantes de l’association et facilitera la mise en perspective de l’objet de recherche. Par ailleurs la posture du doctorant lui permet d’être dans une dynamique de co-construction de la recherche, fondement de la recherche action en ayant l’opportunité d’agir sur l’objet de recherche. L’idée est bien de faire un lien entre la recherche et la pratique concrète afin d’en tirer des enseignements précieux pour SFE d’une part et pour les structures intégrant de l’action bénévole d’autre part.

27Les limites de la méthodologie sont clairement liées au fait que le doctorant peut avoir des difficultés d’objectivité pourtant nécessaire à sa posture de chercheur. Ainsi cette considération de possible conflit d’intérêt peut gêner la crédibilité de la recherche et devra être spécifiquement prise en compte et faire l’objet d’une analyse approfondie.

b/ Présentation du cas : l’association Surfrider Foundation Europe

  • 111 En ce sens SFE se distingue des autres associations et ONG de protection de la nature les plus con (...)

28SFE est une association de protection du littoral européen qui prend en compte la protection de la nature et des usagers. Cette deuxième dimension lui confère un caractère très spécifique dans le milieu des associations de protection de la nature et plus spécialement du littoral qui n’ont pas toujours vocation à concilier le bien-être du milieu et de l’usager. Cette spécificité la place de fait comme une organisation ouverte à la médiation et la concertation ce qui laisse une large place à l’intervention et l’action car elle est dans la construction et la proposition de solutions. Ainsi, la place de l’humain dans son projet la rend attractive pour le public et l’oblige à développer une expertise sociale pour mener à bien sa mission111.

29Une spécificité de l’association est sa capacité à conduire sa mission de protection du littoral entre de l’action locale et de la gestion globale. En effet, elle est représentée dans différentes instances décisionnaires ou de concertation telles que le Conseil National du Littoral, les comités maritimes de façade, les commissions territoriales littorales des agences de l’eau, les réseaux Santé – Environnement, le Conseil Economique, Social et Environnemental, etc. Elle est présente sur toutes les façades maritimes en métropole et Outremer où elle mène des actions sur cinq programmes de travail qu’elle a identifiés comme prioritaires : Qualité de l’eau & santé – Déchets aquatiques – Artificialisation des côtes & impact du changement climatique – Transport & infrastructures maritimes – Patrimoine & vagues.

30Chaque programme de travail fait l’objet de projets structurants supports de la concertation en local, animés par un salarié et avec la participation de bénévoles. Par exemple : sur la « Qualité de l’eau et la santé », l’association mène des réseaux de suivi complémentaire de la qualité de l’eau (Bretagne, PACA, Pyrénées Atlantiques) ; les analyses sont réalisées par le réseau bénévole des « Waterman testeurs ». Sur le programme « Artificialisation des côtes et impact du changement climatique », l’association mène son projet phare « Gardiens de la côte ». Fondé sur le volontariat, les « Gardiens de la Côte » constituent un projet d’actions concrètes invitant chacun à s’impliquer dans la protection du littoral près de chez lui afin de lutter contre tous les types de menaces agressant les écosystèmes côtiers.

  • 112 L’expression « parcours bénévole » est utilisé au sein de SFE dans les réunions stratégiques et n’ (...)

31Ainsi l’association rassemble différents réseaux bénévoles chacun avec son profil, son identité et son domaine d’action. Cette diversité lui permet d’avoir un portefeuille d’actions bénévoles diversifié, attractif et par là même lui ouvre la possibilité de proposer un « parcours bénévole »112. Ce dernier doit permettre aux individus de développer de nouvelles compétences et ainsi leur permettre d’évoluer dans le réseau pour pérenniser leur engagement. Cette dimension très spécifique méritera une réflexion approfondie de la recherche pour identifier, caractériser ces réseaux et en comprendre les leviers d’attraction et de mobilité. Les principaux réseaux qui feront l’objet de la recherche sont :

  • les réseaux d’antennes SFE (groupes constitués représentant officiellement l’association sur le terrain ayant l’autorisation d’utiliser le nom « Surfrider Foundation Europe ») ;
  • les réseaux « Gardiens de la côte »113 (constitués de personnes morales et de personnes physiques) ;
  • les réseaux éducation (constitués de collèges, lycées, centre de loisirs, centre d’aide par le travail, de professeurs ou d’animateurs, etc.) ;
  • les réseaux sportifs (constitués de clubs, d’écoles, de fédérations nationales, fédérations régionales, etc.) ;
  • les réseaux étudiants (constitués d’écoles d’ingénieurs, d’universités, etc.) ;
  • les réseaux « Waterman testeur »114 (constitués de personnes morales et de personnes physiques) ;
  • réseaux de l’e-communauté (constitué de personnes actives via les réseaux sociaux, Internet et les nouvelles technologies de l’information).

32L’association Surfrider Foundation Europe n’a pas échappé aux mutations que connaît le milieu associatif et les organisations non gouvernementales (ONG). Ainsi les problématiques et le questionnement évoqués plus haut sur les structures associatives dans le cadre de leur professionnalisation sont autant de préoccupations de notre cas d’étude. La spécificité de SFE se traduit par le type de bénévoles qu’elle peut attirer de par sa mission et son objet statutaire. Les différents réseaux de bénévoles se sont développés spontanément au sein des différents services de SFE. L’association a souhaité professionnaliser cette activité bénévole dispersée et plus ou moins confidentielle en créant en janvier 2012 un service transversal dédié, le « pôle mobilisation ». Il sera donc intéressant d’étudier cette phase de professionnalisation de l’activité bénévole au sein du cas et de comprendre en quoi ce mode de gestion est source d’efficacité ou de perte de sens.

33Notre travail devra donc permettre de comprendre où se situent les bénévoles membres des différents réseaux de SFE, de les caractériser et de comprendre les mécanismes mis en place ou souhaités par l’association pour accompagner et gérer l’engagement de ces bénévoles vers plus d’implication dans le projet associatif. L’objectif sera de comprendre quels sont les leviers favorables à un « parcours bénévole » ou à une « gestion de carrière bénévole » et bien sûr de comprendre les blocages et les limites des modes de gestion mis en place. La figure 3 ci après se propose de présenter comment l’engagement bénévole est géré au sein du cas SFE.

Figure 3 : Gestion de l’engagement bénévole au sein du cas SFE

Figure 3 : Gestion de l’engagement bénévole au sein du cas SFE

34On peut aussi reprendre ce schéma en intégrant les différents réseaux de bénévoles et le nombre de personnes qu’ils représentent (figure 4 ci après). Cette vision permet d’avoir une idée des volumes que cela représente et de comprendre les enjeux pour SFE en termes de gestion de passage vers une implication plus importante au sein de l’organisation.

35n-b 1 : « IO » signifie Initiatives Océanes, la plus grande opération de terrain de l’association, elle permet de rassembler près de 40 000 personnes sur les plages pour permettre aux citoyens de venir ramasser des déchets aquatiques. Deux types de bénévoles sont impliqués ceux qui organisent un nettoyage de plage près de chez eux et ceux qui viennent y participer.

36n-b 2 : Une même personne peut être dans plusieurs réseaux. Ainsi le responsable d’une antenne est logiquement adhérent, abonné à la newsletter et peut tout à fait être actif sur les réseaux sociaux.

Figure 4 : Répartition des bénévoles au sein du cas SFE en fonction de leur engagement et du type d’action qu’ils réalisent pour l’association

Figure 4 : Répartition des bénévoles au sein du cas SFE en fonction de leur engagement et du type d’action qu’ils réalisent pour l’association

37SFE est une association européenne, elle possède des groupes de bénévoles locaux dans treize pays dont des territoires en outre mer. Ainsi la dimension transnationale et interculturelle de l’activité de SFE nous amènera à nous poser la question du périmètre de validité de notre travail. Autrement dit la validité de notre recherche ne se situe-t-elle pas dans un cadre de valeurs partagées (culturelle, historique, etc.) pour les individus ? C'est-à-dire à l’échelle d’un territoire bien défini (dimension nationale, régionale, etc.) qui sera à déterminer.

Conclusion

38Notre projet de recherche sur le cas de l’association SFE met en avant la question relative au processus individuel d’engagement et vise à proposer des modes organisationnels pour répondre à ce processus. Il conviendra de questionner ce modèle dans d’autres structures plus ou moins professionnalisées travaillant avec des bénévoles.

39L’intérêt de cette recherche en Sciences de Gestion, est qu’elle va permettre de dégager des apports théoriques et managériaux sur la ressource humaine bénévole. Egalement elle se propose de réfléchir sur le fond au rôle et à la place des bénévoles au sein des associations en phase de professionnalisation. Ces travaux de recherche s’inscrivent dans un comparatif des différents modèles d’action bénévole développés par d’autres ONG de protection de l’environnement, mais aussi par les entreprises et par la puissance publique au sein desquelles l’on voit apparaître dernièrement un intérêt croissant pour la mobilisation bénévole.

Bibliographie

Bibliographie :

ADAMS, J.S. (1965). Inequity in social exchange. Advances in experimental social psychology.

ARCHAMBAULT, E. (1996). Le secteur sans but lucratif : associations et fondations en France. Economica.

ARCHAMBAULT, E. (2002). Le travail bénévole en France et en Europe. Revue française des affaires sociales. (4). p.p. 11 – 36.

BEAUVOIS, J.-L. & JOULE, R.-V. (1998). La soumission librement consentie. Presses Universitaires de France.

BEN AISSA, H. (2001). Quelle méthodologie de recherche appropriée pour une construction de la recherche en gestion ? In : XIème Conférence Internationale de Management Stratégique. 2001, p. 13 – 15.

BOUQUIN, H. (1994). Les fondements du contrôle de gestion. Presses universitaires de France.

CAILLE, A. (1998). Don et association.

DEMOUSTIER, D. (2002). Le bénévolat, du militantisme au volontariat. Revue française des affaires sociales. n ° 4 (4). p. p. 97 – 116.

DOUCIN, M. (2007). Les ONG : le contre-pouvoir ?

FERRAND-BECHMANN, D. (2002). Le métier de bénévole. Anthropos.

GODBOUT, J. & CAILLE, A. (1992). L’esprit du don. Editions La Découverte Paris.

GODBOUT, J.T. (2002). Le bénévolat n’est pas un produit. Nouvelles pratiques sociales.

HERZBERG, F., MAUSNER, B. & SNYDERMAN, B.B. (1959). Motivation to work. Transaction Publishers.

KIESLER, C.A. (1971). The psychology of commitment : Experiments linking behavior to belief. Academic Press New York.

LEWIN, K. (1951). Field theory in social science : selected theoretical papers (Edited by Dorwin Cartwright.).

LEWIN, K. (1947). Frontiers in group dynamics : concept, method and reality in social science ; social equilibria and social change. Human relations.

LOCKE, E.A. (1968). Toward a theory of task motivation and incentives. Organizational behavior and human performance. 3 (2). p.p. 157–189.

LORSCH, J.W. & ALLEN, S.A. (1973). Managing diversity and interdependence : An organizational study of multidivisional firms. Harvard University, Graduate School of Business Administration, Division of Research.

MAUSS, M. (1950). Essai sur le don (1924). Sociologie et anthropologie. Paris : PUF, Collection Quadrige.

PROUTEAU, L. & WOLFF, F.C. (2004). Donner son temps : les bénévoles dans la vie associative. Économie et statistique. 372 (1). p. p. 3 – 39.

SALAMON, L.M. & ANHEIER, H.K. (1996). The emerging nonprofit sector : An overview. Manchester University Press.

SIMONET, M. (2010). Le travail bénévole : engagement citoyen ou travail gratuit ? La Dispute.

VALLERAND, R.J. & THILL, E. (1993). Les fondements de la psychologie de la motivation. Introduction à la psychologie de la motivation. p. p. 533–582.

VROOM, V.H. (1964). Work and motivation. Wiley New York.

WEICK, K.E. (1995). Sensemaking in organizations. SAGE Publications, Incorporated.

WEICK, K.E. (1979). The social psychology of organising. New York, Random House (première édition 1969).

ZAND, D.E. (1972). Trust and managerial problem solving. Administrative science quarterly. p.p. 229–239.

Notes

106 Origine étymologique du mot vient du latin « benevolus » bonne volonté

107 Cette étude a été portée par le programme de recherche de l'université Johns Hopkins (Baltimore, Etats-Unis) de comparaison internationale du secteur sans but lucratif. Ce programme s’est déroulé en deux phases. Une première phase qui a impliqué 13 pays dont la France de 1990 à 1995. On peut trouver l’étude complète et les résultats dans (Salamon & Anheier, 1996). Les résultats pour la France ont été étudiés par le CES (Archambault, 1996). Une deuxième phase qui a impliqué 28 pays de 1996 à 2000 a eu une approche plus qualitative (Archambault, 2002)

108 Cette question d’engagement a été d’ailleurs beaucoup traitée par le secteur d’activité de la santé. Notamment dans le cas des bénévoles qui font des dons de sang, de moelle osseuse ou d’organes.

109 On fait référence ici au mécénat de compétence dans le cas particulier où les entreprises envoient leurs salariés faire du « bénévolat » au sein d’associations pour une durée bien déterminée.

110 Godbout présente une réflexion sur l’idéologie néolibérale et le modèle productiviste qui l’accompagne et propose une analyse de son impact sur le bénévolat.

111 En ce sens SFE se distingue des autres associations et ONG de protection de la nature les plus connues telles que Greenpeace, France Nature Environnement ou le World Wild Foundation qui n’intègrent pas ou peu la notion d’usager.

112 L’expression « parcours bénévole » est utilisé au sein de SFE dans les réunions stratégiques et n’est pas encore bien définie. Ce concept fait l’objet de réflexion et peut être qualifié comme objet en construction pour l’association.

113 Le réseau « Gardiens de la côte » est constitué de personnes (physiques ou morales) qui se mobilisent pour protéger une zone littorale et à qui l’association autorise selon certaines règles à utiliser son nom pour mener leur action de protection en local. Ces actions peuvent être assez simples comme régler un problème de décharge sauvage de déchet ou très complexes comme empêcher l’implantation d’un port méthanier, ou une plateforme pétrolière.

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Processus individuel de l’engagement bénévole
URL http://books.openedition.org/cse/docannexe/image/294/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
Titre Figure 2 : Gestion de l’engagement bénévole dans une structure professionnalisée
URL http://books.openedition.org/cse/docannexe/image/294/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Figure 3 : Gestion de l’engagement bénévole au sein du cas SFE
URL http://books.openedition.org/cse/docannexe/image/294/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 67k
Titre Figure 4 : Répartition des bénévoles au sein du cas SFE en fonction de leur engagement et du type d’action qu’ils réalisent pour l’association
URL http://books.openedition.org/cse/docannexe/image/294/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 99k

Auteurs

Maître de conférences en Sciences de Gestion, CREG, Université de Pau et des Pays de l’Adour

Doctorante, CREG, Université de Pau et des Pays de l’Adour

© Carrières Sociales Editions, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search