Version classiqueVersion mobile

Animation, vie associative, des acteurs s'engagent

 | 
Luc Greffier

L’animation rurale pour l’émancipation des populations : des perspectives pour le développement du Sénégal

Assane Diakhate

Texte intégral

1Si l’animation socioculturelle est une pratique répandue et largement partagée, ses objectifs et orientations restent tributaires des réalités vécues par les populations des territoires où elle se déroule. Au Sénégal, dans certaines localités, elle a pour terrain opératoire les jeunes et leur espace d’évolution. Elle se propose d’être une école parallèle car remplissant une mission d’éducation non conférée dans les institutions éducatives publiques ou privées. Si on se limite à cette représentation de l’animation il serait possible de la relier à la cible jeunesse. On peut aussi la restreindre à des aspects uniquement culturels et/ou sociaux.

2Pourtant, à y réfléchir de plus près, l’animation peut être conçue à partir de problématiques beaucoup plus larges et elle peut englober les questions de développement tant sur les plans social, culturel mais aussi et surtout économique et politique. Elle s’occupe des questions d’émancipation, de citoyenneté de développement participatif. Les finalités de l’animation sont dans une large part similaire à celle de l’éducation. En s’engageant dans une logique d’émancipation, tout projet d’animation sera politique. Ainsi l’objectif assigné à l’animation par les premiers dirigeants du Sénégal dans l’autonomie (1958/1960) et dans l’indépendance sera l’émancipation des masses paysannes et urbaines. Leur parti-pris se justifie par cette nécessité qui incombe à toute société opprimée de se libérer ; à tout secteur négligé, de se revaloriser.

  • 78 Dia, M (1988) « Le Sénégal trahi Un marché d’esclaves » Selio Paris

3Notre positionnement théorique est tout d’abord politique car, à l’instar de Mamadou DIA (ancien président du conseil) certains projets d’animation sont conçus dans une perspective politique. C’est ce qui pousse DIA à considérer l’animation comme une méthode opératoire de mise en œuvre de son projet de société. Ainsi, il affirme : « Hier, on disposait d’un outil idéologique, le socialisme concret ou en action – d’un outil technique, la planification démocratique ascendante qui va de la base au sommet – et de structures d’encadrement animatrices et formatrices (animation rurale et coopératives) »78.

4L’étude proposée dans cette communication sera d’abord rétrospective, partant des débuts de l’animation au Sénégal à nos jours. Dans cette partie, on reviendra sur la genèse de l’animation et sur ses caractéristiques principales. Ensuite dans une démarche prospective, nous tenterons de jeter les jalons d’une animation pour un Sénégal émergent. Mais il faudra au préalable montrer les limites des actions de développement participatif initiées dans certains projets et programmes nationaux de développement.

1/ Contexte et finalité de l’animation rurale

5L’animation rurale, telle que conçue par Dia, a débuté avec l’application de la loi Cadre qui conférait aux Etats d’Afrique occidentale française, l’autonomie dans la gestion administrative et économique des pays colonisés. En tant que chef de gouvernement Mamadou Dia décide de mettre en œuvre son projet de société. Il faut souligner que l’homme est un socialiste qui entend se démarquer. Il mène un combat pour une libération nationale et pour une affirmation de l’identité culturelle des colonisés. Nous n’avons pas besoin d’y revenir, mais l’on ne peut pas ignorer que le prétexte du colonisateur était qu’il fallait « cultiver ces peuples barbares ». Investi donc de la lourde mission de conduire l’action du gouvernement sénégalais, Dia décide de s’attaquer au système capitaliste et à l’impérialisme qui se traduisent par une oppression des paysans. Ceux-ci, soumis à la culture arachidière imposée par le colon, ne tirent guère profit de leur récolte. Dans ce système, le paysan ignore complètement tous les enjeux liés au commerce de l’arachide, de l’intérieur comme de l’extérieur. Le paysan est complètement noyé dans l’économie dite de traite dominée par les navigateurs. Ils venaient acheter et exporter avec une totale emprise sur les prix qu’ils fixaient au profit des métropolitains et au détriment du pauvre paysan. Les paysans subissaient la loi du traitant qui leur prêtait les semences, leur achetait les récoltes à un prix dérisoire et l’exportait aux huileries basées dans les grandes villes de la Métropole comme par exemple, celle de Marseille. C’est un système d’exploitation du travail où « celui qui est bénéficiaire de cette exploitation n’aura comme loi que de permettre à la force de travail de se reproduire. C'est-à-dire que le prix du travail permette au travailleur d’avoir à manger, de reconstituer ses forces pour pouvoir travailler demain et de pouvoir faire des enfants pour que, lorsqu’il sera vieux et usé, d’autres travailleurs viennent sur le marché dans les mêmes conditions. » (Dia (1988) citant Colin p 119).

6Le paysan était enfermé dans un engrenage. Il était à la merci du traitant à qui il était obligé de vendre sa récolte. Celui-ci reprenait la quasi-totalité des revenus car il lui avait déjà prêté des denrées de première nécessité (huile, pétrole, sucre, etc.).

7Pour Dia, il faut changer ce système. Sa stratégie était de donner le pouvoir au paysan en lui permettant de comprendre et de contrôler ce pouvoir. Car, jusque là, le système est soumis aux puissances extérieures représentées par les traitants. Face à cette situation, Dia avait pour ambition l’unité nationale et l’émancipation du sénégalais nouveau, et pour ce faire, il entreprend un projet « d’animation conscientisation », pour paraphraser Paulo Freire.

8Ici, le rapprochement est possible entre les deux hommes. Pour Freire, il fallait libérer les peuples opprimés en rejetant l’éducation « bancaire » en faveur d’une éducation conscientisante basée sur le dialogue et conjuguée à une « action réflexion ». Alors que Dia trouve qu’à l’école coloniale ou à l’école en général, on n’apprend pas à comprendre ni à contrôler le système qui opprime les masses paysannes tout comme celles urbaines, il va prôner une animation conscientisation en donnant aux paysans les moyens d’analyser et de comprendre le système. C’est là, pour lui, le premier objectif et la première finalité de l’animation rurale.

9L’animation rurale a aussi une autre finalité très importante, c’est le façonnement d’un sénégalais nouveau, conscient de sa situation et de ses nouvelles responsabilités face à sa nouvelle autonomie puis à son indépendance. Atteindre un tel objectif appelle à un changement de comportements et d’attitudes. Il faut que le citoyen soit conscient de sa nouvelle situation d’homme libre devant prendre son destin en main et se mettre face aux défis du progrès et du développement. Il est alors nécessaire d’entraîner les masses paysannes, par une action éducative appropriée c’est-à-dire une conscientisation à leur responsabilité civique, économique, sociale et culturelle afin de bâtir un Etat Sénégalais pour les Sénégalais et par les Sénégalais.

10La mise en œuvre d’une telle politique était basée sur le respect et le traitement judicieux de l’être humain. A ce titre, les méthodes n’étaient pas verticales, la relation pédagogique était, du début à la fin horizontale. La liberté et la prise en compte de la personnalité et des potentialités du paysan étaient rigoureusement observées autant au niveau des structures de l’animation qu’au niveau de la démarche engagée.

2/ L’organisation de l’animation

11Dans sa politique d’animation, l’Etat avait inscrit toutes les activités dans une organisation bien définie. Une direction de l’animation est créée en 1959 et basée au ministère du plan. Cette direction avait sous sa tutelle des centres d’animation masculins au nombre de 56 et des centres d’animation féminins au nombre de 12. Ces centres étaient installés dans les différentes subdivisions administratives du pays : régions, départements et arrondissements. Ils avaient pour buts principaux : la refondation des activités de développement du pays et la participation active des populations. Les populations étaient ainsi amenées à assumer leur citoyenneté en participant à l’effort de développement et la mise en place de structures modernes de l’Etat.

12Dans une seconde phase, l’Etat a étendu sa démarche en mettant en place, dans les grandes villes, des centres d’animation urbains. La Direction de l’Animation changea de nom et devient Direction de l’Animation et de l’Expansion. Cette réorganisation incluait la participation de toutes les catégories sociales.

13A côté de ces structures, Dia a mis en place, au cœur de la politique d’animation, un autre levier très important. Il s’agissait des coopératives de développement. L’idée était de permettre aux paysans de se regrouper dans une structure qu’ils devaient créer eux-mêmes et dont le fonctionnement et la loi leur reviendraient. Il fallait faire de sorte qu’il n’y ait aucune ingérence, pas plus celle de l’Etat que celle des puissances extérieures.

14Le statut d’animateur n’était pas sous-tendu par une rétribution quelconque. La tâche était bénévole. Les animateurs ne jouissaient pas de droits particuliers. Il y a lieu de remarquer que Dia et son gouvernement avaient pour souci de ne pas octroyer trop de privilèges aux animateurs afin d’éviter que ne se constitue une catégorie socioprofessionnelle qui se mettrait au dessus des masses paysannes. Il ne fallait pas créer ce type de fonctionnaire du village tel que décrit par Colin : « le fonctionnaire qui travaillait dans le monde rural était, en effet, un petit roi. Il était tout seul à exercer le pouvoir face à la communauté et personne ne pouvait contrôler ce qu’il faisait. On se soumettait à son autorité. Tous les paysans ont le souvenir du fonctionnaire, de l’administrateur, du commandant, qui arrivaient au village comme de petits rois » (Dia (1988) citant Colin p 122).

15L’animateur est donc choisi parmi les paysans et par eux, car l’objectif est de mettre en place des éducateurs auprès des paysans. Ces derniers sont formés dans des séminaires pour une durée de 15 jours environ. Formation à l’issue de laquelle l’animateur est chargé de diffuser ses compétences au sein de son village. Sa tâche sera encadrée et renforcée par l’équipe du CER. Dans ces équipes se retrouvent les agents de l’Etat sur place (l’agent du service d’élevage, l’infirmier et/ou la sage femme, ainsi que les enseignants). Ces fonctionnaires participaient, dans le cadre de leur mission principale, aux activités d’animation.

16La méthode d’animation rurale de Dia répondait à une pédagogie horizontale adaptée au milieu et au contexte. C’était une pédagogie active qui mettait au centre les paysans pour lesquels l’action était dirigée.

3/ L’animation de la conscientisation

17La méthode telle que conçue est une véritable pédagogie de la conscientisation. Elle permet un éveil des consciences et conduit les masses à leur unité.

18C’est une animation de la responsabilité dans le sens où les masses paysannes ont droit à une formation adaptée à leur situation, à leurs aptitudes tout comme à leurs attitudes. Elle permet d’asseoir un développement personnel de l’individu et l’actualisation de son potentiel tout en le sensibilisant à son rôle dans la société.

19Cette animation valorise l’identité culturelle et la fierté chez l’individu. Elle développe l’engagement à participer à un projet de société qui a pour ambition la paix, la justice et la solidarité nationale. La méthode d’animation de Dia est aussi écologique car elle amène le paysan à être conscient de son rôle face à l’environnement et à l’équilibre écologique. Elle est également celle de la participation. Le paysan prend une part active dans sa formation. C’est une formation pour et par le paysan. Le paysan s’approprie les objectifs et les moyens de l’apprentissage. La plupart des séances de formation sont faites dans la langue nationale et la communication orale est privilégiée. Cette méthode a un ancrage dans les réalités du paysan et prend en compte sa situation, son histoire et son contexte socioculturel. Elle permet une maîtrise et une connaissance de soi : une condition nécessaire à la construction de l’autonomie.

20A y regarder de plus prés, on peut effectivement considérer que l’animation rurale est une animation de la coopération. Elle développe des habiletés sociales pour le travail d’équipe et la solution de problèmes en groupe. Elle engage le groupe à l’entraide et à la collaboration. Ici, les apprenants arrivent à entreprendre des actions de développement et parviennent à relever des défis collectifs.

21Voilà, en quelques lignes, les fondements de l’animation rurale entamée par Dia. Cette démarche perdra tout son sens suite aux évènements de décembre 1962. (Dia est accusé de coup d’Etat et est emprisonné pendant plus d’une dizaine d’années. Les initiatives prises sur « le plan du reboisement, la reconstruction des pâturages et des réseaux d’hydraulique pastorale, l’intensification de la recherche agronomique et la vulgarisation des techniques, etc., subirent un frein et furent abandonnés ». (Dia (1988) p 127).

22Il est intéressant alors de savoir où en est l’état actuel de l’animation au Sénégal. Il faut noter que les structures mises en place par Dia existent toujours mais ont muté dans d’autres directions. C’est ainsi que les CER existent mais dépendent de la direction du développement local.

23Les comités régionaux de développement (CRD), ceux départementaux (CDD) et locaux (CLD) fonctionnent mais se réunissent rarement et traitent des problématiques différentes. On les voit à l’œuvre souvent lors des cérémonies religieuses magal (pèlerinage local vers un lieu saint) ou Gamou (nuit du prophète).

24Il faut noter aussi la mise en place par l’Etat d’une Direction de la Jeunesse et de la Vie Associative. Dans cette direction, l’animation s’inscrit dans le cadre de la politique de jeunesse. Elle contrôle et accompagne les activités des collectivités éducatives. Elles sont définies comme étant « des regroupements à durée déterminée d’enfants, d’adolescents ou de jeunes à l’occasion des vacances scolaires ou de temps libre pour mener ensemble des activités destinées à leur épanouissement moral, psychologique, culturel et/ou à leur insertion socio-économique. » (Actes des assises nationales sur les collectivités éducatives (juin 2005) p 23).

25Leur objectif est de trouver des réponses aux problèmes de jeunesse en recourant à des techniques d’animation appropriées. Il est évident que l’animation telle que conçue et mise en œuvre par Dia est largement différente de celle menée par les différents gouvernements du Sénégal qui ont eu à conduire les politiques de développement depuis les années 1962 à nos jours. Elle néglige le volet économique qui reste primordial pour nos pays en développement, alors qu’elle devrait s’intéresser aux grands projets de développement qui sont conduits en marge des populations auxquelles ils sont destinés.

4/ L’échec des différents projets et plans nationaux

26Soulignons que vers les années 80, sous l’impulsion des bailleurs de fonds, du FMI et de la Banque Mondiale, les Etats africains et précisément le Sénégal ont mené des plans d’ajustement structurel et de nouvelles politiques dénommées « Nouvelles Politiques Agricoles (NPA) » ou « Nouvelles Politiques Industrielles (NPI) ».

27Ces nouveaux dispositifs ont fini par échouer car les gouvernements ont suivi les consignes des puissances extérieures sans la prise en compte des réalités locales et l’implication effective des populations souvent sceptiques face aux initiatives des gouvernants. Car ces derniers ont la réputation de faire beaucoup de promesses qu’ils ne respectent jamais et trop peu d’actions concrètes susceptibles de changer leur vie. En outre, les collectivités locales n’impliquent pas les populations dans l’identification de leurs priorités et les projets à mettre en œuvre.

28La faillite des différents projets et programmes a aussi d’autres explications. On peut citer l’insuffisance des études préliminaires du milieu. En effet, ceux qui proposent les projets ne cherchent pas à prévoir l’accueil que feraient les populations à ces initiatives. La plupart du temps, ils viennent « en campagne » sans avoir au préalable procédé à une évaluation des besoins, à une étude de la situation ou des problèmes, négligeant ainsi toutes les démarches indispensables à la réussite de tout projet. Nous sommes confrontés à des experts qui arrivent sans considération aucune à l’égard des paysans. Ils se comportent comme s’ils étaient dans un milieu inculte où tout le monde a tout à apprendre. Ils prennent des mesures et initient des actions non conformes aux vœux des populations cibles.

29Il y a un manque criant de synergie d’actions entre les différents intervenants en milieu rural. Les paysans sont souvent face à plusieurs interlocuteurs qui agissent de façon dispersée. Contrairement à la méthode de DIA où tous les fonctionnaires du village agissaient dans un mouvement d’ensemble, les paysans se voient sollicités par les différents agents de développement (l’agent d’agriculture, l’agent du service de l’élevage, l’agent du développement communautaire, etc.), chacun croyant être porteur d’un message qui va améliorer leur situation. Ils ne leur parlent pas le même langage et souvent ces agents considèrent les paysans comme des êtres paresseux et hostiles au développement. Par ailleurs, on note souvent un manque d’enthousiasme des ruraux pour les projets, ce qui peut s’expliquer par la démarche employée : les paysans étant réduits à de simples exécutants.

5/ Quelle animation donc pour un Sénégal émergent ?

30Il est évident que les différents projets de développement ont pour visée principale l’amélioration des conditions de vie des populations et, de façon induite, l’émergence des pays concernés. Les principales actions menées dans ce sens visent le développement économique, le progrès social et la revalorisation du patrimoine culturel. Mais force est de reconnaître que la plupart de ces actions n’aboutissent pas et que les objectifs visés sont rarement atteints. Comme nous l’avons remarqué, la cause principale des différents échecs des projets de développement réside dans les méthodes utilisées pour les conduire.

31C’est pour cette raison qu’il est intéressant de revisiter la méthodologie d’animation rurale de Dia. Nous sommes convaincus que la méthode de Dia a fait et continue de faire école. Elle doit être une source d’inspiration et peut constituer un référentiel pour toute forme de projet de développement. Dans cette optique, toute animation doit être axée sur une pédagogie qui ne peut pas faire l’impasse sur certains principes.

32Elle doit d’abord être axée sur des prises de décisions adaptées et harmonieuses au regard des situations, sans porter atteinte aux droits et à l’implication des populations concernées. Elle nécessite la mise en place de relations basées sur l’égalité mais aussi la reconnaissance des capacités des différents acteurs du projet afin de développer de véritables actions en partenariat. Elle suppose, à cet effet, une concertation et une collaboration des multiples intervenants. Les différentes activités qui y sont menées doivent s’inscrire dans une logique de mobilisation de l’ensemble des acteurs concernés et aboutir à des créativités collectives.

Bibliographie

Bibliographie :

COLIN, R., (1980) Systèmes d’éducation et mutations sociales : continuité et discontinuité dans les dynamiques socio-éducatives, Lille, atelier de reproduction des thèses ; Paris : diff. H. Champion.

DIA, M., (1988) Le Sénégal trahi : un marché d’esclaves, Sélio Paris.

DIAGNE, M., (1986) Essai de contribution pour une meilleure orientation de la formation des cadres de Collectivités éducatives, INSEPS.

DIENE, Y., (1986) Contribution à l’étude du régime juridique des centres de vacances au Sénégal, INSEPS.

FREIRE, P., (1983) Pédagogie des opprimés : suivi de ; Conscientisation et révolution, Paris, F. Maspero.

Notes

78 Dia, M (1988) « Le Sénégal trahi Un marché d’esclaves » Selio Paris

Auteur

Enseignant-chercheur, Université Gaston Berger de Saint-Louis du Sénégal, UFR de sciences de l’éducation, formation et sports (SENEGAL)

© Carrières Sociales Editions, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search