Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Animation, vie associative, des acteurs s'engagent

 | 
Luc Greffier

Introduction

Luc Greffier

Texte intégral

1Cet ouvrage, issu du 6ième colloque international de l’Animation organisé au mois d’octobre 2013 par l’Association des Départements Carrières Sociales de France (ADCSF) en collaboration avec le Réseau International de l’Animation (RIA), part du principe que l’animation socioculturelle et plus globalement le champ de l’intervention sociale s’inscrivent dans des histoires complexes et ce de façon paradoxale : d’une part, ces inscriptions sont marquées par des contextes territoriaux qui se construisent et se déconstruisent localement, d’autre part, ces mêmes inscriptions participent, à l’échelle « monde », aux processus de régulation nécessaires qui se tissent entre les réalités et les puissances plus ou moins institutionnalisées des acteurs socioéconomiques, de la finance, des États, à l’œuvre sur chacun de ces territoires. Les défis et enjeux qui émergent de ce constat interrogent tous ceux qui sont impliqués dans les rapports public-privé, dans la construction de la démocratie et de la citoyenneté active, dans l’engagement social auprès des populations les plus fragilisées, des minorités exclues, etc.

2A ces différents titres, les acteurs de la société civile et, parmi eux, ceux qui agissent au plus près des territoires, ceux qui renouent avec ou poursuivent les idéaux et finalités de l’Education populaire, ceux qui s’engagent dans des projets ayant pour perspective de donner toute leur place au « petites gens », aux « gens de peu » comme dirait Pierre Sansot. Tous ceux là, pour peu qu’ils se retrouvent rassemblés au sein de structures associatives ou d’espaces collectifs, ont, à notre sens, un rôle prépondérant à jouer. Alors que l’on constate partout, mais particulièrement en France, une désaffection croissante des citoyens à l'égard des institutions publiques et des procédures démocratiques délégataires (élections) et corrélativement une diminution de la capacité des politiques publiques et des élus qui les incarnent (Yavelli, 2014) à avoir une prise effective sur les problèmes qu’ils ont en charge, l’auto-organisation, la capacitation, l’« empowerment » pour ne pas dire la débrouille des citoyens peut apparaître comme un indispensable élément de réponse à cette situation. Elément de réponse sûrement, solution sûrement pas ! Il ne s’agit pas ici de nier la place et l’importance des politiques publiques, pas plus qu’il ne s’agit de considérer les « solutions locales » comme la réponse unique à toute problématique sociale ou territoriale.

3Ainsi, les textes que nous avons décidés de retenir pour cette publication, issus autant de travaux de chercheurs universitaires que de praticiens, tentent de montrer la place – peut-être modeste mais au combien essentielle – que ces processus « localisés » peuvent occuper. Bien que singulière sur chaque territoire, cette place est loin d’être monotypique, pour des acteurs qui s’inscrivent dans des logiques d’émancipation ou, à l’opposé de contrôle social des populations concernées.

4Comme le disent plus loin Jean-Marc Goy et Pierre Varcher « l’animation (…) n’a de sens que si elle vise à favoriser une citoyenneté active, une participation d’un maximum d’habitants à des actions collectives faisant sens pour eux. C’est par la participation que se crée une cohésion sociale et la participation ne se construit que dans l’action collective. Or, celle-ci ne peut avoir du sens que si elle s’appuie sur un besoin, un désir, un questionnement qui a pu se forger collectivement dans un cadre de référence qui doit être celui de l'égalité d'accès de tous à de tels processus de démocratie participative. Le but de l’animation n'est pas de faire entrer les habitants en relation, mais, en se fondant sur cette relation, de permettre à l'acteur potentiel (venu peut-être comme simple usager demandeur de service) d'entrer dans un processus d'émancipation collective et devenir acteur d'un processus de démocratisation ». Engager un tel travail demande un renversement des logiques historiquement à l’œuvre entre les élites « qui gouvernent » et le peuple « qui est gouverné ». Comme l’affirme Aristote, être citoyen, « c’est être capable de gouverner, mais c’est aussi être capable d’être gouverné ». Mais être gouverné ne veut pas dire être soumis, et on doit reconnaître que les habitants, des cités ou d’ailleurs, ne sont pas que des populations à « problèmes » mais qu'ils disposent aussi de « ressources » faites de solidarités multiples et d'initiatives. Et ces ressources, ils les mobilisent quotidiennement dans des stratégies parfois de survie, parfois de réponse à des besoins non pris en compte par les institutions.

5Si, comme le revendique le collectif « Pouvoir d’agir », « la prise en compte de l'empowerment des habitants doit être à la base de toute politique pour avoir une chance de succès », cette notion et sa transposition en France mérite d’être approfondie. C’est ce que nous propose Jean-Marc Ziegelmeyer, qui, en partant d’Alinsky, interroge la démarche de community organizing qui affirme de façon explicite la centralité de la notion de « pouvoir » (celui de l’action contre celui de l’autorité) dans l’intervention sociale. L’auteur reste cependant perplexe quant à une possible appropriation de ce mode d’intervention, très fortement centré sur le conflit, par l’animation socioculturelle en France qui reste, quant à elle, très majoritairement référencée à un modèle consensuel et intégratif.

6En ce sens, nos collègues Suisses, Jean-Marc Goy et Pierre Varcher, montrent les intérêts et les limites des processus de pilotage contractuels mis en place dans le cadre du new public management. Ces processus, qui mettent en avant le projet institutionnel comme outil de reconnaissance politique pour les associations, tendent à « soumettre » les associations au politique tout en effaçant la place des habitants.

7C’est cette place, occupée par les acteurs de la société civile et les jeunes en particulier que Luc Greffier, Stéphanie Rubi et Jean-Marc Ziegelmeyer ont tenté de mieux définir, non pas en tant que lieu d’intervention mais plutôt en considérant les cheminements qui conduisent vers la prise de responsabilité. La recherche, recentrée sur les trajectoires de directeurs de centres de vacances de mineurs, identifie deux logiques, personnalisante et professionnalisante, qui balisent le processus d’engagement vers les fonctions de direction.

8Sur un autre registre, Cécile Vachée, Christophe Dansac et Alexandre Pagès, analyse les dynamiques des territoires ruraux et la place qu’y jouent les professionnels de l’animation socioculturelle. L’investigation, conduite avec le soutien de la Caisse nationale d’allocations familiales, s’appuie sur une approche systémique des territoires ruraux et décrypte la complexité des représentations de ces territoires chez les professionnels de l’intervention sociale en général et de l’animation socioculturelle en particulier.

9Cette animation socioculturelle est, comme le dit en suivant Assane Diakhate, une pratique répandue et largement partagée, dont les objectifs et les orientations restent tributaires des réalités vécues par les populations des territoires où elle se déroule. L’exemple du Sénégal ici présenté met en exergue l’importance de la co-construction des projets d’animation rurale lorsque l’on souhaite que ceux-ci s’inscrivent dans une perspective d’émancipation des populations. Cette animation devrait ainsi s’appuyer sur des principes tels que la mise en place de relations basées sur l’égalité, la reconnaissance des capacités des différents acteurs, la concertation et la collaboration des multiples intervenants, l’ensemble devant s’inscrire dans une logique de mobilisation collective.

10La pluralité des acteurs précédemment évoquée devient avec Christian Cécile un enjeu politique et de territoire. En effet, le regard qu’il porte sur la Guyane, avec sa multiethnicité (à la fois autochtone et migratoire), montre bien la complexité socioculturelle de ce territoire et éclaire les problématiques de métissage (ou non), d’intégration (ou non) qui l’agitent. Ainsi l’animation sociale et socioculturelle est confrontée au contexte interculturel dans lequel elle intervient. Les enjeux qui en découlent pour l’animateur socioculturel sont principalement ceux liés à la compréhension de ce contexte et des porosités ou des frontières qui s’expriment entre les valeurs anciennes et contemporaines des différents groupes en présence.

11Cette problématique des compétences des animateurs, qu’ils soient professionnels ou bénévoles, est en suivant abordée par David Ospital et Cendrine Templier lorsqu’il se posent les questions du recrutement et de la gestion de carrière des bénévoles au sein de l’association Surfrider Fondation Europe. Après un tour d’horizon définitionnel et compréhensif de la notion d’engagement, ceux-ci nous présentent les bases d’un projet de recherche qui se donne pour objectif de mieux cerner les mécanismes qui conduisent à une meilleure implication des bénévoles dans le projet associatif, l’association étant vue ici comme un acteur entrepreneurial, au sens où elle est porteuse d’une finalité vers laquelle elle doit aspirer des compétences et des ressources humaines.

12Mais l’association peut être appréhendée de façon paradoxale, si l’on considère avec Sarah Montero qu’elle n’est que le réceptacle de la dynamique sociale et culturelle qui l’anime. Les études de cas ici présentées, qui retracent l’histoire de deux situations, bordelaise et québécoise, montrent l’aptitude de ces associations à révéler et partager la connaissance des enjeux urbains et sociétaux. Mais au-delà de la mise en scène de ces réalités urbaines, se joue également la capacité des associations à intervenir sur ces réalités. L’enjeu étant que l’implication et l’engagement des habitants fassent évoluer les politiques publiques.

13Ces deux derniers articles, que l’on pourrait interpréter comme étant opposés par leur analyse des dynamiques associatives, montrent en fait combien les associations sont aujourd’hui prises en tension entre ce que l’on appelle parfois les logiques « top-down » et « bottom-up », le pilotage par le haut ou par le bas, la commande institutionnelle ou la demande sociale. Ces tensions paradoxales, que l’on renvoie souvent au contexte sociétal, sont aussi présentes au cœur même de la vie associative et de ses instances. Et c’est bien cette question de la gouvernance associative qui est posée par Véroniques Bordes, Christophe Dansac et Patricia Gontier. Leur recherche, déclinée en différents thèmes, identifie bien les leviers permettant d’agir sur les dynamiques associatives, mais elle met également en évidence le rôle essentiel que jouent le projet et la façon dont il est mis en œuvre, dans le processus d’investissement ou de découragement des adhérents (militants ?).

14Cette mise en œuvre du projet est illustrée par l’article de Jean-Luc Benguigui et Ramon Ortiz de Urbina (Association des centres d’animation de quartiers de Bordeaux) qui nous présentent le travail qu’ils ont réalisé avec leur partenaire algérien de l’association Santé Sidi El Houari d’Oran. Au-delà de la rencontre humaine, les actions décrites se déclinent à partir des deux projets associatifs construits autour de valeurs partagées, et animés dans une perspective de co-éducation : coéducation franco-algérienne mais aussi co-éducation fondée sur un principe d’implication des jeunes dans l’animation et la formation d’autres jeunes, pairs-animateurs et pairs-formateurs. Pour les auteurs, l’enjeu est ici celui du développement d’une société civile indépendante (capable de défendre des projets, de constituer des pouvoirs et des contre-pouvoirs), seule garante d’une véritable démocratie. L’expérience algérienne devrait nous fournir l’occasion d’interroger nos propres pratiques et en particulier celles qui concernent les projets « entre pairs » (leurs intérêts et limites), et les projets intergénérationnels (lesquels ne devraient pas se focaliser uniquement sur la problématique du vieillissement mais sur l’ensemble des relations enfants-ados-adultes-âgés).

15Au final, cette question de la démocratie est remise au travail par Janik-Bastien Charlebois qui nous propose comme analyseur les apports de la philosophie d’Iris-Marion Young et en particulier son énonciation des principes de justice sociale et d’autodétermination. L’entrée proposée, à partir de la démocratie culturelle, est une porte ouverte vers une conception plus large de la démocratie qui doit prendre en considération les « exclus du savoir, du pouvoir et de la culture », une démocratie pour tous. Démocratie qui passe par l’engagement de chacun dans la vie sociale, l’animation socioculturelle trouvant dans cet accompagnement tout son sens politique.

© Carrières Sociales Editions, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540