Version classiqueVersion mobile

L’animation socioculturelle, quelle place dans le projet urbain ?

 | 
Pascal Tozzi

Conclusion

Guy Di Méo

Texte intégral

1Cet ouvrage restitue la richesse des échanges du colloque dont il est issu. Il traduit, au-delà de la conviction d’une rencontre féconde entre l’animation socioculturelle et le projet urbain, les cheminements complexes de celle-là. Des présentes contributions qui éclairent les interactions entre les deux objets susmentionnés, il ressort tout d’abord que le projet urbain ne fait pas, en tant que tel, l’objet d’une délimitation ou même d’une définition stricte. Sa teneur ressort plutôt d’éclairages partiels plus ou moins explicites, procédant par des constructions allusives qui achèvent de mettre en évidence sa principale caractéristique d’incertitude, même si celle-ci est plus ou moins contrôlée ou encadrée. Ainsi, les échelles du projet s’étirent entre des conceptions du type projet de ville ou métropolitain, et d’autres acceptions qui, sans se départir d’une dimension sociale, sont plus sûrement de l’ordre de l’individuel ou du personnel, à l’instar, par exemple, des déambulations poétiques et urbaines des cantadores du Nordeste brésilien.

2Entre ces deux extrêmes se pose la question cruciale de l’espace du projet, au sens d’espace géographique dans sa matérialité, dans sa physicalité, mais aussi dans sa consistance symbolique. Les textes réunis dans cet ouvrage montrent que le projet urbain a tendance à se spatialiser et à se territorialiser, avec des dimensions d’appropriation des lieux et de l’espace qui sont incontournables. Avec également, en arrière plan, cette contradiction philosophique entre spatialisation et territorialisation d’un projet qui certes « s’accroche au sol », mais qui est aussi susceptible d’une interprétation heideggérienne sans spatialité, sans géographie...

3En bref, d’un côté une sorte de désubstantialisation, telle que la propose Thierry Paquot, mais aussi, de l’autre, une spatialisation hyper signifiante, éminemment propice à l’action socioculturelle concrète. Cette tension constitutive du projet urbain a le mérite de poser la question du sens comme valeur centrale du projet, tant du point de vue des acteurs traditionnels de la fabrique urbaine que de celui des habitants. Dans cet esprit, la référence faite par certains auteurs au « sociospatial » est intéressante puisqu’elle met en avant la polysémie du projet en même temps que la multifonctionnalité (sociale, environnementale, etc.) et la vertu intégrative de la spatialisation afférente. Cette dimension intégrative, qui procède aussi de la valorisation territoriale inhérente au projet, est une opportunité pour une animation socioculturelle qui, intégrée au projet urbain, se donne notamment pour mission d’en réduire les dynamiques d’exclusion. De fait, le risque n’est-il pas toujours qu’il y ait des exclus du projet, qu’ils soient invisibles, qu’ils demeurent impuissants… Voire, le pire, « indésirables ».

4Au cœur de l’action collective socioculturelle, s’agissant notamment d’amener les habitants-citoyens à prendre des décisions dans les lieux où ils se trouvent, interviennent les animateurs et les animatrices dont le rôle a été ici évoqué et analysé, notamment quand il s’agit de « lier », de « relier », mais aussi en termes de tensions intrinsèques et de mises à l’épreuve. Accompagner le projet, mais sans viser à le « faire passer » ; participer à la gouvernance du projet (groupe de pilotage, etc.) mais avec une fonction particulière à préserver par rapport aux habitants.

5Ainsi, sous des formes tantôt allusives, tantôt explicites, les analyses montrent que l’animateur socioculturel navigue entre deux bornes de sa fonction, entre deux pôles extrêmes. D’un côté il est présenté comme étant sous contrôle politique accepté, dans une « posture réformiste » où il fait figure d’intermédiation parfois engluée dans les processus d’institutionnalisation du projet, voire en situation de dépendance à l’égard de l’institution ; de l’autre côté, il fait figure d’agitateur, posture d’ailleurs plus présente dans les débats du colloque que dans le présent ouvrage... La question est aussi celle de sa conviction empathique, notamment envers les « dominés » du projet urbain, posture qui est peut être, au fond, la caractéristique de son rôle, de ce qui le distingue des autres acteurs de la fabrique de la ville. Mais ce positionnement ne va pas sans un certain inconfort, en tout cas pas sans contraintes, car le métier d’animateur et sa légitimité sont forcément soumis à des tiraillements et à des évolutions sous-tendus par la dynamique même du projet urbain. Ainsi apparaissent deux glissements de fonctions et de compétence, en lien avec les exigences et les capacités de mobilisation qui sont au cœur d’une procédure de projet urbain. Tout d’abord, si le rôle de l’animateur est d’accroître et de potentialiser cette capacité de mobilisation, le succès de l’entreprise ne va pas sans une certaine technicisation conforme aux attendus de l’ingénierie urbanistique (technique, architecturale, etc.), notamment quand il s’agit de parler le même langage au sein des comités de pilotage, ou lors de groupes de travail plus informels avec les experts de l’aménagement. Ensuite, il y a un glissement politique qui est à l’œuvre dans l’implication de l’acteur socioculturel autour du projet. Celui-ci est d’une part marqué par le problème de la proximité-distance, relation dont les équilibres et les jeux, entre déconnexion ou connivence, sont complexes et font l’objet de nombreux questionnements qui traversent le présent ouvrage. D’autre part, réactivée par le nouvel impératif participatif que véhicule la démarche du projet urbain, la question de la mobilisation habitante est source de questionnements, notamment s’agissant de son activation et de ses conditions d’exercice.

6En cela, les contributions illustrent autant une certaine corrélation entre les expériences participatives « réussies » et la « bonne volonté » du politique, que des succès liés, à l’inverse, à une capacité de l’animation socioculturelle à s’autonomiser pour mieux jouer la carte des habitants.

7Avec par exemple l’idée que l’action socioculturelle peut susciter une dynamique plus féconde quand elle résiste aux temporalités institutionnelles du projet, quand elle recherche des déploiements spécifiques et stratégiques sur des temps longs, au-delà du projet ou en dehors de son phasage, mais aussi à d’autres échelles. En bref, il s’agit pour l’animation socioculturelle de conserver sa capacité d’innovation au-delà des cadrages du projet et pour que ceux-ci recèlent au moins autant d’opportunités que de contraintes. En ce sens, c’est bien cette capacité créatrice, spécifique de l’action socioculturelle, qui ressort aussi des articles réunis, notamment quand il s’agit, avec l’art et d’autres pratiques culturelles, d’injecter la création comme modalité de mobilisation dans le projet urbain, mais aussi dans la ville et dans le quotidien... Avec, en arrière plan, l’idée fondamentale selon laquelle la place que l’animation socioculturelle pourra conquérir dans le projet urbain sera proportionnelle à la volonté des parties-prenantes de la fabrique urbaine de se saisir de la matière socialement vive que sont les grands enjeux territorialisés de notre temps : l’éducation, la solidarité, l’environnement, et surtout ce fameux vivre-ensemble qui, loin d’être considéré comme insipide, retrouve, dans les pages de ce livre, tout son sens...

© Carrières Sociales Editions, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search