Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’animation socioculturelle, quelle place dans le projet urbain ?

 | 
Pascal Tozzi

3ème partie : Mises en scènes du projet urbain, animations, pratiques artistiques et culturelles

La sensibilisation à l’architecture et la ville auprès des jeunes. La formation des futurs citoyens à leur cadre de vie

Valérie Helman

Texte intégral

  • 1 http://www.senat.fr/rap/r04-064/r04-0644.html

1Les Français ne sont pas connus comme les Belges et les Néerlandais pour être sensibles à l’architecture, en particulier quand il s’agit de l’architecture contemporaine. Certains chiffres permettent d’illustrer ce propos : en 2000 alors que l'Italie formait 132 étudiants en architecture pour 100 000 habitants, la France n’en comptait que 30, ce qui la situait en dessous de la moyenne communautaire. En termes de densité professionnelle, notre pays avec 45 architectes pour 100 000 habitants est également en dessous de la moyenne européenne qui s'établit à 87 architectes pour 100 000 habitants, loin derrière l'Italie, l'Allemagne, le Danemark et la Belgique1. Un autre évènement atteste de ce constat. Pour lutter contre l’indifférence du public français vis-à-vis de l’architecture contemporaine et du métier d’architecte, le magazine « À vivre » a lancé il y a douze ans l’opération les « Journées d’architecture à vivre » pendant lesquelles les architectes font visiter leurs réalisations aux particuliers. En parallèle de ce manque de reconnaissance, nous pouvons observer depuis plusieurs décennies un développement rapide de l’urbanisation sur notre territoire national qui ne se fait pas toujours dans un souci de qualité spatiale, d’urbanité et de respect de l’environnement – on pense aux lotissements, aux zones d’activités, aux zones commerciales dans les entrées de villes, à la toute puissance de l’espace routier…

2Face à ces constats, politique et association ont mis en place à la fin des années 1970, des programmes d’initiation à l’architecture et la ville afin que les nouvelles générations puissent dès leur plus jeune âge bénéficier d’une éducation à l’espace et devenir des citoyens soucieux de la qualité de leur cadre de vie. Dans une société où la participation citoyenne est de plus en plus répandue et où la loi sur la décentralisation a donné aux maires beaucoup de responsabilités vis-à-vis de l’aménagement, ils partaient du principe que des citoyens plus éduqués à l’espace, favoriseraient la qualité des projets urbains par leur vote, leur participation citoyenne et le fait de faire appel à un architecte.

  • 2 2 ateliers auprès de collégiens ou primaires avec les CAUE 78 et 75 et le système des classes à P. (...)
  • 3 Les structures qui souhaitent transmettre la culture architecturale se posent essentiellement deux (...)

3Cette recherche cherchera donc à savoir comment orienter cette sensibilisation à l’architecture et à la ville auprès des jeunes pour leur permette d’être plus tard des acteurs de projets urbains qualitatifs. Pour répondre à cette question la contribution présentera dans un premier temps un rappel du contexte politique, associatif et éducatif qui a vu naître ces actions. Puis l'exposé présentera une série de huit ateliers menés entre 2002 et 2012 dans différents cadres institutionnels et associatifs2 pour illustrer cette politique culturelle et éducative. Ensuite il sera question des objectifs que ladite politique souhaite atteindre et des apprentissages qui en découlent. Enfin une dernière partie mettra en avant des préconisations en termes de méthodes, d’organisation et de contenus3.

4L'ensemble du travail utilisera les différentes sources suivantes :

  • L’analyse des huit ateliers basée sur un savoir professionnel (architecte DPLG et Master 2 en Arts Plastiques) et une expérience professionnelle en agence d’architecture de 8 ans.
  • Des entretiens réalisés auprès d’animateurs, d’enseignants et d’enfants ayant participé aux ateliers présentés.
  • Des conseils d'experts existant dans la littérature professionnelle et législative (actes de colloques, articles, ouvrages)4.

Le contexte politique et associatif qui a permis à la politique de sensibilisation à l’architecture auprès des jeunes d'émerger.

  • 5 De l’intérêt de transmettre une culture architecturale et urbaine p. 3

5La littérature spécialisée sur la sensibilisation à l’architecture rappelle que quatre phénomènes en France expliquent l’avènement de cette politique5 à la fin des années 1970 :

  • Le fort exode rural vers les mégalopoles
  • Les débuts d’une pensée liée au développement durable au regard de l’étalement des zones urbanisées
  • L’absence de reconnaissance du savoir des architectes par le grand public
  • L’école, considérée comme le lieu de l’apprentissage d'une culture commune
  • 6 Associations mises en place par les Conseils généraux. Brochure « Les architectes et les paysagist (...)

6C'est dans ce contexte que né la loi de 1977 sur l’architecture. Elle déclare l’architecture d’utilité publique, comme étant l’expression de la culture et rend la sensibilisation à l’architecture obligatoire. Elle est suivie par la création des CAUE (Conseils d’Architecture, d’Urbanisme et de l’Environnement)6. À partir de cette date et durant les trois décennies qui nous séparent d'elle aujourd'hui, trois phénomènes vont participer à l'organisation de ladite politique :

  • Une dynamique associative et institutionnelle : Dans les années 1980 les premières Maisons de l’Architecture dont l’objectif est la médiation architecturale et urbaine vont naître. Dans les années 2000 d’autres Maisons de l’Architecture sont crées ainsi que le Réseau des Maisons de l’Architecture. C’est à cette époque que le premier colloque réunissant institutions et associations œuvrant pour des actions de sensibilisation à l’architecture en milieu scolaire et pour la diffusion de la culture architecturale, est organisé7. Dans les années 2010 l’opération « Les architectes et les paysagistes dans les classes » vise à aider la rencontre entre les architectes et les enseignants et propose des outils de sensibilisation à l’architecture8. En 2011 le séminaire "Architecture et Actions pédagogiques 2" présente le futur portail Internet multi partenarial « Archipédagogie » consacré aux actions pédagogiques en architecture contemporaine qui s’ouvre en 2012 grâce au Réseau des Maisons de l'Architecture et à l'Ordre des Architectes.
  • Une dynamique législative liée à l'éducation : Dans les années 2000, les classes à PAC (Projet Artistique et Culturel) sont créées et « l’arrêté du 11 juillet 2008 rend obligatoire l’enseignement de l’histoire des arts à l’école primaire, au collège et au lycée9 ». Les arts de l’espace (architecture, urbanisme, paysage…) font partie des six domaines artistiques concernés.
  • Une dynamique législative liée à l'aménagement : Les années 1990 voient s’imposer la démocratie participative10 et la concertation publique11 pour accompagner les projets d’aménagement avec une charte proposée par Corinne Lepage12.

Présentation des ateliers : tableau récapitulatif (cf. page ci-après)

Présentation des ateliers : tableau récapitulatif (cf. page ci-après)

Les objectifs de la sensibilisation à l’architecture et la ville auprès des jeunes

7Deux enjeux principaux guident les actions de sensibilisation à l’architecture et la ville :

  1. L’aspiration à un cadre de vie qualitatif ;
  2. Que les futurs citoyens se sentent bien dans leur ville et qu’ils s’y reconnaissent.

8Trois objectifs permettant d’atteindre ces enjeux ont été relevés :

  1. Permettre au futur citoyen de participer au débat démocratique sur l’aménagement afin qu’il soit un acteur averti et responsable de son cadre de vie13 au lieu de laisser tous les choix aux politiciens, aux architectes et aux techniciens. Cette démarche permettra à la démocratie d’exister réellement - en effet la démocratie existe si et seulement si ceux qui la composent comprennent les raisons qui les gouvernent - et fera vivre la démocratie participative. Pour Richard Rogers si les gens sont sensibilisés à l’architecture et s’ils participent au débat démocratique, la ville sera plus harmonieuse14 ;
  2. Rendre le public moins indifférent à l’architecture en particulier contemporaine15 ;
  3. Donner envie aux citoyens de faire appel à un architecte.

9Enfin différents enseignements peuvent à leur tour permettre de répondre à ces objectifs :

  1. Apprendre aux jeunes à avoir une conscience citoyenne, leur faire comprendre qu’ils ont le droit et le devoir de s’exprimer sur le devenir de leur cadre de vie. Les textes législatifs sont préconisateurs de conseils en la matière. L’arrêté relatif à l’enseignement de l’Histoire des Arts parle de « compétences sociales et civiques », d’« autonomie » et d’« initiative (…). »16 ;
  2. Les sensibiliser :
    • Au vivre ensemble17
    • A l’importance de rendre les relations entre les individus justes et égalitaires
    • Au besoin de faire apparaître le nous dans la ville pour partager le plaisir d’habiter
    • A la nécessité de parler d’intérêt général, base du projet urbain
    • A la nécessité que la ville réponde à des valeurs et des projets de société
    • Au développement durable ;
  3. Recréer un lien social dans les quartiers difficiles excentrés où la puissance publique est absente en termes d’équipements18 et apprendre aux jeunes concernés à être fiers de leur ville (en leur relatant les enjeux et idéaux qui ont porté la construction de leur quartier par exemple) ;
  4. Leur faire comprendre le lien entre espace, usage et symbole pour rendre pertinente à leurs yeux la qualité architecturale. Faire comprendre que la qualité architecturale et urbaine est importante car elle a des conséquences sur la qualité de la vie ;
  5. Les ouvrir à une approche culturelle du phénomène construit et des modes d’habiter, leur montrer les liens entre civilisation et espace (qualité écologique de l’architecture locale, compréhension du lien entre climat, ressource, culture, architecture, source de fierté pour des enfants originaires de pays étrangers, enrichissement de la connaissance et donc de l’imaginaire…) ;
  6. Leur apprendre à être sensible à l’espace19, au paysage et à leur environnement en général. Leur apprendre à regarder et à ressentir. Leur permettre de développer leur goût, les éveiller à la beauté, à la poésie, à l’esthétique, notions qui participent au plaisir d’habiter.
  7. Leur apprendre à rêver et penser un projet, leur faire « découvrir la conception architecturale20 » ;
  8. Leur expliquer quels sont les différents acteurs de la ville, quel est le pouvoir du citoyen par le vote et comment des programmes politiques sont constitués entre autre de projet d’aménagement ;
  9. Leur faire comprendre que dans tout projet, « il y a toujours discussion entre intérêts généraux et intérêts particuliers21 » ;
  10. Leur expliquer la complexité et les contraintes (techniques, économiques, législatives, temporelles, écologiques, culturelles…) qui entourent la fabrication de la ville ;
  11. Développer leur sens critique, leur capacité à analyser un projet, à émettre un point de vue, à l’argumenter22 ;
  12. Leur apprendre à s’exprimer à l’oral et à l’écrit, enrichir leur vocabulaire. L’arrêté relatif à l’enseignement de l’Histoire des Arts parle de « maîtrise de la langue française (…)23 » ;
  13. Leur apprendre à représenter graphiquement et plastiquement leurs impressions spatiales et leurs idées de projet.

Préconisations : cadre de travail, contenu, méthodes et organisation des ateliers

Le cadre de travail

Encadrement et participants

  • 24 Les ateliers réalisés au sein de l'association La Source comptent une douzaine d'enfants et l'anim (...)

10Au regard de la différence de cadre de travail qui existe entre les associations socioculturelles et les classes, il semble que le faible nombre d'enfants soit favorable à la qualité de l'atelier. Il est par ailleurs appréciable pour l'architecte que l'enseignant ou l'animateur en plus d'aider à l'encadrement des enfants, participe à l'encadrement des productions24 et à la préparation du matériel. Le cadre associatif spécialisé en actions artistiques offre une grande liberté à l'intervention de l'architecte nécessaire pour que ce dernier puisse transmettre sa passion et des savoirs faire singuliers et créatifs. À l'école les enseignants peuvent être tentés d'évaluer l'assimilation de chaque étape du travail, démarche justifiée pour une transmission de savoir mais inadaptée pour ces ateliers qui cherche à valoriser la sensibilité, la créativité et la liberté. Enfin le cadre scolaire peut pour certains élèves apparaître comme un lieu de sanction et de contraintes alors que le cadre associatif est un espace d'expression libre sans jugement, basé sur le plaisir.

Pluridisciplinarité

11La pluridisciplinarité dans le cadre scolaire permet à chaque enseignant de renforcer l'assimilation des notions selon son champ respectif. Elle peut assurer à l'atelier d'architecture une plus grande attention portée sur le fond alors qu'il a lui-même de nombreux attendus de production à gérer. La pluridisciplinarité augmente cependant les temps de coordination et d'organisation.

Durée de l'atelier et objectif

12Dans les classes à PAC il est demandé de présenter un programme et des objectifs afin d'obtenir le financement. Cela peut conduire à une démultiplication des objectifs qui ne pourront être atteints en raison du peu de temps imparti à l'atelier. D'un point de vue pratique il semble pertinent d'énoncer un objectif principal et des objectifs secondaires permettant de l'atteindre puis de penser le déroulement en termes d'exercices, ce qui est plus concret en termes de durée.

Moyens

13Dans la mesure où les financements des ateliers sont faibles, on peut considérer qu'il ne concerne que le temps d'intervention. Or le temps de préparation (repérage, recherche, rédaction, planification, mise en place de documents supports, avancement des travaux…) est long et nécessaire. Il peut en résulter de la part des enseignants une frustration car les intervenants ne peuvent pas, dans ces conditions, avoir une disponibilité très étendue contrairement au personnel des CAUE par exemple.

Planification des séances

14Les enseignants peuvent souhaiter que les séances soient espacées dans le temps pour revenir sur les apprentissages abordés au cours de l'atelier pendant leurs cours. Deux formats d'ateliers dans le monde associatif ayant chacun leur intérêt ont été pratiqués : l'intensif d'une semaine pendant les vacances scolaires. Ce format permet une immersion totale dans le sujet, favorise la mobilisation de l'énergie, de la concentration, de l'implication. L'atelier des mercredis pendant un trimestre : ce dernier permet à l'intervenant de mieux connaitre son public, de s'adapter à lui et de préparer du matériel pendant les séances. Personnellement l'atelier intensif me semble être très intéressant car il constitue un évènement singulier au regard des rythmes conventionnels du monde éducatif.

L'atelier d'un point de vue pédagogique

Age et capacité

15Les enseignants et animateurs peuvent renseigner l'intervenant extérieur sur ce que les enfants savent faire ou concevoir selon leur âge : maîtrise de l'écriture, de la représentation dans l'espace, de la distinction entre fiction et réalité, de la maîtrise de certains outils comme le cutter… Ainsi les ateliers au sein des associations qui mêlent différents âge sont-ils délicats car tous les exercices ne sont pas forcément adaptés à des enfants de six ans à quatorze ans (au-delà de la capacité il peut aussi être question de goût selon l'âge). Cependant il faut laisser place à une certaine souplesse concernant les capacités selon les âges car celles liées à l'apprentissage d'un savoir ne sont pas exactement les mêmes que celles liées à des pratiques artistiques.

Temps de concentration

16La capacité d'un enfant à se concentrer sur un exercice de pratique artistique est sans doute plus importante que celle qui concerne un exercice scolaire. En revanche dans le cadre d'une visite guidée, la limitation à 1h30 d'exposé décomposé en trois arrêts principaux constitue un repère moyen de ce qu'il ne faut pas dépasser.

Assimilation

  • 25 Brochure Les architectes et les paysagistes dans les classes, Guide 2011-2012, p. 8

17Les enseignants mettent en avant le besoin de vérifier l'assimilation d'un savoir théorique transmis par la pratique artistique ou un exercice d'application. Ils valorisent également le fait de rendre l'enfant acteur et proposent à l'intervenant de poser des questions aux enfants lors d'un exposé plutôt que de monologuer trop longuement et d'introduire des débats25 en classe.

L'atelier du point de l'architecte

Objectif et sujet

  • 26 Brochure Transmettre l’architecture en milieu scolaire, p. 13 et p. 27

18Il semble important de vérifier que le sujet choisi et les exercices imaginés permettent d'atteindre le ou les objectifs identifiés. D'après un animateur interrogé, un atelier ne saurait se satisfaire d'un apprentissage technique : la transmission d'une valeur ou de tout autre contenu semble être indispensable. Si le but de l'atelier est de sensibiliser les jeunes à la qualité du cadre de vie, tout sujet lié à des questions contemporaines d'aménagement ou de société semble être pertinent pour les enseignants sans être rébarbatif pour autant malgré leur ancrage dans la réalité. Il ne semble par ailleurs pas nécessaire de parler aux enfants de la ville pour les êtres de leur âge uniquement. Ainsi les questions de mixité de tout ordre peuvent être abordées comme celles ayant trait à l'étalement urbain, aux SDF, au développement durable26, aux conséquences de certains types d'habitat et d'urbanisme en termes de qualité sociale et écologique… Croire que ces questions sont aujourd'hui connues et maîtrisées par tous semble par ailleurs être une erreur. Un animateur a résumé ainsi son point de vue quant au choix du sujet : il faut que l'intervenant reste proche de ses propres préoccupations pour que les enfants puissent entrer dans son univers. Différentes attentes sont apparus au cours de l'étude :

  • Impliquer les enfants dans un urbanisme non conventionnel laissant une grande place au plaisir et au jeu
  • Apprendre aux enfants à organiser eux-mêmes une visite guidée
  • Montrer aux enfants comment, par l'espace, l'architecture peut répondre à des enjeux de société et présenter des réalisations modernes ou contemporaines qui illustrent cette ambition27
  • Analyser son école et inventer une école idéale28
  • Apprendre à être bien de son quartier et à identifier les qualités et les défauts d'un lieu
  • Revaloriser aux yeux des enfants vivant dans des grands ensembles les idéaux qui ont accompagné leur conception et les qualités qui sont actuellement observables. Réfléchir avec eux à ce qu'il faudrait améliorer.
  • Présenter la complexité des projets d'aménagement et de construction (contrainte économique, technique, règlementaire, divergence d'opinion…)
  • Rendre les enfants sensibles à l'espace par des exercices d'analyse de lieux existants ou par des réalisations de construction à l'échelle 1.

Notion

19Les enseignants et animateurs sont sensibles au fait d'associer à une séance de travail l'approfondissement d'une (et une seule) notion.

Approche

20Les animateurs sont attentifs à ce que tout apport de connaissance se fasse par le biais d'une approche ludique pour éviter que les enfants ne s'ennuient. Ils précisent par ailleurs que les approches créatives, artistiques, imaginaires ou utopiques sont peu valorisées par le système scolaire. Ainsi l'approche sensible et la confrontation à la réalité d'un espace, d'un site ou d'un paysage procèdent de cette stimulante confrontation à la réalité. La prise de conscience de ses propres sensations ou émotions est à la portée de tout un chacun. L'objectif consiste à mobiliser l'esprit des enfants par un éveil préalable du corps (sensation du froid, des odeurs…), des sensations, des émotions (découverte de la beauté) et du plaisir (plaisir plastique…). D'une manière générale, les ateliers réalisés reposaient sur l'attente de générer un enthousiasme qui lui-même devait susciter le désir de concentration, d'application, de dépassement et d'apprentissage des enfants. Il s'agit en fait de reproduire ce qui est vécu en école d'architecture. Une enseignante a par ailleurs évoqué l'idée de permettre aux enfants de discuter avec des habitants. L'idée d'écrire une histoire a montré en classe sa vertu pour développer l'imaginaire des enfants. Une animatrice craint cependant que cet exercice convoque des capacités scolaires qui ne sont pas celles qui permettent à l'enfant de s'exprimer le plus facilement.

Préparation

  • 29 Brochure Transmettre l’architecture en milieu scolaire, p. 14
  • 30 Au cours de l'atelier « Paysage territoire » une chapelle abandonnée a fasciné des enfants et a do (...)

21Pour favoriser la pertinence de l'atelier et la bonne entente avec l'enseignant, il faut s'assurer que le sujet l'intéresse au regard de son propre programme annuel29. Avoir toujours déjà réalisé un exercice est ambitieux mais permet d'éviter certains écueils. Il faut cependant laisser place à l'improvisation. Soit pour que les enfants soient au maximum décideurs des axes à prendre soit parce que des imprévus peuvent s'avérer riches30. Réutiliser un énoncé peut paraître pertinent en termes de qualité et d'économie de temps même si cela est moins attractif pour l'intervenant extérieur qui souhaite également découvrir de nouveaux horizons à chaque atelier.

Travail collectif et individuel

  • 31 Cf. les ateliers n° 6 « La ville des modes constructifs » et n° 7 « La construction d'un musée en (...)

22Les deux modalités de travail présentes un intérêt : apprendre à surmonter seul une difficulté sans avoir à faire de compromis ou apprendre à travailler à plusieurs, à se laisser porter par d'autres par moment. Il peut donc être pertinent d’alterner les deux approche au cours d'un atelier. Le passage d'exercices individuels à un projet commun peut être délicat en termes de cohérence sauf quand le projet commun est lui-même constitué de plusieurs projets individuels31. En classe, face à vingt cinq élèves il peut être intéressant de les faire travailler par groupe de quatre par exemple afin que l'intervenant n'ait à suivre que six ou sept projets.

Niveau de difficulté

23Tirer les enfants ver le haut permet qu'ils soient fiers de la prouesse réalisée une fois la difficulté dépassée. Il peut être également judicieux d'intercaler des moments d'abandon et de facilité parmi les moments plus exigeants. L'intervenant doit vérifier qu'il ne devra pas réaliser lui-même une trop grande partie de l'œuvre en raison de trop grandes difficultés techniques.

Référence

24La présentation de références architecturales ou urbaines par le biais de projection d'images a fait l'unanimité chez les enseignants et animateurs afin d'enrichir l'imaginaire des enfants et de déloger certains clichés. Ces présentations doivent faire l'objet de commentaires de la part de l'intervenant pour que les images aient du sens pour les enfants. Elles peuvent intervenir dans un deuxième temps par rapport à un premier temps d'imagination pour ne pas entraver cette dernière. Enfin des références culturelles relatives aux pays d'origines des enfants peuvent être intéressantes dans la mesure où ces derniers sont en demande d'explications et de valorisation.

Sortie

25Les sorties commentées sont les bienvenues en particulier pour les enfants qui ne sont pas très sollicités dans leur cadre familial. Les sorties ont par ailleurs la vertu de rendre concret le sujet exposé. La présence de commentaires semblent être appréciés par les enfants même s'ils ne les retiennent ou ne les comprennent que partiellement. Ils sentent que des histoires, des raisons se cachent derrière le monde visible.

Site

26Découvrir réellement le site d'un projet réellement est important pour que les enfants se l'approprient et imaginent quelque chose en son sein. Le site ne doit pas être trop grand car cela rendrait son exploration fastidieuse. Son échelle pose également des questions en termes de maquettes : des sites trop étendues imposent de grandes échelles et des hauteurs très réduites à moins de tricher sur les proportions verticales.

Faire du projet

  • 32 Brochure Transmettre l’architecture en milieu scolaire, p. 13
  • 33 Brochure Les architectes et les paysagistes dans les classes, Guide 2011-2012, p. 6

27La conception architecturale est un processus complexe et l'imagination demande du temps pour se développer. Il semble préférable de passer beaucoup de temps au début d'un atelier pour approfondir la conception car cela sera plus difficile une fois les réalisations plastiques finales engagées. L'architecte étant le seul à pouvoir parler d'architecture en tant que concepteur32 alors qu'il n'est pas le seul à pouvoir sensibiliser à l'architecture, il peut juger que cette singularité est une invitation à orienter son atelier dans cette direction. Il est par ailleurs bien placé pour transmettre sa passion33.

Débat

28Nous avons déjà vu dans les apprentissages pédagogiques que les professionnels de la pédagogie sont sensibles à l'émergence du débat au cours de l'atelier. Des temps de discussions collectives peuvent donc être planifiés. Les débats sont la preuve de l'appropriation du sujet par les jeunes. Les travaux collectifs sont favorables à cette dynamique. La facilité technique peut également être favorable à leur avènement, toute la capacité des enfants n'étant alors pas sollicitée. Les débats peuvent s'étendre à d’autres élèves de l’école.

Technique manuelle

29Les enseignants sont soucieux que les enfants soient dans l'expérimentation et la recherche en termes de réalisation plastique. Pour cela il faut être attentif à prévoir du temps suffisant pour que les enfants apprennent par ailleurs à s'appliquer. Les entretiens auprès des enfants mettent en avant des goûts très divers. Pour répondre à ce constat il est donc important qu'un atelier propose différentes approches plastiques afin que chacun éprouve du plaisir à travailler.

Construire

30Les enseignants apprécient qu'à travers les ateliers d'architecture les enfants découvrent des matériaux et des modes constructifs au moment de réaliser une maquette. Ce mode de travail semble plaire à la plupart des jeunes. L'architecte doit être attentif au fait que les techniques en vigueur pour les maquettes professionnelles ne sont pas complètement adaptées aux enfants. Il s'agit finalement d'un travail de représentation et non de création et qui plus est d'un travail de grande précision qui peut outrepasser les capacités des plus jeunes. L'architecte doit donc inventer des techniques de maquette qui laissent place à un maximum de créativité tout en garantissant un résultat convenable. Cette contrainte peut donner lieu à des paradoxes : la sculpture du chat de l’atelier n° 6 par exemple a été compliquée à réaliser mais tout le monde a été très content du résultat à la fin. Stoker et récupérer des matériaux peut être une démarche appréciée par les enfants, en plus d’avoir une vertu de limitation des déchets. Enfin construire à l'échelle 1 exerce sur les jeunes une grande fascination et satisfaction.

Au-delà de l'atelier

L’après atelier

31Il semble porteur de prévoir un temps à la fin de l'atelier pour établir un bilan avec l'enseignant et les élèves. Ce bilan permettra à l'intervenant d'orienter au fur à et mesure ses actions en termes de sujets et de méthodes.

La formation des formateurs

  • 34 Brochure Transmettre l’architecture en milieu scolaire, p. 8
  • 35 Ibid. « Préface »
  • 36 Ibid. p. 9

32Même si les ateliers prouvent qu'un architecte peut réaliser sans formation des ateliers, il sera favorable à la qualité de ces derniers, que l'intervenant entre en relation avec le réseau associatif responsable de la sensibilisation à l’architecture. Des formations existent à ce sujet, les unes pour les architectes, les autres pour les enseignants34. L’ENSAG parmi d’autres écoles d’architecture mène ce type de mission35. Les formations visent non pas « à parfaire la culture architecturale des architectes » mais à les « accompagner dans l’anticipation et la réalisation d’actions de sensibilisation auprès des scolaires, de les aider à construire des outils pédagogiques spécifiques, des méthodes, des références…36 ».

Conclusion/Bilan

33Cette étude a montré qu’il est possible pour un architecte d’organiser des ateliers de sensibilisation à l’architecture sans avoir pris connaissance des savoirs existant à ce sujet. Les ateliers présentés ont permis de transmettre de nombreux savoirs. Il est cependant apparu que l’objectif principal de ces ateliers avait été l’épanouissement de l’enfant (en suscitant son enthousiasme, en le faisant créer, manipuler et en lui permettant d’être touché par la beauté) et non pas sa formation citoyenne.

34L’analyse des ateliers (échecs et réussites, adhésion et implication des enfants, part d’intervention de l’architecte dans les constructions, qualité du résultat final…) permet de mettre en avant des réponses aux questions concrètes qui se posent lors de la réalisation des ateliers. Les entretiens avec les animateurs et enseignants renseignent sur le savoir pédagogique. La littérature professionnelle spécialisée à l’intérêt d’avoir nommé, listé et synthétisé tout une série d’objectifs qui sont autant de pistes pour penser de futurs ateliers. Enfin les entretiens avec les enfants permettent de vérifier les acquis, démarche indispensable pour réorienter la pédagogie. Le goût des enfants présente par ailleurs un intérêt pour penser des sujets qui leurs feraient découvrir autre chose que ce qu’ils connaissent déjà.

  • 37 Une enseignante a évoqué l'idée de suivre pendant plusieurs années une classe pour évaluer l'impac (...)
  • 38 D’un point de vue architectural l’atelier de la cabane dans le hall du collège a montré que des mo (...)

35En revanche aucun bilan ou retour d’expériences pour évaluer ces actions n’a été trouvé auprès des CAUE ou des Maisons de l’Architecture, ni d’études portant sur les changements de mentalité du public français vis-à-vis de l’architecture contemporaine qu’une telle politique aurait générée à l’échelle nationale. Ces études seraient pourtant nécessaires pour améliorer ces actions37. Même s’il ne s’agit pas pour le concepteur de transformer la ville en un immense parc d’attraction, les ateliers et les questionnaires auprès des enfants donnent par ailleurs à l’architecte de précieuses indications sur leur goût38. Cette proximité public – concepteur est donc réciproquement intéressante dans la mesure où l’architecte à travers ces ateliers reste en contact avec le public.

36Enfin cette étude sur l’animation socioculturelle et le projet urbain auprès des jeunes invite à s’ouvrir à d’autres publics : les adultes, les maires qui ont entre leurs mains un grand pouvoir décisionnel pour l’avenir de nos territoires et, les promoteurs dont la production n’est pas uniquement guidée par une approche qualitative alors qu’elle représente une très grande partie de la construction française.

Bibliographie

Références

Réseau des Maisons de l’Architecture et la Maison de l’Architecture de l’Isère, 2008, « De l’intérêt de transmettre une culture architecturale et urbaine », mai, http://www. archipedagogie.org/sites/www.
archipedagogie.org/files/interet.pdf

Ordre des Architectes d’Île-de-France, 2011, « Les architectes et les paysagistes dans les classes, Sensibiliser les élèves à l’architecture, au paysage et à la ville », Guide 2011-2012, novembre.

Ministère de la Culture et de la Communication/Ministère de l’Education Nationale, 2007, Repères pédagogiques en architecture. Pour le jeune public, MCC & MEN.

ENSAG, 2010, Transmettre l’architecture en milieu scolaire. Cahier de recommandations à l’attention des architectes, ENSAG, http://www.architectes.org/actualites/transmettre-l-architecture-en-milieu-scolaire-cahier-de-recommandations-a-lattention-des-architectes/

SICARD M., 2001, Comprendre l’architecture, CRDP de l’Académie de Grenoble.

ROGERS R., 2000, Des villes durables pour une petite planète, Paris, Éditions le Moniteur.

LEVY A., 2006, « Quel urbanisme face aux mutations de la société postindustrielle ? », Esprit, n° 329, « Entre local et global : espaces inédits, frontières incertaines », p. 61-75

INGALLINA P., 2003, Le Projet urbain, Paris, PUF, coll. Que sais-je ?

Notes

1 http://www.senat.fr/rap/r04-064/r04-0644.html

2 2 ateliers auprès de collégiens ou primaires avec les CAUE 78 et 75 et le système des classes à P.A.C. (Projet Culturel et Artistique). 2 ateliers-visites à travers l’opération initiée par les CAUE « Les architectes dans les classes » auprès de collégiens et primaires parisiens. 4 ateliers auprès d’enfants en milieu rural avec l’association « La Source » crée par le peintre Gérard Garouste (Villarceaux et la Guéroulde).

3 Les structures qui souhaitent transmettre la culture architecturale se posent essentiellement deux questions : « Quelles sont les notions fondamentales à transmettre » et « comment les transmettre ? ». Brochure Transmettre l’architecture en milieu scolaire, p. 9

4 Ibid. p. 8

5 De l’intérêt de transmettre une culture architecturale et urbaine p. 3

6 Associations mises en place par les Conseils généraux. Brochure « Les architectes et les paysagistes dans les classes, Guide 2011-2012 » p. 2

7 Il s’agit de « Transmettre l’architecture » qui a lieu à Paris en 2007 dont les actes De l’intérêt de transmettre une culture architecturale et urbaine seront publiés l’année suivante par le Réseau des Maisons de l’Architecture et la Maison de l’Architecture de l’Isère.

8 Opération organisée par les CAUE d’Ile-de-France, l’Ordre des Architectes d’Ile-de-France, la Maison de l’architecture en Ile-de-France, la Maison de Banlieue et de l’Architecture, la Fédération Française du Paysage Ile-de-France et les Académies de Paris, Créteil et Versailles

9 Brochure Les architectes et les paysagistes dans les classes, Guide 2011-2012, p. 3 et Brochure Transmettre l’architecture en milieu scolaire, p. 10

10 Levy (2006 ; p. 69)

11 Ingallina (2003 ; p. 10 et p. 40)

12 http://www.notre-planete.info/ecologie/developpement_durable/region/democratielocale_2.php

13 Brochure Transmettre l’architecture en milieu scolaire, p. 11 et p. 13

14 Ibid. p. 8 et Rogers R., Des villes durables pour une petite planète, Paris, Editions le Moniteur, 2000, p. 37

15 « Même si l’intérêt pour la culture architecturale a évolué, et bien que l’architecture et la paysage constituent notre cadre de vie quotidien, ils restent encore trop souvent méconnus, incompris, ou pire, ne suscitent que l’indifférence de leurs usagers ». « Parler d’architecture et de paysage dès l’école doit contribuer à lutter contre cette indifférence… ». Brochure Les architectes et les paysagistes dans les classes, Guide 2011-2012, p. 6

16 Brochure Transmettre l’architecture en milieu scolaire, p. 11 et extrait du Bulletin Officiel du Ministère de l’Education Nationale n° 32 du 28 août 2008 annexé à l’arrêté du 11 juillet 2008.

17 Brochure Transmettre l’architecture en milieu scolaire, p. 13

18 De l’intérêt de transmettre une culture architecturale et urbaine, p. 4

19 Brochure Transmettre l’architecture en milieu scolaire, p. 27

20 Ibid. p. 12

21 Ibid.

22 Ibid.

23 Ibid. p. 11 et extrait du Bulletin Officiel du Ministère de l’Education Nationale n° 32 du 28 août 2008 annexé à l’arrêté du 11 juillet 2008.

24 Les ateliers réalisés au sein de l'association La Source comptent une douzaine d'enfants et l'animateur qui assiste l'architecte aide aux réalisations plastiques et à la préparation du matériel. Les ateliers réalisés avec les écoles comptent environ vingt cinq élèves et l'enseignant s'il est présent participe essentiellement à l'énoncé des attendus et à l'encadrement de la classe. Il aide parfois les élèves à réaliser leurs travaux.

25 Brochure Les architectes et les paysagistes dans les classes, Guide 2011-2012, p. 8

26 Brochure Transmettre l’architecture en milieu scolaire, p. 13 et p. 27

27 Ibid. p. 13

28 Brochure Repères pédagogiques en architecture. Pour le jeune public, p. 70-71 et brochure Les architectes et les paysagistes dans les classes, Guide 2011-2012, p. 11

29 Brochure Transmettre l’architecture en milieu scolaire, p. 14

30 Au cours de l'atelier « Paysage territoire » une chapelle abandonnée a fasciné des enfants et a donné lieu à un exercice de projet de transformation et de photo montage non prévu au départ et a été très apprécié par une grande partie des jeunes.

31 Cf. les ateliers n° 6 « La ville des modes constructifs » et n° 7 « La construction d'un musée en maquette ».

32 Brochure Transmettre l’architecture en milieu scolaire, p. 13

33 Brochure Les architectes et les paysagistes dans les classes, Guide 2011-2012, p. 6

34 Brochure Transmettre l’architecture en milieu scolaire, p. 8

35 Ibid. « Préface »

36 Ibid. p. 9

37 Une enseignante a évoqué l'idée de suivre pendant plusieurs années une classe pour évaluer l'impact de la sensibilisation.

38 D’un point de vue architectural l’atelier de la cabane dans le hall du collège a montré que des motifs figuratifs et symboliques loin de tout dogmatisme minimaliste avaient beaucoup d’intérêts pour les enfants. Les enfants de l’atelier paysage ont été unanimes pour dire qu’ils préféraient les coteaux et la rivière qu’ils trouvaient gaies et jolis à l’opposé des plateaux céréaliers qu’ils trouvaient tristes et moches. Les enfants ayant participé à la visite guidée dans le 1er arrondissement ont aimé le Kiosque des Noctambules pour son allure colorée et joyeuse et les colonnes de Buren pour les jeux qu’elles permettent. En revanche le Ministère de la Culture ne leur a pas plu : il leur est apparu comme étrange, incompréhensible, non fini…

Table des illustrations

Titre Présentation des ateliers : tableau récapitulatif (cf. page ci-après)
URL http://books.openedition.org/cse/docannexe/image/264/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 626k

Auteur

Architecte DPLG, urbaniste et plasticienne

© Carrières Sociales Editions, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter