Version classiqueVersion mobile

L’animation socioculturelle, quelle place dans le projet urbain ?

 | 
Pascal Tozzi

2ème partie : Animation socioculturelle, « fabrique » et implications de l'habitant-citoyen

Du carnet de patrimoine urbain au carnet de voyage intermédia : identité du quartier, territorialité et « géocitoyenneté » à travers les arts graphiques et numériques

Pascale Argod

Texte intégral

1Les carnets de patrimoine, de l’ouvrage au site web, inventorient les patrimoine (s) et s'insèrent dans différents projets urbains. Carnet de terrain (Sanijan 2008), carnet ethnographique ou carnet de relevés d’observations, le carnet de voyage - reportage est aussi un outil réflexif des sciences humaines, de la géographie à l’anthropologie, indispensables aux projets urbains. Outil de valorisation du patrimoine, il s'inscrit dans des projets urbains de communication à visée touristique mais aussi dans d'autres registres afin de faire évoluer les représentations. De plus, dans le cadre de l'animation socioculturelle, réaliser un carnet de voyage favoriserait la « fabrique » de l’habitant-citoyen : l'identité du quartier, la territorialité et la « géocitoyenneté » sont en jeu à travers les arts graphiques et l'image. Construire sa géographie dans ses déplacements permettrait d'appréhender le territoire dans sa complexité et dans les enjeux qu'il engendre afin de s'inscrire dans une démarche de citoyen géographe attentif à son environnement et de devenir un géo-citoyen. La diversité éditoriale des carnets de patrimoine sur la ville permet d'appréhender en quoi cet objet socioculturel procède de la fabrication de l'habitant-citoyen et concilie la visée communicante et l’aspect ethnographique.

Le carnet de voyage et du patrimoine, outil intermédia de valorisation du patrimoine

De l’inventaire à la mise en scène et en images des sites à travers le témoignage

2Le carnet de voyage emprunte à différents genres graphiques ou artistiques hérités du carnet de recherches, du compte-rendu de fouilles archéologiques ou d’inventaire patrimonial. Héritée de l’essor de l’aquarelle et du tourisme en l’Angleterre au XVIIIe une large palette de carnets valorise le patrimoine local, régional et mondial. L’édition plurimédia - ouvrage, revue et audio-visuel - obéit à un engouement pour le tourisme culturel qui offre la part belle aux sites classés « patrimoine mondial de l’humanité » par l’Unesco. De nombreux sites classés Unesco font l’objet de création de carnets de voyage comme le proposent Vincent Besançon pour la cité d’Angkor, Charles Chauderlot pour les hutong de Pékin, Elsie Herberstein pour la médina d’Alger ou les carnettistes qui évoquent le chemin de Saint-Jacques de Compostelle. De l’inventaire des sites aux carnets de patrimoine ou d’archéologie, ce genre favoriserait la valorisation touristique, l’esthétisme et la mise en scène des sites à travers l’image fixe et l’image animée. La narration de l’expérience vécue au fil du périple, la quête d’un tourisme authentique et de l’attrait artistique du site seraient ses atouts.

Du carnet de patrimoine1 au guide pour inciter au tourisme régional

  • 1 Pascale Argod, Des carnets de patrimoine, Revue ARGOS, Ministère de l’éducation nationale - SCEREN (...)

3Des éditeurs régionalistes s’intéressent au genre du carnet de voyage pour inciter au tourisme régional et à la découverte du patrimoine : Équinoxe, Ouest-France, Le Rouergue, Libris, Ibis Rouge, De Borée, Coiffard, Éditions du Cherche-Lune. Dès 1987, Lizzie Napoli a en effet lancé le genre « carnet de voyage » pour valoriser le patrimoine régional à travers une collection dont elle est l’auteure chez Rivages, devenu Équinoxe. Le guide touristique est étroitement lié à l’émergence du carnet de voyage qui valorise excursions, visites de monuments et patrimoine régional. Cinq collections chez Équinoxe sont axées sur la découverte régionale à travers la thématique du patrimoine de l’architecture à l’ethnographie : dès 1995 sur le Midi avec Carrés de Provence, Cités du Midi et Mosaïques, puis sur d’autres régions, à partir de 2000, avec Carrés de France et Carrés de Bretagne. Des ouvrages novateurs valorisent aussi le tourisme : par exemple, la collection Balades de Corto Maltese chez Casterman écrite par Hugo Pratt, Jacques Ferrandez et Michel Pierre. Elle propose un guide touristique sur la Bretagne hors des sentiers battus armoriques : balades de Corto Maltese en Bretagne en 2004. La collection City guides itinéraires de Lonely Planet et de Casterman permet de découvrir la ville à travers le regard du personnage de bande dessinée et à travers des itinéraires par quartier ou thématiques, accompagnés de la description des sites ou des anecdotes ayant trait à l’univers de la bd ou à l’histoire de la ville.

De la représentation à la mise en valeur touristique par l'image

  • 2 Voir l’analyse des relations entre les destinations touristiques préférées et le thème des carnets (...)

4La production d’un carnet de voyage favorise une culture de l’image puisqu’il s’agit de retranscrire l’identité visuelle d’un pays, terme propre au design, sans tomber dans le stéréotype. Il s’agit de mettre en exergue l’originalité culturelle du pays parcouru ou de l’endroit visité à travers la création visuelle. La combinaison texte et image et le message transmis par les codes iconographiques nourrissent la réflexion de l’auteur pour que le carnet de voyage devienne à la fois une production documentaire et une œuvre d’art. Le carnet de voyage pourrait être un média pour véhiculer des représentations touristiques et esthétiques d’un espace perçu comme un « produit » et un média à analyser. Le carnet de voyage séduit-il le lecteur grâce à des attendus ou des clichés… en référence à des représentations collectives autour du voyage, de sa destination ou du pays choisi et incite-t-il ainsi à voyager à travers une vision touristique proposant des lieux communs ? Ce médium serait-il une plus value pour l’imaginaire touristique, une mise en valeur patrimoniale, culturelle ou ethnographique, artistique, voire un atout marketing du tourisme à travers une esthétique du site ? Il serait alors à la fois un reflet des appréciations contemporaines des lieux touristiques (Knafou et al. 2008) mais aussi une évaluation des tendances d’un autre tourisme en quête de l’authentique et de rencontre de l’Autre voir un atout du marketing touristique2 qui se développe sur les plateformes en ligne d’agences de voyage. Aussi du livre de l’artiste à un album d’images numérique, le genre carnet de voyage offre un vaste panel de productions hybrides pour l’analyse par l’image de destinations urbaines et touristiques.

Du carnet dans les différents registres du projet urbain

  • 3 Voir les 130 carnettistes invités au 13e Rendez-vous du carnet de voyage de Clermont-Ferrand du 16 (...)
  • 4 http://grandpapier.org/damien-roudeau/

5Des municipalités commandent des carnets de voyage à des illustrateurs carnettistes3 pour valoriser leur patrimoine et le secteur sauvegardé de leur centre-ville, pour inciter au tourisme ou pour faire connaître leurs manifestations culturelles, pour casser les stéréotypes de la banlieue, pour offrir un regard culturel original sur chaque quartier, pour penser la société comme dans Voyage chez les sans-abris : viens chez moi, j'habite dehors d'Elsie Herberstein. Sète surprenant voyage de Cathy Beauvallet, Elsie Herberstein et Damien Chavanat (Jalan Publications 2005) propose un reportage graphique sur le monde des joutes de la fête de Saint-Louis à travers des portraits réalisé avec le soutien de la ville de Sète. Le maire de Sète en préface du carnet affirme la visée communicante et l’aspect ethnographique de la publication : « Comme une fille un peu trop séduisante, notre ville ne prête plus guère attention aux chasseurs de belles images. Cette fois pourtant, ce trio nous a étonnés et sont allés bien au-delà d’un simple portrait de la ville […] ». L’artiste Cathy Beauvallet remet son travail d’artiste au centre du propos et affirme un regard sensible à l’esthétique de la fête des joutes : « Je suis grisée par toutes ces couleurs, par ces barques en mouvement qui virevoltent et se jaugent avant de se cabrer en une soudaine accélération, moulinet de rames trépidantes, survoltées et brutalement suspendues en plein vol lorsque les embarcations se croisent en se frôlant ». Le tourisme urbain à travers les pérégrinations à pied ou en vélo peut être aussi valorisé : Banlieue nomade : carnets de voyage autour de Paris par les carnettistes Tribulants (Éditions Alternatives 2005) et Clermont-Ferrand Absolu de François Tallandier et Bernard Deubelbeiss (Page Centrale 2005). Une vingtaine de carnettistes, rompus à l’exercice de l’ailleurs, on fait le pari de casser les stéréotypes de la banlieue en portant sur elle un regard neuf, multiple, et, à l’image du sujet lui-même, hétérogène. Pour le deuxième carnet, il s’agit d’une découverte culturelle originale de chaque quartier de Clermont-Ferrand à travers le regard de l’auteur et de ses lectures historiques, littéraires et journalistiques mais aussi de son vécu de natif clermontois. Mais c'est un regard sociologique que porte Damien Roudeau à travers un reportage graphique (Les Trucs : 20 dessins sur les Travaux de Rénovation Urbaine des Cités Sensibles4) qui sert donc un projet urbain. Le carnet de reportage devient un projet de résidence d'artistes à Brasilia tissant des regards interculturels entre Brésiliens et Français sur la ville contemporaine dans Brasilia, ventura ventis : reportage graphique (Les requins Marteaux).

De l'« urban sketching » et de la revendication d'un art urbain

  • 5 http://www.urbansketchers.org/
  • 6 http://france.urbansketchers.org/
  • 7 Voir la partie 1 la sous partie intitulée Des paralittératures aux « littératures dessinées » ou g (...)
  • 8 http://www.willeisner.com/books/ny_big_city.html
  • 9 Voir les invités au 13e Rendez-vous du carnet de voyage du 16 au 18 novembre 2012
  • 10 Du 11 au 13 juillet 2013 :http://www.urbansketchers.org/2012/12/its-official-barcelona-tohost-our- (...)

6A côté de la reconnaissance récente du Street Art, le dessin croqué sur le vif en milieu urbain est en quête de reconnaissance. Ainsi « Urban Sketchers (USk)5 est une organisation à but non lucratif qui met en avant la valeur artistique, narrative et pédagogique du dessin « in situ », qui en fait la promotion et crée des liens entre croqueurs dans le monde entier, qu'ils soient chez eux ou en voyage ». Les vingt-quatre Urban sketchers français6 (avec une majorité sur Lyon et Montpellier) se sont fédérés afin de partager leurs dessins sur leur blog et sur le groupe Flickr USK France et autour du Manifeste Urban Sketchers afin de montrer « le monde de dessin en dessin » : art in situ sur le vif, témoignage du quotidien, archives de lieux et d'instants, fidélité au réel, diversité de techniques et de styles artistiques, pratique artistique en groupe et partage des œuvres. Leur objectif est le témoignage retranscrit du quotidien pour collecter la mémoire collective de la ville sur le modèle de deux illustres dessinateurs américains à l'origine du « Novel Graphic »7. En effet Robert Crumb s’inspire de la vie sociale de New York en décrivant les quartiers noirs-américains dès 1964 : ses Sketchbooks Reports ne sont édités qu’en 1999 par l’éditeur Cornélius dans la collection « Blaise », annoncée en 1996 par les Carnets de New York de Philippe Dupuy et Berberian. Dans cette lignée, Will Eisner publie en 1981 la trilogie intitulée Big City8 qui décrit la vie quotidienne des New Yorkais, dont le style se poursuit dans Dropsy Avenue en 1995 ; à noter qu’un quatrième volume s’y ajoute intitulé Carnet de croquis : métropole (Comics USA 1989) réalisé aussi en 1981 et qui décrit la vie de Will Eisner à New York. C'est un style de « carnet de voyage » de proximité et du quotidien au fil de déambulations dans la ville américaine. Chez nous, Philippe Dupuy, Berbérian à la suite de leurs Carnets de New York (Cornélius 1996) poursuivent en 1999 par Barcelone carnets. Les premiers Urban Sketchers en sont originaires9 et y organisent leur Symposium international10. Cet hommage au reportage graphique urbain vise à la reconnaissance d'un sous-genre apparenté au carnet de patrimoine.

Le carnet de voyage comme « fabrique » de l’habitant-citoyen

De l'espace vécu, de l'espace perçu et de la « géocitoyenneté » par l'image

  • 11 Voir le colloque : « Apprendre à vivre ensemble grâce à l'enseignement de l'histoire - géographie  (...)
  • 12 Yves Raibaud (2011).
  • 13 Elise Olmédio, 2011, « Cartographie sensible, émotions et imaginaire », Le monde diplomatique, 201 (...)

7Le carnettiste géographe s'approprie le lieu par les sens et le transmet par les arts visuels. Manifeste de la géographie vécue, le carnet de voyage serait un outil de la géographie culturelle (Claval 1995), de la géographie sociale (Di Méo 1998) et de la géographie socioculturelle (Raibaud 2001) - renonçant à toute hiérarchie entre le social et le culturel - qui mettent en avant la représentation que la société se fait de son espace à travers les notions d’identité, d’appartenance, de « géocitoyenneté »11 (apprendre à vivre ensemble) et les mythes. Elle peut trouver, avec l’anthropologie du voyage, des approches communes de réflexion afin de connaître les savoir-faire géographiques des sociétés. En effet à travers les carnets de voyage, il s’agirait d’appréhender les civilisations à travers les rapports de l’homme et de son environnement ; en somme, une approche géographique de l’anthropologie (Wackermann 2008) pour définir, selon les sociétés et les peuples, le rôle de l’espace et la notion de territoire. Comme, selon Guy Di Méo, « la géographie socioculturelle peut intégrer la prise en compte d’une géographie de l’individu tout en conservant l'héritage critique de la géographie sociale »12, le carnet de voyage serait alors un outil privilégié. De plus, les représentations mentales en géographie (Paulet 2002) que le carnet de voyage véhicule, deviennent la préoccupation de l’aménagement du territoire. Percevoir les différences d’appropriation spatiale et les appréciations esthétiques ou critiques pourrait « dessiner » les lieux de voyage, de villégiature et de tourisme. Mener une enquête socio-géographique à partir d’un corpus de carnets de voyage tous supports - audio-visuel, blog et site web - serait pertinent afin de travailler sur l’espace perçu et vécu pour déterminer l’aménagement urbain ou naturel. Il s’agirait de faire du carnet de voyage « hyper », un « scape » et un « scope », propos et médium du tourisme. La redéfinition médiatique des lieux à travers une mise en valeur esthétique et plastique valoriserait un tourisme de l’expérience et de l’authentique, en somme une cartographie culturelle13 et sensible.

  • 14 Exemples de cartographie culturelle :http://www.scoop.it/t/cartographie-culturelle
  • 15 Voir les projets de cartographie subjective de Catherine Jourdan :http://www.geographiesubjective. (...)

8L’étude et la cartographie sensibles14 sont des méthodes d’approche urbaine qui identifient les rapports entre le territoire et ses habitants, et permettent de formuler des enjeux urbains qui sont appropriables par tous les usagers de la ville. Multipliant les formes de restitutions, elles proposent des temporalités différentes d’interventions sur le territoire. Elles construisent des formes de représentation des territoires avec les habitants15, à court terme, elles amorcent des actions de préfigurations des projets urbains, et à plus long terme, elles donnent les pistes d’occupation du chantier urbain par des lieux et des formes d’interventions urbaines stratégiques.

Du webdocumentaire au périple 3D, une mise en scène de l'habitant-citoyen

  • 16 Produit par URBANIA à Montréal :http://www.mtl12.com/
  • 17 Extrait du site :http://www.mtl12.com/
  • 18 Projet B3D de Jean-Luc Rumeau (Axyz) : http://www.axyz.fr/patrimoine-historiquerecons titution-3d. (...)
  • 19 La Fabrique BNSA du Conseil régional d'aquitaine : projets tels que Détours jardins ou "Street Inv (...)

9C'est le cas du webdocumentaire Montréal en 12 lieux16 de Claire Buffet et Franck Desvernes qui propose pour chaque lieu la rencontre de l’habitant-citoyen qui « incarne l'âme du lieu »17 alors le projet B3D18 de Jean-Luc Rumeau est tourné vers une mise en valeur patrimoniale incitée sur le numérique par la Fabrique BNSA19. À travers Montréal, chaque spectateur aborde l'espace selon la psychologie de l'habitant du lieu choisi, donc selon la culture et le vécu de l'Autre. L'altérité fabrique l'image du lieu afin de forger une identité spatiale par la représentation et non par une pratique spatiale personnelle. En douze épisodes, cette série télévisée propose une expérience immersive sur l'Internet en trois modes (« visionner », « explorer » et « participer ») afin de créer une nouvelle image urbaine, voir une identité urbaine de l'habitant-citoyen rénovée. Elsie Herberstein et Zahia Hafs proposent une démarche similaire dans leur carnet de voyage Alger, simples confidences ; elles partent à la rencontre des Algérois qui témoignent de leur métier, les invitent dans leur quartier ou chez eux, parfois dévoilent leur vie : en somme un portrait de la médina en kaléidoscope. Elles projettent une certaine identité de la médina authentique et nostalgique, celle de la Casbah qu'elles souhaiteraient sauver de la décrépitude et de l'oubli afin de faire renaître l'intérêt des touristes. La notion de quartier au fil des interviews repose sur une vie quotidienne simple éloignée de la modernité aux codes culturels ancrés dans la société algéroise. Le médium à travers le témoignage, le reportage graphique et les arts graphiques concilie en effet la visée communicante et l’aspect ethnographique et semblerait un outil adapté aux projets urbains, une « fabrique mémorielle, symbolique et sensible » pour l'habitant, un médium vers une géocitoyenneté.

De l'identité spatiale ou du quartier à la territorialité, une appropriation spatiale par les arts graphiques

  • 20 Guy selon Di Méo, « Territorialité », in Dictionnaire de la géographie et de l'espace des sociétés(...)
  • 21 M. Lussault, « Identité spatiale », In Dictionnaire de la géographie et de l'espace des sociétés, (...)
  • 22 G. Di Méo, « Identité et territoire : des rapports accentués en milieu urbain ? », Métropoles, 200 (...)
  • 23 En référence à Kenneth White :http://www.kennethwhite.org/geopoetique/

10« Le rapport collectif d'une société à un territoire dépasse la seule dimension politique. Il s'imprime aussi dans un registre de valeurs culturelles et sociales, mémorielles et symboliques. Il peut relever d'un contexte économique particulier. »20. La territorialité reflète la « multidimensionnalité du vécu territorial » (Raffestin 1980) qui s'exprime selon le vécu, la psychologie ou la culture de chaque habitant : elle est constitutive de l'espace social et de l'« espace vécu » (Guy Di Méo 1998). L'identité spatiale serait « une représentation dotée d'attributs essentialisés et naturalisés donc posés en évidence par ceux qui les dénoncent et s'en servent, dissimulant du même coup l'artifice de leur élaboration et de leur stabilisation »21. Selon Michel Lussault les rhétoriques identitaires reposent sur les attributs de position (site, situation...), de configuration (organisation de l'objet), de substances et de valeurs (organisation idéelle de l'objet). Selon Guy Di Méo « Les formes spatiales des identités, les dimensions identitaires des espaces s’interpénètrent selon une dialectique subtile. Elles se manifestent dans les représentations sociales par le truchement de schèmes symboliques qui associent objets, lieux, œuvres, personnages et événements patrimoniaux »22. Le carnet de voyage intermédia serait alors un instrument de visualisation de l'identité territoriale médiatisée. La relation d'un individu à l'espace est en effet retranscrite dans le carnet de voyage. Par exemple, Florent Chavouet offre une cartographie sensible de la ville de Tokyo au fil de ses pérégrinations dans Tokyo Sampo. Le carnettiste fixe une identité spatiale individuelle par sa pratique et son langage mais aussi un ensemble de représentations de l'urbain, de l'espace et de valeurs attribuées. Ainsi tout carnettiste, amateur ou professionnel, participe de cette mise en image, appropriation et valorisation du lieu à partir aussi d'un imaginaire géographique à l'œuvre, parfois d'une « géopoétique »23. Sur un même lieu, une identité spatiale collective peut prendre forme à travers un corpus de carnets de voyage et jouer sur les pratiques normatives de l'usage du lieu : par exemple les carnettistes pourraient modifier l'identité spatiale d'une ville au passé industriel vers une vocation touristique (cas de Clermont-Ferrand qui devient une ville culturelle tournée vers les arts visuels avec trois festivals à vocation européenne ou internationale).

Une typologie de carnets de patrimoine urbain selon l'approche artistique

  • 24 Un corpus de carnets de voyage est publié sur le carnet de recherche « Carnet de voyage - reportag (...)
  • 25 Communication : « Le carnet de voyage intermédia, esthétique géographique et art visuel pour la va (...)

11A travers un corpus24 de carnets de patrimoine urbain, nous pourrions distinguer six catégories25 selon l'approche artistique envisagée et le rendu d'arts graphiques :

  1. Carnet de patrimoine : déambulation dans l'image avec texte inséré dans la composition ;
  2. Carnet de reportage : enquête sociologique à partir de portraits dessinés attachés à un lieu ;
  3. Carnet de récolte ou de mémoire : recueil ethnographique et historique avec l'insertion de documents authentiques ;
  4. Carnet de recherches en art : image composite pluri média et photographies retravaillées ;
  5. Carnets multiregards : image mosaïque de techniques artistiques diverses ;
  6. Carnet de géographe : rough et plan.

Des projets de carnets de voyage urbains hypermédias, une territorialité créative

  • 26 Mathis Stock, « Topophilia », In Dictionnaire de la géographie et de l'espace des sociétés, sous l (...)
  • 27 Yann Yusseaume, « Paysages urbains : essence et perception », Site Mésologiques, Etudes des milieu (...)
  • 28 Selon Franck Cormerais et Jacques Gilbert en conclusion du colloque Poétique du numérique des 12-1 (...)
  • 29 http://lafabrique.bnsa.aquitaine.fr/2012/05/14/detours-jardins-balade-numerique-avilleneuve-sur-lot
  • 30 http://lafabrique.bnsa.aquitaine.fr/2012/12/18/street-invaders-chasse-au-patrimoineurbain/;http://w (...)
  • 31 Ville et création artistique. Pour une autre approche de la géographie culturelle, Boris Grésillon (...)
  • 32 L'espace, le réel et l'imaginaire : a-t-on encore besoin de la géographie culturelle ?, Christine (...)

12Des démarches de « recréation des lieux » à travers le carnet de voyage intermédia, numérique, web 2. 0 ouvriraient sur une « topophilia » (Stock 2003) et un « tournant spatial de l’art » (Volvey 2000) contemporain du carnet de voyage. Des projets de carnets de voyage urbains hypermédias réalisés par les habitants favoriseraient en effet les interactions entre les espaces, vécu, perçu et projeté, par le citadin : « un lien affectif qui existe entre les individus et le lieu [...] C'est donc la question de la signification des lieux qui est posée in fine [...] C'est à travers une approche systématique des pratiques des lieux que l'on peut mettre en évidence les manières dont les êtres humains habitent les lieux du Monde »26. Mener un projet de carnet de voyage hypermédia ou d'itinéraire culturel web 2. 0 en interaction avec les habitants ouvre des perspectives originales pour l’appropriation d’un territoire à Nantes. Le Voyage à Nantes, projet de parcours insolite à partir d’œuvres d’art dans la ville de Nantes pourrait envisager la création d’un carnet de voyage numérique à visée communicative, patrimoniale et touristique à partir de l’imaginaire des voyages de Jules Verne. Il offrirait alors une place aux arts graphiques et numériques pour transmettre un imaginaire de la ville afin de mettre en œuvre une territorialité propre au « voyage » (mobilité/fixité/imaginaire/passage). Chaque promeneur amateur donnerait son point de point ou participerait à la création artistique numérique du parcours en ligne pour réaliser une « œuvre évolutive » sur l’identité nantaise et plus particulièrement sur le paysage urbain défini par Yann Yusseaume27 et Augustin Berque (1990). Dans le parcours dont rend compte le carnet de voyage une « topophilia » serait à l'œuvre dans le choix des lieux parcourus pour parvenir au lieu final. La médiation de l'étude géographique serait d'autant plus innovante qu'elle mettrait en exergue les images du paysage et de l'environnement à analyser. Il s’agirait de faire du carnet de voyage « hyper » un « scape » et un « scope »28, propos et médium à la fois en vue d’« habiter le monde en poète » et de regarder son cadre de vie pour en devenir acteur, en somme un « géo-citoyen » de sa ville. Sur ce modèle, deux projets de la BNSA du Conseil Régional d'Aquitaine sont en cours : Détours jardins : balade numérique dans les jardins de Villeneuve-sur-Lot29 de la compagnie de danse et arts associés Sylex propose une balade numérique sonore et visuelle sous la forme d'une carte multimédia via les baladeurs Mp3 reliant plusieurs jardins de la ville de Villeneuve-sur-Lot et donnant accès aux contenus (fonds numériques, images, vidéos et sons) et travaux artistiques débutés par Sylex en 2011. Le projet Street Invaders30 invite dans plusieurs villes d’Aquitaine des artistes pour créer des parcours artistiques atypiques et originaux dont la découverte s’effectuera sous forme d’une chasse au trésor à travers le patrimoine urbain aquitain via une application mobile dédiée. En somme, ces collaborations entre aménageurs, géographes et artistiques ouvrent sur une autre vision de l'urbain et « le regard souvent visionnaire des artistes peut aider à la compréhension intime de l’organisme urbain. À leur façon, les créateurs sont des éclaireurs sensibles du fait urbain [...] une démarche de géographie culturelle et urbaine peut gagner en épaisseur en ajoutant aux méthodes traditionnelles de la géographie urbaine la confrontation des regards avec un tiers - artiste, acteur, écrivain »31 (Grésillon 2008). Cela poserait la problématique de la déformation par l'art et l'imaginaire de l'espace32 (Chivallon 2008) mais selon Guy Di Méo (2000) « toute pratique humaine comporte sa dimension imaginaire » d’où résulterait un « espace déformé ».

  • 33 lancé par le quotidien Libération :http://voyages.liberation.fr/portraits-de-villes/concourslibera (...)

13En conclusion, le carnet de voyage ou de patrimoine est devenu un carnet d'« identité spatiale » collective et individuelle à la fois projection, construction et fabrique de l'habitant-citoyen dans plusieurs facettes du projet urbain. Il pourrait participer de la territorialité urbaine souhaitée par le politique parfois d'une « topophilia » (Stock 2003) urbaine projetée par le citadin. Cette problématique pourrait être soulevée dans l'appel à projet « Portraits de villes »33.

Bibliographie

Références

ARGOD P., 2005, Carnets de voyage : du livre d’artiste au journal de bord en ligne, SCEREN - CRDP d’Auvergne, 271 p. (+ 29 fiches pédagogiques).

ARGOD P., 2009, Le carnet de voyage : approches historique et sémiologique. Thèse de Doctorat en SIC, Bordeaux : université de Bordeaux 3, décembre, 789 p.

ARGOD P., 2010, « Des carnets de patrimoine », ARGOS, Ministère de l’éducation nationale - SCEREN - CRDP de Créteil, double numéro n° 46-47, juin, p. 44-51.

ARGOD P., 2011, Le carnet de voyage sans frontières, Clermont-Ferrand : Reflets d’ailleurs, 68 p.

AUGUSTIN J. P., BEDARD M., DESNOILLES R. (dir.), 2012, L'imaginaire géographique : perspectives, pratiques et devenir, Québec : PUQ, 369 p.

BERQUE A., 2000, Médiance : de milieux en paysages, Belin, 160 p.

CHIVALLON C., 2008, « L'espace, le réel et l'imaginaire : a-t-on encore besoin de la géographie culturelle ? », Annales de géographie, 2, n° 660-661, p. 67-89.

CLAVAL P. ? 2003, Géographie culturelle : une nouvelle approche des sociétés et des milieux, Armand Colin, 352 p.

CLAVAL P., 1995, Géographie culturelle, Nathan, 384 p.

COSGROVE D., 2008, “Cultural cartography : maps and mapping in cultural geography”, Annales de géographie, 2, n° 660-661, p. 159-178.

DI MEO G., 1996, Territoires du quotidien, L'Harmattan, 208 p.

DI MEO G., 1998, Géographie sociale et territoire, Nathan, 320 p.

DI MEO G., 2003, « Territorialité », In Dictionnaire de la géographie et de l'espace des sociétés, Jacques Lévy et Michel Lussault (dir.), Belin, p. 919.

DI MEO G., 2007, « Identité et territoire : des rapports accentués en milieu urbain ? », Métropoles, 1, mis en ligne le 12 février 2007, consulté le 23 juin 2014. URL :http://metropoles.revues.org/80.

GRESILLON B. ? 2008, « Ville et création artistique. Pour une autre approche de la géographie culturelle », Annales de géographie, 2, n° 660-661, p. 179-198.

HESS R., 1998, La pratique du journal : l'enquête au quotidien, Anthropos, 144 p.

KNAFOU R., DUHAMEL P., GAY J. C., LAZZAROTTI O. (Dir.), 2008, Tourismes, volume 1, Lieux communs, Belin, 319 p.

LUSSAULT M., 2003, « Identité spatiale », In Dictionnaire de la géographie et de l'espace des sociétés, Jacques Lévy et Michel Lussault (dir.), Belin, p. 480.

NUSSEAUME Y. 2010, « Paysages urbains : essence et perception », Études des milieux humains [en ligne], 6-11/03,http://www.mesologiques.com/2012/03/paysage-urbain-essence-et-perception.html

PAULET J.-P., 2002, Les représentations mentales en géographie, Economica, 152 p.

RAFFESTIN C., 1980, Pour une géographie du pouvoir, Librairies Techniques (IJTEC), 250 p.

RAIBAUD Y., 2011, Géographie socioculturelle, L'Harmattan, 288 p.

SANIJAN T. (dir.), 2008, Carnets de terrain : pratique géographique et aires culturelles, L’Harmattan, 246 p.

SOULAGES P., 2013, Géoartistique et géopolitique : frontières, L'Harmattan, 208 p.

STOCK M., 2003, « Topophilia », In Dictionnaire de la géographie et de l'espace des sociétés, Jacques Lévy et Michel Lussault (dir.), Belin, p. 930.

VIALLON P. et BOYER M., 1994, La communication touristique, PUF - Que sais-je ? n° 2885, 128 p.

VOLVEY A., 2000, « L’espace vu du corps », in Logiques de l’espace, esprit des lieux. Géographies à Cerisy, Levy, J. et Lussault, M. (dir.), Belin, p. 319 à 332.

VOLVEY A., 2003, « Terrain », In Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, Levy, J. et Lussault, M. (dir.), Belin, p. 904 à 906.

WACKERMANN G., 2008, Géographie des civilisations, Ellipses, 560 p.

Corpus de carnets de patrimoine ou carnets de voyage urbain

ALVADO B., ARIZZOLI L., BAECQUE M.-C. et al., 2008, Saint-Denis, portrait sensible, Magellan & Cie, Coups de crayon

ANDREADIS I., BOUDIER L., 2007, Cosmopolis : Ivry-Sur-Seine, Ed. du Panama, 2007.

BEAUVALLET C., CHAVANAT D., HERBERSTEIN E. (avec la participation de J. Pruneau), 2005, Sète, surprenant voyage, Jalan Publications.

BEB-DEUM, GERNER J., BROQUET V., VAN HASSELT T., 2005, Brasilia, ventura ventis : reportage graphique, Les Requins Marteaux.

BOULDOUYRE A., 1993, Lyon : carnet de chantier, Horvath.

CHAVOUET F., 2011, Tokyo Sampo, Philippe Picquier.

GUIBERT E., 2004, Le pavé de Paris, Ouest-France.

HAFS Z. et HERBERSTEIN E. ? 2005, Alger, simples confidences, Jalan Publications.

JOLIVET J., 2001, Vues d’Ivry, Cornélius.

LE BOT E., 2002, Arrêts sur Brest : la ville de Brest vue et dessinée à partir de son réseau de bus. Commentaires de Brestois, Ed. Océaniques.

Les Carnettistes Tribulants, 2006, Banlieue nomade : carnets de voyage autour de Paris, Alternatives.

ROUDEAU D., 2008, Les Trucs : 20 dessins sur les Travaux de Rénovation Urbaine des Cités Sensibles, 28 décembre [en ligne]http://grandpapier.org/damienroudeau/

TAILLANDIER F. et DEUBELBEISS, 2011, Clermont-Ferrand absolu, Page Centrale.

CAMPANARIO G. et URBAN STKETCHERS, 2012, The arts of urban sketching : drawing on location around the world, Bervely USA, Quarry Books,http://www.urbansketchers.org/

Projets numériques de carnet de patrimoine urbain

RUMEAU J. L., 2011, Projet B3D Bordeaux 3D, Produit par Axyz,http://www.axyz.fr/patrimoine-historique-reconstitution-3d.htm/
http://www.heritage-prod.fr/

BUFFET C. et DESVERNES F., 2007, Webdocumentaire : Montréal en 12 lieux, Montréal : URBANIA,http://www.mtl12.com/

Les applications sur SmartPhone Piste et trésor :
http://www.furetcompany.com/site/jeux/#allBaladenigm.com :énigme sur Parishttp://www.baladenigm.com/

Le projet Le voyage à Nantes : http://www.levoyageanantes.fr/fr/

Détours jardins : balade numérique dans les jardins de Villeneuve-sur-Lot.

Compagnie de danse et arts associés Sylex, La Fabrique BNSA du Conseil régional d'Aquitaine, 2012 :
http://lafabrique.bnsa.aquitaine. fr/2012/05/14/detours-jardins-baladenumerique-a-villeneuve-sur-lot/

Street Invaders. Association Lartefact, le blog street-invaders.com. La Fabrique BNSA du Conseil régional d'Aquitaine, 2012 :
http://lafabrique.bnsa.aquitaine.fr/2012/12/18/street-invaders-chasse-aupatrimoine-urbain/
http://www.street-invaders.com/

Street Museum. Musée de Londres, 2012 :
http://www.zeutch.com/cool/street-museum-11896
http://www.museumoflondon.org.uk/Resources/app/you-are-hereapp/home.html

Appel à projet "Portraits de villes" lancé par le quotidien Libération :
http://voyages. liberation.fr/portraits-de-villes/concours-liberation-apaj-2012-reglement

Un corpus de carnets de voyage est publié sur le carnet de recherche "Carnet de voyage-reportage : intermédialité, interculturalité, médiation, patrimoine" de Pascale Argod, Hypotheses. org, avril 2012 :
http://cdevoyage. hypotheses.org/category/corpus-intermedia

A compléter par l'annuaire des carnettistes exposants :
http://carnettistes.dbm-agence.com/
au 14e Rendez-vous du carnet de voyage de Clermont-Ferrand du 15 au 18 novembre 2013 :http://www.rendezvous-carnetdevoyage.com/page-lerendez-vous

Notes

1 Pascale Argod, Des carnets de patrimoine, Revue ARGOS, Ministère de l’éducation nationale - SCEREN - CRDP de Créteil, double numéro n° 46-47, juin 2010, p. 44-51 (8 pages). Voir la réalisation d’un espace « Carnets de patrimoine : histoire, archéologie, architecture, ethnographie…. » au sein du 12e et du 13e Rendez-vous du carnet de voyage de Clermont-Ferrand de novembre 2011 et 2012.

2 Voir l’analyse des relations entre les destinations touristiques préférées et le thème des carnets de voyage (années 2003-2006) dans la thèse de Doctorat de Pascale Argod (2009). :

3 Voir les 130 carnettistes invités au 13e Rendez-vous du carnet de voyage de Clermont-Ferrand du 16 au 18 novembre 2012 :http://www.rendezvous-carnetdevoyage.com/page-le-rendez-vous-2012

4 http://grandpapier.org/damien-roudeau/

5 http://www.urbansketchers.org/

6 http://france.urbansketchers.org/

7 Voir la partie 1 la sous partie intitulée Des paralittératures aux « littératures dessinées » ou graphiques de la thèse de Doctorat : Pascale Argod, « Le carnet de voyage : approches historique et sémiologique ». Thèse de Doctorat, université de Bordeaux III, 2009 (790 p. + 800 titres de corpus).

8 http://www.willeisner.com/books/ny_big_city.html

9 Voir les invités au 13e Rendez-vous du carnet de voyage du 16 au 18 novembre 2012

10 Du 11 au 13 juillet 2013 :http://www.urbansketchers.org/2012/12/its-official-barcelona-tohost-our-4th.html

11 Voir le colloque : « Apprendre à vivre ensemble grâce à l'enseignement de l'histoire - géographie », Genève, le 29 octobre 1997.

12 Yves Raibaud (2011).

13 Elise Olmédio, 2011, « Cartographie sensible, émotions et imaginaire », Le monde diplomatique, 2011 ;http://blog. mondediplo.net/2011-09-19-Cartographie-sensible-emotions-et-imaginaire

14 Exemples de cartographie culturelle :http://www.scoop.it/t/cartographie-culturelle

15 Voir les projets de cartographie subjective de Catherine Jourdan :http://www.geographiesubjective.org/Geographie_subjective/Presentation.html

16 Produit par URBANIA à Montréal :http://www.mtl12.com/

17 Extrait du site :http://www.mtl12.com/

18 Projet B3D de Jean-Luc Rumeau (Axyz) : http://www.axyz.fr/patrimoine-historiquerecons titution-3d.htmethttp://www.heritage-prod.fr/

19 La Fabrique BNSA du Conseil régional d'aquitaine : projets tels que Détours jardins ou "Street Invaders".

20 Guy selon Di Méo, « Territorialité », in Dictionnaire de la géographie et de l'espace des sociétés, sous la direction de Jacques Lévy et Michel Lussault. Editions Belin, 2003, p. 919

21 M. Lussault, « Identité spatiale », In Dictionnaire de la géographie et de l'espace des sociétés, sous la direction de Jacques Lévy et Michel Lussault. Editions Belin, 2003, p. 480.

22 G. Di Méo, « Identité et territoire : des rapports accentués en milieu urbain ? », Métropoles, 2007.

23 En référence à Kenneth White :http://www.kennethwhite.org/geopoetique/

24 Un corpus de carnets de voyage est publié sur le carnet de recherche « Carnet de voyage - reportage : intermédialité, interculturalité, médiation, patrimoine » de Pascale Argod, Hypotheses.org, avril 2012 :http://cdevoyage.hypotheses.org/corpus-intermedia

25 Communication : « Le carnet de voyage intermédia, esthétique géographique et art visuel pour la valorisation des lieux touristiques et patrimoniaux : de la cartographie sensitive et de l’image composée à l’itinéraire culturel », Pascale Argod, Journée d’étude de la MSH de Clermont-Ferrand : 16 novembre 2012 « Comment cartographier les récits documentaires et fictionnels ? »

26 Mathis Stock, « Topophilia », In Dictionnaire de la géographie et de l'espace des sociétés, sous la direction de Jacques Lévy et Michel Lussault. Editions Belin, 2003, p. 930.

27 Yann Yusseaume, « Paysages urbains : essence et perception », Site Mésologiques, Etudes des milieux humains [en ligne], 6-11/03/2010.http://www.mesologiques.com/2012/03/paysageurbain-essence-et-perception.html

28 Selon Franck Cormerais et Jacques Gilbert en conclusion du colloque Poétique du numérique des 12-13 juin 2012, Nantes : « Valeur de l'imaginaire : mobilité/fixité et territorialité ».

29 http://lafabrique.bnsa.aquitaine.fr/2012/05/14/detours-jardins-balade-numerique-avilleneuve-sur-lot/

30 http://lafabrique.bnsa.aquitaine.fr/2012/12/18/street-invaders-chasse-au-patrimoineurbain/;http://www.street-invaders.com/

31 Ville et création artistique. Pour une autre approche de la géographie culturelle, Boris Grésillon, Annales de géographie, 2008/2 n° 660-661, p. 179-198.

32 L'espace, le réel et l'imaginaire : a-t-on encore besoin de la géographie culturelle ?, Christine Chivallon, Annales de géographie, 2008/2 n° 660-661, p. 67-89.

33 lancé par le quotidien Libération :http://voyages.liberation.fr/portraits-de-villes/concoursliberation-apaj-2012-reglement

Auteur

PRCE de Documentation, docteure en sciences de l’information et de la communication, Université de Bordeaux, GRESIC-MICA EA 44 26

© Carrières Sociales Editions, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search