Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’animation socioculturelle, quelle place dans le projet urbain ?

 | 
Pascal Tozzi

2ème partie : Animation socioculturelle, « fabrique » et implications de l'habitant-citoyen

Ressentir le développement durable et construire l'intelligence sensible de la complexité. Regards, réflexions et expériences du Réseau « Multiple »1

Gisèle Voegeli

Texte intégral

  • 1 Réseau Local de Compétences – Développement Durable et Travail social - HETS/HES so Genève/

1Un fossé entre l'humain et son environnement ? Une vue de l'esprit ! Si un fossé existe entre l'espèce et son milieu de vie, nous prenons le parti de le nommer frontière. Car, ce que nous désignons comme frontière entre le social et l'environnemental, n'est ici qu'un repère destiné à nous éclairer sur ce que nous, humains, jouons comme rôle dans cette grande aventure de vie à laquelle nous participons depuis peu sur l'échelle du temps long. Plus qu'une ligne de démarcation, cette frontière devient alors un lieu de passage, de transition, d'interpénétration dans ce monde du vivant, entre l'humain, le végétal, l'animal, le minéral, mais aussi entre le monde de la pensée du vivant et celui de sa perception, de son ressentir ; de l'intégration de tous ces univers dont nous sommes une infinie petite partie.

2Ce monde dans lequel l'humain est enjoint à cesser de réfléchir par catégories pour se réapproprier moult opportunités de rassembler l'apparemment dissemblable et redonner du sens au mot vie. Ce monde du vivant qui, pour être compris, doit peut-être dans un premier temps être ressenti. Belle est ici l'occasion de réunir science et conscience. Science pour ce qu'elle postule et propose, en invitant à se questionner en permanence sur les réalités d'un jour, qui confrontées à de nouvelles réalités, éclairées du partage et de l'échange avec l'autre, prennent la forme d'une interrogation hier encore impensable. Conscience par ce qu'elle révèle de la nécessaire humilité face aux innombrables méandres inexplorés et mettant en lumière que l'humain n'est autre que le vivant dont il émerge enrichi de ses émotions, de sa mémoire et de ses espoirs. Conscience que toute affirmation est péremptoire et périlleuse. Dès lors, cette conscience rend floues les frontières entre matière et vivant, animal et humain ; les transformant en seuil, en lieu de passage, de transition, d'émergence, de transformation. Frontières anciennes qui scindaient, séparaient, voire opposaient ; frontières nouvelles comme enrichissement, symbioses, émergence de transformations, de métamorphoses. Reconfiguration.

3Dans cette succession de transformations, de passages, de métamorphoses, de recompositions, le vivant est plus vaste que la matière qui le compose ; l'humain autre que le vivant dont il émerge et la vie intérieure, les émotions, la conscience, la mémoire, les rêves vivent de leur propre existence dans ces corps qui les ont fait naître. Qui les animent. Nous voici, sans le chercher vraiment, aux racines de cette profession qui nous réunit et dont l’étymologie nous invite à remonter jusque sur les rives du mot « anima ».

Introduction et constats

« … Cette déconnexion entre notre vision pour la planète et notre aptitude à la concrétiser s'explique par l'état actuel de la conscience humaine. Nos cerveaux, nos structures mentales, nous prédisposent à une façon de ressentir, de penser et d'agir dans le monde qui n'est plus adaptée aux nouveaux contextes que nous nous sommes créés » (Rifkin 2011).

4Il ne se passe pas un jour sans que nous soyons – via les médias de tout poil – confrontés aux effets des modifications climatiques, sensibilisés à la raréfaction des ressources naturelles ou aux pressions géopolitiques liées à la gestion inéquitable des biens publics globaux comme l’eau. Nous assistons silencieux à la séquestration des terres nourricières au bénéfice de cultures de profit comme à la fragilisation des équilibres naturels et cette liste n'est de loin pas exhaustive « … le problème humainement et planétairement vital de l'écologie nécessite une pensée qui interroge à la fois tous les aspects de la vie en société, et le sens de l'aventure humaine » (Morin 2007).

  • 2 Le "nous" sous-entend le Réseau Local de Compétences "Multiple" - Ressentir le développement durab (...)

5Comment expliquer que l’humain, tant dans sa dimension individuelle que collective, soit si peu soucieux de son milieu de vie local comme de son univers planétaire global ? Cette interrogation – en parallèle de notre postulat selon lequel l'humain à l'instar de nombreux êtres vivants sur terre, est fondamentalement empathique – anime nos2 réflexions depuis une demi-décennie. Trouver une réponse unique serait certes nier la complexité de la question, aussi nous employons-nous surtout à tenter d’identifier ce qui est constitutif des freins et des blocages qui sous-tendent cette « apparente » rupture entre humain, société et environnement afin d'agir dans le sens d'un retissage non plus à deux mais à trois brins.

6Se préoccuper de la manière dont notre espèce utilise la planète qui nous accueille n’est pas réservé à la seule caste des écologistes, cette perspective réaliste devrait être le souci de chacun ; or, il s’avère que – même si une prise de conscience semble parcourir le genre humain – chacun, individuellement, attend sur l'autre pour prendre soin de notre écosystème à tous. Pourquoi ? Quels sont les freins, y a-t-il déni individuel et/ou collectif ? Qu'en est-il du lien individu – société – environnement et qu'impliquerait de le reconsidérer ? Vraisemblablement, cette relecture confirmerait la nécessité de modifier nos comportements aujourd’hui-consciemment ou inconsciemment - calés sur une logique capitaliste et consumériste.

Penser autrement pour agir autrement

7Nous postulons que la prise en compte de ces liens est libératrice car fondatrice d'un rapport inclusif entre les individus et le monde qui les englobe. Nos différentes expériences nous démontrent que ces liens, plus qu'à être créés ou recréés, sont à percevoir, reconnaître, ressentir, nommer, partager, valoriser. Ressentir pour connaître et connaître pour comprendre. Passage de l'irréel au réel par le biais de la perception sans pour autant quitter la vie pour la fable.

8En parallèle de ce postulat, le constat de la résistance au changement est un aspect central pour réfléchir l’intervention sociale. Paradoxalement cette dernière manifeste des réticences à une mutation pourtant fort à propos. L'intervention sociale serait-elle en panne d’innovation ? La difficulté pour les métiers du social et de l’humain à intégrer la problématique écologique peut nous inciter à le penser. Les questions économiques et socioculturelles ont occupé le cœur de l’action sociale – animation socioculturelle comprise – depuis de nombreuses années. Or, il est aujourd’hui évident que l’avenir de l’humain sur terre est tout aussi précarisé par la dégradation des réseaux d'interaction du vivant – comprenant bien entendu les êtres et les végétaux, mais aussi l'air, l'eau, les sols, etc., que par les fragilités économiques grandissantes.

  • 3 http://www.unep.org – PNUE, Objectifs du millénaire, Objectif N° 7 Assurer un environnement durabl (...)

9La réalité est critique et l’occulter l’est encore davantage. Il est désormais indispensable de s’y arrêter et de développer des approches convoquant la dimension environnementale afin que notre siècle en finisse avec la simplification des mondes. Il s’agit de faire le lien entre l’évolution de la prégnance de l’économie et ses conséquences sur l’accès à l’eau, la souveraineté alimentaire, la durabilité des sols, la dégradation de la qualité de l’air ou les atteintes à la santé physique et psychique des individus. L'avenir de l'action sociale a le choix entre cautionner le divorce Homme-Nature avec son cortège de conséquences ou s'affirmer partie prenante dans des enjeux tels que ceux fixés dès l'aube de l'an 2000 par les objectifs du millénaire dont voici pour exemple le septième : « Intégrer les principes du développement durable dans les politiques nationales, inverser la tendance actuelle à la déperdition des ressources environnementales – Réduire de moitié le pourcentage de la population qui n'a pas accès de façon durable à un approvisionnement en eau potable »3

S’élever pour mieux voir

10En nous inspirant de l’image proposée par J. de Rosnay : s’élever pour mieux voir, relier pour mieux comprendre et situer pour mieux agir (De Rosnay 1977), nous tentons d'illustrer notre propos.

  • S’élever pour mieux voir, tant l’ici et le maintenant, que le là-bas et le demain. Voir, pour savoir, savoir pour choisir et choisir pour agir en connaissance de cause. Nous percevons à quel point sont convoquées les questions de solidarité entre générations présentes et à venir, tout comme d’équité entre les peuples. Une forme d'empathie transcendante.
  • Relier pour mieux comprendre, soit aller et venir du local au global afin de se représenter les actes et leurs impacts – donc nos actes et notre impact, les décisions et leurs conséquences, quelque chose qui s'apparente à la métaphore du battement d’aile de papillon provoquant un raz de marrée à l’autre bout du monde.
  • Situer pour mieux agir, situer et se situer, se positionner par rapport à soi et par rapport à autrui, inviter l’autre. S’appuyer sur le collectif, mobiliser les énergies, rassembler les intelligences, stimuler les actions durables comme antidote à l’apathie généralisée et déprimante. Réinviter la vie au cœur du vivant, au cœur de l’être et au cœur du collectif.

Quand une intention rencontre une opportunité

  • 4 4ème congrès de l’Association Internationale pour la formation la recherche et l’intervention soci (...)

11Nous nourrissons depuis de nombreuses années – au cœur du Réseau Multiple - diverses intuitions visant à décoder les freins au changement déjà évoqués précédemment. Le thème du congrès de l'AIFRIS4 nous a offert le cadre idéal pour tenter des actions inédites, issues de la perspicacité plus que de l'expérimentation elle-même. De cette perspicacité sont nées des intuitions dont nous tentons ci-après d'éclairer le cheminement riche, novateur et sinueux.

  • Une opportunité. Un colloque international, une ville, des participants, des hôtes, des invités venus de toute la francophonie, voire au-delà. Un thème : Crise, gouvernance et développement durable, des communications, des ateliers, des expériences.
  • Un réseau. Composé de personnalités issues d'horizons variés, le réseau local de compétences « Multiple » est né de l'espoir qu'un autre monde est possible. Ancré à la HETS de Genève depuis plus d'une demi-décennie, notre réseau est axé sur le lien individu – société – environnement au cœur de l'action sociale, il puise ses ressources tant dans la formation qu'auprès des terrains de pratique ; jongle avec la complémentarité des savoirs et des compétences venus des champs de la santé, du social, de l'art, de la communication, de l'écologie, de la sociologie, de la psychologie ou de la philosophie pour ne citer qu'eux ; il pétrit et repétrit les modèles qui en découlent afin de développer des aptitudes à penser et agir le monde autrement.
  • Une intuition. Ressentir pour comprendre avant d'agir : déployer l'empathie et les perceptions de la vie, de la nature de l'art, interpeller la créativité, éveiller l'émotion. Amplifier notre savoir de la beauté comme antidote à la séquestration des biens vitaux, publics et globaux. Une intuition quasi archaïque, venue du fond des âges, nous susurrant que l'espoir favorise le changement : « L'espoir est la chose avec des plumes qui est perchée dans l'âme, qui change la mélodie sans paroles et jamais ne s'arrête. Elle est ce qui est de plus doux quand on l'entend dans la tempête. » (E. Dickinson).
  • Une rencontre. Oser se positionner dans le cadre d'un colloque scientifique, oser la simplicité d'une balade au fil de l'eau, oser explorer et collectivement cultiver de l'intelligence du ressenti, oser créer des empreintes émotionnelles mouvantes. Des eaux vertes du Rhône genevois aux eaux brunes de l'Arve de passage, nous avons, pour ce projet original, osé une rencontre comme creuset à une expérience fondée sur l'intuition. Une rencontre inédite au cœur de Genève, entre des étudiants inscrits dans diverses filières de formation, des congressistes francophones, les membres et des partenaires du réseau Multiple.

De l'intuition à l'intention

12Si pour commencer il faut commencer, pour changer peut-être faut-il commencer par changer. Changer de paradigme pour inventer demain. Il est certes aisé à postériori de constater que le changement à eu lieu ; mais le changement peut-il être un projet, peut-il se décréter par anticipation ? Une piste intéressante et innovante nous semble s’ouvrir lorsqu’à la notion d’intuition, l’on associe les concepts d’intention et de changement. Dans cette perspective, l’intention nourrie par le sensible offre d’infinies possibilités créatives et innovantes pour faire émerger les représentations, mettre les résistances en mouvement, interpeller les archaïques liens entre l’humain et son écosystème, convier une renaissance des sens pour accéder à l’essence de ce qui nous unit aux multiples formes de vie concomitantes à notre vie propre. L’intention que nous sollicitons va dans le sens de l'intelligence collective en tant qu'intention co-ressentie, co-perçue, co-projetée, co-construite, élaborée, restituée. Elle s’appuie sur des valeurs identifiées et partagées, sur des enjeux et des objectifs négociés. La matérialisation de l’intention se réalise grâce à une création commune ouvrant la voie à l’intervention, la performance, l’action. Ambitionnant ce délicat équilibre entre intuition, intention et action nous avons dans un premier temps décortiqué la question du changement (y compris dans son acception de « crise ») et des résistances auxquelles il est confronté. Assez spontanément nous avons introduit des « bulles » ou espaces de déstabilisation visant à créer l’ouverture d’esprit et la mobilisation du corps. Plus concrètement le dispositif est organisé en plusieurs étapes que nous décrivons plus bas.

De l’intention à la conceptualisation

Oser métamorphoser la carapace

13Prendre contact avec soi pour prendre contact avec l'autre est la première étape, celle que nous nommons la convocation. Elle peut prendre des formes diverses pour autant qu'elle incite l'individu – dans un cadre sécurisé – à se (re)connecter avec son être profond. La respiration, la méditation, la contemplation, la perception mais aussi la déambulation ou l'errance sont des voies qui reconduisent vers soi. L'objectif est ici de retrouver le sens de nos propres sens pour, peu à peu, laisser l'extérieur devenir une enveloppante force bienfaisante et riche de couleurs, odeurs, sons, perceptions. Regarder loin dans le temps non pour le contredire mais pour le préciser, le ressentir, se reconnecter avec notre historicité et passer, du temps long de l'universel au temps court de l'instant, du moment. Apprendre sans invoquer des savoirs académiques, apprendre de soi et de l'autre dans un espace empli de la conscience d'être, dans un état de présence offert et partagé.

Sentir que le tout est plus que la somme des parties

14Une fois retrouvé son moi profond, une fois ré-imprégné de son environnement direct, la prise de contact avec l'autre promet une riche et surprenante aventure. Le temps fait son œuvre et la carapace désormais molle permet de se « frotter » à l'autre sans y laisser de plumes. Timidement, le moment est venu pour des échanges de chaleur, d'étincelles et de ferveur. Une force intérieure peu à peu se communique et la somme des individus devient un réel tout. La complexité prend forme et s'illustre au sein même du groupe nouvellement constitué, s'imposant d'elle-même dans les corps et les consciences. Une nouvelle carte mentale peu à peu se dessine, des siècles d'humanité se matérialisent en chacun lui conférant une responsabilité nouvelle et stimulante. Une responsabilité non culpabilisante. Une responsabilité tant individuelle que collective. Une responsabilité de vie à conjuguer à tous les temps.

Accepter de perdre pied

15Il est vrai que de passer du sol dur de nos convictions et de notre quotidien aux sols instables d'un temps d'exception peut représenter une forme de déstabilisation. Fort bien, serions-nous tenté de dire, car c'est cette même déstabilisation qui favorise le rééquilibrage entre dispersion – centration – concentration – perception. Peu à peu des connexions apparaissent tant envers l'autre que vis-à-vis de l'environnement direct. Le groupe d'individus peut désormais être invité à l'étape suivante : expérimenter le ressenti. Surprendre et comprendre vont alors aller de paire. Modifier les codes de communication, bouger les repères habituels, ouvrir d'autres canaux de perception pour paisiblement déstabiliser un peu plus encore.

16L'objectif visé est de favoriser l'ouverture individuelle des sens et des contresens afin d'introduire de l'inconnu, d'inciter à tutoyer d'autres univers environnants allant du minéral au végétal en passant par l'animal, d'autoriser et de s'autoriser à oser suivre le fil de l'eau, explorer le ciel, ressentir les bruits de la nuit, frôler l'herbe mouillée, discerner les brises, les courants… Une fois encore sortir des sentiers battus, s'encourager mutuellement à élargir nos écosystèmes afin de conscientiser nos interactions et nos interdépendances avec le monde qui nous enveloppe. Donner jour à une forme de conscience biosphérique. Mieux en percevoir les richesses invite à mieux en intégrer les limites. Ici la présence de l'autre, des autres, du groupe est rassurante, bienveillante, équilibrante.

Inviter les mots à illustrer les sens

17Réfléchir, se réfléchir, percevoir, se voir de l'autre côté du regard, trouver la place des mots, échanger ceux-ci pour comprendre ce qui change, ce qui à changé et ce qui va changer. Tel est le prétexte du partage, le propos de l'expression socio-sensible. Tel est l'invite à la prise de distance sensitive et collective, telle est la suggestion innovante d'invitation au changement. Pour être complet, faire trace, capturer de la mémoire, ce vécu partagé est collectivement mis en mots, en dessins, en sons, en images. Chaque participant à partir de sa culture, de ses racines, de sa singularité vient enrichir l'expérience et lui donner sa dimension sensible. Des propositions créatives favorisent les prises de paroles tout comme elles ont facilité la découverte de l'autre et de l'environnement par le biais des sens. Le plaisir est partie intégrante de l'expérience, il est artisan de la complicité, enrichi les rapports, cimente les solidarités et grave les mémoires.

Déplier la complexité

18L'intelligence collective sensible de la complexité est au rendez-vous, non pas par ce qu'elle est mais par ce qu'elle fait en prenant corps au cœur du partage qui – au-delà du plaisir et du ressenti – convie les participants sur un terrain commun : celui de la co-construction. Alors que la complexité peut rendre la prédictibilité impossible et par là même la projection difficile, voire inadéquate ou inquiétante, déplier le complexe dans une dynamique où les sens sont au service de l'intelligence collective sensible apporte des résultats au-delà des espérances. « La pensée complexe est donc essentiellement la pensée qui traite avec l'incertitude et qui est capable de concevoir l'organisation. C'est la pensée capable de relier (complexus : ce qui est tissé ensemble), de contextualiser, de globaliser, mais en même temps capable de reconnaître le singulier, l'individuel, le concret. » (Morin et Le Moigne 2007). Le vécu s'engage au service de l'avenir et les représentations du monde aussi antinomiques que complémentaires trouvent place dans le groupe pour faire émerger les freins et les résistances. Il devient dès lors possible de projeter.

Appréhender le changement

19Nous illustrons les finalités de la mobilisation d'un groupe d'individus autour des thèmes du sensible et du ressentir dans une perspective durable, afin d'interpeller l'innovation sociale. Dépasser les constats répétés des difficultés (pour tout un chacun, individuellement ou en groupe) à appréhender le changement – en l'occurrence les changements de comportements vis-à-vis de l'épuisement annoncé et vérifié des ressources vitales de notre planète en inversant le phénomène d'appauvrissement de la diversité, sont les ambitions encouragées dans le cadre de l'expérience décrite ici ; ses étapes constituent un fondement essentiel en vue de la (re)construction du lien individu – société – environnement. Les convictions ou les peurs collectivisées peuvent se métamorphoser en forces vives d'action, d'engagement, de volonté. Très concrètement c'est aussi sur le « comment » que l'expérience informe. Comment mettre en mouvement un groupe pour le convier à se pencher sur la complexité. Comment proposer un espace d'écoute et de ressenti conduisant à percevoir et à découvrir ce qui compte vraiment pour chacun des individus du groupe et au-delà. Comment éveiller de nouvelles inspirations collectives visant à appréhender le changement. Comment glisser d'un avenir sans cible à un futur sensible.

La politique de la goutte d'eau

20Les manières de penser et d'agir orientent plus ou moins consciemment les comportements des individus ou des groupes. Les inquiétudes planétaires de tous ordres sont génératrices de peurs, d'enfermement sur soi plus que d'ouverture à l'autre et à son environnement. Il est bel et bien question de crise et de crises. Transférer la responsabilité des actuelles difficultés sur des tiers ne peut suffire. Les mouvements sociaux d'ampleur de ces dernières années, leur démultiplication du Nord au Sud de la planète ou le développement des forums alternatifs, voire des réseaux sociaux virtuels, pour ne citer qu'eux, reflètent des volontés réelles et concrètes de réactiver des processus démocratiques issus de groupes d'individus plus ou moins engagés et peu à peu reliés entre eux. L'intelligence collective est au rendez-vous de ces mobilisations lentes mais multiples. « Le besoin n'est donc plus tant d'inventer de nouvelles initiatives que de les relier entre elles, de créer des synergies puissantes et de les communiquer à toutes celles et à tous ceux qui cherchent des moyens de mettre en cohérence leurs aspirations et leurs modes de vie » (Rabhi 2008). Le moment est opportun de prendre cette perspective de crise dans son acception la plus dynamique à savoir celle confirmant la difficulté du moment tout en préfigurant du changement en gestation.

21D'autre part, tout dans l'univers nous confirme l'aspect primordial et vital de la diversité. La diversité biologique bien entendu, mais aussi la diversité de penser et d'agir, la multiplicité des réponses à apporter à des situations complexes et leur nécessaire évolutivité « Plus une situation sera perçue complexe, plus devra être grande l'intelligence que l'on sollicitera pour tenter de la maîtriser ! Et réciproquement. Les deux concepts semblent indissociables ! Intelligence de la complexité, complexité de l'intelligence (…) Les complexités perçues du monde où nous vivons sont si souvent oppressantes, et nos intelligences sont si souvent tenues pour impuissantes à les maîtriser. » (Ibid.). Il n'est donc pas de réponse unique à attendre d'un quelconque génie politique, économique ou bien pensant. Il est à inventer de l'action fondée sur des valeurs construites en toute intelligence. L'intervention sociale créative et sensible, pour autant qu'elle soit à même de prendre acte des nécessaires changements à accompagner en stimulant des goutte à goutte d'innovation, trouve ici toute sa place dans des perspectives d'apprentissages collectifs et durables.

Ressentir le développement durable

  • 5 Fondation du Roi Baudouin, (…) Méthodes participatives, un guide pour l'utilisateur - World Café
  • 6 Bolle de Bal M.,http://www.ulb.ac.be/socio/bolledebal/index2.html

22Les expériences fondatrices qui sous-tendent cet article prennent leur ancrage profond tant dans des disciplines artistiques que dans des disciplines humanistes telles que les sciences sociales, les approches psycho corporelles ou l'écologie humaine. Leur énergie vive vient, elle, de dispositifs de découverte par les sens et de techniques participatives - comme des World Cafés5, - enrichies de propositions créatives et sensibles pour devenir des espaces d'expression démocratique privilégiés. Elles permettent aux protagonistes réunis dans un cadre identifié et sécurisé, de se relier – de ressentir – d'exprimer – de comprendre – de partager – de s'approprier des questions et des valeurs mais aussi très concrètement de projeter en vue d'interventions et d'actions durables. L'activation du lien entre les individus favorise la réappropriation du lien individu – société – environnement dans une dynamique proche de celle décrite par Bol de Balle dans son article sur la reliance et que nous assimilons à une perspective de reliance socio-environnementale : « Face à cette déliance polymorphe, naissent et croissent des aspirations de reliance, en particulier ces aspirations de reliance sociale évoquées un peu plus haut : les individus déliés, isolés, séparés, aspirent à être reliés, et à être reliés autrement. Ces aspirations émergentes constituent, me semble-t-il, un enjeu social crucial pour notre société, pour nos politiques sociales… Enjeu actuellement pris en charge par le mouvement écologiste »6. Il ne s'agit pas de viser à une forme d'écologisation des mouvements sociaux, même si nous ne doutons pas de sa pertinence, notre ambition est bel et bien d'inscrire l'intervention sociale dans une perspective sensible et durable. Pour cette raison, nos pratiques misent sur l'empathie et induisent d'incontournables prises de conscience qui hibernent au fond de nous hésitant à se manifester, craignant de s'affronter à la réalité de la réalité. Les réveiller convoque en même temps le gigantesque potentiel de pensée et d'action qui somnole à ses côtés. C'est de lui dont nous avons besoin et c'est à lui que nous faisons appel par le biais d'instants sensibles.

Une expérience concrète pour illustrer notre propos

Ressentir pour intégrer

23Réveiller un archaïque sentiment d’appartenance au-delà de la ville, du quartier, de la région, convoquer un sentiment d’appartenance planétaire ! Mercredi 4 juillet 2011 - Genève 4ème Congrès de l’AIFRIS, une trentaine de participants venus de toute la francophonie répondent à l’invitation du Réseau Multiple. Il en découle une balade active et perceptive pour le réveil des sens et l’appel des racines, des origines terriennes. La posture des accompagnants requiert un total état de présence. Deux heures plus tard, le « World Café Sensible » ouvre les esprits et délie les langues conduisant à des engagements concrets de la part des convives. Engagements avec lesquels ils repartiront dans leurs réalités respectives, décidés à sensibiliser à leur tour les publics avec lesquels ils travaillent au quotidien. Jeudi 5 juillet 2011 retrouvailles avec les participants de la veille – partage dans le cadre d’un « Forum Sensible » – à nouveau les sens sont invités à s’exprimer, les traces tant sonores que photographiques ou filmographiques que nous introduisons dans ce temps d’échange permettent aux participants de prendre conscience du chemin parcouru depuis la veille. Chacun d’entre eux exprime le désir de créer des espaces de sensibilisation de cet ordre avant de réfléchir collectivement au développement d’un quartier, à la réhabilitation d’un immeuble, voire d’une rue. Ils déclarent que non seulement leur regard sur le développement durable a changé mais qu’ils se sentent désormais acteurs à part entière de ce dernier.

24Ce type d’expérience nous l’avons conduit tant dans le cadre de la formation des travailleurs sociaux au sein de la HETS, qu’en formation continue avec des éducateurs de la petite enfance, mais aussi à l’occasion de la mise en place de projets d’animation visant à créer de la cohérence au sein d’un quartier ou d’une rue. La puissance d’engagement et la volonté de changement qui en découle offre de nouvelles perspectives participatives et collaboratives pour une animation socioculturelle troquant la dynamique de projet ponctuel pour celle de processus de changement.

Rien n’est jamais acquis

25Une approche visant à ré-incarner le périmètre urbain en postulant qu’un changement de paradigme est à la portée de chacun pour autant que l’on prenne le temps de savoir où l’on est – ce qu’on y fait – à quoi l’on tient vraiment, cette approche requiert du temps de préparation et de mise en œuvre. Réveiller un profond sentiment d’appartenance et le traduire ensuite en actes nécessite de passer par un temps de déstabilisation pour aller vers une nécessaire reconstruction. Aujourd’hui, il s’avère qu’il est plus aisé de défendre un projet à court terme avec des résultats visibles immédiatement, valorisables politiquement - même si ces résultats ne sont pas pérennes – que de miser sur la mise en place d’un réel processus de changement permettant d’appréhender un monde en pleine mutation où l'incertitude devient la donne la plus sûre.

Conclusion ouverte

26Cette conclusion ne demande qu'à ne pas en être une, se réjouit d'évoluer, de se métamorphoser, de se re-questionner, de s'enrichir d'expériences à venir, collectives, partagées et sensibles. Ou plus discrètement encore : « Il y a des choses qui surviennent et ne laissent pas de traces discernables, dont on ne dit rien, et à propos desquelles on n’écrit pas, mais il serait très faux de dire que les évènements ultérieurs continuent de manière indifférente, suivent le même cours, comme si rien n’avait jamais eu lieu. » (Byatt et Chevalier 2000).

Un nouveau contrat est-il possible ?

27Face aux bouleversements qui sont en cours dans le monde en tant qu'humains – qui aujourd'hui, et nous le souhaitons pour longtemps encore – évoluent sur la planète terre, il nous apparaît déterminent de nous inscrire dans un mouvement de balancier, en tension permanente entre résistance et changement. Prendre le parti d'en être acteur nous laisse entrevoir toute la richesse des pratiques qui s'offrent à nous, nous stimulant de plus à agir au-delà des cloisons disciplinaires, bien plus en co-construisant et en co-inventant des formes d'intervention basées sur la révélation de la complexité, nourries d'intelligence collective et baignée de créativités. Nous choisissons de révéler par le ressentir ce qui, au cœur de nos êtres, anime durablement notre intention d'apprivoiser le changement et d'inventer un contrat nouveau, un contrat naturel : « Dès lors, dans le monde reviennent les hommes, le mondain dans le mondial, le collectif dans le physique, un peu comme à l'époque du droit naturel classique, mais avec pourtant de grandes différences, qui tiennent toutes au passage récent du local au global et au rapport renouvelé que nous entretenons désormais avec le monde, notre maître jadis et naguère notre esclave, toujours notre hôte en tous cas, maintenant notre symbiote (…) Cela signifie : au contrat exclusivement social ajouter la passation d'un contrat naturel de symbiose et de réciprocité où notre rapport aux choses laisserait maîtrise et possession pour l'écoute admirative, la réciprocité, la contemplation et le respect (…) Contrat d'armistice dans la guerre objective, contrat de symbiose : le symbiote admet le droit de l'hôte, alors que le parasite – notre statut actuel – condamne à mort celui qu'il pille et qu'il habite sans prendre conscience qu'à terme il se condamne lui-même à disparaître » (Serres 2009).

28Entre le temps long et le temps court vient le temps opportun – Kaïros – celui durant lequel s'est déroulé notre expérience, celui qui invite et propose, celui qui autorise l'innovation et incite à oser penser que chaque objet du monde à une intention qui peut-être, tout simplement, éclaire la continuité entre l'humain et le non humain, donnant sens à l'ensemble de ce qui nous constitue, nous révèle, nous accueille et nous accompagne dans notre manière d'être présents au monde qui est le notre. Nous appuyant sur l'intuition et la perception comme préalable à la compréhension et à la connaissance, nous voici tissant les valeurs sociales et environnementales pour donner jour à une tapisserie multiple et durable, rehaussée d'intuition et de perception. La trame d'un nouveau contrat naturel et sensible s'y dessine, entremêlant avec délice les valeurs sociales aux valeurs environnementales, les métamorphosant en valeurs de vie soutenable, voire durable si les tisserands en rêvent collectivement.

Bibliographie

Références

BYATT A. S., CHEVALIER J-L., 2000, Possession, France, Ed. Poche.

DE ROSNAY J., 1977, Le Macroscope – Vers une vision globale, France, Ed. Points.

MORIN E. et LE MOIGNE J.-L., 2007, L'intelligence de la complexité, France, Ed. L'Harmattan.

MORIN E., 2007, L'an I de l'ère écologique, France, Ed. Tallandier, coll. Histoires d'aujourd'hui.

RABHI P., 2008, Manifeste pour la Terre et l'Humanisme, France, Ed. Actes sud.

RIFKIN J., 2011, Une nouvelle conscience pour un monde en crise, vers une civilisation de l'empathie, France, Ed. LLL Les Liens qui Libèrent.

SERRES M., 2009, Le contrat naturel, France, Ed. Flamarion, coll. Champs essais.

Notes

1 Réseau Local de Compétences – Développement Durable et Travail social - HETS/HES so Genève/

2 Le "nous" sous-entend le Réseau Local de Compétences "Multiple" - Ressentir le développement durable de la Haute Ecole Travail Social de Genève - Suisse

3 http://www.unep.org – PNUE, Objectifs du millénaire, Objectif N° 7 Assurer un environnement durable – 12. 12.2012

4 4ème congrès de l’Association Internationale pour la formation la recherche et l’intervention sociale, Genève/CH - 2011

5 Fondation du Roi Baudouin, (…) Méthodes participatives, un guide pour l'utilisateur - World Café

6 Bolle de Bal M.,http://www.ulb.ac.be/socio/bolledebal/index2.html

Auteur

Chargée d'enseignement à la HETS de la HESso - Genève, responsable du Réseau local de compétences Multiple

© Carrières Sociales Editions, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter