Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’animation socioculturelle, quelle place dans le projet urbain ?

 | 
Pascal Tozzi

2ème partie : Animation socioculturelle, « fabrique » et implications de l'habitant-citoyen

Des animations socioculturelles plurielles, en lien avec l'habitat innovant : un apport pour des locataires âgés

Anne-Charlotte Taillandier et Zaihia Zeroulou

Texte intégral

1Ce texte présente les premiers résultats d'une recherche sur le suivi et l'évaluation d'animations socioculturelles, développées à partir d'un ensemble architectural, social et technologique rénové, au cœur d'une ville moyenne. Co-construites par des organisations - bailleur social, associations, administrations - elles intègrent indifféremment locataires et habitants du quartier, en vue de favoriser les liens sociaux et intergénérationnels et de prévenir les solitudes. L'objectif est de comprendre ce qu'habiter le complexe et s'impliquer dans les animations socioculturelles signifient, pour des personnes âgées, à ce stade de leur parcours de vie. Comment le rapport dynamique entre le processus de participation aux diverses activités socioculturelles, au sein et hors du complexe et l'appropriation des logements et des lieux communs suscite-t-il des interactions, pour développer de véritables solidarités ? Comment s'élaborent de nouveaux comportements, voire des réflexes d'habitants-citoyens entre des populations, d'âges différents, diversement en difficultés, dans un habitat « intelligent », un lieu spécifique non anxiogène, puisque n'évoquant a priori, ni le social, ni le sanitaire ?

2Plusieurs animations socioculturelles - ateliers de cuisine et d'art floral, entraînements à l'usage des nouvelles technologies (tablettes), cours et créations théâtrales dispensés par des professionnels, récupération et création de compost, etc. - visent à « promouvoir le bien-vivre et le bien-vieillir ensemble », en stimulant les rencontres et les échanges avec l'environnement.

3Parmi les différents profils de locataires - personnes trisomiques, habitants seuls ou en couple avec enfants -, nous nous intéressons aux personnes âgées autonomes, installées depuis plus d'un an dans leur logement. Elles se retrouvent dans un autre milieu, un cadre et une ambiance différents. Toutes ont accepté une occupation « ordinaire » dans un habitat expérimental. Ensemble et individuellement, elles s'imprègnent du nouveau mode d'habiter, fondé sur la création et l'entretien de liens pour « continuer leur vie », avec l'objectif de préserver, le plus longtemps possible, leur autonomie. Ce concept se situe dans la relation à soi et à l'autre, il renvoie à la liberté et à la responsabilité, à la capacité développée et/ou maintenue à l'autodétermination de sa vie. Il s'agit de choisir des façons d'être au quotidien, des pratiques, des usages, de leur donner un sens, de les maîtriser en l'absence de maladie. Dans cette perspective, les locataires – pour rester ou devenir « acteurs » et « actifs » - sont accompagnés, depuis leur installation et à toutes occasions, pour tenir une place choisie, avoir un rôle, prendre des responsabilités et ou des engagements.

4La recherche mobilise les méthodes qualitatives, techniques d'observations et d'entretiens, sous forme de récits de vie, auprès de dix personnes âgées, car, comme le rappellent D. Argoud et B. Puijalon (2003 ; p. 23), les parcours de vie et, parmi eux, « la vieillesse demande à être comprise tout autant qu'expliquée, ce qui ne peut se faire qu'en écoutant la parole des vieux » et en observant leurs pratiques. Au cours des entretiens, souvenirs, interprétations et évaluations rétrospectives sont remis en perspective du vécu et contexte actuel. Rien n'est linéaire, certaines évocations entrainent des digressions, provoquent des émotions, voire réactivent des souffrances ; l'envie de valoriser certains événements ou situations conduit à la condensation et/ou à la suppression d'autres étapes. Les quinze entretiens avec les professionnels et accompagnants ont pour objectif de recueillir leurs témoignages quant à l'installation, au vécu, à l'appropriation des lieux et aux changements de comportements repérés, chez les personnes âgées. Les analyses des discours d'occupants, d'intervenants et toutes autres populations impliquées, réalisées en alternance, permettent d'accéder à d'autres regards, de compléter et d'affiner les interprétations, pour reformuler de nouvelles interrogations et préparer la seconde phase d'entretiens plus approfondis sur des thématiques non ou peu abordées par les acteurs.

Locataires âgés : similitudes et singularités

5Comme tout autre groupe social, la population des personnes âgées présente une hétérogénéité. Ce sont des gens « ordinaires » dans un contexte spécifique, qui se veut innovant. « La plupart d'entre-eux vivent comme nous de grandes et de petites joies » (Champvert 2012 ; p. 38). Ils disent pourtant d'eux-mêmes qu'ils n'ont pas grand chose en commun, avec les locataires qui travaillent, tous très peu présents, pressés, peu impliqués. Ils en connaissent certains mais globalement n'ont fait que les croiser dans les couloirs, dans l'ascenseur, rarement en réunion.

6Entre eux, ils distinguent des classes d'âge : la catégorie la plus impliquée est approximativement celle des soixante à soixante-dix ans, lorsque les déplacements - chez les enfants, les amis, en vacances ou la garde des petits-enfants - ne les mobilisent pas. Ils se réfèrent avec respect aux plus de quatre-vingts ans, rappelant les anciens métiers, expliquant ce que leurs expériences et leurs savoirs apportent au groupe mais les excusant du peu de participation, du fait de la fatigue et des pertes de mobilité. Ils se savent tous à l'automne de leur vie mais ne doutent pas qu'il peut encore y avoir beaucoup de beaux jours. Lorsqu'ils imaginent et évoquent l'issue de leur séjour dans l'immeuble, ce n'est pas la mort qui les angoisse mais la dépendance, son coût financier, en plus des charges qui se cumulent au quotidien. Compte tenu de la baisse des revenus, certaines incertitudes les obligent à faire des choix, de véritables arbitrages budgétaires entre les sorties/voyages et les risques de besoins accrus de soins, d'aide... La démarche d'installation, solitaire, concertée dans le couple ou avec les enfants, intègre ce souci financier, toujours présent. Les motivations et explications du choix - en lien avec l'image qu'ils ont d'eux-mêmes – procèdent du passé, du parcours de vie mais surtout de leur vision de ce que sera leur plus grande vieillesse.

7La diversité donne à l'expérience, une forte connotation sociale autant que professionnelle, technique et culturelle. « Les parcours de vie et les expériences reliées à l'avancement en âge se conjuguent au pluriel et se déclinent différemment selon de multiples facteurs personnels et sociaux » (Charpentier et Quénart 2011 ; p. 16). Pour J. Grenier, « au-delà des facteurs individuels – psychologiques et de santé -, les aspects sociaux, environnementaux, politiques et économiques, s'inscrivent comme des déterminants dans les parcours de vie » (2011 ; p. 48).

8Parce que la place des seniors dans les organisations est très incertaine, le passage à la retraite se fait par « une succession de rôles, d'attributions et d'obligations cherchant modèles et repères » (Noyer 2001 ; p. 101). Le retraité, jeune ou plus âgé, a franchi en quelques années plusieurs étapes, parfois désagréables, voire pénibles ; l'emménagement dans ce type d'habitat, considéré comme « intermédiaire », en constitue une nouvelle. Ce peut être la dernière. S'il pense que cette location est l'avant-dernière, elle constitue une transition avec une éventuelle vie plus restreinte en établissement. Même voulue, en pleine connaissance et en bonne santé, cette mutation crée de l'incertitude. Ce temps d'habitation spécifique apparaît, dans certains propos, comme un véritable apprentissage de ce que l'on ne sait pas encore vivre - le lâcher-prise -, ce dont on n'a pas envie, ce qui pourrait devenir inéluctable, malgré l'espoir et le désir affirmé de « rester chez soi jusqu'au bout »...

9Beaucoup ont des résolutions, d'autres une philosophie : ce nouveau mode d'habiter est l'occasion, pour des personnes solitaires, d'apprendre à nouer des relations, voire des liens d'amitiés ; il est aussi, pour d'autres - plus autoritaires ou qui peinent à se remettre en cause - l'opportunité, de commencer à se dégager de « l'armure », qu'ils ont forgé tout au long de leur vie, de s'ouvrir et d'entendre les autres, d'apprendre à écouter, à négocier, sans être atteints dans leur intimité, parce que les enjeux ne sont plus professionnels et rarement personnels, parce qu'ils sont encore libres, autonomes et chez eux.

10En tant qu'«  acteurs faibles » (Payet, Guliani, Laforgue 2008), toutes les personnes âgées luttent pour la reconnaissance. Ailleurs, dans la société et le plus souvent en famille, ils acceptent de perdre l'autorité de celui qui sait : « ils ne nous écoutent plus, il vaut mieux ne rien dire »… C'est fréquent dans l'interférence avec les parents, pour l'éducation des petits enfants : ils se taisent mais c'est difficile à vivre car s'ils « ont perdu leur rôle de transmission du savoir technique, ils ont toujours l'expérience de l'âge et celle de la relation à la vie et à la mort » (Champvert 2012 ; p. 40). Les logiques, les priorités, les temporalités évoluent avec l'âge : la patience, comme les urgences, n'apparaissent plus dans les mêmes circonstances. Ce décalage, que certains éprouvent en tant que grands-parents vis à vis de leurs enfants-parents, d'autres l'évoquent sous forme de gêne vis à vis des professionnels de la crèche… Les manques de fiabilité, ponctualité, régularité, mal vécus, plus lus dans les regards qu'exprimés en termes de reproches, viennent aussi de ces conflits de temporalités : parce que la patience, voire la lenteur des personnes âgées « calme les enfants » (Champvert 2012 ; p. 41), elle les incite à la concentration et aux progrès et marque la différence avec les professionnels, tenus par le temps.

11L'analyse des données de l'observation met en évidence que les personnes âgées, même autonomes, ressentent leurs fragilités à certains moments et dans certaines situations : en l'absence de visites, d'activités, le soir ou les jours fériés. Le stress et les tensions augmentent avec l'âge et les contraignent à mettre en œuvre des stratégies (Bouisson 2005 ; Paulhan 1992). Pour se rassurer, elles ont besoin de repères, de rituels, de routines... Dès lors que ces « remèdes » deviennent communs, ils facilitent les échanges avec d'autres. Pour eux, s'engager, prendre des responsabilités... sont des positionnements d'autant moins faciles qu'avec l'âge, on est plus conscient des risques et moins tenté d'en prendre. Ils craignent la lecture de documents et leur interprétation, redoutent la complexité des contraintes, fonctionnements et rouages, ils ont peur de ne pas savoir ou pouvoir s'exprimer.

Animations socioculturelles : participer, apprendre et créer des liens

12Au regard du bailleur social, l'attribution des logements a été orientée vers des locataires susceptibles de bien vivre l'expérience. Selon les occupants, les différents échanges initiaux, conformes au discours actuel de l'organisation, ont mis l'accent sur les notions de « prototype », d'« expérience », de « défi »... créant ainsi, par anticipation, une véritable appétence, un désir, une envie de s'investir, ou, comme le dit une locataire, d'«  être à la hauteur », « ne pas faire honte à son fils », qui l'a incité à venir et l'a aidée dans ses démarches. Il ressort des entretiens que les concepteurs ont veillé à ce que chacun se sente « en sécurité et en harmonie dans l'espace » qu'il occupe ou partage (Guérin 2011 ; p. 125). À ce titre, le bailleur social apparaît comme une sorte d'ensemblier, voire à certains moments d'entremetteur, dont une des valeurs ajoutées est de favoriser les liens d'interdépendances, d'inciter à la connaissance et reconnaissance mutuelle et de développer un sentiment d'appartenance à une forme rassurante de « collectif ». Pour R. Lefrançois (2004), cité par S. Guérin, l'expérience apparaît comme une démarche afin de refonder le pacte social ; le choix de la diversité conduit à une réelle mutation du lien, une recherche d'une autre « efficacité sociale » et la création de nouvelles solidarités. Celles-ci sont susceptibles de faire sens pour le « vivre ensemble » et cette dynamique contribue, en retour, à introduire une certaine homogénéité dans la diversité. Les rencontres et échanges font émerger des ressemblances, initialement insoupçonnées, montrent que l'on peut « s'entendre », s'apporter. Ce « vivre ensemble » dans la mixité sociale réduit l'opposition universelle entre « eux » et « nous », inhérente aux bâtiment, quartier, région, pays, présente dans tout secteur et d'une génération à l'autre.

13Les animations enrichissent les expériences des habitants parce qu'elles obligent à des concertations, des échanges, incitent aux contacts, s'inscrivent dans un espace de confiance et de respect mutuel. Elles créent une forme d'égalité entre locataires, accompagnants et animateurs. Quels que soient son histoire personnelle, son statut (femme/homme, seul ou en couple), son âge, chacun est considéré à l'égal de tous, dans les activités. La préparation des projets est affaire individuelle et collective. La volonté commune de participer à un minimum d'activités est présente dans tous les propos ; elle conduit à adopter une posture d'acteur social, liée au degré de l'engagement ; on observe ponctuellement des rejets, plus ou moins motivés, des comportements d'évitement mais le plus souvent, dans cette population réputée « inactive », on rencontre des observateurs critiques, des adhérents, voire des initiateurs ou des responsables... Parce que cet « agir ensemble » des acteurs, induit « hétérogénéité, hybridation et métissage » (Ardoino et de Peretti 1998 ; p. 29), il produit pour les uns et les autres des fonctions innovantes, qui vont de l'adaptation au milieu, à l'émancipation sociale, voire à l'autonomisation en tant que citoyen-résident.

14Progressivement des collectifs émergent et se construisent à partir d'activités aux formes multiples et complémentaires : certaines faisant appel ou visant à entretenir, voire développer les capacités mentales (technologie, mémoire, écriture...), d'autres plus manuelles (atelier cuisine, floral, compost...) ou ludiques (cartes, scrabble, loto et tous jeux de société). Les lectures à la crèche ne sont qu'un aspect parmi d'autres de l'intergénérationnel, pas forcément le plus valorisant. Le relationnel avec les tout petits, pris en charge par les plus conformistes dans les locaux de la crèche, aux horaires imposés est contourné par d'autres, plus soucieuses de leur liberté, qui redoutent les interférences avec les professionnels et leurs incompréhensions, du fait des possibles irrégularités. Ainsi, une habitante, investie dans l'activité jardinage, choisit en automne ses plants avec les enfants, leur transmet des connaissances sur les végétaux, leur explique les saisons et prend plaisir à les voir déguster les fraises et les radis, lorsqu'ils viennent, au printemps, en récréation. La similitude des rythmes entre petits et vieux facilite l'échange et l'apprentissage.

15La participation aux activités culturelles et de loisirs est variable selon les individus. Quelques uns, en particulier les personnes en couple, ont tout de suite adhéré. D'autres, plus réservés, ont préféré attendre : temps de latence pour s'adapter, besoin d'observer, de connaître pour savoir si l'activité plaît. Ils « se méfie(nt) », craignent de « ne pas s'entendre » avec ceux qui y participent, se « demande(nt) » si des affinités peuvent se nouer avec l'animateur, veulent être sécurisés et en confiance... Selon les jours, deux ou trois personnes assistent, observent, restent en retrait et résistent encore, tandis que quelques unes s'abstiennent, voire critiquent. À la surprise des concepteurs, l'activité de gymnastique douce n'a pas rencontré l'intérêt escompté. Faute de participants, plusieurs séances ont été reportées. Leur organisation est, pour le moment, suspendue... Il ressort des entretiens qu'un nombre limité de locataires se retrouve dans plusieurs ateliers et s'y répartit les rôles et responsabilités : cela induit des échanges interindividuels spécifiques, la conscience plus ou moins exprimée des enjeux communs, le développement de relations de solidarité... voire la production de normes. S'agit-il d'une forme d'« archaïsme », au sens de C. Pétonnet (2012 ; p. 231), c'est-à-dire « une échelle humaine des rapports interpersonnels, des micro-groupes communautaires, des milieux développant des styles particuliers de partage et de commensalité » ? Ensemble ces habitants du complexe, plus impliqués que d'autres, partagent des moments semblables, avec la possibilité et peu à peu l'envie de poursuivre une histoire commune. Les évolutions de relations ne suivent pas les mêmes progressions : depuis les contacts ponctuels jusqu'à la création de liens d'amitié, on distingue une proximité polie, des sympathies de voisinage ou des accompagnements de promenades et des camaraderies de jeux. La compréhension de ces constructions est confortée par l'observation d'une initiative de constitution de base de données photographiques entre deux locataires, indépendante de la mémoire institutionnelle, composée des films d'événements, conservée dans le portail, donc accessible à tous. Le souhait de ces photographes amateurs est de mutualiser leurs souvenirs, de les réorganiser de façon à la fois thématiques et chronologiques. Le travail est en cours ; les récits des intéressés ne permettent pas, en l'état, d'anticiper les réalisations escomptées, ni le devenir et l'éventuelle extension du projet.

16L'analyse de contenu des entretiens montre que ces animations socioculturelles ordinaires produisent des ressources conversationnelles que partagent les participants mais dont bénéficient aussi d'autres locataires, au travers de commentaires, lors des réunions et échanges, dans les espaces communs. L'alimentation des conversations suscite la curiosité et rend attractives des activités, initialement négligées ou jugées sans intérêt. À l'occasion d'ateliers plus créatifs (art floral, cuisine...), des locataires se révèlent : ils rendent visibles des dons et réinvestissent des savoir-faire au bénéfice de tous. La découverte de l'engagement leur évite la disqualification sociale, les valorise à leurs propres yeux. Ils comprennent au travers de leurs productions qu'ils progressent et s'enrichissent. Ainsi se constituent des « lieux de savoirs et d'acquisition de compétences » dynamiques, que les uns et/ou les autres font vivre et fréquentent en fonction de leurs affinités. Les animations socioculturelles les rendent acteurs, leur donnent une place et leur confèrent la reconnaissance. Au delà de « l'intérêt à » qui relève « de l’utilitaire, du fonctionnel, du travail, de l’instrumental » (Caillé 2005 ; p. 277), chacun mesure « l'intérêt pour ». L'apport des activités est conforté, voire renforcé, par le développement en partie d'une culture commune, reposant sur le numérique, pour accroître l'autonomie et réduire les inégalités.

Usage des TIC : de la transition à l'accompagnement

17Les technologies visent à la coordination et la programmation pour le confort et la sécurité, la communication et le suivi : les informations circulent via le portail numérique, les contacts sont interactifs et favorisent la mixité (Taillandier et Zéroulou 2013). À partir des tablettes individuelles en réseaux, les personnes sont socialement actives et réactives. En procurant l'accès par l'Internet à tous services - publics, commerciaux... -, les machines permettent de s'affranchir du temps et de l'espace, de créer des liens souples et durables entre « nomades et sédentaires », membres de la famille plus ou moins éloignés, amis et toutes autres relations. Elles constituent aussi des outils d'individualisation, les tablettes devenant des « compagnons », qui informent et répondent aux interrogations d'ordre général et quant au fonctionnement du complexe. À tout moment, pendant les heures d'ouverture, sans se déplacer à la conciergerie, il est possible d'entrer en contact avec l'animatrice.

18L'usage régulier est encouragé par la mise en réseaux des divers collaborateurs : professionnels du logement, de l'animation, de l'éducation, du sanitaire et du social, bénévoles et aidants familiaux, résidents. Toutes les activités socioculturelles développent aussi ce mode d'échanges. Ainsi, avant chaque séance de l'atelier floral, l'animatrice rappelle par mail les fournitures à se procurer, les lieux d'achat possibles. Elle envoie des représentations de compositions et indique les différentes étapes pour les élaborer. Après divers fêtes ou événements, au retour des vacances, les échanges de photographies se multiplient et sont autant d'occasion de commentaires, de récits, d'échanges...

19L'accompagnement des professionnels, dont les personnes âgées sont demandeuses, porte davantage sur la technique et les méthodes d'organisation que sur les contenus car elles savent ce qu'elles vont chercher à l'aide des TIC. La plupart d'entre elles a compris les fonctionnalités et leur intérêt. Les choix de consultations sont variés et alimentent les conversations. Le problème est parfois de retenir le chemin pour accéder aux bons sites, aux bonnes adresses... et de s'entrainer régulièrement pour ne pas oublier et se décourager. Des réunions émergent les aspirations et les besoins. L'analyse des discours montre que l'usage des technologies fait découvrir aux habitants de nouvelles opportunités d'échanges. Mieux ils maitrisent l'outil plus ils éprouvent du plaisir à adresser des messages, s'informer, se renseigner et à converser. Ils partagent souvenirs et projets, prennent des nouvelles des personnes immobilisées ou à distance. Les solidarités revêtent des formes multiples. À la différence des animations, l'entrainement à l'usage des tablettes se prolonge chez soi, à son rythme.

Accompagnement : vivre le lieu et construire des identités

20Les espaces communs sont autant de « lieux métis où s'organisent à la fois la rencontre et l'évitement » (Guérin 2011 ; p. 136). Simples opportunités de croisement ou points de rendez-vous, espaces de conversation, de discussion, d'échanges, ils aident à se connaître, rendent plus « familiers ». Ils donnent l'occasion de « s'entendre » pour partager une promenade, une activité, une excursion. Ils font concorder les intérêts, voire les valeurs. Ces rapprochements initient et entretiennent les relations. Ce sont autant de situations où, ensemble, on peut « dire vrai ou être vrai » (Bouquet 2012 ; p. 7) ou apprendre à le faire.

21A tous moments, les présentations et les explications rappellent à chaque locataire que la « qualité » du lieu ne peut que « conforte(r) la beauté de l(eur) existence » (Paquot 2007 ; p. 7). Parce que « le lieu de vie participe de l'identité centrale de la personne » (Tubiana 2005), comme la vieillesse, l'habitat renvoie à l'intimité, aux manières et conditions d'existence. Intégrés dans ce contexte social, occupés à s'y adapter, y trouver leur place dans et parmi les diverses activités, les résidents ne sont pas dans l'ambiguïté d'une identité, reposant sur la nostalgie de leur vie passée. Ils élaborent ensemble des projets raisonnables et bien pensés. Si l'on accepte que l'«  identité se forge en grande partie en fonction du regard de l'autre et de l'image qu'on veut lui renvoyer » (Guérin 2011 ; p. 41), la valorisation de chaque locataire en tant que tel, le développement du sentiment d'appartenance influencent les « composantes mouvantes ». C'est par le don et le contre-don et la révélation aux autres, voire à eux-mêmes, que s'instaurent d'autres légitimités et évoluent les identités.

22Cette participation à l'action mobilise des citoyens, de plus en plus responsables de leur propre destin qui s'inscrit chemin faisant dans la perspective des concepteurs. La fréquentation, par de nombreux locataires, d'associations non impliquées dans l'habitat, laisse subsister des occupations personnelles, qui échappent ponctuellement au collectif. Ainsi les habitants entretiennent d'autres réseaux et favorisent l'ouverture. Elle remet la démarche globale et la finalité du complexe, en lien avec les animations du quartier, sa revitalisation et le développement du projet urbain. Dès lors, la décision d'installation dans les immeubles et l'appropriation des différents lieux de vie apparaissent comme une véritable « construction sociale du sujet », au sens de R. Sainsaulieu (2001 ; p. 97), qui renvoie à F. Dubet (1967) pour l'intégration, la stratégie et la subjectivisation et à M. Wieviorka (1992) pour l'action instrumentale et rationnelle, la culture, les croyances et les mémoires. C'est un construit personnel, au même titre que les identités collectives, qui n'existent « qu'autant que des individus les vivent, les pensent et les sentent » (Marchal 2012 ; p. 111). C'est par l'imbrication des ressources et la mutualisation des aptitudes au travers de l'usage commun des locaux et des technologies, qu'émerge l'identité partagée, qui aide le cœur de ville à retrouver sa vitalité.

23Par leur proximité, leur attention permanente et discrète aux locataires, les accompagnants réunissent les conditions d'une transmission réussie. Leur façon de penser, d'être et de faire, inclut le respect de l'autonomie et ajuste leur démarche pour respecter les singularités. Cela participe au processus d'installation, développement et maintien de la confiance. Ces accompagnants soulignent le rôle de la patience, de l'énergie, du temps et du contexte de l'expérimentation. L'habitat collectif intergénérationnel facilite leur travail, dans la mesure où ils ne sont pas « comptables » en permanence des actes de la vie des résidents, à la différence de personnels d'établissements. Ils peuvent prendre du recul et innover. Ils mettent en œuvre une véritable pédagogie, afin que les personnes âgées formulent elles-mêmes le type d'aide, dont elles ont besoin. Ils insistent sur leur priorité à aider ceux qui sont les plus demandeurs, identifient les connaissances et valorisent les expériences. Leurs propos, comme leurs pratiques, témoignent que « créer du savoir est une autre façon de comprendre le monde et de répondre momentanément aux problèmes du temps » (Caspar 2001 ; p. 19). Ils utilisent la parole comme outil de médiation et de construction de confiance. Selon leurs métiers, leurs rôles, les organisations dont ils dépendent, les personnes auxquelles ils s'adressent, les situations ou le niveau des enjeux, les accompagnateurs varient les postures mais la solidarité, le respect, l'écoute et les encouragements sont des missions communes à tous.

24La situation en cœur de ville inscrit d'office le complexe dans l'histoire locale. Les dimensions sociale, économique, culturelle et citoyenne impliquent, depuis l'origine, l'activation de nombreux réseaux, pour accéder à des décideurs – politiques, professionnels, bénévoles - susceptibles de pérenniser le(s) projet(s). Les collaborations se nouent par l'engagement structuré d'individus, autant que d'organisations : bailleur social, association de parents de jeunes trisomiques et service de soins et d'aide à domicile, compagnie théâtrale... Tous se mobilisent pour que des animations se mettent en place, se structurent et deviennent pérennes.

25A ce stade de l'expérience, si le bailleur social reconnaît l'importance de la rupture avec les caractéristiques habituelles des logements sociaux : architecture, matériaux, localisation... Il considère que l'appropriation et l'adaptation des lieux de vie ne suffisent pas sans une réflexion générale sur le renforcement de la sécurité, l'entretien des locaux et la mobilisation contre les dégradations. Les locataires, accompagnants et aidants insistent sur le caractère créateur de liens et de solidarités des espaces communs. Ces derniers permettent les rencontres, facilitent les échanges et les entraides entre habitants. Tous soulignent que l'organisation mise en place permet d'avoir un cadre structuré et professionnalisé, tant au plan des technologies, de la maintenance des lieux et des équipements que des animations socioculturelles. C'est ce qui concoure à une dynamique soutenable et durable, dans laquelle les locataires participent à certains choix, de façon démocratique et collective.

Bibliographie

Références

ANZIEU D. et MARTIN J. Y., 2003, La dynamique des groupes restreints, Paris, PUF, 13è éd.

ARGOUD D. et PUIJALON B., 2003, « Enjeux et limites d'une prise en compte de la parole des vieux », Gérontologie et société, n° 106, p. 23-39

BERTAUX D., 2001, Les récits de vie, coll. 128, Paris, Nathan université

BONVALET C., 1997, « Sociologie de la famille, sociologie du logement : un lien à redéfinir », Sociétés contemporaines, n° 25, p25-44.

BOUISSON J., 2005, Psychologie du vieillissement et vie quotidienne, Psychologie, Solal.

BOUQUET B., 2012, « Parole quand tu nous tiens », Le sociographe, n° 37/1-37-43

CAILLE A., 1994, 2005, Don, intérêt et désintéressement, Bourdieu, Mauss, Platon et quelques autres, Paris, La Découverte, « Recherches ».

CARADEC V. et SINGLY (de) F., 2005, Sociologie de la vieillesse et du vieillissement, 3è éd. Coll. 128, Paris, Armand Colin

CASPAR P., 2001, « L'accès au savoir : permanence et mutations » in Qu'est-ce que les technologies ?/s la dir d'Y. Michaud, Université de tous les savoirs, vol. 5, Odile Jacob, 17-26

CHAMPVERT P., 2012, Prendre soin de nos aînés, c'est déjà prendre soin de nous, carnetsnord, Paris, éditions Montparnasse

CHARPENTIER M. et QUENIART A., 2011, « Les personnes âgées : repenser la vieillesse, renouveler les pratiques », Nouvelles Pratiques Sociales, Vol. 24, n° 1, 15-35

GRENIER J., 2011, « Regards d'aidés sur le vieillissement. Autonomie, reconnaissance et solidarité », Nouvelles Pratiques Sociales, Vol. 24, n° 1, 36-50

GUERIN S., 2008, Habitat social et vieillissement. Représentations, formes et liens, Paris, La Documentation française

GUERIN S., 2011, La nouvelle société des seniors, Paris, Michalon, Essai

LAFLAMME V., LÉVY-VROELANT C., ROBERTSON D. R., SMITH J, 2007, Le logement précaire en Europe : aux marges du palais, Coll. Habitat et Société, Paris, L'Harmattan

LEFRANCOIS R., 2004, Les Nouvelles Frontières de l'âge, Montréal, PUM MARCHAL H., 2012, L'identité en question, Paris, ellipses

PAQUOT T., 2007, « Habitat, habitation, habiter, précisions sur trois termes parents » in Habiter, le propre de l'humain, in coll. T. Paquot, M. Lussault, C. Younès (/s la dir.), Armillaire, Paris, La Découverte

PAUGAM S, 2008, Le Lien social, Paris, PUF, « Que sais-je ?

PAULHAN I., 1992, « Le concept de coping », L'Année Psychologique, 98, 545-557

PAYET J. P., GIULANI F., LAFORGUE D., 2008, La Voix des acteurs faibles, de l'indignité à la reconnaissance, Rennes, PUR, « Le sens social »

PÉTONNET C., 2012, in Teissonnieres G. et Terrole D., 2012, A la croisée des chemins, Contributions et réflexions épistémologiques en anthropologie urbaine, Bellecombe-en-Bauges, éditions du Croquant, 228-236

SAINSAULIEU R., 2001, Des sociétés en mouvement. La ressource des institutions intermédiaires, sociologie économique, Paris, Desclées de Brouwer

SMITH J., 2003, « Stress and aging : theoretical and empirical challenges for interdisciplinary research, Neurobiology of Aging, 24, 577-580

TAILLANDIER A-C et ZEROULOU Z., 2013, « Accompagnement de locataires handicapés dans un habitat social innovant », Revue MEI - Médiation et information, « Handicap et Communication », n° 36, Printemps, L’Harmattan.

TUBIANA M., 2005, Le Maintien de l'insertion sociale des personnes âgées, rapport pour l'Académie de médecine.

Auteurs

Maître de conférences en sciences de gestion, Université d’Artois, LEM UMR 8179 CNRS

© Carrières Sociales Editions, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter