Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

L’animation socioculturelle, quelle place dans le projet urbain ?

 | 
Pascal Tozzi

2ème partie : Animation socioculturelle, « fabrique » et implications de l'habitant-citoyen

De la prise en compte du vieillissement à la participation des personnes âgées : constats et hypothèses autour des projets d'écoquartiers français

Florence Zérillo y Nicolas D’Andrea

Texto completo

1Cet article interroge la place de la personne âgée dans les intentions et les pratiques de l'urbanisme durable qui se dessinent autour des opérations d'écoquartiers en France. Il prend pour point de départ les réponses au concours national EcoQuartiers créé par le Ministère de l’écologie, du développement durable et de l’énergie (MEEDDEM) organisé en 2011. Dans une première partie, à travers le discours de présentation d'environ 400 projets urbains d'envergure diverse, disséminés sur l'espace national, la recherche saisit les modalités de prise en compte du vieillissement dans les projets d'écoquartiers. En résulte une typologie synthétique permettant d'identifier les domaines d'application de la réflexion. Ainsi, le logement, l'accessibilité, les services, les espaces collectifs et l'animation apparaissent comme les principaux motifs d'évocation de la personne âgée. Autant de contextes où sa participation pourrait être convoquée. Or, les dossiers de concours ne témoignent qu'exceptionnellement, ne serait-ce que d'une intention de coproduire avec la personne âgée. Paradoxalement, cette conception n'aurait rien d'avant-gardiste, notamment au regard des recommandations internationales auxquelles adhèrent certaines villes françaises. Pour tenter de comprendre les opérateurs idéologiques contribuant au phénomène, certains points de flou ou de confusion sémantique sont abordés dans une deuxième partie selon une perspective psychologique. Sont discutés le constat d'un effacement des notions de personne âgée et de vieillissement derrière la notion d'intergénérationnel, la confusion fréquente réalisée entre personnes âgées et Personnes à Mobilité Réduite (PMR) et/ou vieillissement et handicap, et la quasi absence de la personne âgée « citoyen » lorsqu'il s'agit de la solliciter pour participer. Nous conclurons ce travail exploratoire par le constat de la démultiplication de l'argument de l'adaptation (infrastructures, services), sans trace de réflexion permettant de dépasser les stéréotypes sur la personne âgée.

Le vieillissement dans le concours EcoQuartiers, un sujet traité superficiellement

2Au regard des allusions concrètes au public âgé, le vieillissement ne constitue pas une dimension forte de la réflexion des aménageurs. Elle est absente de la majorité des dossiers et peu développée quand on l'y trouve. Toutefois, le corpus recèle suffisamment d'allusions pour en dresser un portrait d'ensemble.

La méthode de sélection et de dépouillement des dossiers de candidature

  • 1 Acronyme pour Participation, Animation et Gouvernance Dans les Ecoquartiers. Ce programme, financé (...)

3Cet article s'appuie sur le dépouillement des réponses au concours EcoQuartiers et analysées dans le cadre du programme de recherche ANR PAGODE1. Il en résulte un corpus concernant 392 projets inscrits dans 87 départements. Le formulaire de candidature est structuré par quatre dimensions et vingt rubriques invitant à mettre en avant les « vingt ambitions EcoQuartiers » proposées par le ministère. Selon les dossiers, la présentation du projet est comprise entre 8 et 30 pages ; les parties annexes et évaluations n'ont pas été considérées dans le protocole. La démarche initiale consiste à identifier un sous-ensemble de formulaires de candidature présentant au moins une occurrence de terme appartenant au champ lexical de la personne âgée. Un logiciel analyse le contenu des fichiers à partir des expressions ou mots suivants - vieillissement, personne âgée, intergénérationnel, senior, aînés, gérontologie, gérontologique - déclinés selon diverses orthographes. Cette liste n'a pas vocation à être exhaustive, par hypothèse que si une expression plus rare ou spécifique est citée, les termes les plus fréquents le sont aussi. Ce mécanisme d'auto-corrélation a été vérifié et quand un cas échappe à la détection, c'est qu'il présente de toute façon un très faible contenu informatif au regard du sujet. Cette opération de détection a permis d'écarter 42 % des dossiers. Les 227 restants ont été dépouillés de façon à rechercher les extraits du discours de projet relatifs à la prise en compte du vieillissement.

  • 2 Le champ lexical de détection n'est jamais exhaustif. La comparabilité des réponses est réduite si (...)
  • 3 « 6. Promouvoir le vivre-ensemble : la mixité intergénérationnelle, culturelle et socioéconomique (...)

4Pour ce faire, malgré la possibilité d'extraire automatiquement le contexte de chaque occurrence lexicale, nous avons opté pour une lecture exhaustive permettant d'éviter certains désavantages de la méthode. La contrepartie étant, pour restreindre la masse textuelle à traiter, de lire uniquement les paragraphes les plus en lien avec le pilier social du développement durable et la question du vieillissement2, soit ceux répondant aux objectifs inclus dans la « dimension cadre de vie et usages » : « 6 promouvoir le vivre ensemble », « 7 promouvoir des modes de vie solidaires et responsables », « 8 offrir un cadre de vie agréable et sain », « 9 valoriser le patrimoine local, l’histoire et l’identité du quartier ». Afin d'éviter les spéculations, nous n'avons sélectionné que les citations désignant clairement le public des personnes âgées, ce qui exclut les expressions telles que « pour tous », « intergénérationnel », « personnes à mobilité réduite », même si l'on peut y voir des désignations métonymiques de la personne âgée. Il en résulte que malgré l'incitation libellée dans la notice du concours, notamment en son objectif 63, 42 % des dossiers sélectionnés ne font état d'aucune allusion à la personne âgée, dans les rubriques visées. Dans le cas contraire, logiquement, les réponses à l'objectif 6 ont alimenté l'essentiel des références. Ces dernières ont alors été classées en fonction d'une typologie des modalités de prise en compte du vieillissement dans le projet urbain (cf. ill. 2). En définitive, seuls 43 % des dossiers recèlent une ou plusieurs allusions permettant de procéder à ce traitement, soit 286 allusions pour 169 projets, qui constituent les deux champs auxquels peuvent se renvoyer les statistiques présentées dans l'article.

Ill. 1 - Les projets d'EQ selon l'allusion aux personnes âgées

Ill. 1 - Les projets d'EQ selon l'allusion aux personnes âgées

Ill. 2 - Modalités de prise en compte du vieillissement

Ill. 2 - Modalités de prise en compte du vieillissement

Une dominante d'infrastructures dites adaptées : le logement principal cible d'intérêt

5D'après le classement de toutes ces allusions une hiérarchie nette apparaît. La prise en considération de la personne âgée se transcrit principalement dans des infrastructures, à travers le logement (34 % des dossiers avec allusion, 53 % des allusions), l'accessibilité (11 %-16 %), et à la marge, des espaces collectifs dédiés (6 %-8 %). Le logement apparaît donc comme la préoccupation dominante, en matière de réponse aux enjeux du vieillissement. Avec plus ou moins de précisions, le logement individuel dit adapté est la modalité la plus fréquemment mise en œuvre ou envisagée. Elle revêt trois dimensions : les aménagements intérieurs (douches, largeur de portes, toilettes handicapées, mains courantes, barres de relevage, avec un gradient de domotisation relatif au segment de marché visé) ; l'adaptation des parties communes (ascenseur, largeur porte d'entrée) ; le placement du logement dans le bâtiment collectif (souvent en rez-de-chaussée… ou en hauteur s'il y a une pente). Tout ceci résulte de normes de construction intégrées dans bien des cahiers des charges aujourd'hui, et ne relevant pas d'une innovation spécifique au contexte écoquartier. Dans le même ordre d’idée, c'est parfois le potentiel d'adaptation du logement qui est invoqué, autour du concept de typologie évolutive : le logement est alors doté d'une réserve de surface – grande pièce que l'on pourra cloisonner ou garage aménageable en studio. Les explications sous-jacentes se limitent à l'argument commercial du 2-en-1, jusqu'à confondre l'utilité d'accueillir un ascendant ou d'émanciper un descendant. En l'absence de réflexion sociale et architecturale – quelles analyses des pratiques de recohabitation sont établies ? – ce type de proposition semble gratuit.

  • 4 Maison d'Accueil Rurale pour Personnes Âgées

6En dehors de la programmation d'un certain nombre de logements individuels « adaptés », le logement des seniors est souvent évoqué par l'implantation d'une institution gériatrique et/ou d'une modalité de logement intermédiaire. Cette dernière aurait pu amener un supplément de réflexion si les projets s'étaient attachés à dépasser les concepts de « résidence seniors » et « résidence services ». L'idée de colocation intergénérationnelle est évoquée deux fois, le béguinage est cité dans six dossiers, le logement coopératif dans deux (associations Regain à Angers et Escapade à Nantes), la MARPA4 une seule fois. Or ce sont ces formes-là qui témoignent d'un souhait d'innovation : elles induisent des dynamiques participatives, un travail de médiation et d'animation, et pour le moins, une forme d'empathie. Enfin, le levier des dispositifs apparaît sous-exploité, quelques allusions - prise en compte spécifique des personnes âgées dans le cadre des relogements, commission d'attribution des terrains à bâtir tenant compte de critères sociaux et générationnels, prêt locatif social pour que des ménages jeunes puissent louer à des personnes âgées – s'inscrivant dans le registre peu couvert, des modalités opératoires. La rareté des allusions inspirées d'une réflexion sur le fonctionnement des infrastructures, ou sur les modes d'habiter des personnes âgées, leurs usages, renvoie au traitement globalement quantitatif de la question du vieillissement. Les dossiers se focalisent sur la composition du peuplement, en allouant une quotité de logements aux personnes âgées. Deux principes viennent ensuite en structurer leur localisation : la proximité/accessibilité des services ; les contigüités intergénérationnelles. Ce dernier engendre une série de propositions dont l'école à côté de l'Établissement d'Hébergement pour Personnes Âgées Dépendantes (EHPAD) est un cliché à la fois illustratif de l'absurdité du principe, de l'impréparation des aménageurs, et aussi peut-être d'un excès d'injonctions dans le concours (il est effectivement difficile de répondre à tout avec fond et précisions).

Les échanges sociaux peu mis en valeur

7Le travail sur l'accessibilité physique - des lieux, des services, de l'espace public - apparaît comme le pendant, à l'extérieur, de l'adaptation des logements. C'est le plus souvent sous couvert d'aide au cheminement, que l'espace public devient ainsi adapté au vieillissement ; les interventions promises portant sur les dénivelés, la signalétique, les gabarits de passage, etc. Car la personne âgée a probablement du mal à se déplacer... Une seconde idée directrice découle de l'importance du bon positionnement des équipements, des espaces de convivialité et des commerces vis-à-vis des logements ou inversement. Car la personne âgée a probablement besoin de proximité... Un troisième axe renvoie au domaine du transport. Il est notable que jamais la personne âgée n'est convoquée en tant que conducteur (cycliste, automobiliste), elle est usagère de transports collectifs, que l'on se propose de mettre à disposition de façon exclusive, sous diverses formes de navettes. Parmi les moyens de transport originaux, le cyclopousse de Lyon est l'unique déjà mis en œuvre. On relève donc ici et là des idées préconçues, qui traduisent davantage les représentations sur les personnes âgées que ce que pourrait proposer la « ville durable » en matière de « cadre de vie et usages » à une population vieillissante. Des lieux communs trompeurs, comme le rappelle Chapon (2009) : par exemple, l'optimum d'implantation est très variable selon les catégories de population âgée et le milieu d'habitat, et pas nécessairement à proximité des services. Dans une autre étude l'auteur signale aussi que « la proximité de commerces, services et soins constitue un environnement facilitant qui reste cependant insuffisant tant les échanges sociaux sont nécessaires » (Chapon 2011 ; p. 6).

  • 5 Nous faisons ici référence aux rapprochements faits dans les dossiers entre personnes âgées et esp (...)

8Cette dimension des échanges sociaux n'est pas absente des dossiers du concours. Elle apparaît vaguement dans les mentions faites aux espaces collectifs5. Ceux-ci sont principalement extérieurs : places/cours, mail, jardins d'agrément, jardins collectifs, boulodromes. L'enjeu des sociabilités est souvent couplé à l'idée de compatibilité de l'équipement commun avec la personne âgée. Celui-ci n'est qu'exceptionnellement conçu spécifiquement, à l'instar de petites unités de jardinage collectif surélevées ou d'un parcours santé senior (cité à Cannes, non réalisé à ce jour). D'autres exemples d'espaces collectifs fermés dédiés aux personnes âgées renvoient au concept de salle d'agrément plus ou moins polyvalente, pouvant faciliter l'accès à certains services (prise de repas, animations). Les propositions de services adaptés sont, par ordre d'importance : aide à la personne, pôle médical/médico-social, assistance médicale, restauration collective, portage de repas. La référence à l'animation et aux acteurs socioculturels apparaît avec l'implantation de quelques équipements (centre social, maison de quartier), l'évocation de cours et ateliers parfois supports de rencontres intergénérationnelles, et l'idée de réseaux sociaux d'entraide (chartes de valeurs, comité Voisin'âge). Enfin, les processus participatifs impliquant nommément les personnes âgées apparaissent peu et surtout basés sur la consultation spécifique de ce secteur de la population via différentes formes (enquête, comités représentatifs, atelier). Deux exemples de sollicitation dans le cadre d'un travail mémoriel sont évoqués (Lyon, Dienne), sous la responsabilité d'associations socioculturelles.

9En définitive, une toute petite fraction des allusions est en lien avec l'idée qu'au-delà des infrastructures, ce sont les conditions de leur mise en place et la gestion du fonctionnement qui peuvent faire la qualité du cadre de vie des personnes âgées. Le vieillissement n'est pas un sujet insolite en urbanisme, et l'on perçoit bien l'influence des normes promues par la puissance publique (mission « Vivre chez soi », guide de l'ANAH, guide sur l'adaptation des espaces publics, etc.). On peut aussi faire l'hypothèse que la coopération des acteurs sociaux, médicaux, socioculturels, est faible sur ces dossiers de candidature, pour expliquer un certain déficit d'argumentation et de propositions. On ne peut ignorer pourtant qu'il existe des initiatives et des recommandations internationales signalant des pistes de travail autrement plus diverses, comme en détermine le label « Ville amie des aînés ». Sur huit domaines de la vie urbaine quotidienne, on pourrait ainsi déplorer la faiblesse des propositions sur au moins cinq d'entre elles dans les réponses au concours : 4 le respect et la reconnaissance sociale, 5 la culture et les loisirs, 6 la communication et l'information, 7 la solidarité, 8 les services de santé. Que la ville de Lyon soit une des premières villes françaises à avoir adhéré à ce label, éclaire en partie que le projet de La Duchère est le seul à sortir du lot, selon notre dépouillement. Une première approche qui a donc permis de révéler des tendances factuelles, mais aussi introduit la question de l'arrière-plan idéologique des aménageurs, notamment par le biais des représentations de la personne âgée, propos que nous allons développer dans une seconde partie.

Le vieillissement dans le concours EcoQuartiers, les stéréotypes véhiculés

10Comme évoqué précédemment, le vieillissement ne constitue pas une dimension forte de la réflexion des aménageurs et ce travail préliminaire « découvre » les stéréotypes qui guident leurs propositions. Notre réflexion dans cette deuxième partie s'attachera à discuter trois représentations classiques des caractéristiques de la personne âgée qui apparaissent dans ce corpus et qui semble proche de ce que l'on peut constater de manière informelle sur le terrain quant aux préoccupations de l’animation auprès du public âgé.

L'effacement de la personne âgée et du vieillissement derrière la notion d’intergénérationnel

11Près de la moitié des dossiers (46,7 %) convoque le terme « intergénérationnel » et ses dérivés « intergénérationnalité, intergénérationnelle, inter-génération », etc., alors que très peu de dossiers indiquent dans leur projet que les actions ou aménagements, sont spécifiquement pensés pour créer une mixité intergénérationnelle entre la personne âgée comme public ciblé et un autre public. Deux suppositions émergent de ce constat :

  • Le terme « intergénérationnel » est fortement connoté, de fait, son usage convoque d’emblée la personne âgée et un autre public, la plupart du temps des enfants (crèche ou école), ce qui permet de faire l’économie de le préciser
  • Son usage permet également, en ne citant pas le public âgé explicitement, de ne pas préciser spécifiquement les actions et leurs objectifs.

12On pourrait interpréter cela comme la marque d’un réel manque de réflexion autour de cette question et de ses enjeux. Le flou laissé sur le contenu précis des projets ne permet de qualifier ni la population, ni ses besoins spécifiques et ni les effets attendus des actions suggérées. Il y a à se questionner sur ce constat. Le terme « intergénérationnel » convoque quasi automatiquement des représentations, et cela renvoie aussi, bien souvent à une action, soit mettant en réelle interaction des personnes âgées et des enfants, soit les plaçant en simple co-présence ; comme s’il y avait une évidence à penser que personnes âgées et enfants se sentiraient bien et heureux ensemble. Korff-Sausse (2010) développe cette idée d’un rapprochement stéréotypé entre la personne âgée et l’enfant, comme si les personnes âgées de part certains de leur comportement retournaient en enfance. Certes, nous dit Korff-Sausse des points communs peuvent être mis en évidence, la dépendance par exemple, lorsqu’elle est présente de la personne âgée et du nourrisson à la naissance qui correspond à un état d’impuissance car elle renvoie à un état de dépendance absolue. Également, on peut retrouver des similitudes dans les modalités relationnelles entre adultes et bébés et entre proche ou personnel de soin et personnes âgées telles que Winnicott les a décrites à travers le « holding » (soutien physique et donc soutien psychique), le « handling » (le maniement notamment au cours de la toilette et de l’habillage) et l’« object presenting » (capacité à proposer au bon moment, sans retard ni précipitation, l’objet). Faute de toute cette attention maternelle/maternante soignante, on peut voir apparaître chez certains nourrissons le syndrome de l’hospitalisme (Spitz) caractéristique de carences affectives comme on peut voir chez certaines personnes âgées se manifester le syndrome de glissement (dépression) ou le suicide. Ces similitudes, nous dit l'auteur, ne doivent cependant pas effacer les spécificités et les besoins de chacun en lien avec l’étape de développement du sujet. En effet, le bébé a son avenir devant lui alors que la personne âgée l'a derrière elle ; ce qui change fondamentalement les dispositions psychologiques de chacun. Dans les projets EcoQuartiers, il apparaît très clairement que la question de la prise en compte de la personne âgée, autrement qu'en proposant des adaptations de logement et d'accessibilité n'a pas réellement commencé.

La confusion entre l'usage des termes personnes âgées/personne à mobilité réduite ou/et vieillissement/handicap

13Le second point qui émerge de ce travail est la confusion apparente entre l’usage des termes « personnes âgées », « personne à mobilité réduite » ou/et « vieillissement » et « handicap ». En effet, Korff-Sausse (2010) relève cette tendance flagrante actuelle à souhaiter rapprocher les problématiques liées au handicap et celles liées au vieillissement. Si on peut comprendre un effet facilitateur sur les plans politique et des aides, ce qui peut s’avérer pour certains points judicieux, il n’en reste pas moins qu’il convient de ne pas confondre les deux. Cela reviendrait, nous dit-elle à effacer les spécificités de chacune de ces populations. Une personne âgée se vit-elle réellement comme une personne handicapée, et vice versa, une personne handicapée a-t-elle un ressenti qui se rapprocherait d’une personne âgée ? La question reste posée et doit être posée.

14Cet amalgame entraîne la confusion et le souhait, conscient ou inconscient mais néanmoins visible, de faire aussi disparaître ce que l'on nomme la « maladie mentale ». En effet, derrière le terme convoqué par la loi du 11 février 2005 « sur l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées », nous trouvons celui de « personne en situation de handicap » qui oriente fortement l'attention vers l’environnement comme facteur de mise en évidence, de révélateur, d’un handicap. Ainsi, le sujet au sens psychologique du terme, a tendance à s’effacer derrière la problématique liée à son environnement de vie. Cette évolution dans la dénomination est, pour une part bénéfique, afin de permettre une distanciation vis-à-vis du sujet et parfois aussi quant à une certaine culpabilisation qui y est associée, mais faire disparaître cette subjectivité peut néanmoins avoir des répercussions dangereuses sur les manquements à la prise en compte de la spécificité des individus. Le vécu de chaque situation est unique et subjective et à ce titre chaque sujet a besoin d’être reconnu et entendu. Le terme de « maladie mentale » utilisé en psychopathologie, psychologie clinique, anthropologie, au-delà de son sens courant qui convoque les termes, d’incapacité, de déficiences, de désavantage, communs à ce que fait émerger l’usage de la notion de handicap, renvoie également à sa manifestation comme un outil d’expression, comme un support que le sujet pourrait utiliser pour faire face ou dépasser des conflits intrapsychiques originels (Postel 1993).

15Il ne faudrait pas croire et se faire croire qu’en rendant accessible les bâtiments, la culture, les loisirs, en adaptant les logements, disparaîtra la question du vécu intime des personnes âgées, des personnes handicapées dans leurs besoins et dans leurs désirs. Toutefois, il n’en reste pas moins indispensable de faire les aménagements nécessaires ou de créer toutes sortes de dispositifs, qui contribueront, pour une part, à une prise en considération plus juste, au sens de plus complète, des problématiques liées au vieillissement et au handicap. C’est en ce sens qu’il nous faut rester vigilant sur les glissements de termes qui peuvent s’opérer et qui ont une incidence ensuite sur les modalités de prise en considération, prise en charge et d'interventions auprès de ces publics avec une tendance à les rendre flous. C’est, nous semble-t-il, ce qui apparaît se manifester dans les dossiers de candidature étudiés.

La personne âgée : encore un citoyen à consulter ?

16Comme nous l'avons précisé précédemment, un des paragraphes dans les dossiers s’intitule « valorisation du patrimoine local, histoire et identité du quartier ». Dans cette partie, nous aurions pu nous attendre à ce que sur des projets convoquant l’histoire et l’identité du quartier, il n’y ait qu’un pas à faire entre la mémoire des lieux et la mémoire des personnes qui y habitent. Et de ce fait, nous nous attendions à ce que les aînés soient sollicités. En effet, nous pensions que la démarche entreprise relative à la réflexion sur le projet d’écoquartier, basée sur un type de gouvernance dit participatif, choisisse cette thématique pour permettre à la population âgée, soit dans une démarche de consultation et de débat, soit comme support à des animations, de contribuer, de participer pleinement, d’être force de proposition dans la construction du projet de la ville durable.

17Nous savons dans les diverses problématiques soulevées au sujet du vieillissement qu’une des difficultés rencontrées sont les pertes des rôles sociaux et du sentiment d’utilité que nombre de personnes âgées expriment. Ces sentiments ont une forte incidence sur la baisse de l’estime de soi. Hervy (2001) définit les rôles sociaux comme « les rôles que l’on a, que l’on nous donne, ou que l’on prend vis-à-vis des siens et de la société » (p. 22). Avec le vieillissement, les rôles sociaux évoluent, se transforment, disparaissent. Le passage à la retraite en est un exemple, il implique un changement, une transformation définitive d’un rôle ; il disparaît. Un des rôles qu’on peut aisément attribuer à ces personnes est celui liée à l’expérience, à la mémoire du souvenir, à l’Histoire pour contribuer à la construction d’un avenir. Ce travail de réactivation du souvenir peut prendre différentes formes et être une source d’inspiration de projets participatif et d’animations quasi sans limite.

18Dans le même temps, la réactivation du souvenir peut avoir un effet extrêmement bienfaisant sur les personnes. Même si parfois le souvenir est empreint d’une charge émotionnelle forte, il n’en reste pas moins que son effet peut avoir, dans un deuxième temps, des vertus thérapeutiques.

19En psychologie du développement, nombre d’études auraient observé que les personnes âgées fonctionneraient de manière sous-optimale au sens où leur environnement social se réduirait et donc les possibilités de vivre des expériences ou de nouvelles expériences deviendraient plus rares. Cette raréfaction aurait une incidence directe sur les possibilités d’utiliser son « intelligence » à savoir la capacité de répondre à des situations concrètes, à s’adapter à des situations nouvelles ou inhabituelles. Les théories développementales dans la lignée de celle de Piaget considèrent que la pensée formelle est l’aboutissement du développement de l’intelligence, ainsi, puisque les âgées ont plus de mal à maintenir un niveau optimal de leur pensée formelle, alors on en déduit qu’ils régressent nous dit Fontaine (2007). Or, le développement de la pensée formelle est en lien très fort avec les savoirs qui sont dispensés à l’école, et, le sujet âgé a bien moins souvent l’occasion de faire appel à ces savoirs, à cette pensée formelle. On peut ainsi supposer que la pensée de la personne âgée n’est pas moins performante mais sa structure est simplement adaptée à son contexte environnemental, dont les exigences au niveau des sollicitations mais également au niveau du statut social ne sont pas les mêmes que celles de l’enfant ou du jeune adulte.

20Dans cette lignée, le modèle de Schaie (1977-1978, cité par Fontaine (2007) nous paraît intéressant car il met en lien la structure de l’intelligence de l’individu et les préoccupations liées à son statut social et aux réalités écologiques qu’il est amené à vivre. L'individu traverse diverses périodes de développement qui l'amène à mobiliser son intelligence de manière spécifique. À la période de l'enfance et de l'adolescence, ce sont les acquisitions de savoirs de tous ordres (scolaires et extra-scolaires) qui occupent une place fondamentale dans la forme d'intelligence qui est développée. La période suivante mobilisera le jeune adulte vers son accomplissement personnel en effet, il se fixera des buts qu'il tentera d'atteindre, en se questionnant sur ce qu'il sait et ce qu'il peut faire avec ce savoir. Le stade suivant du milieu de la vie concerne la période de l'exercice d'un travail, d'une fonction, et de la recherche de diverses responsabilités. Dans ces cas, on mobilise pleinement ses ressources et ses compétences. Enfin, le stade de la vieillesse où l’individu à la retraite ne mobilisera plus ces ressources intellectuelles en lien avec des tâches professionnelles déterminées. Or, pour mobiliser l'intelligence il faut que les situations vécues aient du sens pour l'individu. Et l'effort intellectuel est moins porteur de sens durant cette période-là de la vie ainsi, un autre facteur devra jouer ce rôle mobilisateur des ressources intellectuelles, ce sera essentiellement la motivation. Ainsi, pour Schaie, nous dit Fontaine (2007), ce sont essentiellement le statut social et les interactions sociales qui donneront sens aux activités intellectuelles et seront ainsi un moteur pour l’évolution intellectuelle ou son maintien et qui contribueront également au maintien de la santé et du bien-être du sujet. Il nous semble que le travail du souvenir, de la remémoration, à travers l’appropriation d’un nouveau rôle social, serait un outil qui permettrait une mobilisation aisée des aînés, un motif de motivation extrêmement fort qui n’apparaît pas être exploité dans les projets proposés.

Conclusion : adaptation et participation, une rencontre rare ?

21Ainsi que nous nous sommes efforcés de le montrer tout au long de ce travail préliminaire, nous constatons une démultiplication de l’argument de l’adaptation (adaptation des logements, des services, de l’accessibilité des lieux publics intérieur ou extérieur) qui concernent les aspects matériels. En effet, adapter permet d’atténuer certaines difficultés liées aux effets du vieillissement. Cependant, adapter les équipements, ne suffit pas à faire disparaître la question du vécu singulier et intime de chaque personne âgée. Nous observons une problématique commune entre la quasi absence de convocation de la participation de la personne âgée dans les projets EcoQuartiers et dans la ville durable et la prise en charge de la personne âgée dans les établissements gériatriques.

  • 6 Propos tenus par Bernadette Puijalon dans un documentaire réalisé par Laëtitia Moreau (2007). Qu'a (...)

22Dans les établissements gériatriques, la prise en charge de la personne âgée repose essentiellement sur le soin, « même si les corps sont bien soignés, les âmes sont déshonorées » dit l’anthropologue Bernadette Puijalon (2007)6. Dans la ville durable, on aménage les lieux pour favoriser le bien-être et contribuer au maintien de la santé. Mais le maintien de l'équilibre psychologique et de la santé ne peut être atteint que si toutes les dimensions du sujet sont prises en compte, à savoir les dimensions physique, sociale et psychologique. Les adaptations en tout genre vont contribuer à faciliter l’accès physique et avoir une incidence sur la sphère sociale qui elle-même aura une incidence sur la sphère psychologique. Mais il y a aussi à prendre en compte la sphère psychologique en tant que telle pour optimiser les chances d’un bienêtre généralisé auprès de cette population âgée.

23Il nous semble que les outils que sont l’animation et la participation permettraient une prise en compte plus spécifique de ces deux dimensions, et ce que nous avons pu identifier pour l’instant dans les dossiers ne nous permet pas de dire que les projets écoquartiers présentent des propositions novatrices dans ces champs qui permettraient de déstigmatiser la population âgée et intégrer la vieillesse comme une étape normale de l’évolution humaine. Ainsi, cette démultiplication de l'argument de l'adaptation sans trace de réflexion consistante sur le sujet laisse des doutes sur la spécificité de l'approche et sur les possibilités d'évolution actuelle des représentations. À l'aune des réponses au concours EcoQuartiers, l'urbanisme durable continue de véhiculer les stéréotypes d'un sujet vieillissant, confiné notamment à son espace domestique, par défaut d'une vision plus complexe de ses modes d'habiter (Membrado et Rouyer 2013).

Bibliografía

Références

CHAPON P.-M., 2009, « Planification urbaine et vieillissement », La Documentation française, Retraite et société, 3, n° 59, p. 206-216.

CHAPON P.-M., 2011, Architecture et grand âge, La Documentation française, Retraite et société, 2011/1, n° 60, p. 241-252.

FONTAINE R., 2007, Psychologie du vieillissement, Paris, Dunod.

HERVY B., 2001, « L'animation sociale auprès des personnes âgées », Gérontologie et Société, 96, 11-30.

KORFF-SAUSSE S., 2010, « Le corps vécu et la vie psychique des personnes âgées et des personnes handicapées », in Ancet P. (sous la dir.), Le corps vécu chez la personne âgée et la personne handicapée, Paris, Dunod, p. 15-34

MEMBRADO M. et ROUYER A., 2013, Habiter et vieillir. Vers de nouvelles demeures, Toulouse, Erès, Pratiques du champ social, 276 p.

MOREAU L., 2007, Qu'allons-nous faire de nos parents ? Documentaire. Éditions Les poissons volants.

POSTEL J. (dir.), 1993, Dictionnaire de psychiatrie et de psychopathologie clinique, Paris, Larousse.

Notas

1 Acronyme pour Participation, Animation et Gouvernance Dans les Ecoquartiers. Ce programme, financé par l’Agence nationale de la recherche (ANR) (2010-2013) est conduit par une équipe de l’UMR ADES. L’objectif est d’étudier des opérations de « quartiers durables » pour voir si elles constituent des espaces d’expérimentation pour des nouvelles formes de gouvernance urbaine, de participation des habitants à la gestion de leur cadre de vie, d’acquisition de comportements en lien ou en conformité avec les composantes de la durabilité au sens large.

2 Le champ lexical de détection n'est jamais exhaustif. La comparabilité des réponses est réduite si on les considère toutes rubriques confondues. Il nous est apparu moins biaisé d'examiner intégralement toutes les réponses à la même incitation libellée dans la notice du concours.

3 « 6. Promouvoir le vivre-ensemble : la mixité intergénérationnelle, culturelle et socioéconomique est une priorité dans l’élaboration d’un EcoQuartier. Cet objectif est intimement lié à la persistance, voire l’accentuation de phénomènes d’exclusion et de ségrégation socio-spatiale. Des actions concrètes peuvent ainsi être mises en œuvre à l’échelle même du quartier, voire de l’îlot, afin de promouvoir la mixité sociale, renforcer les liens sociaux et intergénérationnels, et favoriser les initiatives citoyennes et la gestion de biens communs : varier la taille de l’appartement, aménager des appartements pour certaines catégories de personnes (personnes à mobilité réduite, personnes âgées), fixer une limite maximale aux revenus des locataires, etc. »

4 Maison d'Accueil Rurale pour Personnes Âgées

5 Nous faisons ici référence aux rapprochements faits dans les dossiers entre personnes âgées et espaces collectifs, en dehors des aménagements censés y favoriser leur cheminement.

6 Propos tenus par Bernadette Puijalon dans un documentaire réalisé par Laëtitia Moreau (2007). Qu'allons-nous faire de nos parents ? Les poissons volants.

Índice de ilustraciones

Título Ill. 1 - Les projets d'EQ selon l'allusion aux personnes âgées
URL http://books.openedition.org/cse/docannexe/image/244/img-1.jpg
Archivo image/jpeg, 35k
Título Ill. 2 - Modalités de prise en compte du vieillissement
URL http://books.openedition.org/cse/docannexe/image/244/img-2.jpg
Archivo image/jpeg, 39k

© Carrières Sociales Editions, 2014

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540

Comprar