Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’animation socioculturelle, quelle place dans le projet urbain ?

 | 
Pascal Tozzi

1ère partie : Gouvernances urbaines et projets d’animation socioculturelle

Le stade de Sclessin à Liège, un espace d’animation sociale

Thibaut Guigue

Texte intégral

  • 1 L’expression « stade » évoquera dans ce texte tous les lieux accueillant régulièrement des rencont (...)

1Le stade1 - son sein et sa périphérie immédiate – est un enjeu majeur dans l’organisation des villes contemporaines ; une infrastructure caractéristique de l’espace urbain dans laquelle s’exercent de nombreuses mobilisations collectives « à risques », et une structuration extrêmement fermée de son organisation sociale (Mangin 2001 ; Landauer 2009 ; Bromberger 1989). Depuis le milieu des années 80 le développement urbain a été modifié par un changement de référentiel de l’action publique. De nouvelles politiques se sont substituées à d’autres : la notion de projet a remplacé celle de planification. Défini comme « processus de mobilisation territoriale visant à transformer la forme physique, l’économie et l’image des villes dans un contexte de compétition interurbaine » (Pinson 2006), le projet urbain – qu’il soit « une catégorie analytique ou une catégorie historique » (Payre 2011) – est devenu un outil – ou un « instrument » – d’importance dans la gouvernance et/ou le gouvernement des villes.

2Trois raisons fondent la dimension structurante du stade dans le projet :

  • Tout d’abord le stade est spécifiquement urbain en ce qu’il est intégré à une société urbaine ou en ce qu’il marque son étalement (Bromberger 1989 ; Lafranchi 1997).
  • Ensuite il est « un élément central » du monde industriel en tant qu’infrastructure elle-même (Laclemence 2002) mais également de part les activités sportives qu’il accueille (Elias et Dunning 1994 ; Le Noé 2002).
  • Enfin, le stade est un moteur d’attractivité internationale dans la concurrence urbaine décrite par Gilles Pinson. L’exemple le plus remarquable est la ville de Barcelone – modèle des second cities européennes (Amelang 2007) depuis qu’elle a accueilli les Jeux Olympiques en 1992 – et son stade du Camp Nou, dont le musée est le plus visité de la ville2.

3Ainsi partie intégrante d’un projet cohérent, le stade de football n’est plus repoussé au rôle fonctionnel et péjoratif du lieu de divertissement symbolisé par le cirque romain (panem et circenses), il est également un lieu de rencontre entre de multiples enjeux du développement urbain. Lors des matchs de football professionnel, se retrouvent des dizaines de milliers de supporters dans une situation de forte tension émotionnelle. Parmi eux, ultras et hooligans forment ce que Nicolas Hourcade appelle les « supporters extrêmes » (Hourcade 2002), vecteurs de risques pour la sécurité publique. Ils se considèrent comme « outsiders » (Becker 1985), étrangers au reste des spectateurs, aux représentants du club et des autorités publiques. Le stade est donc, particulièrement les soirs de match, un espace à fort potentiel conflictuel où se rencontrent l’ordre et la marge.

4Ainsi, la structuration des projets urbains s’établi autour de lieux, d’espaces publics qui génèrent des risques spécifiques. C’est en ce sens que sont développées des actions publiques de sécurité qui prennent pour référence le lieu du stade. Ces politiques s’appuient sur le « paradigme social-sécuritaire » (Réa 2007) qui caractérise le développement urbain. Il s’agit d’un fondement idéologique du projet urbain mais également d’un référentiel sectoriel basé sur les travaux d’Anthony Giddens et d’Ulrich Beck concernant la gestion de la sûreté des villes et des risques urbains. L’action publique en matière de sécurité se développe sur deux fondements : l’un en aval, l’autre en amont. En aval, les politiques de sanction demeurent au cœur de la répression. En amont, il s’agit de développer des systèmes de prévention offensive (Kellens 1997) qui interviennent auprès de publics identifiés « à risque » afin d’empêcher le passage à l’acte délictueux et/ou criminel. Dans ces actions sociales de prévention les animateurs ont un rôle essentiel.

5Dans cet article, il s’agit donc de mettre en lumière un exemple de rencontre entre le projet urbain et l’animation sociale dans l’espace public stade de football. Le cas d’étude est une action publique municipale (le fan-coaching) de la ville de Liège qui s’adresse, à l’origine, exclusivement à une des cibles les plus à risque du stade : un groupe de supporters extrêmes de type hooligans dénommé « Hell Side ». Cette politique est le fruit d’une recherche-action menée suite au drame du Heysel (désormais appelé stade du Roi Baudouin à Bruxelles) dans le but de bâtir une politique sociale innovante de prévention des risques liés au supportérisme extrême.

  • 3 Cet objectif fait la particularité du projet liégeois par rapport à son aîné anversois qui lui n’i (...)
  • 4 Synonyme de ce que Georges Kellens, initiateur de la recherche-action qui a mené au fan-coaching, (...)
  • 5 Entretien avec Salomon Aktan, responsable du fan-coaching

6Le fan-coaching liégeois a été créé en 1990 et comprenait 6 employés à temps complet pour débuter la saison 2012. Ce sont des fonctionnaires ou contractuels directement rattachés à la ville de Liège depuis 1993. Il se développe dans une situation extrêmement tendue, avec des acteurs (élus et techniciens d’un côté, supporters de l’autre) qui se considèrent mutuellement comme des « outsiders » dans un pays marqué par le drame du Heysel en 1985. L’objectif est d’extraire les jeunes de la marginalité3, qui participe à les maintenir dans la vulnérabilité (Castel 1994), par une politique « proactive »4 (Comeron 2002) – terme également employé pour qualifier le projet urbain dans son ensemble (Pinson 2009). Il s’agit « d’amener de la norme dans un groupe qui se prétend hors-norme »5 : un groupe créé en 1981 par des jeunes supporters du Standard fascinés par les hooligans anglais.

  • 6 Il n’appartient pas aux autorités publiques mais au club du Standard.

7C’est à travers cet exemple qu’il est possible de faire apparaître différentes dimensions du stade qui vont engendrer deux types d’animation : le stade s’apparente soit à une périphérie, soit au centre ; soit il est rejeté à sa situation géographique et foncière6, soit il attire les médias, les autorités politiques, ainsi que des dizaines de milliers de personnes d’origines sociales et ethniques diverses. Lorsqu’il est périphérie, le stade repose sur une identité territoriale préalable et il n’est qu’une infrastructure d’accueil pour des actions sociales « classiques » d’aide ou d’accompagnement. C’est l’esprit du stade ouvert. En revanche, lorsqu’une rencontre de football a lieu en son sein, il devient centre et l’espace déterminant de l’action sociale. Les animateurs sociaux deviennent alors des « éducateurs de stade » (Kellens 1997), en écho aux éducateurs de rue qui ont commencé à exercer au début des années 70 (Monnier 2010). Enfin, le stade rayonne et crée une dynamique d’action publique qui permet aux animateurs de prolonger leur travail dans le groupe cible par delà le temps du match de football.

Le « stade ouvert », espace d’animation sociale

8Lorsque l’on est habitué à fréquenter les enceintes sportives accueillant des clubs professionnels de sport en extérieur, ce qui interpelle le plus à Liège c’est la facilité avec laquelle, en semaine, chacun peut pénétrer, non seulement dans l’enceinte, mais jusque dans les travées du stade du Standard. La première fois, c’est assez déroutant. Cette particularité du stade Maurice Dufrasne, situé dans le quartier de Sclessin, au Sud de Liège, n’est pas anodine. Elle reflète l’état d’esprit d’un club et de ses supporters.

9Le club, en écho du stade, est un lieu d’accueil en profonde cohérence avec l’histoire de la ville et du quartier de Sclessin où il est situé. Liège, « la cité ardente », est une ville marquée par les usines métallurgiques au Sud et les armureries au Nord. Ainsi, le stade est bâti au cœur d’un quartier populaire et industriel : il fait face à un terril au Nord ; des cuves et des hangars réhabilités à l’Est et l’Ouest ; et, de l’autre côté de la Meuse, au Sud, un haut-fourneau historique, désormais possession d’Arcelor Mittal, qui vient d’être éteint. Ces activités ont généré d’importantes migrations dans les années 60-70 depuis l’Espagne et l’Italie qui font de Liège et des supporters du Standard une population mélangée. Par ailleurs, cette omniprésence de l’outil industriel autour du stade prolonge l’idée d’une classe ouvrière qui, dans les faits, ne trouve plus de manifestation collective remarquable et importante en nombre : « quand on est au stade, on la voit, on voit les usines à l’arrière, on voit l’idée de masse populaire qui a des traditions ouvrières et ouvriéristes. » (Lafranchi 1997).

10Cette double tradition liégeoise – ouverte et ouvrière – se manifeste dans les mobilisations des supporters essentiellement tournées vers l’antiracisme. Même parmi les mouvements hooligans des années 80-90, de tradition skinheads (Bodin et al. 2005), les groupes liégeois n’appliquaient pas de ségrégation dans leurs rangs et s‘opposaient aux discours raciaux de mouvements d’extrême-droite qui ont tenté de les infiltrer.

11De cette idée du « stade ouvert » se forme la base d’une première partie des animations sociales menées par le fan-coaching. Entre deux rencontres, le stade de Sclessin abrite une billetterie, une boutique et quelques salariés du club et de nombreux espaces inutilisés comme des salles de réunion, la salle de presse, les vestiaires ou les terrains annexes. Il s’agit de profiter de ces espaces offerts par l’infrastructure et mis à disposition gratuitement par le club pour effectuer diverses animations sociales. Trois opérations sont mises en avant par les responsables du fan-coaching :

  • Le soutien scolaire : deux fois par semaine à raison de deux heures (mercredi et samedi après-midi), en moyenne une trentaine d’enfants et de préadolescents, filles et garçons, bénéficient du soutien de nombreux bénévoles, supporters du Standard enseignant en primaire ou en secondaire, en activité ou à la retraite, pour améliorer leurs résultats scolaires. L’action ne se déroule que durant les périodes scolaires et un suivi est effectué avec les parents et les établissements au moyen du carnet scolaire délivré par leurs écoles respectives. Les intervenants ne sont pas rémunérés mais défrayés. Il est également offert une collation à tous. Le public de cette animation n’est pas caractéristique du fan-coaching puisque les enfants ne se déterminent pas par un attachement particulier au Standard (pas de footballeurs des catégories jeunes du club et peu d’enfants de supporters, ou de jeunes supporters). Selon Salomon Aktan, responsable du fan-coaching, ce sont « essentiellement des enfants issus du quartier de Sclessin ». L’animation a lieu dans la salle de presse du Standard de Liège et les moyens éducatifs ainsi que les dépenses sont financés par le club. La ville de Liège alloue, pour sa part, les moyens organisationnels via les ressources humaines du fan-coaching.
  • Home-Less : Chaque semaine, un entrainement de football est organisé pour des sans-abris sur le terrain annexe du club situé dans l’enceinte du stade.
  • Kick-Off : Il s’agit d’une opération identique à « Home-less » à destination d’handicapés mentaux. Comme pour le soutien scolaire, l’essentiel des moyens sont fournis par le club du Standard (le terrain, l’entraîneur, le matériel), le fan-coaching n’intervenant que sur l’aspect organisationnel.

12Ces activités relativement récentes (elles ont été développées à partir du milieu des années 2000) prennent le nom de « Community », en référence aux pratiques anglaises qui les ont inspirées. Le stade n’est pas qu’une infrastructure sportive, il est un lieu à part entière de la vie en communauté et il s’agit, avec ce type d’initiatives, de montrer le club in the community, de changer son image et de rapprocher le spectateur/consommateur du producteur par des actions sociales et de mécénat. Ces initiatives ne sont pas fondamentalement innovantes et apparaissent alors que les missions originelles du fan-coaching s’essoufflent. Son rôle est alors réduit à piloter une action développée par le club suivant un exemple créé avec des objectifs commerciaux et de marketing.

  • 7 C’est, avec la tradition sidérurgique de Liège, la raison pour laquelle le stade Maurice Dufrasne (...)

13Une seconde opération s’inspire du « stade ouvert » afin de créer de la continuité entre les intenses moments de vie que représentent les matchs de football. En 1999, le fan coaching et le club ont pris l’initiative d’impliquer les supporters lors de la rénovation du stade pour accueillir des rencontres de l’Euro 2000. L’objectif affiché était d’inscrire dans le bâtiment même, « l’âme du Standard », c’est à dire la chaleur de ses supporters7. Ainsi, les trois piliers qui soutiennent la tribune 2 du stade ont été décorés à partir des souhaits des supporters. Le premier a été peint de mots en lien avec la tradition antiraciste et accueillante des supporters du Standard, « respect » trônant sur toute la largeur du haut de la pile ; le second, orné d’une peinture figurative d’un joueur historique du Standard choisi par les supporters : Roger Claessen, dit « l’âme du Standard ». Enfin, le troisième pilier a été décoré de petites carrelettes rouges sur lesquelles sont inscrites à la peinture blanche des messages de supporters. Pour marquer le rôle essentiel du fan-coaching dans l’organisation et la collecte de ses carreaux rouges, au haut de la pile, dans l’axe, les peintures blanches sur le carrelage forment le logo du service.

  • 8 C’est ainsi qu’ils nomment leur fonction en entretien.

14Cette politique du « stade ouvert », la dernière mise en place par le fancoaching, s’éloigne du dispositif social de prévention de la délinquance ciblant exclusivement les supporters extrêmes initié au début des années 90. Les animateurs sociaux n’y exercent qu’un rôle administratif éloigné de leurs compétences et de leurs qualifications. Dans leur structure même, ces nouvelles animations prennent le contre-pied des missions habituelles des fan-coaches (travailleurs sociaux du fan-coaching) qui possèdent soit une formation « d’éducateur », « de sociologues », et « d’assistants sociaux »8.

Le match de foot, déterminant d’animation sociale

15L’action publique originelle se caractérise – elle existe toujours – par trois éléments fondamentaux :

  • L’essentiel du travail social s’effectue lors des matchs de football auxquels participe le Standard ;
  • La cible est exclusivement composée du noyau dur des supporters du club ;
  • Le club ne met pas directement de moyens à disposition.

16La combinaison de cette indépendance, du caractère inédit du public, du lieu, et du temps de l’action sont les fondements d’une animation sociale originale venue d’Allemagne (Pilz 2010), dont la première expérience belge a eu lieu quelques mois auparavant en Flandres, à Anvers (Kellens 1997). Choisir le supportérisme extrême comme espace d’intervention sociale permet d’avoir accès à des jeunes exclus d’un parcours d’indépendance, fortement marqué par la mobilité dans les sociétés occidentales (Van de Velde 2007), qui organisent une énorme partie de leur vie privée autour de cette activité (Comeron 2000). Le stade est alors le lieu approprié pour une intervention sociale-sécuritaire car « il est règlementé par un dispositif juridique important qui délègue la sécurité au club » (Van Limbergen 1997). Celle-ci s’organise sous la forme d’un dispositif sociopréventif proactif/offensif qui a pour première cible un groupe de supporters, inspiré par les hooligans britanniques, nés en 1981, le « Hell Side ».

17Afin de dépasser l’hostilité entre les supporters et les acteurs sociaux, une « règle tacite » est définie à l’origine : « le fan-coach est admis » dans le stade. Ils sont deux ou trois dans le kop (travées du stade où se retrouvent les membres d’un groupe) du Hell Side durant chaque rencontre. Ils ne sont là qu’en médiateurs afin de recevoir des demandes de rendez-vous, d’aide sociale ce qui les différencie des spotters (policiers en civil) et des stadiers. Georges Kellens, le criminologue à l’initiative de la recherche/action voit dans cette réciprocité la pierre angulaire du projet « afin que les jeunes ne (veuillent) pas simplement utiliser très matériellement et à très court terme les opportunités (offertes) » (Kellens 1997). Le temps d’un match de football cristallise un « espace (qui) s’impose comme le moment des retrouvailles dans un agenda où l’homme de la rue est perdu dans l’individualisme latent. Pour affirmer ces étapes, il faut les situer dans un cycle de vie. Le rendez-vous avec les autres est l’instant fort dans un quotidien d’anonymes. Et c’est pour l’ordonner qu’il a un début et une fin, un avant et un après » (Laclemence 2002).

18L’animateur social bénéficie de ce lieu où se rencontrent des acteurs différents mais aussi de la charge symbolique que revêt cette rencontre dans les relations sociales des supporters, et spécifiquement des supporters extrêmes. Son temps d’action est limité et sa maraude n’en est que plus complexe car les 90 minutes du match ne sont pas les plus propices – cela dépend beaucoup de la qualité de la partie – pour rencontrer et discuter avec les siders venus pour la confrontation sportive et la mise en scène de leur supportérisme extrême (Bromberger 2000). Leur présence en avant du coup d’envoi ainsi que les 15 minutes de mi-temps sont alors les périodes privilégiées durant lesquelles ont lieu les échanges entre le fan-coach et les jeunes siders. C’est ainsi – autour d’une bière le plus souvent – que se fixent des rendez-vous formels qui auront lieu en aval du match, en semaine, dans le fan-home – l’espace commun du fan-coaching et du groupe cible.

19Le stade est donc le terrain de la construction d’une importante proximité entre animateurs et jeunes supporters. Ainsi, les liens qui se sont noués au fil du temps sont devenus personnels : les fan-coaches sont invités à des mariages, à des baptêmes. Ces relations de confiance ont permis au fan-coaching de pérenniser et de développer ses activités. Le responsable de l’action sociale compare la vie de cet espace dans lequel interagissent animateurs, responsables du club, policiers, et supporters extrêmes au scénario d’une sitcom américaine ou d’une telenovela sudaméricaine. Quelques jours d’absence devant le poste de télévision et il est parfois difficile de comprendre le cours des évènements qui se sont déroulés les jours précédents. La vie privée des ultras et des hooligans est phagocytée par leur activité de supporter extrême au dépend de leur famille, de leurs études, et de leur travail. Ils forment ensemble un groupe homogène dont les membres se fréquentent régulièrement et intensément. De fait, un incident apparemment mineur pour un « outsider » prend rapidement des conséquences importantes. Au cœur du travail de l’animateur social il y a donc la nécessité de comprendre ces évènements, ces conflits qui se jouent dans le groupe et qui perturbent ses relations vers l’extérieur mais aussi les relations des individus entre eux. Ainsi, l’organisation des rotations des animateurs d’un match à l’autre est primordiale. Les fan-coaches ne sont pas souvent demandeurs de travailler lors des rencontres car elles ont habituellement lieu le week-end. Le choix des présences se fait en fonction d’un rythme permettant de concilier les souhaits légitimes des travailleurs et les risques générés par certains matchs sensibles repérés dès le calendrier de la saison suivante connu. Le fan-coaching s’établit donc sur une politique durable de suivi et d’assistance des trajectoires individuelles des jeunes siders vulnérables (Guigue 2012). Si une telle opération a pu être menée à la fin des années 90 avec des supporters parmi les plus dangereux d’Europe une dizaine d’année auparavant (Comeron 2000), c’est parce que le travail d’animation sociale a pris beaucoup d’importance au delà même de l’enceinte du stade.

Le rayonnement territorial du stade

20Le stade de football est un espace à part entière qui ne peut se lire comme unique car le territoire ne s’appuie pas sur les mêmes éléments de référence alors qu’un match doit se dérouler ou qu’un concert doit avoir lieu. La présence – ou non – de dizaine de milliers de personnes et la raison pour laquelle ils se réunissent, changent la configuration locale entre le moment d’une rencontre et le reste de la semaine. Enfin, l’heure de la rencontre, la compétition, l’adversaire, l’enjeu, et les résultats récents font varier l’état d’esprit de cette foule qui se comportera donc différemment d’un match à l’autre. L’animation sociale s’adapte à ce rythme dans les travées mais également autour du stade, dans son enceinte et dans sa proximité directe. En quelque sorte, le stade rayonne un soir de match sur un quartier entier dont la circulation, la fréquentation, la sécurité sont profondément modifiées : des risques nouveaux apparaissent, non seulement dans l’infrastructure elle-même, mais également dans sa périphérie immédiate avant et après une rencontre.

21La réussite du fan coaching dans les années 90 a reposé sur ce constat. Il s’agissait de profiter du rayonnement du stade les jours de match pour augmenter les capacités d’intervention. C’est sur ce constat que repose la création du « fan home », un bâtiment à l’origine en préfabriqué, où se déroulent les permanences sociales et les rendez-vous pris par les animateurs pendant le match. À quelques mètres de l’enceinte du stade (la largeur d’une rue) son accès est régulé par les fan-coaches qui seuls ont la responsabilité de la clé qui ferme et ouvre le local. Il est ouvert l’après-midi, trois jours par semaine et, surtout, de quatre heures avant et jusqu’au coup d’envoi d’une rencontre à Sclessin, puis après le coup de sifflet final… jusqu’au moment où les derniers supporters acceptent de se disperser. Le fan-home est tout d’abord un espace de convivialité – où la bière coule à flot – qui permet de rapprocher les liens entre travailleurs sociaux et supporters.

22Depuis la moitié des années 2000, l’ancien préfabriqué a été remplacé par un bâtiment fait de ces pierres rouges typiques des maisons populaires belges. Une dizaine de supporters du Hell Side, éloignés de l’emploi, ont été mis à contribution dans la construction de ce nouveau fan-home dans le cadre d’une formation professionnelle portée par le FOREM, l’Office wallon de la formation professionnelle et de l’emploi. Cet événement a également permis au fan-coaching de reprendre un peu plus de contrôle sur ce lieu qui, auparavant, était interdit aux « outsiders » par les supporters extrêmes. Si le match polarise les attentions durant la semaine, comment utiliser celle-ci afin d’être en contact plus régulier avec les jeunes hooligans ? Le fan home, dans lequel certains se retrouvent, où d’autres confectionnent les animations qu’ils vont déployer dans les tribunes lors de la prochaine rencontre, est le prolongement des actions menées dans le stade les jours de matchs. Ses activités se développent et il est, depuis quelques années, le lieu de répétition d’une petite pièce de théâtre amateur sur le monde du football jouée par des supporters extrêmes.

  • 9 Les supporters des années 1990 à Liège ressemblent aux jeunes décrits dans les livres de John King (...)
  • 10 Un autre tiers étant financé par le fan-coaching et, le dernier tiers par les supporters eux-mêmes (...)
  • 11 Entretien avec Salomon Aktan, responsable du fan-coaching.

23Cette logique de rayonnement atteint son paroxysme avec l’organisation d’activités en extérieur par le fan-coaching. Il est proposé aux jeunes supporters des activités sportives et souvent extrêmes avec un double objectif : occuper leur temps9 et permettre une libération d’agressivité. L’organisation et le financement de ces activités permettaient de canaliser le temps libre des siders puisqu’ils devaient mettre en œuvre collectivement des moyens de récolter des fonds afin de financer un tiers de ces sorties10. Le déroulement de celles-ci (canyoning, rafting, escalade, parachutisme, quad, paintball) permettait la poussée, « recherchée par ces jeunes »11, d’une adrénaline qui, autrement, se matérialisait dans la violence et les combats contre des supporters adverses.

24Cette dimension de l’action sociale est assurément celle qui a le mieux fonctionné comme outil de prévention. Quinze ans après, David Ferrari, un des meneurs des siders à cette époque, nous confie : « pendant que l’on faisait ça, on ne faisait pas autre chose ». Un raisonnement tautologique qui valide l’action publique mais révèle également toute la difficulté de la logique incrémentale sur laquelle repose un tel projet d’animation sociale.

Quand le stade se referme…

25Il y a cependant une limite importante à ce que le stade soit le lieu d’actions publiques aussi innovantes. En effet, à l’origine, l’animation repose sur l’acceptation des fan-coaches – d’un outsider – par les hooligans. Or, depuis une dizaine d’années, les formes du supportérisme extrême au stade de Sclessin ont profondément changé.

  • 12 Ils se font appeler désormais « La vieille Garde »

26La population du Hell Side, le groupe originel, a vieilli12 et ses membres sont sortis pour la plupart d’une situation individuelle de marginalité sociale. Ils ont un emploi, une famille : leur vie ne se réduit plus à la violence liée au football. Parallèlement, une nouvelle génération s’est constituée sur une tradition italienne de supportérisme. Les Ultras Inferno, pourtant issus du Hell Side et aidé par le fan-coaching lors de leur création, se sont organisés par eux-mêmes et refusent aujourd’hui la présence des animateurs dans leurs activités malgré de nombreuses relations personnelles (amicales et fraternelles) entre animateurs et supporters de ce groupe.

27Afin de remédier à cette incapacité à poursuivre son action sur un nouveau public, les responsables du fan-coaching et du club ont mis en avant un nouveau groupe ultras dans lequel la présence des animateurs est acceptée. Ce groupe, le PHK, fréquente notamment le fan-home dans lequel il crée, réalise, et stocke ses étendards et ses drapeaux entre les matchs. La clientèle – et donc le recrutement – de ce nouveau groupe est très jeune et, par conséquent, l’action publique semble désormais plus s’intéresser à intervenir auprès des stagiaires que du noyau dur (cf. nbp 3).

28En définitive, nous avons pu constater que les stades de football ne sont pas qu’une ville au modèle réduit, leur composition est spécifique et complexe. C’est à partir de ce constat, et d’une étude approfondie sur les mécaniques comportementales d’une composante sociale qui trouve sa définition dans le stade que le « fan coaching » s’est constitué. Et c’est avec le vieillissement de ce groupe que la politique présente aujourd’hui des signes d’épuisement.

29Pour appréhender le stade comme territoire multiple d’actions sociales, il est donc indispensable de connaître précisément ses publics car se sont eux qui, en quelque sorte, détiennent la clé « sociale » du stade. En conséquence, se présente aujourd’hui un choix cornélien aux animateurs du fan-coaching : doivent-ils se concentrer sur les caractéristiques d’un nouveau groupe afin de construire une réponse adaptée, ou doivent-ils réfléchir de nouvelles animations à partir du stade comme espace de médiation ou sociale ? L’un et l’autre peut-être, l’un comme conséquence de l’autre assurément.

Bibliographie

Références

AMELANG J., 2007, « Comparing cities : a Barcelona model ? », Urban History, n° 34, p. 173-189

BECKER H., 1985, Outsiders : études de sociologie de la déviance, Paris, Métailié.

BODIN D. et al., 2005, « Le hooliganisme entre genèse et modernité », Vingtième Siècle. Revue d'histoire, 1, n° 85, p. 61-83

BROMBERGER C., 1989, « Le stade de football : une carte de la ville en réduction », Mappe Monde, 14, p. 37-40.

BROMBERGER C., 2000, « Le sport et ses publics » in ARNAUD Pierre (dir.), Le sport en France, La Documentation Française, Paris.

CANO D., 2001, « La passion du football : l’es « ultras » marseillais », Terrains & travaux, 1, n° 2, p. 116-149 CASTEL R., 1994, « La dynamique des processus de marginalisation : de la vulnérabilité à la désaffiliation », Cahiers de recherche sociologique, 22, p. 11-27.

COMERON M. et KELLENS G., 2000, « Hooliganisme : dix ans de fan coaching », L’âge de la question criminelle, Montréal.

ELIAS N. et DUNNING E., 1994, Sport et civilisation : la violence maîtrisée, Fayard.

GUIGUE T., 2012, « Les groupes de supporters ultras comme cadre de lutte contre la désaffiliation : le fan-coaching de Liège », communication proposée à Rennes, in Les jeunes vulnérables face au système d’aide social (politiques publiques, pratiques professionnelles et trajectoires de jeunes), 20-21 septembre.

HOURCADE N., 2002, « La place des supporters dans le monde du football », Pouvoirs, 2/101, p. 75-87

KELLENS G., 1997, « La socio-prévention offensive en matière de délinquance juvénile » in COMERON Manuel, Quels supporters pour l’an 2000 ?, Labor, Liège, pp 119-124

LACLEMENCE P., 2002, « Le stade et son paradoxe : vivre l’extase collective et craindre la violence », La prévention de la violence dans les stades de football en Europe, Programme Hippokrates, Commission Européenne, Liège, p. 59-64

LAFRANCHI P., 1997, « Le sport et les stades à l’aune de l’histoire » in COMERON Manuel, Quels supporters pour l’an 2000 ?, Labor, Liège, p 32-43

LANDAUER P., 2009, L’architecte, la ville, et la sécurité, Presses Universitaires de France, Paris, p. 112

LE NOE O., 2002, « Le football, enjeu local », Pouvoirs, 2, n° 101, p. 29

MANGIN C., 2001, « Les lieux du stade, modèles et médias géographiques », Mappe Monde, 4-64, p. 36-40.

MIGNON P., 1998, « Supporters ultras et hooligans dans les stades de football », Communications, 67-1, p. 45-58.

MONNIER B., 2010, « La prévention dans la rue : les éducateurs de rue face aux nouveaux intervenants », Informations sociales, 5, n° 161, p. 84-92

PAYRE R., 2011, Un ordre politique urbain ? Catégories d’analyse et régulation politique des territoires urbains, communication présentée à l’ENS de Lyon, 6 octobre.

PILZ G., 2010, « De la culture ultra à la culture de la violence. Violence et racisme dans le contexte du football allemand », Allemagne d'aujourd'hui, 192.

PINSON G., 2006, « Le projet urbain comme instrument d’action publique », in PINSON G., « Projets de ville et gouvernance urbaine. Pluralisation des espaces politiques et recomposition d’une capacité d’action collective dans les villes européennes », Revue française de science politique, vol. 56, 4, août, p. 619-51

PINSON G., 2009, Gouverner la ville par projet, Paris, Presses de Sciences Po.

REA A., 2007, « Les ambivalences de l’État social-sécuritaire », Lien social et Politiques, 57, p. 15.

VAN DE VELDE C., 2007, « Autonomie et insertion des jeunes adultes, une comparaison France-Danemark », Horizons stratégiques, 2, n° 4, p. 30-42

VAN LIMBERGEN K., 1997, « Le hooliganisme en Belgique » in COMERON Manuel, Quels supporters pour l’an 2000 ?, Labor, Liège, p. 75-81

Notes

1 L’expression « stade » évoquera dans ce texte tous les lieux accueillant régulièrement des rencontres sportives professionnelles qui s’exercent en extérieur.

2 http://www.mundodeportivo.com/20120221/mundo-barsa/record-de-visitantes-yfacturacion-en-el-museu-del-barca_54258115279.html

3 Cet objectif fait la particularité du projet liégeois par rapport à son aîné anversois qui lui n’intervient pas sur le « noyau dur », c’est à dire ceux qui sont déjà dans la marge, mais sur les « stagiaires » qui sont entrés dans un processus de marginalisation. (Kellens)

4 Synonyme de ce que Georges Kellens, initiateur de la recherche-action qui a mené au fan-coaching, appelle la « prévention offensive » : « une volonté de stimuler, de débloquer, d’augmenter les opportunités du groupe-cible ».

5 Entretien avec Salomon Aktan, responsable du fan-coaching

6 Il n’appartient pas aux autorités publiques mais au club du Standard.

7 C’est, avec la tradition sidérurgique de Liège, la raison pour laquelle le stade Maurice Dufrasne est également surnommé « l’enfer de Sclessin ».

8 C’est ainsi qu’ils nomment leur fonction en entretien.

9 Les supporters des années 1990 à Liège ressemblent aux jeunes décrits dans les livres de John King, laissé à l’ennui et à la violence par une crise de l’emploi sidérurgique et minier.

10 Un autre tiers étant financé par le fan-coaching et, le dernier tiers par les supporters eux-mêmes, individuellement, afin de les « responsabiliser »

11 Entretien avec Salomon Aktan, responsable du fan-coaching.

12 Ils se font appeler désormais « La vieille Garde »

Auteur

Doctorant, UMR Triangle 5206, ENS Lyon

© Carrières Sociales Editions, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter