Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’animation socioculturelle, quelle place dans le projet urbain ?

 | 
Pascal Tozzi

1ère partie : Gouvernances urbaines et projets d’animation socioculturelle

L’animation socioculturelle : de la politique de la ville à la fabrique de la ville. Retour d’expérience et témoignage réflexif sur le Germoir (Bezons)

Marion Aubin

Texte intégral

1Le quartier des Bords de Seine à Bezons se transforme sous l’impulsion de la Rénovation urbaine et de l’arrivée du T2. Au cœur de ce projet urbain, un groupe d’habitants inaugure le 1er juillet 2012 un espace partagé, sur une parcelle de 600m², en entrée de ville : Le Germoir. La démarche s’inscrit dans le PRU Bezons Tête-de-Pont (Convention ANRU signée en 2008). Le concours « Petite Architecture Citoyenne », lancé en 2009 par le CAUE95 et dont la démarche présentée ici est lauréate pour le site de Bezons, portait en effet exclusivement sur des zonages politique de la ville en cours de rénovation. Il visait à proposer un objet architectural, support d’information, de lien social et d’ancrage pendant la période des travaux. La réponse n’a pas consisté en une proposition architecturale à proprement parler mais en un dispositif visant l’animation d’un processus participatif pouvant aboutir à une construction collective.

Le dispositif

2Plaidant pour une approche intégrée du développement urbain mobilisant prioritairement, au-delà d’une réponse formelle ou fonctionnelle, des dynamiques culturelles, sociales et économiques, notre proposition vise l’articulation négociée entre un projet urbain alternatif (espace partagé imaginé, conçu et géré par les habitants, répondant à un besoin d’intérêt général identifié par eux) et le projet d’aménagement dans lequel il s’inscrit. Le projet identifie et répond aux enjeux suivants, qui fondent les différentes phases de notre intervention :

  • Rencontre : se présenter, se connaître, s’apprécier, accueillir, transmettre, échanger … Instauration d’une relation de confiance Naissance très progressive d’un collectif d’habitants
  • Exploration sensible : écrire une mémoire des lieux, construire un imaginaire partagé, découvrir ensemble Expérimentation et analyse commune de l’environnement Expression et capitalisation de cette dernière à travers notamment l’écriture d’un « Petit guide subjectif »
  • Appropriation durable : savoir-faire, capacité d’agir et citoyenneté ordinaire Identification de ressources, d’initiatives et de besoins locaux Élaboration d’une programmation collective et négociation avec les acteurs du projet urbain

3Il se développe sur plus de deux ans pour prendre le temps d’établir la confiance, de construire avec l’ensemble des acteurs de la ville un véritable outil permettant d’imaginer et de réaliser ensemble une partie du futur environnement du quartier.

4Afin de ne pas créer une sollicitation artificielle, isolée des autres dynamiques existantes sur le territoire et pour ne pas imposer un contenu ou un cadre, notre proposition repose avant tout sur la rencontre entre le quartier et un personnage extérieur : Baptiste, jardinier-voyageur. Une première phase de déambulations permet d’établir le contact, au hasard, de s’apprivoiser. Peu à peu on se reconnaît, on échange. Baptiste et ses acolytes explorent le quartier et les environs entrainant avec eux les curieux. Ils se font également eux-mêmes inviter aux fêtes et initiatives du quartier. Cette relation essentielle permet de discuter peu à peu avec chacun le sens et les modalités de notre proposition, de convenir ensemble de la réalisation des phases suivantes du projet : exploration de l’environnement et des usages, réalisation du guide, débats sur les ressources et les manques des bords de Seine, de la ville, décision de créer un lieu, programmation, négociation, réalisation…

Le pilotage

5Séduite par la proposition, la ville (à travers l’élue de quartier et l’animatrice du centre social) initie avec les partenaires du projet de rénovation urbaine (notamment le bailleur ABH) une réflexion sur sa mise en œuvre. Indépendamment du concours (le CAUE 95 ne donnera finalement aucune suite au concours, faute de financements), un groupe de travail est ainsi créé pour discuter des modalités de réalisation, affiner la définition de notre intervention, partager la réalité sociale du terrain et le contexte opérationnel (échéances, contraintes, problèmes de phasage et de disparition de l’offre d’espaces verts et de jeux sur le quartier).

6Ce travail préparatoire durera 1 an. Il associe ABH et différents services de la ville (équipe projet ANRU, développement social, architecte-urbaniste conseil, services techniques, espaces verts, services sécurité et communication…). Des réunions de pilotage et de suivi seront par la suite régulièrement organisées pendant deux ans avec ce groupe de travail initial pour discuter des conditions logistiques et matérielles d’avancement du projet, partager les informations sur les évolutions du quartier et du projet urbain, les difficultés éventuelles et les attentes de chacun.

7Définition et pilotage partagés du projet sont pour nous un gage de synergies entre les dynamiques territoriales à l’œuvre sur le quartier et de bonne coordination du projet avec l’ensemble des actions menées par les différents acteurs de terrain. Cela s’avèrera également être, pour les équipes d’animation socioculturelle du quartier, un espace privilégié de collaboration avec l’équipe du projet ANRU.

Notre positionnement : proposer une « médiation »

Collaboration entre professionnels

8Notre proposition emprunte aux champs de la conception urbaine (objectif opérationnel et spatial - création d’un espace partagé -, notion de programmation, d’interface, de gestion…) et de l’action socioculturelle (outils d’animation, démarche de transmission et de développement personnel, accompagnement de dynamiques collectives, débat citoyen…). À Bezons, une forme de hiérarchie tacite entre ces deux champs de l’action territoriale semble s’être installée : une cohabitation sans réelle co-élaboration. Peu accoutumés à coopérer sur un projet concret, leurs temporalités, financements, langages, objectifs et critères d’évaluation sont différents. De plus, la conception urbaine, de par l’importance des enveloppes financières engagées, le nombre de partenaires impliqués, les incidences fonctionnelles, etc. semble imposer son calendrier, son programme…

9La création du groupe de travail vise à construire un espace de collaboration effective, de résonnance des objectifs, problématiques et actions de chacun. Cette résonnance est rendue possible par l’intervention d’un tiers, reconnu par l’ensemble des acteurs, parlant le langage et comprenant les contraintes de chacun, proposant une synthèse des enjeux particuliers indispensable pour le développement d’un projet commun.

10Les collectifs Point de Rassemblement et Les Saprophytes rassemblent des savoirs pratiques et théoriques en urbanisme, architecture, aménagement, gestion urbaine de proximité et pilotage de projet ANRU, production d’évènement artistiques dans l’espace public, développement social urbain, développement culturel et animation.

11Les membres de Point de Rassemblement exercent tous une activité en dehors de l’association, en indépendant ou au sein d’organismes privés, d’institutions ou de collectivités. Cette pratique nous permet de garantir une compréhension éclairée des opportunités et contraintes propres à l’exercice des métiers de développement local, en prise avec la réalité opérationnelle. Cette bonne connaissance des cadres d’action et d’évaluation, des contraintes et objectifs de chacun des acteurs du territoire nous permet d’endosser ce rôle de « médiateur » et proposer un dispositif intégrateur.

Collaboration citoyenne

12Notre intervention vise à favoriser l’expression croisée des attentes, envies et initiatives d’usagers, habitants et professionnels d’un quartier, à proposer une expérience collective. Pour ce faire, un espace de rencontre et de dialogue doit être ouvert à toutes les ressources de l’environnement (habitants, usagers, équipes d’animation, techniciens, élus). Un espace où les représentations sociales (statuts, fonctions) ne s’imposent pas. Le lien simple qui s’établit entre Baptiste le voyageur et ceux qu’il rencontre fonde l’expérience, en dehors du champ institutionnel. Le groupe se constitue véritablement au fur et à mesure des rencontres (promenades, construction de mobilier, cueillettes, impressions végétales…) et des questionnements du voyageur sur le quartier auxquels chacun apporte sa réponse...

13Au début notre équipe et le centre social sont à l’initiative. Annie, animatrice du centre social et habitante du quartier participe toujours, co-organise parfois. Il n’y a pas de cap imposé, on vient pour partager un moment, une expérience. Cependant un objectif est peu à peu discuté, des rendez-vous sont parfois initiés par les participants, se raccrochent à un évènement existant ou donnent lieu à autre chose… Le groupe prend vie.

14Accompagnant l'initiation d'une action collective en synergie avec les projets de développement territorial en cours, le dispositif valorise la capacité d'agir individuelle et collective comme un ressort du développement local, dans la poursuite de l'intérêt général :

  • Initier un espace non institutionnel de rencontre entre citoyens (usagers, habitants, techniciens, animateurs…)
  • Accompagner la naissance d’un collectif à travers celui-ci.
  • Proposer à ce collectif d’imaginer une action qu’il puisse engager pour répondre, en complément des dynamiques territoriales existantes, aux enjeux qu’il identifie pour le quartier
  • Accompagner le collectif dans la conception négociée, la réalisation et la gestion de cette proposition.

15Notre rôle dans ce projet n’est pas de produire (concevoir, réaliser) une œuvre technique ou artistique répondant à des attentes recueillies ou perçues, mais bien d’amener les citoyens (usagers, habitants, techniciens, animateurs…) à identifier des attentes et à concevoir et réaliser ensemble une action permettant de répondre à celles-ci, mobilisant eux-mêmes au mieux les ressources disponibles (action municipale, atouts du site, initiatives connues, matériaux et végétaux récupérés suite aux travaux de rénovation, opportunités foncières du projet urbain, disponibilités des uns et des autres…).

Impacts du zonage « politique de la ville »

16L’inscription dans un zonage « politique de la ville » a favorisé l’avènement d’un tel projet par :

  • Un cadre partagé de diagnostic et d’action (démarche partenariale contractuelle, instances de collaboration existantes, diagnostic préalable partagé)
  • Une ingénierie spécifique (équipe de projet Rénovation Urbaine, chargé de mission Gestion urbaine de Proximité, chargé de développement sociaux municipaux et bailleurs accompagnant notamment les relogements, équipe du Centre social, etc.)
  • Des crédits extraordinaires alloués exclusivement à l’action sociale (Agence Nationale de la Rénovation Urbaine, Contrats Urbains de Cohésion Sociale, Développement Social Urbain, Abattement TFPB, etc.).

17Outre ces moyens extraordinaires, le zonage politique de la ville induit également une certaine forme d’émulation organisée (rencontres d’acteurs, publications, revues de projets, appels à projets spécifiques, etc.), favorable à l’expérimentation.

18On peut considérer que la mobilisation d’un groupe de pilotage tout au long du projet a pu être favorisée par les l’existence d’une ingénierie dédiée au développement social et à l’articulation avec le projet urbain ainsi que par l’obligation faite aux acteurs de la rénovation de justifier d’une action de développement social et de concertation (au travers de la Convention de rénovation urbaine). Ainsi l’enjeu d’une intervention sociale sur le quartier était en effet a priori partagé par l’ensemble des acteurs et la participation au groupe de travail était donc plus facilement perçue comme partie intégrante de la mission de chacun, sans coût supplémentaire.

19Cependant, les moyens évoqués plus haut étant déterminés par l’inscription dans un périmètre très strict, défini sur des critères socioéconomiques, le projet est associé, dans la définition de sa problématique et de son périmètre, à la géographie prioritaire. Dans le concours, la ville ciblait une placette bordée de logements sociaux, de copropriétés et d’équipements majeurs (centre social, PMI, crèche), au cœur de l’îlot Colombier, très impacté par les démolitions inscrites au projet de rénovation. Il est à noter que le P.R.U. recouvre deux quartiers aux ambiances et usages très différents, séparés par la D932. Le centre social élargit son action à l’ensemble de la ZUS mais rayonnait historiquement autour de l’îlot Colombier.

20Ayant choisi de mobiliser les participants au hasard des déambulations du jardinier, nous ne souhaitions pas définir le public par un lieu de résidence mais par un intérêt. Si cette démarche initiale nous a permis de n’exclure a priori aucun public, les publics mobilisés durablement à partir de la rencontre avec Baptiste, sont des publics habitués de l’animation socioculturelle. Nous nous sommes également beaucoup appuyés sur l’animatrice du Centre social pour mobiliser plus largement le public. Les habitants de l’ilot Colombier sont majoritaires, le projet est même présenté par certains comme un projet « pour Le Colombier ». Nous avons été très attentifs à garantir la légitimité des publics extérieurs à l’ilot et leur pleine association tout au long de la démarche. Beaucoup des participants ont depuis été relogés en dehors de l’îlot, sans perdre leur intérêt pour Le Germoir et le groupe souhaite ouvrir le lieu à l’ensemble des usagers des bords de Seine.

21Le projet est perçu par la ville comme un projet d’animation socioculturelle. Le montage financier renforce cette perception. L’implication de la direction de l’urbanisme nécessite un effort constant. Il nous semble cependant essentiel de considérer Le Germoir comme une opération à part entière du projet de transformation durable du quartier et non comme une action isolée, comblant un interstice spatial ou temporel du projet urbain.

22La construction du Germoir (espace de détente et d’activités, jardin partagé, aire de jeux, potager) et son inauguration ont constitué un évènement pour le quartier à un moment où les espaces verts des Bords de Seine étaient rendus inaccessibles par les travaux et où le centre social, centre névralgique historique du quartier Colombier, était déplacé dans des locaux temporaires de l’autre côté de la D932 avant démolition.

23Le Germoir est aujourd’hui un des marqueurs de l’entrée de ville. La friche où il est installé devait être disponible deux ans mais les travaux du CG95 sont avancés. À l’initiative de la ville et de l’agglomération, une négociation est engagée entre le groupe du Germoir et les acteurs locaux pour développer la démarche du Germoir, de façon pérenne, dans le cadre de l’aménagement du Parc des Berges de Seine porté par l’agglomération Argenteuil-Bezons.

Auteur

Collectif Point de rassemblement

© Carrières Sociales Editions, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter