Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’animation socioculturelle, quelle place dans le projet urbain ?

 | 
Pascal Tozzi

Introduction

Pascal Tozzi

Texte intégral

  • 1 Terme qui regroupe ici à la fois les projets urbains et les projets de ville ou d’agglomération (P (...)

1En important la notion de projet1, l’urbanisme affirme une nouvelle manière de « faire l’urbain » et d’intégrer les transformations majeures qui l’ont affecté. Pour certains auteurs (Roncayolo 2000, Hayot 2000, Ingallina 2008), le terme de projet urbain - apparu à la fin de la grande expansion des années 1970 - traduit un effort de mise à distance d’une vision, fonctionnaliste et planificatrice, trop mécanique de l’espace. Ce afin d’ouvrir les processus d’aménagement à la complexité, à de nouvelles rationalités plus proches de l’humain - désormais considéré comme sujet/acteur plutôt qu’usager -, en intégrant plus fortement ses pratiques et ses aspirations (Boukarta 2010). Ainsi, pour les tenants d’une appréhension par le projet, l’enjeu de mobilisation sociale est central en tant que contribution à une organisation spatiale et urbaine optimale. De ce point de vue, les pratiques et prescriptions de l’aménagement contemporain semblent devoir évoluer vers des approches plus ouvertes aux transformations, aux débats, à la concertation et aux négociations (Ingallina 2003). Le projet deviendrait donc à ce titre plus « collectif » et plus participatif : grâce à des modes d’action négociés et incrémentaux, il s’agit d’ouvrir la fabrique de l’urbain au-delà de la communauté traditionnelle et restreinte des élus, des planificateurs publics. Au prisme du projet, s’affirme la volonté de décloisonnement des compétences ou des expertises aménageuses, afin de recomposer une capacité d’action commune entre des univers pluralistes fragmentés (Pinson 2006).

2Au fil des multiples temporalités et phases du projet se voit ainsi convoquée une pluralité d’acteurs, via des dispositifs d’action collective qualifiés de trans-sectoriels, partenariaux et mobilisateurs. Ces conceptions du projet urbain l’apparentent à un « processus social », au sens « total » du terme (Roncayolo 2000), dans lequel les habitants, les groupes et les responsables interagissent, entre contraintes spatiales et « fabrication du destin social » (Boukarta 2010). Outre ce « processus de pluralisation » actorielle, à la fois porté et intégré par l’opérateur projet, ce dernier devient aussi multitâches, parfois presque « fourre-tout ». En effet, la rhétorique « projectuelle » multiplie les attendus : à côté des programmations spatiales et temporelles de l’aménagement, il s’agit notamment d’éviter l'exclusion et la disqualification sociale de certaines populations ; d’obtenir un gain qualitatif dans la définition et l’appropriation des espaces ; de réintégrer, dans l’intervention urbaine, des références aux valeurs, à la citoyenneté et à de nouvelles solidarités sociales, etc. À travers les modalités participatives qui fondent aujourd’hui le projet urbain, l’objectif affiché est aussi celui de retisser des liens, des sociabilités, de développer durablement le tissu social et les identités locales (Maghnous Dris 2008).

3Autant de problématiques qui trouvent un écho dans l’action socioculturelle. Pour une animation qui se définit comme un mode militant d’intervention sociale, travaillant à la mobilisation des individus et des groupes de citoyens-habitants en vue d’une réappropriation de leur cadre de vie et des espaces publics, le projet urbain est, en effet, indissociable d’un projet social, culturel et socioculturel. Dans leur conception d’une « ville socioculturelle » (Richelle 2012), les professionnels de l’animation - du point de vue collectif et individuel - revendiquent des savoirs et savoir-faire spécifiques, au cœur des dynamiques participatives, de cette fabrique interactive, plurielle et « coproductive » d’une ville que sont censés faire advenir le projet et ses processus. Cette implication urbaine de l’animation socioculturelle est d’autant plus « naturelle » que son histoire et sa territorialisation (Greffier 2013) sont intimement liées aux évolutions qui ont marqué la ville, à leur influence sur les différentes formes de l’« animation urbaine » et ses transformations. Des contributions du présent ouvrage rappellent l’impact structurant de certains facteurs politiques, sociaux et militants sur l’action animatrice dans la ville, de même que les dynamiques et les renouvellements induits dans le champ socioculturel, notamment par les équipements collectifs, les dispositifs d’insertion, ou encore par la diffusion d’un référentiel de « mise en durabilité » aujourd’hui au cœur du projet urbain (Tétard 2000). Sur ce dernier point, plusieurs textes montrent que les modulations inhérentes aux objectifs de la « ville durable » semblent propices à l’investissement socioculturel.

4À travers cette saisie des enjeux du développement urbain durable, c’est une opportunité de reformulation partielle du sens de l’action socioculturelle qui est à l’œuvre, et avec elle une possible « réappropriation du projet politique et collectif » (Emelianoff 2002). Une partie des auteurs réunis ici montre que, dans le projet, les acteurs socioculturels héritent des préoccupations environnementales de la société, qu’ils investissent de nouvelles thématiques autour de l’écologie et de la nature, qu’ils forgent de nouveaux partenariats avec les intervenants de la nébuleuse du développement durable, etc. Du point de vue des animateurs, l’impact du « durable » sur l’intervention urbaine n’est presque jamais pensé comme une rupture, ni même comme une restructuration profonde de l’action. Dans l’interprétation conforme aux matrices idéologiques de l’Éducation populaire qu’ils en font, elle ressort plutôt comme une voie d’approfondissement, à moindres coûts d’ajustement, du travail socioculturel (coll. 2009, Greffier et Tozzi 2014). En effet, les acteurs de ce champ revendiquent déjà un engagement historique dans la promotion d’un développement local, social, démocratique et solidaire, autant que dans le renforcement des ressources habitantes, ou dans la construction du sens démocratique et participatif qu’il s’agit de donner à l’action urbaine. De fait, la plupart des articles présentés ici montrent que les dynamiques et les prescriptions du projet urbain, qu’elles se cristallisent ou non autour d’opérations d’urbanisme spécifiques, recoupent les registres classiques de l’expertise socioculturelle, qu’il s’agisse de l’éducation, de la participation, de la médiation, de l’animation d’une vie de quartier et du « vivre-ensemble », de l’accompagnement de publics spécifiques, de l’appropriation urbaine et « sensible » par les habitants qu’elle soit patrimoniale, mémorielle, artistique, architecturale, et/ou qu’elle concerne les espaces collectifs de proximité.

5Pour autant, cette séduisante convergence, cette apparente homologie structurale entre « projet urbain » et « projet socioculturel », finalement construite sur une acceptation tacite et partagées des « bons sentiments projectuels », mérite d’être questionnée. En effet, les usages et discours dominants autour du projet, tant dans le champ de l’animation que de l’aménagement, en font souvent un opérateur sociétalement univoque et pacificateur. La tentation est répandue de voir dans tout projet, urbain ou socioculturel, une miraculeuse et formidable « vague fédératrice », performative, une réponse monosémique et harmonisatrice face « aux incertitudes de la conjoncture » (Boutinet 2005). Cet espoir fédérateur, porté par une certaine interprétation du projet, est d’autant plus prégnant que le conflit ou la contestation sont généralement perçus comme révélateurs d’une situation de crise ou le symptôme d’un dysfonctionnement qu’il faut prévenir, éviter, masquer voire - parfois - résoudre. Une lecture quasi-mythologique du projet urbain peut alors prévaloir, au sens de Barthes pour qui le mythe est sociétalement économe : « il abolit la complexité des actes humains, leur donne la simplicité de l’essence, il supprime toute dialectique, toute remontée au-delà du visible immédiat, il organise un monde sans contradiction parce que sans profondeur, un monde étalé dans l’évidence, il fonde une clarté heureuse » (Barthes 1957). Contre cette tendance lénifiante, plusieurs contributions du présent ouvrage montrent qu’en réalité, la mise en projet de la ville, loin d’être un long fleuve tranquille sur lequel les acteurs socioculturels n’auraient qu’à se laisser flotter au gré d’un courant favorable, tient plutôt du torrent tumultueux qui questionne les engagements et les positions, avec des flots dont les remous forcent les directions, complexifient les trajectoires et les équilibres de navigation. L’approche projectuelle qui est caractérisée par la cherche de flexibilité et d’ouverture est d’ailleurs intrinsèquement porteuse d’aléas : par son essence et sa construction censées être évolutives, le projet urbain intègre sa part d’approximations successives, d’ajustements et d’adaptations, donc de flou qui en texture la réalisation (Boukarta 2010).

6Par ailleurs, l’environnement urbain s’avère structurellement perméable aux incertitudes qui contraignent l’action, qu’elles soient liées aux contextes (économique, écologique, etc.), aux ressources disponibles, aux temporalités, ou aux fins mêmes des projets (Pinson 2006). Ce contexte d’incertitude, avec les aléas qui en découlent quant au pilotage de l’action aménageuse par le projet, est propice aux concurrences, aux jeux de pouvoir (Crozier 1976), aux rapports de forces et donc aux conflits auxquels l’acteur socioculturel peut se voir confronté au gré de ses relations avec les autres parties-prenantes, associés-rivaux de la fabrique urbaine. Outre les liens avec le politique (cf. infra), la rencontre des mondes du socioculturel et de l’urbanisme « classique » (entreprises, architectes, bailleurs, promoteurs, etc.) ne va pas toujours sans achoppements. La question des identités professionnelles en présence, de leur hybridation et de leur métissage, est ici cruciale : elle pose la question de l’extension au risque de la dilution, voire du « communautarisme » au risque de l’exclusion… Y-a-t-il des monopoles, des « mépris », ou des excommunications qui sont à l’œuvre ? Au contraire trouve-t-on aisément des acteurs-passeurs d’un monde à l’autre ? Des projets qui, dans l’urbain, dépassent l’échange peu convaincant de « bonnes pratiques », ou la polysémie « diluante » d’expériences parfois porteuses d’un consensus mou à l’instar des fresques qui décorent les murs de quartiers, à la fois artistiques pour l’artiste, décoratives pour l’architecte, participatives pour l’animateur ? Dans ce livre et lors du colloque dont il est tiré, la présence d’architectes, d’urbanistes, de géographes, de spécialistes des sciences de l’information, des arts et de la culture, d’animateurs socioculturels, de directeurs de centres sociaux, d’élus, et autres « acteurs-regardeurs » de la ville, laisse à penser qu’il y a un intérêt partagé à s’engager dans la co-construction de passerelles et d’itinéraires communs entre les pratiques et les analyses. Et plusieurs expériences décrites dans cet ouvrage attestent bien d’une volonté de partenariats, d’hybridation des expertises et d’« apprivoisement réciproque ». Pour autant, au-delà de ces espaces et de ces terrains privilégiés, la perception plus ou moins implicite d’un fossé entre les cultures et les visions professionnelles persiste encore dans la réalité opérationnelle de certains projets urbains. En ce sens, si les différents acteurs travaillent à la constitution d’un « collectif de perception », celui-ci découle, souvent, autant de la coopération que de la lutte (Viviane 2000).

7Dans une lecture constructive, entre projet conflictuel et conflictualités des projets, l’hypothèse pourrait être celle de la confrontation et du conflit comme modalités d’adaptation du projet, celui-ci ressortant alors en produit transactionnel qui traduirait la construction incrémentale d’un « ordre négocié » (Hamman 2011) de l’urbain. Pour autant, comme le rappelle Remy (2005), si une forme de transaction sociale est à l’œuvre dans le projet, rien ne garantit qu’elle renforce ou déforce l’ordre pré-existant. Selon cet auteur, on retrouve ici l’opposition entre les innovations « de croissance » et les innovations « de mutation » ou « de rupture » (Becker 1950) : les premières « sont une manière de créer des formes nouvelles, adaptées à un contexte qui a changé tout en permettant au système de se reproduire, tandis que les innovations de rupture introduisent un déséquilibre mineur qui avec le temps va s’amplifier et finir par produire un déséquilibre général », une « révolution cachée » (Remy ibid.). Transposé à la transformation sociale, ce rapport à l’ordre et à la radicalité du changement est crucial pour l’animation socioculturelle : c’est la question de la - ou des - finalité(s), inhérente au projet, qui est posée et avec elle celle du positionnement idéologique.

8En bref, le problème n’est pas tant la place que les acteurs socioculturels peuvent prendre dans un wagon du projet urbain, mais bien celui du train choisi, des itinéraires, du sens et de la direction à privilégier en fonction d’un projet spécifique de société. Une partie de l’animation socioculturelle, majoritaire dans les articles réunis ici, prend part aux processus de mise en ordre routinière de l’espace politico-urbain. Cela n’est pas un jugement de valeur, ni une critique : il s’agit simplement d’un choix de positionnement observable. Avec le plus souvent des préoccupations réformistes, c’est-à-dire articulées autour de la conviction que l’amélioration ou la transformation progressive se joue à l’intérieur du système, en promouvant une posture socioculturelle qui ne se retrouve, ni se reconnaît, dans la défiance radicale. Pour autant, en acceptant de concourir à certaines mises en ordre du projet urbain, lui-même catalyseur d’exigences normatives, de « manières de faire » multiples et de contraintes potentiellement centrifuges, l’animateur peut se retrouver en tension, « tiraillé » entre son rôle conformant d’expert impliqué dans la réalisation conventionnelle du projet et son identité militante à vocation « perturbatrice » voire contestataire (Nonjon 2006, Gourgues 2013).

9Dans un champ socioculturel qui a déjà été sommé de se professionnaliser et de s’institutionnaliser (Augustin et Gillet 2000), l’animateur est désormais souvent identifié à un « professionnel de la participation », médiateur entre la puissance aménageuse et les populations. Dans ce processus de reconnaissance, le risque d’« appauvrissement » ressort en rançon possible d’une légitimité institutionnelle accrue (Greffier, D’Andréa et Tozzi 2013). Car lorsque le politique interroge le professionnel du socioculturel, ce n’est pas tant du point de vue du sens que de celui de sa place dans le système politico-aménageur ; ce n’est pas en termes de service social, mais plutôt de compétences et d’outils. Dans cette perspective, la mission de l’animateur dans le projet urbain s’éloigne de celle, idéologiquement originelle, d’« une tentative vécue entre le mandat social d’encadrement et la volonté d’émancipation », le problème n’étant de « dénoncer la société » mais « de la produire » (Pinto Albuquerque 2003). Ce risque d’une « reddition militante » est d’autant plus patent que le projet urbain est intégré aux logiques, aux grandes orientations de l’aménagement public, et à ce titre critiqué par certains pour son « esprit gestionnaire » et son « idéologie managériale » (Levy 2006). En ce sens, il procède en partie des stratégies de « rationalisation accommodatrice » par lesquelles la puissance publique, aux prises avec des mutations urbaines, recherche de nouveaux équilibres, entre adaptation et maintien/reproduction de son action traditionnelle (Rumpala 2003).

10Dès lors, la pluralisation et la complexification qui marquent la mise en projet de l’urbain ne sont pas inévitablement synonymes de démocratie, d’émancipation ou de créativité, d’innovation spatiale et sociale. Elles même souvent à voir avec une consolidation des configurations de pouvoir asymétriques (Pinson 2006). Dans ce contexte et sans un questionnement profond du sens de l’action socioculturelle, se dessine finalement, pour cette dernière, le danger d’une domestication, d’une contribution « servile » et attestataire aux seules stratégies de réplication d’une gouvernementalité urbaine. Par exemple, l’animateur professionnel peut voir son action mobilisatrice auprès des habitants instrumentalisée dans les stratégies institutionnelles d’acceptabilité pure et simple du projet urbain ; il peut aussi voir ses apports éducatifs ou de sensibilisation en partie recyclés dans une mise aux normes des comportements et des corps, parfois - notamment en matière d’éco-attitudes - avec des allures de police des mœurs ou de « néohygiénisme » dont la prégnance idéologique est souvent sous-estimée dans les discours contemporains de projets d’aménagement durable (Tozzi 2013).

11Dans ces zones du projet qui questionnent l’« âme » d’une animation, mise à l’épreuve par le cadrage et la négociation de ses apports à la transformation sociale, par et dans le projet urbain, d’autres positionnements plus « agitateurs » ou contestataires existent. Ils sont le fait d’acteurs plus « marginaux » - finalement très peu représentés dans cet ouvrage et dans les hémicycles du colloque - qui entendent « compromission » là où se construit le compromis, qui occupent les espaces publics en luttant contre les modalités de contrôle politico-social et contre les préoccupations d’ordre public (sécurité, salubrité, tranquillité, moralité, etc.) inhérentes au projet urbain. Les modalités d’action sont alors celles d’une animation qui se diffuse dans les interstices temporels et physiques (laissés ou délaissés par le projet aménageur) pour générer de l’« imprévu créateur », de la sérendipité socioculturelle. Des expériences plus alternatives (squats culturo-artistiques, occupations illégales de friches, etc.), qui n’échappent souvent pas longtemps au délogement, à la reconquête foncière, voire au recyclage dans le marketing urbain des villes « culturelles », présentent l’intérêt de questionner des spatialités transgressives de l’action socioculturelle, potentiellement constitutives d’un projet urbain « complémentaire » ou « alternatif », d’un « contre-pouvoir » politico-urbanistique aux grandes matrices aménageuses dominantes. Cette posture prend toute sa charge émancipatrice et sa signification de lutte sociale quand, dans des réalités politico-territoriales aiguës, des animateurs rappellent, depuis le terrain, l’urgence et la nécessité d’un engagement « combatif » au travers d’une animation socioculturelle en incessante édification qui reprend tout son sens en même temps que sa liberté. À la vision d’un « projet de l’ordre » s’oppose alors celle d’un « projet du désordre » socioculturel, creuset de nouvelles utopies motrices, valant contribution militante aux changements sociétaux profonds par la territorialisation d’une animation « en résistance » qui draine une part des processus urbains de démocratisation.

12Au gré de ces interrogations que le projet urbain et ses « actions communes » adressent au champ socioculturel et dont il est question dans ce livre, c’est finalement l’axiologie qui ressort en « question vive », et avec elle celle de l’impératif éthique que l’approche par le projet a le mérite de rendre saillante. L’opportunité du questionnement éthique est d’autant plus évidente que cette dernière présente des formes structurales similaires à celles du projet. Comme ce dernier, l’éthique n’aurait aucune raison d’être si tout était évident, prévisible ou déterminable. Elle interroge, en contexte d’incertitude, les principes de la morale en situation, puisqu’elle est faite de contradictions, d’intérêts divergents et non de consensus, même si elle vise à trouver un accord (ANESM 2010). À la fois de l’ordre de la recherche individuelle et collective, l’éthique, évoquée en pointillés dans quelques uns des textes présentés ici, consiste en une interrogation constante des décisions, de l’action, de leurs contraintes, sous l’angle des valeurs que l’on injecte, ici dans le projet et dans la ville. Cette éthique du projet, partageable par les parties-prenantes, vaut méthodologie critique et recherche permanente du sens ; elle permet de travailler sur les marges de liberté d’appropriation et de production, de dépasser les logiques purement instrumentales ou techniques qui peuvent mettre à mal les finalités de l’action, notamment socioculturelle.

  • 2 « Au sujet du sapiens », J. Thomas (dir.), Introduction aux méthodologies de l'imaginaire, Ellipse (...)
  • 3 Les lundi 28 et mardi 29 janvier 2013, en partenariat avec l’IUT Michel de Montaigne et l’UMR CNRS (...)
  • 4 Les textes proposés n’engagent que leurs auteurs et leur publication vise à montrer la richesse de (...)

13Ainsi, quand l’animation rencontre la ville, sa fabrique et ses autres acteurs, l’impératif socioculturel est de continuer à se penser, à interroger son « agir », dans, par et même hors du projet urbain. Ce, afin de ne pas rester involontairement servile dans les dynamiques projectuelles et de toujours rechercher cet « espace périlleux d’humanité, étroit et inconfortable, où s’organise tant bien que mal l’ébauche d’une liberté, sorte de danse fragile sur le volcan, entre deux précipices, mais sur une crête d’où la vue porte aussi loin qu’il est possible »2. C’est en partie le fil directeur de ce livre, ce dont il est question, de façon explicite ou en filigrane, dans un état des lieux synoptique et pluridisciplinaire. Les textes réunis ici retracent une partie des interventions du colloque organisé par l’ISIAT3, intitulé « L’animation socioculturelle, quelle place dans le projet urbain ? » et ayant rencontré un fort intérêt de la part des professionnels de l’urbain, tant issus du champ de l’animation qu’extérieurs à celui-ci. Hormis certaines conférences plénières introductives ou conclusives, les contributions réunies dans cet ouvrage sont regroupées en trois parties. La première, intitulée « Gouvernances urbaines et projets d’animation socioculturelle », présente des textes qui analysent l’implication socioculturelle dans le projet urbain au travers d’interactions avec les acteurs institutionnels et les dispositifs de politiques publiques. Dans la deuxième partie, sous le titre « Animation socioculturelle, "fabrique" et implications de l’habitant-citoyen », les auteurs apportent des éclairages quant à certaines contributions socioculturelles aux processus complexes d’appropriation et de participation citoyenne dans la fabrique urbaine. Enfin, s’agissant de la troisième partie et du thème « Mises en scènes du projet urbain, animations, pratiques artistiques et culturelles »4, le propos est centré sur la créativité socioculturelle et ses modalités d’intervention socio-artistique qui animent le projet urbain, travaillant à ses scénographies, à sa pédagogie et à sa valorisation mais parfois aussi à sa contestation.

Bibliographie

Références

ANESM, 2010, Le questionnement éthique dans les établissements et services sociaux et médico-sociaux, ANESM, 92 p.

BARTHES R., 1957, Mythologies, Éditions du Seuil.

BECKER H., 1950, Through Values to Social Interpretation : Essays on Social Contexts, Actions, Types and Prospects, Duke University Press, 1950, 341 p.

BOUKARTA S., 2010, Projet urbain et retour du sujet ? La stabilité en question, Mémoire de Master étude urbaine en régions méditerranéennes, Consortium EURMed Université Paul Cézanne, Aix-Marseille III, Institut d’Urbanisme et d’Aménagement R., juin, 50 p.

BOUTINET J.-P., 2005, Anthropologie du projet, Presses universitaires de France, 405 p

Coll., 2009, Repères. Centres sociaux et développement durable. Quels enjeux, quels repères, pour quelles transformations avec les habitants ?, Union régionale des centres sociaux Rhône-Alpes/Centre de ressources du développement durable/Union régionale des centres sociaux et socioculturels du Nord-Pas de Calais/Fédération des centres sociaux et socioculturels de Bretagne, février, 42 p.

CROZIER M., 1976, La société bloquée, éd du Seuil, paris, 243p.

EMELIANOFF C., 2002, Comment définir une ville durable, cf. site « Villes et Développement durable : Des expériences à échanger » du MEDD, http://www.ecologie.gouv.fr/IMG/agenda21/intro/emelia.htm.

GOURGUES G., 2013, Les politiques de démocratie participative, PUG, 148 p.

GREFFIER L. et TOZZI P., 2014, « Quartiers durables et participation des habitants au prisme de l’action socioculturelle. Implication des centres sociaux et opérations d’écoquartiers français », Développement Durable et Territoires, dossier thématique « La participation habitante dans les écoquartiers : discours, effets, expérimentations et retours critiques », à paraître.

GREFFIER L., 2013, Animer le territoire, Territorialiser l'animation, Carrières Sociales Editions, coll. 100 000 environ, 90 p.

HAMMAN P., 2011, « La « ville durable » comme produit transactionnel », Espaces et sociétés, 4, n° 147, p. 25-40.

HAYOT A et SAUVAGE A. (dir.), 1997, Actes du colloque Les sciences humaines et sociales face au projet urbain organisé par l’INAMA et SHS-TEST, Marseille, 31 janvier et 1er février 1997, 401 p.

INGALLINA P., 2003, Le Projet urbain, PUF, coll. Que sais-je ?

LEVY A., 2006, « Quel urbanisme face aux mutations de la société postindustrielle ? », Esprit, dossier « Entre local et global : espaces inédits, frontières incertaines », n° 329, pp. 61-75.

MAGHNOUS DRIS Z., 2008, Le projet urbain : Du dessein au dessin, In Penser la ville - approches comparatives, Khenchela (Algérie).

NONJON M., 2006, Quand la démocratie se professionnalise : enquête sur les experts de la participation, thèse de science politique, Université Lille 2.

PINSON G., 2006, « Projets de ville et gouvernance urbaine. Pluralisation des espaces politiques et recomposition d’une capacité d’action collective dans les villes européennes », Revue française de science politique, vol. 56, n° 4, août, p. 619-651.

PINTO ALBUQUERQUE, C.-M., 2003. Processus de légitimation des pratiques de service social. L’exercice d’une « technicité prudentielle » dans la construction quotidienne de légitimités contextualisées, Thèse de doctorat, Faculté des Lettres de l’Université de Fribourg.

REMY J., 2005, « Négociations et transaction sociale », Négociations, 1, n° 3, p. 81-95.

RICHELLE J. L., 2012, Une ville socioculturelle. Animation médiatrice et politique jeunesse à Bordeaux 1963-2008, Carrières sociales éditions, Bordeaux, 293 p.

RONCAYOLO M., 2000, « Mémoires, représentations, pratiques-réflexions autour du projet urbain », in Hayot Alain et Sauvage André (dir.), 2000, Le projet urbain. Enjeux, expérimentations et professions, Actes du colloque Les sciences humaines et sociales face au projet urbain organisé par l'INAMA et SHS-Test, Marseille, 31 janvier et 1er février 1997, p. 25-31.

RUMPALA Y., 2003, Régulation publique et environnement. Questions écologiques, réponses économiques, L’Harmattan, 373 p.

TETARD F., 2000, « Vous avez dit “éducation populaire” ? », rencontres tarnaises pour l’éducation populaire du 27 novembre 1999, direction départementale de la Jeunesse et des Sports et conseil général du Tarn, Albi, décembre, pp. 19-41.

TOZZI P., 2013, « Ville durable et marqueurs d’un « néo-hygiénisme » ? Analyse des discours de projets d’écoquartiers français », Norois, n° 227, p. 97 s.

VIVIANE C., 2000, le projet urbain, un ici et maintenant ou un nouvel ailleurs ? Quelques réflexions sommaires, in Le projet urbain. Enjeux, expérimentations et professions. Sous la direction de Hayot A. et Sauvage A., 2000, Actes du colloque « Les sciences humaines et sociales face au projet urbain » organisé par l’INAMA et SHS-TEST, Marseille, 31 janvier et 1er février 1997, p. 61-77

Notes

1 Terme qui regroupe ici à la fois les projets urbains et les projets de ville ou d’agglomération (Pinson 2006).

2 « Au sujet du sapiens », J. Thomas (dir.), Introduction aux méthodologies de l'imaginaire, Ellipses, 1998, p. 134

3 Les lundi 28 et mardi 29 janvier 2013, en partenariat avec l’IUT Michel de Montaigne et l’UMR CNRS ADESS, l’Université de Bordeaux Montaigne, l’IEPSA-Université de Saragosse, l’Université du Québec à Montréal, l’École Polytechnique de Lisbonne et le CRAJEP Aquitaine.

4 Les textes proposés n’engagent que leurs auteurs et leur publication vise à montrer la richesse des présentations qu’un tel thème a pu susciter.

Auteur

Maître de conférences HDR en science politique, Université/IUT Bordeaux Montaigne, UMR CNRS ADESS 5185

© Carrières Sociales Editions, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès ouvert
Mode lecture ePub PDF du livre
Chargement PDF du chapitre

Freemium

Offert par

Acheter