Version classiqueVersion mobile

Animation et intervention sociale : parcours, formations, enjeux

 | 
Jean-Luc Richelle

Epilogue : de la pensée à l’agir et de l’agir à la pensée

Jean-Claude Gillet

Note de l’auteur

Note portant sur l’auteur112

Texte intégral

Ils n’en mourraient pas tous, mais tous étaient frappés !

1Après la lecture de cette partie des communications proposés au colloque de Paris, je fus d’abord orienté vers une approche interrogative et critique de plusieurs thématiques, telles « L’animation fait-elle partie du travail social ? » ou « Pourquoi la notion de métier, héritée du Moyen-âge, a-t-elle cours à propos des animateurs professionnels dans une époque de réseaux sociaux et de communications numériques ? », ou bien encore « En quoi l’assimilation des animateurs professionnels à des "intervenants sociaux" cache-t-elle la disqualification de la posture sociopolitique qui constitue l’héritage de ce groupe professionnel ? », etc.

  • 113 Dans ce secteur le désengagement de l’État est concomitant de l’introduction du mécénat, du sponso (...)

2Mais à la réflexion, ayant déjà traité ces questions par ailleurs, et à la lecture de beaucoup de ces textes qui mettent l’accent sur les contraintes que subissent par exemple les associations du secteur, sur le pouvoir relatif des différents niveaux hiérarchiques d’encadrement évalués de façon permanente par les directions générales (et les outils informatiques sont là pour asseoir cette surveillance), sur l’insertion des outils de gestion dans la pensée, dans les pratiques et dans les formations, sur l’apologie de la performance au travail survalorisée par le système marchand (et le non lucratif a du mal à y résister), sur l’introduction du modèle de gouvernance de l’entreprise capitaliste dans le secteur social, culturel113 ou sportif, on ne peut que tenter de comprendre certains des mécanismes de cette régression collective et sociétale : quels sont les enjeux qui sont ici favorisés ? À quel prix les salariés vont-ils payer ce consensus (tout au moins apparent) sur l’évolution d’une société dite libérale dont on nous vante les mérites qu’on voudrait nous faire accroire ?

Piqûre de rappel

3Sans remonter aux calendres grecques, dès l’arrivée de Mitterrand au pouvoir, en 1982, a été inventée l’idée du « droit d’expression des salariés », dite loi Auroux 1982. Le code du travail prévoit que tous les salariés bénéficient du droit d’expression directe et collective qui a pour objet de définir les actions à mettre en œuvre pour améliorer leurs conditions de travail, l’organisation de l’activité et la qualité de la production dans l’unité de travail à laquelle ils appartiennent et dans l’entreprise (et à ce titre toutes les structures d’animation, de travail social ou d’intervention sociale sont concernées à partir du moment où existent des rapports salariaux en son sein).

4Mais d’autres instances avec d’autres noms ont existé avant la loi et après elle : groupes de progrès, réunions d’échange, cercles de qualité et, pour faciliter le travail des directions dans ces questions de gouvernance relevant de l’organisation et du fonctionnement, des cabinets d’experts se sont placés sur le marché, avec du coaching et d’autres modalités de conseil et de formation. Au passage, disons que certains anciens animateurs en font partie.

5Trente ans plus tard, la question de la participation des salariés aux décisions les concernant dans la production (industrielle ou des services) reste intacte au sens où rien n’a bougé vraiment dans les rapports entre instances directionnelles et instances représentatives des salariés ou les collectifs de travail en général.

6Le système hiérarchique dominant (avec souvent un conseil d’administration et un directeur dans le secteur privé, et un élu et un directeur de services ou un cadre A dans les collectivités territoriales et assimilés) est celui régissant le secteur du travail social : la fonction de direction ne se partage pas et décider, c’est toujours dire la loi. Il faut dire aussi que la personnalité de celui ou celle qui exerce cette fonction n’est pas étrangère à la réussite d’un projet d’établissement public ou d’association privée : la réussite de tout projet dépend de la capacité du « chef » à penser la fiabilité de ce projet et à s’entourer d’un groupe de personnes qui ont su se l’approprier. L’exercice d’un pouvoir s’use souvent vite, s’il n’est alimenté par un désir commun de réussir ensemble un projet : à moins que la direction ne s’enferme dans une relation de pouvoir suscitant la crainte, mais il lui faudra alors aller jusqu’au bout de cette logique et entrer dans l’escalade des sanctions et l’utilisation d’une certaine forme de police, avec les effets suicidaires que cela entraîne.

  • 114 Eugène Enriquez, Les jeux du pouvoir et du désir dans l'entreprise, Paris, Desclée de Brouwer, 199 (...)

7Par peur du spontané, de l’imprévu, de l’émergence de la subjectivité ou de la politique, toute organisation aura donc tendance à préciser les structures, les rôles et les fonctions, les lignes de communication pour stabiliser les comportements et les rendre prévisibles et maîtrisables explique Eugène Enriquez114 qui ajoute : « Pour se protéger de l’informe, elle aura tendance à se protéger de la vie, elle préfèrera instaurer la bureaucratisation des conduites, sinon même la ritualisation de celles-ci ». De même toutes les méthodes, les études, les évaluations sont orientées avec le présupposé de la prise de décisions toujours plus « rationnelles » de façon à supprimer les appréhensions des dirigeants dans leur volonté de contrôler les « zones d’incertitude », pour reprendre l’expression de Michel Crozier. D’où l’apparition de fiches de postes précisant fonctions et responsabilités, de directives, de notes de services : certes la taille de l’établissement va introduire des variantes de ce type de formalisation dans le fonctionnement quotidien de ce dernier.

  • 115 Nous ne pouvons entrer ici dans le débat sur la réalité ou non de ces déficits, et de ce qu’ils ca (...)

8Mais aussi, et peut-être plus pernicieux, l’animateur et le travailleur social ont des liens (« sur le terrain » comme ils disent) avec des groupes et des individus à l’extérieur de l’institution, plus difficilement contrôlables quant à leur durée, leur utilité pour la structure toute entière et pas seulement pour l’entretien du réseau informatif de l’acteur professionnel : la seule façon de réduire cet imprévu, c’est d’en limiter les effets par exemple en imposant la relation dans les locaux de la structure et de tendre à privilégier la relation individuelle (du conseiller de mission locale à l’agent d’un service social instruisant la demande de RSA) et en grande partie en utilisant les services en ligne, de manière à ne pas trop solliciter les personnels en « face à face » dans une période de contraction de l’emploi, et donc des coûts, qui risquerait de compromettre encore plus largement les engagements des gouvernants locaux, nationaux et européens de combattre leurs déficits budgétaires115.

9Ces formes de contrôle vont chercher leurs références pseudo-scientifiques dans des modèles informatiques (tirés de la cybernétique conjuguée avec des calculs mathématiques) ou dans la littérature des sciences humaines : tout dirigeant qu’il soit politique ou d’entreprise les utilise comme certains le réverbère (non pour s’éclairer mais pour s’appuyer dessus).

10Il faut considérer que ce qui va présider à cette utilisation, c’est la volonté de quantification qu’on trouve présente dans ces deux versions de la science, car, en définitive, les valeurs retenues seront souvent celles convertibles en signes monétaires (« l’argent »), ce qui montre bien la prééminence non discutée et implicite de l’économie politique comme système de pensée régnant dans l’organisation : il y a toujours des marchés à conquérir, y compris dans le secteur associatif et public, d’où parfois l’évaluation des conduites humaines à partir du seul critère d’efficience économique.

11Ce type d’idéologie qui se réfère à l’existence supposée de sciences de la gestion (alors que le discours gestionnaire n’est et ne peut être qu’un discours de pouvoir, à l’instar du discours sur la loi de la valeur, signe d’un rapport social de domination) est diffusé largement aujourd’hui dans les instituts de gestion et de commerce (l’un des rares secteurs de formation dans lequel la France se promène « en tête de gondole »), mais aussi dans la société de Minc à Rocard, d’Attali à Hollande, de Valls à Juppé.

12À cette idéologie globale se superpose une idéologie spécifique, celle de l’attachement à l’entreprise associative ou publique, dans laquelle le salarié participe à l’efficience générale, à la réalisation des objectifs, à la responsabilisation dans ses comportements. Eugène Enriquez explique que « le salarié le plus adapté, le mieux intégré, parce que le plus conformiste, est rarement le plus efficient dans une organisation qui réclame par ailleurs innovation et dynamisme ».

13Bref l’économique est aujourd’hui envisagé comme la suprême valeur de toute éternité, dans le travail comme ailleurs, la gestion rationnelle comme la seule manière de faire fonctionner une organisation, le commandement hiérarchique verticalisé comme le seul type possible de commandement des hommes. Ces normes deviennent des lois, l’organisation contingente une institution indispensable, les croyances des vérités.

  • 116 Nous n’insisterons pas sur cet aspect, traité par ailleurs par Max Weber, Claude Lefort, Pierre Bo (...)

14De ce constat, deux risques découlent pour l’organisation : le risque bureaucratique116 et le risque technocratique. Le deuxième plus récent à l’échelle de l’Histoire et plus subtil dans ses modalités mérite l’attention des salariés du secteur. Le bureaucrate vise une organisation rationnelle, le technocrate lui va rechercher une gestion rationnelle. Pour cela il va introduire des instruments de gestion sophistiqués (statistiques, recherche opérationnelle, programmation linéaire, théorie logicomathématique des décisions, qui se traduisent par des méthodes de direction par objectifs, l’informatique, l’économie et les finances d’entreprise). On va demander aux salariés de s’y initier dans leurs services ou dans la gestion de leurs activités. Et tout cet arsenal au nom d’une vérité implacable et non comme l’expression d’un système de pouvoir : c’est cela la technocratie, le pouvoir des experts, de la compétence, de l’excellence. Si le salarié n’accepte pas cette logique, il ne lui restera que le loisir d’être consulté, informé et appelé à participer à certaines décisions mineures.

  • 117 La lutte des places, de Vincent de Gaulejac et Taboada Lénoetti, Desclée de Brouwer, 1994.
  • 118 Le contenu du socialisme (2), Éditions du Sandre, 2012.

15En définitive, le technocrate rêve d’un monde sans conflit, ce dernier relevant d’une résistance absurde à la vérité « incontournable », dit-on, de l’économie politique. Eugène Enriquez explique que « tout totalitarisme est le père étonné de la dissidence » et donc la contestation, la marginalité, la révolte, le sabotage, la non-adhésion, le complot, la fuite, voilà toute une panoplie de résistances des groupes sociaux à l’omnipotence de l’organisation que ne peut comprendre l’idéal technocratique. Voilà comment le chef en arrive à penser que la lutte des classes se réduit à « la lutte des places » pour reprendre le titre d’un ouvrage récent de Vincent de Gaulejac117. Il ne peut comprendre que l’action collective est le retour du « refoulé de l’histoire », dont Cornelius Castoriadis explique les effets en ces termes : « Dans les faits, le capitalisme est obligé de s’appuyer sur la faculté d’auto-organisation des groupes humains, sur la créativité individuelle et collective des producteurs, sans laquelle il ne pourrait pas subsister un jour. Mais toute son organisation officielle à la fois ignore et essaie de supprimer le plus possible ces facultés d’auto-organisation et de création »118.

16La seule garantie d’une objectivité minimale réside, pour ce qui concerne l’entreprise, mais pas seulement, dans la confrontation commune des points de vue, dans la prise en compte de la contradiction entre l’institué et l’instituant, entre le maintien d’un ordre et l’existence d’un désordre qui est un appel à un nouvel ordre plus juste et plus solidaire. On en revient alors au point de départ de notre propos : le chef doit décider, mais après avoir entendu (au sens espagnol d’entender, c’est-à-dire comprendre) les logiques d’intérêts et les stratégies qui en découlent pour chaque salarié ou groupe de salariés (en lien aussi avec les logiques qui structurent la vie des adhérents, des usagers ou des habitants environnants).

17Mais alors comment les salariés peuvent-ils intervenir, au sein de leurs structures de travail, dans la recherche d’une coopération visant à introduire un minimum de changement fondé sur les aspirations des personnes et des groupes avec lesquelles ils travaillent ?

Le changement à l’épreuve ou l’épreuve du changement ?

18À l'inverse de certains courants de la sociologie américaine qui s'orientent vers l'idée de réduire les tensions à tout prix parce qu'elles seraient « mauvaises » en soi, le philosophe français Alain disait un jour : « Penser, c'est dire non ! ». Appel à la révolte pour devenir soi-même, quitte à passer plus pour un « déviant » que pour un « refoulé ».

  • 119 Psychologie des minorités actives, Collection Sociologies, PUF, 1979.

19Le déterminisme sociologique a une certaine incapacité à rendre compte de la figure de l'homme révolté, qui manifeste le réveil de la pensée par une crise, refuse la société présente et plaide pour une autre. Cette volonté de changement, traitée par les philosophes (de Socrate à Camus, en passant par Alain), que manifeste l'opposant, Serge Moscovici en propose une nouvelle approche119, après celle du fonctionnalisme, en disséquant les mécanismes qui permettent le changement des structures et des rapports sociaux : « Comprendre les relations d'influence, c'est se donner le privilège de saisir les aspects les plus mystérieux de la machine sociale ». Et cette machine, le système social, avec ses rôles et ses statuts sociaux, ne reçoit « de signification que de l'interaction sociale. L'adaptation au système et au milieu de la part des individus et des groupes n'est que la contrepartie de l'adaptation aux individus et aux groupes de la part du système et du milieu ». Les normes sont donc le résultat de « transactions », et la déviance n'est pas « une manifestation de pathologie sociale ». C'est un produit de l'organisation sociale, « le signe d'une antinomie qui la crée et qu'elle crée ».

  • 120 Les Choses dites, Éditions de Minuit, 1987.

20Il ajoute : « Il ne faut plus considérer l'innovation comme... une forme de déviance ou de non-conformité, mais la prendre pour ce qu'elle est : un processus fondamental de l'existence sociale. Elle présuppose un conflit dont l'issue dépend autant des forces de changement que des forces de contrôle ». Combien de jeunes ou de moins jeunes sont parfois désignés comme déviants aussi bien par certaines structures éducatives qui les approchent que par les structures judiciaires ou administratives ? Plutôt que de les stigmatiser ainsi, ne peut-on voir en eux un groupe social minoritaire qui se met en mouvement pour obtenir satisfaction en fonction de l'analyse qu'il fait de la défense de ses intérêts. Changer d'appellation est déjà lourd de sens, car, comme l'écrit Pierre Bourdieu120 : « Le monde social est celui de luttes à propos de mots qui doivent leur gravité - et parfois leur violence - au fait que les mots font les choses pour une grande part et que changer les mots, et, plus généralement, les représentations…, c'est déjà changer les choses ».

21C'est donc déjà reconstruire en partie la réalité sociale que de la « dénommer ». Et cette réalité, c'est que, individus et groupes, plutôt que de tenter de s'adapter, tentent de transformer leurs conditions d'existence et de créer d'autres façons de penser et d'agir. Il n'y aurait pas non plus pour celui qui se conforme une adaptation positive reconnue par l'environnement et valorisée par lui, et de l'autre une inadaptation sociale résultat d'un individualisme négatif, parce qu'actif et innovant. Sinon le monde court le risque de la répétition et de la négation des singularités des personnes et des groupes.

  • 121 Pendant l’occupation l’adaptation ce fut l’acceptation de cette domination, la Résistance peu à pe (...)

22Donc à l'animation et au travail social qui viseraient une simple adaptation121 de l'individu à un milieu donné s'opposeront une animation et un travail social capables de reconnaître le conflit et la différence comme riches de potentialités nouvelles, « avec pour résultat de faire subir au système une série de métamorphoses..., en un mot, de le faire croître » explique Serge Moscovici, et ce dedans ou hors des structures professionnelles, à l’image de nombre d'associations de jeunes (pas forcément administrativement enregistrés, d’autant plus que la rencontre est possible par des canaux et des réseaux informatiques sans reconnaissance officielle préalable), d'organisations d'habitants, de réseaux d'échanges, dont le fonctionnement est perçu par beaucoup comme dérangeant.

23Car le conflit peut être profitable, mettant en interaction la notion de dynamique et celle de maintenance. Lorsque le conflit est refoulé, lorsque deux groupes ne veulent pas entrer en conflit, celui-ci, bien souvent, se transfère sur un troisième qui joue le rôle de bouc émissaire. Ne peut-on ainsi interpréter la stigmatisation des Roms, résultant d’un refoulement de la perception chez beaucoup de français (et européens) pauvres de leur sentiment d’une injustice sociale qui s’aggrave vis-à-vis de leur condition sociale, alors qu’ils ne peuvent investir dans une solution politique crédible, par incapacité des organisations instituées de gauche et de droite à les comprendre dans leur mode de fonctionnement et leurs aspirations ?

24L'animation et le travail social, par l'action, peuvent montrer leur capacité à se projeter dans le futur, à affirmer des intentions, à lier réalité et imaginaire, à modifier l'équilibre qui existe dans leur environnement, et le travail avec des groupes pour leur permettre d'agir en ce sens, s'ils le désirent, en est la base (au sein et hors de leur lieu de travail). Ces groupes auront ainsi plus de possibilité pour affirmer leurs convictions et leurs façons de voir. Mais il n'existe pas qu'un seul groupe : tous les groupes sont concernés par une telle perspective d'action. Tous les groupes ont des idées et des projets, parfois contradictoires entre eux, et donc sources de conflits potentiels nouveaux, chacun voulant imposer « son » changement, ses valeurs, ses méthodes. Des processus négociés devront alors se mettre en œuvre dans tous ces lieux.

25Et pour les professionnels de l'animation et du travail social, vu l'étendue de leur champ d'intervention, il n’est pas d’évidence de comprendre à travers leurs pratiques le champ conflictuel des contradictions qui traversent leur intervention. Le prix à payer est lourd dans une attitude de laisser-faire ou de distanciation : alors les activités qu'ils mettent en œuvre, les relations personnelles qu'ils établissent ne s'appuient pas sur une théorie du changement social, mais soit sur leur plaisir ou leur intérêt personnel, soit sur le maintien au poste qu'ils occupent en espérant en obtenir ainsi des bénéfices par leur passivité ou leur neutralité.

Conclusion

26Le thème du changement social n'est pas nouveau, ni dans le champ de l'animation, ni dans le champ du travail social et rien ne serait plus faux que de croire qu'il est facile de conception et d'application. Le changement sans risque n’existe pas, car désir de changement et peur du changement coexistent.

  • 122 Les concepts fondamentaux de la psychologie sociale, Dunod et Presses de l’université de Montréal, (...)
  • 123 Introduction à Pour une praxis pédagogique de Francis Imbert, Vigneux, Matrice, 1985.

27Il n’en reste pas moins vraisemblable que la base du social, c'est la tension et le conflit, et non l'harmonie universelle (sous son appellation humaniste, religieuse ou stalinienne). Sans tension, c'est la mort. Conflits d'objectifs, cognitifs, affectifs, comportementaux, idéologiques, favorisent de nouvelles institutionnalisations, parvenant ainsi à d'autres processus institutionnels. Il faut « prendre en compte la réalité sociale comme une réalité conflictuelle », écrit Gustave-Nicolas Fischer122 « aux éléments contraires, aux frontières délimitées mais élastiques, où ordre et désordre, contrainte et liberté, ne sont pas de pures oppositions, mais forment deux pôles interactifs d'un même univers ». C'est ce qu'écrit aussi Jacques Ardoino123 : dans un premier temps, il rappelle que « la capacité négatrice » est une caractéristique de l'homme, sa désobéissance (cf. le péché originel, la transgression, le mythe de Prométhée), mais pour expliquer aussi que « la négation critique » est un « procès dialectique » où « affirmation et négation se trouvent simultanément posées et reconnues », seule « articulation convenable de l'imaginaire et du réel ».

28A cet égard, l'aspect social de l'homme et de la société ne recouvre pas totalement, pour l'animateur ou pour le travailleur social, celui que veulent façonner les politiques ou qu'observent les sociologues. Le social, pour ceux-là, c'est avant tout un lieu d'expérience, de connaissance et de liberté, où chacun se construit une identité sociale ; non plus le social comme objet, mais comme être ou plutôt comme devenir au monde. Une telle perspective met en avant, bien sûr, une dimension éthique et démocratique, dans leur intervention, vers plus d'autonomisation des sujets, acteurs de leur évolution et des transformations constantes du système social.

29Mais gardons-nous d’idéaliser le changement ou l'action des professionnels concernés. De plus, la pratique n'est pas une application directe de la théorie, mais une traduction, une mutation du système théorique, mise en tension touffue, confuse, comme peuvent l'être parfois les pratiques d'animation : l’école de Palo Alto révèle avec justesse qu’il existe des changements qui ne modifient pas l'équilibre de certains systèmes, et d’autres qui, par l'introduction de grains de sable dans la machine, provoquent des sauts qualitatifs, des réorganisations, de nouvelles représentations, de nouvelles significations.

  • 124 Jean-Pierre Boutinet, « Le changement en question », Connexions, n° 45, EPI, 1985.

30Pour tous ces professionnels, une action réaliste dans et hors de l’institution, suppose une analyse des situations concrètes (et la théorie peut y aider), mais elle nécessite surtout la mise en œuvre de stratégies, donc de volontés opératoires. Peut-être sera-t-il alors possible de réduire la confusion qui guette l'analyse : « Le changement social ne peut prétendre au statut de concept opératoire, comme son homologue technologique. Autant dans sa nature que dans ses effets, il renvoie à une réalité fuyante. Aussi est-il destiné à rester un concept flou, et qui plus est, actuellement, peu porteur ; mais lorsque la mode reviendra pour lui, il faudra nous souvenir de cette leçon qui nous est aujourd'hui donnée, de ne pas chercher à assimiler, à propos du changement, le social au technologique »124. L'animation et le travail social sont des propositions visant à réduire, sinon résoudre l'écart qui se creuse entre le changement technologique, qui semble s'accélérer, et le changement social, qui semble piétiner. Ils ont une fonction de médiation en valorisant, si possible, les groupes intermédiaires par lesquels des acteurs peuvent défendre leurs intérêts, faire valoir leurs droits ou leurs idées, et participer ainsi à l'Histoire dans un monde difficile, où se confronte imaginaire créateur et rationalité, dans une recherche de la vérité sans fin, comme les conflits qui la jalonnent, créateurs de néguentropie et de nouvel ordre.

  • 125 J’invite le lecteur à lire ce monument qui, du même auteur, s’appelle De la horde à l’État, essai (...)

31En 2014 les partis nationalistes, nationaux-populaires, fascistes et néo-fascistes, religieux, ont pignon sur rue, y compris dans les vieilles démocraties européennes, et les idéologies les plus réactionnaires s'affichent ouvertement (quand ce n'est pas la guerre qui réapparaît). Ce mouvement est double : « La combinaison de ces deux tendances me paraît proprement mortelle », à savoir « la tendance à l'indifférenciation [qui] crée continuellement des boucs émissaires (les juifs, les autres nations, maintenant les arabes - tout problème, toute difficulté est toujours imputée à quelqu'un, il y a toujours un coupable) » et la tendance au morcellement, aux séparations « qui pourraient, si elles étaient réellement prises en compte et mises en question, être des éléments de changement. Si les exclus pouvaient vraiment se penser comme tels, ils pourraient se vouloir autrement ». L'animation et le travail social peuvent travailler sur cette situation objective de décalage et de distorsion, lorsque les groupes auxquels ils s'adressent ne la considèrent plus comme supportable, car, « tout ce qu'on peut affirmer avec certitude…, c'est que lorsqu'un système social pousse jusqu'à l'extrême sa logique qui consiste à augmenter les séparations, les exclusions, c'est aussi à ce moment-là que se produit la prise de conscience des exclus ». Et dans une de ces visions transversales dont il a le secret (à la fois anthropologique et philosophique, juridique et psychanalytique), Eugène Enriquez conclut ainsi : Ce qui est présent dans ce que j'évoque, c'est la représentation d'une situation mouvante, où les acteurs sociaux sont en interaction directe…, où des conflits fondamentaux et des phénomènes de pouvoir sont présents, mais où ils ne prennent jamais définitivement « corps », où les investissements des désirs d'action peuvent se déplacer. Mais ce que je dis simultanément, c'est que le mouvement fait peur, que la mort rassure, que les hommes peuvent aimer leur propre régression et que ce travail de « brisure » du sacré (l'État est notre sacré) est constamment à reprendre, dans la vie quotidienne, en nous et en autrui... Ce qui est notre horizon, ce n'est pas la fin de l'histoire, c'est simplement ce labeur à accomplir sans certitude, mais également sans angoisse »125.

Notes

112 Professeur honoraire, Université Bordeaux Montaigne.

113 Dans ce secteur le désengagement de l’État est concomitant de l’introduction du mécénat, du sponsoring ou du parrainage.

114 Eugène Enriquez, Les jeux du pouvoir et du désir dans l'entreprise, Paris, Desclée de Brouwer, 1997.

115 Nous ne pouvons entrer ici dans le débat sur la réalité ou non de ces déficits, et de ce qu’ils cachent. Lire les écrits de Jacques Généreux, de Jean-Marie Harribey ou Des économistes atterrés.

116 Nous n’insisterons pas sur cet aspect, traité par ailleurs par Max Weber, Claude Lefort, Pierre Bourdieu, Michel Crozier, etc.

117 La lutte des places, de Vincent de Gaulejac et Taboada Lénoetti, Desclée de Brouwer, 1994.

118 Le contenu du socialisme (2), Éditions du Sandre, 2012.

119 Psychologie des minorités actives, Collection Sociologies, PUF, 1979.

120 Les Choses dites, Éditions de Minuit, 1987.

121 Pendant l’occupation l’adaptation ce fut l’acceptation de cette domination, la Résistance peu à peu s’honora du refus de celle-ci.

122 Les concepts fondamentaux de la psychologie sociale, Dunod et Presses de l’université de Montréal, 1987.

123 Introduction à Pour une praxis pédagogique de Francis Imbert, Vigneux, Matrice, 1985.

124 Jean-Pierre Boutinet, « Le changement en question », Connexions, n° 45, EPI, 1985.

125 J’invite le lecteur à lire ce monument qui, du même auteur, s’appelle De la horde à l’État, essai de psychanalyse du lien social, collection Connaissance de l'inconscient, Gallimard, 1983.

© Carrières Sociales Editions, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search