Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Animation et intervention sociale : parcours, formations, enjeux

 | 
Jean-Luc Richelle

Le vocable animation dans les discours : sens et catégorisation

Marc Carletti

Note de l’auteur

Note portant sur l’auteur62

Texte intégral

« À l'idée d'un réel séparé répond une connaissance séparante. »
Dominique Quessada, L'Inséparé.

Introduction

1Le présent article s'inscrit dans une tradition de réflexion et de recherche qui soutient que le discours, entendu comme une notion désignant « toute série d’énoncés, oraux ou écrits (...), effectués par un sujet en tant qu’ils sont adressés à d’autres » (Giust-Deprairies et Levy, 2002), constitue à la fois un mode de prise en charge du réel et un mode d'agir sur le monde. En ce sens, on peut dire que le discours in-forme le réel, qu'il participe de sa construction tout en rendant ce processus intelligible. Les discours forment ainsi « des systèmes d'explication » du monde et portent « des points de vue (...) historiquement situés sur ce monde » (Krieg-Planque, 2012). Ils sont eux-mêmes une réalité et une expression de l'activité humaine qui fondent les sociétés au même titre que les pratiques et activités non verbales.

2Cette étude s'intéresse prioritairement à la situation de l'animation professionnelle en France à travers l'usage du terme animation, de ses dérivés (animateur-trice) et complétifs (animation sociale, animation de loisirs...) dans les discours. Elle se fonde sur l'hypothèse selon laquelle l'utilisation par les différentes communautés discursives d'un vocable désignant un métier constitue non seulement un indicateur mais également un élément fondateur de sa place dans la société. Ainsi, les contenus dénotatifs, effets de sens et associations mentales que la dénomination convoque participent activement de la légitimation et de la reconnaissance sociale des acteurs et des pratiques. La diffusion ou l'effacement des termes, leurs conditions d'emploi et leur caractérisation dans les discours permettent aussi de rendre compte des présupposés et représentations des énonciateurs.

3Les premières sections rappelleront l'intérêt d'une approche lexicologique et sémantique qui, combinée avec les notions de représentation sociale et de catégorisation mentale développées par la recherche dans les sciences humaines, permet de circonscrire les territoires du sens dans lesquels s'inscrivent conduites et comportements. Nous présenterons ensuite le corpus recueilli et l'analyse des résultats qui soulignera le caractère mouvant et fragile de la nature et de la fonction assignées à l'animation par les énonciateurs. Fragilité et variabilité qui s'illustrent plus particulièrement dans la relation sémantique d'hyponymie/hyperonymie du terme animation avec les vocables travail social, intervention sociale et éducation (et ses complétifs), dont on montrera qu'elle pose question. Les quelques références à la situation à l'étranger permettront d'éclairer « de l'extérieur » le contexte français en proposant à la réflexion des éléments relatifs au positionnement sémantique du vocable animation ou de ses équivalents dans d'autres pays. Enfin, nous nous attacherons à pointer certains enjeux liés au rôle des énonciateurs, qui, par leurs discours, participent à la construction du sens et des représentations. Nous soutiendrons que ces questions de positionnement sémantique influent sur les acteurs et les pratiques en articulant différentes visions de la fonction sociale de l'animation.

Les « matérialités discursives »

4La sociologie admet aujourd'hui que le langage et le discours sont « des éléments essentiels des processus et des rapports sociaux » qui doivent être considérés dans leur fonction structurante et non comme de simples symptômes (Leimdorfer, 2007). Les sociologues du langage comme Pierre Achard et les théoriciens de l'analyse de discours accordent au langage une véritable matérialité qui participe de la création des réalités sociales :

  • 63 Pierre Achard cité par Leimdorfer (2007).

5« La sociologie [...] doit supposer que les systèmes qu’elle décrit ont une matérialité. Nous posons l’hypothèse qu’on peut penser cette “matérialité” comme la dialectique entre deux types d’inscriptions simultanées et complémentaires : une inscription dans l’environnement physique que le processus social façonne (architecture, urbanisme, productions techniques, culture matérielle) ; une inscription dans le langage, qui pour être plus abstraite n’en est pas moins matérielle et pour laquelle le terme de “matérialités discursives” [...] me semble parfaitement adéquat. »63

6Cette « inscription » dans le langage est envisagée comme un mode d'agir complémentaire des actes non langagiers mais tout aussi réel. De ce fait, l'étude des discours produits et perçus par les acteurs sociaux s'avère indispensable à la compréhension des processus de construction des réalités sociales.

7Mais quel est donc le rôle du langage dans la création du sens et de la pensée ? Il semble que, même si le sens se construit cognitivement en dehors du langage, l'activité langagière joue un rôle dans le processus global par un phénomène de bouclage entre les modules langagiers et non langagiers (Laplane, 2001). Pour le dire autrement, le langage encode des concepts qu'il contribue également à élaborer. Cette production du sens a été étudiée par les sciences humaines dans des contextes et des traditions disciplinaires différents auxquels le présent article se réfère autour des notions de « représentation » et de « catégorisation » empruntées à la sociologie et à la psychologie sociale.

8Les représentations sociales sont des contenus psychiques qui permettent aux individus de se repérer dans leur environnement social et d'y établir des relations. Elles organisent notre relation au monde (Jodelet, 1989) et la communication (donc le langage) joue un rôle central dans leur formation (Negura, 2006). La notion de catégorisation s'inscrit, elle, dans la tradition anglo-saxonne de la psychologie cognitive de la perception (Sales-Wuillemin, 2006) et réfère à une opération mentale qui consiste à organiser et à classer les éléments de l'environnement perçus par les cinq sens. Ce regroupement en catégories des objets perçus (qui peuvent être de tous ordres et de toutes natures) s'opère sur la base de caractéristiques communes appelées des propriétés. Ces catégories mentales sont pour une part alimentées et encodées par les items lexicaux et les discours que nous perçevons et produisons. Par conséquent, les processus cognitifs de catégorisation impliquent que les propriétés du noyau sémantique des éléments lexicaux et les relations sémantiques que ces éléments entretiennent entre-eux se retrouvent transférées dans le noyau des représentations et catégories mentales qui organisent notre perception du monde. Si comme l'affirme Blumer « les êtres humains agissent envers les choses à partir du sens que ces choses ont pour eux » (Blumer, 1969), et si la construction de ce sens passe par la réception et la production de discours, le travail d'analyse des contenus et relations sémantiques d'un vocable en usage doit permettre de saisir certains processus de cristallisation des représentations qui déterminent attitudes et comportements.

Sens prescrit et sens construit

9La démarche adoptée et la méthodologie choisie pour le présent travail sont celles d'un enseignant-formateur qui s'exprime à partir de sa position professionnelle. L'objectif n'est pas ici de circonscrire une constellation représentationnelle pour un ensemble de sujets (groupe d'animateurs, de formateurs, de dirigeants associatifs...). Il s'agit plutôt de prélever et d'interroger une partie des phénomènes qui alimentent les processus de création de ces constellations, de travailler sur un échantillon des productions discursives auxquelles les acteurs du champ sont exposés (étudiants, formateurs, professionnels et chercheurs). Chacun de ces acteurs est positionné en un lieu du champ et placé au centre d'un faisceau discursif extrêmement dense qui inclut notamment des textes institutionnels comme la Convention collective nationale de l'animation, des documents de cadrage de dispositifs des politiques publiques (Guide pratique 2013 réforme des rythmes à l'école primaire...) ou encore des productions savantes de chercheurs, d'experts ou d'organismes de formation (ouvrages et articles, rapports de l'IGAS sur l'intervention sociale, intitulés de colloques...).

10Le corpus se présente comme un prélèvement du tissu discursif en un point du champ et à un moment donné. Il est constitué de 120 textes dont une majorité a été publiée dans les années 2000. Plusieurs d'entre-eux réfèrent directement ou indirectement à des discours antérieurs mais beaucoup sont récents (2010-2013). Tous ont un pouvoir instituant car ils sont les produits d'énonciateurs légitimes : élus et membres du gouvernement, techniciens de l'administration publique, enseignants-chercheurs, représentants associatifs, formateurs et praticiens. Leurs auteurs représentent chacun à leur niveau des figures d'autorité dont l'activité consiste exclusivement ou en partie à produire des actes de langages dont la visée explicite ou implicite est de définir, classer et organiser le monde. Ce mode d'agir par le discours contribue ainsi « à la formation des identités collectives et à l'encadrement des populations dans des étiquettes sociales correspondant à des rôles et positions institués. » (Martiniello et Simon, 2006). Tout groupe étant en partie socialement institué par le langage, repérer les catégorisations qui opèrent dans les discours doit permettre d'éclairer la nature des représentations et des identités prescrites, et de pointer certains des enjeux qui en découlent.

11Le corpus constitué a été traité en isolant les segments de discours qui disent explicitement ce qu'est l'animation professionnelle, qui en listent les propriétés ou les caractéristiques essentielles, qui y réfèrent et la positionnent par rapport à d'autres métiers ou professions et qui l'incluent dans une succession d'emboîtements sémantiques catégoriels et en contiguïté à d'autres items lexicaux. Notre attention s'est portée sur le repérage de traits invariants susceptibles de s'agréger autour d'un noyau de sens stabilisé ou bien sur des indicateurs de divergence dans les habitudes associatives des différentes communautés discursives. Nous nous sommes plus particulièrement centrés sur la relation sémantique d'hyponymie/hyperonymie.

Les relations sémantiques fondatrices du sens

12Pour la sémantique, les mots constituent des unités de sens dont la signification se construit par relation avec d'autres éléments du système lexical. Trois grands types de relations structurales sont ainsi identifiés : synonymie / antonymie, méronymie / holonymie et hyponymie / hyperonymie (Tamba, 2005). Ces relations sont structurantes des processus cognitifs d'agrégation des noyaux représentationnels et catégoriels qui nous permettent d'appréhender le réel. Nous nous intéresserons ici exclusivement à la relation d'hyperonymie/hyponymie car elle nous semble particulièrement signifiante dans les discours prélevés pour le corpus. Cette relation sert à construire des structures hiérarchiques à l'aide d'une échelle de généralité ascendante ou descendante. L'hyponymie implique une relation d'appartenance sur le mode « être une sorte/espèce de ». Afin d'en illustrer la définition par un exemple simple, on dira que radis noir est l'hyponyme de radis, qui est l'hyponyme de légume, lui-même hyperonyme des deux termes précédents.

13Un trait remarquable de cette relation sémantique nous semble plus particulièrement intéressant dans le cadre de notre étude. On parle en effet de relation stabilisée ou complète lorsque l'hyperonyme impose ses propriétés à ses hyponymes. Dans l'exemple cité, les propriétés typiques qui caractérisent légume s'appliquent également à radis. Cette règle s'applique à tous les degrés descendants de l'échelle : radis noir possède à la fois les traits sémantiques de radis et de légume. On parlera de variabilité de la relation d'hyponymie lorsque les habitudes associatives diffèrent en fonction des groupes de locuteurs. Ainsi, pour les botanistes, courgette est l'hyponyme de fruit alors que pour une majorité de locuteurs il appartient à la classe des légumes. Ces relations sémantiques sont homologuées par des définitions (explicitées ou non) et un usage, qui en assurent la validité collective. Ces définitions sont bien entendu renouvelables en fonction de changements internes ou externes, et une même dénomination pourra « cumuler plusieurs acceptions liées à diverses sphères d’emploi et à des constructions distinctes » (Tamba, 2005).

Le vocable animation : un hyperonyme prolifique

14Du point de vue morphologique, les vocables animation et animateur-trice sont employés seuls ou bien suivis d'un terme complétif (de quartier, social, coordinateur, socioculturel, de loisir, socioéducatif, de développement local, d'activités culturelles, globale... etc.). Une recherche sur le métier d'animateur sur le site de Pôle emploi fait ainsi apparaître plus de quarante intitulés différents qui peuvent tous se rattacher à une même sphère d'emploi. Dans une perspective lexicologique et sémantique, on considère que le terme animation est positionné à un degré supérieur dans l'échelle de classification et que les autres termes sont des hyponymes. L'animation sociale est donc une forme spécifique d'animation au même titre que l'animation socioculturelle ou que l'animation de loisirs auprès d'enfants et d'adolescents, qui partagent tous avec le terme animation un certain nombre de propriétés essentielles et sémantiquement structurantes. Pour notre étude, nous avons exclu les vocables du type animation commerciale ou animation 3D en usage dans des sphères d'emploi assez clairement éloignées des champs de l'animation, de l'intervention sociale, du travail social, de l'éducation et des politiques publiques qui y réfèrent.

15Les discours étudiés font état d'un premier problème à ce niveau. Pour de nombreux auteurs, les propriétés sémantiques attachées au vocable qui désigne l'objet d'étude ou de discours (animation) sont mal circonscrites. Dans son rapport final sur les métiers de l'animation, le CAFEMAS observe qu'il n'y a « pas de consensus au sujet d'une définition de l'animation » (CAFEMAS, 2013). L'analyse du CAFEMAS est en accord sur ce point avec celles de nombreux auteurs qui tous pointent une difficulté de définition de l'objet. Déjà à la fin des années 1970, Pierre Besnard relevait plus de trente définitions sérieuses émanant de théoriciens ou de praticiens du champ de l'animation (Besnard, 1978). Le noyau sémantique de la notion semble donc peu stabilisé et les traits distinctifs varient en fonction des époques mais également des énonciateurs. La multiplication des qualificatifs et des ajouts d'une détermination sémantique devient donc problématique puisque, pour que la relation d'hyponymie soit stable, il faut que les propriétés de l'hyperonyme (animation) soient suffisamment identifiées, et que les habitudes associatives qui lient un signe linguistique à son fondement référentiel soient partagées par une communauté de locuteurs. Cette situation bien repérée par les spécialistes du champ remet en cause jusqu'à l'existence même d'un référent : « Avec le renforcement de la crise, les catégorisations se dissolvent et la notion d'animation désigne les situations les plus contrastées. » (Gillet, 2006).

16« Le secteur de l’animation est difficile à cerner car il pose un triple problème de définition, de dénombrement et de visibilité. » (Vulbeau, 2009).

17Plusieurs discours pointent effectivement une prolifération de dénominations et de termes complétifs qui rendent le traçage de la filiation sémantique délicat et amènent une certaine confusion (Carton, 2010). On note toutefois que, en dépit de la fragilité du noyau et de la relation sémantique, aucun segment de discours officiel, savant ou professionnel tiré du corpus ne remet explicitement en cause la relation entre animation et ses hyponymes. Les habitudes associatives semblent dans l'ensemble partagées et les divergences sont peu significatives. Dans les discours, les animateurs sociaux, de loisirs, socioculturels ou socioéducatifs sont bien tous perçus comme des animateurs.

18On constate qu'il en est tout autrement au niveau supérieur d'emboîtement, qui fait du terme animation – et par conséquent de ses complétifs – un hyponyme des vocables travail social et intervention sociale.

« Les embarras de l'identité »64

  • 64 Ce titre est emprunté à l'ouvrage de Vincent Descombes, Les Embarras de l'identité, nrf Gallimard, (...)

19Une partie non négligeable des discours de chercheurs et d'experts prélevés pour notre corpus placent l'animation comme un métier du travail social. L'animation est même présentée, selon la conception des catégories qui distingue le noyau catégoriel de sa périphérie, comme une profession canonique ou traditionnelle aux côtés de l'éducation spécialisée et de l'assistance sociale (par exemple : Blum, 2002 ; Beynier, 2006 ; Creux, 2006 ; IGAS, 2006 ; Fablet, 2009).

20De nombreux auteurs semblent donc ainsi relayer les catégories et systèmes de classification officielle (dénominations utilisées par les services de l'État, l'administration et les services statistiques...) pour définir les champs, métiers et professions. Ces discours posent ainsi en acte l'appartenance de l'animation à une catégorie supérieure et en construisent ainsi implicitement la définition par relation d'hyponymie.

21L'étude de notre corpus nous amène à souligner les incohérences de ce positionnement d'un point de vue sémantique. On constate en effet de nombreuses variations, dissonances et contradictions qui signalent une instabilité de la relation d'appartenance animation/travail social. On peut citer pour commencer le site en vigueur du ministère des Affaires sociales et de la Santé :

* Métiers et diplômes de travail social
∗ Métiers et diplômes de travail social
* Autres domaines

Tableau 1 : site en vigueur du ministère des Affaires sociales et de la Santé (Juillet 2013)

22La rubrique « Autres domaines » redirige vers une page qui présente les diplômes de l'animation et du sport. Cette présentation graphique à la hiérarchisation peu claire, qui semble différencier l'animation et le sport des métiers du travail social tout en les affichant dans une rubrique inclusive, nous semble illustrer la fragilité essentielle qui caractérise la catégorisation de l'animation dans les discours.

23Si depuis 2009 les diplômes d'État de l'animation ne sont plus reconnus par le ministère des Affaires sociales et de la Santé, on note que la catégorisation de la notion varie en fonction des énonciateurs dans les discours officiels. La nomenclature PCS de l'INSEE classe le métier d'animateur socioculturel et de loisirs dans la catégorie 43, « Professions intermédiaires de la santé et du travail social », alors que les services déconcentrés de l'État (DRJSCS) distinguent désormais les formations aux métiers du travail social de celles des métiers de l'animation et du sport.

24Dans les discours savants, on note que l'appartenance de l'animation au champ du travail social est interrogée et contestée par certains chercheurs, à différentes époques, parfois même dans des contextes où la relation dans la catégorisation officielle semble stabilisée. Au début des années 2000, alors que certains diplômes de l'animation sont bien reconnus par le ministère des Affaires sociales et de la Santé (on pense au DEFA, diplôme de niveau III), Olivier Douard pose le problème suivant :

25« Il reste très difficile de comprendre, à partir des textes réglementaires et de la métalittérature qui s'y rattache, ce qui rapprocherait et ce qui distinguerait les travailleurs sociaux des animateurs, et la question s’est alors trouvée posée de manière récurrente et sous la forme la plus primaire qui soit : “Les animateurs sont-ils des travailleurs sociaux ?” » (Douard, 2002).

26Il reformule plus loin son interrogation en citant un autre chercheur, Jean-Noël Chopard :

27« Bref, les animateurs font-ils partie de cette “armée de l'ombre que constituent les différentes catégories de travailleurs sociaux et qui, chaque jour, accueille, écoute, aide, répare, soigne les souffrances individuelles et les dégâts collectifs d'une société inégalitaire et excluante ?”. » (Douard, 2002).

28La même année, Roger Bertaux exprime des doutes sur la localisation de l'animation :

29« Dans les années 1960-70, les professions sociales étaient constituées autour des professions de niveau III : assistantes sociales, éducateurs spécialisés, conseillères en économie sociale et familiale (voire animateurs socioculturels, si on les classe dans le champ social, ce qui est pourtant assez contestable au moins pour cette période antérieure). » (Bertaux, 2002).

30En 2006, Jean-Claude Gillet consacre à cette discussion un chapitre de cinquante pages qu'il intitule « Des animateurs et animatrices aux prises avec une culture qui n'est pas la leur ? » (Gillet, 2006). Dans son analyse, il rejoint en la citant l'historienne Françoise Têtard. Cette dernière constate que nombre d'animateurs se sentent « en phase » avec les travailleurs sociaux. Elle s'interroge pourtant sur les fondements communs de ces métiers lorsqu'elle écrit : « Je ne suis pas sûre [...] que les philosophies qui constituent ces différentes professions soient exactement les mêmes. » Sept ans plus tard, le sociologue Francis Lebon semble trancher la question à l'occasion des rencontres nationales des professionnels et élus à la jeunesse Neuj'pro, à Vichy. Dans son intervention qui s'intitule « Animateur jeunesse : éducateur ou travailleur social ? », il soutient que travailleurs sociaux et animateurs ont plus de points communs que de différences et conclut que ces derniers « sont donc des travailleurs sociaux » (Lebon, 2009). Mais le fait même que la question soit posée montre que la réponse ne va pas de soi.

La prise en charge des publics en difficulté : un trait sémantique stable ?

31Un autre problème terminologique vient compliquer encore la tâche du lexicologue. Il s'agit de la relation entre les termes travail social et intervention sociale. Si les animateurs sont parfois présentés comme des travailleurs sociaux, ils sont également assimilés à la cohorte des intervenants sociaux et l'animation est incluse dans les métiers de l'interventions sociale. On constate toutefois à travers le corpus que les contenus sémantiques de ces hyperonymes sont eux-mêmes l'objet de variations et de discussions. Les termes intervention sociale et travail social entretiennent en effet des relations sémantiques floues (synonymie ? hyponymie ?).

32Dans un rapport publié en 2006, l'IGAS relève les enjeux et difficultés liés à la terminologie :

33« Il n’existe pas de définition légale ou officiellement reconnue et validée de l’intervention sociale. Pas plus qu’il n’en existe de signification communément admise. Bien au contraire, en l’absence d’appellation contrôlée, l’élaboration d’une définition constitue en elle-même un enjeu, la délimitation du champ devient objet de controverse, l’utilisation de tel ou tel vocabulaire – action sociale, travail social, intervention sociale... – est considérée comme prise de position plus ou moins explicite sur les orientations et objectifs qui lui sont assignés. »

  • 65 Le terme action sociale est lui aussi utilisé comme un équivalent de travail social, le plus souve (...)

34Le plus souvent, cependant, le travail social est présenté comme « prototypique » de l'intervention sociale. Dans cette logique, l'animation désignée comme un métier du « noyau dur » du travail social s'inscrit également dans la liste des métiers « typiques » de l'intervention sociale. Dans les faits, de nombreux auteurs utilisent indifféremment les termes intervention sociale et travail social (IGAS, 2006)65. D'autres auteurs au contraire distinguent plus clairement le travail social, qui se limiterait aux activités exercées par les travailleurs sociaux « historiques », de l'intervention sociale, qui regrouperait des activités et métiers très variés. Thévenet et Desigaux dans leur ouvrage sur les travailleurs sociaux vont même jusqu'à inclure les médecins et les enseignants dans la catégorie des intervenants sociaux (Thévenet et Desigaux, 1998).

35Dans ce paysage très mouvant, une propriété typique de l'intervention sociale/travail social semble toutefois traverser les discours de manière constante, participant ainsi à la formation d'un noyau sémantique identifiable. Il s'agit du trait sémantique [+ personnes/groupes en difficulté/vulnérables/fragiles]. L'étude de notre corpus a confirmé l'analyse d'Élisabeth Maurel selon laquelle la notion de « publics en difficulté » est très certainement un des traits structurants de l'intervention sociale :

36« Ce critère du “public” fonctionne néanmoins de manière constante dans les représentations communes des acteurs sur la nature de l'intervention sociale, et c'est d'abord là-dessus que se fonde la désignation, par les institutions elles-mêmes, d'un volet considéré comme “social” au sein de politiques publiques généralistes. Cette logique de publics fonctionne comme un élément déterminant des représentations collectives de ce qu'est l'intervention sociale. » (Maurel, 2000).

37Même si certains discours traduisent une volonté de remettre en cause le ciblage stigmatisant des catégories de l'action publique, l'identification et une connaissance fine des difficultés sociales rencontrées par les populations vulnérables sont considérées comme essentielles pour les professionnels du travail social. L'effacement dans le langage des vocables référant à ces difficultés faisant craindre « une perte des points de repère traditionnels » et même « une remise en cause des dispositifs de l'action sociale et médico-sociale » (Jaeger, 2011).

38Plusieurs énoncés rendent compte en effet d’un emploi totalisant du terme social qui en fait un super-hyperonyme aux limites très floues, englobant parfois les métiers de l'enseignement, de la culture, voire de la santé (Thévenet et Desigaux, 1998).

39Selon Aballéa, cette acception très large du terme entraîne un effacement des frontières entre les espaces professionnels :

40« [...] Le social est tout. Le social n’est plus de l’ordre du résidu, mais du transversal. Il est politique, culturel, économique, etc. Une telle approche ne permet guère de spécifier des domaines d’activité ni de circonscrire des groupes professionnels. » (Aballéa, 2000).

41Pour autant, si une majorité d'auteurs s'accordent à dire que les définitions sont vagues, la référence aux publics en difficultés sociales est constante dans les discours. Voici à titre d'exemple quelques définitions prélevées dans le corpus et qui couvrent la période 2000-2009 :

« Le travail social a pour objet d’aider des personnes en butte à des difficultés variées. Il n’empêche que le concept est flou [...]. » (Rapport du Conseil économique et social, 2000).
« [Les travailleurs sociaux constituent] un ensemble très hétérogène regroupant de multiples activités spécialisées qui tentent de résoudre ou, à tout le moins, d’accompagner les problèmes de personnes ou de groupes confrontés à des difficultés sociales très importantes. » (Ravon, 2003).
« L’intervention sociale est le processus par lequel des professionnels apportent aide et accompagnement aux personnes en difficultés sociales. Elle ne doit donc pas être définie de manière théorique, mais fonctionnelle. » (IGAS, 2006).
« [Le travail social] permet de désigner un ensemble hétérogène d’activités multiples mises en œuvre en direction de populations en difficulté par une grande diversité de professionnels : “les travailleurs sociaux”. » (Fablet, 2009).

Tableau 2 : Quelques définitions des termes travail social et intervention sociale

42Or on se souvient que dans une approche lexicologique la relation d'hyponymie implique nécessairement le partage des propriétés communes du noyau de sens de l'hyperonyme. En d'autres termes, si le travail auprès des publics en difficulté est bien une propriété du noyau sémantique partagé des termes intervention sociale et travail social, et si l'animation professionnelle est bien « une espèce » de travail social ou d'intervention sociale, on devrait nécessairement inclure cette propriété dans sa définition.

  • 66 Les assises qui doivent s'ouvrir en 2014 avec l'ambition de redéfinir le travail social fourniront (...)

43Sauf à voir la notion de publics en difficulté repoussée en périphérie du noyau représentationnel de l'intervention sociale, positionner l'animation dans ce champ revient donc à la définir, par relation d'hyponymie, comme centrée sur la prise en charge/prise en compte de cette population66. Pourtant, lorsque l'on étudie les discours produits sur l'animation, on observe que ce ciblage sur les populations fragiles/vulnérables est explicitement ou implicitement contesté.

L'animation multilocalisée

44Certains auteurs distinguent très explicitement les missions et finalités de l'animation de celles du travail social (Gillet, 2006 ; Segrestan, 2011). A ce titre, l'avis de la commission d'interprétation inscrit dans la Convention collective nationale de l'animation semble avoir pour unique objet l'exclusion de la notion de difficultés sociales des critères de définition de l'animation :

45« Avis n° 11 de la commission d'interprétation du 1/02/1993 : les termes d'activité d'intérêt social contenus à l'article 1.1 pour qualifier les organismes qui relèvent de la convention collective doivent être entendus comme des organismes œuvrant dans l'intérêt général de la société, et non dans le sens des activités sociales organisées pour les couches défavorisées de la population. De même, les termes “ouvertes à toutes catégories de population” doivent se comprendre de la manière suivante : “quelles que soient la ou les catégories de population relevant de l’activité de l’organisme”. »

46Henri Borentin, membre du Conseil national des employeurs associatifs (CNEA), est plus direct encore :

47« L’animation s’adressait, et s’adresse encore, à toutes les populations, que les gens soient âgés de 1 mois ou de 100 ans : et ce n’est pas une question de personnes défavorisées ou pas [...]. » (Borentin, 2008).

  • 67 Voir également l'appel à proposition de la Commission européenne publié au Journal officiel de l'U (...)

48Mais, si l'animation ne relève pas du travail social, comment se trouve-t-elle alors positionnée dans les discours ? L'étude du corpus révèle un certain nombre de fluctuations dans la localisation de la notion. Certains énoncés situent les animateurs à l'extérieur du secteur social, dans un espace intersticiel (Lebon, 2007), « hors champs » (Piot, 2006) ou encore « écartelés » entre différents secteurs (Fablet, 2009). Fréquemment, les énoncés établissent un lien entre les termes animation et éducation sans cooccurrences avec le champ lexical du travail social. Alors que l'appartenance de l'animation au domaine du travail social est parfois contestée, nous n'avons identifié aucun discours remettant explicitement en cause son rattachement à la sphère éducative. Le lien discursif avec le champ éducatif est au contraire très présent et semble même se renforcer dans les discours les plus récents. L'emploi accru des termes éducation partagée (voir par exemple les publications des Cahiers de l'action de l'INJEP de 2007 et les assises de l'éducation partagée organisées dans huit métropoles régionales en 2013) et éducation non formelle convoque à sa suite les vocables animation/animateurs-trices67.

  • 68 L'effacement du terme « animation » dans certains pays d'Europe (Espagne, Portugal, Italie) au pro (...)
  • 69 Voir à ce sujet la récente thèse de Frédéric Chatheigner : « “Éducation populaire” : les deux ou t (...)
  • 70 Par exemple le site (2013) des CEMEA, qui distingue par ailleurs très clairement animation et trav (...)

49Pour ce qui concerne le terme éducation populaire, il reste très largement associé au vocable animation en dépit du remplacement occasionnel du second par le premier, dont il faudrait d'ailleurs vérifier s'il correspond à une évolution significative des usages et de la terminologie68 (cf. la disparition du terme animation dans l'intitulé du diplôme d'État de niveau III depuis 2009). La « formule » éducation populaire connaît en effet un succès remarquable dans tous les types de discours depuis plusieurs années69 (discours associatifs et politiques, discours professionnels des champs de l'éducation et du travail social, discours savants, etc.), et le nombre de ses occurrences dans les documents gouvernementaux a sensiblement augmenté depuis 2010 : intitulé du ministère, conventions entre fédérations d'éducation populaire et ministère de la Culture, plan pluriannuel contre la pauvreté et pour l’inclusion sociale, etc. De leur côté, les fédérations et associations de jeunesse et d'éducation populaire maintiennent un lien discursif fort entre les termes éducation (populaire, permanente, partagée) et animation70. Les discours officiels des politiques publiques confirment eux aussi très largement ce rattachement dans les intitulés des dispositifs (contrat éducatif local, projet éducatif territorial, etc.). En revanche, dans les nomenclatures et systèmes de classification officiels des métiers (INSEE, FAP, Pôle emploi...) le terme éducation n'est pas utilisé comme une catégorie pertinente dans laquelle pourrait s'inscrire l'animation Il n'existe pas encore d'espace éducatif professionnel identifié en dehors de l'enseignement et de l'action sociale (qui s'adresse, rappelons-le, aux publics vulnérables et/ou en difficulté). On ne trouve des vocables dérivés que dans les intitulés de métiers qui relèvent du champ du travail social (éducateur spécialisé, intervention socioéducative...) L'identité des métiers de l'éducation non formelle ou de l'éducation populaire n'est pas encore prescrite par les pouvoirs publics dans ses nomenclatures professionnelles.

50À ce stade, nous pouvons résumer nos observations en relevant que les discours produits par et sur le champ de l'animation et regroupés dans notre corpus rendent compte de trois phénomènes :

  1. la prolifération terminologique issue des vocables animation et animatuer.trice par ajout de complétifs (socioculturel. le, de loisirs, etc.) alors que le noyau sémantique ne semble pas stabilisé. On constate par contre que la relation d'hyperonymie entre le terme animation et ces expressions semble bien établie dans l'usage et l'appartenance au champ de l'animation des métiers désignés est peu contestée ;
  2. l'instabilité de la relation sémantique d'hyponymie entre les vocables animation, travail social et intervention sociale. Instabilité renforcée par le fait que ces deux derniers vocables sont définis de manière très variable dans les discours qui traversent le champ. On remarque toutefois que l'action auprès de publics en difficultés sociales est présentée comme un critère de typicité, un trait sémantique central de l'intervention sociale et du travail social mais qu'elle ne semble pas caractériser l'animation pour tous les auteurs. Le positionnement de l'animation dans ces champs est ainsi présenté comme allant de soi par certains alors qu'il est interrogé ou contesté par d'autres ;
  3. une relation d'hyponymie incomplète avec le vocable éducation et ses complétifs malgré la présence d'un lien constant dans les discours. On relèvera l'absence d'un champ professionnel désigné par le terme éducation dans les systèmes de catégorisation officiels malgré une forte présence de la question éducative (hors scolaire) dans les discours.

51Il semble important dans une dernière section de pointer certains enjeux et conséquences de ces mouvements sémantiques et de ces jeux de définition, de catégorisation et de dénomination. Ils sont certes le signe et le lieu de conflits et d'alliances pour la conquête de territoires symboliques (reconnaissance sociale...), économiques (financements liés à l'utilité perçue et attribuée) et institutionnels, mais ils révèlent aussi des orientations et des visions de la fonction sociale des métiers et de la société elle-même.

Enjeux

52Une conséquence de cette instabilité sémantique du vocable animation concerne les représentations et catégorisations mentales dont nous avons rappelé qu'elles se forment pour une part à partir des discours conçus comme des actes de langage. En s'inspirant notamment des travaux de Jacqueline Beckers et de la recherche sur les processus identitaires, nous soutenons que les relations d'hyponymie entre le vocable animation et d'autres vocables conditionnent les attitudes, conduites et comportements des professionnels en contribuant à leur ancrage identitaire (Beckers, 2007). Nous soutenons que ce mode d'action sur le réel n'a pas moins d'importance que les activités non langagières et que dans certains cas il en a même plus. Nous ajouterons que l'analyse des discours et de leurs contenus est à ce titre indispensable pour saisir les mécanismes de formation, de cristallisation et de transformation des contenus représentationnels. Ainsi, les discours produits et perçus et qui traversent le champ de l'animation sont-ils prescripteurs des identités professionnelles et des représentations individuelles et collectives.

53Si l'animation est perçue et présentée comme une forme de travail social, le regard porté sur les situations, les publics, ainsi que sur les compétences attendues n'est pas le même que si les contenus représentationnels la rattachent au champ de l'éducation, à un autre champ... ou même à aucun. Les attitudes et postures qui se fondent sur ces représentations induisent des comportements verbaux et non verbaux spécifiques. Les choix discursifs de chacun des acteurs de positionner l'animation dans une relation sémantique avec l'un ou l'autre terme vont donc influencer les postures et attitudes des professionnels mais également celles des publics, dont l'identité collective est elle-même prescrite par les discours officiels et savants.

54Dans un article sur la labellisation des publics et quartiers « en difficulté », Yasmine Siblot montre comment s'opère dans et à travers les discours officiels (rapports ministériels, études...) une distinction entre les « citoyens tout public » et les « populations en difficulté ». De cette dualisation découle l'affirmation d'une nécessaire spécification des missions jusqu'alors généralistes et universalistes confiées aux employés des services publics (guichet de La Poste...) dont on demande qu'ils se sentent investis d'une « mission d'ordre social ». L'auteure suggère, en s'appuyant sur les résultats d'une étude ethnographique, que, si la fonction intégrative de certains services publics dépend en partie de leur caractère fondamentalement universaliste et généraliste, leur assigner une « mission sociale » qui implique un regard et des compétences spécialisées risque de se révéler contre-productif (Siblot, 2005).

55Si l'on transpose cette analyse au champ de l'animation, on formulera l'hypothèse que les discours qui situent l'animation hors du champ social suggèrent que c'est précisément parce qu'il n'est pas perçu et ne se perçoit pas comme un travailleur social ou un soignant que l'animateur peut être utile en complémentarité des professionnels formés spécifiquement pour la prise en compte de la souffrance et des difficultés. Dans cette perspective, la non-inscription de l'animation dans le champ du travail social et de l'intervention sociale peut être envisagée comme une condition de son opérativité, et son caractère généraliste et universaliste être considéré comme une propriété du noyau sémantique incompatible avec le trait [+ orienté vers les publics en difficulté]. Il ne s'agit pas bien sûr de nier la réalité du travail des animateurs dans les établissements sociaux et médico-sociaux. Il convient plutôt d'interroger la correspondance entre champ ou secteur d'intervention et champ d'ancrage des identités professionnelles. On pense par exemple aux infirmières scolaires dont l'ancrage identitaire dans le champ de la santé n'est pas contesté alors même qu'elles interviennent dans des établissements d'enseignement. Dans ce cas, il semble bien que ce soit précisément l'ancrage professionnel dans un autre champ qui justifie leur présence dans l'école et qui rende opérante leur action. Positionner l'animation hors du champ social reviendrait donc à suggérer que c'est bien à partir (et à la condition) d'un ancrage et d'une posture différents que l'animateur peut se définir lorsqu'il intervient auprès des publics en difficulté ou vulnérables.

  • 71 Le cadre et les choix opérés pour le présent travail ne nous ont pas permis d'explorer la relation (...)

56Les enjeux du positionnement des professionnels de l'éducation non formelle ont été posés ailleurs en Europe dans des termes similaires. En Suisse, où la formation des animateurs est confiée aux Hautes écoles de travail social, certains auteurs s'interrogent sur leur rattachement à ce champ (Della Croce, Libois, Mawad, 2011). En Angleterre, alors que les youth and community workers ne sont pas classés parmi les travailleurs sociaux, on observe dans les discours officiels des vingt dernières années une volonté marquée d'orienter leur action vers les publics en difficulté. Plusieurs auteurs y voient un sujet de tensions, voire une remise en cause du sens et de la place de cette profession (Bradford, 2004 ; Davies, 2008 ; Ord, 2013). Dans de nombreux contextes, l'émergence d'un espace reconnu entre les champs historiques de l'enseignement/éducation formelle, du travail social, mais aussi dans une moindre mesure de la culture, du sport et d'autres secteurs71 semble constituer un enjeu. De manière plus générale, l'identité « plurielle », « ambiguë » (Gillet, 2005) ou « protéenne » (Bradford, 2004) de ces métiers semble les caractériser et participer de la difficulté de leur reconnaissance et de la construction des identités professionnelles. On peut en effet penser que les processus cognitifs d'organisation des perceptions et d'appréhension du réel s'accommodent mal des paradoxes et contradictions sémantiques qui traversent les discours sur ces métiers.

Conclusion

57L'analyse de l'emploi du terme animation et de certains de ses dérivés et complétifs nous a conduits à remarquer que plusieurs énonciateurs les placent au cœur du champ social dans une relation sémantique d'hyponymie avec les vocables travail social et intervention sociale. Nous avons voulu montrer que d'un point de vue lexicologique cette relation n'était pas stabilisée au vu des discours analysés dans le corpus car une relation complète impliquerait que l'animation partage les propriétés typiques des champs auxquels elle est supposée appartenir. Or nous avons constaté que les discours attribuent aux termes travail social et intervention sociale, entre autres traits distinctifs, une propriété typique : la prise en charge et l'accompagnement des publics en difficulté. Pour l'animation, ce trait distinctif est contesté par certains énonciateurs et ne se retrouve pas dans certains discours qui posent explicitement ou implicitement l'animation hors du champ social, dans un autre champ, ou qui signalent sa position intersticielle (entre les autres champs) et/ou problématique (« écartelée »). Nous posons l'hypothèse que cet « embarras identitaire » perceptible à travers le corpus résulte pour une part d'une confusion entre champ/secteur d'intervention et champ/secteur d'ancrage de l'identité professionnelle. Il témoigne par ailleurs de l'émergence d'un champ professionnel des métiers de la relation humaine et du développement individuel et collectif distinct de ceux de l'éducation formelle et du travail social. Cet espace d'ancrage n'est ni identifié de manière stable, ni validé par les classifications officielles dans les nomenclatures. On constate toutefois qu'il existe et se construit dans les discours autour du vocable éducation suivi de termes complétifs (populaire, non formelle, permanente). Cette instabilité sémantique influe directement sur les représentations et catégorisations mentales qui conditionnent les attitudes et comportements de l'ensemble des acteurs qu'ils soient usagers, élus, formateurs, chercheurs, praticiens de l'animation... Il est par ailleurs intéressant de noter que ce phénomène ne relève pas exclusivement du contexte français. Les enjeux de la structuration par le discours d'un tel espace professionnel et des visions de la société qui le sous-tendent sont observables à un niveau supranational dans les discours des institutions européennes (informal education, non formal education) et extra-national (community learning development en Ecosse, youth and community work et informal education en Angleterre, educación social en Espagne...).

58Dans leur article « Les enjeux de la catégorisation », Martiniello et Simon nous rappellent le rôle des sciences sociales qui forgent des catégories et contribuent ainsi à la construction des identités collectives (Martiniello et Simon, 2005). Les discours étatiques officiels se caractérisent eux aussi par leur pouvoir d'assignation des missions et des identités publiques par leur activité de dénomination et de classification. Si tout élément du lexique et tout contenu représentationnel se définissent par la présence d'un noyau de sens, on note que celui du vocable animation reste mouvant et instable. La reconnaissance et la prise de conscience de cette instabilité sont un préalable à tout acte de langage référant à cette notion dont l'inscription dans une relation sémantique avec tel ou tel autre vocable ne saurait être neutre. Comme le rappelle Michel Autès : « Nommer c’est produire. [...] C’est opter pour une pratique, une forme d’action, un type d’objectif... ». Selon qu'elle est désignée comme universaliste/non spécialisée ou comme dirigée prioritairement vers la résolution de problèmes, les fonctions assignées à l'animation s'inscriront ainsi dans différentes visions de la société et des métiers qui la construisent.

Bibliographie

Références bibliographiques

ABALLÉA François (2000) « Travail social et intervention sociale : de la catégorisation à l'identité », Recherche et prévisions n° 62.

AUTES Michel (1985) « Le pouvoir du discours », Informations sociales, n° 1, p. 63

BECKERS Jacqueline (2007) « La construction de l'identité professionnelle. Fondements et conséquences méthodologiques », Compétences et identité professionnelles, De Boeck Supérieur.

BERTAUX Roger (2005) communication dans le cadre du séminaire OREFQ/ GREE, 6 décembre 2002, Pont-à-Mousson, in KRATZ René (OREFQ) et LHOTEL Hervé (GREE) (dir.) (2005) Régulations locales, cohérences nationales, intégration européenne : quelle(s) prospective(s) pour la relation formation-emploi ?, Presses universitaires de Nancy.

BESNARD Pierre (1978) « Notes de synthèse : L'animation socioculturelle », La Revue française de pédagogie n° 44.

BEYNIER Dominique (2006) « Les Métiers de l'intervention sociale : un champ de plus en plus difficile à délimiter », Informations sociales n° 133.

BLUM Françoise (2002) « Regards sur les mutations du travail social au XXe siècle », Le Mouvement Social n° 199.

BLUMER Herbert (1969) Symbolic interactionism : perspective and method, Englewood Cliffs, N. J., Prentice-Hall.

BORENTIN Henri (2008) Petite histoire de la branche de l’animation, éd. Branche Professionnelle de l’Animation.

BRADFORD Simon (2004) Youth and Society - Contemporary Theory, policy and Practice, SAGE Publications, Londres, pp. 246-248.

CAFEMAS (Centre d'analyse des formations, emplois et métiers de l'animation et du sport) (2013) Panorama des situations professionnelles du champ de l'animation, rapport.

CARTON Eric (2010) Les écrits sur les animateurs professionnels : analyse des informations produites et de leurs incidences, Thèse de doctorat, Université de Nice Sophia-Antipolis, pp. 233, 337.

CONSEIL ECONOMIQUE ET SOCIAL (2000) Mutations de la société et travail social, rapport et avis, La Documentation française, mai, 221 p.

CREUX Gérard (2006) Les Conduites artistiques des travailleurs sociaux en milieu professionnel, Les Sciences de l'éducation - Pour l'Ère nouvelle, vol. 39.

DAVIES Bernard (2008) A History of the Youth Service in England, The National Youth Agency.

DELLA CROCE Claudia, LIBOIS Joëlle, MAWAD Rima (2011) Animation socioculturelle : pratiques multiples pour un métier complexe, L'Harmattan.

DOUARD Olivier (2002) L'Animation et le tropisme du travail social, Leris.

FABLET Dominique (2009) Le Travail social et la formation des travailleurs sociaux, in VERGNIOUX Alain (dir.) 40 ans des Sciences de l’éducation, Presses universitaires de Caen.

GILLET Jean-Claude (2005) L’Animation et ses analogies : perspectives internationales, Agora débats/jeunesses n° 39, p. 20.

GILLET Jean-Claude (2006) L'Animation en questions, éd. Érès.

GIUST-DESPRAIRIES Florence, LÉVY André (2002) Analyse de discours, in BARUS-MICHEL Jacqueline et al. (2002) Vocabulaire de psychosociologie, hors collection Érès, pp. 287-301.

IGAS (2006) L'intervention sociale, un travail de proximité, rapport annuel, Paris, La Documentation française.

JAEGER Marcel (dir) (2011) Usagers ou citoyens ? De l'usage des catégories en action sociale et médico-sociale, Paris, Dunod, p. 26.

JODELET Denise (1989) Folies et représentations sociales, Paris, PUF, coll. Sociologie d'aujourd'hui.

KRIEG-PLANQUE Alice (2012) Analyser les discours institutionnels, Paris, Armand-Colin.

LAPLANE Dominique 2001) La Pensée sans langage, Études, Tome 3, pp. 345-357.

LEBON Francis (2009) Animateur jeunesse : éducateur ou travailleur social ?, intervention aux rencontres nationales des professionnels et élus à la jeunesse Neuj’Pro 2009, à Vichy, le 16 octobre 2009.

LEBON Francis, avec la collaboration d'Emmanuel de LESCURE (2007) Les Animateurs socioculturels et de loisirs : morphologie d'un groupe professionnel (1982-2005), INJEP.

LEIMDORFER François (2007) Actualité de la sociologie du langage de Pierre Achard, Langage et société, n° 121-122, pp. 69-82.

MARTINIELLO Marco, SIMON Patrick (2005) « Les Enjeux de la catégorisation », Revue européenne des migrations internationales, vol. 21, n° 2.

MAUREL Élisabeth in CHOPARD Jean-Noël (dir.) (2000) Les Mutations du travail social, dynamiques d'un champ professionnel, Paris, Dunod.

NEGURA Lilian (2006) « L’Analyse de contenu dans l’étude des représentations sociales », SociologieS [En ligne], Théories et recherches, mis en ligne le 22 octobre 2006.

ORD Jon (2013) Mapping and Analysing the Terrain for Youth and Community Work, communication dans le cadre du 6ème Colloque International de l’Animation Socioculturelle, « Animation et intervention sociale : pour quels projets de société ? » Paris, RIA.

PIOT Thierry (2006) Formation et intervention sociale : poser la question des compétences dans les métiers d'interaction humaine, Les Sciences de l'éducation – Pour l'Ère nouvelle, vol. 39, pp. 7-21.

QUESSADA Dominique (2013) L'Inséparé, Essai sur un monde sans autre, Paris, PUF.

RAVON Bernard (dir) (2003) Le Travail social : problèmes politiques et sociaux, La Documentation française, n° 890.

SALES-WUILLEMIN Édith (2006) La Catégorisation et les stéréotypes en psychologie sociale, Paris, Dunod.

SEGRESTAN Philippe (2011) Quels devenirs pour l'animation sociale ?, Vie sociale et traitements n° 109.

SIBLOT Yasmine, (2005) Adapter les services publics aux habitants des quartiers difficiles, diagnostics misérabilistes et réformes libérales, Actes de la recherche en sciences sociales n° 159, pp. 70-87.

TAMBA Irène (2005) La Sémantique, Paris, PUF, Que sais-je ?.

THÉVENET Amédée, DESIGAUX Jacques (1998) Les Travailleurs sociaux, Paris, PUF.

VULBEAU Alain (2009) Contrepoint – L'animation : une profession ?, Informations sociales n° 152.

Notes

62 Enseignant-formateur, groupe local de recherche pluridisciplinaire du Nord Midi-Pyrénées (LRPmip), IUT Toulouse 2 Figeac, Département Carrières Sociales, Université de Toulouse - Le Mirail.

63 Pierre Achard cité par Leimdorfer (2007).

64 Ce titre est emprunté à l'ouvrage de Vincent Descombes, Les Embarras de l'identité, nrf Gallimard, Paris, 2013.

65 Le terme action sociale est lui aussi utilisé comme un équivalent de travail social, le plus souvent en référence à l'action publique ou au champ professionnel (comme dans l'intitulé HEPAS, projet de création de hautes écoles professionnelles pour l'action sociale porté par l'UNAFORIS depuis 2010).

66 Les assises qui doivent s'ouvrir en 2014 avec l'ambition de redéfinir le travail social fourniront sans doute sur ce point des éléments de réponse.

67 Voir également l'appel à proposition de la Commission européenne publié au Journal officiel de l'Union européenne le 29 mai 2013 et relatif au soutien à la mobilité d'animateurs de jeunes. Ou encore l'ouvrage de Bernard Bier, Politiques de jeunesse et politiques éducatives, INJEP, L'Harmattan, 2010.

68 L'effacement du terme « animation » dans certains pays d'Europe (Espagne, Portugal, Italie) au profit d'autres vocables s'inscrit dans cette tendance et mériterait une étude complémentaire.

69 Voir à ce sujet la récente thèse de Frédéric Chatheigner : « “Éducation populaire” : les deux ou trois vies d'une formule », thèse de doctorat, Science politique, université de Strasbourg, 2012.

70 Par exemple le site (2013) des CEMEA, qui distingue par ailleurs très clairement animation et travail social dans ses rubriques : http://www.cemea-languedoc-roussillon.org/.

71 Le cadre et les choix opérés pour le présent travail ne nous ont pas permis d'explorer la relation sémantique des termes animation/animateur, et d'autre vocables (sport, culture, tourisme...). On trouvera une étude complète de l'occurence et des relations de ces différents termes dans la thèse d'Eric Carton citée en bibliographie.

Auteur

Enseignant-formateur, groupe local de recherche pluridisciplinaire du Nord Midi-Pyrénées (LRPmip), IUT Toulouse 2 Figeac, Département Carrières Sociales, Université Toulouse - Le Mirail
marc.carletti@univ-tlse2.fr

© Carrières Sociales Editions, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter