Version classiqueVersion mobile

Animation et intervention sociale : parcours, formations, enjeux

 | 
Jean-Luc Richelle

Inversion du sens ou nouveau referentiel dans le champ de l’animation ?56

Magalie Bacou, Christophe Dansac, Patricia Gontier et Cécile Vachée

Note de l’auteur

Note portant sur l’auteur57

Note portant sur l’auteur58

Note portant sur l’auteur59

Note portant sur l’auteur60

Texte intégral

  • 56 Une partie des recherches exposées a été soutenue par la Région Midi-Pyrénées dans le cadre de ses (...)

1Depuis la substitution du Contrat d’Engagement Éducatif (CEE) à l’annexe II à la Convention collective de l’animation, on constate la volonté constante des représentant.e.s des fédérations d’éducation populaire, de maintenir une distinction entre occasionnel.le.s et professionnel.le.s. Cette volonté est néanmoins freinée dans sa mise en œuvre par le droit du travail national et européen. Le bénévolat ou le volontariat à l’origine du travail social (Ion, 2005 : 150) constituent les figures en opposition desquelles s’est amorcé le processus de professionnalisation dans l’animation. En effet, il n’était plus possible d’être le jour enseignant.e.s à l’école, par exemple, et animateurs/animatrices bénévoles le soir, le week-end ou durant les congés (Mignon, 1999 : 11). Alors quel sens donner aujourd’hui à l’appel des fédérations en faveur d’un statut de volontaire, dans les accueils collectifs à caractère éducatif de mineurs ?

2L’analyse des discours recueillis autour de cet appel révèle une rhétorique normative proche de celle utilisée pour le dispositif du service civique volontaire (SC). Tous deux concernent les jeunes et mettent en avant les mêmes valeurs, l’idée d’engagement et d’intérêt général. Il s’agirait d’offrir la possibilité à des jeunes de s’engager dans l’animation. L’absence de rémunération, remplacée par une indemnisation inférieure au seuil de pauvreté, est presque explicitement présentée comme le corollaire de cet engagement éducatif.

3Pourtant, les résultats obtenus par une recherche sur l’animation en accueils de loisirs (Bacou, 2010) montrent que la majorité des animateurs/animatrices souhaite une amélioration de leurs conditions d’emploi et de travail qu’ils/elles jugent insatisfaisantes, notamment par la faiblesse des rémunérations. De surcroît, ils révèlent le contournement de la règlementation du CEE qui limite le temps de travail et le niveau de rémunération (Ibid.). Dès lors, quel sens aurait un statut de volontaire qui serait déconnecté du besoin de professionnalité des structures d’accueil et des projets et parcours professionnels des animateurs/animatrices ?

4Cet article propose quelques éléments de réponse à partir des résultats de la recherche précitée, d’une étude quantitative sur les motivations à l’engagement des volontaires (N = 122) et d’entretiens exploratoires auprès de jeunes en SC.

5Premièrement, nous montrerons l’existence d’un hiatus entre le projet des représentant.e.s des fédérations et les parcours et aspirations professionnelles des animateurs/animatrices. Deuxièmement, le statut de volontaire spécifique au secteur de l’animation n’existe pas encore. Mais comme les discours qui lui sont favorables sont proches de ceux plébiscitant le dispositif du SC, faire le parallèle entre les deux est d’autant plus intéressant qu’environ 40 % des volontaires sont des animateurs/animatrices. Le SC étant censé répondre au désir d’engagement des jeunes, nous analyserons les motivations des volontaires. Troisièmement, l’analyse croisée des discours, des valeurs et des logiques prévalant du côté des fédérations ainsi que des discours, parcours et pratiques des animateurs/animatrices et des jeunes en SC permet d’éclairer un aspect des enjeux actuels du marché du travail et de l’évolution des métiers de l’animation.

1. Le volontariat dans l’animation : un projet en rupture avec les préoccupations des animateurs/animatrices en accueil de loisirs

6La catégorisation occasionnel.le.s/professionnel.le.s masque une plus grande diversité de trajectoires professionnelles et le caractère dynamique du rapport au métier. Les équipes sont composées d’animateurs et d’animatrices ayant des modes d’exercice différents (notion combinant les modalités d’entrée, les trajectoires et les projets professionnels) : exercice temporaire, bifurcation, entrée directe ou reconversion professionnelle (Bacou, 2010, pp. 407-469). L’exercice temporaire correspond à l’exercice occasionnel ; la notion de « bifurcation » est entendue comme « une réorientation importante dans les trajectoires individuelles » (Bessin et al., 2010, p. 9) « impliquant une rupture […] un changement de régime d’action » (Bidart, 2010, p. 224). Elle désigne donc le changement d’orientation professionnelle effectué par des personnes qui délaissent l’insertion professionnelle envisagée initialement et à laquelle leurs études achevées ou en cours étaient censées les conduire. Enfin, le troisième mode d’exercice désigne une entrée directe suite à des études dans l’animation ou une reconversion professionnelle dans le secteur après avoir exercé une autre activité. Cette pluralité de trajectoires participe au maintien de la précarité des emplois (Bacou, 2010, ibid.).

1.1. Des conditions d’emploi précaires subies

7Les conditions d’emploi aux postes d’animation sont essentiellement pensées à partir d’un modèle de l’exercice « occasionnel » du métier, opposé aux aspirations de la majorité des animateurs/animatrices. Quel que soit leur mode d’exercice, ils/elles sont 62 % à vouloir accroître leur temps de travail rémunéré (Bacou, 2010, p. 379) et 56 % à souhaiter continuer à travailler dans le secteur, principalement en devenant directeur/directrice afin d’améliorer leurs conditions d’emploi jugées insatisfaisantes (ibid., p. 409). Ce dernier projet est souvent conditionné par l’accès à une formation financée par l’employeur, en particulier associatif. De fait, cette situation instaure une concurrence entre les salarié.e.s. En définitive, la pluralité des trajectoires professionnelles favorise l’absence d’une remise en question collective des conditions d’emploi et le maintien de la précarité. Il en découle des inégalités parmi les personnels d’animation, généralement au détriment des femmes, au niveau du type de contrat, des perspectives d’évolution de carrière, du temps de travail, mais aussi des modalités de rémunération, par exemple avec le Contrat d’Engagement Éducatif (CEE). Le CEE (loi de 2006) permet de rémunérer des animateurs-animatrices au minimum l’équivalent de moins de 2 €/heure. Il est censé être réservé aux occasionnel.le.s travaillant moins de 80 jours sur douze mois consécutifs. Dans la pratique, la loi est contournée afin d’accroître le temps de travail rémunéré en cumulant des employeurs (Bacou, 2010, pp. 229-242).

1.2. Du CEE au Service Civique Volontaire : vers un statut de volontariat dans l’animation ?

  • 61 Le 13 décembre 2012 : http://www.jpa.asso.fr/index2.php?goto=action_eng

8Suite à la mise à l’index du CEE par la Cour de Justice de l’Union européenne, pour non-respect du repos compensateur quotidien de 11h dans les centres de vacances (Lebon, Simonet, 2012), les représentant.e.s des fédérations d’éducation populaire déclarent que l’application de ce repos compensateur, autrement dit, du droit du travail, engendrerait la fin des centres de vacances. Dès lors, elles demandent la création d’un statut qui serait déconnecté du droit du travail. Ce nouveau statut de volontaire pourrait se développer également dans l’animation et donc pas seulement dans les centres de vacances. Tel était l’objet d’une journée d’étude organisée à l’Université de Toulouse Le Mirail par la Jeunesse au Plein Air (JPA)61.

9L’expérience d’animateur-animatrice volontaire y est présentée comme pouvant faire naître des vocations professionnelles. Par exemple : « professeur des écoles ». En fait, il s’agit d’un renversement du sens de leurs parcours : c’est d’abord parce que ce projet professionnel existe qu’il y a entrée dans l’animation. La motivation principale et commune à l’entrée dans l’animation réside dans la volonté d’avoir une source de revenu, tout en exerçant un emploi en cohérence avec leurs dispositions familiales ancrées dans les activités éducatives et le travail social (Bacou, 2010, pp. 245-254). Selon le projet professionnel des animateurs et animatrices, cet emploi peut aussi contribuer au maintien, voire à l’accroissement des compétences leur permettant d’obtenir l’emploi visé à moyen terme. L’investissement humain ainsi réalisé justifierait le renoncement à une rémunération au profit d’une simple indemnité.

10Lors de la journée organisée par la JPA, quatre obstacles législatifs à la création d’un statut de volontaire dans l’animation ont été pointés :

  • La nécessité de situer les accueils collectifs de mineurs : secteur économique ? utilité sociale ? intérêt général ? ;
  • Le besoin de garantir l’absence de substitution à l’emploi ;
  • La nécessité de nettement distinguer le niveau et la fonction d’une indemnisation pour les volontaires, de ce qu’est une rémunération pour les salarié.e.s. ;
  • La question de la subordination : Pour des raisons logistiques et de sécurité des mineurs, une équipe d’animation est placée sous la responsabilité d’une direction. Tant que ce lien de subordination existe entre volontaires et direction, la situation pourra être requalifiée en relation de travail.

11Ces limites sont justement celles qui, dans les textes, réglementent le dispositif du SC. Le CEE étant opposé aux aspirations des animateursanimatrices, on peut penser qu’il en serait de même d’un statut de volontariat et se demander dans quelle mesure le SC répond aux aspirations des jeunes volontaires.

2. De l’analyse de quelques motivations à l’engagement

12Nous nous sommes intéressé.e.s aux motivations des volontaires selon trois dimensions : l’altruisme socialement utile, le processus d’autonomisation, puis l’engagement idéologique, voire politique.

2.1. L’altruisme socialement utile

13En nous basant sur une étude des motivations au bénévolat (Dansac et al., 2013), nous avons comparé les réponses des volontaires que nous avons enquêtés à celles des bénévoles d’âge similaire. Les différences de scores de motivation sont récapitulées dans le tableau suivant.

Tableau 1 : Motivations et perspectives de bénévolat selon le statut des enquêté.e.s

14On trouve ainsi que la motivation par les valeurs se révèle moins forte chez les volontaires que chez les bénévoles, tout comme la motivation pour la protection et à la promotion du Soi. Les volontaires sont donc moins militants que les bénévoles du même âge (vu leur score sur la motivation par les valeurs), mais leur motivation est également moins égocentrée.

15En outre, le SC est parfois présenté comme un dispositif facilitant l’investissement bénévole (citoyen). Nos résultats vont dans le sens inverse puisque le souhait d’être bénévole à l’avenir est bien moindre chez les volontaires. Ce résultat est totalement compatible avec la théorie de la motivation autodéterminée de Deci et Ryan (1985). Ainsi, l’investissement citoyen sous la forme d’un SC dans les associations pourrait avoir comme effets de : renforcer la connaissance du milieu associatif et l’attractivité de ses emplois salariés, mais paradoxalement, de se faire aux dépens de l’investissement bénévole ultérieur.

16Enfin, quand on restreint aux animateurs/animatrices les comparaisons entre volontaires et bénévoles, on obtient des résultats similaires. Là encore, il existe une différence significative, avec une plus grande importance des scores de motivation carriériste pour les volontaires que pour les bénévoles.

2.2. L’autonomisation

17Si on considère le mode de logement comme révélateur du niveau d’autonomie (seul, en colocation, en couple ou chez les parents), il apparaît que 79 % ont le même mode de logement avant et durant leur SC. De plus, les changements opérés ne permettent pas de dire que le SC aide à l’autonomie en ce domaine.

18Au total, environ deux tiers de ces répondants bénéficient d’une aide parentale, soit sous forme de pécule, soit sous forme de logement.

19En conséquence, si l’objectif est de développer l’autonomie des jeunes, soit « leur capacité à pouvoir assumer intellectuellement et financièrement leur propre existence tout en contribuant à la dynamique de la société » (Loncle, 2012, cité in Labadie, 2012, p. 15), le dispositif de SC ne permet pas d’y parvenir.

2.3. L’engagement idéologique, voire politique

20Les représentations des jeunes à l’égard de leur volontariat ne sont pas homogènes. Certain. e. s y trouvent pleinement leur compte, se sentant responsables de leur incapacité (éprouvée ou supposée) à intégrer le marché du travail et manquant de confiance dans leurs compétences. Ils/elles pensent que le SC leur permettra d’avoir une expérience professionnelle qui va augmenter leur employabilité et souhaitent contribuer à promouvoir une cause en laquelle ils/elles croient. Pour d’autres, comme Marie, 23 ans, il s’agit d’une sorte de marché de dupes.

21« Je trouve ça vraiment dégueulasse quoi de... de jouer justement avec les jeunes : vous ne savez pas quoi faire, on vous sauve. Parce que tous les jeunes ne vivent pas chez papa maman et ce n’est pas que leur argent de poche (…) Bien sûr il y a une nana du service civique qui nous disait oui mais c’est un engagement. Oui. Mais bon l’engagement il y en a plein qui l’ont et qui gagnent 2000 €/mois donc (…) la question de l’engagement elle ne se présente pas au niveau financier. (…) Enfin, c’est complètement idéologique de penser qu’un projet, qu’un service civique de 6 à 12 mois va changer les choses dans le monde associatif (…) Après cela ne m’empêche pas (…) de le faire mais je trouve que c’est prendre un peu en otage les jeunes de leur situation, pour utiliser aussi ce côté-là en montrant, regardez, on fait quelque chose pour vous ».

22On peut se demander dans quelle mesure la rhétorique largement diffusée et relayée par les médias ne sert pas à masquer la domination d’une demande venant se substituer à une recherche d’emploi pour la catégorie jeunes de 16 à 25 ans. Domination économique des jeunes et en particulier des femmes (représentant 60 % des jeunes en SC), au regard de ce qu’on invente pour elles/eux : un travail qui ne dit pas son nom, mais qui est considéré comme tel par les jeunes quand ils/elles parlent de leur SC.

23« La différence par rapport à un emploi classique c’est la présence d’un tuteur » ; « sur mon poste » ; « voir le mode du travail autrement » ; « ça a marché, je suis salariée maintenant » ; « le matin quand je me lève, je vais au travail » ; « entretien d’embauche » etc.

3. Une composante économique fondamentale occultée dans les discours

24Bien que fondamentale, la dimension économique du dispositif du SC est le plus souvent occultée dans les discours. Et lorsqu’elle est mentionnée, seul l’aspect d’un investissement en capital humain est souligné. Le SC permettrait aux jeunes de se réconcilier avec le monde du travail et de valoriser l’expérience acquise lors de leur volontariat (tâches identiques à celles d’un. e salarié.e) ; ou de se constituer un réseau, par exemple dans l’animation. L’objectif est donc de pallier les difficultés d’insertion des jeunes en développant leur employabilité, comme si la cause résidait dans le profil des jeunes et non, principalement, dans un marché du travail structurellement problématique où la demande de travail est insuffisante. Dans cette troisième partie, nous proposons d’examiner dans quelle mesure le SC répond aux tensions du marché du travail et aux besoins des acteurs-actrices.

3.1. Réponse aux tensions du marché du travail

25Le dispositif du service civique s’intègre parfaitement au contexte socio-économique et politique actuel : il est présenté comme un tremplin susceptible de faciliter l’accès des jeunes au marché du travail. Mais la démonstration n’est pas faite. En revanche, ce dispositif a l’avantage de baisser artificiellement le taux de chômage. Pourtant, ces volontaires sont aussi, majoritairement, en recherche d’emploi.

26Dans notre étude, 28 % des volontaires étaient au chômage avant le SC. De plus, l’affirmation « Le volontariat me permet de patienter le temps de trouver un emploi » reçoit un accord de 55 % des répondants (70 sur 115). Seuls 21 % sont totalement en désaccord.

27À défaut d’une insertion rapide sur le marché du travail, le SC permet de faire « patienter » et de canaliser une partie de la jeunesse, tout en véhiculant l’idée d’un enrichissement personnel qui viendrait compenser un faible revenu. Le chômage et les difficultés d’insertion des jeunes restent interprétés comme un problème lié à l’âge ; comme si le fait d’être jeune justifiait de connaître de telles difficultés. Pourtant, les problèmes d’insertion et de chômage ne sont pas l’apanage d’une catégorie de la population mais bien la manifestation de transformations structurelles du système productif (Labadie, 2012, p. 14). S’il existe un nouveau cadre théorique pour penser la jeunesse, en l’inscrivant dans la dynamique des générations (Van De Velde, 2012, cité in Labadie, 2012, p. 15), les résultats présentés montrent que le dispositif du SC ne rentre pas dans ce cadre.

3.2. Reconnaissance de l’expérience acquise par les volontaires

28Interrogés sur les « manques » du dispositif des SC lors du rassemblement des volontaires de la région Midi-Pyrénées, les participants à ce dispositif ont insisté sur le manque de connaissance/reconnaissance par les employeurs. Malgré des modifications apportées au droit du travail, les entreprises françaises ne valorisent pas l'engagement volontaire, ni les compétences acquises par les jeunes. Sur ce point, le modèle du bénévolat n’est pas très encourageant : les expériences bénévoles ne permettraient pas d’améliorer l’accès à l’emploi dans le secteur non associatif ; elles pourraient même être un frein à l’embauche (Bougard et al., 2011).

3.3. Réponse aux difficultés de financement des associations

29Si on se place maintenant non plus du point de vue des jeunes mais de celui des structures d’accueil. Quand le SC est abordé sous l’angle économique, seul l’aspect d’un investissement en capital humain est souligné. Or, non seulement la prise en compte de l’expérience acquise ne se réalise pas, mais des associations profitent de cet effet d’aubaine pour substituer des contrats de SC à d’autres types de contrats plus « coûteux ».

30Les contraintes financières des structures d’accueil limitent leur capacité à être des espaces d’engagement. Les responsables associatifs recherchent parfois des compétences/diplômes très spécifiques : « poste », « compétences », « formations » font partie de la définition des SC qu’ils proposent, en les substituant à d’autres types de statuts plus coûteux comme les contrats de droit privé, les contrats aidés ou même les stages. En effet, l’indemnité versée aux volontaires de 467,34 € net/mois est entièrement financée par l’État. L’organisme d’accueil n’a pour obligation que de verser une aide minimale en nature ou financière de 106 €/mois, minimum qui est bien rarement dépassé. Compte tenu de la durée hebdomadaire de 24 à 48 heures, l’indemnité versée par l’association est donc au plus d’1 euro/heure.

31Le SC ne répond pas au problème de financement du fonctionnement associatif ; mais il leur permet de bénéficier d’une main d’œuvre flexible et très peu coûteuse, renouvelable, sur un temps court. De fait, des jeunes sont recruté.e.s pour des missions sur des compétences et des qualifications qui sont parfois vitales pour les associations. Ainsi, les discours politiques promouvant le SC occultent sa composante économique qui se révèle fondamentale.

Conclusion

32Alors de quoi s’agit-il ? D’une inversion de sens ? C’est-à-dire d’aller d’une professionnalisation en cours dans l’animation, vers une déprofessionnalisation par le développement du volontariat ? Une telle inversion ne signifierait-elle pas un changement de référentiel ? Autrement dit, un référentiel économique différent, où le travail marchand se réduirait à la faveur du développement du bénévolat et du sous-salariat dont le volontariat, pour de plus en plus d’activités professionnelles telles que l’enseignement, le travail social ou les professions médicales et paramédicales ? Soit à une nouvelle définition du travail et de sa place dans la société ? À moins qu’il s’agisse simplement du fait qu’à défaut de s’intéresser à l’identification des causes ayant abouti à un problème et d’agir sur ses causes, les mesures prises consistent à traiter directement les effets (Verdes-Leroux, 1978).

33En définitive, le ‘volontariat’ semble moins répondre aux besoins des jeunes et des animateurs/animatrices, qu’à celui d’un système économique qui, pour prendre un nouvel élan, pourrait se nourrir d’un deuxième mode de production (Gontier & Dansac, 2012) centré sur le bénévolat, le volontariat et le « sous-salariat » (Simonet, 2010 ; Dansac, Vachee & Gontier, 2011). Nous sommes en présence de reconfigurations du marché du travail, susceptibles d’entrer en cohérence avec le développement « d’une conception polycentrée de l’existence » (Meda, Vendramin, 2013, p. 176).

34Les obstacles à la création d’un volontariat dans l’animation semblent aujourd’hui difficiles à contourner. Néanmoins, l’existence de ce projet met en jeu la question d’une déprofessionnalisation du secteur qui pourrait en concerner d’autres. La suite dépendra des stratégies des différents acteurs-actrices, mais nul doute que la rhétorique utilisée peut modifier les modes de pensée et donc les cadres de références.

Bibliographie

Références bibliographiques

BACOU Magalie (2010) Parcours sexués et processus de professionnalisation dans les métiers de l’animation en accueils de loisirs. Thèse pour l’obtention du doctorat de sociologie, Université Toulouse - Le Mirail.

BESSIN Marc, BIDART Claire, GROSSETTI Michel (dir) (2010) Les sciences sociales face aux ruptures et à l’événement, Paris, La Découverte.

BIDART Claire (2010) « Bifurcations biographiques et ingrédients de l’action », in BESSIN Marc, BIDART Claire, GROSSETTI Michel (dir.), Les sciences sociales face aux ruptures et à l’événement, Paris, La Découverte.

BOUGARD Jonathan, BRODATY Thomas, EDMOND Céline, L’HORTY Yannick, PARQUET Loïc (du), PETIT Pascale (2014) « Bénévolat et accès à l’emploi : les enseignements d’une expérience contrôlée », Revue Économique, 1, Vol. 65.

DANSAC Christophe, VACHÉE Cécile, GONTIER Patricia (2011) De l’instrumentalisation des agences de moyens au service du lien social à la « dé-professionnalisation » de l’animation ? 5ème Colloque International de l’Animation Socioculturelle, Saragosse, Espagne, RIA.
http://www.unizar.es/colinanimacion-IEPSA/wpcontent/uploads/2011/10/1.5-Dansac-Vach %C3 %87e-Gontier.doc

DANSAC Christophe, GONTIER Patricia, VACHÉE Cécile, MAISONNEUVE Christelle, GOUTAS Nasreddine, TAILLANDIER Anne (2013) Gouvernance des Associations et Motivations des Bénévoles, Figeac, LRPmip. http://cpca.asso.fr/wp-content/uploads/2013/04/garp.Pdf

DECI Edward L., RYAN Richard M. (1985) Intrinsic motivation and self-determination in human behavior, New York, Plenum.

DEMAZIERE Didier et Charles GADEA (dir.) (2009) Sociologie des groupes professionnels. Acquis récents et nouveaux défis, La Découverte, Paris.

GONTIER Patricia, DANSAC Christophe (2012) Effets du développement des ONOP sur le marché des facteurs de production, in Congrès de L’Association Française d’Économie Politique, Paris, http://www.assoeconomiepolitique.org/political-economy-outlookfor-capitalism/ ?p=679&aid=680&sa=0

ION Jacques (2005) « Brève chronique des rapports entre travail social et bénévolat », Pensée plurielle, n° 10, 2005/2, pp. 149-157.

LABADIE Francine (2012) « L’action publique en faveur des jeunes : pour des réformes structurelles », Revue de l’observatoire, n° 74, pp. 13-18.

LONCLE Patricia (2012) « Politiques de jeunesse : de quoi parle-t-on ? », in BECQUET Valérie, LONCLE Patricia, VAN DE VELDE Cécile (dir.), Politiques de jeunesse : le grand malentendu, Paris, Champ social, coll. Questions de société.

LEBON Francis, SIMONET Maud (2012) « Le travail en ‘colos’. Le salariat en vacance ? », Les notes de l’Institut Européen du Salariat, n° 26, avril, pp. 1-4.

MIGNON Jean-Marie (2007) Une histoire de l’éducation populaire, Paris, La Découverte.

SIMONET Maud (2010) Le travail bénévole : engagement citoyen ou travail gratuit ? Paris, La Dispute.

VAN DE VELDE Cécile (2008) Devenir adulte : sociologie comparée de la jeunesse en Europe, Paris, PUF, coll. Le lien social.

VERDES-LEROUX Jeanine (1978) Le travail social : le sens commun, Paris, Éditions de Minuit.

Notes

56 Une partie des recherches exposées a été soutenue par la Région Midi-Pyrénées dans le cadre de ses mesures de soutien aux recherches en SHS, et rendue possible par la collaboration avec la CPCA Midi-Pyrénées et la DRJS Midi-Pyrénées.

57 Docteure en sociologie associée au CERTOP-CNRS (UMR 5044), Chargée d’étude au LRPmip, IUT Toulouse 2 Figeac, Département Carrières Sociales, Université Toulouse - Le Mirail.

58 Maître de conférences en psychologie, LRPmip, IUT Toulouse 2 Figeac, Département Carrières Sociales, Université Toulouse - Le Mirail.

59 Maîtresse de conférences en économie, LRPmip-EPEE, IUT Toulouse 2 Figeac, Université Toulouse - Le Mirail.

60 Maîtresse de conférences en sociologie, LRPmip, IUT Toulouse 2 Figeac, Département Carrières Sociales, Université Toulouse - Le Mirail.

61 Le 13 décembre 2012 : http://www.jpa.asso.fr/index2.php?goto=action_eng

Table des illustrations

Légende Tableau 1 : Motivations et perspectives de bénévolat selon le statut des enquêté.e.s
URL http://books.openedition.org/cse/docannexe/image/196/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 227k

Auteurs

Docteure en sociologie associée au CERTOP-CNRS (UMR 5044), Chargée d’étude au LRPmip, IUT Toulouse 2 Figeac, Département Carrières Sociales, Université Toulouse - Le Mirail
mbacou@univ-tlse2.fr

Maîtresse de conférences en économie, LRPmip-EPEE, IUT Toulouse 2 Figeac, Université Toulouse - Le Mirail
pgontier@univ-tlse2.fr

© Carrières Sociales Editions, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search