Version classiqueVersion mobile

Animation et intervention sociale : parcours, formations, enjeux

 | 
Jean-Luc Richelle

Evaluation participative des actions de l’animation socioculturelle : le défi de la qualité

Joëlle Libois, Ulrike Armbruster-Elatifi, Danièle Warynski et Basile Perret

Texte intégral

Introduction

1La thématique de recherche ainsi que ses applications sont au croisement de plusieurs intérêts et évolutions qu’ont connus le milieu de l’animation socioculturelle et la société de manière plus générale. Nous distinguons trois niveaux allant du national au local :

  • Evolution politique et économique avec la présence de plus en plus forte des modalités d’évaluation dans le champ du travail social ;

  • Volonté du milieu de l’animation jeunesse en Suisse (AFAJ) de se doter d’un outil de vérification de la qualité des prestations ;

  • Réflexion en cours au niveau de la Fondation genevoise pour l’animation socioculturelle (FASe) pour développer un outil qui rende compte des actions des terrains.

2La conjoncture de ces différents développements offre des possibilités de recherche intéressantes. Cette étude se trouve à l’interface de ces trois grands axes, ouvrant un nouveau paradigme en matière d’évaluation des pratiques dites « participatives ».

3Du côté politique, la mise en place de la Nouvelle Gestion Publique (NGP) vise à rendre les institutions étatiques plus autonomes en contrepartie de mesures de performance. Par ailleurs, la volonté de renforcer la « cohésion sociale » en partenariat avec la société civile s’inscrit aujourd’hui dans les priorités des politiques publiques. Dans ce contexte, la création d’un outil d’évaluation partagé par les différents acteurs concernés qui permette de rendre compte des réalités et problématiques du terrain pourrait fournir des éléments construits quant à la définition des priorités et projets des politiques sociales.

4En ce qui concerne le milieu de l’animation socioculturelle, deux éléments sont particulièrement pertinents. Premièrement, nous remarquons un accroissement d’intérêt au niveau national pour élaborer des instruments qui garantissent et développent la qualité de l’animation socioculturelle. Cet intérêt est notamment partagé par l’Association faîtière suisse pour l’animation jeunesse en milieu ouvert (AFAJ) qui a entamé une recherche dans ce sens avec la Haute Ecole de Lucerne (HSLU). Deuxièmement, l’animation socioculturelle cherche encore à faire connaître ses champs de pratique et l’activité réelle que ceux-ci engendrent. Cela pourrait être encouragé si un processus d’évaluation participatif lui donne l’occasion non seulement d’affirmer sa qualité mais aussi d’expliciter sa démarche à des acteurs en dehors du terrain. Il semble donc plus que propice de participer à la construction d’un processus d’évaluation permettant de rendre compte des réalités d’une forme du travail social participatif et démocratique.

5Au niveau scientifique, la question de l’évaluation participative favorisant l’« empowerment » est en développement dans les sciences humaines et sociales, et notamment dans le travail social. La création, ou l’accompagnement d’évaluations dans des cadres situés, mobilisant la participation des différents acteurs concernés, complétant sur le plan qualitatif les évaluations de type quantitatif est en plein essor. Un intérêt existe de la part des décideurs politiques pour le développement d’outils d’évaluation participatifs, relevant non seulement des données quantifiables, mais aussi le sens et les résultats attendus d’un processus participatif.

6L’aboutissement de la recherche devrait voir la création d’un processus d’évaluation participatif qui permettra non seulement aux acteurs du terrain, professionnels et bénéficiaires, de réfléchir sur les problèmes rencontrés, mais aussi d’en rendre compte aux instances externes. Dans le prolongement de cette première étape expérimentale au niveau du territoire genevois, un deuxième projet de recherche en collaboration avec la Haute École de Lucerne et les terrains de pratique de l’animation socioculturelle en Suisse allemande vise une approche globale au niveau de la Suisse.

2. De la Nouvelle Gestion Publique à l'évaluation participative dans le travail social

7Au-delà des enjeux axiologiques internes à la profession, il est évident que l’évolution de la société a des effets conséquents sur les objectifs et le cadre de travail de l’animation socioculturelle. La mise en place de la Nouvelle Gestion Publique a donc des conséquences directes sur les métiers. Cela d’autant plus que le travail social demande un questionnement continu sur l’idéal à atteindre par et pour les bénéficiaires. Une réflexion continue sur l’adéquation des projets avec la réalité du terrain et une mise en adaptabilité des projets en lien avec les ressources disponibles font également partie des compétences intrinsèques à l’activité professionnelle.

8La tendance à appliquer des mesures de performance standardisées se heurte à des caractéristiques des métiers de l’humain : la difficulté de quantifier le rapport humain, de chiffrer des résultats dépendant de variables multiples et exogènes telles que le contexte social, familial et économique ainsi que la motivation du personnel, dont un des facteurs les plus importants n’est pas l’incitation pécuniaire, mais le sens donné au travail.

9Plusieurs chercheurs se sont penchés sur l’introduction d’évaluations dans différents domaines professionnels centrés sur l’individu et ses liens avec la société (Haering, 2004 ; Vuille 1992 ; Ridde et al., 2003). Certains dénoncent la dérive que peut créer la mise en place d’évaluations notamment lorsque celles-ci engendrent un travail spécifique pour permettre une évaluation normée, c’est-à-dire que les employés ne se focalisent plus sur les résultats réels de leur travail, mais uniquement sur les indicateurs prédéfinis (Martucelli, 2010 ; Enriquez, 2010 ; Garcia & Montagne, 2011). D’autres démontrent aussi comment la multiplication d’outils d’évaluation crée une augmentation considérable du temps de travail consacré à l’évaluation plus qu’au métier en soi (Gardent, 2001).

10Des auteurs se sont attelés à démontrer comment des processus d’évaluation - lorsque ceux-ci ont été élaborés de manière située, consensuelle et participative avec les acteurs concernés - ont permis de créer des entités de travail ayant une capacité accrue d’apprentissage organisationnel, et permettant aux collaborateurs de donner du sens et des valeurs à leur travail (Plottu & Plottu, 2009 ; Ridde et al., 2003).

11Les lectures ont eu pour effet de conduire l'axe de la recherche sur les modalités d’évaluation participative notamment dans le domaine de l’animation socioculturelle, dont les soubassements axiologiques sont directement portés sur la dimension participative des acteurs.

12La diversité des bénéficiaires et acteurs concernés dans une visée participative et collective donne une complexité additionnelle, et demande un travail spécifique. La possibilité d’en rendre compte par des indicateurs de performance standardisés semble une tâche difficile, voire inappropriée. S’ajoute à ce fait, que, selon le lieu de travail (associatif, étatique, privé), l’organisation et l’action exigent des modes d’intervention différenciés. Le développement méthodologique d’un processus d’évaluation situé intégrant les dimensions contextuelles est alors d’autant plus justifié.

3. Etat des lieux de la question en Suisse

13En plus de ces efforts ciblés, une question plus générale se pose, celle d’une certification qualité dans l’optique d’une reconnaissance extérieure du travail fourni par les professionnels de l’animation socioculturelle. Ce débat est actuellement en maturation au niveau national. En effet, la Haute École de Lucerne de Travail Social (HSLU) en partenariat avec l'Association faîtière suisse pour l’animation enfance et jeunesse en milieu ouvert (AFAJ) ont mené entre 2011 et 2012 une recherche ayant pour objectif l'élaboration de critères de qualité adaptés au champ jeunesse en milieu ouvert. Or, l'AFAJ n'en était pas à son premier essai. En 2008-2009 déjà, celle-ci avait réalisé une enquête approfondie pour établir l'existant en matière d'évaluation dans ce champ en Suisse. Le prolongement de cette enquête s'inscrit dans la publication en 2009 du CriQ : Critères de Qualité pour la Promotion de la Santé dans l’Animation Enfance et Jeunesse en Milieu Ouvert. Cet outil a été développé par l'AFAJ en partenariat avec l’Organisation faîtière zurichoise pour le travail de jeunesse (Okaj).

14Pour l’heure, la recherche menée en Suisse allemande a établi un certain nombre de critères qui sont perçus par des professionnels et bénéficiaires comme constitutifs de la qualité. Les résultats actuels se rapprochent d’une charte de principes, assortie d’une liste de critères déclinés en indicateurs, plus que d’un modèle d’évaluation interne, attaché au principe de la participation citoyenne de la société civile.

15Nous comprenons la participation comme partie intégrante de toutes actions ou projets permettant de défendre des droits ou d’améliorer les conditions de vie collective au sein d’un territoire donné. En ce sens, elle dépasse l’acception traditionnelle en termes de droits civiques.

  • 52 http://www.anim.ch/referentiel/
  • 53 http://www.fclr.ch/charte-cantonale/
  • 54 http://www.anim.ch/?obj=1649&page=623

16En Romandie, la situation est autre. La présente recherche, certes complémentaire, questionne cependant l’évaluation des projets dans la perspective d’un processus participatif qui en ferait la qualité. En premier lieu, le processus de recherche s’appuie sur des documents qui énoncent tant les principes de l’action que les critères de sa qualité, notamment : le référentiel de compétences52 des métiers de l’animation socioculturelle, la Charte cantonale53 des centres de loisirs de 1993, la « Déclaration54 pour l’animation socioculturelle : affirmer une continuité historique et affronter les défis actuels » de 2011. Ce dernier texte peut être considéré comme un référentiel de principes sur le plan régional. Il clarifie la position du corps de métier sur les changements actuels.

17En deuxième lieu, la présente recherche est basée sur le positionnement suivant : l’animation puise aux sources de l’éducation populaire et relève fondamentalement de l’action communautaire. Elle est de qualité si elle s’inscrit dans un processus participatif, à toutes les étapes de la méthodologie de projet, du diagnostic partagé à la co-construction de l’action, dans un ajustement permanent d’évaluation par les acteurs concernés.

18L'extrait ci-après du journal de terrain de la recherche explicite les différentes étapes du processus d'évaluation participative : « Dans un premier temps, il y a la nécessité de formuler le problème. Toute action qui se construit répond à un problème, un questionnement auquel elle veut apporter une réponse. Il s'agit au fond de définir la question d'évaluation. C’est à ce moment-là que les valeurs et les intentions de chacun des acteurs devraient être exprimées. Une fois ces éléments posés, vient le moment de choisir et de co-construire l'outil pour récolter les données. Puis s'ensuit le moment de l’action en elle-même avec la récolte de données et d’observations. L'étape suivante comprend l’analyse des effets produits, des compétences engagées durant l’action. Ici aussi, un outil spécifique d'analyse doit être sélectionné. Enfin, le cycle se termine par le « rendre compte ». Dans ce « rendre compte », il est important de revenir sur le point de départ, le « problème » afin de pouvoir déterminer si un « bon travail » a été réalisé. Ainsi, la boucle du « défi de la qualité » se referme (amélioration de la qualité) ».

19En troisième lieu, la question de l’évaluation dans l’animation socioculturelle avait déjà été placée au centre des débats lors d’une journée organisée en 2009 par la Plateforme romande de l’animation socioculturelle et la Haute École de Travail Social Genève.

  • 55 Dialoguer sur les enjeux de l’animation socioculturelle, journée du 22 septembre 2009, p. 29.

20« Pour la formation Haute École de Travail Social Genève, le constat est que le diagnostic et l’évaluation sont au cœur de la méthodologie de projet, centrale au métier, (…) Il faut donc retravailler ces aspects et inventer des pratiques qui s’imposent par leur pertinence sur le terrain. Pour l’évaluation, si le quantitatif peut être parfois utile, il n’est que secondaire par rapport aux dimensions qualitatives. »55

21Cette dernière citation met à nouveau en évidence une volonté de la part des milieux professionnels de soutenir le développement d’un processus d’évaluation à condition que celui-ci rende compte des dimensions participatives et donc qualitatives inhérentes et fondamentales pour la profession. Se pose alors la question centrale de l’intentionnalité portée dans l’action ou, dit autrement, de la compréhension et de la mise en acte de la dimension participative par les professionnels et les différents acteurs engagés dans les projets collectifs.

4. L'évaluation liée aux fondements de l'activité

22Une des compétences spécifiques dans les métiers de l’humain s’établit dans l’habileté à entrer en relation, à produire de l’interaction, à développer des rapports de confiance, permettant d’aborder ce qui fait problème, ce qui est vécu comme stigmatisant, dévalorisant, ou pire, comme excluant. L’activité est centrée sur un processus interactif dont le résultat ne peut être prédéterminé. Ainsi, les métiers de l’humain obligent à penser et à appréhender la situation professionnelle au travers d’une co-production constructive. La complexité est de niveau plus micro cette fois-ci, à l’interne des situations qui mobilisent l’imprévu, le risque, l’interactivité et l’enchevêtrement des différentes variables à l’œuvre, en situation très éloignée d’un savoir stabilisé. Si nous consentons à appréhender le savoir dans l’idée que celui-ci se construit dans l’activité, à partir de l’acte, alors nous ne pouvons séparer la situation du savoir et de l’activité. Raisky (1999) affirme que la situation n’est pas un donné mais un construit à travers une activité, mobilisant et produisant des savoirs.

Processus d’évaluation : un modèle ouvert. Quel est le problème au départ de l’action ? Qui décide de quoi ? Quelles compétences sont mobilisées ?

Processus d’évaluation : un modèle ouvert. Quel est le problème au départ de l’action ? Qui décide de quoi ? Quelles compétences sont mobilisées ?

Schéma 1 : Processus d’évaluation : un modèle ouvert

23Nous suivrons la vision de cet auteur selon laquelle le processus didactique ne s’attache pas à des savoirs isolés ou même à des situations isolées, mais à des « systèmes activité-situation-savoir ». On est alors amené à penser la dynamique situationnelle. Nous avons défini la situation comme un ensemble d’actes situés soutenus par des micro-événements. Une situation comprend des acteurs, des dimensions interpersonnelles, une culture et une histoire du lieu, autant de paramètres à partir desquels elle se produit. Nous rappelons que l’acte recèle une part de contingence, qu’il est situé et donc inséré dans un contexte qui le dépasse. Certes, l’acteur en agissant transforme la situation, mais il est aussi, en retour, transformé par elle. En cela, nous avons maintes fois annoncé que le sujet n’a pas le plein pouvoir sur le déroulement de l’agir, mais qu’il est aussi détenteur de résistance, d’inventivité au sens d’acte pouvoir chez Mendel. Nous avons vu que la construction d’un problème n’est jamais égale entre acteurs et que dans le champ du social, le problème élaboré par le professionnel ne requiert pas la même compréhension du côté de l’usager ou de membres de comités d’associations. La manière de construire et d’interpréter un problème a évidemment des conséquences sur la manière d’envisager l’acte. Les positionnements scientifiques deviennent au niveau de la pratique des problèmes éthiques auxquels les professionnels se confrontent.

24Dans une telle perspective, l’enjeu de la formation professionnelle tertiaire se situe dans l’appréhension d’une productivité comprise également comme un art de faire (de Certeau, 1990). Cette production répond aux attentes d’une société tournée vers des résultats quantifiables, mais qui reconnaît également que les aboutissements résultent de la mobilisation d’une intelligence pratique à partir des savoir-agir prenant en compte la singularité des situations. « C’est le résultat d’un ratio entre indétermination et technicité qui caractérise le processus de production permettant d’aboutir aux résultats attendus » (Jobert, 1987-128).

25Un savoir-faire qui, selon de Certeau (1990, p. 103), est fait d’opérativités multiples, mais sauvages. Cette prolifération n’obéit pas à la loi du discours, mais à celle de la production […]. Elle conteste donc à l’écriture scientifique son privilège d’organiser la production. Elle appelle une conquête, non comme des pratiques méprisables, mais au contraire de savoirs « ingénieux », « complexes » et « opératifs ».

5. L'évaluation participative au service du changement social

26Il est pour nous essentiel, au risque de nous répéter, d’appréhender la situation dans sa complexité, et non dans un souci de simplification en vue de modélisation. Toutefois, Pastré (1999) nous invite à ne pas abandonner tout projet de conceptualisation de l’activité. Pour cela, il nous convoque à prendre en compte la dynamique situationnelle et nous propose de l’aborder à partir de la notion de situation-problème. Travailler sur un problème humain revient non pas à appliquer une solution préétablie, mais à revenir sur l’énoncé du problème. Ce qui pose problème pour les uns n’est pas forcément en soi problématique pour les autres. Travailler sur la compréhension des éléments qui déterminent le problème révèle bien souvent un déclenchement du pouvoir d’agir empêché jusque-là par la culpabilité ou par l’inquiétude attachée au dit problème. Rendre collective(s) la ou les données du problème souscrit à ce que les écueils deviennent source de réflexion et peut se transformer en source de créativité, à la condition d’une ouverture à des interprétations variées sur la nature du positionnement face à l’obstacle rencontré. Les personnes en difficultés socioéconomiques sont porteuses de stigmates qui dérangent l’ordre social. A contrario, elles offrent, par leur difficulté d’intégration au modèle dominant, des occasions de repenser ce qui échoue et résiste. En cela, les personnes dites en rupture sociale, sont, sans le savoir et sans le désirer, porteuses du renouvellement des sciences humaines.

Action participative

  • Pour une dimension participative de l’action : du diagnostic partagé à l’évaluation participative, l’action gagne à réunir les acteurs…

  • pour échanger sur les problèmes et les aspirations qui sont les moteurs de l’action ;

  • pour élaborer l’action avec les ressources des uns et des autres, des uns pour les autres ;

  • pour mettre en œuvre l’action portée par une implication d’autant plus large d’acteurs concernés ;

  • pour évaluer les résultats à l’aune des problèmes et des aspirations de départ.

27L’évaluation participative peut ouvrir à un nouveau projet d’action, et ainsi de suite.

ACTIVITE

ACTIVITE

Schéma 2 : Processus d’une activité participative

28Penser les problèmes sociaux dans un collectif, groupement ou rassemblement de personnes ne peut s’opérer sans s’interroger sur les conditions d’émergence et de persistance du problème posé. Ces conditions renvoient non pas à la personne ou au groupe en difficulté, mais bien à l’organisation sociale, à la dimension politique du vivre ensemble. Ce modèle de compréhension des problèmes sociaux limite la portée de l’acte des praticiens, lorsque celui-ci est porté sur la résolution du problème. Se centrer sur l’émergence du pouvoir d’agir, quelle que soit la problématique sociale, permet de redonner du souffle aux situations bloquées. Entre agents de contrôle social et acteurs de changement, les professionnels ne sont pas pris en tenaille, ils n’ont de notre point de vue que peu le choix de leur positionnement éthique. Si le pouvoir d’agir est au cœur de l’intérêt qu’ils portent à leur profession, alors il n’est plus question de difficulté de positionnement, mais bien plus de tact et de savoir-faire pour épouser un mode d’agir à la fois acceptable pour les tenants de l’ordre social et à la fois porteur d’ouverture et d’intérêt pour les différentes formes de marginalités sociales et culturelles, en vue d’émancipation sociale. L'évaluation de l'activité devrait pouvoir rendre compte de ce positionnement épistémologique et ainsi montrer qu'il y a de la valeur produite dans le processus du vivre ensemble.

29L’action collective et les démarches participatives sont essentielles au processus d’évaluation de l’action.

6. La politique de cohésion sociale à l'exemple du canton de Genève

30Le Grand Conseil du canton de Genève a adopté le 19 avril 2012 une loi relative à la politique de cohésion sociale en milieu urbain. Ainsi, le gouvernement cantonal a pour priorité de renforcer la « cohésion sociale ». La « cohésion sociale » en Suisse et notamment à Genève peut être perçue comme une volonté politique qui cherche à mobiliser les ressources étatiques afin de stimuler l'interaction des acteurs sociaux, pour réduire les inégalités sociales, l'exclusion et l'isolement en encourageant la participation des différents acteurs.

31Dans le canton et République de Genève, la thématique de la « cohésion sociale » est devenue une des priorités de la législature actuelle. De ce fait, lors de l'investiture de l'exécutif de l'Etat de Genève, celui-ci, dans son discours à Saint-Pierre, a réaffirmé de manière collégiale sa préoccupation concernant la vie sociale à Genève : « L'Etat doit enrayer la montée des inégalités et la dégradation des conditions de vie. Dans certains de nos quartiers, des concitoyens ont le sentiment de n'être plus membres à part entière de notre communauté. C'est pourquoi, une véritable politique de la ville est nécessaire » (Discours de Saint-Pierre, 2009).

32La FASe, créée en 1998, à travers ses activités très larges dans le domaine du travail social et plus spécifiquement de l'animation socioculturelle, est identifiée comme un partenaire important pour le renforcement de la cohésion sociale sur le canton. Un contrat de prestation a été établi entre l’Etat genevois et la FASe, et des contrats tripartites sont progressivement établis avec les communes. Dans ces négociations, le potentiel d’un processus d’évaluation interne ayant une capacité explicative à l’extérieur s’avère un outil nécessaire au processus de redevabilité. Les champs d’intervention de la FASe étant très larges, nous avons décidé de nous focaliser sur les projets participatifs élaborés par les maisons de quartier dans des régions identifiées comme étant prioritaires pour des politiques de « cohésion sociale et de réduction des inégalités ».

33Relevons que l’animation socioculturelle a historiquement porté des dimensions collectives et communautaires. Son action vise à organiser et à mobiliser des groupes et des collectivités en vue d'un changement social. L’éducation populaire est une des sources de son développement, tout comme les programmes de conscientisation en Amérique du Sud portés par Paolo Freire, sans oublier l’approche communautaire portée par Saul Alinsky. L’intervention vise à permettre une participation volontaire et démocratique faisant appel à la notion de citoyenneté.

34Depuis l’apparition des sociétés modernes, le rôle de l’associatif et ainsi de la participation deviennent toujours plus importants. L’association intervient souvent là où l’intégration sociale de la personne est la plus compromise au vu de l’éclatement des relations sociales et de la montée de l’individualisme. L’association est souvent un relais entre les personnes et les institutions, un pont entre les citoyens et l’Etat. Elle permet à la population de formuler des besoins et des demandes qui pourront contribuer au renforcement de l’identité sociale des personnes et a souvent le rôle de négociatrice entre les différents acteurs concernés. Les intérêts individuels ont alors l’occasion de se transformer en intérêts collectifs. L’animateur a pour fonction de rendre les groupes sociaux plus aptes à communiquer, décider et agir en évaluant les besoins, les attentes et les aspirations des personnes concernées. Son rôle est également de motiver les personnes, afin qu’elles puissent participer aux processus et concrétiser les buts recherchés. Il est un agent de changement et mène des activités dans les multiples domaines de la vie en société.

35Ainsi, la mission démocratique est au fondement des pratiques des animateurs dans les différents domaines dans lesquels ils exercent. Celle-ci implique « de partir de la situation concrète des gens. Ce n’est que lorsque les gens perçoivent l’intérêt que peut avoir le projet pour l’amélioration de leur situation et l’accroissement de leurs ressources qu’ils se mettent en route et que la participation peut être suscitée. Il s’agit ici d’initier une démarche partant des usagers et de les associer véritablement au projet » (Della Croce, Libois & Mawad, 2011, p. 170).

36Un des buts de l’intervention des animateurs dans les quartiers est d’améliorer les conditions de vie des citoyens, d’une communauté, d’une population en tenant compte de l’environnement et du cadre local des personnes. Pour ce faire, ils peuvent se baser sur une méthodologie d’intervention avec les populations telle que le développement communautaire. Ce domaine est avant tout défini par des programmes d’action ou des projets élaborés avec les groupes concernés, en lien avec les problématiques auxquelles ils doivent faire face. Le professionnel a pour projet de faire reconnaitre les minorités et leurs capacités à exister et innover dans la Cité. Promotion citoyenne et participative en vue d’améliorer les conditions de vie pratiques et symboliques. C’est ici que l’animation socioculturelle devient un outil essentiel au développement d’une réelle politique de cohésion sociale. L’animation socioculturelle peut largement s’y reconnaître, articulée à des méthodologies comme l’action collective et le développement local. Elle y est même nécessaire, car rappelons que la participation n’est de loin pas toujours présente au démarrage d’un projet. Il reste nécessaire, dès le début, de travailler aux conditions qui permettent son émergence.

37Comme le dit Gillet (1995, p. 256) : « Il reste aux professionnels de l’animation à agir sur un autre volet qui les concerne au premier chef. En effet, de gauche à droite, cette politique de la ville s’est toujours accompagnée d’un discours, affirmé avec plus ou moins de force, vantant les mérites de la participation. En réalité, les dispositifs prévus à cet effet ont toujours été réduits à leur plus simple expression, sans réelle délibération collective, sans action pédagogique adaptée, sans concertation probante, parfois réduits à des effets d’annonce (tels que le financement direct par l’Etat des projets Jeunes). »

7. L’évaluation de l’action : une plus-value au processus de professionnalisation

38Nous nous inspirerons aussi des travaux de Ridde et Dagenais résumés dans le livre-manuel « Approches et pratiques en évaluation de programme » (Ridde & Dagenais, 2009) basés sur les expériences québécoises d’évaluation. Selon eux, une expertise doit « faire appel à une grande variété de concepts et d’outils » et « l’évaluateur doit savoir s’adapter au contexte, identifier les besoins exacts des demandeurs et choisir avec eux leur niveau d’implication optimal dans le processus ». La participation d’emblée de tous les acteurs concernés facilite ensuite la transmission des résultats et rend compréhensible le compte-rendu des actions menées à toutes les fractions de la société. Une telle vulgarisation est très importante pour un domaine méconnu du grand public comme l’est l’animation socioculturelle.

39Une évaluation participative permet aux acteurs de « participer pleinement à toutes les étapes de l’évaluation, contribuant ainsi à établir un climat de confiance tout en permettant aux acteurs d’acquérir de nouvelles compétences propres à l’évaluation de programme » (p. 270). Dans cette dynamique, le rôle des évaluateurs externes est « d’offrir une expertise et un accompagnement tout au long du processus ». L’aspect « empowerment » (p. 270) renvoie à un transfert de connaissances et de pouvoirs aux acteurs afin de les responsabiliser et de les autonomiser.

40Une évaluation est déjà plus approfondie qu’un simple bilan. Elle peut se dérouler en cours d’action afin d’ajuster les interventions à une situation mouvante (bilan intermédiaire) ou en fin de programme (bilan final, avec sanction, abandon ou reconduction modifiée de l’action). Elle peut être menée de façon interne, afin de formaliser l’apprentissage acquis durant une opération, ou dans un but externe de communication envers des partenaires (politiques, administrations) ou le grand public. Elle peut consister en un contrôle ou une expertise externes, basés sur la comparaison avec une norme prédéfinie, ou en un audit, voire un audit institutionnalisé, étudiant l’institution pour elle-même, avec l’aide d’intervenants extérieurs. En résumé, une évaluation peut être quantitative ou qualitative, partielle ou globale, ponctuelle ou permanente, dynamique ou finale, viser le court ou le long terme. Et même les évaluations de la famille « qualitative » sont désignées par des vocables variables selon les auteurs et qualifiées tour à tour de participatives, partagées, interactives, négociées, situées, de « quatrième génération » ou démocratiques « pour », « par » et « avec » la population.

41Au-delà des termes, il s’agit pour nous d’élaborer une typologie des formes d’évaluations possibles selon les buts visés, les logiques mises en œuvre, les critères utilisés, les méthodes retenues et les partenaires concernés, afin de construire avec les partenaires associatifs ou utilisateurs des infrastructures, un outil participatif.

42Baron et Monnier (2003) définissent les « nouvelles générations de l’évaluation » comme participatives. Celles-ci introduisent donc deux dimensions de la participation, la « largeur » et la « profondeur ». Comme nous le disions plus haut, la largeur relève de la diversité des groupes d’intérêts impliqués dans le processus (des commanditaires aux bénéficiaires directs et indirects). La profondeur mesure le degré d’implication des groupes d’intérêts. L’évaluation participative permet aux participants de co-produire le processus évaluatif de bout en bout. La 5ème génération de l’évaluation, au-delà des dimensions de coproduction implique une logique formative ou émancipatrice. Ainsi, elle donne un réel pouvoir aux groupes impliqués, quels que soient les niveaux socioculturels des publics cibles, ceci grâce au processus-même d’échanges d’opinions informés sur le développement de projets participatifs. Ce modèle d’évaluation rejoint les finalités de l’animation socioculturelle comme celle de cohésion sociale, là où la participation n’est pas qu’un simple discours d’intention.

43Pour notre projet de recherche en cours, nous nous appuierons sur l’évaluation participative de type empowerment telle que définie par Ridde et al. (2003). Nous pensons en effet qu’une démarche participative de type empowerment est l’une des solutions envisageables pour l’évaluation de projets participatifs. En effet, les modes d’évaluation traditionnels ne sont pas adaptés aux contextes et aux valeurs véhiculées. Une approche participative permet de prendre en compte les spécificités que représentent l’autonomie et l’accompagnement comme concepts centraux de cette approche (Parazelli, 2002 ; Duval & Fontaine, 2000).

44Développer une stratégie évaluative participative revient à ce que les acteurs participent activement à toutes les étapes de l’évaluation. Le rôle des évaluateurs externes est d’offrir une expertise et un accompagnement tout au long du processus. Approche transformative, centrée sur l’empowerment où la participation des acteurs vise le changement social transférant connaissances et pouvoirs aux intéressés.

45Nous défendons une cohérence des modèles. Une évaluation participative centrée sur l’empowerment renforce non seulement les capacités des acteurs, mais permet une congruence avec les exigences scientifiques et les valeurs de promotion d’une démarche participative. Ainsi nous pensons que les résistances aux processus d’évaluation développées par les animateurs socioculturels devraient pouvoir être levées, d’autant plus si le processus s’appuie sur les exigences suivantes :

  1. L’évaluation dans le domaine social est un processus empirique car le travail social n’est pas une science exacte. L’évaluation ne l’est pas non plus. Les deux disciplines comportent une part de subjectivité. L’évaluation est donc « sur mesure », adaptée à l’objet à évaluer et aucun indicateur universel prédéterminé ne peut remplacer a priori l’analyse concrète des conditions de réalisation de l’action évaluée ;

  2. L’évaluation doit être plurielle et faire preuve de plasticité dans sa méthode afin d’être adaptée à toutes les situations et à tous les domaines ;

  3. L’évaluation doit être transparente et démocratique afin d’alimenter le débat social, à petite ou grande échelle selon le besoin, puisqu’elle résulte d’une confrontation d’intérêts différents voire divergents, qu’il s’agit de mettre en lumière, même si le rôle de l’évaluation n’est pas de régler ces contradictions. Cela nécessite que chaque acteur puisse pleinement s’exprimer et que son avis soit pris en compte, ce qui nécessite confiance et respect des règles durant le processus. Cela implique également de démocratiser la parole, mais aussi de bien la comprendre et de la vérifier pour la valider ou la corriger ;

  4. L’évaluation doit être éthique. Comme le travail social se dote de chartes et de codes déontologiques, l’évaluation doit également répondre à cette exigence. Mettre en pleine lumière les « règles du jeu » permet d’instaurer la confiance, notamment en définissant collectivement d’emblée la « qualité » qui est recherchée ;

  5. Evaluer l’évaluation. L’évaluation doit mettre les acteurs au centre d’un processus de co-construction avec boucles de rétroaction. Afin de garantir une bonne réception de l’évaluation, celle-ci doit faire également l’objet d’une co-construction avec ses différents acteurs permettant de la valider et de poursuivre les collaborations sur la base améliorée d’une meilleure compréhension commune du contexte et des attentes mutuelles. C’est la condition pour que l’évaluation soit équitable et donc pleinement acceptée par tous.

Conclusion

46Cette recherche s'intéresse à un sujet d'actualité : l'évaluation. Avec la récession budgétaire qui marque l'ensemble des pays occidentaux, l'évaluation a connu un engouement sans précédent et a fait son entrée dans tous les champs professionnels y compris celui du travail social. La question se pose dès lors : comment évaluer les activités, les services et les prestations dans un domaine tel que le travail social et tout particulièrement l'animation socioculturelle qui s'enracine dans les valeurs démocratiques comme la citoyenneté, la cohésion sociale, la participation, etc. ? Pour répondre à cette interrogation, les chercheurs ont choisi un positionnement épistémologique et une méthodologie basés sur deux principes : la co-construction des données et la non réduction de la pluralité des points de vue d’acteurs engagés dans les processus participatifs. Les controverses sur la part participative de l’activité sont matière à identifier les processus en cours dans leurs difficultés et leurs points forts.

47La participation met le chercheur dans une position particulièrement inconfortable. La conduite de l'enquête lui échappe régulièrement. Il doit accepter qu'elle s'engage dans des directions qu'il n'avait pas pensées, prévues, imaginées et paradoxalement c'est justement ce cheminement marqué par l'inconnu, le risque et l'imprévu qui le fait avancer.

48Concernant la co-construction, elle est la condition indispensable pour que la recherche fasse sens pour les praticiens, pour la pratique. Pour « faire sens », il faut offrir à l'autre une écoute active et attentive, mais aussi créer un espace d'échange afin que les acteurs puissent exprimer leur histoire, leur réalité, leurs différences, leurs difficultés. Là encore, le chercheur apprend avant tout des errements, des remises en question, des lacunes, des résistances des professionnels. Cette mise en exergue des blocages, des difficultés, provoque régulièrement une résistance à l'enquête chez les professionnels de terrain. Il faut se rendre à l'évidence, le regard curieux du chercheur n'est pas toujours bienvenu car il interroge non seulement la pratique, mais aussi les dynamiques d’équipes, tout comme l’engagement personnel de chacun dans l’activité.

49Pour conclure, le chercheur tout comme le professionnel sont impliqués dans la recherche, avec leurs émotions, leurs histoires de vie, leurs personnalités. La recherche pose inévitablement la question de l'engagement versus de la distanciation. La nécessité de l'objectivité longtemps prônée par la recherche s'avère ici illusoire. La richesse d'une recherche intervention réside dans l'invitation à s'interroger sur les raisons qui amènent une personne à faire ce qu'elle fait comme elle le fait. De ce fait, chercheur et professionnel incluent dans le processus réflexif leurs propres enjeux. In fine, nous pouvons dire que tout résultat se construit par le processus participatif, c'est bien lui seul qui fait avancer le travail, l'enquête.

Bibliographie

Références bibliographiques

BARON Gaëlle, MONNIER Eric (2003) Une approche pluraliste et participative : Coproduire l’évaluation avec la société civile, Revue d’informations sociales, n° 10.

DE CERTEAU Michel (1990) L'invention du quotidien, Paris, Gallimard. Déclaration pour l’animation socioculturelle. Affirmer une continuité historique et affronter les défis actuels (2010) HETS Genève. http://www.anim.ch/?obj=1649&page=623

DELLA CROCE Claudia, LIBOIS Joëlle, MAWAD Rima (2011) Animation socioculturelle : pratiques multiples pour un métier complexe, Paris, L’Harmattan.

Dialoguer sur les enjeux de l'animation. (2009) Genève, http://www.anim.ch/?page=687.

DUVAL Michelle, FONTAINE Annie (2000) « Lorsque des pratiques différentes se heurtent : les relations entre les travailleurs de rue et les autres intervenants », Nouvelles pratiques sociales, n° 13, pp. 49-67.

ENRIQUEZ Eugène (2010) « L’évaluation entre perversion et sublimation », Cahiers internationaux de Sociologie, Vol. CXXVIII-CXXIX, pp. 245-266.

GARCIA Sandrine, MONTAGNE Sabine (2011) « Pour une sociologie critique des dispositifs d’évaluation ». Actes de la recherche en sciences sociales, 2011/4, n° 189, pp. 4-15.

GARDENT Henriette (2001) « Evaluer : avec quoi ? », Gérontologie et société, 2001/4 n° 99, pp. 97-109.

GILLET Jean-Claude (1995) Animation et animateurs : le sens de l'action, Paris, L’Harmattan.

JOBERT Guy (1987) Pour une pédagogie des colloques. Montréal : Association des universités partiellement ou entièrement de langue française.

MARTUCELLI Daniel (2010) « Critique de la Philosophie de l’Evaluation », Cahiers internationaux de Sociologie, vol. CXXVIII-CXXIX, pp. 27-52.

MENDEL Georges (1998) L’acte est une aventure, Paris, La Découverte. PARAZELLI Michel (2002) La rue attractive : parcours et pratiques identitaires des jeunes de la rue, Sainte-Foy : Presses de l'Université du Québec.

PASTRE Pierre (1999) « La conceptualisation dans l’action : bilan et nouvelles perspectives », Apprendre des situations. Éducation permanente, vol. 139.

PLOTTU Béatrice, PLOTTU Eric (2009) « Contraintes et vertus de l'évaluation participative », Revue française de gestion, n° 192, pp. 31-58.

RAISKY C. (1999) « Complexité et didactique », Éducation permanente, vol. 139, n° 2, pp. 37-64.

RIDDE Valéry, DAGENAIS Christian (dir.) (2009) Approches et pratiques en évaluation de programme, Montréal, Les presses de l’Université de Montréal.

RIDDE Valéry et al. (2003) « L’évaluation participative de type empowerment : une stratégie pour le travail de rue », Service social, vol. 50, n° 1, pp. 263-279.

VUILLE Michel (1992) L'évaluation interactive : entre idéalités et réalités : recherche sur les pratiques d'évaluation en animation socio-culturelle. Genève, Service de la recherche sociologique.

Notes

52 http://www.anim.ch/referentiel/

53 http://www.fclr.ch/charte-cantonale/

54 http://www.anim.ch/?obj=1649&page=623

55 Dialoguer sur les enjeux de l’animation socioculturelle, journée du 22 septembre 2009, p. 29.

Table des illustrations

Titre Processus d’évaluation : un modèle ouvert. Quel est le problème au départ de l’action ? Qui décide de quoi ? Quelles compétences sont mobilisées ?
Légende Schéma 1 : Processus d’évaluation : un modèle ouvert
URL http://books.openedition.org/cse/docannexe/image/191/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre ACTIVITE
Légende Schéma 2 : Processus d’une activité participative
URL http://books.openedition.org/cse/docannexe/image/191/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 170k

Auteurs

Chargée d’enseignement, responsable de l’orientation animation socioculturelle de la Haute École de Travail Social Genève
ulrike.armbruster-elatifi@hesge.ch

Chargée de cours de la Haute École de Travail Social Genève
daniele.warynski@hesge.ch

Adjoint scientifique de la Haute École de Travail Social Genève

© Carrières Sociales Editions, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search