Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Villes et quartiers durables : la place des habitants

 | 
Pascal Tozzi

2ème partie : Prégnance et effets d'un gouvernement de la participation

Le discours participatif de remédiation. Les maux des mots

Annick Monseigne

Texte intégral

  • 1 Loi SRU (Solidarité et Renouvellement Urbain) de 2003 dite loi Borloo prévoit d’accompagner toute a (...)

1La mise en place de dispositifs participatifs se multiplie depuis un peu plus de deux décennies en France (Bacqué, Rey et Sintomer 2005) et nombreux sont ceux qui concernent des enjeux d’urbanisme. Depuis la loi SRU1, les collectivités locales doivent intégrer les principes du développement durable et garantir ainsi la prise en compte des problématiques environnementales. La notion de développement durable est totalement liée à celle de participation et la participation à celle de communication puisque outre cette particularité de « partager le même bain sémantique » (Monseigne 2009), ces deux termes orbitent autour de l'idée symbolique du lien universel (Mattelard 1999).

  • 2 Recommandations n° 63 du rapport MacBride.

2Notre postulat de base part du principe que la participation habitante dans la mise en durabilité urbaine ne peut se concevoir sans un système de communication sociale adapté au contexte socio-culturel et politique du territoire concerné. Si le rapport de la commission MacBride (1980) avait en son temps bien spécifié que l’objectif était de « permettre aux membres de la société et aux groupes sociaux organisés d’exprimer leurs opinions », c’était bien en vue d’aboutir à de « nouvelles formes de participation » »2 capables de répondre à un processus de développement endogène. La communication pour le développement durable en représentant le processus par lequel les gens passent du statut de bénéficiaire à celui d’acteur, oriente dès lors la nécessité du choix d’un modèle de communication plus horizontale qu’unilatéral, plus inclusif que diffusionniste (Lafrance et Laulan 2006). Prégnante dans tous les champs de la vie sociale, la communication généralement entendue comme un processus de transmission de l’information est ici défendue dans le sens d’un processus interactionnel des actions et opérations à mener sur tout un territoire.

3Mais qu’en est-il réellement du principe participatif ? Aujourd’hui, si cette notion de participation reste fortement marquée par une présence permanente d’actions et d’opérations de communication, est-elle pour autant devenue un espace d’échange des idées et de partage des décisions ? Ces dispositifs participatifs ont-ils dépassé ces formes de régulation entendues comme réponse à la crise du politique ? Quel lien la participation entretient-elle avec la durabilité ? Le sens du mot participation, n’est-il pas « perverti » (Monseigne 2012) ?

4Notre présente contribution rend compte d’un éclairage sur les intentions qui animent les politiques vis-à-vis des démarches participatives. Dans un travail antérieur, nous avions développé plusieurs analyses de discours organisées autour de deux composantes narrative et discursive. Aujourd’hui, nous revenons sur le sujet dans le cadre d’une approche analytique et critique qui tente de situer, une fois de plus, les questions du développement durable couplé à la participation non comme une question relevant de l’intention vertueuse des protagonistes concernés, mais plutôt comme des formes de médiation ou remédiation régulatrices impliquant nombre de dispositifs normatifs et de productions discursives.

  • 3 La sémiotique en tant qu’étude des signes et de leur signification étudie la manière dont le cervea (...)

5Le discours étant considéré comme lieu de production et de circulation sociale du sens, nous proposons d’offrir une analyse synthétique de notre travail qui se situe dans une approche socio-sémantique prenant en compte le contexte de l’énonciation, les caractéristiques des locuteurs et les caractéristiques sémantiques des énoncés. La sémantique comprise comme un des axes de la sémiotique3 nous donne accès à la signification des mots composés, aux rapports de sens entre les mots, trouve un prolongement avec la distribution des actants au sein d’un énoncé, les conditions de vérité d’un énoncé, la pragmatique, l’analyse du discours.

  • 4 Adels (Association pour la démocratie et l’éducation locale et sociale) qui porte la revue Territoi (...)

6Notre cadre méthodologique s’appuie sur une enquête de l’Adels4 relative aux dispositifs participatifs et une étude de cas qui a fait l’objet d’une série d’analyses discursives. Cette étude de terrain (2009) repose sur un corpus d’entretiens (maire, chef de cabinet, directeur de la communication), de données textuelles (50 éditoriaux du maire) émanant d’une commune de 23 000 habitants (Cenon en Gironde évoluant dans un contexte de Projet de Rénovation Urbaine) et une enquête par questionnaire à la population qui permettra d’approcher la participation et ses dispositifs à travers le prisme des habitants. Pour approcher un tant soit peu l’essentiel de cette analyse retenant la relation, le contexte et l’action comme point de focalisation, nous proposons de mettre en évidence les spécificités du discours participatif de remédiation, autrement dit, le trait le plus discriminant par rapport aux traits discursifs de la participation à visée démocratique. Mais avant de résumer, commenter nos résultats d’analyse et de dégager une typologie de discours, une mise au point s’impose.

Préalable contextuel et méthodologique

  • 5 On citera la loi Voynet de juin 1999 pour l’aménagement du territoire et le développement durable, (...)

7La participation n’a jamais quitté l’avant-scène du débat politique, mais aussi du débat gestionnaire et communicationnel des dernières décennies. Aujourd’hui, le thème de la participation est indissociable d’une crise de l’idée même de représentation, encore appelée crise de légitimité politique génératrice d’une certaine « défiance » et « méfiance » (Rosanvallon 2006) de la société civile envers les élus. C’est à compter de la fin des années 90 que la législation5 en matière de participation commence à s’étoffer en introduisant des mesures plus contraignantes. Avec ce renouvellement législatif, on a vu se multiplier les dispositifs de concertation ou de délibération qui tendent à accompagner la plupart des grands projets d’aménagements urbains.

Démocratie participative ou de proximité ?

  • 6 Selon la terminologie du politologue Luigi Bobbio. Propos recueillis à l’occasion de la troisième r (...)

8Parmi les nombreux dilemmes de la démocratie participative, on retiendra celui de la conception « substantielle ou procédurale » de la participation6 (Bobbio 2007). Alors que, dans le premier cas la participation n’est pas vue comme un bien en soi, mais comme un moyen pour aboutir à des changements politiques radicaux, les procéduralistes, eux, s’intéressent aux résultats et pensent que la participation aboutit à des décisions meilleures, plus légitimes, plus sensibles aux besoins des citoyens. Dans un contexte de remise en question des politiques publiques traditionnelles et d’émergence d’une nouvelle gouvernance, la participation des habitants représente à la fois l’occasion non avouée de légitimer à nouveau le système politique et ses élus mais aussi de moderniser la gestion publique. C’est ainsi que depuis quelques années fleurissent des dispositifs de gestion de proximité qui prennent appui sur la participation citoyenne. Mais ces dispositifs sont-ils conçus uniquement dans une optique instrumentale pour lutter contre l’abstention et reconquérir les électeurs ou dans une envie de transformer la culture civique du citoyen ? « Consensus ou engagement ? », peut-on alors se demander dans le prolongement de cette réflexion. Proximité ou participation pour reprendre les défenseurs du renouveau démocratique Blondiaux et Sintomer (2002) qui dénoncent le simulacre caché derrière « l’impératif délibératif », autrement dit, la montée d’un impératif de concertation. Leurs travaux apportent un éclairage sur les types de démarches qui découlent de ces deux notions (tableau ci-dessous).

  • 7 Reproduction, pour partie, du tableau des cinq modèles de la participation de Bacqué et Rey. (2005) (...)

Tableau7 récapitulatif des écarts entre deux modèles

Tableau7 récapitulatif des écarts entre deux modèles

9Dans un élan de pensée critique, les chercheurs spécialistes de la question participative s’accordent à dire que la démocratie de proximité n’implique pas d’effets redistributifs et vise avant tout à maintenir la paix sociale, affirmer une solidarité, réduire l’exclusion et, politiquement, à valoriser le dialogue. Ainsi comme toute idée correspondant à l’air du temps « l’idée de démocratie participative subit des appropriations, des détournements » écrit Bevort (2002) et même si l’idée est reprise quasiment par tous, la traduction pratique révèle les hésitations des politiques. Car la démocratie participative, nous le verrons, se réduit très facilement au gadget, à une annexe décorative, à des événements ponctuels et voyants, à une politique d'affichage qui ne change rien aux rapports des citoyens au pouvoir. Ce modèle où la participation n’est possible qu’au degré symbolique et dans lequel les élus conservent, il faut bien le préciser, le monopole des décisions est cependant « particulièrement influant en France » et répandu en Europe rappelle Sintomer. La démocratie participative ne peut être un simple « instrument de rétroaction des politiques publiques » venant en complément des sondages. Néanmoins, nous partageons les raisons d’espérer de certains sociologues comme Blondiaux ou Sintomer de remettre la participation au cœur d’un nouveau projet politique, à la seule condition cependant de redonner une chance à « l’attachement » et au « désir » de démocratie comme le souligne le philosophe Marc Crépon (Crépon et Stiegler 2007).

Les typologies de dispositifs participatifs

  • 8 Observatoire de l’ADELS, accessible sur http://www.adels.org/ressources/observatoire.htm
  • 9 D’après une synthèse réalisée par Cédric Polère à l’occasion de l’élaboration d’un numéro sur le th (...)
  • 10 Sherry Arnstein distingue trois niveaux correspondant à différents registres de pratiques, obtenant (...)
  • 11 Notre expérience de consultante (1994-2011) au sein de l’agence Sapiens spécialisée dans la communi (...)
  • 12 Précisons que les différents registres de la participation partent de la simple information pour at (...)

10En 2007, l’observatoire de la démocratie locale de l’ADELS, Association pour la démocratie et l’éducation locale et sociale8 recensait 184 dispositifs de participation et/ou de concertation en France. A partir des données procurées par l’ADELS, le centre de ressource du Grand Lyon (Millénaire 3)9 a procédé à une synthèse de l’état des lieux des dispositifs participatifs en France. De notre côté, afin d’approcher les intentions des politiques, nous avons complété ce classement en tentant de situer ces dispositifs participatifs sur l’échelle de la participation d’Arnstein10. Pour ce faire, nous avons éliminé11 de cette classification les dispositifs rendus obligatoires par la loi relative à la démocratie de proximité du 27 février 2002, de même que les instances thématiques souvent centrées sur les politiques de la ville et les grands projets d’aménagements urbains. Il existe, au total en France, plusieurs milliers de dispositifs et l’observatoire de l’ADELS ne dénombre qu’une partie des dispositifs existants : les plus nombreux étant les dispositifs de proximité (déconcentration et création de locaux, mairies annexes) ; puis les commissions extra-municipales de type commission des menus pour la restauration scolaire, les conseils des enfants ou des jeunes qui tentent d’associer la population aux affaires locales, suivis des dispositifs de déambulation (visites des quartiers, balades). Tous correspondent au second niveau de l’échelle d’Arnstein (Donzelot et Epstein 2006), celui de la coopération symbolique qui engage les conditions de la participation12, mais sans jamais permettre la réalisation effective d’une action de nature participative puisque que ces dispositifs participatifs sont systématiquement amputés du processus de prise de décision par la population. Nous y reviendrons plus tard.

Ecouter le discours de participation

  • 13 Maingueneau Dominique, L’analyse du discours, Paris, Hachette, 1997.
  • 14 Entendus comme traces purement sémiotiques inscrites dans la matérialité d’un texte.

11L’analyse de discours en optant pour une démarche résolument qualitative consiste à découvrir le non-dit, à deviner le sens caché des mots. Elle doit mettre en lumière la place accordée aux valeurs, à chaque thème ou thèmes sous-jacents qui découlent de la prise de position. L’analyse du discours13 cherche à comprendre comment le locuteur s’inscrit dans les énoncés. Ce mode d’énonciation laisse des traces dans les énoncés et ces traces peuvent être étudiées 102 systématiquement. C’est ainsi que nous avons fait appel à l’Analyse Statistique de Discours et au logiciel Alceste. Une méthode qui nécessite de quitter la surface d’un texte, sa lecture naïve et l’interprétation attendue qui l’accompagne pour mieux se plonger dans la trame discursive de l’émetteur – ici le maire et son directeur de cabinet – traverser l’épaisseur de son discours pour enfin faire ressurgir l’intersubjectivité dans toute sa complexité intérieure. Au-delà des mots, c’est l’émetteur du discours que ce type d’analyse cherche à mettre à jour, plus encore, son positionnement par rapport au réel. Comme nous allons le voir, Alceste nous a donné à explorer les mondes lexicaux14 du politique en considérant son discours plutôt comme acte que comme une simple production de contenus. Par ailleurs, un questionnaire à la population a permis de pointer les écarts d’interprétation des démarches participatives, soit l’ensemble des dispositifs et procédures qui permettent d’augmenter l’implication des habitants dans la vie de la cité.

Les paradoxes du discours participatif

  • 15 Analyse statistique de discours avec le logiciel Alceste tirée de notre thèse de doctorat La partic (...)

12Nous allons à présent rendre compte d’une série de paradoxes que nos premières analyses ont révélés. Dans une première étude de cas datée de 2009, une analyse15 de l’univers lexical de l’émetteur du discours participatif a révélé la capacité de l’Homme politique local à concevoir des stratégies de rapprochement et à fabriquer, à l’aide d’experts, une certaine vérité de l’espace social.

Le maire comme producteur de paradoxes injonctifs

13Dans le cadre de la participation située dans un contexte de politique locale, on retrouve souvent l’évocation du concept formulé sous forme d’injonction : « Vous devez participer ! » ou encore « Nous avons besoin de votre participation ! ». Ces termes attestent clairement de l’injonction participative émanant des élus : tout se passe comme si ces derniers avaient besoin de l’implication active des citoyens dans la vie de la cité et des lumières du peuple alors que jusqu’ici ils étaient exclus des décisions publiques eu égard au fonctionnement même du système de gouvernement représentatif. Une injonction que nous jugeons paradoxale, compte tenu de l’antinomie qui se dégage de la double action d’imposer et d’associer. Les effets de cette double contrainte produisent souvent l’annulation du message puisque aucune réponse n’est possible, sinon le silence ou l’apathie citoyenne pour revenir à notre sujet.

Le paradoxe d’assignation du chef de cabinet

  • 16 Précisons que ce qui motive ce changement de statut est la couverture figurative (image mentale) de (...)

14« … il ne faut pas surestimer, les gens ne demandent pas à participer chaque jour, pour chaque petite décision, pour chaque nom de rue, ou pour chaque poubelle qu’on va implanter, ou pour chaque banc public qu’on va mettre dans la rue ». Le directeur de cabinet lorsqu’il aborde la participation dans sa dimension démocratique met en scène, dans une version utopique et figurative, des habitants en demande de codécision auquel lui-même ne croit pas. Tocquevillien et pragmatique, il préfère évoquer une relation marchande où les élus offrent aux gens (statut d’actant) les moyens de s’exprimer dans un cadre délimité et les habitants (statut d’acteur de la cité16) toujours dans l’attente des demandes venant d’en haut, se limitant d’eux-mêmes à des actes qui engagent peu leur vie privée. Le paradoxe en articulant ce double mouvement de l’offre invitant ou proposant au citoyen de s’exprimer et de la demande prédéterminée ou préfixée devient alors un paradoxe d’assignation. Nous sommes ici moins en présence d’un acte d’énonciation que d’un rôle performatif aux accents provocateurs.

La diffraction du discours participatif

15Les éditoriaux du maire, bien que contrôlés par le communicant politique, semblent ici révélateurs d’une diffraction ; résultat de discours participatifs réfléchis qui interfèrent de manière constructive entre deux formes de communication, l’une politique (chef de cabinet) et l’autre publique (directeur de la communication). Nous formulons l’hypothèse que c’est de cette diffraction du discours participatif, autrement dit, selon l’origine latine du mot, de cette « mise en morceaux » du discours participatif scindé en deux parties, un discours politique pragmatique, unilatéral et un discours public, réflexif, participatif que naissent les paradoxes. Par nature perturbante, la communication paradoxale met le sujet dans un état de confusion mentale, ici le citoyen visé par le discours.

Des paradoxes délégitimants

16Une enquête à la population a permis de noter que les dispositifs participatifs sont souvent confondus avec des manifestations éphémères, festives. Dans cette étude, alors que 72 % des personnes interrogées disent pouvoir citer un exemple de dispositif participatif invitant le citoyen à délibérer, décider des choix à prendre au nom du bien commun, 64,54 % d’items cités par les enquêtés appartiennent à l’univers du festif et des loisirs contre 19,47 % d’items associés au projet ou réunion de travail. Le premier, où ce qui est en jeu est la recherche de liens humains, est associé à des événements exceptionnels tels que fête de quartier, repas de quartier, fête des jeux, goûter de quartier, repas d’anciens, repas de voisinage, etc. Le second, opposé au premier, fait référence à la constance et à la régularité des réunions de quartier autour des thèmes ayant trait aux travaux du renouvellement urbain. Nous considérons alors comme paradoxal le double mouvement de prétendre connaître ce qu’est un dispositif de démocratie participative et de citer comme exemple un dispositif de démocratie de proximité (repas de quartier) entendu au premier « stade symbolique ou thérapeutique » de l’échelle de participation d’Arnstein.

17Compte tenu du caractère paradoxal repéré dans des formes injonctives du discours du maire et d’assignation du chef de cabinet, nous choisissons de dénommer ce type discours : discours participatif paradoxal.

Le contrat du récit participatif

  • 17 Nous renvoyons au programme narratif de Greimas. Voir Greimas A. J. et Courtès J., Sémiotique. Dict (...)

18« Participez !… Vous seuls décidez !… Nous avons besoin de vous !… Je connais votre implication dans la commune… Nous connaissons la volonté d’agir des habitants de… ». C’est maintenant la dimension actionnelle du récit participatif17 que nous visons. Comme nous l’avons déjà dit, la participation en tant que solution à la crise du politique est source de stratégies discursives où le citoyen visé par l’unilatéralité du discours est un citoyen à la fois actant et acteur. C’est au sein d’une actance sociale repérée dans la même étude de cas que nous proposons d’interroger l’engagement relié aussi bien aux actes performatifs (Austin 1970) qu’aux stimuli émotionnels (Cosnier 1994). La communication discursive envisagée ici comme un théâtre rediscute cette notion en partant d’un présupposé accord tacite passé entre deux personnages goffmaniens (1989), le « jobard » (citoyen) qui accepte de « faire comme si… » et le combinard (élu) « de maintenir l’illusion que… ». Autrement dit, le politique vous dit ce que vous voulez être et vous l’écoutez en jouant à « croire que » vous êtes cet acteur social sublime et sublimé.

Le pouvoir de factitivité du discours participatif

19Dans sa relation factitive (faire faire et faire croire) au sujet manipulé, l’Homme politique local en définissant l’ordre des valeurs en jeu dans le récit, propose implicitement deux contrats, le vrai et le faux. Le citoyen se prête à penser qu’en retour de son adhésion et de sa projection dans le récit, il recevra comme rétribution positive cognitive le statut mythique d’acteur de la cité, responsable et décideur. Dans ce faux contrat, il sait que la réalité le ramène au rang d’actant, un tiers absent si présent dans le discours, mais il ne résiste pas à cette flatterie qui consiste à lui faire croire qu’il est un héros. Nous avons alors proposé d’articuler deux types de formes d’engagement, les unes liées à une approche pragmatique, les autres à une approche psychologique.

L’engagement par le contrat

20Il est d’abord pensé comme un levier pour faire évoluer les valeurs et les significations d’un espace public contemporain au profit de la réhabilitation des Hommes politiques locaux. « En maintenant l’illusion que », le combinard vise un amorçage d'interactions avec des individus avec lesquels, a priori, il ne pouvait pas être en contact (rapprochement élus-citoyens).

L’engagement goffmanien

21En tant que manière de « préserver les faces », il agit ici comme un remède au dommage infligé à la représentation de soi par nos structures de vie sociale. L’échec dans un rôle peut exclure un individu de la société. « En faisant comme si », le jobard se console en se prenant au jeu d’un acteur engagé sur la place publique. Cette libération des émotions a une fonction cathartique chez le « jobard ». Compte tenu du pouvoir de l’Homme politique de « faire faire », ici de « faire croire », et maintenir l’illusion chez le citoyen qu’il est un acteur responsable et décisionnaire, nous choisissons de dénommer ce type de discours narratif : discours participatif manipulateur.

L’euphémisation du discours participatif

  • 18 Pour plus de détail, voir Monseigne A. (2013), « Participation et développement durable. Les mots d (...)

22« Fête de quartier, repas de quartier, fête des jeux, goûter de quartier, repas d’anciens, repas de voisinage… mais aussi conseils de quartier, discuter… ». Au-delà des paradoxes, quel euphémisme consiste à présenter la participation et ses dispositifs comme moyen d’implication citoyenne tout en faisant abstraction de ses principes fondamentaux ? Ce questionnement initial motive une étude sémio-discursive18 où nous faisons l’hypothèse que ce type d’euphémisme d’abord repéré comme langagier s’inscrit dans un processus communicationnel où l’atténuation du dire et les glissements de sens permettent de contourner des concepts fardeaux, trop lourds à porter parce que trop engageants structurellement.

Les lieux et modes d’euphémisation

23Nous avons repéré que trois lieux de condition d’euphémisation du discours, soit les instances d’énonciation, de diffusion et de réception, étaient liés à trois modes d’euphémisation inspirés du tryptique « dissimulation-transfiguration, transsubstantiation » de Bourdieu (2001) contenu dans ce qu’il nomme le « pouvoir d’imposition symbolique ».

Le terrible euphémisme

24Cette étude a permis de lever le voile sur ce brutal changement d’univers lexical (transsubstantiation) qui bien que passant pour un simple abus de langage est néanmoins, porteur d’un glissement de sens (dissimulation), et au-delà, du renforcement d’un mode de communication organisationnelle (transfiguration). En somme, il s’agit d’un : trompe l’œil (euphémisme langagier pour contourner les mots tabous, ici, un concept fardeau), autrement dit, une sorte de mensonge vrai au service d’un non dit refoulé (euphémisme langagier du politiquement correct) lui-même au service de l’interdit (le « terrible euphémisme », ici, idéologique et communicationnel) guidé par le maintien de l’ordre et du pouvoir. Compte tenu des glissements de sens, transferts lexicaux et renforcements idéologiques repérés au sein des formes euphémisées du discours, nous choisissons de dénommer ce type discursif : discours participatif dissimulateur.

Durabilité et troubles dysphoriques du discours participatif

  • 19 « Précarités de la participation : les figures de l’éphémère » in Le temps des précaires. Approche (...)

25Cette dernière thématique découle de toutes les autres. Compte tenu des fragilités (paradoxes, euphémismes) repérées dans les formes de représentations (en production comme en réception) des dispositifs, nous avons décidé de poursuivre la réflexion19 en procédant à l’inventaire des modalités axiologiques corrélées à la notion de dispositif participatif selon deux critères de temporalité : l’un par rapport à la notion de continuité et l’autre, par rapport à la discontinuité. Nous repérons, alors, deux couples de valeurs euphoriques et dysphoriques : morales et émotionnelles. Ici, les valeurs dysphoriques nous rappellent une construction du monde où l’intensité de l’instant fait partie d’un « réenchantement du monde » (Maffesoli 2006). Cette vision plus poétique ou le « soi » reste au centre de tout, s’associe à l’univers lexical de la fête, du plaisir, de l’esthétisme, de l’union, du partage, soit une autre relation à l’environnement.

Structure axiologique des dispositifs participatifs

Axiologie

Euphorie (positif)

Dysphorie (négatif)

Thème

continu

discontinu

Figures

projet

festif

temps long

temps court

procédure

instantané

pérenne

éphémère

équilibré

spectaculaire

acteur

actant

durable

précaire

26En inscrivant les dispositifs participatifs dans un postulat de loisirs (repas des voisins, fête de quartier), le dispositif festif se manifeste par des discontinuités qui, en même temps qu’elles sont allégées de valeurs procédurales, c’est-à-dire d’un engagement fort de la collectivité, sont investies de valeurs plus affectives. En somme, les fêtes sont retenues comme ciment participatif parce qu’elles frappent l’esprit et pourront être investies de valeurs affectives, communes et ritualisées. Dans notre cas, c’est l’alliance réalisée entre le thème de la discontinuité et la figure du festif qui scelle le succès de cette opération de représentation mentale en image (figurative). La sémiotique contemporaine (Boutaud et Berthelot-Guiet 2013) nous permet ainsi de mieux cerner la congruence entre une évolution sociétale où règnent l’éphémère et l’instantanéité du politique. Un monde incertain où l’instabilité crée des citoyens fragiles et des Hommes politiques facilement révocables. La société contemporaine connaît une « précarité transverse » à laquelle ni les hommes, ni les dispositifs participatifs n’échappent. Compte tenu de la manifestation des troubles, ambivalences et fragilités repérés au sein des modalités axiologiques des dispositifs participatifs corrélés à la notion de temporalité, nous choisissons de dénommer ce type discursif : discours participatif précaire.

27Nous avons situé l’enjeu de l’ambivalence du discours participatif à la croisée d’une valorisation véridictoire et démocratique. Nous proposons maintenant une vision synthétique des quatre types de discours participatif que nous venons d’exposer. Cette typologie (repérage des formes du stéréotype) de discours a pour objet de rappeler et de classer ce qui nous est apparu comme constitutif du processus de signification, de production et de réception du discours participatif de remédiation si l’on considère qu’il s’agit de réparer la relation, autrement dit, « re-lier » le politique à la société civile. Chaque aspect caractérisé de cette activité discursive et narrative se manifeste à travers deux niveaux : sémantique selon le critère des valeurs et pragmatique selon le critère de l’expression.

Discours participatif de remédiation. Stéréotypie, ambiguïté et confusion

Discours participatif de remédiation. Stéréotypie, ambiguïté et confusion

28Cette stéréotypie du discours dit « participatif » montre combien l’activité discursive du politique souffre d’ambiguïté, d’infraction éthique et d’illusion d’optique. Au fond, à travers cette activité de reliance (Bolle de Bal 2003) du politique, c’est l’assimilation de la participation et de la proximité remédiatrice qui est en jeu. Que nous apprennent les discours sur ces nouvelles formes de concertation et d’interaction avec le citoyen ? Dans une approche fonctionnaliste dominée par la rationalité instrumentale, la communication des organisations publiques n’a pas su appréhender son mode de relation au citoyen autrement qu’en adoptant un modèle de communication descendant, unilatéral. Et même si dans un contexte de valorisation constante d’un esprit gouvernance qui en appelle à « l’impératif délibératif » (Sintomer, Blondiaux 2002) quelques variantes de dynamiques top down (qui se font passer pour bottum up) tentent d’intégrer un peu d’horizontalité dans le modèle de communication, la réification (Honnet 2007) de la participation et la chosification des relations entre les hommes, mais aussi entre les hommes et les institutions, est là pour nous rappeler l’intentionnalité du politique.

29Habituellement appréhendée du point de vue du politique, la communication publique ne gagnerait-elle pas à renverser les perspectives en adoptant un point de vue endogène si l’on considère le citoyen comme premier acteur responsable du territoire ? Cette communication en posant les bases d’une stéréotypie du discours participatif de remédiation trouvera un prolongement de notre réflexion autour de la notion de « commun » entendue comme l’alternative politique du XXIe siècle (Dardot et Laval 2014) appelant à une nouvelle institution de la société par elle-même.

Bibliographie

Références

AUSTIN J. L., 1970, Quand dire, c’est faire, Paris, Seuil.

BACQUE M.-H., REY H. et SINTOMER Y., 2005, Gestion de proximité et démocratie participative : une perspective comparative, Paris, La Découverte.

BEVORT A., 2002, Pour une démocratie participative, Paris, Presse de Sciences Po.

BLONDIAUX L., MARCOU G. et al., 1999, La démocratie locale. Représentation, participation et espace public, Paris, PUF.

BLONDIAUX L. et SYNTOMER Y., 2002, « L’impératif délibératif », Politix, vol. XV, n° 57, p. 17-35.

BLONDIAUX Loïc, CARDON Dominique (coord.) « Dispositifs participatifs », Politix, vol. XIX, n° 75, p. 3-162.

BOLLE DE BAL M., 1996, La reliance. Voyage au cœur des sciences humaines, Paris, L’Harmattan.

BOURDIEU P., 2001, Langage et pouvoir symbolique, Paris, Seuil (coll. Points).

BOUTAUD J.-J. et BERTHELOT-GUIET K., 2013, « La vie des signes au sein de la communication : vers une sémiotique communicationnelle », Revue française des sciences de l’information et de la communication, n° 3, 5 p.

COSNIER J., 1994, La psychologie des émotions et des sentiments, Paris, Retz.

CREPON M., 2007, « La démocratie en défaut », in Crépon Marc et Stiegler Bernard, De la démocratie participative, fondements et limites, Paris, Mille et une nuits, p. 25-57.

DARDOT P. et LAVAL C., 2014, Commun. Essai sur la révolution du XXIe siècle, Paris, La Découverte.

DONZELOT J. et EPSTEIN R., 2006, « Démocratie et participation : l’exemple de la rénovation urbaine », Esprit, dossier « forces et faiblesses de la participation »), n° 326, p. 5-34

FALISE M., 2003, La démocratie participative, Promesses et ambiguïtés, Editions de l’aube, 2003.

HARTEREAU A., 2009, Proximité et participation. Les nouveaux outils de la communication territoriale, Voiron, Territorial Editions.

HONNET A., 2007, La réification. Petit traité de théorie critique, Paris, Gallimard.

LAFRANCE J.-P., LAULAN A.-M. et RICO DE SOTELO C., 2006, Place et rôle de la communication dans le développement international, Québec, Presses de l’Université du Québec.

MACBRIDE S., 1980, Voix multiples, un seul monde : rapport de la commission internationale d’étude des problèmes de la communication, Paris (France), Unesco et Nouvelles éditions africaines.

MAFFESOLI M., 2006, Le réenchantement du monde, Paris, La table ronde.

MAINGUENEAU D., 1997, L’analyse du discours, Paris, Hachette.

MATTELARD A., 1999, Histoire de l'utopie planétaire de la cité prophétique à la société globale, Paris, La Découverte.

MONSEIGNE A., 2009, « Participation, communication : un bain sémantique partagé », in Communication & Organisation, dossier « Repenser la communication dans les organisations publiques », n° 35, MICA, Université Bordeaux 3, p. 30-46.

MONSEIGNE A., 2011, « L'Homme interactionniste en politique » in Galinon-Mélénec B. (dir.), L'Homme trace, perspectives anthropologiques des traces contemporaines, Paris, CNRS éditions, 412 p.

MONSEIGNE A., 2012, « Participation », (notice) sur l’ouvrage de Carayol V. et Gramaccia G. (dir.), Abécédaire. Vingt ans de recherches et de publications, Communication & Organisation, MICA, Presses universitaires de Bordeaux.

ROSANVALLON P., 2006, La contre démocratie, La politique à l’âge de la défiance, Paris, Seuil.

Notes

1 Loi SRU (Solidarité et Renouvellement Urbain) de 2003 dite loi Borloo prévoit d’accompagner toute action de rénovation urbaine du développement d’une communication pour renforcer le sentiment d’appartenance collectif.

2 Recommandations n° 63 du rapport MacBride.

3 La sémiotique en tant qu’étude des signes et de leur signification étudie la manière dont le cerveau produit, communique et codifie la signification. Contrairement à la sémantique qui ne s’intéresse qu’aux mots, la sémiotique concerne tous les types de signes ou de symboles en plus des mots. Pour autant, compte tenu de la perspective pluridisciplinaire du colloque, cette contribution limitera son regard sémiotique aux niveaux d’organisation du discours et à quelques rudiments du programme narratif de Greimas. L'investissement sémantique travaillé en profondeur sous les différences, les relations et oppositions entre les représentations données à la surface du texte sera, au risque d’une extrême simplification, volontairement vidé de la technicité du propos sémioticien.

4 Adels (Association pour la démocratie et l’éducation locale et sociale) qui porte la revue Territoires.

5 On citera la loi Voynet de juin 1999 pour l’aménagement du territoire et le développement durable, la loi sur la solidarité et le renouvellement urbain du 13 décembre 2000 ou la loi du 27 février 2002 relative à la démocratie de proximité et à la création obligatoire de conseils de quartier dans toutes les communes de plus de 20 000 habitants.

6 Selon la terminologie du politologue Luigi Bobbio. Propos recueillis à l’occasion de la troisième rencontre Europe-Amérique latine « Démocratie participative. Jusqu’où peut-on partager le pouvoir de décider ? », Poitiers, 2007.

7 Reproduction, pour partie, du tableau des cinq modèles de la participation de Bacqué et Rey. (2005) Deux démarches, deux engagements impliquant différemment le citoyen sur l’échelle de la participation.

8 Observatoire de l’ADELS, accessible sur http://www.adels.org/ressources/observatoire.htm

9 D’après une synthèse réalisée par Cédric Polère à l’occasion de l’élaboration d’un numéro sur le thème de la démocratie, DPSA – 2007. Accessible sur http://www.millenaire3.com/fileadmin/user_upload/syntheses/Polere_democratie_particicipative.pdf.

10 Sherry Arnstein distingue trois niveaux correspondant à différents registres de pratiques, obtenant au total huit degrés possibles sur son échelle. Le premier niveau considéré par Arnstein comme celui de la non-participation. Le deuxième niveau est celui de la coopération symbolique. Le troisième niveau, celui de la participation, comprend trois degrés repérables, celui de la formation d’un partenariat, puis celui de la délégation de pouvoir et enfin, celui du contrôle citoyen qui correspond au pouvoir effectif des citoyens.

11 Notre expérience de consultante (1994-2011) au sein de l’agence Sapiens spécialisée dans la communication des collectivités territoriales, nous a démontré que les formes d’injonctions à la participation étaient souvent à l’origine d’une quête de légitimation politique de la part des élus. Combien de réunions publiques réduites au pensum ? Combien d’ateliers de la participation qui nous ont permis de mesurer la charge symbolique, pédagogique et d’animation de ce type d’action ?

12 Précisons que les différents registres de la participation partent de la simple information pour atteindre l’implication citoyenne en passant par la consultation (enquête) et la concertation (comité de quartier).

13 Maingueneau Dominique, L’analyse du discours, Paris, Hachette, 1997.

14 Entendus comme traces purement sémiotiques inscrites dans la matérialité d’un texte.

15 Analyse statistique de discours avec le logiciel Alceste tirée de notre thèse de doctorat La participation et l’homme politique local : entre communication digitale et communication analogique, sous la direction du professeur Galinon-Mélénec.

16 Précisons que ce qui motive ce changement de statut est la couverture figurative (image mentale) des simples instances génériques que représentent « les gens ».

17 Nous renvoyons au programme narratif de Greimas. Voir Greimas A. J. et Courtès J., Sémiotique. Dictionnaire raisonné de la théorie du langage, Paris, Hachette, 1980 et Sémiotique. Dictionnaire raisonné de la théorie du langage 2, Paris, Hachette, 1986. Pour plus de détail sur l’analyse voir Monseigne A. (2012), « Discours participatif - combinard-jobard : le double engagement » in Actes du colloque (en ligne) « Organisations, performativité et engagement », 80e congrès international ACFAS, Palais des congrès de Montréal, P. 267-281.

18 Pour plus de détail, voir Monseigne A. (2013), « Participation et développement durable. Les mots doux pour le « dire » » in Actes du colloque international « Le champ d'étude des communications organisationnelles. Perspectives théoriques et pratiques croisées du Nord au Sud », Palais des Roses, Agadir, P. 89-98.

19 « Précarités de la participation : les figures de l’éphémère » in Le temps des précaires. Approche communicationnelle de l’éphémère, ouvrage collectif dirigé par Anne Piponnier, Gino Gramaccia, PUB, (à paraître 2014).

Table des illustrations

Titre Tableau7 récapitulatif des écarts entre deux modèles
URL http://books.openedition.org/cse/docannexe/image/120/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 361k
Titre Discours participatif de remédiation. Stéréotypie, ambiguïté et confusion
URL http://books.openedition.org/cse/docannexe/image/120/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 210k

Auteur

Maître de conférences en sciences de l'information et de la communication, Université Bordeaux Montaigne, MICA EA 4426

© Carrières Sociales Editions, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter