Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Villes et quartiers durables : la place des habitants

 | 
Pascal Tozzi

1ère partie : Mises en perspectives et contextualisations de la problématique

Étudier la ville à travers son fonctionnement ou à travers l’art d’habiter

Paul Claval

Texte intégral

1L’étude géographique de la ville est née en même temps que la géographie humaine, dans les dernières décennies du XIXe siècle. Les préoccupations de ceux qui développent ce domaine ne cessent de changer, comme se modifient les objectifs que se fixent les politiques urbaines. Nous voudrions rappeler les trois étapes de cette évolution : celle où la ville est perçue comme un ensemble, que l’on traite sous son aspect construit, ou comme un système ; celle où la ville est analysée comme un lieu de vie.

Naissance et développement de la géographie urbaine

2On écrit communément que la géographie urbaine est née en France avec Raoul Blanchard, en 1912. C’est oublier la place que les grands maîtres de la géographie, Elisée Reclus et Paul Vidal de la Blache, accordaient à la ville.

Avec les précurseurs : une étude imaginative

3Elisée Reclus aime les villes, qu’il a appris à analyser en écrivant certains volumes des guides Joanne. Il les aborde en biographe :

« La vraie manière d’étudier une agglomération urbaine ayant vécu d’une longue existence historique est de la visiter en détail conformément aux phénomènes de croissance. Il faut commencer par le lieu qui sacra presque toujours la légende, où fut son berceau, et finir par ses usines et ses dépotoirs » (Reclus, 1895, repris page 166 in Roncayolo et Paquot, 1992 ; 1905, p. 354).

4La révolution industrielle et celle des transports accélèrent prodigieusement la croissance des villes. Beaucoup s’en inquiètent. Elisée Reclus y voit plutôt un signe des progrès de l’humanité :

« (…) il est facile de montrer que cette croissance monstrueuse de la ville, résultat complexe d’une multiplicité de causes, n’est pas pure pathologie : d’un côté, dans quelques-uns de ses aspects, elle constitue pour le moraliste un phénomène effrayant, de l’autre, quand elle se déroule normalement, c’est le signe d’une évolution saine et régulière. Là où grandissent les cités, l’humanité progresse ; là où elles dépérissent, la civilisation elle-même est en danger » (Reclus, 1895, repris page 159 in Roncayolo et Paquot, 1992).

5Les grandes métropoles fascinent d’autant plus Reclus qu’il comprend leur rôle dans l’organisation de l’espace. L’analyse qu’il propose de Boston le montre :

« La ville actuelle est trente ou quarante fois plus étendue que l’îlot originaire ; elle serait bien plus considérable encore si l’on embrassait dans le cercle de la métropole toutes les agglomérations qui se sont formées par suite de l’attraction de Boston sur ses alentours […]. Ses habitants lui ont donné le nom de Hub ou "Moyeu", comme si elle était le centre autour duquel tourne la roue de la fortune américaine. Cambridge est the Hub of the Hub » (Reclus, 1892, p. 178).

6Pour Reclus, l’homme a droit à la ville – comme il a droit à la nature :

« Le développement normal des grandes villes consiste donc, selon notre idéal moderne, dans la conciliation des avantages de la vie rurale et de la vie urbaine : l’une apportant l’air, le paysage, la solitude délicieuse, l’autre la facilité de communication, la distribution par des réseaux souterrains d’énergie, de lumière et d’eau. Ce qui était jadis la partie la plus habitée de la cité est précisément la partie qui est maintenant désertée, parce qu’elle est devenue propriété collective ou du moins centre public de vie intermittente. Trop utile à l’ensemble des citoyens pour être monopolisée par des familles privées, le cœur de la cité est le patrimoine de tous » (Reclus, 1895, repris p. 172 de Roncayolo et Paquot, 1992).

7Paul Vidal de la Blache consacre moins de place que Reclus à l’analyse des espaces urbains, mais il est tout aussi conscient de leur rôle dans l’organisation de l’espace :

« Villes et routes sont les grandes initiatrices d’unité : elles créent la solidarité des contrées (…). Ce rôle, dans les conditions économiques du monde actuel, se précise et se définit. Ce n’est plus le nombre des habitants, encore moins celui des fonctionnaires ; ce n’est même plus toute forme de travail indistinctement qui constitue une ville régionale. C’est l’élément supérieur qui s’introduit dans les diverses formes d’activité. Elle fait fonction de guide. Elle « arrose », selon l’expression américaine, la contrée de ses capitaux. L’usine a beau s’éparpiller dans les vallées, la ferme se dresser en pleine campagne ; c’est la ville qui, par le crédit, le marché et les débouchés qu’elle ouvre, fournit la substance dont elles vivent » (Vidal de la Blache, 1910, p. 309-310).

8Pour Reclus comme pour Vidal, la ville est à la fois un point sur la carte, un espace dont la morphologie singulière doit être analysée et un élément clef de l’organisation de l’espace. Leurs continuateurs, paralysés par le souci de se montrer objectifs et scientifiques, font preuve de moins d’imagination.

Une vue appauvrie : la ville comme établissement humain

9Telle que la conçoit Jean Brunhes, la géographie humaine groupe et classe les faits d’occupation du sol : faits d’occupation improductive (maisons et chemins), faits de conquête végétale et animale, faits d’occupation destructive. La ville, dont l’essor est lié aux routes, est rapidement traitée à la fin du long chapitre sur les modes d’occupation improductive. Son analyse part du plan :

« Il n’est sans doute pas un fait humain qui ait plus vite et plus fortement changé ‘la face de la terre’ que la récente et prodigieuse croissance des cités. A voir la réalité d’encore plus près ce n’est pas une simple modification physionomique, c’est une modification profonde, une modification topographique qui détourne les eaux, comble les dépressions, nivelle les reliefs, etc. (…) Or, s’il est opportun de grouper selon leurs analogies les faits matériels de surface qui composent la grande agglomération, il est également opportun d’étudier de manière comparative les parties qui constituent ce tout (…) La rue urbaine mérite d’être envisagée comme fait géographique au même titre que le chemin proprement dit (…) ; la multiplicité, la régularité et une certaine physionomie des rues correspondent à divers degrés de développement de la civilisation (…) Si l’on jette les yeux sur un plan de Paris, on remarque l’harmonieux dessin circulaire et comme enveloppant de cette ligne de boulevards qui conduit de la Bastille et de l’ancienne porte Saint-Antoine jusqu’à l’ancienne porte Saint-Denis et à l’ancienne porte Richelieu ; c’est tout simplement le dessin d’une partie de l’enceinte de Paris sous Louis XIV. Aujourd’hui, une ligne continue de boulevards corresponde à la zone des ancienne fortifications » (Brunhes, 1910/1947, p. 100-102).

10L’approche est « positive ». Elle a tendance à limiter l’analyse urbaine à un inventaire des tracés de voies et des formes bâties.

La géographie urbaine comme analyse du site et de la situation : Raoul Blanchard

11Raoul Blanchard sait admirablement décrire : pour lui, s’attacher à Grenoble ou à Annecy comme réalités géographiques, c’est saisir un ensemble bâti, évoquer ses toits, ses tours, ses clochers, parler des rues étroites du centre ou du quadrillage des larges avenues des développements récents. Mais c’est aussi jouer sur les échelles d’approche, comme Carl Ritter l’a enseigné, et comme Vidal de la Blache le professe quand il parle du principe de totalité en géographie. Pour comprendre la ville, il convient de prendre de la hauteur et de la saisir dans ses rapports avec le voisinage. La démarche se fait en deux temps. La première fait découvrir le site, les traits topographiques singuliers, un méandre, le rebord d’une terrasse fluviale, une butte isolée et facile à défendre, une anse profonde et bien abritée au bord de la mer, qui ont fixé la ville ici plutôt qu’un peu plus loin. Vue de plus haut, c’est la situation du centre urbain, l’ensemble des relations qu’il entretient avec le monde extérieur que l’on découvre, les routes qui convergent vers lui, les cols qu’il commande, les cours d’eau qui portent ses nefs loin en amont ou en aval, et les vaisseaux qui lient le port à d’autres rivages.

12La géographie urbaine de Raoul Blanchard est beaucoup plus riche que celle que l’on peut lire à travers La Géographie humaine de Jean Brunhes, mais elle se fige bientôt dans une analyse mécanique des sites et des situations, qui n’éclaire qu’imparfaitement le rôle des villes dans l’organisation de l’espace.

Géographie urbaine et urbanisme : Pierre Lavedan

13L’évolution de la géographie urbaine est alors marquée par le développement de l’urbanisme. L’idée que les villes modernes sont frappées d’un certain nombre de maux qu’il convient de soigner se répand entre 1890 et 1910 – et avec lui, l’usage du terme d’urbanisme qui désigne ce nouveau type de politique.

14En France, la loi Cornudet met en place le cadre nécessaire au développement de ces nouvelles actions. Son vote, qui aurait dû intervenir en 1914, est retardé par la guerre : il n’intervient qu’en 1919. Ce délai permet de mettre sur pied la formation des spécialistes que la confection des plans d’urbanisme des villes de plus de 10 000 habitants nécessitera. L’Institut d’Urbanisme de Paris voit le jour durant le conflit. Sa vocation ? Fournir aux architectes, qui sont les mieux à même de dessiner le plan d’un quartier ou d’une ville parce qu’ils ont pour métier de concevoir les plans et les élévations des constructions, ce qui leur manque pour déployer leur imagination graphique à une autre échelle : des connaissances sur l’environnement, la population et les activités de la ville. C’est ce condensé de sciences naturelles et de sciences sociales que propose la géographie urbaine.

15Pierre Lavedan est architecte de formation. Il fait partie du groupe qui crée l’Institut d’Urbanisme. Il y enseigne. Il rédige et publie en 1936 le premier manuel de géographie urbaine de langue française. L’ouvrage parle de l’environnement et de son rôle dans le choix du site. Il retrace l’histoire de la ville à travers son plan et les immeubles qui la composent, dont il précise les formes. Il parle de ceux qui, dans le passé, ont eu à concevoir des villes ou en ont rêvé. Il n’apprend pas à interroger les citadins pour savoir de quel milieu ils ont envie. Il enseigne à ceux dont le métier est d’imaginer des cadres de vie comment le faire là où les densités sont élevées, là où la circulation est dense, là où les espaces libres sont rares. Sans que cela soit expressément dit, cette géographie urbaine est le complément naturel de l’urbanisme d’embellissement qui est encore au centre des préoccupations de l’époque.

La géographie urbaine comme typologie : Georges Chabot

16Georges Chabot est appartient à la génération des Vidaliens qui ont fait la Première Guerre mondiale et en ont réchappé. Comme beaucoup de géographes de la première moitié du XXe siècle, c’est en préparant une thèse de géomorphologie – sur le Jura – qu’il achève de se former. Profondément modeste, il conçoit la géographie comme une science à la fois discrète et utile. Utile, parce qu’elle appréhende les hommes dans leur vie quotidienne – Chabot est passé maître dans l’art d’interviewer les exploitants, les industriels ou les commerçants qu’il fait découvrir à ses étudiants lors des excursions qu’il dirige. Mais la discipline qu’il pratique est modeste, car il a fait siens les préceptes du possibilisme que Lucien Febvre a exposés. Traitant des rapports entre l’environnement et la société, la géographie n’a pas pour vocation de proposer des explications – l’homme est soumis à des contraintes, mais peut, grâce à son inventivité, les tourner de bien des manières ; c’est un constat, mais qui ne permet pas d’élaborer de lois. Le géographe décrit, inventorie et classe. C’est ce que Chabot fait dans le domaine urbain. Comment y parvenir de manière efficace ? En s’appuyant sur ce que les statistiques économiques et sociales apportent de plus précis sur les centres, et qui permet de caractériser chaque ville par ses fonctions.

17Cela explique la curiosité que manifeste Chabot pour les travaux que Walter Christaller mène alors en Allemagne, et qu’il découvre à l’occasion du Congrès de l’Union Géographique Internationale à Amsterdam, en 1938. Il comprend l’intérêt des recherches sur les lieux centraux ; il parle de réseau urbain. Mais ce qu’il retient de cette approche fonctionnelle, ce sont les possibilités de classement précis qu’elle ouvre. Faute de pouvoir expliquer, la géographie se contente de mettre en évidence des structures et d’établir des typologies. Au milieu du XXe siècle, la géographie urbaine française est au fait de ce qui s’écrit de neuf dans les autres pays, mais ne l’exploite pas complètement, car son ambition est plutôt de mettre de l’ordre dans le réel que de l’expliquer.

18Pour résumer, ce qui s’impose dans le domaine des études urbaines jusqu’aux années 1950, c’est une approche qui appréhende la ville comme un tout que l’on saisit dans sa matérialité. C’est un cadre de vie, sur lequel se penchent des experts – des architectes surtout, mais aussi des sociologues ou des géographes.

L’approche fonctionnelle et systémique des années 1950 et 1960

Une nouvelle conception de la géographie

19Dans la première moitié du XXe siècle, la géographie humaine embrasse à la fois les rapports des hommes à l’environnement et ceux qu’ils tissent entre eux, mais donne la prééminence aux premiers. Se concevant comme des naturalistes, les géographes évitent de se pencher sur les décisions de ceux qu’ils étudient et sur les représentations qu’elles mettent en œuvre. Dans le domaine de la géographie urbaine, ils n’essaient pas démonter le fonctionnement des villes, car il leur faudrait se pencher sur ce que pensent et font les citadins. Ils se contentent, dans un chapitre à part et dont le contenu est essentiellement historique, d’évoquer les formes imaginées par les architectes ou les organisations rêvées par les « utopistes ».

20La Nouvelle Géographie des années 1950 et 1960 vient partiellement à bout de ces limitations. 1-Au lieu de supposer un contrôle « vertical » de l’environnement sur les comportements humains, elle s’attache aux images que les groupes se font des milieux où ils s’enracinent – à leur iconographie, pour reprendre l’expression de Jean Gottmann. Au lieu de donner la priorité à ces relations « verticales », elle se tourne vers les rapports « horizontaux » que les groupes tissent entre eux. La Nouvelle Géographie emprunte ensuite à l’économie l’idée que les comportements humains sont rationnels : pas besoin, en pareil cas, d’enquêter sur les représentations que les gens se font du monde ; il suffit de se mettre à leur place et d’analyser la situation dans laquelle ils se trouvent pour dresser le tableau des choix qu’ils peuvent faire, et pour comprendre ceux qu’ils font.

21Les décisions étant rationnelles, tous ceux qui font face aux mêmes réalités sont amenés à prendre les mêmes décisions. Le géographe se penche sur les choix des individus et sur les mécanismes qui les rendent compatibles, sans avoir à s’intéresser à chacun en particulier. Les réalités qu’il appréhende continuent à être collectives.

Une nouvelle manière de concevoir la géographie urbaine

22C’est particulièrement vrai des villes. Celles-ci ne sont plus appréhendées comme des formes spécifiques d’utilisation du sol – ce qui offrait des difficultés là où les villages abritaient des milliers, voire des dizaines de milliers d’habitants sans pour autant présenter des traits réellement urbains, comme en Sicile ou dans la plaine hongroise. La population d’une ville peut être en partie dispersée, comme on le note dans les couronnes de grande banlieue, ou dans les zones que l’on commence à qualifier de rurbaines dans les pays de langue anglaise à la fin des années 1960.

23La ville se définit désormais comme un lieu de rencontre, un carrefour. Elle apparaît comme une forme d’organisation de l’espace destinée à faciliter au maximum les interactions entre les hommes. L’agglomération urbaine naît d’un lieu central ; celui-ci domine l’espace de relation à l’intérieur de la ville et au-delà de ses limites, dans l’aire d’influence qu’il structure ; ce lieu génère un avantage qui résulte de ce qu’apportent les échanges et les contacts qui y prennent place ; de ce fait, il devient attractif. Tous ceux qui ont à le fréquenter régulièrement sont en compétition pour s’installer au plus près : l’avantage donne donc naissance à un cône de valeurs foncières le long desquels les citadins s’installent en fonction de leurs revenus et de la part de l’avantage urbain qui leur revient. La ville fonctionne dès lors grâce aux migrations alternantes qui mènent tous les jours, ou à fréquence plus ou moins régulière, les travailleurs ou acheteurs jusqu’au lieu central.

24La ville n’est évidemment pas la même selon que ce qui pousse les citadins ou les habitants des aires alentour à fréquenter son centre, est le spectacle que les gens se donnent mutuellement dans une société aristocratique du paraître, la vente de produits agricoles, la mise en circuit de ce qui sort des ateliers ou des usines de la ville, ou la distribution de tous les biens et de tous les services indispensables à la vie des populations modernes. L’attractivité du centre finit par provoquer l’encombrement des voies qui y mènent. Qu’à cela ne tienne ! Certains groupes de fonctions – les commerces de distribution, certaines formes de loisirs, les sièges sociaux d’entreprise, par exemple, se détachent du noyau primitif et vont s’installer dans des centres commerciaux, directionnels ou de loisirs situés aux points les plus accessibles de l’espace de transport moderne – aux intersections d’autoroutes ou aux nœuds des réseaux de transports en commun. La ville devient polycentrique. L’avantage urbain cesse d’être concentré en un seul point sans que la logique soit profondément transformée.

25Avec le téléphone, le téléphone mobile, internet et l’automobile, les aires où l’on peut bénéficier de l’avantage qui naît de l’accessibilité facile à une multitude d’interlocuteurs ne cessent de s’étendre. Pour le banlieusard, plus besoin d’aller dans les grands magasins du centre, de faire la queue à la porte des banques ou des bureaux des compagnies d’assurances : ils trouvent près de chez eux des centres commerciaux et de services qui répondent à la plupart des besoins qu’ils ne peuvent satisfaire en jouant sur leur ordinateur ou sur leur smartphone. Il en va de même dans les aires rurbaines. Les activités qui demandent encore des contacts directs, des relations face-à-face, sont de moins en moins nombreuses. Il n’y a guère que pour les décisions qui mettent en jeu des sommes très importantes ou pour la signature de contrats qui engagent l’avenir d’une entreprise que toutes les précautions doivent être réunies : dans un monde où les avantages de la centralité se sont fortement dilués, certains carrefours demeurent donc nécessaires. Les réseaux urbains sont moins hiérarchisés que par le passé. Les petites villes et les villes moyennes perdent une partie de leur spécificité et déclinent parfois. Dans le même temps, le dynamisme des métropoles s’affirme.

Causalité systémique et aménagement

26Les géographes de la première moitié du XXe siècle se concevaient comme des naturalistes et s’alignaient sur les impératifs épistémologiques fixés par les sciences du monde physique et du monde naturel – d’où leur refus d’explorer ce qui se passait dans l’esprit des hommes et qu’on ne pouvait évidemment pas observer. La causalité prise en considération était linéaire : si A se produit, B se produira (A étant antérieur à B).

27L’adoption par la nouvelle géographie des modes de raisonnement développés par les sciences économiques bouleverse ces approches. Le jeu des décisions humaines est désormais intégré dans l’analyse – mais puisque les choix sont rationnels, cela ne modifie pas en profondeur la démarche : il n’est toujours pas indispensable d’interroger les gens pour savoir ce qu’ils pensent ou ce qu’ils préfèrent. Les décisions humaines ne s’harmonisent pas spontanément. Elles le font grâce au jeu de mécanismes – ceux de marché par exemple. Les vendeurs aimeraient vendre cher ce qu’ils offrent ; les acheteurs souhaitent acquérir au meilleur coût ce qu’ils convoitent. La négociation s’engage : les vendeurs proposent un certain volume de l’article à un certain prix ; les acheteurs acceptent d’en acheter à ce prix, mais pour un volume plus réduit. Pour ce volume, les vendeurs proposent un prix plus faible ; pour ce prix, la demande augmente. La négociation se poursuit jusqu’à ce qu’un prix d’équilibre s’établisse. Le marché repose sur un jeu de feedbacks. Nous sommes sortis du domaine de la causalité linéaire classique : on est toujours dans le cas où si A se produit, B se produit, mais l’intervalle de temps qui existe entre A et B est maintenant si court que des processus d’ajustement sont possibles.

28Nous voilà dans le domaine de la causalité systémique : les structures, dont les sciences sociales avaient tant de peine à expliquer la genèse, s’expliquent désormais. A partir du moment où une configuration existe et est organisée, ses entrées sont contrôlées et modulées par des informations prélevées à la sortie du système. C’est grâce à ces jeux de feed-backs que l’ensemble reste stable dans un environnement variable.

29La géographie urbaine telle que présentée par Pierre Lavedan était utile à l’architecte-urbaniste des années 1930, dont la mission était de recréer ville et urbanité par le dessin de formes, tout en prenant en compte les dimensions économiques et sociales nouvelles de la ville.

30Dans les années 1950 et 1960, l’aménagement des villes prend de nouvelles dimensions. L’objectif n’est plus de les embellir et de les transformer en œuvres d’art. Il est de rendre vivables des ensembles qui croissent trop vite, avec des dysfonctionnements tous les jours plus gênants : avec leurs mal logés, leurs encombrements, leurs pollutions, leurs bidonvilles parfois, les grandes agglomérations sont sur la mauvaise pente. Les mécanismes de rétroaction qui permettaient aux systèmes d’évoluer sans perdre leurs propriétés essentielles ne fonctionnent plus. La politique urbaine a désormais pour but de faciliter le fonctionnement d’ensembles menacés d’asphyxie. Ce que l’on demande à la recherche urbaine, c’est de dire quelles nouvelles voies il convient de tracer, combien de nouveaux logements il faut construire et combien d’hectares d’espaces verts il faut prévoir pour que la circulation continue à être possible, que les gens ne dorment pas dans la rue et que les gens disposent d’espaces où se détendre et se refaire ; c’est d’indiquer où il convient de fixer les nouveaux centres qui décongestionneront les quartiers centraux proches de l’explosion.

31Des objectifs sociaux dans cela ? Oui, certes, dans la mesure où il s’agit d’assurer à chacun un minimum d’espace, de mobilité et de santé. Mais c’est une conception du social qui vient du haut – comme celle affichée en 1959 Le Corbusier dans Les Trois Etablissements humains :

« Les conditions matérielles dans lesquelles s’écoulent les journées et les années de la vie agissent sur le physique et sur le moral – réactions psychophysiologiques indissolublement liées, toutes attachées à des faits matériels et toutes, en fin de compte, nous mettant à l’aise ou mal à l’aise. Habiter, travailler, cultiver son corps ou le laisser s’avachir, cultiver son esprit ou le laisser en friche. Il paraît naturel qu’une société tente l’aventure positive en rejetant les causes qui l’entraîneraient dans l’aventure négative : logement des êtres, des choses et des fonctions, distribution du temps, présence ou absence des dispositifs provocateurs d’actions utiles ou stériles » (Le Corbusier, 1959, p. 60).

32Etrange analyse de la vie sociale, qui la réduit à habiter, travailler et cultiver son corps et son esprit ! L’urbaniste agit pour les hommes, mais selon la vision abstraite qu’il en a, sans se soucier de leurs habitudes, de leurs goûts et de leurs préférences.

La ville et l’art d’habiter

La géographie après le tournant culturel

33Telle qu’on la présente généralement, l’évolution qu’a connue la géographie humaine depuis 1970 apparaît un peu erratique : approche phénoménologique et humaniste, et courant radical dans les années 1970, New Cultural Geography et postmodernisme dans les années 1980, montée de la déconstruction, des études de genre et du post-colonialisme, puis tournant culturel dans les années 1990, suivie d’une période où aucune dominante ne se dégage vraiment. Un peu de recul montre que l’on a affaire à une transformation progressive qui englobe l’ensemble de la période qui va de 1970 à nos jours. A la suite des travaux de Bachelard et de Thomas Kuhn, les géographes se sont appropriés l’idée de rupture épistémologique et celle de révolution scientifique. Ils ont de la peine à conceptualiser une transformation qui résulte d’un changement de perspective plus que de la découverte de nouveaux principes et de nouveaux paradigmes.

34Ce qui est en cause, c’est le rapport du chercheur à l’objet qu’il étudie – à savoir la réalité humaine et sociale, qui se manifeste à travers la distribution des hommes, de leurs activités et de leurs œuvres à la surface de la terre, mais aussi à travers leur manière de vivre celle-ci, de l’aménager, de la penser et de lui donner un sens. C’est à la première de ces deux perspectives que s’attachaient les géographes jusqu’aux environs de 1970. C’est la seconde qu’ils ont progressivement adoptée depuis lors. C’est en ce sens que la période est marquée par un tournant culturel : faire de la géographie, ce n’est plus promener sur la terre le regard souverain d’un géographe qui verrait, classerait et expliquerait tout ; c’est observer et écouter les hommes, c’est se montrer sensibles à leurs aspirations et à leurs rêves, c’est interroger le sens qu’ils donnent au cosmos, à la terre, aux environnements où ils vivent ou qu’ils parcourent, c’est comprendre leurs projets. Il est d’autres façons de dire cette transformation. Pour Olivier Lazzarotti, elle se manifeste par la place centrale qu’occupe aujourd’hui l’étude de l’habiter. Cynthia Gorrha-Gobin résume ainsi les thèses essentielles de son ouvrage de 2006 :

« On trouve, dans le travail de Lazzarotti, deux usages du verbe habiter : « habiter » est l’activité de l’homme sur un espace approprié, c’est être actif, mobile, migrant à travers les différents espaces du monde. Mais « habiter » est aussi un concept qui ouvre aux particularités identitaires et culturelles de l’homme à travers l’espace habité » (Ghorra-Gobin, 2008, p. 137-138).

35Cynthia précise les pistes ouvertes par cette perspective :

« L’ouvrage s’organise autour de trois parties bien délimitées : 1) l’espace habité, condition géographique de l’humanité, 2) l’habitant : carte d’identité et signature géographique et 3) habiter et cohabiter. L’auteur argumente tout au long des chapitres l’idée selon laquelle la géographie ne se limite pas à l’espace habité mais s’attache plus particulièrement aux hommes qui habitent le monde. » (Ghorra-Gobin, 2008, p. 137-138).

36La phrase essentielle est là : ce qui importe, c’est de ‘ s’attacher plus particulièrement aux hommes qui habitent le monde’. C’est là le décentrement qui caractérise le tournant culturel. Sur le plan épistémologique, le tournant culturel conduit à s’intéresser à d’autres formes de causalité. La géographie classique se référait à la causalité linéaire. La Nouvelle Géographie soulignait le rôle des formes systémiques de la causalité dans la genèse des structures. Après le tournant culturel, c’est ce qui se passe dans la tête des autres qui est au cœur de l’enquête que mènent les géographes. Plus question maintenant de supposer que tous les comportements sont rationnels et donc a priori prévisibles. Il faut savoir ce que pensent les hommes, ce à quoi ils aspirent et ce dont ils rêvent.

37Pour comprendre les décisions que prennent les femmes et les hommes, il est nécessaire de connaître leur imaginaire et les croyances qui lui sont associées. Le monde n’est pas seulement modelé par des forces qui émanent du passé, ou qui jouent dans le passé très bref des mécanismes de rétroaction. Il l’est par l’image que les hommes se font du futur. Dans le façonnement du réel, l’avenir ne joue pas, c’est vrai, le même rôle que le passé ou le présent. Ce qui influe sur les décideurs, ce n’est pas ce qui sera réalisé, mais ce auquel les gens croient ou aspirent. Pour rendre compte des processus en œuvre dans la vie humaine, Aristote avait imaginé l’idée de cause finale – l’image du meuble qui guide l’ébéniste dans son travail. Avec le tournant culturel, on découvre que ce à quoi rêvent les hommes mérite considération. Des théoriciens passés par le marxisme le montrent dans les années 1970 : Henri Lefebvre lorsqu’il s’attache aux mouvements sociaux et aux songes qui les nourrissent, ou Cornelius Castoriadis lorsqu’il déclare que l’ordre social trouve son fondement dans l’imaginaire. Comment qualifier cette forme de causalité ? Lefebvre écrit :

« Engels en appelle donc au socialisme utopien, c’est-à-dire révolutionnaire, contre l’utopie réformatrice et réactionnaire. Celle-ci, plus « utopique » encore que l’autre, dissimule la problématique au lieu de l’amener au jour » (Lefebvre, 1973/2000, p. 84).

38Pourquoi ne parlerait-on donc pas de causalité utopienne, celle de la pensée du futur qui motive les transformations du monde ?

La géographie urbaine, la prise en compte de l’environnement et l’aménagement après le tournant culturel

39La géographie urbaine avait l’habitude d’appréhender la ville comme un tout, comme une aire d’habitat groupé qui se détachait sur la carte, comme un espace où le sol était majoritairement occupé par des bâtiments et des voies, comme une société qui se singularisait par ses activités, ses sources de revenus, ses goûts et ses habitudes. C’était la concevoir comme un espace centré et dont la structure dépendait du champ des valeurs qui naissaient de l’avantage urbain. Il n’est évidemment pas question d’oublier ces acquis. Mais adopter l’approche culturelle en géographie, c’est aborder la ville sous un autre angle, c’est cesser de partir de l’idée qu’elle constitue un tout que la discipline doit étudier en priorité. C’est partir des gens, de ceux qui habitent la ville ou de ceux qui la visitent. C’est adopter une perspective radicalement décentralisée. La ville cesse d’être analysée comme un ensemble structuré par son centre et à partir de lui ; il l’est autour des hommes et des ménages qui l’habitent ; l’approche est nécessairement polycentrique.

40La ville constitue un environnement à ce point artificiel qu’on avait cessé de l’analyser comme un milieu naturel : mais il ne suffit pas que la pierre, le béton et le bitume aient remplacé les sols et que la végétation n’occupe plus que de minuscules îlots, pour que les vents cessent de souffler et de se déchaîner, les pluies de tomber, les crues, les éboulements, les tremblements de terre de constituer des menaces. Pourquoi avait-on, un temps, oublié le jeu de ces mécanismes naturels ? Parce qu’on savait pouvoir tirer des écosystèmes qui entouraient la ville la nourriture, l’eau et l’air pur dont avaient besoin ses habitants, et pouvoir y déverser les déchets solides et les effluents liquides et (lorsque le vent le permettait) gazeux qui auraient sans cela empoisonné le milieu urbain.

41Ce que l’on découvre au cours de la grande croissance, c’est que cette solution, qui est une fuite en avant, ne peut être que transitoire : les terres qui nourrissent la ville sont souvent à ce point surexploitées qu’elles perdent leur fertilité ou ne résistent plus aux forces érosives ; à force de puiser l’eau dans les rivières ou dans les nappes, on épuise la ressource ; à force de rejeter eaux usées et effluents gazeux dans les écosystèmes naturels, ceux-ci perdent une de leurs propriétés majeures : la résilience. La croissance tant vantée n’est pas le développement ; lorsque celui-ci n’est pas correctement conçu, il n’est pas durable. Le tournant culturel est donc en même temps un tournant environnemental : fini le temps où l’on pouvait bâtir le futur sans se soucier de la finitude de la terre ! Plus question de l’oublier maintenant !

42La transformation que subit la géographie culturelle est parallèle à celle que connaît l’aménagement. Plus question de confier à un démiurge-architecte le soin de dessiner, seul, le cadre où s’inscrira la vie de tout un groupe. Pas question non plus de se contenter de prévenir les ratés du système urbain en lui évitant de périr de congestion grâce à des axes et des moyens de transport mieux conçus ; pas question de se contenter d’éviter qu’il ne se transforme en foyer d’agitation et d’explosion sociales par suite de l’accumulation de la misère et de la multiplication des exclus. Il s’agit maintenant d’aménager la ville pour ceux qui la font vivre et pour ceux qui l’habitent.

Habiter en ville, c’est s’insérer dans un milieu artificiel

43Habiter la ville, c’est s’insérer dans un environnement de plus en plus artificiel. Plus question, maintenant, de chercher dans la nature une niche protégée des tempêtes, des crues ou des incendies qui embrasent périodiquement la steppe ou certaines forêts. Pas question de ne retenir que les sites bien ensoleillés, où le chauffage est plus facile. Dans un univers fait de pierre et de brique, dans un monde où le sol est largement recouvert de bitume ou de béton, c’est l’ensemble de l’environnement qu’il faut modeler pour qu’il soit habitable : il faut construire des bâtiments où l’on soit à l’abri du vent, de la pluie, de la neige, du froid et du chaud et où le vacarme de la circulation soit suffisamment assourdi pour ne pas gêner le repos et le sommeil ; depuis bâtiments, il convient aussi d’accéder facilement et rapidement à la vie générale, au travail, aux commerces, aux loisirs. Ce qui est nouveau, c’est qu’on a compris qu’on ne pouvait désormais le faire sans prendre en compte les dynamiques propres du milieu.

44Dans une société où l’aménagement de la ville doit reposer sur le consentement de ceux qui l’habitent, il faut les consulter dès le départ, mais comme ils risquent d’être imparfaitement informés, il convient également de leur expliquer les dangers qu’implique telle ou telle solution, et que l’on ignore souvent ou que l’on sous-estime, parce qu’ils n’apparaîtront qu’à la longue. Habiter en ville, c’est avoir le souci permanent de son empreinte écologique. C’est concevoir son logis en fonction de cet impératif et savoir ce que les techniques et les matériaux de constructions impliquent dans les échanges thermiques avec l’extérieur ; c’est choisir entre des maisons de maçon, aux murs porteurs, plus épais et longtemps plus isolants, ou des maisons de charpentier, dont la charpente est porteuse, ce qui autorise des parois plus légères, mais longtemps moins économes d’énergie ; c’est mobiliser le bois, la pierre, la brique et pour les toitures, la tuile, l’ardoise ou la dalle de béton. C’est tirer parti des isolants modernes et mettre en œuvre les techniques de chauffage ou de climatisation les plus économes. Habiter en ville, c’est savoir que les techniques traditionnelles de construction, celles qui reposaient sur le jeu de la gravité et de la compression, sont souvent moins efficientes que ne le sont celles qui misent sur l’élasticité des matériaux et le jeu du porte-à-faux.

Habiter en ville, c’est pourvoir au nécessaire et profiter des possibles

45Comme ailleurs, habiter en ville, c’est se loger, dormir, se nourrir, mener une vie de famille, ou être pris en charge par une institution, un pensionnat, une caserne, un hôpital, une clinique, une maison de retraite, un couvent, etc. C’est organiser l’espace et le temps de manière à répondre à ses besoins (le repos, le travail, la vie familiale, la vie sociale) et à ses aspirations (aux loisirs, aux sports, aux satisfactions individuelles et collectives) tout en profitant des possibles qu’offre la ville. Habiter, c’est accéder à des services collectifs : réseaux de distribution d’eau, de gaz, d’électricité, de réseaux ou de câbles hertziens. C’est d’avoir la facilité de recourir à des services à la personne différenciés : aides ménagères, soins de santé, entretien des logements et des équipements. C’est avoir à disposition une riche variété de ressources artistiques ou intellectuelles : bibliothèques ; musées, théâtres, opéras ; musique vivante ou musique enregistrée, salles de concert.

46Le plaisir d’habiter en ville ne vient pas seulement des spectacles ou des matchs auxquels on assiste et des rencontres que l’on fait ; il résulte des possibles de la ville et de la jouissance que l’on éprouve à se dire, le soir, lorsqu’on est déjà fatigué : je pourrais sortir et écouter tel ou tel concert, participer à telle ou telle rencontre, voir tel ou tel film, visiter telle ou telle exposition. Cela compense la monotonie du travail et éclaire la grisaille des jours. De là naît la différence entre habiter au centre (où la gamme des choix est la plus ouverte) et en banlieue (où elle est plus réduite).

Habiter, c’est ménager des espaces de vie privée.

47Habiter en ville, c’est disposer de lieux où se reposer, se refaire et dormir, et à d’autres moments se recueillir, méditer et pour certains, prier. Pour s’épanouir, la vie familiale doit se bâtir autour d’une salle de séjour agencée autour de la table commune, du foyer ou du poste de télévision. Pour les activités de chacun, le logis doit comporter des ateliers pour la cuisine, la couture, l’entretien du linge ou le bricolage. Tout cela doit être meublé de tables, de chaises, de fauteuils, de banquettes, de lits, d’armoires, de buffets ou d’espaces de rangement. Dans un monde où les déplacements et le travail n’offrent pas une activité physique suffisante, il faut prévoir une bicyclette fixe, une salle de sport et de musculature et une piscine.

48Habiter en ville, c’est maintenir le contact avec la nature en mettant des bouquets de fleurs dans les pièces, en cultivant des plantes d’appartement, en entretenant un jardin. C’est élever des animaux domestiques, auxquels les enfants et les personnes âgées sont souvent très attachés. Organiser l’espace domestique, c’est articuler l’espace intérieur et l’espace extérieur. Il y faut des ouvertures (la porte, la fenêtre, le verre clair ou le verre cathédrale) et de fausses ouvertures (des tableaux, des photos accrochés aux murs). Choisir la couleur et la texture d’un plafond et celle des sols, utiliser planchers, des carrelages, ou disposer des tapis ou des tatamis, participent de la structuration de l’espace intérieur, le rendent intime ou solennel, accueillant ou froid.

49Cet espace donne directement sur la voie publique, ou sur une cour, un jardin, un espace privatif qui double la maison, abrite une bonne partie des fonctions de l’habiter, et donnent à la vie une partie de son agrément.

50Il est symptomatique de voir l’intérêt que suscitent aujourd’hui les espaces domestiques, longtemps négligés par les géographes, mais dont l’étude progresse rapidement depuis quelques années grâce à Béatrice Collignon et à Jean-François Staszak. Est-il indispensable de privatiser tous les espaces nécessaires à l’épanouissement de l’existence ? Non : les activités intellectuelles peuvent prendre place dans des bibliothèques, la cuisine ou l’entretien du linge dans des installations communes à plusieurs logements, les activités sportives dans les espaces publics généraux ou spécialisés, dans des gymnases ou dans des piscines.

Habiter en ville, c’est partager certains espaces

51L’espace est rare en ville. Les espaces de la vie privée sont d’autant plus compressibles que certaines de ses composantes peuvent se dérouler ailleurs : dans des espaces coopératifs (ceux des associations qui gèrent des services communs), dans des espaces commerciaux (des salles de sport ou des piscines payantes, par exemple). Plus largement, habiter en ville, c’est combiner l’usage d’espaces privatifs et d’espaces publics. Certains de ceux-ci sont faits pour les déplacements entre des lieux privés : entre le domicile et le bureau du quartier des affaires où l’on va consulter un spécialiste ; entre le domicile et l’atelier, le bureau ou le commerce où l’on travaille ; entre le domicile ou le lieu de travail et les magasins où l’on va faire ses achats, ou les restaurants, théâtres ou cinémas que l’on fréquente le soir. D’autres espaces publics sont faits pour les rassemblements : les places où se réunissent des foules énormes, les larges avenues où elles défilent les jours de fête ou de commémoration, et les stades où se déroulent les grands évènements sportifs, certains spectacles et les meetings politiques. Les gens s’affichent dans les espaces publics pour se faire connaître, affirmer leur présence et leur identité ; les individus et aux groupes y montrent qu’ils existent ; les lieux d’exposition sont faits pour rappeler de grands évènements ou prouver le génie des peintres ou des sculpteurs.

52Les espaces publics n’ont pas seulement pour vocation de relier un espace privé à un autre. Ils unissent les espaces privés aux espaces quasi publics que sont les bureaux et les magasins des centres villes ; ils constituent en eux-mêmes des lieux de contact. Ils abritent les manifestations collectives où s’affirment la société urbaine et ses diverses composantes. C’est la que prennent place les fêtes, les cérémonies qui ponctuent la vie collective. C’est là que les gens se donnent mutuellement en spectacle, ce qui incite à la flânerie. L’espace public a ainsi trois fonctions : il relie les différents espaces spécialisés que comporte la ville ; il permet de réduire leur étendue, en rendant collectif l’usage de certains ; il exprime l’ambiance qui naît de la vie de tous.

Habiter en ville, c’est composer avec des contraintes

53Habiter en ville, c’est bénéficier d’avantages inconnus ailleurs, mais c’est aussi devoir composer avec des contraintes qui y sont ignorées. Comme partout, il faut compter avec le climat, le relief et les eaux, et se prémunir, autant que faire se peut, des risques environnementaux. Les techniques mobilisées par les autorités urbaines, les promoteurs et les constructeurs permettent de réduire l’impact de ces contraintes - mais ceci a un coût. Celui-ci est d’abord financier : d’une manière ou d’une autre, il faut payer pour les digues qui protègent des inondations, pour les réseaux d’adduction qui mettent de l’eau saine à la disposition de tous, pour les égouts qui éloignent les déchets et pour le respect des normes antisismiques qui permettent aux bâtiments de résister aux secousses telluriques. Ce coût est également écologique, puisqu’il faut éviter que les rejets ne détruisent la résilience des écosystèmes urbains, périurbains, régionaux ou globaux. Jusqu’il y a peu, les dommages écologiques n’étaient pas facturés, parce qu’on acceptait que la prospérité de la cité se paie de la multiplication des déséquilibres au sein d’étendues proches ou lointaines. En les faisant payer, on fait comprendre aux gens que ces services ne sont jamais gratuits.

54Les contraintes qui pèsent sur l’habiter en ville sont tout autant d’origine sociale et économique qu’environnementale. Elles naissent de l’avantage que crée la ville, du champ urbain qui l’accompagne, de la manière dont celui-ci se traduit dans les prix du foncier et de l’immobilier, dans la répartition inadéquate des espaces publics et des espaces privés qui en résulte et dans les temps que nécessitent les trajets quotidiens ou hebdomadaires de la population – de sa partie la plus démunie souvent.

Conclusion

55En un peu plus d’un siècle, la géographie urbaine est passée par trois étapes, que l’on retrouve aussi dans l’évolution de l’urbanisme. Malgré l’originalité des analyses des précurseurs, la géographie humaine classique a de la peine à saisir les villes dans leur fonctionnement et dans leur dynamisme. La vision qu’elle en donne est statique : avec Jean Brunhes, elle dresse l’inventaire des utilisations du sol que l’on y rencontre ; avec Pierre Lavedan, elle montre comment se forme la physionomie urbaine, avec Raoul Blanchard, elle met en évidence le rôle que tient le site et la situation des centres, mais sans en tirer toutes les conséquences. Georges Chabot met à la mode l’analyse des fonctions des villes, mais sans passer de là à l’étude de leur fonctionnement. A la même époque, l’urbaniste, qui est un architecte, demeure un artiste, mais un peu versé dans les sciences sociales : on entend de lui qu’il imagine les formes qui embelliront la cité.

56La Nouvelle Géographie continue à appréhender la ville comme un ensemble, mais ses hypothèses la conduisent à analyser son fonctionnement, à mettre en évidence le rôle de la centralité, à souligner comment celle-ci structure l’espace urbain, et à dire pourquoi les mécanismes ainsi mis en jeu se bloquent parfois. L’urbaniste n’est plus un artiste : c’est un expert capable de corriger les mécanismes spontanés pour éviter que les embouteillages, la pollution ou la misère de beaucoup ne viennent compromettre le fonctionnement et la vie des cités.

57Le tournant culturel de la géographie entraîne un décentrement de la discipline. Celle-ci s’attache désormais au citadin, à la manière dont il s’insère dans l’environnement urbain, vit la ville, s’y fait une place, s’y aménage une niche qu’il aimerait durable et donne, individuellement ou collectivement, un sens à l’existence qu’il y mène. Pour remplir un tel programme, force est de se tourner vers les individus, de les observer, de les interroger et de prendre en compte les imaginaires qui pèsent sur leur choix : le géographe a compris le rôle que la causalité utopienne joue dans la vie sociale.

58La nouvelle orientation des études urbaines est en phase avec la volonté de promouvoir des politiques urbaines plus démocratiques et donc plus soucieuses des aspirations de ceux qu’elles concernent. Le programme est simple. Le mettre en œuvre est délicat : la majorité des gens se déclarent favorables au développement durable, mais manquent de l’information qui leur permettrait de savoir comment le réaliser. L’enquêteur doit donc jouer sur deux tableaux : informer ceux qui l’intéressent et les faire parler de leurs besoins et de leurs aspirations.

Bibliographie

Références

BLANCHARD R., 1911, Grenoble. Etude de géographie urbaine, Paris, A. Colin.

BLANCHARD R., 1916, « Annecy. Esquisse de géographie urbaine », Recueil des Travaux de l’Institut de Géographie alpine, vol. 4, 1916, p. 369-463.

BRUNHES J., 1910, La Géographie humaine, Paris, Alcan.

BRUNHES J., 1947 [1910], La Géographie humaine, PUF.

CHABOT G., 1948, La Géographie urbaine, Paris, A. Colin.

CLAVAL P. 1981, La Logique des villes, Paris, Litec.

CLAVAL P. 2011, De la Terre aux hommes, Paris, A. Colin.

CLAVAL P., 2008, Epistémologie de la géographie, Paris, A. Colin.

GHORRA-GOBIN C., 2008, « Olivier Lazzarotti, Habiter, la condition géographique », Géographie et cultures, n° 63, p. 137-138.

LAVEDAN P., 1936, Géographie des villes, Paris, Gallimard

LAZZAROTTI O., 2006, Habiter, la condition géographique, Paris, Belin.

LE CORBUSIER, 1959, Les Trois Etablissements humains, Editions de minuit.

LEFEBVRE H., 2000 [1973], Le Droit à la ville II : Espace et politique, Anthropos.

RECLUS E., 1892, Les Etats-Unis, Paris, Hachette.

RECLUS E., 1892, Nouvelle Géographie universelle, la Terre et les hommes, vol. XVI : Les Etats-Unis, Hachette.

RECLUS E., 1895, "The evolution of cities", Contemporary Review, n° 350, p. 246-264. Repris aux p. 158 et s. de M. RONCAYOLO M. et PAQUOT T. (dir.), 1992, Villes et civilisation urbaine, Paris, Hachette.

RONCAYOLO M. et PAQUOT T., 1992, Villes et civilisations urbaines, XVIII-XXe siècle, Larousse.

VIDAL DE BLACHE P., 1910, « Régions françaises », Revue de Paris, p. 821-849.

Auteur

Professeur émérite en géographie, Université de Paris IV-Sorbonne

© Carrières Sociales Editions, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter