Version classiqueVersion mobile

Pierre Boulez, Techniques d'écriture et enjeux esthétiques

 | 
Jean-Louis Leleu
, 
Pascal Decroupet

À propos du Livre pour quatuor : citations extraites de la correspondance de Pierre Boulez

Robert Piencikowski

Texte intégral

1Un certain nombre de lettres conservées dans les Collections Pierre Boulez, Henri Pousseur et Karlheinz Stockhausen de la Fondation Paul Sacher contiennent des passages se rapportant à la composition ou à l’exécution du Livre pour quatuor. Ces extraits sont reproduits ici, selon l’ordre chronologique, avec l’aimable autorisation des auteurs et des destinataires des lettres. Les extraits de la correspondance Boulez/Cage sont, quant à eux, cités d’après la nouvelle édition revue : Pierre Boulez/John Cage : Correspondance et Documents, Mainz, Schott, 2002 (Veröffentlichungen der Paul Sacher Stiftung 1).

2Quelques explications utiles à la compréhension des citations ont été ajoutées entre crochets.

***

3Pierre Boulez à René Char (n° 12, 31.8.1948) :

4[…] je commencerai certainement ce travail [le projet de À la santé du serpent] après mon quatuor en train […].

5Pierre Boulez à René Char (n° 14, 21.9.1948) :

6Je vais partir demain pour Melun [chez le Préfet André Dubois] où je vais travailler quinze jours dans le calme absolu et pour me changer les horizons de mon quatuor (c’est une véritable prison dont je n’arrive pas à sortir) je mettrai ce projet [la refonte du Soleil des eaux] à exécution.

7Pierre Boulez à John Cage (n° 6, 3/11/12.1.1950) :

8Ta rencontre m’a fait terminer une période « classique » avec mon quatuor, qui est maintenant bien loin. (p. 92)

9John Cage à Pierre Boulez (n° 7, 17.1.1950) :

10Il y a maintenant deux quatuors qui veulent jouer ta quatuor. J’ai dit deux ans pour le travailler (afin de leur donner de peur qui est bon pour le santé). (p. 97)

11John Cage à Pierre Boulez (n° 24, 1.9.1950) :

12How is the printing of your other works, especially the Quartet, coming along ? Please don’t forget to send me one. (p. 141)

13John Cage à Pierre Boulez (n° 25, 18.12.1950) :

14Now we want to prepare a performance of the String Quartet when can the score & parts be available ? We have a great hunger. [dans la marge, rattaché à cette dernière phrase par une flèche :] J’ai envie d’arranger une deuxième invitation pour toi à l’occasion du Quatuor (performance). J’ignore, tu vois, la guerre. (p. 123)

15Pierre Boulez à John Cage (n° 27, 30.12.1950) :

16Tu me demandes le quatuor ? Figure-toi que je suis, pour ce maudit quatuor, en plein marasme de copie. Et voici pourquoi. Il faut que je copie 2 partitions entièrement, l’une avec des barres de mesure pour l’exécution – pour les parties –, barres de mesure qui ne sont du reste qu’une évaluation quantitative d’unités de valeur contenues entre deux barres de mesure ; d’autre part une partition pour la lecture – partition de poche – sans aucune barre de mesure, mais avec les indications rythmiques réelles, c’est-à-dire uniquement horizontales et par cellule. Cela fait environ 200 pages (oui, 200 ! !) à recopier. Aussi, avec la gravure, je ne compte pas que le quatuor sorte avant Juin. Car je n’y consacre pas tout mon temps. J’ai commencé, en plus du Coup de Dés de Mallarmé, une nouvelle œuvre de musique de chambre [la première version de Polyphonie X pour 49 instruments]. (p. 154)

17Quant au « Soleil des eaux », c’était un faux pas, ou du moins un cloche-pied de repos. C’est une œuvre qui a été écrite tout de suite après la 2e Sonate et avant le Quatuor, pour la Radio ; et la poésie étant très simple, la musique est forcément aussi très simple. (p. 160)

18Henri Pousseur à Pierre Boulez (n° 8, 27.3.1952) :

19N’y a-t-il donc toujours rien de sorti de vos multiples partitions en préparation chez vos divers éditeurs ?

20Et votre quattuor (sic) ? Vous m’aviez parlé d’une exécution par les Végs (sic).

21Est-ce tombé à l’eau ? Ça serait bien dommage !

22Pierre Boulez à Karlheinz Stockhausen (n° 67, 16.10.1954) :

23J’ai parlé à Marschner l’autre jour ; je n’ai pas pu assister à son concert, car j’étais pris à Marigny ; mais je l’ai rencontré le lendemain matin avant qu’il reparte pour Cologne. Je lui ai montré les deux pièces pour quatuor que j’ai déjà recopiées. Je suis en train de recopier la 3e. Car ce quatuor, j’en fais éditer les mouvements, et il devient un livre pour quatuor. La numérotation des pièces indique en quelque sorte comment on peut jouer les divers mouvements. J’ai retravaillé beaucoup le texte original. En travaillant, je me suis rendu compte que le contrôle harmonique était d’une importance capitale. La classe des agrégats est très importante, de même que la disposition des intervalles, en quelque sorte la tension de l’accord – par son contenu et sa réalisation. On n’a pas tenu compte de cela suffisamment jusqu’à présent : la distribution des intervalles, et leur fonction de tension.

24D’autre part, je laisse après ces 3 mvts de quatuor un peu de temps pour le finir ; car il faut que je pense à une autre partition pour le concert du 22 avril à Münich [projet inabouti de pièce de substitution pour la Symphonie concertante perdue lors du séjour de Boulez à Cologne en septembre 1954, qui se scindera en deux partitions distinctes : la Troisième Sonate et Figures Doubles Prismes].

25Pierre Boulez à Karlheinz Stockhausen (n° 68, 23.10.1954) :

26Ci-joint un envoi de musique ; la 2e Sonate – Sonatine pour fl. et piano (op. 1 ! !), qui vient de paraître ; le quatuor op. 28 pour Marschner ; enfin 3 mvts de mon livre pour quatuor : Ia – Ib – II. Je vous envoie directement le manuscrit. Il est également pour Marschner, mais j’aimerais que vous le lisiez avant pour me dire ce que vous en pensez.

27D’autre part, avec Marschner, j’avais décidé de faire le matériel ici. Mais mon copiste étant très occupé en ce moment, et très en retard pour mes Structures, je préférerais qu’on fasse la copie du matériel à Cologne, selon ce que Marschner aura décidé de plus convenable pour l’exécution. Bien entendu, la copie de ce matériel est à mes frais. Dites à Marschner que je lui rembourserai. – Qu’on prenne soin du manuscrit ; je garde la photo ici et un microfilm. Mais, néanmoins, j’ai une telle hantise de perdre les manuscrits maintenant.

28Pierre Boulez à Karlheinz Stockhausen (n° 69, 18.11.1954) :

29Qu’est-ce que Marschner a dit du quatuor ? De toutes façons, il ne sera pas édité sans ses conseils, s’il y a des choses d’écriture instrumentale à revoir.

30Pierre Boulez à Karlheinz Stockhausen (n° 84, 11.7.1955) :

31[après les concerts du Domaine Musical, et la création du Marteau sans maître à Baden-Baden, Pierre Boulez effectue un séjour prolongé en Autriche, d’où il écrit de Mantendorf]

32Vous devez me maudire mille fois pour mon manque d’exactitude. [Boulez énumère alors les différentes raisons pour lesquelles il n’a pas encore rédigé son étude sur Webern promise pour die Reihe ; parmi les sept motifs :] 4°/Je dois réviser le n° II du Quatuor pour l’envoyer à Marschner de toute urgence. […] Auparavant, j’aurai peut-être l’occasion de vous voir à Cologne. Car je viendrai certainement quelques jours début Septembre pour entendre quelques répétitions du Quatuor par Marschner.

33Pierre Boulez à Henri Pousseur (n° 47, ?. 8.1955) :

34Pour le moment, j’ai l’article sur Webern (2e Cantate) à écrire et mon quatuor révisé à envoyer à Marschner. Puis l’étude Debussy-Webern à compléter ! Après cela, ou pendant cela – morceau par morceau – je vous écris sur les Symphonies.

35[…] J’irai à Cologne, en définitive, au début de Septembre, pour assister aux répétitions de mon quatuor par Marschner. Mais serez-vous à Eupen, à cette date ? J’irai alors volontiers vous dire bonjour, en courant, avant de regagner mon Marigny. Car il est très peu probable que j’aille à Donaueschingen, à cause du Marigny, bien sûr !

36Pierre Boulez à Karlheinz Stockhausen (n° 85, 8.10.1955) :

37Je viens à Cologne pour entendre Marschner répéter. Etes-vous revenu de Suisse ? Si oui, j’aurai plaisir à vous rencontrer. J’arrive Mercredi 12 à 16h29 et je repars Jeudi 13 à 7h17. J’ai donc juste une soirée. Car il faut que je sois rentré pour la représentation de Jeudi soir.

38Auriez-vous la grande amabilité de me retenir une chambre, près de la gare. J’écris par le même courrier à Marschner, au cas où vous ne seriez pas rentré. [La première audition fragmentaire du Livre pour quatuor (mouvements Ia, Ib et II) a eu lieu au Festival de Donaueschingen le 15.10.1955, par le Quatuor Marschner. Au cours du même festival ont également été créés le Quintette à la mémoire d’Anton Webern de Henri Pousseur, et les Metastaseis de Iannis Xenakis.]

39Pierre Boulez à Karlheinz Stockhausen (n° 86, ?. 10.1955) :

40Pendant les vacances, il faut vous dire que j’ai travaillé au rajeunissement du quatuor, et quand je suis rentré à Paris, les répétitions de l’Orestie m’ont absorbé immédiatement tout mon temps. [L’Orestie d’Eschyle – traduction d’André Obey, musique de scène de Pierre Boulez, décors et costumes de Félix Labisse, mise en scène de Jean-Louis Barrault –, créée au Festival de Bordeaux le 26 mai 1955 (sans Les Euménides), avait été reprise au Théâtre Marigny le 5 octobre 1955]

41[…] Je suis content des bons échos à propos de mon quatuor. Je vais écrire à Marschner pour le remercier. Car je suppose bien qu’ils ont travaillé énormément sur un texte qui n’avait rien de facile. – Vous verrez comme j’ai arrangé le 2e mouvement : j’y ai arrangé des césures, des subdivisions, apparentes typographiquement parlant : pour mettre en relief des enchaînements de séquences. J’en éprouve le besoin indispensable.

42Pierre Boulez à Karlheinz Stockhausen (n° 87, 16.12.1955) :

43Aussi ai-je le projet de venir à Cologne pour deux jours. Je partirai de Paris le mercredi 21, à 18h par le train rapide, qui m’amène à Cologne à 23h. Je resterai là le jeudi 22 et repartirai le 23 pour voir Pousseur à Eupen pour son quintette.

44Serez-vous à Cologne à cette date ? J’aimerai beaucoup vous rencontrer, pour plusieurs raisons, en dehors du plaisir de vous voir. […]

45J’allais oublier : je veux voir aussi les Marschner pour les écouter, et régler enfin cette question de copie qui est pendante.

46Je vais lui écrire un petit mot, mais prévenez-les si vous avez un moment.

47Pierre Boulez à Luciano Berio (10.8.1959) :

48[il s’agit vraisemblablement ici d’un projet de notice de programme destiné à la Biennale de Venise de 1959, au cours de laquelle le Quatuor Parrenin devait donner une exécution fragmentaire du Livre]

49Pour le « Livre pour quatuor », voici quelques mots : Ce Livre est un ensemble de mouvements, indépendants les uns des autres, que, néanmoins, relie un travail assez poussé. Ces mouvements sont au nombre de 6, couplés deux à deux. N° I et n° II, n° IV et n° VI, n° III et n° V. V est un renversement des caractéristiques de III, tandis que IV et VI sont des combinaisons entrecroisées de I et II. Ces grands mouvements peuvent se subdiviser eux-mêmes en fragments, isolables ou non (Ia, Ib – IIIa, IIIb, IIIc etc…) ou composent des développements à enchaîner obligatoirement (II, V, VI). Un schéma principal de forme générale indique toutes les combinaisons formelles que l’on peut utiliser pour une exécution.

50Je crois que les Parrenin joueront le couple de mvts : Ia, b – II.

***

51À ces citations tirées de la correspondance de Pierre Boulez, ajoutons ce témoignage extrait d’une lettre de Henri Pousseur à Karlheinz Stockhausen datée du 21 novembre 1955 (copie dactylographiée sur calque, conservée dans la Collection Henri Pousseur) :

52Ich habe sein Quartett gehört : äusserst zarte, feinfühlige Musik, aber gibt es in diesem Werk nur langsame Sätze ? Ich dachte, als ich es 1951 gelesen hatte, im Gegenteil sehr bewegte Sachen gesehen zu haben. Hat man nur Teile davon aufgeführt ? Auf jedem Fall sind die Marschners sehr. (sic) Besonders, nebst Marschner selbst, der Cellist !

© Éditions Contrechamps, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search