Version classiqueVersion mobile

Figures sonores

 | 
Theodor W. Adorno

X. La fonction du contrepoint dans la Nouvelle Musique

Pour Rudolf Kolisch, avec ma fidèle amitié.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

De même que l’œil spéculatif rassemble dans le voir,
De même l’oreille spéculative rassemble dans l’entendre.
(S ren Kierkegaard, Ou bien, ou bien, I).

Se proposer ici un objet qui relève en principe de la technique artistique, de l’artisanat en son principe, plutôt que de l’esthétique philosophique, est en soi l’expression d’une intention philosophique. Arnold Schoenberg, dont l’œuvre se fait proprement le théâtre du « contrepoint fonctionnel », lequel attend toujours son élucidation, a, dans son Traité d’harmonie1, distingué catégoriquement l’enseignement de l’harmonie en tant qu’artisanat et l’esthétique. C’était chose possible parce que cet ouvrage proposait une présentation somme toute nouvelle et productive de l’harmonie tonale traditionnelle. Schoenberg en présupposait la connaissance pour composer, tout comme on exige d’un peintre qu’il sache dessiner des nus. Mais pour la pratique actuelle de la composition, une connaissance de ce type ne saurait prétendre à la normativité, pa...

© Éditions Contrechamps, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search