Version classiqueVersion mobile

Figures sonores

 | 
Theodor W. Adorno

IX. Classicisme, Romantisme, Nouvelle Musique

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Une opinion très répandue établit une simple opposition entre la Nouvelle Musique et la musique romantique, comme s’il s’était uniquement produit un changement de mentalité, tel que Schoenberg l’avait parodié dans ses Satires pour chœur : « Je n’écrirai plus dans le style romantique, je déteste le romantisme ». Le romantisme est alors considéré comme un culte du moi excessif et exalté ; les compositeurs se seraient lassés de son caractère aléatoire et arbitraire, pour se souvenir d’une objectivité et d’une rigueur négligées pendant le XIXe siècle et au début du XXe. Cette fable convenue*, d’abord conçue pour Stravinsky et Hindemith puis étendue à la technique dodécaphonique et sérielle, détermine aussi pour une grande part le rapport critique vis-à-vis de la musique contemporaine. Tout ce qui rappellerait un soi-disant romantisme serait passé, vieux jeu, aussi démodé que Makart1, et insupportable même sous une forme musicale tout à fait évoluée. À l’inverse, même cet historicisme gr...

© Éditions Contrechamps, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search