Version classiqueVersion mobile

Figures sonores

 | 
Theodor W. Adorno

VIII. Anthon von Webern

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Tant qu’Anton von Webern a vécu, et aussi longtemps que la terreur fasciste n’a pas condamné sa musique à l’obscurité d’un retrait auquel, il est vrai, elle semblait déjà par elle-même aspirer, il a été pour la conscience du public soit un épouvantail, soit une singularité. Un épouvantail, en raison du choc causé par la brièveté de la plupart de ses compositions, lesquelles renvoient l’auditeur au silence avant même qu’il soit en mesure de les saisir vraiment ; en raison aussi de la qualité aphoristique de leur facture : elle refuse à l’auditeur le fil directeur des connexions intelligibles que Berg et même Schoenberg lui accordent le plus souvent au moins. Une singularité, parce que son œuvre est tout entier dominé par un aspect pour ainsi dire isolé, sélectionné de la musique de son maître Schoenberg : celui de la concentration la plus poussée, développée jusqu’à l’extrême absolu, avec une obstination qu’on attribuait volontiers à son statut d’élève. Après que, en 1945, une balle ...

© Éditions Contrechamps, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search