Version classiqueVersion mobile

Huit portraits de compositeurs sous le nazisme

 | 
Michael H. Kater

Richard Strauss, Jupiter compromis

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

I

De tous les compositeurs qui l’ont précédé, c’est Mozart que Richard Strauss aimait le plus. Il affectionnait particulièrement la symphonie Jupiter du « divin Mozart », qu’il aimait diriger et qui représentait pour lui l’œuvre parfaite1. Parce qu’il aimait tant la mythologie classique, Strauss composa à la fin de sa vie un opéra sur Jupiter – ce Dieu qui avait aimé quatre reines mortelles et désiré l’affection de Danaé, une mortelle2. En août 1944, à la répétition générale à Salzbourg, le baryton préféré du compositeur, Hans Hotter, tint le rôle masculin principal de Die Liebe der Danae [L’Amour de Danaé] à la grande satisfaction de Strauss : « Un vrai Jupiter, aux proportions divines3 ». Plus tard, le splendide Hotter-Jupiter maria sa fille Gabriele au petit-fils de Strauss, Richard Jr : un geste poétique émanant d’une justice sereine. Le Jupiter de Hotter mit en valeur celui de Strauss. Car Strauss lui-même était Jupiter.

Celui qui avait été désigné comme le successeur de Wagner e...

© Éditions Contrechamps, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search