Version classiqueVersion mobile

Huit portraits de compositeurs sous le nazisme

 | 
Michael H. Kater

Karl Amadeus Hartmann — Le compositeur comme dissident

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

I

Aujourd’hui encore en Allemagne, Karl Amadeus Hartmann est le moins connu des huit compositeurs dont cet ouvrage brosse le portrait. Ironiquement, cela est dû au fait qu’il a été le compositeur qui, par choix personnel, s’est le moins exposé artistiquement sous le Troisième Reich ; de plus, son insularité locale ne l’éloigna de Munich que de temps à autre et toujours dans la discrétion. Cadet de quatre garçons, Hartmann est né à Munich le 2 août 1905. Son père, Friedrich Richard Hartmann, était artiste peintre, spécialiste des natures mortes, des fleurs et des paysages ; sa mère, Gertrud, s’intéressait à Richard Wagner, Zola et Balzac. Solidement ancrés dans la petite bourgeoisie, les parents de Karl Amadeus n’étaient jamais loin de l’indigence. Ainsi, Karl Amadeus dut suivre des cours pour devenir instituteur en 1919 ; puis, n’ayant pas obtenu, de justesse, son diplôme, il se contenta d’un travail sans grand intérêt comme clerc dans un bureau, jusqu’à ce qu’il soit appelé à deveni...

© Éditions Contrechamps, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search