Version classiqueVersion mobile

Huit portraits de compositeurs sous le nazisme

 | 
Michael H. Kater

Kurt Weill, ou survivre sur deux continents

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

I

Kurt Julian Weill, fils d’un cantor juif de Dessau et descendant d’une longue lignée de rabbins, avait commencé à composer sérieusement vers 1916 alors qu’il était encore un adolescent sans expérience musicale et n’avait bénéficié d’aucune formation au conservatoire. Le résultat fut Sehnsucht [Nostalgie] pour voix et piano, Ofrahs Lieder, un cycle de lieder sur les poésies d’un poète juif du XIe siècle, Juda Halevi, un opéra intitulé Zriny, puis, en nombre toujours croissant, des partitions de musique de chambre. Sa prédilection de jeunesse pour la musique vocale est remarquable puisqu’elle allait le conduire finalement vers le genre du théâtre musical qui fera sa gloire alors qu’il n’avait pas encore atteint la trentaine1. À Berlin, en 1920, Weill étudia tout d’abord avec Engelbert Humperdinck puis avec Ferruccio Busoni ; deux ans plus tard, il rejoignit le Groupe de novembre, une association d’artistes berlinois politiquement engagés à gauche dont la section musicale comprenait W...

© Éditions Contrechamps, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search