Version classiqueVersion mobile

Huit portraits de compositeurs sous le nazisme

 | 
Michael H. Kater

Paul Hindemith, l’émigré malgré lui

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

I

L’imprévisibilité et l’adaptabilité furent les traits les plus caractéristiques de Paul Hindemith pendant la République de Weimar, à la fois sur le plan personnel et musical. D’une part, il se fit connaître au début de la République comme un compositeur d’œuvres avant-gardistes pour la scène, telles que Mörder, Hoffnung der Frauen (1919), Nusch-Nuschi (1920) et Sancta Susanna (1921). La musique y était aussi expérimentale que les textes irrévérencieux. La cantate qu’il écrivit à la fin de la République, Badener Lehrstück vom Einverständnis, sur un texte de Bertolt Brecht, et le scandaleux Neues vom Tage, tous deux de 1929, sont liés à cette première phase mais marquent aussi la fin définitive de ses expériences avant-gardistes les plus poussées. D’autre part, sur une période qui couvre environ la deuxième moitié de la République de Weimar, le compositeur eut recours à un style néobaroque respectable dans des pièces de musique de chambre comme le Quatuor à cordes n° 4 (1923) et son ...

© Éditions Contrechamps, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search