Version classiqueVersion mobile

Huit portraits de compositeurs sous le nazisme

 | 
Michael H. Kater

Werner Egk, l’opportuniste énigmatique

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

I

Werner Joseph Mayer est né en 1901 dans le village souabe d’Auchsesheim, non loin d’Augsbourg, fils d’un instituteur catholique de solide extraction paysanne et lui-même très musicien. Autant son père était fort et autoritaire, autant sa mère était douce et avait un penchant pour la poésie. La famille s’installa à Augsbourg alors que Werner avait six ans et montrait déjà un intérêt évident pour la musique. Sa formation scolaire se fit dans le cadre d’un lycée catholique dirigé par les Bénédictins, où on lui apprit le grec et le latin, mais aussi des auteurs comme Shakespeare, Goethe, Nietzsche ou Dostoïevski. Il était en même temps fasciné par les nouveaux courants artistiques comme Die Brücke à Dresde et Der Blaue Reiter à Munich, et les peintures de Franz Marc et Wassily Kandinsky lui devinrent vite familières. À l’âge de dix-huit ans, il entra au conservatoire municipal ; quelques lieder sur des poèmes de Rilke, Werfel et Hofmannsthal furent les premiers fruits de cet enseigneme...

© Éditions Contrechamps, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search