Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Un siècle de création musicale aux États-Unis

 | 
Laurent Denave

Deuxième partie. Admission de la modernité dans un monde musical plus autonome (1915-1929)

Chapitre II. Les compositeurs les plus radicaux se font entendre

Pueden acceder a los formatos HTML, PDF y ePub los usuarios de bibliotecas e instituciones que lo hayan adquirido en el marco de OpenEdition Freemium for Books. La obra podrá ser comprada de igual modo en formato PDF y ePub en los sitios web de nuestras librerias asociadas. Si la edición papel se encuentra disponible, tendrá enlaces a disposición para dirigirse a las librerías desde esta página.

Extracto del texto

Dans les années 1920, la domination des compositeurs conservateurs (romantiques) est contestée. De nouveaux groupes de compositeurs s’imposent dans la sphère musicale savante. Groupes que l’on peut schématiquement diviser entre « modernistes », influencés surtout par Debussy et Stravinsky, et « ultra-modernistes », proches de Charles Ives et Schoenberg, autrement dit, entre modérés et radicaux. Parmi ces derniers, les plus notables sont Carl Ruggles, Henry Cowell, Ruth Crawford, et surtout Edgard Varèse, le plus révolutionnaire de tous. Ces radicaux ont été précédés aux États-Unis par Charles Ives, resté en marge du monde musical et dont on commence à entendre parler dans les années 1920, et par Leo Ornstein qui introduit dès les années 1910 la musique la plus moderne de l’époque dans les salles de concert étasuniennes. Ce sont ces compositeurs (Ives, Ornstein et les « ultra-modernistes »), plus que tout autres, qui défendent l’autonomie de la création musicale et permettent aux Éta...

© Éditions Contrechamps, 2012

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540