Version classiqueVersion mobile

Regards croisés sur Bernd Alois Zimmermann

 | 
Philippe Albèra
, 
Pierre Michel
, 
Heribert Henrich

III. Sources extra-musicales, ballet

« Je me tournai et considérai toute l’oppression. » Une approche théologique de l’action ecclésiastique de Zimmermann

Beat Föllmi

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

« Je me tournai et considérai toute l’oppression qui se fait sous le soleil », ce célèbre verset biblique a donné le titre à la dernière œuvre de Bernd Alois Zimmermann ; le sous-titre la désigne, de manière énigmatique, comme « Action ecclésiastique ». Il s’agit, à plusieurs titres, de l’œuvre la plus radicale de Zimmermann : l’expression musicale est rêche au plus haut degré, la structure sérielle endommagée par moments. Langue et langage, qui y tiennent une place importante (le compositeur renonce à la pluritextualité simultanée), sont effilochés au fil de la composition pour finalement disparaître complètement. L’œuvre se termine sur une véritable « action » où dominent – une singularité dans la création zimmermannienne – des éléments aléatoires au niveau textuel et musical. Le fait bouleversant que le compositeur se soit suicidé cinq jours après avoir achevé l’œuvre lui confère une rigueur qui s’impose avec force.

L’Action ecclésiastique est une composition qui ne peut être clas...

Auteur

Université de Strasbourg, Faculté de Théologie Protestante, EA 4378. Après des études de musicologie et de théologie protestante à l’université de Zurich, il a soutenu en 1995 une thèse sur le thème « Tradition comme catégorie herméneutique chez Arnold Schönberg ». Avec une bourse du canton de Zürich, il a effectué de 1997 à 2000 un séjour de recherche à Strasbourg où il a soutenu son habilitation à diriger des recherches en 2003 sur de « Nouvelles approches méthodologiques en musicologie ». Il fut nommé Maître de conférences à la Faculté de théologie protestante de l’Université de Strasbourg en 2008 et devint alors membre de l’EA 4378. Ses publications portent, entre autres, sur les questions de musique et théologie.
Quelques publications :
« ‘I cannot remember ev’rything’ – Eine narratologische Analyse von Arnold Schönbergs Kantate A Survivor from Warsaw, op. 46 », dans : Archiv für Musikwissenschaft, vol. LV/1 (1998), p. 28-56.
« Unheimlich bewegt. Ein ‘unheimlicher’ Diskurs in Gustav Mahlers Humoresken aus ‘Des Knaben Wunderhorn’ », in : Musicological Annual XLV/2, Ljubljana 2009, p. 77-88.
Musique et construction des identités nationales au XIXe siècle, sous la direction de Beat A. Föllmi, Nils Grosch et Mathieu Schneider, Baden-Baden (Éditions Valentin Koerner, Collection d’Études musicologiques, 98) 2010

© Éditions Contrechamps, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search