Version classiqueVersion mobile

Regards croisés sur Bernd Alois Zimmermann

 | 
Philippe Albèra
, 
Pierre Michel
, 
Heribert Henrich

I. Interpréter l'esthétique et l'œuvre de Zimmermann

Das verlegene cello : naissance d’une expression inouïe

Pierre Strauch

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’attachement de Bernd Alois Zimmermann à l’écriture soliste – instruments seuls, musique de chambre ou solistes concertants – accompagne toute l’évolution de son parcours. Les œuvres solistes sont relativement peu nombreuses : une dizaine pour les instruments monodiques et à peine une dizaine pour le piano entre 1949, date de Enchiridion que je considère comme l’année décisive dans la métamorphose du compositeur, et 1970.

Cependant, elles coïncident fréquemment avec des inflexions marquantes dans son style, des choix décisifs qu’il ne remettra pas en cause par la suite. Les manifestations les plus impressionnantes de ce phénomène sont pour moi la Sonate pour alto de 1955, Tempus loquendi pour flûte(s) de 1963 et, bien entendu, l’ensemble réduit mais significatif des œuvres pour violoncelle dans toutes les situations que je définis comme solistes. Il s’agit de six œuvres, écrites entre 1957 et 1970, étonnamment variées et significatives dans le parcours éblouissant du compositeur, et...

Auteur

Pierre Strauch (violoncelliste, compositeur) étudie le violoncelle auprès de Jean Deplace, remporte le Concours Rostropovitch de La Rochelle en 1977 et entre à l’Ensemble Intercontemporain l’année suivante. Il crée, interprète et enregistre de nombreuses œuvres du XXe siècle de compositeurs tels que Iannis Xenakis, Luciano Berio, Bernd Alois Zimmermann ou Olivier Messiaen. Il crée à Paris Time and Motion Study II de Brian Ferneyhough et Ritorno degli Snovidenia de Luciano Berio. Présenter, analyser, transmettre sont les moteurs de son activité de pédagogue et de chef d’orchestre. Son intense activité de compositeur l’amène à écrire des pièces solistes, pour ensembles de chambre (la Folie de Jocelin, Preludio imaginario, Faute d’un royaume pour violon solo et sept instruments, Deux Portraits pour cinq altos, Trois Odes Funèbres pour cinq instruments, Quatre miniatures pour violoncelle et piano 2003), ainsi que des œuvres vocales (Impromptu acrostiche pour mezzo et trois instruments, la Beauté (Excès) pour trois vois féminines et huit instruments). L’Ensemble intercontemporain lui commande une pièce pour quinze instruments, La Escalera del dragón (In memoriam Julio Cortázar) dont la création a été assurée en 2004 par Jonathan Nott. Avec les compositeurs Diogène Rivas et Antonio Pileggi, il est le cofondateur du Festival A Tempo de Caracas

© Éditions Contrechamps, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search