Version classiqueVersion mobile

Écrits et entretiens

 | 
Helmut Lachenmann

Sur Schoenberg (1974)

Traduction de Nicolas Donin

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

C’est avant tout par ses premières échappées hors du domaine tonal, de la Symphonie de chambre opus 9 à Erwartung et au Pierrot lunaire, que Schoenberg s’est assuré de notre respect : c’est-à-dire par des œuvres qui, en dehors de la colère et de l’irritation, ont suscité à l’origine une certaine forme de peur, la peur devant une absence de scrupules que ne semblait rebuter le viol d’aucun tabou. Face à la composition avec douze sons, en revanche, un tel comportement se sait déplacé. À sa place s’est introduite aujourd’hui une certaine forme d’embarras, produit de ce malentendu typique qui consiste à ne souffrir en art aucune contradiction non résolue, préférant si nécessaire les ignorer, tout en se raccrochant à ce qui, en tant qu’identique à soi, invite à l’identification – fût-ce comme art néo-… ou anti-art.

La musique de Stravinski répondait, en surface, à de telles attentes ; de même, d’une autre manière, celle de Hindemith et de Bartók ; et en ce sens, même les œuvres de Berg et...

© Éditions Contrechamps, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search