Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Entretiens avec Rossana Dalmonte

 | 
Luciano Berio

Luciano Berio – Textes choisis

Notre Faust

Traduction de Vincent Barras

Note de l’éditeur

Paru pour la première fois en italien dans : Nuova Rivista Musicale, Italiana, Indici Analitici, 1969.

Paru pour la première fois en français dans : Revue Contrechamps, n° 1, Lausanne, L’Âge d’Homme, 1983, p. 51-56.

Après la republication de ce texte dans la Revue Contrechamps n° 1, Pousseur a réagi, demandant la possibilité d’y répondre. Cette réponse développée a paru sous le titre « Les mésaventures de Notre Faust (lettre ouverte à Luciano Berio) » dans la Revue Contrechamps n° 4, avril 1985, p. 107-122.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Si j’étais un directeur de théâtre, je dirais moi aussi que, au fond, « ce qui compte, c’est la musique ». Si je répète une banalité de ce genre, c’est parce que les représentations de Votre Faust de Pousseur et Butor (Piccola Scala, du 15 au 20 janvier 1969) – une partition que j’aime profondément pour d’innombrables raisons – ont été, journalistiquement parlant, un insuccès. Je n’ai aucun doute qu’il s’agit d’un « insuccès » mérité (verdict assez facile aussi pour le chroniqueur musical d’un quotidien), je veux néanmoins essayer d’en éclaircir les raisons.

Faute de la Scala et de son public ? Certainement pas. Tout le monde sait que si la Scala (la Grande ou la Petite) est fréquentée par un des publics les plus indigents du monde, cela est essentiellement dû au fait que, justement, la Scala (comme la majorité des appareils d’opéra, mais avec le privilège rare d’avoir un excellent orchestre) ne s’est jamais posé le problème (fondamental pour toute véritable forme de théâtre) de cont...

© Éditions Contrechamps, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540