Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Entretiens avec Rossana Dalmonte

 | 
Luciano Berio

Luciano Berio – Textes choisis

Méditation sur un cheval de douze sons

Traduction de Jacques Demierre

Note de l’éditeur

Paru pour la première fois en anglais sous le litre « Meditation on a Twelve-Tone Horse », dans : Christian Science Monitor, 15 juillet 1968.

Paru pour la première fois en français dans : Revue Contrechamps, n° 1, Lausanne, L’Âge d’Homme, 1983, p. 46-50.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Étant donné la situation politique de l’Italie, ce n’est qu’en 1945 que j’ai eu, pour la première fois, l’occasion de voir et d’entendre les œuvres de Schoenberg, Stravinski, Webern, Hindemith, Bartók et Milhaud.

J’avais déjà dix-neuf ans. De cette période cruciale, j’aimerais simplement dire que, parmi les nombreuses pensées et émotions que ces rencontres éveillèrent en moi, une est encore intacte et vivante aujourd’hui : la colère – la colère de réaliser que le fascisme m’avait privé, jusqu’à ce moment-là, des plus essentielles réussites musicales de ma propre culture ; et davantage, qu’il avait été capable de falsifier la réalité spirituelle.

Aujourd’hui, après tant d’années, le discours sur le « développement culturel », sur « l’explosion artistique », sur « la libre expression » peut faire apparaître ma colère remémorée comme déplacée. Pourtant, sous la surface brillante de la libéralité artistique contemporaine, une sorte de fascisme plus subtil est en train de prendre forme, un...

© Éditions Contrechamps, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540