Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Entretiens avec Rossana Dalmonte

 | 
Luciano Berio

Entretiens avec Rossana Dalmonte

4. Les jeunes musiciens

Note de l’éditeur

Les notes de fin correspondent aux passages du texte italien non repris dans les versions française ou anglaise.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

– Tu as beaucoup enseigné aux États-Unis, à Tanglewood, à San Francisco, à Cambridge et à New York. Est-ce que tu dirais de toi-même ce que tu disais à propos de Dallapiccola, à savoir que tu es un mauvais professeur ?

Le nombre de jeunes qui, d’une façon ou d’une autre, à la Juilliard School surtout, ont travaillé avec moi est énorme et il ne devrait pas être difficile d’en trouver un pour lui poser la question. Sa réponse serait peut-être plus digne de foi que la mienne. J’ai arrêté d’enseigner en 1972 parce que je ne pouvais plus m’engager à être régulièrement dans une classe deux fois par semaine. Et puis il y avait trop d’étudiants. Mis à part les séminaires, que j’ai toujours tenus avec plaisir, ce qui me fatiguait, c’était les leçons individuelles : les étudiants m’attendaient à une heure précise et je les voyais l’un après l’autre pendant une demi-heure. À neuf heures, celui-ci, à neuf heures et demie, celui-là, et ainsi de suite : il me semblait que j’étais devenu dentiste.

–...

© Éditions Contrechamps, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540