Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Entretiens avec Rossana Dalmonte

 | 
Luciano Berio

Entretiens avec Rossana Dalmonte

3. L’expérience « sérielle »

Note de l’éditeur

Les notes de fin correspondent aux passages du texte italien non repris dans les versions française ou anglaise.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

– Retournons alors en Italie. Tu disais que ta rencontre avec Bruno Maderna a été fondamentale. Est-ce qu’on peut dire d’après toi qu’avec lui commence l’histoire de la néo-avant-garde en Italie ?

Certainement, beaucoup de choses ont commencé en ces années-là, mais je ne saurais leur donner un nom, surtout pas un nom comme « néo-avant-garde ». Je dois t’avouer que l’image de Bruno et de moi en « néo-avant-gardistes » me donne la chair de poule.

– Mais c’est une étiquette que vous portez, que vous le vouliez ou non, vous qui faites justement partie de la génération qui a commencé à écrire dans les années cinquante.

Il est évident qu’on applique vite des étiquettes en Italie. La même étiquette, dans ce même contexte, traduite dans n’importe quelle langue de l’hémisphère boréal, ferait se tordre de rire tout le monde. Et à juste titre sans doute, puisque mon travail, par exemple, a un sens en dehors de la « patrie »… « Néo-avant-garde » est une de ces expressions dont on se sert quand le ...

© Éditions Contrechamps, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540